Version classiqueVersion mobile

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

4. Trajectoires, liens sociaux et réorganisation de l'habitat après la désunion

Une vie dans deux foyers : les enfants en garde partagée1

Martin E. Wexler

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette étude a été réalisée alors que l’auteur était chercheur invité au Centre d’études prospectiv (...)

1Parmi les études évaluant l’impact de la garde partagée, un bon nombre tente de cerner le profil des parents en mesure de s’engager dans cette formule. Plusieurs études portent également sur la problématique de l’implication affective et économique des parents, en particulier des pères, auprès de leurs enfants. D’autres s’attachent à comprendre les impacts de la garde partagée sur les enfants, plusieurs se concentrant sur les impacts psychologiques du phénomène.

2Par contre, peu d’études abordent les aspects résidentiels de la garde partagée. Cette situation est surprenante, dans la mesure où la question résidentielle est au cœur même de cette forme particulière de garde. La présente étude tente de combler cette lacune en décrivant les choix d’habitat des parents en garde partagée et l’expérience des enfants qui vivent la réalité de deux domiciles.

I – Méthodologie de l’étude

3Un échantillon de 19 familles a été choisi de façon aléatoire à partir des dossiers du Service de médiation à la famille des Centres de jeunesse de Montréal. Cette agence étatique offre des services de médiation et du counselling aux couples en processus de divorce ou de séparation. Le recours à ces services est gratuit et généralement utilisé sur une base volontaire.

  • 2 À la suite de l’entrevue avec son ex-épouse, un père a refusé de participer à l’étude.

4L’échantillon n’a retenu que les couples (19 mères, 18 pères2) ayant conclu une entente de garde partagée durant les années 1991-92 et 1992-93, et dont les enfants avaient, au moment de l’étude, entre 5 et 18 ans. Ces couples avaient eu, en tout, 32 enfants, dont 22 ont été interviewés pour les fins de l’étude. Environ la moitié des enfants rencontrés avaient de 5 à 11 ans ; l’autre moitié étaient âgés de 12 à 18 ans au moment de l’étude.

5Pour les besoins de l’étude, la définition d’une situation de garde partagée exige que l’enfant passe au moins toutes les fins de semaine (ou l’équivalent, par exemple 28 % d’une semaine) chez l’un ou l’autre parent. Dans notre échantillon, près de 80 % des enfants ont un horaire partagé moitié-moitié entre les deux parents. Une forte majorité (18 sur 32) de ces enfants alternent sur une base hebdomadaire, tandis que le quart ont des semaines brisées.

6À l’instar de plusieurs études sur la garde partagée, nos données indiquent que les familles qui choisissent ce type de garde ont en général des revenus moyens ou supérieurs et un haut niveau de scolarité.

II – Le portrait de la situation résidentielle, environ trois ans après la conclusion d’une entente de garde partagée

7Plusieurs déménagements peuvent ponctuer la période de 3 ans qui suit la conclusion d’une entente de garde partagée. Dans notre échantillon, le nombre de déménagements varie entre 0 et 5 ; les femmes vivent des déménagements plus fréquents. Plusieurs ont rapporté qu’elles éprouvaient des difficultés à évaluer leur capacité de se payer un logement adéquat, ou, carrément, qu’elles n’avaient pas les revenus nécessaires.

D’avril ‘92 jusqu’en juillet ‘93, j’étais clans un 4 1/2 [un logement de 2 chambres à coucher] et je trouvais ça très dur. Les deux enfants étaient dans la même chambre et je trouvais pas ça, en fait, pratique pour eux autres. C’est pour ça que je me suis trouvé un 5 1/2 [3 chambres]. Et c’est un petit peu plus grand aussi. C’est sûr que c’est pas une maison... (Pascale C.)

Monétairement, je ne savais pas comment j’allais arriver. On avait pris une entente : il n’était pas question de pension. Je voulais m’arranger toute seule... Dans un 3 1/2 [une chambre], c’était l’enfer. Quand j’étais toute seule, c’était correct. Mais ils se sentaient pas chez eux. Ils dormaient dans ma chambre... c’avait pas d’allure. Ils pouvaient pas emmener la moitié de leurs affaires parce qu’il n’y avait pas de place. (Sophie F.)

8Les déménagements des parents ne correspondent pas nécessairement aux déplacements (passés ou en cours) des enfants. Dans plusieurs cas le type de garde a varié pendant cette période, de même que le mode de partage du temps. Plus particulièrement, le type de garde a changé dans 5 des 14 familles étudiées pendant cette période (14 couples n’ont pas connu de changement, 4 couples ont passé de la garde monoparentale à la garde partagée, et un couple en garde partagée a choisi la garde monoparentale avec droit de visite). De plus, un certain nombre d’adolescents ont souhaité habiter chez un parent, souvent celui avec lequel ils ressentaient davantage d’affinités.

1. Les lieux de domicile

9La carte 1 (ci-après) indique le domicile conjugal ainsi que les lieux de résidence actuels des deux parents. L’examen de cette carte permet d’établir plusieurs constats.

  • La majorité des parents (ex-conjoints) de la même famille demeurent à proximité l’un de l’autre.
  • La majorité des parents ont vécu et continuent de vivre dans des zones de banlieue récentes à la périphérie de la ville de Montréal.
  • Pour expliquer le choix d’habiter le même quartier (ou à proximité du quartier d’origine), on invoque le besoin de garder la même école, les mêmes amis et de maintenir la continuité... « À quoi bon chercher ailleurs ? » disent les parents, puisque leur quartier d’origine leur offre déjà le type de quartier et de logement à caractère familial qu’ils recherchent.
  • Par contre, quand les enfants atteignent l’adolescence et commencent l’école secondaire, certains parents songent à quitter le quartier.

Carte 1
Localisation du domicile des parents

2. La composition des ménages

10Toujours 3 ans après la conclusion d’une entente de garde partagée, 29 parents habitent sans partenaire en permanence et 9 habitent avec un nouveau partenaire. Le tableau 1 indique comment se composent les ménages lorsque les enfants sont présents, ou, comme disent certains parents, durant leur « time on ».

11Pendant la période où les enfants vivent avec l’autre parent, certains parents habitent chez leur nouveau partenaire. Dans ces cas, donc, leur logement peut rester complètement vide la moitié du temps. Plusieurs parents ont fait remarquer qu’ils recherchaient un (ou une) partenaire, engagé lui (ou elle) aussi dans une situation de garde partagée. Un tel partenaire est jugé plus « habitué » avec des enfants et, de plus, sa situation de garde partagée permet de préserver le temps de répit du parent.

12À l’intérieur d’un tel ménage, les horaires des enfants peuvent fluctuer. Dans certains cas, l’organisation des horaires implique aussi les enfants des nouveaux conjoints.

1. Ce chiffre représente le nombre des ménages, an moment de l’étude, après la séparation des conjoints. Dans le tableau, le nombre d’enfants atteint fil (14 enfants uniques avec 1 adulte, 2 enfants uniques avec 2 adultes, 30 enfants dans un ménage à 2 enfants et I adulte, et ainsi de suite). Plusieurs enfants sont recensés deux fois, puisqu’ils vivent dans deux configurations de ménage différentes.
Tableau 1
Composition des ménages

3. L’évolution du statut de locataire ou de propriétaire

13Avant le divorce ou la séparation, 14 des 19 familles, soit environ les trois-quarts de l’échantillon, étaient propriétaires, ce qui représente un taux nettement supérieur à la moyenne (tableau 2). Au moment de l’étude, 17 des 37 parents, soit 46 %, étaient propriétaires. Ce dernier pourcentage demeure supérieur au taux de propriétaires dans la ville de Montréal (27 % des ménages) et il se compare avec la moyenne régionale qui englobe les banlieues. Les données de l’étude sont congruentes avec le fait que les propriétaires ont généralement des revenus supérieurs à la moyenne des ménages.

* À la suite de l’entrevue avec son ex-épouse, un père a refusé d’être interviewé.
Tableau 2
Modes d’occupation avant la séparation et au moment de l’étude

14Parmi les 17 parents propriétaires, 70 % sont des hommes (soit 12 pères), tandis que parmi les 20 parents locataires, 70 % sont des femmes (soit 14 mères). On remarque que la vaste majorité de ces pères propriétaires (10 sur 12) ont conservé le domicile conjugal. On note aussi que la très grande majorité des mères sont locataires.

15On peut ici poser quelques questions. Pourquoi les femmes sont-elles généralement locataires ? A contrario, pourquoi les pères ont-ils souvent conservé le domicile conjugal ?

16Certaines réalités économiques s’imposent d’emblée dans l’explication. On constate que les femmes ont des revenus statistiquement inférieurs à ceux des hommes en général, et à ceux de leur ex-conjoint en particulier ; elles n’ont donc pas toujours les moyens de conserver la maison du couple.

17Mais d’autres dimensions doivent aussi être examinées pour comprendre les différences entre la situation des pères et des mères. Les facteurs économiques n’expliquent pas, par exemple, pourquoi, parmi les femmes qui sont propriétaires, aucune n’a conservé le domicile conjugal. Un ex-mari émet le commentaire suivant :

Ginette n’est pas attachée à la maison pantoute [NDLT : pas du tout]. Elle est, comment j’dirais, allergique. On a fait beaucoup de rénovations (...) Tu sais quand tu refais la cuisine ça prend deux mois. Faut tout mettre les armoires à terre [NDLT : démolir], attendre une nouvelle cuisine, changer la plomberie, mettre la céramique. (...) Pour elle c’est pas des bons souvenirs. En plus de ça (...) il y a le gazon, pelleter la neige l’hiver, il y a tout l’entretien de la maison (...) ça fait beaucoup. Elle a pas été heureuse ici, disons. Fait qu’il n’est pas question qu’elle revienne ici. Le condo pour elle c’est plus pratique. C’est plus petit. C’est plus facile à entretenir. (Paul A.)

18Dans leur réponse en entrevue, les hommes insistent davantage sur la continuité de la famille, alors que les femmes signalent l’importance de la coupure. Mauvais souvenir ? Manque d’intérêt à assumer seule les charges de la propriété ? L’interprétation devra prendre en compte le fait que, dans 8 des 9 cas où cette information a été divulguée, les démarches de séparation et de divorce ont été enclenchées à la demande des femmes.

19Il est intéressant de noter ce que disent les hommes en parlant de la continuité.

Pour René, j’voulais pas tout couper d’un coup. Donc, si je m’étais ramassé dans un appartement [NDLT : un logement loué], Ginette dans un condo [NDLT : un logement acheté], ou les deux dans des condos, tout nouveau partout, ça aurait été difficile. Ça aurait été bien drastique. J’essayais d’retenir quelque chose, j’imagine aussi, à travers tout ça. Comme retenir la famille, j’sais pas. C’est symbolique d’une famille une maison, J’pensais que si j’gardais la maison, j’garderais la famille. Quelque chose comme ça. (Paul A.)
On a dit finalement que les enfants vont vivre une séparation qui est pas très agréable pour eux, mais au moins, ils vont conserver un élément stable qui est l’endroit où ils ont vécu toute leur vie. (...) Et pour nous c’était un élément important dans la transition. (Georges P.)

20Il faut toutefois noter qu’une fois la séparation ou le divorce réalisés et le partage des biens établi, plusieurs pères ont souhaité vendre le domicile conjugal. Mais plusieurs d’entre eux ont dû le conserver parce qu’ils étaient incapables de vendre leur maison au prix souhaité. Au moment de notre étude, le marché de l’habitation à Montréal était très morose, ce qui a eu des impacts importants sur le comportement des propriétaires et donc sur les trajectoires résidentielles.

III – L’expérience des enfants

21Les parents engagés dans une garde partagée vivent dans un seul domicile. Par contre, les enfants circulent entre deux maisons. Ce sont donc eux, et eux seuls, qui doivent au quotidien vivre le dédoublement de domicile. Qu’est-ce donc que de vivre entre deux maisons ?

1. L’adaptation au partage

22Deux questions visaient à sonder les sentiments des enfants. Dans un premier temps, nous avons demandé aux enfants s’ils aimaient vivre dans deux domiciles. Les réponses, qui apparaissent au tableau 3, révèlent parfois des sentiments ambigus. Huit enfants (soit 38,1 % de l’échantillon) ont répondu « oui » sans ambages. Dix autres enfants ont utilisé le mode conditionnel, « oui, mais... ». Certains enfants se sont révélés incapables ou gênés d’indiquer une préférence.

J’aurais aimé mieux vivre à nulle part parce que quand tes parents se séparent pour toujours, c’est bien difficile. Ça serait comme si je me couperais un bras, que je l’aurais plus pour le restant de ma vie. C’est plate au bout. [Est-ce qu’on t’a déjà demandé ce que tu voulais ?] Oui. A chaque fois je disais « je sais pas » parce que je voulais pas insulter l’un ou bien faire de la peine à l’autre, ou bien partir une chicane. (René, 12 ans)

Moi, je voulais pas faire un choix, parce que je serais pas capable de faire un choix. (...) Je pense que j’aimerais mieux voir ni un ni l’autre que d’en voir un vraiment plus que l’autre. (Josiane, 16 ans)

Tableau 3
Réactions des enfants à la garde partagée

23Lors de l’entrevue, trois enfants ont déclaré ne pas aimer la garde partagée, ou souhaiter d’autres ententes. Ces réponses, ajoutées aux réponses conditionnelles, indiquent donc qu’une bonne part des enfants manifestent à tout le moins des réserves quant à la garde partagée telle qu’ils la connaissent.

24Dans une deuxième question, nous avons demandé aux enfants s’ils se sentaient également bien aux deux endroits. Les réponses sont compilées au tableau 4. Environ la moitié des enfants (10) ont dit être également à l’aise à leurs deux domiciles. Toutefois, un même nombre ont précisé se sentir mieux au domicile du père, qui est, dans six cas, l’ancien domicile conjugal.

Est-ce que tu te sens aussi à l’aise dans tes deux maisons ?

Nombre

À l’aise dans les deux

10

Mieux dans la maison du père

10

La bonne relation avec le parent compense les inconvénients ressentis dans son foyer

1

Total

21

Tableau 4
Les réactions des enfants à chacun des domiciles

25En jumelant les réponses obtenues aux deux questions, nous constatons qu’environ la moitié des enfants interrogés ne jugeaient pas leurs deux domiciles également. De ce groupe, la moitié estimait un domicile plus confortable que l’autre, tandis que l’autre moitié émettait des réserves par rapport à la formule de garde partagée.

2. Les différences entre les deux domiciles

26Dans le cas de 16 enfants, les domiciles des deux parents sont comparables en termes de type d’immeuble et de mode d’occupation. Dans ce groupe, 5 enfants évoluent entre deux maisons unifamiliales et 11 enfants font la navette entre deux immeubles locatifs.

27Par contre, 16 autres enfants connaissent des domiciles différenciés, soit une maison unifamiliale et un immeuble locatif. Ces enfants considèrent la maison unifamiliale, qui est aussi généralement l’ancien domicile conjugal, comme une « vraie maison ». De même, chez les enfants habitant deux maisons unifamiliales, la préférence va vers la demeure ayant servi de domicile conjugal.

28Ce constat n’étonnera personne. Les anciens domiciles conjugaux sont plus spacieux ; chaque enfant peut avoir sa propre chambre et la maison offre des espaces familiaux suffisants pour recevoir toute la famille ainsi que des aménagements comme une grande cour, une piscine, un garage, du rangement, des salles de jeu au sous-sol, etc.

Je me sens plus à l’aise ici parce que c’est une maison. (...) C’est plus facile à vivre ici, c’est une maison. Je peux faire plus les choses que je veux faire. (Frédéric, 12 ans) (Illustration A)

La maison de ma mère, c’est pas une maison... La maison ici [chez son père], c’est une maison, puis il y a un terrain. (Jean-François, 12 ans) (Illustration B)

Illustration A
Le domicile paternel de Frédéric
Ce cottage unifamilial est l’ancien domicile conjugal. Il appartient maintenant au père de Frédéric. La mère loge dans un immeuble à condos (non illustré)

Illustration B
Le domicile maternel de Jean-François
La mère de Jean-François s’est installée dans un logement loué dans cet immeuble. Le père a conservé le domicile conjugal, un bungalow (non illustré)

29Plus que l’espace, la maison conjugale incarne aussi, clans la mémoire des enfants, le souvenir de leur enfance dans une famille « intacte ». Pour plusieurs enfants, elle était la seule maison qu’ils aient connue avant la séparation ou le divorce.

Ici [chez ma mère] je me sens comme si je serais chez quelqu’un d’autre. Je suis pas chez moi. Mais chez mon père, je me sens chez moi. C’était ma maison à moi avant, avec ma famille à moi. (Christine, 6 ans)

30Même si, dans la moitié des cas, les enfants manifestent une préférence pour l’ancien domicile conjugal, on remarque l’importance des facteurs interpersonnels (le comportement parental, la relation particulière de l’enfant à un parent) soulignés par les adolescents, qui peuvent d’ailleurs intervenir pour modifier l’entente de garde partagée.

Ici, c’est une belle grande maison que j’aime beaucoup parce que j’ai vécu dedans. C’est un beau coin. J’ai des amis alentours. Quand je suis ici, je me sens chez nous. Citez ma mère, c’est une belle maison aussi. Mais le coin, c’est (...) dans le nouveau développement, je me sens moins bien là-bas. (...) J’ai pas vraiment eu le temps de m’adapter comme si c’était ma maison. (...) Je pense le fait que j’aime beaucoup ma mère, ça compense pour l’amour de la maison ici (...). Je suis aussi bien dans une place qu’à l’autre finalement. Je me sens plus chez nous ici que chez ma mère, (...) parce que j’ai vécu ici 14 ans avant qu’ils se séparent. Je me suis attaché bien gros à cette maison. Quand mon père me parle qu’il veut la vendre, moi je veux pas. (Nicolas, 18 ans)

31Comme on peut le constater, la différence perçue entre les deux domiciles est à la fois physio-spatiale et symbolique. De plus, elle implique des règles de comportement différentes. Ces règles découlent en partie de contraintes imposées par la forme physique des lieux et le mode d’occupation. Laissons les enfants et leurs parents expliquer ces contraintes.

Il y a une grande différence entre un appartement et une maison. Je peux pas sauter ou courir ou jouer avec une balle chez ma mère. Puis on peut pas mettre la musique trop forte... (Frédéric, 12 ans)

Carole court beaucoup. Je suis obligée de dire « on court pas Carole, il y a une personne en dessous ». Ça été un petit peu difficile à les habituer. Au niveau de la musique aussi. Quand ça te tente de monter le système de son [NDLT : hausser le volume du son] chez vous... bien, ici je peux pas faire ça. C’est très écho ici (...) je trouve ça fatigant parce qu’il faut que je les asseois [NDLT : que je calme les enfants] un petit peu. (Pascale C.)

32Les règles de comportement imposées aux enfants peuvent donc varier d’un parent à l’autre. Le tableau 5 rend compte des disparités, telles que signalées par les enfants. Ces différences ne sont toutefois pas significatives sur le plan statistique. La plupart des enfants interrogés ont indiqué qu’ils étaient capables de gérer ces différences.

Ma mère est peut-être un peu plus stricte. Chez mon père j’ai pas vraiment d’heure pour me coucher... Quand je dormirai pas (ma mère va dormir de toute façon) je vais aller lire dans le salon parce que ma sœur dort ici. Mais d’habitude, je suis assez raisonnable. Vu que je fais des devoirs tard, tout le monde est couché... des fois je finis à 2 h. du matin... je suis dans ma chambre toute la soirée. Mon père est comme moi. S’il se couche bien tard, c’est lui demain qui va assumer les conséquences, ma mère c’est dans sa tête qu’à tous les soirs, il faut qu’elle soit couchée à cette heure-là. (Josiane, 16 ans)

Au début, des fois ça m’arrivait de me tromper. Maintenant, je suis habituée. Des fois ici j’ai pas le droit d’écouter la télé et des fois j’allumais la télé en mangeant puis « ooops, on n’a pas le droit d’écouter la télé en mangeant ». Mais chez mon père on a le droit. Des choses comme ça. (Mélanie, 12 ans)

Mêmes règles N ( %)

Règles différentes N ( %)

1. Je peux laisser traîner mes choses dans ma chambre.

11 (61.1)

7 (38.9)

2. Le salon est réservé à la visite.

18 (94.7)

1 (5.3)

3. Nous soupons tous ensemble presque tous les soirs.

16 (84.2)

3 (15.8)

4. Je peux regarder la télé quand je veux.

16 (84.2)

3 (15.8)

5. Je fais toujours mes devoirs dans ma chambre.

10 (52.6)

9 (47.4)

6. Nous mangeons en regardant la télé.

13 (68.4)

6 (31.6)

7. Les portes de chambre sont toujours laissées ouvertes.

14 (77.8)

4 (22.2)

8. J’ai beaucoup de tâches à faire.

15 (78.9)

4 (27.1)

9. Je frappe avant d’entrer dans la chambre de mon parent.

12 (66.7)

6 (33.3)

10. Je fais mes devoirs en regardant la télé.

15 (78.9)

4 (21.1)

11. Mon parent me laisse faire ce que je veux à ma chambre/je décore ma chambre comme je veux.

10 (55.6)

8 (44.4)

12. (Pour plus de 13 ans : Je peux entrer/sortir quand je veux). Je peux me coucher à l’heure que je veux.

5 (83.3)

1 (16.7)

13. Je demande la permission avant d’inviter mes amis.

15 (78.9)

4 (21.1)

14. Je dois faire mes devoirs dès que je rentre de l’école.

15 (93.7)

1 (6.3)

15. Mes amis peuvent dormir à la maison.

13 (17.2)

5 (27.8)

Tableau 5
Comparaison des règles aux domiciles des deux parents

3. Le partage des chambres à coucher

33Mis à part les enfants uniques, les enfants sont fréquemment obligés de partager leur chambre à un de leurs domiciles, souvent chez leur mère locataire, alors qu’ils ont leur propre chambre dans l’autre domicile, le plus souvent chez leur père, dans l’ancien domicile conjugal. On remarque que la résidence conjugale permet presque toujours à chaque enfant d’avoir sa chambre.

34Pour les enfants qui vivent d’une part la chambre partagée et d’autre part la chambre individuelle, l’expérience peut être difficile.

Ma sœur et moi, on a fait le ménage. (...) Tant que ça reste comme ça, tant qu’elle fait son lit le matin, on se dérange pas vraiment. Quand moi je parle au téléphone, elle s’en va. (...) Quand elle se couche, puis moi je parle au téléphone, il faut que j’arrête ou que je change de pièce. J’aime pas ça aller parler dans la cuisine parce que je trouve que ça fait moins personnel. C’est ça que j’aime le moins. (...) Chez mon père j’ai un bureau... [dans ta chambre ?]...oui, un grand bureau dans ma chambre. Je m’installe, j’ai tous mes livres. Tandis qu’ici, je les fais dans la cuisine. Pour les devoirs, je pense que j’aime mieux être dans une chambre. Mais ici, il n’y a pas vraiment de place. Ça me dérange pas trop dans la cuisine. (Josiane, 16 ans) (Illustrations C et D)

Illustration C
Les chambres de Josianne (1)
Chez sa mère, Josianne partage une petite chambre avec sa sœur

Illustration D
Les chambres de Josianne (2)
Chez son père, Josianne dispose de sa propre chambre, suffisamment spacieuse pour installer son bureau

S’ils se divorçaient [les parents d’Alex sont bel et bien divorcés, mais il les considère encore comme « une famille »] et j’avais le choix entre les deux, je pense que je resterais avec mon père. Je le sais pas. On dirait qu’il a plus les moyens d’acheter les choses plus confortables. Ici aussi, je me sens plus chez moi. C’est plus grand. J’ai plus d’affaires ici. J’ai ma chambre à moi tout seul. Là-bas, les affaires de ma sœur sont mêlées avec les miennes. (Alex, 8 ans) (Illustrations E et F)

Illustration E
Les chambres d’Alex (1)
On voit ici la chambre qu’occupe Alex chez son père

Illustration F
Les chambres d’Alex (2)
Dans le logement de sa mère, Alex doit partager son espace avec sa sœur... et avec les parrareils de lavage et séchage du linge

4. La décoration des chambres des enfants

35Même s’ils ont leur propre chambre chez leur père, c’est au domicile de leur mère que les enfants ont droit à des décorations selon leur goût et leur âge. Ceci constitue en fait le seul domaine où les enfants préfèrent le logement de la mère à celui du père.

Ici je me sens peut-être plus bébé parce que les tapisseries et les jouets (ne) sont plus beaucoup pour moi. J’ai hâte qu’on me déménage de ma chambre. [Est-ce que c’est la chambre que tu avais quand tu étais bébé ?] Oui. Sauf le lit. Le lit on l’a changé parce que je voulais pas coucher dans une bassinette. [Mais ton père m’a dit que tu voulais rien changer ?] J’ai jamais dit ça. [Est-ce que c’est toi qui a voulu changer de chambre ?] Oui, c’est moi. J’ai voulu changer de chambre, mais il a dit « au printemps ». J’ai dit d’accord. Je suis tannée d’avoir des affaires de bébé. (Annie, 8 ans)

36Cette situation s’explique en partie par le fait que, n’ayant pas conservé la maison conjugale, les mères ont le plus souvent déménagé, et ont conséquemment été « obligées » de décorer les nouvelles chambres. Et elles ont plus souvent consulté leurs enfants. On peut penser que cette situation reflète une division traditionnelle des rôles au sein des couples, les femmes étant davantage responsables de l’univers domestique et des relations avec les enfants. Fait à souligner, les quelques hommes qui ont entrepris de redécorer leur domicile ont souvent consulté une femme (sœur, autre parente, ou décoratrice professionnelle).

37Dans un nombre limité de cas, les parents ont essayé de maintenir la continuité entre les deux chambres d’enfant dans chacun des domiciles en utilisant des meubles identiques ou les mêmes couleurs.

Conclusions

38Les données de l’étude permettent de souligner trois points majeurs :

39Niveau de vie :

40Un des impacts de la garde partagée est d’augmenter le niveau de consommation, principalement à cause du dédoublement des domiciles. Nombre d’objets (jouets, livres, etc.) sont aussi dédoublés.

41De plus, les parents en garde partagée ont tendance à demeurer dans le quartier qu’ils avaient choisi comme couple et comme famille « intacts » ; un pourcentage important habite donc des quartiers à caractère familial, souvent – contexte nord-américain oblige – en banlieue. Ce choix de maintenir ce mode de vie engendre des dépenses considérables, puisqu’il implique l’achat et l’entretien d’une voiture, et divers coûts liés à l’absence de services dans ces habitats à faible densité. Le choix de recourir à la garde partagée est donc en partie conditionné par les revenus et par le statut socio-démographique des parents. Mais il est important de souligner que les couples engagés dans la garde partagée ne forment néanmoins pas une catégorie totalement homogène sur le plan économique.

42Localisation :

43La localisation des ménages joue un rôle critique dans le succès de la garde partagée. La plupart des parents ayant participé à notre étude habitent à proximité de l’endroit où ils ont habité comme couple. Comme nous le soulignions précédemment, ce sont souvent des secteurs de banlieue.

44Cette observation va à l’encontre de l’image souvent véhiculée, selon laquelle les parents en garde partagée ne proviendraient que de certains quartiers urbains typés, comme le Plateau Mont-Royal ou « Outremont-en-bas », associés à une population scolarisée et à revenus moyens ou élevés. Au contraire, nos données indiquent que la garde partagée, loin d’être limitée aux quartiers centraux, se vit pour une bonne part en banlieue.

45Inégalités :

46La situation de garde partagée est souvent une situation empreinte d’inégalités. Plus particulièrement en ce qui concerne le cadre de vie, il existe des différences notables entre les domiciles des deux parents. La situation des mères est la moins avantageuse. Les femmes sont moins souvent propriétaires de leur logis et ont rarement conservé la propriété du domicile conjugal. Leurs logements offrent des aménagements moins intéressants et sont soumis à diverses contraintes (manque d’espace, règles de comportement dictées par la présence de voisins, etc.).

47Du point de vue des liens affectifs, l’inégalité des situations parentales se traduit par un sentiment plus fort envers un des deux domiciles. Dans ce contexte, le lien avec le domicile conjugal est extrêmement important.

48Ces différences sont amplifiées par le fait que les enfants y sont confrontés régulièrement, souvent sur une base hebdomadaire. À la lumière de l’ensemble de l’étude, cette situation asymétrique peut toutefois être perçue comme un atout sur le plan du développement cognitif ou personnel des enfants. Cette perception se démarque du discours, maintes fois repris, voulant que les enfants aient besoin d’un point d’ancrage affectif unique, et de points de repère clairs.

Notes

1 Cette étude a été réalisée alors que l’auteur était chercheur invité au Centre d’études prospectives sur l’habitation et le cadre de vie, à la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

2 À la suite de l’entrevue avec son ex-épouse, un père a refusé de participer à l’étude.

Table des illustrations

Légende Carte 1Localisation du domicile des parents
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende 1. Ce chiffre représente le nombre des ménages, an moment de l’étude, après la séparation des conjoints. Dans le tableau, le nombre d’enfants atteint fil (14 enfants uniques avec 1 adulte, 2 enfants uniques avec 2 adultes, 30 enfants dans un ménage à 2 enfants et I adulte, et ainsi de suite). Plusieurs enfants sont recensés deux fois, puisqu’ils vivent dans deux configurations de ménage différentes.Tableau 1Composition des ménages
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende * À la suite de l’entrevue avec son ex-épouse, un père a refusé d’être interviewé.Tableau 2Modes d’occupation avant la séparation et au moment de l’étude
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Tableau 3Réactions des enfants à la garde partagée
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Illustration ALe domicile paternel de FrédéricCe cottage unifamilial est l’ancien domicile conjugal. Il appartient maintenant au père de Frédéric. La mère loge dans un immeuble à condos (non illustré)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Illustration BLe domicile maternel de Jean-FrançoisLa mère de Jean-François s’est installée dans un logement loué dans cet immeuble. Le père a conservé le domicile conjugal, un bungalow (non illustré)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Illustration CLes chambres de Josianne (1)Chez sa mère, Josianne partage une petite chambre avec sa sœur
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Illustration DLes chambres de Josianne (2) Chez son père, Josianne dispose de sa propre chambre, suffisamment spacieuse pour installer son bureau
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Illustration ELes chambres d’Alex (1) On voit ici la chambre qu’occupe Alex chez son père
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Illustration FLes chambres d’Alex (2) Dans le logement de sa mère, Alex doit partager son espace avec sa sœur... et avec les parrareils de lavage et séchage du linge
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9845/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search