Versión clásicaVersión móvil

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

4. Trajectoires, liens sociaux et réorganisation de l'habitat après la désunion

La question de l’espace domestique dans les trajectoires post-divorce

Claude Martin

Texto completo

1L’augmentation du nombre des séparations et des divorces représente un des principaux bouleversements qu’a connus l’institution familiale au cours des trois dernières décennies. De moins de un divorce pour dix mariages au début des années soixante, on est passé à plus de un pour trois au début des années quatre-vingt-dix, ceci sans compter la progression des « désunions libres » ou des ruptures de couples de cohabitants, dont on sait aujourd’hui qu’ils sont plus fragiles encore que les couples légitimes. Mais l’évolution de l’indicateur conjoncturel de divortialité ne suffit pas à rendre compte de ce phénomène. En fait, séparations et divorces inaugurent de nouvelles séquences de la vie familiale : séquence monoparentale ; séquence de semi-parentalité, pour ceux des parents qui ne partagent plus le quotidien de leurs enfants ; séquence de quasi-parentalité, pour ceux qui vivent avec des enfants qu’ils n’ont pas conçus.

2Rares encore sont les travaux qui étudient ces trajectoires post-désunion. C’est ce que nous avons tenté à l’occasion d’une recherche portant sur une cohorte de 336 parents séparés et divorcés dont nous avons suivi la trajectoire à l’aide de deux enquêtes postales menées à trois ans d’intervalle (Martin, 1994). Nous avons pu ainsi prendre la mesure de la diversité de ces trajectoires et repérer un certain nombre de facteurs qui interviennent dans ce processus. À l’occasion de deux enquêtes qualitatives complémentaires menées à un an et demi d’intervalle, nous avons ensuite étudié les cas de recomposition familiale (Le Gall et Martin, 1990 et 1991).

3Dans un premier temps, nous proposons de rendre compte de la diversité de ces trajectoires sociales, en tentant d’apprécier dans quelle mesure la mobilité résidentielle est susceptible de venir ou non renforcer la vulnérabilité économique et relationnelle de ces ménages. Dans un deuxième temps, nous nous attarderons sur le phénomène des recompositions familiales, du point de vue du logement et de l’organisation de l’espace domestique. Ces familles complexes, à plusieurs noyaux, qui se construisent en dehors de repères normatifs stabilisés, posent en effet la question de la délimitation et de l’évolution des frontières de l’espace domestique, lui-même révélateur de la définition et de l’évolution des liens familiaux. En privilégiant trois dimensions parmi d’autres : le choix du logement, du mobilier et la définition des frontières de l’intimité, nous tenterons de montrer en quoi l’espace domestique et son usage constituent un enjeu pour ces familles.

I – Diversité des trajectoires post-désunion

4Malgré une certaine banalisation du phénomène, les dissociations familiales continuent d’être interprétées en termes de « risques », même si ceux-ci ont quelque peu changé de nature au fil du temps, sous l’influence de différents discours savants (Martin, 1996a). Là où l’on percevait essentiellement un risque moral et financier au début du siècle, un risque d’inadaptation et de délinquance pour les enfants et adolescents ayant subi cette instabilité durant les « trente glorieuses », ou encore un risque d’appauvrissement, voire même de pauvreté, dans les années marquées par la crise de l’État-providence (1975-1990), il semble que l’on soit entré dans une période où les experts et les pouvoirs publics sont de plus en plus sensibles au risque de solitude, voire au risque de désocialisation ou d’exclusion associé à ces situations de « démariage » (Martin, 1993 et 1996b).

5Mais cette problématique en termes de risques sociaux masque d’importants écarts de trajectoires. Pour les uns, les ruptures familiales viennent effectivement renforcer des difficultés d’insertion sociale, des difficultés économiques qui existaient préalablement, provoquant des situations de dépendance à l’égard du système redistributif et des politiques sociales. Pour d’autres, elles provoquent une déstabilisation provisoire, un appauvrissement du ménage rapidement compensé par la suite. Pour d’autres encore, la rupture est plutôt vécue comme une émancipation, qui bouleverse peu la situation sociale et économique du ménage. Du point de vue des effets économiques, les écarts sont donc considérables. De même, en termes relationnels, divorce ou séparation débouchent rapidement pour certains sur une nouvelle relation conjugale et sur la reconstitution d’une « seconde » famille ; pour d’autres, elle inaugure une longue phase de monoparentalité, qui s’achève seulement avec le départ des enfants et l’entrée dans une certaine forme de solitude. Faute de prendre certains facteurs en considération, on simplifie considérablement la réalité pour ne retenir, bien souvent, que les effets déficitaires, négatifs de l’instabilité familiale, Il ne s’agit pas, bien entendu, de nier ces difficultés rencontrées par les divorçants, ou par leurs enfants, mais de tenir compte des inégalités de trajectoire que dissimule la catégorie générique des « victimes de la dissociation familiale ».

6L’âge, le genre et le milieu social pèsent lourdement sur la manière dont se déclinent ces différentes trajectoires. Le premier facteur joue un rôle d’autant plus significatif qu’il renvoie plus globalement au temps qui s’écoule. Évoquer l’âge et ses effets, c’est aussi bien tenir compte de l’âge au mariage, de l’âge lors de la rupture, de l’âge au moment de la nouvelle rencontre, ou encore du temps écoulé depuis la désunion. Ce peut être aussi prendre en considération l’âge des enfants ; le temps en un mot, un temps qui définit des horizons conjugaux variables. En effet, on n’envisage pas dans les mêmes termes une rupture conjugale ou une nouvelle union, à vingt, trente, quarante ou cinquante ans. On ne projette pas les mêmes choses, on n’aspire pas au même devenir. On n’a pas non plus les mêmes opportunités, les mêmes contacts, etc.

7Au deuxième facteur, le genre, correspondent manifestement des attitudes et des stratégies différentes à l’égard de la recomposition ou des nouvelles unions, ou à l’égard de la « parentalité solitaire ». En effet, qu’ils soient ou non parents gardiens, les hommes envisagent plus souvent et plus rapidement une nouvelle rencontre. Éprouvent-ils le besoin de se faire épauler dans les tâches domestiques et éducatives qu’ils ont à assumer ? Assument-ils plus difficilement la double journée qu’impose (quotidiennement pour les pères gardiens, épisodiquement pour les non-gardiens) la présence d’enfants dans leur ménage ? Ont-ils plus d’opportunité de rencontres ? Affrontent-ils plus difficilement la solitude ? Sont-ils moins réservés ou craintifs à l’égard d’une nouvelle expérience conjugale que les femmes qui seraient, pour leur part, plus réservées et attentives aux conditions nécessaires pour s’engager dans une nouvelle relation ? Il faudrait sans doute aller plus loin sur de telles conjectures. En tous les cas, les femmes, presque toujours mères gardiennes, demeurent plus fréquemment en situation monoparentale, par choix, par crainte des implications d’une nouvelle union, ou par contrainte. Elles sont aussi plus nombreuses à vivre des situations conjugales sans cohabitation, maintenant ainsi leur nouveau partenaire à distance, pour préserver leurs enfants et/ou une autonomie souvent difficilement (re)conquise, ou dans l’attente de reformer une nouvelle famille.

8Troisième facteur enfin, l’appartenance sociale, qui recouvre à la fois des pratiques culturelles, des valeurs, des repères normatifs différents et des modes de sociabilité, des types de réseaux nettement caractérisés, mais aussi des soutiens variables. Aux milieux faiblement diplômés, les réseaux serrés et denses, principalement composés de membres de la famille. Aux milieux fortement diplômés, les réseaux larges d’amis et de collègues et le soutien plus systématique et plus intense des proches. Ces pratiques culturelles s’expriment aussi dans l’idée que chacun se fait du couple, de ce qui le fonde, de la division des rôles des sexes, etc.

9Dans notre enquête, pour une majorité de cas (48 % de l’échantillon), la désunion intervenue relativement tôt (le plus souvent entre 30 et 35 ans) dans la trajectoire conjugale de femmes actives et indépendantes financièrement a inauguré une longue phase de monoparentalité (plus de dix ans). Ces femmes de la quarantaine, qui vivent avec des enfants d’âge scolaire, préadolescents ou adolescents, maintiennent généralement des relations avec leur ex-conjoint ; relations rarement cordiales ou coopératives, mais plutôt limitées à la circulation des enfants, à l’exercice du droit de visite et aux questions matérielles les concernant (notamment le versement de la pension alimentaire). D’ailleurs, presque toutes ces femmes considèrent que leur ex-mari ne fait plus partie de leur famille. En revanche, la parenté (parents, grands-parents, fratrie) reste très proche et aidante.

  • 1 Près de 30 % ont développé depuis leur rupture une relation conjugale sans cohabitation plus ou mo (...)

10Dans ces trajectoires, l’enjeu semble d’abord celui de l’indépendance. Parce qu’elles sont actives, mûres et soucieuses de ne pas traverser d’autres ruptures familiales, ces femmes attachent beaucoup d’importance à leur autonomie, même si parfois cette préoccupation peut engendrer insatisfaction, voire même solitude. La frontière entre indépendance et solitude est d’ailleurs souvent infime. Mais à choisir, mieux vaut être seule et indépendante, qu’en couple, insatisfaite. Pour elles, la monoparentalité est donc une phase durable, ni véritablement choisie, ni véritablement subie. Tout dépend des périodes et surtout des rencontres. Pour éviter la solitude, nombre d’entre elles développent des relations conjugales sans cohabitation1 : manière de rompre l’isolat sexuel, sans s’engager. La porte est entrouverte, en attendant mieux ou pour voir. Il ne faut donc pas réduire ces situations à une monoparentalité définitive, mais comprendre que la recomposition n’est ici envisageable « qu’à coup sûr », avec prudence ou quand on a trouvé le partenaire « quasi idéal ». Mais la possibilité de choix est d’abord le fruit de l’indépendance financière fournie par le travail. En revanche, ces femmes estiment peut-être avoir moins le droit à l’erreur désormais, au sens où elles ne peuvent plus s’offrir le « luxe » d’une nouvelle rupture, leur « horizon temporel conjugal » leur semblant réduit. Les recompositions familiales sont donc assez rares, mais souvent mûrement réfléchies.

11Pour les autres, l’âge et le milieu social font la différence. Ainsi en est-il pour les femmes de plus de quarante ans, faiblement diplômées, sans expérience professionnelle, séparées depuis relativement peu de temps après une longue vie de couple qui ne les a nullement préparées à s’assumer de manière autonome (environ 20 % de notre échantillon). Pour elles, la rupture produit dépendance et précarité. Le profil de sociabilité ne compense guère ces difficultés d’intégration sociale, puisque la famille se montre également moins solidaire ou aidante, sachant que les relations avec la parenté ont fréquemment diminué suite à la rupture. De même, la relative proximité de la rupture fait que les relations avec les ex-conjoints sont généralement difficiles et conflictuelles. Quelques-unes de ces femmes choisissent de se remarier rapidement, sans qu’il soit aisé de faire la part entre la nécessité de trouver au travers de cette nouvelle union une source d’équilibre économique, le besoin de se conformer à une norme sociale (vivre en couple à un certain âge) et le choix ou l’aspiration profonde à refaire sa vie. Quoiqu’il en soit, ces personnes se considèrent le plus souvent isolées. Il en est de même pour quelques femmes divorcées devenues veuves, souvent enserrées dans traditions et solitude.

12Au-delà du cap des cinquante ans, ceux et celles qui ont connu une longue vie de couple, et une rupture assez tardive (9 % de notre échantillon), découvrent un même horizon : plus guère de projet conjugal ni de réseau familial (enfants majeurs, parents décédés), mais deux types de destins, selon qu’ils sont ou non fortement diplômés. Aux premiers, de denses réseaux de sociabilité amicale ; aux seconds, la solitude.

13La dépendance existe aussi pour certains jeunes, prématurément mariés, puis divorcés avec des enfants jeunes ou très jeunes (environ 15 % de l’échantillon). À peine se sont-ils engagés dans la constitution d’une famille, que déjà ils doivent faire l’expérience de la désunion, et même de l’abandon de leur premier partenaire. Et pour n’avoir pas, là non plus, les conditions de leur insertion professionnelle et donc de leur autonomie, la rupture engendre, une fois encore, isolement et dépendance à l’égard de leurs parents et/ou de la collectivité.

14Quant aux jeunes diplômés et actifs, précocement séparés eux aussi, les trajectoires sont résolument tournées vers la recomposition familiale (8 % de l’échantillon). Celle-ci semble d’autant plus aisément envisagée que la jeunesse, l’activité et le niveau socioculturel sont trois valeurs sûres sur le « marché conjugal ». À cela s’ajoute une certaine capacité à sédimenter la vie familiale. Un couple ou une famille n’efface pas l’autre ; il ou elle s’ajoutent, élargissant de plus en plus le tissu des proches, complexifiant les rôles et les repères. Ces jeunes parents sont aussi fortement soutenus par leur parenté et leur réseau amical. Il n’est plus question ici de sentiment de solitude.

15On doit donc lire l’effet des ruptures conjugales sous divers angles : sous l’angle des relations et de leur qualité ; sous l’angle des ressources pour apprécier les effets d’appauvrissement et leur relativité, mais aussi sous l’angle du logement. En tant qu’espace du familial, celui-ci est un autre révélateur de la diversité des trajectoires post-désunion. Même si la population enquêtée était très sédentaire et provenait majoritairement du département étudié (Calvados), la mobilité résidentielle ayant donc été faible préalablement à l’union et à la rupture globalement, nous avons pu apprécier l’impact de la rupture en termes de logement.

16La séparation contraint bien souvent l’un ou les deux parents à déménager. Le plus souvent, les deux partenaires du couple se sont relogés suite à la dissociation (46 % des cas). Le parent gardien conserve le logement un peu plus souvent (35 %) que l’ex-conjoint (20 %), ce qui est assez logique compte tenu de la présence des enfants. Ces situations diffèrent cependant nettement selon le sexe. Les pères gardiens conservent le logement du couple dans plus d’un cas sur fieux, contre un cas sur trois pour les mères gardiennes. Les mères non-gardiennes ne le conservent que dans seulement 8 % des cas, alors que 20 % des pères non gardiens continuent à résider dans le logement du couple après la rupture. Ceci inciterait à penser que lors de la désunion, c’est moins le fait d’avoir ou non la charge des enfants que le sexe du parent qui joue un rôle pour que l’on conserve le logement. Les hommes restent plus souvent dans le foyer conjugal. Faut-il y voir une conséquence du fait que ce sont majoritairement les femmes qui demandent la séparation ou le divorce ? Ou bien encore est-ce le résultat de la division traditionnelle des rôles des sexes, qui fait que lors de la rupture le logement semble devoir revenir à celui qui assurait principalement les ressources du ménage ?

17En tout état de cause, avec le logement, c’est aussi probablement une bonne part du patrimoine mobilier et ménager, les « affaires du couple » en quelque sorte, qui sont susceptibles d’être conservées par l’homme. Ceci resterait à vérifier. Ce phénomène, s’il se confirmait, aurait tendance à accroître encore la relative inégalité existant entre hommes et femmes après la dissociation.

18Quelques rares parents (2 % des cas seulement) ont dû avoir recours à des institutions d’accueil ou des foyers après la rupture. Quant à la stabilité résidentielle des parents gardiens, elle est très variable : près d’un sur deux a connu un ou deux déménagements depuis la séparation. Mais certains ont déménagé beaucoup plus encore : 13 % trois fois, 4 % quatre fois, ou plus. 18 personnes signalent même avoir déménagé neuf fois depuis leur séparation. Bien sûr, cette trajectoire résidentielle est étroitement liée au temps écoulé depuis la séparation et aux difficultés d’insertion sociale et professionnelle de certains parents gardiens.

II – Composer avec le logement2

  • 2 Cette partie reprend un article publié par la revue Recherches (Le Gall D. et Martin C., 1993).

19Intéressons-nous désormais aux cas des recompositions familiales sous l’angle de l’espace de vie. Ce processus complexe comprend souvent plusieurs étapes et implique un certain nombre de choix. Les partenaires de ces nouvelles unions peuvent projeter de se remarier ou non. Mais ils peuvent aussi choisir, dans un premier temps, de ne pas cohabiter. En cela, la question du logement est intrinsèquement liée au processus de recomposition. Choisir de cohabiter avec un partenaire et d’instituer une relation conjugale n’est bien sûr pas spécifique aux familles composées. Mais comparativement aux premières unions, la recomposition se pose dans des termes radicalement différents. Que ce soit à propos du choix de l’espace domestique ou de son usage, outre le problème des ressources du nouveau ménage, la recomposition familiale contraint de prendre en compte le « passé » de l’un et l’autre conjoints, passé qui s’exprime principalement au travers de la présence d’enfants, mais aussi de la possession d’un logement (que ce soit comme propriétaire ou comme locataire), d’un mobilier et d’un mode de vie domestique. En outre, le fait d’avoir connu une première rupture n’est pas sans modifier l’attitude des protagonistes, le plus souvent dans le sens d’une certaine défiance à l’égard d’une nouvelle expérience.

20La recomposition familiale ne se traduit pas systématiquement par un emménagement de la nouvelle famille. On peut distinguer deux formes de mise en couple : soit un conjoint va vivre chez l’autre ; soit les deux conjoints prennent ensemble un nouveau logement. L’organisation, puis la gestion de l’espace domestique se posent dans des termes différents selon le cas. Dans le premier, la cohabitation s’accompagne d’emblée d’un nécessaire réaménagement de l’espace et de son usage, ce qui suppose un minimum de négociation ; l’un des partenaires, le « premier résidant », ayant une antériorité sur l’autre, le « migrant ». Dans l’autre cas, la cohabitation correspondant à l’entrée dans un nouveau logement, la négociation est généralement moins délicate, chacun ayant à investir un lieu nouveau.

1. Réaménager avec un nouveau partenaire

21Comment s’opère le choix du lieu de résidence lorsque la nouvelle famille s’installe dans le logement d’un des deux conjoints ? En fait, dès lors que le couple est constitué d’un parent gardien et d’un parent non-gardien ou d’un conjoint sans enfant, tout se passe comme si la situation s’imposait d’elle-même et ne résultait pas véritablement d’un choix. Le logement où résident en dominante les enfants est souvent le plus spacieux. Il paraît donc logique de s’y installer. Et la question se pose d’autant moins que le parent-gardien est propriétaire. Le rapport « espace habitable/nombre d’occupants » n’est cependant pas le seul critère en cause. Interviennent également le souci de préserver les enfants ou de tenir compte de leur réaction au nouveau mode de vie qu’ils n’ont pas choisi. La recomposition leur imposant déjà de vivre au quotidien avec un beau-parent, pourquoi leur imposer en plus de quitter un espace domestique structuré à leur mesure, ou les contraindre à abandonner les amis qu’ils se sont faits dans le voisinage et les copains d’école ?

Avant qu’il vienne habiter avec moi, avec nous ici... en fait, je le connaissais, ça faisait deux ans. Moi, je l’aimais vraiment, mais je lui ai dit : « Si les enfants ne t’acceptent pas, tu reprends ton chez toi ». Pendant deux années, il venait de temps en temps, le week-end, puis parfois manger le soir. On voyait les réactions des enfants. Au bout de deux ans, nous avons pris la décision de vivre ensemble [...]. C’est lui qui est venu vivre ici car son appartement était vraiment trop petit : une petite cuisine, une chambre, une salle de bains... Bon, c’était pas possible autrement quoi.

22Le parent gardien peut aller jusqu’à envisager de sacrifier ses projets conjugaux si ceux-ci risquent d’avoir des répercussions négatives sur les enfants. Mais le choix d’installer un nouveau partenaire dans son logement et celui de ses enfants permet surtout de tester les possibilités d’une nouvelle vie en couple sans avoir à bouleverser sa trajectoire-logement. Si d’aventure la cohabitation s’avère impossible, quelle qu’en soit la raison, c’est le nouveau partenaire qui part. Autrement dit, la cohabitation par « agrégation » du beau-parent minimise les risques du parent gardien. Le maintien dans le logement révèle alors parfois la peur de la précarité des relations, souvent découverte à la suite de la désunion. Si ce type de choix s’opère apparemment sans trop de réticence dès lors qu’il s’agit d’un beau-père « migrant », cela semble moins vrai pour les femmes. Plus impliquées que les hommes au niveau du quotidien et de l’espace domestique, les femmes appréhendent différemment leur arrivée dans le logement du parent gardien.

23Si l’agrégation du nouveau partenaire à la vie familiale monoparentale pose problème, plusieurs solutions sont possibles : renoncer à sa nouvelle relation, inciter les enfants à prendre leur autonomie, s’ils sont assez âgés, ou encore distinguer des épisodes de vie conjugale et de vie parentale : la conjugalité non-cohabitante. Ce dernier choix peut être d’autant plus délicat que les ressources sont faibles. Ainsi, par exemple, Anne-Marie a dû adopter un mode de vie conjugal non-cohabitant pour avoir pris trop rapidement (trois mois après sa nouvelle rencontre et quatre mois après sa rupture avec son ex-conjoint) l’option d’imposer à ses trois filles, des adolescentes ayant entre seize et vingt ans, de partager leur logement (F4) avec Philippe, issu d’une famille d’agriculteurs, célibataire sans enfant et plus jeune qu’elle de onze ans. Pendant trois mois, Anne-Marie assiste, impuissante, à cette impossible cohabitation. Faute de pouvoir trancher, car elle ne peut abandonner ses filles et se refuse à rompre avec Philippe, celui-ci finit par se replier sur ses terres.

Au début, il est venu habiter avec nous. Avec les filles c’était pas possible. Elles ne veulent pas accepter que les gens soient différents. L’adolescence ce n’est pas drôle. Alors voilà. Lui, il avait l’habitude de vivre seul, et elles, elles ne voulaient pas se serrer un peu, lui faire une place, quoi... À la fin, lui il ne voulait plus non plus tenter de s’imposer. Alors, comme il n’avait pas encore redonné son appartement, on n’a pas eu d’autre solution. Alors moi, je me partage entre les deux. Je passe la moitié de la semaine avec mes filles, et le reste ici. Ça n’est pas très drôle, mais y’a pas d’autre solution.

24Autre solution, « faciliter » le départ de ses enfants. Jeanne, issue d’un milieu très défavorisé, a eu quatre garçons. Elle est mère gardienne depuis huit ans, mais n’a plus désormais que ses deux derniers, adolescents, à charge. À l’occasion d’un stage de formation-insertion, ses jeunes fils lui font connaître André.

Il n’avait plus de travail, sa femme l’avait quitté et il avait un jeune gars à la DDASS qu’il voulait récupérer. Alors j’ai dit : « Bon, le temps qu’il se dépatouille pour trouver quelque chose, il peut rester là, et puis c’est tout ». De fil en aiguille, il est resté complètement ici... Il a fallu quand même un bon mois et demi pour qu’on soit ensemble [...]. Alors voilà, quand on a dit aux enfants, on va vivre ensemble, et bien il n’y a pas eu de hic. C’est trois gamins que j’avais. Pas un homme et deux gosses. Au début c’était parfait.

25Mais très rapidement, F ambiance se dégrade. André prend peu à peu partie dans les controverses fréquentes entre Jeanne et ses deux grands, estimant qu’il doit l’appuyer de son autorité. Deux camps s’opposent alors : le nouveau couple d’un côté, les enfants de l’autre. Dans cette situation, l’espace domestique paraît bien restreint, et ce d’autant plus qu’André est totalement dépendant de Jeanne qui ne perçoit que 2000 francs par mois du fonds de solidarité, et assume encore les frais de l’ensemble du ménage. Les rôles sont donc d’une certaine manière inversés. Bien qu’ayant peu de légitimité pour faire valoir une position d’autorité, à la demande de Jeanne, André tente d’exiger de ses enfants qu’ils participent aux frais du ménage puisqu’ils ne veulent pas partir et qu’ils perçoivent des indemnités de stages. Dans ce genre de situation, ou bien le beau-père parvient à occuper un rôle paternel de substitution, et c’est assez fréquemment le cas quand il pourvoit aux besoins de la famille et que les enfants ne sont pas trop âgés, ou bien c’est le conflit permanent qui peut, à terme, conduire à l’exclusion des enfants si le parent gardien fait corps avec son nouveau conjoint. Ce sera le cas ici puisque, lors de notre deuxième passage (un an et demi plus tard), le plus âgé n’était plus au foyer. Après avoir vécu quelques semaines chez un copain, il a pris une chambre dans un foyer de jeunes travailleurs. Quant au plus jeune, qui semble avoir moins de poids maintenant que son frère est parti, il est averti que la même issue l’attend s’il ne se plie pas aux « nouvelles règles » de la maisonnée.

2. Emménager dans un nouveau logement

26Plus rare dans notre enquête, sans doute partiellement pour des raisons économiques, le fait d’emménager ensemble dans un nouveau logement pose apparemment moins de problèmes. Ce type de cohabitation permet d’anticiper le manque d’espace, et donc logiquement de limiter les risques de tension liés à une certaine promiscuité. L’histoire de Marie et de David est tout à fait illustrative de ce mode d’installation. En 1979, Marie, psychologue, se met en couple avec Bernard, qui exerce la même profession. Ils ont ensemble une fille. Marie le quitte en 1984 pour vivre avec Bertrand, un médecin, célibataire. Ils ont ensemble une fille. Leur vie de couple se dégrade rapidement. Marie rencontre David, universitaire, lui-même parent non-gardien d’un enfant de 15 ans. Après une courte période de relation clandestine, ils décident de vivre ensemble. Marie doit abandonner la maison (F5) qu’elle louait avec Bertrand et prendre un logement. David ne recevant son fils qu’un week-end sur deux et pendant la moitié des vacances, il peut facilement partir de son F3. Le choix du logement permet d’anticiper des « heurts » prévisibles.

On a décidé de prendre un F5 afin que chacun des enfants, même le mien qui n’est pourtant là que rarement, ait sa chambre. Mais en fait, l’appartement c’est un grand F4 auquel est adjoint un studio. D’ailleurs il y a deux entrées : celle du F4 et celle du studio. La répartition est la suivante : Marie et moi nous avons fait du salon, qui jouxte la salle à manger, notre chambre : les filles ont chacune une des chambres du F4, et mon fils, le studio. Ça se justifie par le fait que mon fils a quinze ans alors que les filles n’ont que neuf et trois ans.

27L’option paraît optimale. Elle n’est cependant pas simplement liée aux écarts d’âge, comme le reconnaît un peu plus loin David :

En fait, je crois qu’il faut être clair. Mon fils a eu son père pour lui tout seul pendant 10 ans. Et même s’il y avait une copine, ça ne durait pas. Alors bien sûr, quand il a vu que ce n’était pas tout à fait le même scénario, ça n’a pas arrangé les choses. Ses relations avec Marie ont d’emblée été très tendues. Alors le choix de ce F5, qui n’est pas n’importe lequel puisque d’une certaine façon, c’est un F4 avec une annexe, et la répartition des personnes dans l’espace, reflètent assez bien l’état des relations entre les personnes. On met d’une certaine manière les filles à l’« abri » de celui qui est perçu comme le perturbateur potentiel et ça limite les confrontations entre Marie et mon fils. Bref, le loyer est très élevé, mais il est peut-être le prix à payer jour que la cohabitation ne soit pas invivable.

28Le choix de s’installer ensemble dans un nouveau logement peut donc permettre à la fois d’éviter la promiscuité, fréquente quand l’un des conjoints s’agrège à un foyer monoparental, mais aussi de réguler les risques de conflit. Dans le cas étudié, cette organisation a cependant pris la forme d’une exclusion en douceur pour le fils de David.

Pour mon fils, au départ, c’était merveilleux. Il n’avait jamais eu autant de place pour lui tout seul. Mais par la suite, il s’est aperçu que ce studio c’était aussi, dès lors qu’il y avait des tensions, le lieu où il finissait systématiquement par atterrir. À un point tel d’ailleurs qu’il m’a fait savoir que certes il avait la chambre la plus grande, mais que ce n’était pas vraiment le fruit du hasard. En fait, comme il me l’a dit : « ça vous arrange bien que je sois là ! ». C’est dur à accepter, mais c’est vrai que le studio n’ayant vraiment rien d’une prison, loin de là, j’hésite beaucoup moins, quand ça ne va pas, à lui signifier clairement qu’il peut se retirer.

29Certains aspects de la relation de Marie et David laissent entrevoir qu’ils hésitent à instituer véritablement une nouvelle famille. Leur couple apparaît plus comme la juxtaposition de deux trajectoires qu’un véritable rapprochement en vue de constituer une entité fusionnelle. Ainsi par exemple, après deux années de vie en couple, Marie n’a rencontré qu’une seule fois la mère de David, et David n’a jamais été présenté aux parents de Marie. Non pas qu’il y ait des risques d’hostilité entre les deux familles, mais peut-être hantés par l’instabilité, Marie et David se sont accordés sur le fait que chacun devait gérer de manière autonome ses rapports avec sa propre famille et maintenir de la distance.

Officiellement, pour ses parents, je n’existe pas. Bien évidemment, ils ne se font guère d’illusions puisque la plus jeune des filles leur parle de moi. Mais bon, c’est comme cela. Alors quand ils viennent à la maison, je me retire dans le studio. Et comme il y a deux entrées, et que sur chaque entrée il y a un nom différent, pas de problème. On ferme la porte qui donne directement accès du studio à l’appartement, et pour ses parents, elle vit avec ses deux filles dans un F4. À ne pas vouloir faire « famille-famille », on a tellement bien réussi que le jour où tout ce beau monde se rencontrera, je me demande de quoi on pourra bien parler.

30Les tensions qui opposent beau-parent et beaux-enfants ne prennent pas nécessairement ce schéma de l’éviction. Lorsque les moyens le permettent, les solutions envisagées pour sortir de l’impasse peuvent être plus nuancées. C’est le cas de la configuration familiale d’Isabelle et Pierre. Elle est infirmière, mère-gardienne de trois adolescents qui ont entre quinze et vingt ans. Pierre, médecin, est père non-gardien de trois garçons majeurs, dont deux travaillent et le dernier termine une formation professionnelle. Les relations entre les enfants et le beau-père sont difficiles. Il faut dire qu’Isabelle a toujours privilégié ses trois enfants et mis au second plan sa relation avec Pierre, qui, de son côté, a attendu plus de sept ans qu’Isabelle accepte de concrétiser un peu leur relation en envisageant la cohabitation, puis le mariage. Cette solution n’est pour autant pas dénuée de calcul, si l’on peut dire, puisque Pierre y trouve l’occasion de diminuer ses charges fiscales et Isabelle, une garantie de plus grande stabilité économique. Si la formule non-cohabitante adoptée au départ était un peu une fiction, puisque Pierre résidait quasiment en permanence chez Isabelle et ses enfants, la cohabitation puis le mariage vont provoquer un important changement, qui va faire perdre à Isabelle une grande part de sa maîtrise de la situation. En effet, ils vont alors tous emménager dans une grande maison de huit pièces, dans laquelle chacun parviendra relativement aisément à se préserver un espace intime.

31Lors du second entretien, cette situation de statu quo et de répartition de l’espace entre les membres de la famille composée avait évolué. Avec cet emménagement dans une maison choisie ensemble par Isabelle et Pierre, mais dont le loyer était payé par Pierre, s’achève l’époque où Isabelle pouvait faire valoir son autonomie à son partenaire en cas de tension et l’inviter à retourner sur ses terres. Désormais, c’est l’inverse. Pierre peut signifier qu’il est plus chez lui qu’Isabelle dans leur logement commun, et que si ses enfants ne peuvent le tolérer, ils peuvent toujours partir. Les tensions entre Pierre et les trois adolescents vont peu à peu conduire Isabelle à chercher une alternative. Elle hésitera même à rompre, quelques mois après le remariage. Après une période de grande tension, ils déboucheront sur une solution intermédiaire : Isabelle prend à son nom un appartement à proximité, dans lequel elle installe les enfants. S’agissant d’un F4, chaque enfant y a sa chambre, mais pas Isabelle. Avec le temps, un système complexe de gestion de l’intendance va s’instaurer. Chaque jour, Isabelle passe à l’appartement, fait à manger quelquefois, remplit le frigo en faisant les courses avec l’une ou l’autre de ses filles, emmène le linge à laver et le ramène repassé. Les enfants, de leur côté, n’assurent que la vaisselle et le ménage. L’appartement ayant été meublé avec les meubles d’Isabelle, elle perd aussi le marquage de son territoire dans la maison qu’elle continue d’habiter avec Pierre. Peu à peu, cette nouvelle situation va résorber quelques-unes des tensions conjugales, même si le couple ne se fait plus guère d’illusions sur ce qui les lie encore. Mais Isabelle ne sait plus vraiment où elle réside et surtout, elle se sent prisonnière de cette situation qui s’est stabilisée à ses dépens. Lorsque ses rapports avec Pierre se dégradent, elle ne peut envisager pour autant d’aller vivre avec ses enfants, qui ne verraient plus d’un bon œil son retour parmi eux. Elle n’a plus de « chez elle ».

32Mais ce qu’il convient ici de souligner c’est à quel point le logement est l’enjeu d’un rapport de force qui va se durcir encore lorsque Pierre et Isabelle vont se voir contraints de quitter cette maison reprise par son propriétaire et d’en acheter une « ensemble ». En fait, Pierre achète sa maison, mais là encore, il admet de la choisir avec Isabelle. Par contre, il n’est évidemment pas prévu de retour des enfants dans cette nouvelle maison, qui est conçue comme la maison du couple, tant que celui-ci dure. Un an plus tard, en effet, Pierre et Isabelle divorceront. Isabelle va réintégrer le logement des enfants, qui vont se trouver progressivement chacun un autre logement, pour y poursuivre leurs études avec le soutien des parents d’Isabelle. On constate, à la lumière de cet exemple, que l’emménagement de la famille composée dans un nouveau logement ne se fait pas toujours au profit du même acteur. Quand les enfants sont en passe de quitter le foyer parental, ce n’est plus le parent-gardien qui est susceptible de faire valoir sa logique (le plus souvent la mère), mais celui qui détient les cordons de la bourse et de l’investissement dans le logement (ici un père non-gardien).

III – L’aménagement de l’espace

33Dès lors que deux conjoints se séparent, se pose souvent de manière douloureuse, le problème du partage. Qui garde quoi, et pourquoi ? Quand un(e) divorcé(e) ou séparé (e) se remet en couple, le problème est a prion inverse. A priori seulement, car la problématique du « double », ou si l’on veut du « même », contraint là aussi à une sorte de « partage ». Il n’est cependant plus question de « négocier » pour avoir le minimum afin de se réinstaller au moindre coût. Il s’agit de faire valoir ses « meubles », si l’on veut qu’ils aient droit de cité dans le nouvel espace domestique. L’enjeu est d’importance. En effet, comme le remarque P. Amphoux, on assiste actuellement à une « inversion du rapport entre mobilier et immobilier. Dans certaines situations, ce n’est plus l’espace normalisé du logement qui définit un ameublement standardisé, c’est l’ameublement qui définit l’espace. L’identification de l’individu ou de la famille passerait alors plus par certains éléments d’un mobilier choisi que par l’attachement à une maison ou à un lieu particulier » (1989, p. 183). La mobilité professionnelle, mais aussi l’augmentation du nombre des désunions, suivies d’une ou plusieurs autres unions, accroissent le nombre des déménagements. Et ceux-ci ne sont pas sans modifier les représentations de l’habitat :

Si le déménagement devient plus fréquent, c’est le meuble qui devient « immobilier » et l’immeuble, en quelque sorte, qui se mobilise. (Ibid.)

34Quand l’installation se fait par l’agrégation d’un nouveau partenaire à une famille monoparentale, celui-ci a bien souvent du mal à importer son « univers » mobilier dans celui de la famille d’accueil. Le problème est moindre lorsque le nouvel arrivant est un célibataire sans enfant n’ayant que quelques meubles.

Lui, il était célibataire. Il avait un petit studio, mais il était souvent citez ses parents qui habitaient juste à côté. Alors il avait juste l’essentiel. Il est arrivé avec quelques bricoles, c’est tout. Y a pas eu de problème.

35Cependant, ce qui peut être perçu comme des « bricoles » occupe parfois une place plus importante qu’on ne le pense, comme l’illustre le cas de Gérard. Souvent en déplacement, ce peintre en bâtiment n’avait pas vraiment aménagé son appartement, ni investi dans le mobilier. Quand il est venu vivre avec Solange et ses quatre enfants, Gérard a fort bien compris qu’il ne pourrait amener ses quelques affaires sans risquer d’encombrer le F4 de Solange. Pourtant, ce minimum lui a fait cruellement défaut pour s’intégrer dans ce logement. L’adaptation à un nouveau rythme de vie, à un collectif déjà constitué s’opère en effet en l’absence de tout repère matériel, de toute référence familière. Le manque permet de mesurer combien les « bricoles » tiennent un rôle primordial dans le quotidien.

Il avait un peu de mobilier. Mais, vu la place dont je disposais, il n’a pas pu venir avec. Et je me suis aperçue qu’il tenait peut-être plus à ces choses qu’il ne le pensait lui-même. En effet, au tout début, il semblait un peu perdu. En fait, je crois qu’il ne se sentait pas vraiment chez lui, qu’il n’avait pas de chez lui parce que justement il n’avait pas grand-chose à lui. Et il m’a avoué, après, que de ne pas pouvoir sentir qu’il y a des choses à soi, au niveau matériel, eh bien, c’est très dur. D’ailleurs, peu de temps après, il a rapporté quelques éléments en plus qui ne tenaient pas vraiment de place. Mais je crois qu’il en avait besoin.

36Quand le futur beau-père a déjà un espace intérieur aménagé, ce qui est fréquemment le cas lorsqu’il est plus âgé et/ou a déjà connu une période de vie conjugale (cas des parents non-gardiens), la sélection des biens mobiliers est plus délicate encore. Pour une part, elle s’effectue sur des critères de fonctionnalité : le manque (un lave-vaisselle qui faisait cruellement défaut sera apprécié) et la performance (une machine à laver le linge plus moderne ou moins usagée). À ce niveau, il n’y a guère de problème.

Pour le frigo par exemple, moi j’en avais un qui était carrément vétuste ; il a fait tous les déménagements. Alors on a pris le sien. Le mien, comme il allait rendre l’âme, je l’ai laissé. Mais il y a des choses qu’il n’avait pas, comme le canapé. Alors voilà, j’ai toujours mon canapé. Tout s’est un peu passé comme cela. On n’avait ni l’un ni l’autre véritablement de gros meubles bien lourds, bien massifs, bien neufs ou d’époque, alors on a gardé ce qui pouvait encore faire du chemin et qui était à peu près confortable. Cela paraît logique.

37Seule concession possible à cette logique : le meuble de famille auquel on tient, ou dont on n’ose pas se débarrasser afin de ne pas froisser la famille :

Ses grands-parents lui avaient donné cette armoire qui n’est vraiment pas pratique et qui gémit à chaque fois qu’on ouvre les portes. Bon, moi, je l’aurais bien mise au rencard, mais j’ai compris que ça passerait mal, bien qu’il n’y tienne pas plus que moi. Alors on l’a gardée.

38Pour les meubles ne relevant pas de cette logique de fonctionnalité ou de mémoire, il est plus délicat de trancher, les critères d’usure, d’ancienneté ou de commodité ne pouvant être retenus. Se confrontent alors des goûts, des sensibilités, des représentations de l’intimité qu’il n’est guère possible d’évaluer à partir de critères objectifs. Reste donc la négociation qui s’avère d’autant plus âpre que les conjoints ont des conceptions de l’habiter précises, et que l’espace domestique exigu n’offre pas d’alternative. Par-delà la diversité des configurations, une dominante émerge pour les recompositions où le nouveau conjoint vient s’adjoindre au foyer monoparental. Les meubles qui avaient déjà leur place, autrement dit ceux du parent gardien, s’imposent le plus souvent. On ne peut donc véritablement parler d’un emménagement du beau-parent en ce sens que, parmi les meubles faisant double emploi, les siens sont rarement retenus. Il doit s’adapter à un nouvel univers domestique, avec ses rythmes et ses habitudes, mais aussi faire l’épreuve de ses premières confrontations quotidiennes avec les enfants. Il ne peut donc guère être « offensif » et doit souvent essayer de se faire une place en douceur. À cela s’ajoutent des nuances selon le sexe du beau-parent. Le plus souvent, il s’agit d’un beau-père. S’il faut procéder à une réorganisation de l’espace domestique, la mère-gardienne reste la mieux placée. Elle est la seule à pouvoir faire accepter une modification de son propre intérieur, tout d’abord parce qu’elle en est l’ordonnatrice, ensuite parce qu’elle se situe à l’interface de deux entités qui, sans véritablement se fondre en « une », doivent pouvoir coexister pacifiquement. Et elle aura à cœur de s’employer à ménager les susceptibilités car il y va de sa propre option : revivre avec un conjoint.

39S’il s’agit d’une belle-mère sans enfant venant vivre au foyer d’un père-gardien, l’adaptation paraît plus délicate. Ainsi, Béatrice, célibataire sans enfant et infirmière anesthésiste est venue vivre avec Gérard, enseignant et père-gardien de deux enfants. À la difficulté d’inaugurer sa carrière familiale en tant que belle-mère sans être mère, s’ajoute, pour Béatrice, celle de ne pouvoir satisfaire à une sorte de rôle prescrit en raison de la situation. Le conflit intérieur s’extériorise alors assez vite.

C’est un compromis. Moi, il faut que je me sente bien dans des murs parce que pour moi, ça compte beaucoup. Il faut que ça me plaise. Si ça ne me plaît pas, je m’en vais. Ce n’est pas une question de famille-pas famille, c’est une question de caractère, de tempérament. Je me suis toujours aménagée un espace à moi, sympathique, un truc chaud où il y a de la vie, où je reçois des amis, parce que c’est nécessaire. Or, ici, c’est le foutoir, enfin (tour moi. C’est un espace où on dort, où on mange, un espace où on n’investit pas, un espace pratique. C’est froid. On n’investit pas plus que le temps qu’on y passe. Et ça, ça me fout en l’air. Je comprends, un mec avec ses enfants, bon, je comprends. Mais moi, j’ai du mal à supporter. J’ai besoin de savoir qu’il y a un endroit à moi où je me sens bien, sinon, ça ne va pas.

40L’impossibilité d’avoir un intérieur aménagé à sa mesure semble particulièrement difficile à vivre. L’installation apparaît comme du « provisoire » qui dure trop longtemps. Est-ce à relier directement au sexe du beau-parent et aux rôles dévolus aux femmes, comme pourrait le laisser penser cet échange entre Béatrice et Gérard ?

Elle : Actuellement, ce que j’avais avant, mes photos, mes papiers, mes affiches, tout mon passé quoi, je ne l’ai pas encore. Je comprends, la situation ne permet pas d’emblée de tout changer. Mais moi, j’ai bien accepté de tout changer, puisque je n’ai quasiment rien à moi. Si, quarante cartons entiers.
Lui : C’est vrai, c’est toi qui te greffes sur quelque chose de construit. C’est pas évident, surtout pour toi. C’est vrai que l’inverse aurait sans doute été plus facile. Je suis moins branché sur l’espace intérieur. Du moment qu’il y a le nécessaire, pour moi, ça va.

41Ou bien faut-il plus généralement y voir un besoin de reconnaissance identitaire ?

J’ai hâte que mes meubles arrivent. C’est vrai que je ne sais pas où je les mettrai, mais il faudra bien que ça change. On ne peut pas du jour au lendemain, même pour construire son avenir, abandonner son passé.

42Quand les deux conjoints emménagent ensemble dans un nouveau logement, le problème se pose de manière différente. Plus d’antériorité susceptible de faire autorité. La sélection s’étend aux apports de chacun et fait l’objet d’une négociation. Dans le cas de Marie et David, qui ont opté pour un grand F5, constitué d’un F4 et d’un studio, la partition du mobilier ne s’est pas réalisée de manière égalitaire. Plusieurs logiques sont à l’œuvre. Celle de la performance à nouveau, au niveau de l’électroménager, par exemple.

Lui : Pour les appareils ménagers, robots, cafetière électrique, etc., nous avons conservé ceux qui étaient les moins usagés. Ainsi, ma cafetière électrique a droit de cité et pas la sienne qui était un peu archaïque. En revanche mon aspirateur qui s’essoufflait et était moins puissant n’a pas vraiment fait le poids devant le sien qui est beaucoup plus performant. En fait, ça n’a pas posé de problème pour le petit matériel domestique comme celui-là.

43En revanche, pour les meubles ou ce qui peut en tenir lieu, les gros objets, l’esthétique entre en ligne de compte.

Lui : Pour les grosses choses, ça c’est passé un peu différemment. Elle n’a pas pu ou voulu partir avec la machine à laver le linge par exemple. Alors on a gardé la mienne qui reste tout à fait acceptable. Mais j’avais un réfrigérateur et une cuisinière, certes pas de première fraîcheur, mais qui pouvaient satisfaire à ce qu’on peut attendre de ce genre d’appareil. Eh bien non, elle s’est totalement opposée à ce qu’on les mette dans la cuisine, et elle en a racheté des nouveaux. Estimant que ce genre de choix était assez irrationnel, je n’ai pas voulu m’occuper de ces achats. Pour moi, au début, ce genre de choix était assez lunaire. Mais bon. Maintenant, que je connais quand même mieux ma chère conjointe, je comprends. En fait, la machine à laver le linge a été acceptée parce qu’elle ne choquait pas dans le paysage. Elle est en effet dans l’arrière cuisine. En revanche, gazinière et réfrigérateur sont dans la cuisine. Et comme elle me le dit assez souvent : « Toi, tu n’es pas un visuel ! ». En clair, le foutoir ne me dérange pas. Or elle, pour qu’elle soit bien, il faut que le cadre dans lequel elle vit la satisfasse. Moralité, ce n’est pas tant l’efficace de mes ustensiles qui a été remise en cause, que leur aspect un peu usagé, mais aussi et surtout, leur forme, leur apparence. Ce type de maniaquerie, enfin pour moi, s’est d’ailleurs étendu aux couverts, aux assiettes, aux verres et à la plupart de ces objets courants devant lesquels en effet je n’avais jamais eu le loisir de m’extasier. Je découvrais que le « beau », bien que ça reste très subjectif, disons l’harmonie des objets pouvait être appréciée à partir de ce qui n’était pour moi qu’outil purement fonctionnel. Je ne me plains pas du résultat. Mais au début, ça fait un choc. Tout se passe comme si le moindre de mes objets, même le plus anodin, devait être remisé au musée des horreurs.

44Certes, il faut que les ressources du ménage suivent et permettent ce type de choix. Néanmoins, se confirme le poids de la femme dans les options domestiques, mêlées de critères esthétiques.

Pour le mobilier, enfin ce qui n’est pas du domaine électroménager, canapé, table, lit, chaises, etc., eh bien, presque tout ce qui est là est à elle. Par définition, tout ce que j’avais, excepté les étagères, qui sont d’ailleurs presque cachées dans le couloir, c’était inéluctablement perçu comme de mauvais goût. Moralité, il n’y a quasiment rien de ce que j’avais à moi ici. Enfin, ici au sens du F4. Dans le studio qui sert de chambre à mon fils, et dont j’utilise l’entrée et la minuscule salle de bain comme bureau, j’ai pu imposer ce que je voulais garder. Bien évidemment, dans la limite de l’espace disponible, autant dire pas grand-chose. Mais finalement, mon fils s’en trouve fort content puisqu’il a ainsi récupéré dans sa chambre mon canapé, mon ancien bureau que je ne peux mettre dans la mini salle de bain, l’halogène, la table de nuit, le fauteuil, les étagères, bref, toute une partie de mon mobilier. Alors finalement, il y a bien deux espaces, d’un côté l’espace des deux mecs, dont on a honte parfois et, de l’autre, le F4 de ces dames. Et cette division est perceptible en termes d’occupation, mais aussi en termes d’aménagement. Au début, je trouvais ça un peu dur. Puis à l’usage, je me suis aperçu que je m’y retrouvais sur certains points, notamment en ce qui concerne ce qui me sert de bureau. Bien que très exigu et sombre, je peux y travailler le soir et souvent la nuit sans déranger qui que ce soit, et sans que personne ne me dérange. Alors c’est un peu comme pour mon fils, j’assume d’autant mieux cette forme d’exclusion que j’y trouve des avantages. Mais c’est vrai qu’entre le F4 et le studio, il y a un univers. D’un côté, l’espace, l’air pur et la lumière, presque le vide selon ma conception des choses et, de l’autre, l’entassement, le désordre, les bouquins, bref, pour moi, la vie. Et aujourd’hui, tout le monde est pleinement satisfait de cette option, bien qu’au début elle ait suscité quelque tensions.

45L’emménagement de Marie et David s’est donc traduit par l’imposition d’une pratique de l’habiter, celle de Marie. Il est vrai qu’elle a été assez facilement acceptée parce que la forme du logement a permis une définition presque étanche des territoires.

46Que l’installation résulte d’un réaménagement ou d’un emménagement, les meubles conservés appartiennent en dominante à l’un ou l’autre conjoint. Une partition à parts égales semble plutôt constituer l’exception que la règle, dès lors que les conjoints possèdent déjà l’essentiel. Deux conceptions de l’habiter se confrontent, et parfois même, s’affrontent dans une sorte de « guerre des meubles », qui revient implicitement à prononcer une sentence à l’égard d’objets bien souvent familiers, voire même à l’égard d’une certaine conception de l’habiter ou de l’intimité.

IV – La conquête de l’intimité

47Antoine Prost parle de « conquête de l’espace » pour caractériser l’évolution qu’a connue l’habitat des familles, au cours du XXe siècle. « Avant cette révolution du logement, en effet, on partageait nécessairement sa vie privée avec ceux qui vivaient dans le même espace domestique. Le mur de la vie privée séparait l’univers domestique de l’espace public, c’est-à-dire des étrangers au groupe familial. Mais derrière ce mur, sauf dans la bourgeoisie, la place manquait pour fournir un espace privé à chaque membre du groupe : l’espace privé était donc seulement l’espace public du groupe domestique » (Prost, 1987, p. 72). Ce processus de privatisation de l’espace semble s’être accentué durant les deux dernières décennies. Ainsi, le fait de s’installer ensemble oblige également à définir les espaces de chacun. Ce travail de partage et de délimitation des frontières quotidiennes vaut bien sûr dans tous les cas de cohabitation, qu’il s’agisse des jeunes avec leurs parents, des personnes âgées avec leurs enfants adultes, ou encore des couples. Mais dans les familles composées, la question se pose d’emblée au niveau des rapports que l’installation engendre entre les enfants d’une première famille et un beau-parent. Les bonnes distances doivent alors être négociées progressivement. Et ceci peut se compliquer encore lorsque ce beau-parent a lui-même des enfants qui viennent épisodiquement partager la vie quotidienne, ou mieux qui vivent dans le même logement, voire même lorsque de nouveaux enfants naissent de ces « secondes unions ». Dans chaque cas, la question des frontières de l’intimité connaît un règlement différent avec, à sa source, une plus ou moins bonne communication, une relation plus ou moins distanciée.

48Lorsque le beau-parent s’agrège à un foyer monoparental, la famille s’agrandit, mais le logement n’évolue pas. Cette intégration présuppose un minimum de réorganisation de l’espace domestique, ce qui pose, bien évidemment, plus ou moins de problèmes selon la taille du logement, l’acceptation ou non du beau-parent par les enfants, les représentations de l’intimité, et le fait que le beau-parent au quotidien soit un homme ou une femme, sachant que ces divers facteurs interfèrent entre eux.

49Ainsi, quand Philippe vient vivre dans la maison (un F5) d’Evelyne et de ses trois enfants qui l’apprécient beaucoup, sa venue ne perturbe guère les usages établis. Horticulteur/paysagiste montant sa propre entreprise, il n’a pas besoin d’un espace personnel dans la maison. Chacun conserve donc sa chambre, son espace intime. La chambre d’Evelyne devient la chambre du couple et le salon la pièce collective qui accueille désormais un nouveau membre. L’installation se passe donc au mieux, les territoires de chacun ne se trouvant pas remis en cause. De la même manière, quand Benoît s’installe avec Marie et ses trois enfants dans le pavillon dont elle est désormais propriétaire (un F6), nul besoin de procéder à une redéfinition des espaces, ni même de revoir la fonctionnalité de certaines pièces. Et là encore, les rapports beau-père/enfants sont positifs.

50Pourtant, les cas où l’agrégation d’un nouveau conjoint sans enfant ou d’un parent non-gardien ne nécessite pas de revoir les modes de gestion de l’espace domestique restent rares, le choix du logement ayant été effectué en fonction des besoins du foyer monoparental. Plus souvent s’impose le manque d’espace, comme nous l’explique Corinne, documentaliste, mère-gardienne d’un enfant, qui vit désormais dans son F4 avec Michel, éducateur spécialisé, célibataire sans enfant :

Le fait d’être ensemble dans un appart, ça c’est pas évident. Même s’il est relativement grand, ça ne suffit pas. Je sais que mon fils rouspète tout le temps parce que lui, il a son bureau dans sa chambre maintenant, alors que nous, on a installé un bureau pour nous deux dans la dernière pièce libre. On a décidé que ce serait comme cela parce que nous avons pris la chambre la plus petite [...]. De toute façon, c’est vrai que de ne pas avoir chacun sa pièce, je trouve ça très pénible. Surtout que nous, on est toujours en train de faire des trucs écrits, bouquiner, etc. Il y a des gens que ça ne gênent pas de travailler à plusieurs dans la même pièce. Moi, je ne peux pas. Alors c’est souvent difficile, et c’est vrai que les conflits passent par des choses comme celles-là. Ça ne va pas très loin, on désamorce, mais c’est toujours pénible. Pour moi, c’est surtout un problème d’espace, un lieu où on peut se retirer. La fonction des pièces, je m’en fiche. C’est la taille et le nombre des pièces qui m’importe. Moi quand je rentre, eh bien je me mets à travailler là où il n’y a personne : au bureau s’il est libre, sinon dans le salon. Et si mon fils regarde la télé, il ne me reste plus que mon lit. C’est vrai que j’aimerais bien avoir une place à moi [...]. Bien sûr, on pourrait prendre plus grand, mais c’est toujours un problème de fric. Et pour l’instant, on préfère faire plein de trucs à l’extérieur plutôt que de se limiter et avoir chacun son espace. Mais je pense qu’on y viendra un jour.

51Bien que l’on ne puisse pas parler ici de « sur-occupation » du logement, émerge l’idée que les besoins en matière d’espace sont étroitement liés aux représentations de l’intimité domestique et pas seulement au simple rapport quantitatif « espace/nombre d’occupants ». Représentations de l’intimité qui semblent largement déterminées par le capital culturel, mais aussi par la profession. La pratique de la lecture, fortement implantée dans les milieux les plus cultivés, nécessite en effet un territoire qui soit quelque peu protégé des manifestations collectives. De la même manière, quand la profession exercée exige des « prolongements » à la maison, l’absence de pièce pouvant tenir lieu de bureau se fait toujours cruellement sentir. Ces remarques valent bien sûr pour tous les types de familles. Mais elles se posent avec d’autant plus d’acuité que la venue d’un nouveau conjoint contraint de revoir les modes d’usage antérieurs de l’espace domestique. Tout dépend alors de la capacité des différents acteurs de s’adapter à la nouvelle situation, mais aussi de leur volonté de maintenir une certaine cohésion, les risques de tensions se trouvant démultipliés.

52Solange, mère gardienne de quatre enfants, a été confrontée et a dû gérer cette promiscuité au quotidien, qui ne participe guère à asseoir la stabilité de la nouvelle famille :

C’est un F4 aménagé : trois chambres séparées, une salle de bain avec les W-C à l’intérieur, une petite salle, la cuisine et la mezzanine [...]. Même avant que Gérard vienne habiter avec nous, c’était déjà juste. Enfin, on s’arrangeait. Mais quand il est venu, c’est vrai que ce n’était pas facile. Au départ, ça a été un petit peu difficile, surtout pour lui. En fait, ce n’était pas tant de vivre avec quelqu’un de divorcé, quatre enfants et accepter ces enfants-là, car il les aime profondément, mais ce qui l’a le plus gêné les premières semaines, c’est de ne pas avoir un endroit à lui. C’est vrai que pour un célibataire sans enfant, il a été obligé, du jour au lendemain, de vivre perpétuellement au contact de plusieurs personnes. Et ça, c’est pas évident.

53Vivre à six dans un F4 ne peut être que problématique. La sur-occupation du logement implique une gestion très stricte de l’espace. Il n’est même plus ici question d’espaces de repli susceptibles de favoriser une certaine intimité, mais de gérer au mieux la sur-occupation, sachant que la fonctionnalité du logement laisse à désirer. Bien sûr, il est toujours possible de chercher un logement plus spacieux. Mais les grands appartements sont rares dans cette petite ville, et le plus souvent fort onéreux, donc inaccessibles pour ceux qui ont des revenus modestes.

Les F6, ils me l’ont dit, on n’en fait plus, les grandes familles devenant rares. Et si on veut un F6, c’est quelque chose de vétuste, et bien entendu d’inabordable. Bref, on n’a pas le choix. Mais je ne trouve pas ça normal, car pour effectuer les mêmes gestes quotidiens que les autres familles, il nous faut plus de temps, donc se lever plus tôt le matin, mais aussi plus de patience et même plus d’entente entre nous. Alors ça va parce que Gérard a fait beaucoup d’efforts, mais c’est vrai que pour lui qui vivait tout seul, c’est vraiment pas évident.

54Tout se passe comme si les foyers composés avaient, du fait même de leur spécificité, besoin d’un peu plus d’espace que les autres, alors même que l’agrégation du beau-parent les prédispose à connaître d’emblée une situation inverse.

Dans un foyer normal, ça paraîtrait grand, alors que là, finalement, c’est trop petit. Il y a un truc qui est lié à la recomposition d’une famille. Moi, j’avais un espace de vie pour moi toute seule qui, finalement, était plus grand. Pour toi tout seul et tes enfants, c’était aussi plutôt grand. Et maintenant, pour nous tous, c’est petit. En fait, il faudrait à la fois que chacun puisse s’isoler et que l’on soit aussi ensemble quand on le veut [...]. Toi, tu es assez centré sur l’extérieur. Moi j’ai besoin d’avoir un espace où je me sente chez moi. En fait, on rogne sur tel ou tel espace individuel, on essaie d’ajuster, mais même si c’est accepté au niveau de la raison, il y a toujours un peu de frustration. Et par moments j’ai l’impression que c’est à cause de ma venue. Or, moi j’ai aussi l’impression d’avoir perdu beaucoup de ce que j’avais [...]. En fait, je crois qu’il est plus difficile de faire des concessions quand on est une famille reconstituée. C’est difficile à expliquer, mais je crois que pour une famille normale où il y aurait autant de personnes que dans la nôtre, ce logement serait parfait. Pour nous, il est trop petit.

55Si le rapport quantitatif à l’espace reste un des principes de base pour l’évaluation des besoins, il doit néanmoins intégrer une dimension plus qualitative, vu la spécificité de ces familles.

56Quand la famille composée emménage dans un nouveau logement commun, l’enjeu de l’espace domestique est quelque peu différent. On a alors l’occasion de se rapprocher de ce que l’on perçoit comme les exigences de la nouvelle famille, tout en tenant compte des moyens dont on dispose. Tout dépend alors du fait de se penser d’emblée ou non comme une première famille ou, au contraire, de tenir compte de la préservation des espaces spécifiques de chaque lignée. Pour les uns, il n’est pas question de chercher à produire des frontières internes au logement. Ainsi, certaines des configurations rencontrées ne semblent faire aucun cas particulier de leur statut de famille composée, que ce soit au moment du choix du logement, ou de son aménagement. N’interviennent apparemment que les choix liés au nombre de pièces disponibles et au nombre d’enfants. Une première famille ne se comporterait, semble-t-il pas différemment. Seules quelques précautions sont prises au sujet du sexe, de l’âge et du lien de parenté des enfants.

57Mais parfois aussi, dans ces familles comme dans d’autres, la délimitation de l’espace de l’intimité est l’indicateur de la qualité du climat qui règne entre les membres du foyer. Quand tout va bien, les frontières s’estompent, les barrières tombent. Elles peuvent s’ériger rapidement et pour de longues périodes à l’occasion d’un conflit ponctuel. Mais, à la différence des familles bi-parentales simples, la tension oppose presque systématiquement les « lignées ». C’est ce que souligne à plusieurs reprises David quand il évoque l’agencement tout à fait particulier de leur logement. Celui-ci est conçu pour que les lignes de fracture apparaissent objectivement si nécessaire. Agencement de l’espace particulier certes, mais qui correspond parfaitement au « rêve » de Célestine, lorsqu’elle évoque cette maison, pour elle idéale, qui aurait, au centre, la chambre du couple, la salle et le salon et, aux extrémités, les pièces des enfants, avec de chaque côté une cuisine et un espace d’intendance : autrement dit un logement conçu pour accueillir deux familles.

58La gestion de l’espace domestique et le balisage des frontières de l’intimité constituent donc des enjeux primordiaux pour ces familles. Et il semble bien que ces délimitations se fassent dans la majeure partie des cas autour des lignées. La moindre tension incite en effet à se replier dans le camp de sa première famille. Le logement se fracture alors, opposant le plus souvent la mère et ses enfants au beau-père.

Bibliografía

Références bibliographiques

Amphoux P., « Configurations domestiques et reconquête de soi. Pour une prospective connotative de l’habitat », dans Familles, modes de vie et habitat, Haumont N. et Segaud M. (dir.), Paris, L’Harmattan, 1989.

Le Gall D., Martin C., Recomposition familiale, usages du droit et production normative, Rapport de recherche pour la CNAF, CRTS, université de Caen, 1990, 176 pages.

Le Gall D., Martin C., Composer avec le logement. Recomposition familiale et usage de l’espace domestique, Rapport de recherche pour le Plan construction et architecture, CRTS, université de Caen, 1991, 130 pages.

Le Gall D., Martin G., « Recomposition familiale et espace domestique », Recherches, « Évolution des modes de vie et architecture du logement », no 42, 1993, p. 11-27.

Martin C., « Le risque solitude. Divorces et vulnérabilité relationnelle », Revue internationale d’action communautaire, Montréal, Edition St-Martin, no 29, 1993, p. 69-83.

Martin C., « Diversité des trajectoires post-désunion : Entre le risque de solitude, la défense de son autonomie et la recomposition familiale », Population, INED, no 6, 1994, p. 1557-1584.

Martin C., « Le renouveau de la question familiale. Protection privée, protection publique », dans Familles et politiques sociales, Le Gall D. et Martin C. (dir.), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 247-272.

Martin C., « Trajectoires post-divorce et vulnérabilité », dans L’Exclusion : l’état des savoirs, Paugam S. (dir.), Paris, La Découverte, 1996, p. 172-182.

Prost A., « La famille et l’individu », dans Histoire de la vie privée, Ariès P. et Duby G. (dir.), Tome 5, Paris, Seuil, 1987.

Notas

1 Près de 30 % ont développé depuis leur rupture une relation conjugale sans cohabitation plus ou moins stable ; certaines de ces relations ayant débouché sur une nouvelle rupture, d’autres sur une cohabitation lors de notre seconde enquête.

2 Cette partie reprend un article publié par la revue Recherches (Le Gall D. et Martin C., 1993).

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search