Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

4. Trajectoires, liens sociaux et réorganisation de l'habitat après la désunion

Trajectoires sociales et stratégies individuelles en contexte d’incertitude

Johanne Charbonneau

Texte intégral

1Lors d’une recherche effectuée en 1988-1989 (Charbonneau, 1991), dans la région de la Côte d’Azur (France) et de Montréal (Québec), l’enquête avait permis de reconstituer la succession des situations résidentielles de jeunes femmes ayant connu une désunion depuis un certain nombre d’années. Cette succession, qui se réalisait le plus souvent dans un contexte de précarité économique et d’accès réduit à divers types de ressources, semblait nettement sous l’influence de l’apparition d’opportunités inattendues et d’événements, heureux et malheureux, difficiles à prévoir.

2Bien évidemment, la démarche d’analyse visait à identifier, parmi la diversité des enchaînements observés, les régularités et les convergences qui conduisaient les jeunes femmes, au terme établi par le moment de l’enquête, soit, par exemple, à retrouver les conditions résidentielles dont elles profitaient avant la rupture, parfois la propriété, soit dans une dépendance presqu’absolue à diverses formes de soutien public (HLM jumelé à l’aide sociale, par exemple) ou bien encore à d’autres issues au caractère un peu plus transitoire... Mais, de la même façon que l’imprévu semblait souvent à l’origine des transitions observées, les successions résidentielles ne semblaient en fait correspondre à aucune stratégie délibérément poursuivie, sinon à celle d’une impression que le changement serait toujours préférable à la situation subie dans l’instant présent.

3L’occasion de ce colloque permet de reprendre l’analyse de ces données et d’aborder le sujet de la place de l’imprévu dans la temporalité des successions qui compose l’existence d’un individu, précisément parce qu’il est centré sur les trajectoires et qu’il fait intervenir la notion de lien social.

I – Les trajectoires : logiques d’acteurs et déterminants structurels

4La notion de trajectoire symbolise, d’une certaine manière, la rencontre entre l’héritage que nous ont laissé des années de réflexion guidées par la recherche des déterminants à l’œuvre dans l’existence des individus et l’intérêt plus récent pour les stratégies individuelles en tant que reflet de la capacité de chacun d’influencer durablement le parcours de sa propre vie.

5Le trajet est un chemin qu’on emprunte afin d’arriver à un objectif précis. Comme le mentionne Grafmeyer, « le terme de trajectoire suggère qu’une série de positions successives n’est pas le simple fait du hasard, mais s’enchaîne au contraire selon un ordre intelligible » (1994, p. 66). Il donnera l’exemple du passage de la location à la propriété, plus fréquent dans ce sens que dans le sens inverse. Il ajoutera que cela ne signifie pas, pour autant, que l’objectif est directement défini par les agents concernés. L’explication se situerait plutôt « au carrefour de logiques d’acteurs et de déterminants structurels » (p. 68) ; le travail du chercheur sera ainsi de dévoiler les unes et les autres et de trouver le sens de la trajectoire.

1. Des déterminants à l’œuvre sur des trajectoires singulières

6Trois ordres de déterminants structurels servent généralement de référents dans l’étude du sens et de l’aboutissement de la trajectoire : celui des positions sociales des agents concernés, celui des facteurs macro-sociaux (les éléments de contexte) qui définissent la trame historique et celui de la succession « socialement instituée » (Grafmeyer, p. 75) des étapes de la trajectoire, présentée généralement sous le vocable de « cycle de vie ».

7Le cycle de vie se décompose en divers calendriers spécifiques : familial, professionnel, résidentiel. L’étude de la désunion et des trajectoires résidentielles nous entraîne à la jonction des calendriers de la famille et du logement. Pour l’un comme pour l’autre, la trajectoire individuelle est analysée en référence à une interprétation normalisée du cycle. En 1947, Glick identifiait les sept étapes du cycle familial : mariage, naissance du premier enfant, puis du dernier, mariage du premier enfant, puis du dernier, lors de leur propre passage à l’âge adulte, et décès successifs des conjoints. Récemment, la désunion en est venue à ne plus être considérée comme une étape perturbante du cycle mais presque comme une étape attendue. Il demeure que l’étape suivante prévoit une réinsertion dans le cycle traditionnel : remise en couple, enfants, etc.

8Les analyses courantes de retards de calendriers, en particulier autour du passage à l’âge adulte, s’inscrivent toutes dans cette perspective référentielle au cycle normal (on est en retard dans la mise en couple, ou les enfants arrivent plus tôt ou plus tard que prévu). Si objectif il y a à la trajectoire, ce sera celui du passage aux étapes prévues ultérieurement. Pourtant, Lelièvre et Le Bourdais (1994) ont démontré que la trajectoire familiale de référence apparaît très rarement à l’analyse : les ruptures d’unions, les re-cohabitations chez les parents, les cohabitations temporaires de membres de la fratrie sont autant de perturbations qui viennent modifier le schéma traditionnel et peu de trajectoires débutent maintenant avec le mariage ou même une mise en couple.

9Dans le champ résidentiel, la trajectoire est généralement définie par les aspirations (le style de vie) et les besoins (la position sur le cycle de vie familial), dans un processus de choix successifs. Par exemple, les jeunes adultes valoriseraient plus la proximité sociale et les opportunités de loisir, ce qui les amènerait vers les petits logements de centre-ville ; les jeunes familles, une certaine homogénéité de voisinage et l’accès à un espace domestique de plus grande dimension, ce qui les conduirait vers la maison unifamiliale de banlieue ; après le départ des enfants, les couples, dans leur « nid vide » retourneraient vers des logements plus petits, en propriété ou en location, et se rapprocheraient des services de santé. Notons que l’accession à la propriété est considérée ici comme l’aspiration suprême des individus et que le choix individuel reste soumis aux contraintes déterminantes du marché.

10Par cette approche du cycle de vie, l’intérêt est entièrement tourné vers l’identification des étapes ou périodes, leur apparition, leur durée et l’ordre de leur succession. Les nouvelles enquêtes statistiques, comme celle du programme de recherche engagé par la MIRE et l’INSEE sur les conditions de vie en 1986-1987, illustrent tout à fait cette volonté de révéler les configurations des parcours de vie et, comme il sera mentionné par Françoise Bouchayer, « les déterminismes économiques, socioculturels et familiaux » (1995, p. 78) qui président à l’enchaînement des étapes.

11Parmi ces derniers se situeront les éléments du contexte. On prendra par exemple en compte l’état ponctuel du marché de l’emploi pour comprendre le sens des trajectoires professionnelles des individus, ou la configuration du parc immobilier pour comprendre le sens des trajectoires résidentielles. La prise en compte du contexte sert surtout à dresser une espèce de toile de fond qu’on essaie de garder à l’esprit lors de l’analyse de la succession des périodes qui forment les trajectoires singulières des individus.

12La dernière référence concernant les déterminants structurels est celle des positions sociales des agents. Une fois les trajectoires identifiées, les retards et avancements enregistrés, il s’agit d’y faire correspondre un ensemble de variables « explicatives » : sexe, diplôme, statut professionnel et « familial » (parent gardien ou non), antécédents générationnels... En ce qui concerne l’étude des trajectoires après la désunion, certains facteurs semblent particulièrement influencer les directions qui seront prises par les ex-conjoints.

13Martin (1994) a ainsi démontré que les parents gardiens plus âgés, plus actifs sur le marché du travail et mieux dotés en termes de diplômes formeraient plus souvent de nouveaux ménages que les parents gardiens placés dans des situations inverses, ou encore que le fait d’être faiblement diplômée et inactive pour une mère séparée prédisposerait celle-ci à s’engager dans une trajectoire marquée par la précarité.

14Remarquons que les explications traditionnelles, par exemple en termes de classes sociales, se sont passablement raffinées. Dans le contexte actuel où les reproductions intergénérationnelles à l’identique semblent moins fréquentes, en particulier dans l’emploi, la rencontre entre les analyses centrées sur l’influence des positions sociales, autrefois essentiellement basées sur des observations transversales et synchroniques, et la tradition plus diachronique des histoires de vie y est pour beaucoup. Il devient en effet plus difficile de classer les individus dans des groupes aux caractéristiques fixes quand on constate, par exemple, que les modalités des carrières scolaires et professionnelles sont de plus en plus diversifiées.

15Lors de la présentation des résultats de notre propre enquête sur la mobilité résidentielle après la désunion, il était toujours difficile de répondre à ceux qui voulaient connaître la position des jeunes filles rencontrées dans telle classe sociale : leur carrière scolaire et professionnelle était faite de retours et de recommencements et avait généralement peu à voir avec celle de leurs parents ou des autres membres de leur famille d’origine.

16Malgré ces ajustements progressifs, la recherche du sens de la trajectoire reste encore fortement marquée par cette tradition qui veut que l’existence des individus soit en bonne partie soumise à un ensemble de facteurs qui échappent à son contrôle. C’est un processus souvent influencé par les commandes de recherche qui cherchent à dresser le portrait de la situation de certaines catégories sociales prédéfinies, en fonction de prestations sociales à fournir et dans une perspective étatique de relations de clientèles.

2. Des agents actifs sur leur parcours de vie

17L’intérêt pour les logiques induites par les acteurs eux-mêmes est cependant de plus en plus répandu. Il y a déjà plusieurs années que le retour de l’acteur a été consacré, entre autres grâce à la popularité des études qualitatives basées sur les histoires de vie qui visaient précisément à connaître le sens que les événements revêtent pour l’acteur lui-même. Au fondement de cette démarche, se retrouve l’idée que l’individu possède une certaine marge de manœuvre pour influencer le parcours de sa vie. L’acteur est ainsi périodiquement confronté à évaluer le chemin parcouru et celui qui lui reste à parcourir et à effectuer des choix parmi un ensemble plus ou moins étendu de possibilités.

18De la marge de manœuvre laissée aux acteurs, on est en fait passé assez facilement à l’idée de stratégies individuelles. À partir du moment où chacun n’est plus seulement défini par ses positions sociales, il était inévitable que l’on découvre qu’il puisse avoir des intérêts différents de ceux de son entourage. La vision de l’influence de l’acteur sur son existence est largement corrélée avec celle de la poursuite de ses intérêts particuliers. L’individu élabore donc des stratégies pour atteindre ses objectifs personnels. Dans le champ résidentiel par exemple, il est probable qu’il cherchera à améliorer constamment ses conditions de logement et à atteindre le statut le plus valorisé socialement.

19Nous sommes plus ou moins ici devant l’image de facteur rationnel qui fait le bilan de ses actifs et choisit la meilleure stratégie pour atteindre les objectifs fixés dans l’ensemble des domaines de son existence, tout en connaissant le système des sanctions sociales qui peuvent s’appliquer s’il décide de contrevenir aux trajectoires socialement valorisées. Cette perspective, développée entre autres par la théorie du jeu, mais aussi dans les travaux sur les mouvements sociaux utilisant le concept de mobilisation des ressources, suppose une structuration de l’action à long terme, une assurance que tous les acteurs jouent le même jeu et une connaissance parfaite des règles du jeu. Disons d’emblée qu’en ce qui concerne la désunion, il apparaît peu probable que la décision de rompre la relation se réalise véritablement dans la connaissance parfaite des conséquences que le geste peut provoquer. À l’analyse des données de notre enquête auprès des jeunes femmes après la désunion, il semble qu’il y ait chez elles une très forte tendance à surévaluer leurs propres capacités à surmonter les problèmes engendrés par la désunion, lorsqu’elles en prennent l’initiative. Entre autres, elles surestiment fréquemment leurs ressources financières et sous-estiment le coût de la rupture.

20Par ailleurs, l’action stratégique de l’agent suppose qu’il mette à profit l’ensemble des ressources mobilisables auxquelles il a accès. Celles-ci sont constituées à la fois de ses ressources personnelles et de celles de son réseau social. La référence aux ressources personnelles renvoie en bonne partie aux positions sociales qui définissent l’individu : les caractéristiques de son statut professionnel, son niveau de revenu, son diplôme... Mais le recours aux ressources de son réseau ouvre vers une nouvelle dimension, celle des liens sociaux. Les travaux centrés sur les conduites de l’acteur, sur sa marge de manœuvre et ses stratégies ont en fait fortement tendance à percevoir l’environnement de celui-ci comme un instrument à son service.

21Derrière la notion de choix sont ainsi plus ou moins sous-entendues certaines propositions :

  • que l’acteur a une idée derrière la tête de ce que devrait être l’objectif de sa trajectoire ;
  • qu’il a une bonne connaissance des conséquences des choix qu’il va poser et de ce qu’il peut mobiliser dans son environnement pour atteindre ses objectifs.

II – L’imprévu dans la trajectoire

22Plusieurs questions se posent : ne doit-on pas établir une distinction entre une prise de décision qui accompagne un événement prévu et anticipé au cours du cycle de vie, comme l’accession à la propriété, et celle qui s’effectue dans le contexte d’un événement bifurcatif, comme une rupture conjugale ? Le terme de cheminement ne serait-il pas plus adéquat que celui de trajectoire pour décrire ces portions d’existence marquées par un contexte de précarité où la dépendance aux événements extérieurs et aux opportunités inattendues et fortuites risque d’influer significativement sur le processus de décision, souvent bousculé par une volonté de résoudre le plus rapidement possible un ensemble de problèmes majeurs, comme c’est souvent le cas pour les mères qui se retrouvent seules après la désunion ?

23Une de nos informatrices dira, en parlant d’une re-cohabitation subite chez ses parents après la rupture :

Je suis revenue là parce que c’était plus possible [clans ma vie conjugale]. Je suis partie, après on a discuté des solutions. Quand je suis partie, j’ai pas du tout réfléchi à où est-ce que j’allais aller après.

24Comme le signalaient Wekerle (1988) et Ahrentzen (1985), c’est plus souvent sur le mode de l’essai/erreur que se réalisera le processus de mobilité résidentielle après la désunion, l’ensemble des contraintes pouvant difficilement être surmontées en une seule occasion. Le processus sera donc influencé à la fois par des considérations personnelles et des contraintes multiples et les décisions seront souvent prises avec une grande précipitation (Clark et Onaka, 1983 ; Mondor, 1989), la plupart du temps dans l’objectif précis de mettre fin à une situation jugée invivable, pour une raison ou une autre. En 1989, De Coninck proposait d’établir une distinction entre stratégies et tactiques. La tactique des acteurs sera plutôt une réaction au coup par coup, en fonction des événements et des opportunités qui se présentent.

1. Des bifurcations imprévues

25Dans l’existence même de chacun des agents surgissent des imprévus qui viendront durablement influencer le cours de leur vie. Pour tenir compte de ceux-ci, il est d’abord essentiel de détourner l’attention actuellement accordée aux périodes et à leur succession pour la porter vers les points de bifurcation eux-mêmes et les événements qui s’y produisent et qui agissent comme déclencheurs de l’action. S’intéresser donc autant aux circonstances qui produisent les changements qu’aux effets de ceux-ci en termes de passage à une période ultérieure.

26En soi, la rupture conjugale doit déjà être considérée comme un événement imprévu : même si les conjoints peuvent convenir à l’avance du moment précis de leur séparation, elle est loin d’être planifiée dans le cycle de vie familial. Les ruptures sont souvent initiées par un seul des deux conjoints ; pour l’autre, l’événement devient ainsi un drame soudain.

27La question des imprévus réintroduit en fait l’idée du contexte. Comme on l’a vu, celui-ci est souvent situé en arrière-plan. Mais à certains moments imprévus peut aussi survenir un ensemble d’événements influents, extérieurs à l’existence de l’agent concerné (par exemple, l’introduction d’un nouveau programme institutionnel de soutien social dont pourrait tout à coup profiter une mère seule).

28Les trajectoires de certaines jeunes femmes interrogées dans le cadre de notre enquête ont été visiblement marquées par de tels événements qui, surgissant à des moments très particuliers, influencent durablement la direction que prendra par la suite leur existence. Prenons l’exemple d’une première informatrice qui, quelques mois après la désunion, pourra profiter d’un héritage qui lui permettra de disposer d’un logement appartenant autrefois à un oncle. Ou l’exemple d’une seconde informatrice qui pourra s’installer dans un logement HLM après avoir été favorisée par un tirage au sort. Évidemment, elle s’était inscrite pour obtenir un HLM, mais elle l’obtient tout de même très rapidement après la rupture et de façon tout à fait imprévue. D’autres femmes dans la même situation demeureront durant des années sur une liste sans jamais en obtenir, comme cela a souvent été mentionné par certaines dans notre population d’enquête. De même, l’héritage de la première informatrice aurait en quelque sorte pu être comptabilisé dans ses actifs potentiels, mais comment peut-on l’inscrire dans une stratégie de mobilisation après la rupture ?

29En fait, les ressources mobilisables à l’instant précis du passage d’une étape à l’autre du cycle de vie jouent certes un rôle majeur dans le processus, mais elles ne peuvent simplement pas être tenues pour acquises et prédéfinies dans une perspective prévisionnelle. Après coup, comme au moment où un chercheur tente de reconstruire avec facteur la trajectoire que ce dernier a parcourue, il sera toujours possible d’identifier quelles ressources ont été les plus significatives lorsque certains événements sont survenus, de façon plus ou moins imprévue, et dans la conjoncture spatiale et temporelle particulière à ce moment.

2. Une vision instrumentale des liens sociaux

30L’association entre stratégies individuelles, intérêts personnels et processus de mobilisation des ressources propose en fait une vision essentiellement instrumentale des liens sociaux. Cette vision est d’ailleurs largement nourrie par les nombreux travaux de recherche sur les réseaux sociaux qui ont pour principal objectif de comptabiliser les échanges, en général strictement de nature matérielle, et de mesurer le degré de réciprocité entre échangeurs, par exemple entre générations différentes. Le programme de recherche de la MIRE (Bouchayer, 1994) mentionne par ailleurs l’intérêt récent de chercheurs pour l’analyse de phénomènes moins classiques comme l’apport de ressources non matérielles (culturelles ou symboliques par exemple), mais là encore, elles sont présentées comme un capital à mettre en valeur. Cette vision est aussi très fortement encouragée par une vague récente d’intérêt pour des solidarités primaires qui prendraient le relais d’une solidarité sociale défaillante.

31L’idée sous-jacente ici est que les réseaux sociaux sont en quelque sorte un bassin d’aide en cas de crise. Faire le portrait de ces réseaux permettrait ainsi de faire le bilan des actifs disponibles en cas d’urgence.

32Comme le soulignait déjà Mauss et comme l’a confirmé la recherche réalisée avec Jacques T. Godbout et Vincent Lemieux (1995) sur la circulation du don au sein de la parenté, c’est le mélange d’obligation et de liberté qui caractérise les trois moments du don : donner, recevoir et rendre.

33L’acte du don ne peut être dissocié des règles qui président aux échanges. Que le don soit d’ordre matériel ou symbolique, il est fondamental de comprendre qu’il court toujours le risque de ne pas être rendu. Celui qui reçoit le don demeure libre de rendre et c’est la marge de liberté à rendre le don qui définit précisément la valeur de ce qui pourrait éventuellement être rendu. Mentionnons par ailleurs que dans le réseau primaire, il est très rare que le don soit immédiatement rendu, ce qui augmente d’autant l’incertitude qu’il le soit. On est davantage situé dans un processus de réciprocité à long terme, quand ce n’est tout simplement pas un processus de réciprocité généralisée, où celui qui reçoit ne rend pas à celui qui lui a donné mais à une troisième personne. C’est en particulier le cas dans les relations intergénérationnelles où les parents donnent à leurs enfants qui redonnent eux-mêmes à leurs enfants plutôt que de rendre à leurs propres parents.

34Si l’acte de donner et de rendre répond à la règle de la liberté, il devient difficile de déterminer a priori quelles sont les personnes sur lesquelles il est tout à fait certain de pouvoir compter si un besoin de recevoir surgit. Évidemment, la présence de certains facteurs offre une meilleure garantie à cet égard, sans que cela ne constitue jamais une certitude totale. C’est entre autres celui de la durée de la relation et de l’établissement progressive de certaines réputations, comme l’avaient noté Finch et Mason (1993). Ainsi, il est plus probable que quelqu’un ayant entretenu toute sa vie des habitudes de dons et d’échange avec un vaste réseau diversifié pourra compter sur des gens pour l’aider au besoin. Dans cette perspective, par ailleurs, la formation précipitée d’un réseau comme stratégie de constitution d’un bassin de ressources en cas d’urgence est d’emblée vouée à l’échec. Au sein des réseaux, on voit venir de loin et avec peu de respect les personnes qui donnent visiblement dans l’espoir de recevoir pins tard.

35La plus typique des relations marquées par la longue durée et l’établissement de rôles bien définis dans l’échange est certainement la relation parents/enfants. Les parents sont toujours plus susceptibles que n’importe qui d’autres de donner à leurs enfants si ceux-ci se retrouvent dans le besoin, bien qu’il soit toujours préférable que le besoin exprimé soit de courte durée si les enfants ont atteint à l’âge adulte. Il semble beaucoup plus hasardeux de compter sur les amis, les voisins, les collègues de travail ou même les frères et sœurs, avec qui la liberté des échanges devient une règle encore plus fondamentale. Les possibilités d’échanges avec ces derniers ne concernent généralement qu’un nombre restreint d’items (soutien émotif, menus services ou information). Par ailleurs, même avec les membres de la famille, c’est sur l’affection plus que sur l’obligation que s’appuient les relations. Dans la famille comme ailleurs, il faut respecter les règles de la préservation de l’autonomie, de la gratuité et du désintéressement. Il est nécessaire d’être capable de rendre si l’on reçoit, pour éviter la dépendance ; ce qui est rarement le cas pour les mères seules qui ont peu de ressources personnelles.

36Ajoutons qu’un réseau social est toujours individuel. Les réseaux des uns et des autres s’entrecroisent sans se recouvrir entièrement : si un événement subit vient modifier la configuration du réseau personnel d’un membre du réseau d’une mère seule, cela peut avoir des conséquences indirectes et imprévues dans sa propre existence. Par exemple, si le conjoint de sa meilleure amie obtient un emploi à l’étranger et que le couple déménage, il est probable que cela modifiera la dynamique des relations de la mère avec son amie. Gardons à l’esprit que les liens sociaux ouvrent sur l’infini des possibilités.

37Les réseaux subissent aussi d’importants changements au cours des années : les déménagements, les chicanes, le passage à travers diverses étapes du cycle de vie (mariage et arrivées d’enfants entre autres), les intérêts changeants, influencent directement les entrées et les sorties dans les réseaux et la qualité des relations (Fortin, 1993). La désunion elle-même est propice à des modifications majeures du réseau comme l’a révélé notre propre enquête, ainsi que celle de Martin (1994). Ajoutons que, comme le signale Lagree (1995), les situations d’exclusion par rapport aux standards socialement dominants, dans l’emploi par exemple, s’accompagnent fréquemment d’un affaiblissement du lien social et d’un plus grand risque d’isolement. Les réseaux ne disparaissent pas nécessairement, mais comme le précise Lagree (1995) :

C’est la qualité de ces réseaux et leur efficience en termes d’aide, de support [...] de vecteur d’identité sociale qui s’appauvrit.

38Une de nos informatrices dira :

Le fait de divorcer, tous les amis, je n’en avais plus, parce qu’on ne comprenait pas pourquoi [je divorçais]. Je me suis retrouvée vraiment seule.

39La vision du réseau comme un capital à faire fructifier constitue une transposition excessive de la règle d’obligation plus fréquemment observée dans la circulation traditionnelle du don entre les parents et les enfants. D’ailleurs l’analyse empirique du soutien social s’est souvent limitée à des études de cas qui concernent précisément cette relation : soutien des parents à l’entrée dans la vie adulte de leurs enfants, soutien des enfants à leurs parents âgés. L’idée que chacun peut utiliser son réseau au besoin est trop directement déduite de l’observation que les dons circulent effectivement au sein des réseaux sociaux, sans qu’une attention un peu plus soutenue permette de déterminer sous quelles conditions se réalise cette circulation. Des surprises et des imprévus attendent ceux et celles qui estiment que les autres sont dans l’obligation de leur venir en aide, même quand il s’agit de leurs parents. Il est de plus en plus compris que ce sont les échanges qui sont au service de la relation et non l’inverse (Godbout et coll., 1992).

40Une de nos informatrices dira :

J’ai eu une grosse déception au moment de ma séparation, j’attendais beaucoup plus de ma famille et il y a eu un énorme trou à ce moment-là. [...] On m’a laissée un petit peu dans mes problèmes toute seule, j’ai trouvé ça très difficile. C’est là que j’ai commencé à réellement mettre des barrières entre ma famille et moi.

III – Une « trajectoire » semée d’imprévus

41Pour illustrer notre argument, nous avons choisi, non pas d’inventer, mais de recréer à partir des exemples épars fournis par l’enquête, la situation d’une jeune femme dont la trajectoire après la désunion est particulièrement marquée par l’imprévu.

42Après quelques années d’une vie conjugale sans grands éclats, mais sans problèmes majeurs, notre informatrice, mère d’un enfant et occupant un emploi non qualifié et faiblement rémunéré, réalise que son conjoint a une liaison extra-conjugale. Elle réagit à la nouvelle en mettant son conjoint à la porte. Se retrouvant brusquement avec peu de ressources, elle tente pendant quelques mois de joindre les deux bouts avec son faible salaire et les allocations familiales. Elle refuse de demander une pension de son ex-conjoint car celui-ci la harcèle constamment pour reprendre la vie commune et elle préfère nettement ne pas favoriser davantage le maintien du lien conjugal. Le harcèlement devient cependant de plus en plus difficile à supporter : elle en fait une dépression et s’absente de son travail. Occupant un emploi où les absences ne sont pas tolérées, elle est licenciée. Perdant sa source principale de revenus, elle demande à ses parents si elle peut retourner habiter chez eux. Mais deux de ses frères, aussi divorcés, sont déjà retournés à la maison et parce qu’elle a un enfant, ses parents refusent son retour : elle n’avait pas anticipé cette réponse. Une amie lui propose de s’installer avec elle temporairement. Pendant son séjour chez son amie, elle fait la rencontre d’un homme célibataire, voisin de palier. Une nouvelle relation s’engage : après un certain temps elle devient enceinte. Mais le père de l’enfant n’est pas prêt à s’établir en famille et la copine chez qui elle habite n’est pas très chaude à l’arrivée d’un nouveau bébé. Résultat : elle déménage seule dans un petit appartement et rompt avec le père de l’enfant. Mère monoparentale avec deux enfants à charge, elle compte essentiellement sur des allocations sociales pour survivre : elle a fait une demande de HLM mais ne l’a toujours pas obtenu. Ses parents l’aident un peu financièrement mais désapprouvent la naissance hors mariage. Elle décide de reprendre des études pour obtenir une aide publique supplémentaire. Dans sa classe, elle fait la rencontre d’une personne par le biais de laquelle elle obtient un emploi dans un tout autre domaine que celui dans lequel elle étudie. Après quelques années, sa situation est toujours précaire mais elle arrive à joindre les deux bouts, seule, et ne compte plus sur les ressources de son réseau personnel.

43Cette petite histoire permet d’observer l’imbrication des trois ordres d’influence sur la trajectoire : des déterminants, comme la faible dotation professionnelle, des stratégies personnelles aux effets cependant parfois imprévus, comme ce retour aux études qui favorise l’élargissement du réseau d’information puis l’obtention d’un emploi, et de nombreux événements inattendus qui influencent durablement le parcours de vie. Chez les jeunes femmes de notre enquête, ces imprévus se situaient principalement dans certains champs particuliers :

  • personnels : comme ceux de problèmes de santé, de la mère et des enfants, qui conduisent fréquemment à la perte d’emploi ; ou encore d’une mauvaise évaluation des conséquences de la rupture, comme le cumul des responsabilités ou le coût réel de l’événement ;
  • conjugaux : comme ceux du harcèlement de l’ex-conjoint, d’une décision spontanée de la mère de laisser la maison au conjoint pour être certaine de garder les enfants ou, plus tard, de la rencontre d’un nouveau conjoint, très rarement planifiée ;
  • familiaux : comme les naissances hors mariage ; ou encore dans les relations avec le réseau social :
  • lorsque les amis doivent prendre partie pour un des deux conjoints ou lorsque leurs propres cheminements bifurquent dans des directions imprévues (par exemple un emploi qui conduit à un déménagement) ;
  • lorsque les parents désapprouvent la rupture et refusent ainsi d’aider leur fille.

44À cet égard, la mobilisation suite à un événement perturbateur du cycle de vie est fort différente de ce qu’elle peut être aux moments attendus, comme celui d’une accession à la propriété. La transgression des normes est une contrainte significative à la mobilisation des ressources auprès des parents. Et la famille demeure toujours plus aidante lorsque le besoin s’exprime à des moments rituels déjà bien connus. À cet égard, la rupture est encore loin d’être un événement qui s’accompagne d’un rituel d’aide bien défini. Ici, même la naissance hors mariage permet de mobiliser davantage d’aide parce que c’est tout de même une naissance et que les gens savent de quoi la mère a besoin à ce moment. Évidemment, la mère pourrait aussi demander ce dont elle a besoin après une rupture. Dans les faits, la demande d’aide est très peu populaire : on entre ici dans les questions d’autonomie et de crainte de la dépendance et dans les règles associées à la circulation du don.

45Les mères qui sont les plus vulnérables sont aussi beaucoup plus sujettes que les autres à subir des inconvénients imprévus, comme une reprise de possession d’un logement, une insalubrité qui ne se dévoile qu’après coup ou le harcèlement par le propriétaire. Celles qui ont choisi de partager un logement avec un co-locataire dans une stratégie de réduction des frais, peuvent aussi se retrouver avec des problèmes non anticipés, comme la présence d’un co-locataire alcoolique. Des imprévus surgissent aussi parfois pour améliorer les choses : tel cet héritage soudain ou la disposition inespérée du HLM suite au tirage au sort.

46Dans l’ensemble, il apparaît que certains événements imprévus agiront directement sur le cheminement pour lui donner une nouvelle direction. Dans d’autres cas, c’est plutôt le cumul d’événements, de prédispositions et de décisions aux conséquences mal évaluées qui sera le plus significatif.

IV – La théorie du chaos pour comprendre les suites de la désunion

47La compréhension des dynamiques à l’œuvre aux points de bifurcation peut être, selon nous, facilitée par le bagage conceptuel offert actuellement par la théorie du chaos.

48Pour faire bref, cette théorie, qui s’est construite sur les propositions de Darwin, Prigogine et Poincaré, s’intéresse aux systèmes complexes, dynamiques, désordonnés et marqués par l’imprévu, mais qui présentent toutefois une certaine structure, une certaine organisation (Michaels, 1995). Comme le soulignera Goertzel (1995), la complexité ne caractérise pas seulement les phénomènes de grande envergure, mais aussi les petites décisions que chaque personne doit prendre quotidiennement en fonction de détails qui surgissent de façon imprévue et sans que chacun ne dresse jamais vraiment le portrait d’ensemble de la situation. Cette théorie s’intéresse justement à ces petits détails.

49Selon la théorie du chaos, la dynamique de ces systèmes, conçus comme un réseau d’interdépendances, n’est pas linéaire. Des processus émergent en cours de route et viennent modifier considérablement la suite de la trajectoire. Cette théorie nous invite donc à centrer l’analyse sur ces processus émergents. Est ainsi sous-entendue l’idée qu’on ne peut déduire, par une identification claire des causes et des effets, la configuration des trajectoires de la seule connaissance des conditions initiales, donc des déterminismes structurels connus a priori.

  • 1 « Although (he route a system has taken to reach its present state is evident, this position canno (...)

Si il est facile d’identifier le chemin qu’a emprunté un système pour atteindre la position dans laquelle il se trouve présentement, celle-ci ne peut être prédite en connaissant le point de départ. (Ward, 1995, traduction libre1)

50Les systèmes étudiés à travers la théorie du chaos présentent un ensemble de caractéristiques communes : ils sont plutôt en déséquilibre et dans un certain processus d’auto-organisation ; ils sont marqués par des changements fréquents ; ils sont très perméables à l’influence de leur environnement (Ward, 1995). Et si l’apparition de mêmes événements n’a pas toujours les mêmes conséquences, un événement a priori peu important peut avoir de très grands effets par la suite et faire bifurquer considérablement le cheminement en cours. C’est ce que Lorentz, un météorologue, a popularisé, au milieu des années 60, sous le nom d’effet papillon (le battement d’ailes d’un papillon en Amazonie peut être à l’origine d’un ouragan le mois suivant dans une autre partie du monde). De plus, le système peut cheminer de bifurcation en bifurcation : c’est ce qui est nommé l’effet cascade ou l’avalanche d’événements (Bourgine et al, 1995). Le système est entraîné de plus en plus loin de son point d’origine dans une dynamique qui tient compte des nouvelles informations dont il dispose au fur et à mesure de leur arrivée et des contraintes qui limitent le changement. Les nouvelles bifurcations dépendent ainsi directement de l’histoire même du système qui se construit en même temps que se déroule le processus.

51La théorie du chaos offre donc, par exemple, la possibilité de tenir compte de l’influence d’événements qui ne se produiront qu’une seule fois dans l’existence des individus et permet d’étudier spécifiquement les dynamiques en période d’instabilité et de transition. Comme il a été mentionné, ces dynamiques, bien que directement influencées par l’apparition imprévue d’éléments, d’événements, ne s’organisent pas moins en un certain tout cohérent. Cette cohérence est entre autres, construite à travers le rôle d’attracteurs de différents ordres : des attracteurs simples, qui permettent au système de rétablir l’équilibre en s’appuyant directement sur l’état surgi du déséquilibre ; des attracteurs cycliques qui, tout en intégrant de nouvelles informations, conduisent le système à revenir à un état proche de son état d’origine et des attracteurs étranges qui mènent à une diversité de positions, en empruntant des chemins imprévisibles (Baker, 1995).

52La théorie du chaos peut contribuer à la compréhension de phénomènes comme celui de la désunion. Dans le cadre de ce texte, nous n’en ferons qu’un usage métaphorique ; de nombreux théoriciens du chaos s’attachent actuellement à construire les outils mathématiques nécessaires à une utilisation plus formelle de ces concepts (Michaels, 1995 ; Ward 1995).

53L’événement de la rupture est, en quelque sorte, une plongée dans le chaos, du moins l’entrée dans une phase désordonnée. Si on reprend l’exemple des femmes interrogées au cours de notre enquête, on peut estimer qu’elles chercheront, suite à la rupture, à réorganiser leur existence. À partir de ce qui semble le même point de départ, elles arriveront cependant à des positions très différentes les unes des autres. Elles possèdent une certaine marge de manœuvre : dans le langage de la théorie du chaos, elles initient ainsi un processus d’auto-organisation. Elles fonctionnent en système ouvert puisqu’en interaction dynamique avec les autres à travers, par exemple, les ressources mobilisables dans leur réseau et qui viennent modifier peu à peu la situation de départ, dans un processus cumulatif. Mais ces ressources ne sont pas définies a priori ; le don circule, on l’a vu, de façon libre et risquée, donc incertaine, dans les réseaux. La composition même des réseaux n’est pas fixe, ni même la qualité du lien entre les membres.

54À l’analyse des cheminements observés dans l’enquête, donc en fin de processus, on peut identifier un certain nombre d’attracteurs qui permettent de définir leur cohérence. La priorité accordée au maintien du lien entre la mère et l’enfant, qui s’exprime par l’état de monoparentalité constitue ainsi un attracteur simple : il préfigure une réorganisation de l’existence à partir de la première position atteinte dans le processus de désorganisation. Les femmes dont le cheminement est influencé par cet attracteur chercheront ainsi à réorganiser leur existence autour de cet état. Bourgine, Bonabeau et Saurel (1995) parleraient ici de niche écologique pour qualifier les nouvelles positions, comme peut l’être la monoparentalité dans le cycle familial, qui apparaissent de façon simultanée et dont la présence concomitante construit leur valeur adaptative, ici leur légitimité sociale.

55La réinscription dans le cycle familial traditionnel, par le biais d’une nouvelle mise en couple, constitue plutôt un attracteur cyclique. Les femmes seraient ici conduites à réorganiser leur existence de façon à retrouver une position semblable, bien que différente, à leur position d’origine. La cohérence des choix qu’elles vont progressivement établir et des événements qu’elles vont rencontrer peut donc se lire à travers le prisme d’un retour à une vie familiale, légitime socialement et valorisée personnellement.

56Le sens que chacune accorde à l’autonomie et à la dépendance constitue, dans le cheminement des femmes après la rupture conjugale, un attracteur étrange extrêmement puissant. Il sert de justificatif pour refuser une certaine mobilisation de ressources perçue comme un risque de se soumettre au pouvoir de l’autre ou, à l’inverse, comme une crainte de limiter la liberté de l’autre à donner, même en contexte de précarité. Mais, selon 1 état des conditions initiales qui garantiront déjà, ou non, une certaine autonomie personnelle, les cheminements influencés par cet attracteur prendront des directions imprévues et très perméables au surgissement d’événements subits et pourraient conduire à des positions complètement différentes de celles anticipées. C’est le cas précisément des femmes qui, ayant peu de ressources personnelles mais valorisant en premier lieu leur autonomie, se retrouveront plutôt à terme entièrement dépendantes de ressources formelles telles que les allocations d’aide sociale et le logement public, dépendance qui correspond encore pourtant pour elles à une certaine image de l’autonomie.

57La période de transition qui suit le moment de la rupture, comme dans l’exemple donné un peu plus tôt, peut connaître des bifurcations importantes à la suite de l’apparition d’opportunités inattendues, un héritage par exemple, ou de contraintes subites, comme le serait une maladie. Nous sommes en présence de ces effets papillon, de ces petits événements qui influencent durablement la direction prise par la trajectoire. Parfois, il s’agit même d’effets en cascade, comme c’est le cas pour la jeune femme qui décide de retourner aux études dans l’objectif de terminer une formation dans un nouveau domaine, qui se lie d’amitié avec une autre étudiante, ce qui lui permet de trouver un emploi dans un champ professionnel qui n’a aucun lien avec les études entreprises. D’autres effets en cascade conduisent vers des directions moins intéressantes : de la naissance hors mariage à la responsabilité d’un enfant handicapé et à la dépendance institutionnelle, ou encore du harcèlement par l’ex-conjoint à la dépression et la perte d’emploi.

Conclusion

58Comme un nouveau jouet, la théorie du chaos pourrait être perçue seulement comme une nouvelle façon de nommer les mêmes choses. Nous croyons cependant que son utilisation peut être un ajout significatif dans la compréhension de phénomènes perturbateurs qui surgissent dans l’existence des individus. Les cheminements de ces derniers sont en partie préformés par certaines conditions initiales : ce sont les déterminismes structurels que cherchent à dévoiler depuis longtemps déjà de nombreux chercheurs, en particulier à partir des schémas théoriques inspirés de l’analyse marxiste. À la fin des années soixante-dix et durant les années quatre-vingt, le retour de l’acteur a été consacré dans les sciences sociales. Mais les stratégies individuelles qu’on cherche à identifier ressemblent parfois à s’y méprendre à celles en cours dans le système marchand...

59Entre les logiques d’acteurs et les déterminants structurels, le lien social ouvre vers la liberté des autres et l’imprévu. C’est précisément à quoi s’intéressent les théoriciens du chaos et ce qui peut le mieux nous aider à comprendre les suites d’une désunion en contexte d’incertitude.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ahrentzen S., « Residential fit and mobility among low-income, female-headed and family household in the United States », Housing Needs and Policy Approaches, Trends in Thirteen Countries, Van Vliet W. et Fana S. (dir.), Durham, Duke U.P., 1985, p. 71-87.

Baker P. L., « From Chaos to complexity : perspective on time and society », Chaos and Society. Frontiers in Artificial Intelligence, Albert A. (dir.), vol. 29, Montréal, PUQ/Amsterdam, Oxford, Tokyo, Washington D.C., IOS Press, 1995, p. 101-116.

Bouchayer F, « Une réalité mouvante et complexe, des méthodes d’approche et des cadres d’analyse multiformes », Trajectoires sociales et inégalités. Recherches sur les conditions de vie, Bouchayer F. (dir.), Paris, Ères, 1994.

Bourgine R, Bonabeau E. et Saurel P, « Co-évolution, cascades d’événements et états critiques auto-organisés », Chaos and Society. Frontiers in Artificial Intelligence, Albert A. (dir.), vol. 29, Montréal, PUQ/Amsterdam, Oxford, Tokyo, Washington D.C., IOS Press, 1995, JE 63-82.

Charbonneau J., Entre l’État et la famille : le cheminement résidentiel des jeunes femmes après une rupture conjugale. Une analyse comparative entre la France et le Québec, Thèse présentée en vue de l’obtention du grade de Ph. D. en science politique, université Laval, Québec, 1991.

Clark W. A. V., Onaka J. L., « Life-cycle and housing adjustment as explanations of residential mobility », Urban Studies, no 20, 1983, p. 47-57.

De Coninck F., Pratiques d’espace : la force des choses, Thèse présentée en vue de l’obtention du grade de Ph. D. en sociologie, EHESS de Marseille, CERCOM, 1989.

Finch J., Mason J., Negociating Obligations and. Social Change, Cambridge, Polity Press, 1993.

Fortin A., « Nouveaux réseaux : les espaces de la sociabilité », R.I.A.C., 29/69, printemps 1993, p. 131-140.

Click P., « The family cycle », American Sociological Review, vol. 12, 1947, JE 164-174.

Godbout J. T, en coll. avec Caillé A., L’Esprit du don, Montréal et Paris, Boréal/La Découverte, 1992.

Godbout J. T., Charbonneau J., en coll. avec Lemieux V., La Circulation du don dans la parenté, INRS-Urbanisation, coll. « Rapport de recherche », 17, 1996.

Goertzel Ted, Goertzel B., « Attitudes as chaotic attractors : rethinking the Anita Hill/Clarence Thomas affair », Chaos and Society. Frontiers in Artificial Intelligence, Albert A. (dir.), vol. 29, Montréal, PUQ/Amsterdam, Oxford, Tokyo, Washington D.C., IOS Press, 1995, p. 141-164.

Grafmeyer Y., Sociologie urbaine, Paris, Nathan, 1994.

Lagree J.-C., « Exclusion sociale et formation d’une underclass », Trajectoires sociales et inégalités. Recherches sur les conditions de vie, Bouchayer F. (dir.), Paris, Ères, 1994, p. 297-325.

Lelièvre E., Le Bourdais C„ « Construire les principes d’une analyse biographique du groupe familial », communication présentée au Séminaire de l’AIDELF « Ménages, famille, parentèles et solidarités dans les populations méditerranéennes », Aranjuez (27-30 septembre), textes réunis de la séance « Ménages et familles : problèmes méthodologiques », 1994, p. 45-54.

Martin C., « Désunion et solidarités de la parentèle », communication présentée au Séminaire de l’AIDELF « Ménages, famille, parentèles et solidarités dans les populations méditerranéennes », Aranjuez (27-30 septembre), textes réunis de la séance « L’expression des solidarités familiales », 1994, p. 33-50.

Michaels M., « Seven fundamentals of complexity for social sciences research », Chaos and Society. Frontiers in Artificial Intelligence, Albert A. (dir.), vol. 29, Montréal, PUQ/Amsterdam, Oxford, Tokyo, Washington D.C., IOS Press, 1995, p. 15-34.

Mondor F., Le Rapport au logement chez les femmes chefs de famille monoparentale du plateau Mont-Royal (itinéraires et enjeux). Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Fac. de l’Aménagement, mai 1989.

Ward M„ « Butterflies and bifurcations : can chaos theory contribute to our understanding of family systems ? », Journal of Marriage and the Family, 57, août 1995, p. 629-638.

Wekerle G., « From refuge to service center : neighborhoods that support women », Women, Housing and Community, Van Vliet W. (dir.), Avebury, 1988, p. 7-22.

Notes

1 « Although (he route a system has taken to reach its present state is evident, this position cannot be predicted from a knowledge of its starting point », Ward, 1995, p. 631.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.