Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin après-midi. Séance dirigée par Jean-Daniel Candaux

Les gazettes manuscrites avant 1750

Françoise Weil

Texte intégral

1Il faut le dire et le redire : tout ce qui nous est parvenu manuscrit ne fut pas pour autant interdit ; tout ce qui nous est parvenu manuscrit n’est pas pour autant inédit. Je me limiterai aujourd’hui à un essai de mise au point sur les « nouvelles à la main ».

2Tout d’abord une explication : j’ai préféré adopter l’expression de « gazette manuscrite » parce que les termes de « nouvelles » et de «nouvellistes» évoquent tout aussi bien les nouvellistes oraux, ceux des cafés et des promenades, dont je ne parlerai pas, bien que l’étude de leurs liens avec les nouvellistes-gazetiers ne soient pas sans intérêt. D’autre part, il me semble que l’on emploie un peu abusivement l’expression de « nouvelles à la main » et qu’on devrait entendre par là une liste sèche de nouvelles sans commentaires, analogues à celles qu’on trouve dans la Gazette de France : naissances, mariages et morts à la Cour de France, etc ; et surtout nouvelles diplomatiques et militaires. Les nouvelles à la main proprement dites proliféraient évidemment en temps de guerre, ou à l’approche d’une guerre. Par contre ces « nouvelles de la cour et de la ville », « journaux » etc où l’on trouve également des nouvelles galantes et littéraires, ainsi que des commentaires sur la guerre et la paix, me semblent mériter davantage le nom de gazettes.

3Les unes et les autres malheureusement ont à peu près totalement disparu ; en ce qui concerne les nouvelles à la main proprement dites, il faudrait un jour en établir le corpus, et surtout comparer les textes avec les textes de même date des gazettes hollandaises, ou de la Gazette de Cologne. Il faudrait de la même manière comparer les informations apportées par les différentes gazettes étrangères imprimées, et cela sans se limiter à une seule année ou période, car les situations ont pu varier. En tout cas il faut s’interroger sur la rareté de la Gazette d’Utrecht dans les collections publiques, et pas seulement en France ; et ne pas perdre de vue la facilité et la rapidité de diffusion de la Gazette d’Amsterdam en France : la diffusion est assurée à Paris par Michel David, une large part est faite à la publicité pour des libraires parisiens sans oublier les apothicaires et marchands de drogues. La Gazette d’Amsterdam, apparemment autorisée ou plutôt tolérée par le Pouvoir français, est certainement sous contrôle français jusqu’à un certain point, et ce n’est pas un hasard si les annonces des libraires pour des romans disparaissent en 1737 au moment de la Proscription des romans. Tout ce qui vient de Hollande n’est pas forcément interdit, de même que tout ce qui est manuscrit.

4Pour en revenir aux nouvelles à la main proprement dites, il ne faut pas les confondre avec les rapports envoyés au lieutenant de police de Paris et conservés à l’Arsenal et à la Bibliothèque historique de la ville de Paris. Ces rapports sont riches de renseignements pour les chercheurs mais il faut tenir compte de leur objectif : renseigner le lieutenant de police sur les bruits qui circulaient et surtout les commentaires entendus dans les cafés et les promenades ; au fond, il s’agit de surveiller les propos des nouvellistes et de leurs auditeurs, et de détecter la subversion. Il arrive d’ailleurs que les mouches de la police préfèrent rassurer leur maître ; à moins que certaines mouches se laissent abuser par des discours lénifiants prononcés à leur intention. Deux mouches au moins sont employées chaque jour, et leurs propos diffèrent quelque peu, soit à cause de leurs propres jugements (en particulier sur le jansénisme) soit parce qu’elles reflètent les attitudes différentes des lieux prospectés.

5Une fois éliminées ces très spéciales nouvelles à la main destinées au Lieutenant de Police et non pas au Public, restent les trois catégories suivantes :

  1. les nouvelles manuscrites identiques à la Gazette de France : c’est le cas de la Gazette du 19 septembre 1722 n°40 conservée dans ms Fr 21 741, f°193-198 ;
  2. les nouvelles à la main interdites
  3. les nouvelles à la main contrôlées par la Police.
  • 1 R. Moulinas a montré comment les contrefaçons provinciales de la Gazette d’Amsterdam avaient comme (...)

6On peut s’interroger sur la raison d’être des nouvelles conformes à la Gazette imprimée : imposture ? prix moins coûteux, surtout en province et à l’étranger, où l’on a intérêt à faire venir un seul exemplaire à cause des tarifs très élevés de la poste ?1 Ces nouvelles ont pu être recopiées sur la Gazette ou faites en même temps.

  • 2 « un particulier avait obtenu une permission tacite de délivrer des nouvelles à la main qui étaien (...)
  • 3 Académie française, collection Moulin, dossier Amelot.

7Quant aux deux autres catégories, elles sont en fait très voisines : des nouvelles à la main tolérées peuvent cesser de l’être parce que les nouvellistes ont omis de faire viser le manuscrit ou ont remis tel ou tel passage biffé par le commis de la police. Inversement, après un séjour plus ou moins prolongé à la Bastille, les nouvellistes sont autorisés à publier à nouveau leurs nouvelles sous certaines conditions. Le même phénomène se retrouve pendant chaque guerre et particulièrement pendant les guerres catastrophiques pour la France : dernières guerres de Louis XIV, guerre de la Succession d’Autriche. Comme le rappelle Barbier, il y a permission tacite de rédiger et distribuer des nouvelles à la main à condition de déposer deux exemplaires de chaque numéro à la Police ; le lieutenant de police ou son commis retranchait les passages ou les termes jugés inconvenants et rendait un des exemplaires au nouvelliste, en gardant l’autre comme double et témoin2. Ces nouvelles, « publiées » si l’on peut dire avec permission tacite, étaient appelées « les nouvelles manuscrites » ou « le manuscrit ». Elles étaient bien souvent une des sources d’information des gazettes hollandaises : ainsi la Gazette d’Utrecht du 25 juillet 1742 se réfère au « manuscrit de nouvelles visé à la police et qui se distribue aujourd’hui. » Il n’est pas jusqu’au ministre des Affaires Etrangères Amelot qui ne prétende utiliser à la même époque les nouvelles à la main pour faire passer des informations de son choix : « M. le Cardinal », écrit-il le 24 juillet, sans doute au lieutenant de police Marville, « vous prie monsieur de faire mettre la lettre ci-jointe dans la feuille des nouvelles à la main. Son Eminence croit que c’est le moyen le plus simple de la faire passer au gazetier d’Hollande ». Le résumé de la réponse est porté sur la lettre : « mandé à M. Amelot qu’il n’y a plus de nouvelles à la main »3.

  • 4 Arsenal ms 3866.

8Le jeu du chat et de la souris entre les nouvellistes et le ou les pouvoirs est complexe : Mouhy écrit le 5 juillet de cette même année 1742 qu’on « approuve fort la suppression des nouvelles à la main dont la publication servait de prétexte à d’autres gazetins »4 et le 23 août suivant que « les nouvelles à la main continuent d’avoir cours malgré la suppression ». Le lieutenant de police peut avoir donné la permission enlevée ; ou un autre pouvoir. Il est évident que le Pouvoir avait tout intérêt à tolérer des écrits sur lesquels il exerçait un certain contrôle puisqu’il s’agissait à peu près toujours des mêmes auteurs et distributeurs et qu’un séjour à la Bastille les rendait provisoirement plus circonspects sur les nouvelles de la guerre : ce provisoire suffisait certes dans la plupart des cas. Les abonnés et lecteurs étaient plus nombreux selon toute probabilité que les quelques notables avoués lors des interrogatoires ; et bien des lecteurs ignoraient le manque de liberté des auteurs de ces Nouvelles. Ainsi tout le monde y trouvait son compte : les auteurs, copistes et colporteurs des nouvelles manuscrites ; les lecteurs ; les gazettes étrangères ; et le Pouvoir.

9Il faut donc être très circonspect lorsqu’on étudie des nouvelles à la main, qui bien souvent étaient contrôlées par la Police. Leur contenu était d’ordre strictement militaire et politique, à l’exclusion semble-t-il des faits divers, nouvelles galantes, nouvelles des spectacles et de la littérature : tout cela se trouvait par contre dans des « gazettes » de prétentions plus littéraires, comme ces différents « journaux de la cour et de la ville » qui sont parvenus jusqu’à nous. Ces chroniques de la vie parisienne pouvaient éventuellement signaler des nouvelles militaires et politiques et avoir recours aux nouvelles dont je viens de parler mais sous une forme plus élaborée ; on prend en quelque sorte son temps avec l’actualité et une espèce de recul qui permet de la commenter par fois.

10Il ne faut pas être dupe de la forme prise par ces chroniques ; je veux dire par là qu’il serait téméraire d’opposer correspondances privées des tinées à une seule personne et gazettes destinées à plusieurs. Les informations générales sont en fait écrites pour plusieurs personnes, même si elles prennent la forme de correspondances ou sont incorporées dans des lettres. Je citerai deux exemples : les nouvelles dites de Pau et les lettres de Dubuisson au marquis de Caumont.

  • 5 C. Desplat « La diffusion des nouvelles en province au XVIIIème siècle » in Bulletin de la Société (...)

11Le « Journal en forme de lettres sur les nouvelles politiques et littéraires de la France » a été publié par Ch. Desplat d’après un manuscrit conservé aux Archives départementales de Pau5. Il se présente sous la forme de feuilles volantes de deux formats différents précédées d’une page de titre portant la mention suivante : « espèce de journal en forme de lettres sur les nouvelles politiques et littéraires de la France depuis le mois de février 1734 jusqu’au 18 octobre de la même année ». L’écriture de ce titre est du XVIIIème siècle mais pourrait bien être postérieure à 1734. En tout cas il s’agit selon toute vraisemblance de deux collections partielles de nouvelles à la main rassemblées par leur propriétaire. Non seulement les formats et les papiers des deux collections diffèrent, mais les écritures et les habitudes dans les abréviations. Desplat a publié les lettres de la première série ; il estime qu’il s’agit d’une correspondance personnelle, à cause d’« allusions à un échange continu de missives ». J’ai relevé ces allusions : elles sont en fait limitées aux passages concernant les nouvelles militaires : « vous avez raison, Monsieur » ; « comme vous le pensez bien, Monsieur » ; « votre impatience pour les grands événements sera bientôt satisfaite » ; « un détail que vous possédez sans doute mieux que moi ». Je n’y vois rien de personnel, mais des procédés littéraires pour ménager l’attention du lecteur en rompant la monotonie du récit.

  • 6 Lettres du Commissaire Dubuisson au marquis de Caumont ed. Rouxel. Paris (1882).

12Autre exemple : les lettres de Dubuisson au marquis de Caumont semblent personnelles6 ; or j’ai retrouvé récemment quelques-unes de ces lettres dans une version légèrement différente ; le destinataire semble lui-même différent. Malheureusement le manuscrit utilisé par Rouxel ne nous est pas parvenu. Cependant on peut supposer qu’un manuscrit de nouvelles diverses était fourni moyennant finance aux chroniqueurs parisiens tenus à une correspondance régulière avec des provinciaux ou étrangers. A moins qu’il ne se soit agi d’un abonnement analogue à ceux de la Correspondance Littéraire, avec passages personnalisés selon l’abonné. Je reviendrai dans une autre étude sur le problème posé par les Lettres de Dubuisson à Caumont.

  • 7 Voir Presse et histoire au XVIIIème siècle, l’année 1734, p. 204 et 205.
  • 8 Le mois de février comporte 49 pages.
  • 9 Bibl. Municipale de Lyon, ms 6224, tome III, p. 422 et 423.

13Je voudrais revenir maintenant au manuscrit de Pau et en particulier à son étroite parenté avec les Anecdotes ou Lettres secrètes attribuées à Bruzen de la Martinière. Cette parenté a été découverte par Jean Sgard7. J’ajouterai deux éléments d’information : les mois de février à mai 1734 des Anecdotes qui n’ont pas été retrouvés par Jean Sgard existent dans la collection de la Bibliothèque des Fontaines à Chantilly ; et l’attribution à Bruzen ainsi que le lieu d’impression supposé hollandais peuvent être discutés. Voici en tout cas comment Bottu de Saint Fonds en parle à son ami Dugas dans une lettre du 6 octobre 1734 : « je vais vous amuser en vous faisant part d’un petit ouvrage périodique qu’on m’a prêté et dont apparemment vous n’avez rien lu puisque vous ne m’en avez encore rien dit. C’est une petite brochure d’environ 50 pages8 sans nom d’auteur ni d’imprimeur qu’on donne tous les mois. Voici le titre : Anecdotes ou lettres secrètes sur divers sujets de littérature et de politique. Ce sont en effet des lettres qu’on suppose écrites par un ami de Paris à un ami de province, mais il y a grande apparence que c’est à Lyon que ces lettres sont forgées. Deux personnes m’ont dit qu’on croyait cet ouvrage de l’avocat Berger mais s’il est de lui je doute qu’il ose jamais l’avouer, à moins qu’il n’ait envie de se faire donner sur les oreilles, car il y a des traits de médisance semés dont les personnes intéressées pourraient bien se ressentir. Ce ne sont que ces traits seuls qui méritent le nom d’anecdotes, car on ne peut pas appeler ainsi les nouvelles publiques et déjà surannées qui font la principale partie de la brochure. Quant aux petites pièces de vers dont elle est aussi faite, ce n’est pas le nom d’anecdotes qui leur convient, ce serait plutôt celui de pièces fugitives. Et pour achever de critiquer le titre, je ne trouve rien de si ridicule que d’appeler Lettres secrètes des lettres qui sont faites pour être vues de tout le monde. L’auteur... c’est la littérature moderne qui fait son fort... Il a des correspondances exactes comme les Précieuses de Molière pour avoir tous les madrigaux... Sur ce portrait vous vous imaginez sans doute que cet ouvrage est un diminutif du Mercure Galant et vous aurez raison. Mais si le Mercure est mis au dessous de rien, ou faudrait-il placer ces Anecdotes ?... On m’a prêté les 7 premiers mois qui commencent au mois de février... J’en ai sauté la plus grande partie et presque tout ce qui concernait les nouvelles publiques...»9.

  • 10 Presse et histoire... p. 205.

14La première lettre du manuscrit de Pau est datée du 22 février 1734 ; elle devient la lettre du 1er mars des Anecdotes et nous ignorons si les lettres datées respectivement des 1er, 8 et 15 février étaient analogues à des lettres non conservées dans le manuscrit de Pau. La lettre du 1er mars de ce manuscrit devient la lettre du 22 février des Anecdotes ; les lettres datées des 8 et 22 mars sont analogues, ainsi que les lettres des 5, 12, 19 et 26 avril et du 4 mai ; par contre la lettre datée du 31 mars dans le manuscrit porte la date du 29 mars dans les Anecdotes. Les 6 lettres de mai et juin des Anecdotes ne correspondent pas à des lettres conservées du manuscrit ; les lettres des 28 juin, 5, 12, 19, 26 juillet et celles des 2, 9, 16 et 23 août figurent dans les deux séries. A partir du 30 août la collection manuscrite comprend les lettres d’une autre provenance qui ne sont pas reprises dans les Anecdotes. C’est d’ailleurs à ce moment-là que selon Jean Sgard « les Anecdotes changent de forme, accueillent essentiellement des nouvelles de Londres et d’Amsterdam, et ne donnent plus que deux faits divers tirés du Pour et Contre »10.

15Les Anecdotes ont pu être commencées à Lyon par Berger ou un autre, et continuées en Hollande par Bruzen de la Martinière : le cas n’est pas exceptionnel dans l’histoire du journalisme, surtout lorsque l’éditeur reste le même ; ainsi le Pour et Contre continua à paraître un temps sans Prévost qui le reprit ensuite. Dans sa première période, peut-être lyonnaise, le rédacteur n’hésita pas à utiliser les feuilles volantes dont un exemplaire est conservé à Pau ; il se borna dans ce cas à développer les abréviations et à compléter la ponctuation (ma comparaison ne porte que sur quelque numéros, il faudrait la poursuivre). A moins qu’il n’ait été déjà l’auteur des feuilles volantes. Il semble difficile de supposer que les feuilles volantes soient postérieures à la version imprimée, non seulement à cause de la présence de nombreuses abréviations et de la négligence dans la ponctuation, mais parce que Bottu s’étonne de leur caractère suranné alors qu’il sait fort bien que le premier numéro des Anecdotes est daté de février ; nous ignorons il est vrai la date exacte de sa parution mais le fait même de regrouper tous les numéros d’un mois pour les publier en même temps rend évidemment surannées les nouvelles du début du mois.

  • 11 Je le remercie de m’avoir communiqué son étude sur « Les Mémoires secrets de Bachaumont, le Courri (...)

16François Moureau11 a comparé les Mémoires secrets de Bachaumont et le Courrier du Bas-Rhin pour l’année 1768. Il est parvenu au résultat suivant : « une bonne partie des Mémoires secrets se trouve en édition pré-originale dans le périodique confectionné à Clèves... Il ne s’agit pas de l’interprétation d’une même source manuscrite, mais d’un texte identique, et tout laisse penser que Pidansat de Mairobert était informé de l’impression qui s’en faisait à Clèves ».

  • 12 aux études déjà citées en notes je me permets d’ajouter mes propres travaux :
    - Les nouvellistes (C (...)

17Le cas posé par les Anecdotes semble différent de celui posé 34 ans plus tard par les Mémoires de Bachaumont. Dans sa conclusion, F. Moureau souligne « la complexité des problèmes posés par la diffusion de l’information au déclin de l’Ancien Régime ». Je suis convaincue de la complexité de problèmes que l’on a tendance à simplifier. Mais il ne s’agit plus ici de simples nouvelles à la main destinées à apporter une information aux Français. Il s’agit d’un genre politique et littéraire nouveau, proche de nos journaux d’opinion sinon par leurs commentaires fort rares du moins par la sélection et la présentation des « informations ». Ce nouveau genre littéraire ne peut être assimilé ni aux nouvelles à la main ni aux correspondances privées ni aux périodiques mais tient un peu des trois genres cités, à tel point qu’il est souvent difficile, lorsqu’on se trouve en présence de textes identiques, de décider de la chronologie entre ces textes, imprimés ou manuscrits12.

Notes

1 R. Moulinas a montré comment les contrefaçons provinciales de la Gazette d’Amsterdam avaient comme origine la lenteur et surtout le prix élevé des expéditions (R. Moulinas « Du rôle de la poste royale comme moyen de contrôle financier... » in Modèles et moyens de la réflexion politique au XVIIIe siècle.)

2 « un particulier avait obtenu une permission tacite de délivrer des nouvelles à la main qui étaient censées néanmoins visitées et approuvées à la police par quelque commis » (Barbier, Journal, t. II, p.451, mai 1745.

3 Académie française, collection Moulin, dossier Amelot.

4 Arsenal ms 3866.

5 C. Desplat « La diffusion des nouvelles en province au XVIIIème siècle » in Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau 4e série, t. V, VI, VII, 1970-1972.

6 Lettres du Commissaire Dubuisson au marquis de Caumont ed. Rouxel. Paris (1882).

7 Voir Presse et histoire au XVIIIème siècle, l’année 1734, p. 204 et 205.

8 Le mois de février comporte 49 pages.

9 Bibl. Municipale de Lyon, ms 6224, tome III, p. 422 et 423.

10 Presse et histoire... p. 205.

11 Je le remercie de m’avoir communiqué son étude sur « Les Mémoires secrets de Bachaumont, le Courrier du Bas-Rhin et les bulletinistes parisiens » qui doit paraître dans le volume collectif sur La Presse de 1768.

12 aux études déjà citées en notes je me permets d’ajouter mes propres travaux :
- Les nouvellistes (Colloque de 1968 sur la Régence)
- Introduction au Journal de la Cour et de Paris, éd. H. Duranton, 1981.
- « Un franc-maçon oublié. L’auteur des Nouvelles de la cour et de la ville » (1734-1738) » in Dix-huitième siècle, 1978, p. 253-257.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540