Version classiqueVersion mobile

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

2. Les accédants à la propriété

Propriétaires et locataires : diversité et différences

Paul Cuturello

Texte intégral

1Les analyses portant sur les stratégies résidentielles des ménages ont en général accompagné la vague d’accession à la propriété qui a marqué les trois dernières décennies. Ces travaux portaient le plus souvent sur les seuls propriétaires occupants, et ne traitaient donc que du discours et des représentations des ménages déjà installés dans leur propriété. Elles souffraient du coup des distorsions d’un effet d’optique inévitable.

  • 1 Cuturello P., « Le poids de l’origine et la force de la parenté », dans Bonvalet C., Gotman A., Le (...)
  • 2 C’est ce que souligne Christian Topalov : « Le XIXe siècle, à Paris et dans d’autres grandes ville (...)

2Dans ce contexte, la location a le plus souvent été considérée comme un statut négatif, un défaut de propriété en somme. Cependant, à l’occasion d’une analyse comparative des pratiques résidentielles respectives des propriétaires et des locataires, basée sur des données quantitatives,1 nous avions relevé une certaine diversité des pratiques résidentielles parmi les locataires. En effet, la location ne se résumait pas toujours à un solde négatif résultant d’une impossibilité d’acheter, mais pouvait dans certains cas être un mode choisi d’occupation du logement. Ce qui semblait indiquer que le modèle du propriétaire occupant ne recueillait pas l’assentiment de la totalité des locataires. Cette tendance lourde, où posséder constitue le modèle et le but, a longtemps pesé et pèse encore sur la représentation que se font les ménages de la location, au point de perdre de vue qu’habiter et posséder étaient deux notions bien distinctes il y a encore peu de temps2. Ce n’est qu’avec la généralisation de la propriété d’occupation, qui a connu sa pleine expansion à partir des années 1960, qu’habiter et posséder ont totalement fusionné dans les représentations et dans les pratiques résidentielles des ménages.

  • 3 Cases L., « Le retour des locataires », Économie et Statistique, no 288/289 (numéro spécial traita (...)

3Aujourd’hui, si l’on en croit les tendances enregistrées lors de la dernières Enquête Logement menée par l’INSEE en 1992 et 1993, où l’on salue « le retour des locataires »3, il semble que s’amorce un infléchissement vers l’usage, disjoint de l’appropriation. Les indications fournies par cette enquête quantitative nous ont conduit à nous interroger sur l’organisation des systèmes de représentation respectifs des propriétaires et des locataires, participant à la structuration de leurs stratégies résidentielles. Nous avons donc mené une recherche comparative destinée à étudier les dispositions éthiques respectives des locataires et des propriétaires, afin d’en dégager les éventuelles similitudes et les différences.

  • 4 Les résultats présentés ici sont issus d’une enquête par entretiens menée auprès de ménages propri (...)
  • 5 Dans le cadre de l’analyse de type thématique mise en œuvre ici, nous avons construit pour chaque (...)

4La recherche comparative de ménages propriétaires et de ménages locataires présentée ici est donc basée sur des entretiens4. Elle tente de saisir, par l’analyse de leurs discours respectifs, leurs dispositifs éthiques consommatoires, et la façon dont ces dispositifs participent de la définition de leurs stratégies résidentielles5.

I – Propriétaires et locataires : le paradoxe de la diversité

5Prenant en compte le fait que les représentations chez les ménages manifestent en général une part d’autonomie par rapport à leurs pratiques réelles, nous avons traité ensemble les entretiens de nos deux populations de base, en un corpus commun et unique. Cette méthode présente selon nous l’avantage d’écarter tout a priori quant aux relations qui peuvent s’établir entre catégories de ménages (définies suivant leur statut d’occupation du logement ou leur PCS) et dispositifs éthiques.

  • 6 Cet espace des configurations morales a été obtenu en ayant défini les traits distinctifs des espa (...)

6Dans un premier temps nous avons donc construit l’espace des configurations morales commun aux propriétaires et aux locataires, où les entretiens ont été traités ensemble. Le graphe qui suit représente la façon dont s’organise l’espace des configurations éthiques de l’ensemble ménages locataires et propriétaires en matière de consommation du logement6.

7Cet espace des configurations éthiques est fortement structuré par l’opposition entre, d’un côté la morale de la stricte discipline consommatoire allant souvent de pair avec un fatalisme vis-à-vis de la vie, dans laquelle se retrouvent plutôt les ménages modestes (ouvriers, employés) et faiblement diplômés ; et de l’autre côté la « morale » de la jouissance consommatoire immédiate, dans laquelle se retrouvent plutôt les catégories sociales aisées et fortement diplômées (cadres supérieurs et professions libérales).

  • 7 Pour cette analyse comparative, contrairement à ce qui se fait habituellement, nous avons retenu l (...)

8Ces deux configurations morales opposées, auxquelles sont associées des catégories sociales situées aux deux extrémités de la hiérarchie sociale, sont définies par la forte corrélation entre mode de consommation et niveau de diplôme de la femme7. Ainsi, la morale de la discipline est fortement corrélée à un faible niveau de certification, alors que celle de la jouissance consommatoire est corrélée à une forte certification.

Légende
Rapport à l’argent :
— Argent Traditionnel (peur du crédit)
— Pragmatisme (crédit occasionnel)
— Consumérisme (crédit systématique)
Mode de Consommation :
— Discipline Stricte
— Discipline Rationalisée
— Hédonisme
Rapport aux enfants :
— Investissement (études, etc...)
— Non Investissement (pas de projet...)
Rapport aux ascendants :
— Solidarité
— Indépendance
Rapport au travail professionnel de la femme :
— Femme au foyer
— Activité/Inactivité (alternance)
— Femme Active
Vision de la vie :
— Fatalisme
— Maîtrise de la vie
Statut d’occupation du logement :
— Locataire
— Propriétaire
Diplôme de la femme :
— CEP
— BEPC
— Baccalauréat et plus
Profession du chef de ménage :
— Patrons, (y compris artisans, commerçants)
— Cadres Supérieurs et Professions libérales
— Professions Intermédiaires
— Employés
— Ouvriers
Graphique 1
Espace commun des configurations morales des propriétaires et des locataires

9Le troisième type de profil éthique, qui se situe en haut du graphe, complète, avec cependant quelques nuances, la diversité morale observée. Il s’agit d’une éthique de la rationalité consommatoire et financière, alliée à une certification « moyenne » (niveau BEPC). Ce type « rationnel » se définit par opposition aux morales consuméristes, le laisser aller consommatoire étant considéré comme l’antithèse de la rationalité, d’une discipline maîtrisée et choisie. Cette rationalité, synonyme de maîtrise des ressources et des dépenses, paraît être partagée par les propriétaires adeptes de la stratégie du raisonnable, pour qui la propriété est un effort légitime, mais pas toujours un sacrifice nécessaire, mais aussi vraisemblablement par certains locataires.

10En effet, de ce graphe où ont été traités en commun les discours des propriétaires et des locataires émerge un paradoxe : malgré la diversité de profils types qui se manifeste clairement, aucun d’entre eux n’apparaît comme étant exclusivement lié soit à la propriété soit à la location. Les variables « propriétaires » et « locataires » sont positionnées très près du centre du graphe, manifestant par là une certaine « indépendance » au moins statistique vis-à-vis des variables définissant les profils éthiques des ménages. Cette « indifférence » des deux variables caractérisant nos deux populations initiales signifie en fait que des ménages de ces deux catégories se retrouvent dans chacun des profils éthiques, et que, par conséquent, les caractéristiques éthiques propres à ces profils se retrouvent aussi bien chez les propriétaires que chez les locataires. Cette diversité de l’espace des configurations éthiques structurant les pratiques consommatoires (trois profils-types bien distincts), conjuguée à cette apparente indépendance constitue donc un réel paradoxe dans la mesure où l’on pouvait s’attendre à ce que chacune de ces deux catégories soit fortement liée à un type de profil éthique particulier, étant donné que la location et la propriété sont toujours présentées comme deux catégories opposées. Ainsi, nos deux catégories de ménages paraissent puiser leurs modèles éthiques au sein de registres communs, sans en privilégier un qui leur serait plus particulièrement attaché.

  • 8 Les assertions citées ici sont tirées des entretiens de ménages qui se situent dans la région de l (...)

11Il en est ainsi du modèle de la discipline consommatoire auquel font appel les propriétaires modestes peu diplômés dont l’effort consenti pour l’accession est intense8 :

H : On s’est sacrifiés tous les deux et bon maintenant on est heureux... on a sacrifié... on l’a voulu et on s’est sacrifiés tous les deux... bon maintenant ça va mieux, on reprend le dessus, il y a eu un sacrifice. F : Les vacances, les vacances il y en a plus hein ! H : Oui plus de congés, plus de... pas de sorties, il le fallait, nous on voulait donc ça a été un choix et je crois qu’on le regrette pas. (Patron artisan)

12mais aussi les ménages locataires modestes et peu diplômés :

R : On vit avec ce qu’on a. Nous on part d’un principe c’est qu’il faut pas vivre au-dessus de ses moyens. Et à partir de là on fait avec ce qu’on a, les enfants sont habitués aussi, ils manquent de rien, à la maison y’a ce qu’il faut au niveau de la nourriture, les choses essentielles et on se contente de ce qu’on peut avoir, on va pas chercher plus loin. (Ouvrier)

13De la même façon, à l’opposé de cette discipline souvent draconienne, le registre de la morale consumériste caractéristique de l’indiscipline de la jouissance immédiate est mobilisé bien sûr par les propriétaires aisés, pour qui l’achat du logement s’apparente à une formalité n’entraînant aucune contrainte particulière sur les habitudes de consommation :

F : On dépense beaucoup, on dépense beaucoup, parce qu’on va très souvent au restaurant le midi, le soir ce sont des choses chères et classiques que l’on fait rapidement. On est obligés de s’habiller, on est obligés d’avoir une voiture, enfin on a des frais. On a acheté un appartement à Isola parce qu’on aime beaucoup le ski. Mon mari fait de la planche à voile, notre fille aussi. On investit quand même pas mal dans les voyages. Chaque année on fait un grand voyage. Là j’ai envie d’aller aux USA avec notre fille, on a fait la Thaïlande... On investit un peu dans les objets d’art. (Profession intermédiaire)

14mais aussi par les locataires pour qui la location est choisie, souvent aisés, et qui entendent profiter immédiatement de la vie sans remettre au lendemain ce qu’on peut consommer le jour même :

F : On est les seuls... je sais pas, c’est peut-être aussi de notre façon de vivre, nous on aime bien profiter de plein de choses... On aime voyager, on aime bien faire la fête, inviter les copains... Jouir des choses oui, c’est vrai bon j’aime bien certains objets, j’aime bien qu’on puisse aller manger au restaurant, partir un week-end à Florence ou ailleurs, ça, ça me plaît bien, c’est un choix... (Profession intermédiaire)

15L’hédonisme caractéristique de ce modèle consommatoire est donc commun aux ménages propriétaires et aux locataires par « choix » pourrait-on dire.

16Il en va de même pour le rationalisme mobilisé par les propriétaires présentant l’accession comme le produit d’un choix rationnel :

F : Je préfère vivre tranquillement et bon, j’ai les moyens pour m’acheter ce qu’il faut, je me l’achète, j’ai pas les moyens, je me contente d’un...

H : On a toujours eu une différence par rapport à la relation avec l’argent... moi je le vois plus comme un outil, et B., c’est mon sentiment, il y a une relation passionnelle à l’argent... (Patron commerçant)

17rationalisme alimentant également les principes de gestion de locataires tout aussi attentifs aux impératifs de la « raison » :

R : Oui restaurant de temps en temps, bon comme tout le monde enfin. (Employé)

R : Quand on est jeune marié... on essaie de survivre c’est déjà pas mal. On essaie d’avoir la petite voiture, la petite télé, le lave-linge voyez, tout ce qu’on a besoin au quotidien. Disons que c’est au fur et à mesure que la vie se déroule et que bon on arrive... c’est le fruit du travail ça... (Profession intermédiaire)

18Ces quelques exemples confirment ce que nous avions déjà observé chez les propriétaires lors d’enquêtes précédentes. Chez ces derniers, des différences majeures étaient apparues entre les ménages modestes fournissant des efforts matériels et moraux considérables pour accéder, au prix parfois de réelles privations (cf. les « Familles Mobilisées » ou encore les « Castors »), et les ménages aisés pour qui l’achat relève presque de la banalité consommatoire, au même titre que d’autres achats comme la voiture, et ne faisant l’objet que de peu, voire pas du tout, d’investissement affectif ou moral.

  • 9 Cuturello P., « Le poids de l’origine et la force de la parenté », op. cit.

19Par contre, la diversité des registres éthiques des locataires telle qu’elle apparaît ici était moins attendue eu égard aux clichés plutôt misérabilistes qui les accompagnent généralement et à la tendance qui consiste habituellement à opposer locataires obligatoirement modestes, et donc assignés à résidence, et propriétaires aisés entreprenants. Ces résultats confirment les observations que nous avions signalées lors d’une précédente analyse comparative portant sur les pratiques des ménages à partir de données quantitatives9, et qui avait permis de saisir des éléments de différenciation interne aux locataires entre, en particulier, la location subie des locataires modestes et la location choisie des locataires aisés.

20Ainsi, cet espace des configurations éthiques commun aux propriétaires et aux locataires, s’il met en évidence une réelle diversité de profils éthiques communs aux deux catégories de ménages que nous avons voulu comparer, illustre également une logique « d’indépendance » (statistique) des profils éthiques par rapport au statut d’occupation du logement ; ce qui constitue un réel paradoxe.

  • 10 Remarque : la mise en évidence ici de trois pôles n’est pas le produit d’un effet de construction (...)

21Dans ce contexte de recherche comparatif, où les catégories retenues sont nécessairement communes, il semble que deux phénomènes se soient conjugués. Le premier était connu, il s’agit de la diversité sociale et morale des propriétaires déjà largement analysée, consécutive à la généralisation de la propriété d’occupation, largement diffusée parmi les catégories sociales, y compris les plus modestes, et qui se manifeste de nouveau ici. Le second, bien que longtemps occulté, concerne la diversité sociale et morale de la location qui, bien que masquée par le poids du logement social, se manifeste ici comme une réalité forte. Il semble donc que cette double diversité, puisant ses références morales au sein de la même panoplie de registres éthiques, ait favorisé la manifestation de cette « indépendance » des dispositifs éthiques par rapport au statut d’occupation du logement10.

22Reste à établir si, comme semble l’indiquer cet espace global commun, les types de morales consommatoires, qui ici sont communes aux propriétaires et aux locataires, ont dans tous les cas la même signification. C’est ce que nous allons vérifier en étudiant séparément les propriétaires et les locataires chacun de leur côté.

II – L’espace des configurations éthiques des propriétaires seuls

  • 11 Pour l’analyse des seuls propriétaires illustrée par le graphe factoriel ci-après, nous avons ajou (...)

23Dans cet espace représentant la configuration éthique des seuls propriétaires11, on retrouve l’opposition classique déjà observée lors des enquêtes précédentes ayant porté sur les seuls propriétaires, entre, d’un côté les ménages peu diplômés modestes lancés dans l’accession au prix d’une discipline stricte du mode de consommation, sur le mode du sacrifice nécessaire, et dans lequel on retrouve un rapport à l’argent marqué par la crainte du crédit :

H : Les trois premières années, il s’est plus agi ni d’aller au cinéma, ni de sortir, rien... C’était, je travaille, on rentre à la maison, on bouge plus... bon, il fallait faire un sacrifice... Par contre on a jamais eu faim... Le crédit nous supprimait déjà les vacances, le budget vacances. (Ouvrier)

24et, de l’autre, l’accession des ménages fortement diplômés, aisés, maîtrisant leur destin et leur consommation :

H : On ne faisait pas beaucoup d’économies... par rapport à certaines personnes qui ont serré la ceinture pendant dix ans, on allait au ski... Je veux dire, on n’a pas épargné quoi...

F : Moi je pars du principe aussi que la vie c’est ici et maintenant et c’est pas la peine de se priver pendant dix ans. (Cadre supérieur)

25Nous retrouvons là les deux rapports à l’accession recouvrant les pratiques et les éthiques « mobilisées » aux deux extrémités de la hiérarchie sociale : à un pôle l’accession populaire, faite d’efforts, de discipline et de privations ; à l’autre, l’accession formalité des ménages aisés.

26Le troisième pôle se situe également dans la lignée des résultats précédents concernant les propriétaires. Il s’agit de l’éthique du rationalisme des ménages moyennement diplômés, tenant un discours de maîtrise à propos de leur devenir professionnel, auxquels est associé un pragmatisme par rapport au crédit allant de pair avec une rationalisation du mode de consommation où la propriété constitue une opportunité (ni un sacrifice, ni un effort légitime) que la raison commande de saisir.

H : On avait un petit peu d’argent et de mon côté par ma mère et du côté de B. par ses parents... On a fait un petit apport et un crédit et on a acheté la maison.

H : J’ai l’impression que c’était plus facile aussi... d’acheter une maison à cette époque... (Patron commerçant)

27Comme on pouvait s’y attendre, l’espace des configurations éthiques des ménages propriétaires analysés séparément, s’organise autour des trois pôles désormais « classiques » des ressources morales mobilisées pour mener à bien le processus d’accession à la propriété.

Légende
Rapport à la Propriété :
— Assurance-Famille
— Assurance Anti-Inflation
La Propriété comme :
— Sacrifice Nécessaire
— Effort Légitime
— Opportunité
Rapport à l’argent :
— Argent Traditionnel (peur du crédit)
— Pragmatisme (crédit occasionnel)
— Consumérisme (crédit systématique)
Mode de Consommation :
— Discipline Stricte
— Discipline Rationalisée
— Hédonisme
Rapport aux enfants :
— Investissement (études, etc...)
— Non Investissement (pas de projet...)
Rapport aux ascendants :
— Solidarité
— Indépendance
Rapport au travail professionnel de la femme :
— Femme au foyer
— Activité/Inactivité (alternance)
— Femme Active
Vision de la vie :
— Fatalisme
— Maîtrise de la vie
Statut d’occupation du logement :
— Locataire
— Propriétaire
Diplôme de la femme :
— CEP
— BEPC
— Baccalauréat et plus
Profession du chef de ménage :
— Patrons, (y compris artisans, commerçants)
— Cadres Supérieurs et Professions libérales
— Professions Intermédiaires
— Employés
— Ouvriers
Graphique 2
Espace des configurations morales des propriétaires seuls

III – L’espace des configurations éthiques des locataires seuls

  • 12 Nous avons donc ajouté une première variable de rapport à la location spécifiée suivant trois moda (...)

28Pour l’analyse des seuls locataires nous avons gardé les mêmes variables déjà utilisées pour l’analyse globale commune aux propriétaires et aux locataires, auxquelles nous avons ajouté deux variables propres aux locataires qui concernent le rapport spécifique à la location et le rapport à la propriété12. Cet espace des configurations éthiques des seuls locataires s’organise lui aussi autour de trois pôles éthiques structurés à partir des divers degrés de disciplinarisation du mode de consommation.

Légende
La Propriété comme :
— Projet
— Éventualité
— Inaccessible
La Location :
— Par choix
— De passage
— Captif
Rapport à l’argent :
— Argent Traditionnel (peur du crédit)
— Pragmatisme (crédit occasionnel)
— Consumérisme (crédit systématique)
Mode de Consommation :
— Discipline Stricte
— Discipline Rationalisée
— Hédonisme
Rapport aux enfants :
— Investissement (études, etc...)
— Non Investissement (pas de projet...)
Rapport aux ascendants :
— Solidarité
— Indépendance
Rapport au travail professionnel de la femme :
— Femme au foyer
— Activité/Inactivité (alternance)
— Femme Active
Vision de la vie :
— Fatalisme
— Maîtrise de la vie
Statut d’occupation du logement :
— Locataire
— Propriétaire
Diplôme de la femme :
— CEP
— BEPC
— Baccalauréat et plus
Profession du chef de ménage :
— Patrons, (y compris artisans, commerçants)
— Cadres Supérieurs et Professions libérales
— Professions Intermédiaires
— Employés
— Ouvriers
Graphique 3
Espace des configurations morales des local aires seals

29Ainsi sur l’axe 1 se font face deux types de configurations morales de locataires :

30— Un pôle de la consommation strictement disciplinée, avec des ménages faiblement diplômés, et pour qui la location est subie :

Avec sa petite sœur, ils manquent de rien, ils ont ce qu’il faut, bon le superflu ma foi nous on s’en passe...

Parce que je suis venue ici j’avais pas de meubles, j’avais rien. Mes gosses dormaient sur des matelas qu’on m’avait prêtés, moi je dormais par terre sur des couvertures, je faisais à manger sur un tout petit camping gaz comme ça. Et on mangeait ici dans la salle à manger sur les carpettes que j’avais récupérées. (Employée)

Bon j’ai appris à faire des tas de trucs à la maison... pour combler le manque de finances qui rentraient... j’ai appris à faire de la couture, j’ai appris à faire des conserves... j’ai appris à faire des trucs comme ça... pour combler. (Employée)

31Remarquons que pour ces locataires modestes et captifs, lorsqu’ils évoquent la discipline consommatoire stricte qu’ils suivent, celle-ci concerne le maintien du minimum nécessaire à leur survie économique et sociale. Les restrictions pratiquées sont destinées à maintenir une solvabilité minimum pour garantir le gîte, parfois au détriment du contenu du couvert... Nous sommes assez loin des contraintes que s’infligent les ménages accédants à la propriété, qui elles, sont destinées à produire des disponibilités financières nécessaires à l’achat.

32— L’autre pôle est celui de la location choisie, avec des ménages fortement diplômés, jouissant d’une aisance financière leur autorisant une consommation débridée. On y retrouve le même goût pour les voyages et autres plaisirs de la vie qu’on ne saurait remettre à plus tard :

F : Je suis allée au Mexique, au Pérou, Thaïlande, Ceylan... Je ne peux pas m’arrêter, l’Inde... Les pays voisins de la France aussi. La France aussi. Le ski l’hiver pendant les vacances de février je pars une semaine en principe. (Profession intermédiaire)

F : Jouir des choses oui, bon j’aime bien certains objets, j’aime bien qu’on puisse aller manger au restaurant, partir un week-end à Florence ou ailleurs, ça me plaît bien, c’est un choix. (Profession intermédiaire)

33D’autant que l’expérience parfois enseigne que le raisonnable peut être vain, voire dérisoire au regard des aléas possibles de la vie :

F : Je crois que quand ma mère est morte, j’ai trouvé bon, j’ai trouvé ça complètement dérisoire je veux dire... maman a toujours bossé, toute sa vie elle a travaillé, et elle a mis un peu de ronds de côté et puis bon au moment où elle aurait pu vraiment commencer à en profiter, bon elle est morte, alors s’attacher à... (Profession intermédiaire)

  • 13 Cuturello P., « Le poids de l’origine et la force de la parenté », op. cit.

34Cette opposition structurante souligne la grande diversité des locataires du point de vue de leur morale consommatoire. Elle confirme les résultats de l’analyse comparative citée plus haut13 où, de la confrontation avec les propriétaires, on avait vu surgir assez clairement la catégorie des locataires aisés.

35— Le troisième pôle (en bas de l’axe 2) est constitué par des ménages qui considèrent la location comme un statut provisoire, un passage, une étape avant l’accession à la propriété, dont ils ont le projet concret. Dans ce but – la propriété – ils sont pragmatiques dans leur rapport à l’argent ; ne formulent pas d’opposition de principe au crédit ni de craintes particulières même s’ils n’en sont pas les adeptes résolus ; ils rationalisent déjà, par anticipation, leur mode de consommation dans la perspective de la mise en œuvre du projet d’accession. Ce type s’organise sur le graphe dans une opposition forte au pôle consumériste, caractéristique des locataires de choix, comme une sorte d’anti-modèle.

F : Si on dépense pas tout, si on ne jette pas l’argent par les fenêtres on arrive à faire quelque chose dans la vie. (Profession intermédiaire)

R : Par rapport à l’argent si vous voulez on n’est pas trop biens de consommation hein. On a ce qu’il faut mais on n’achète pas du superflu. Je veux dire on n’a pas de camescope, et on achète dans la mesure où on peut acheter... Si j’ai besoin d’appareils ménagers avant de les acheter disons que je m’assure que j’ai la somme d’argent, ça ne veut pas dire que je ne prendrai pas un crédit mais je n’achèterai pas si je suis juste. (Profession intermédiaire)

36Chez ces ménages encore locataires, le projet d’accession an statut de propriétaire est déjà fortement avancé et, dans certains cas, les arbitrages financiers peuvent prendre des chemins pour le moins originaux :

F : Bon 12 millions, je me suis dit : ou bien je cotise à la retraite complémentaire ou alors c’est une maison dont on jouit tout de suite... (Cadre supérieur)

37Dans ce cas où l’horizon résidentiel s’ouvre sur un projet d’accession à la propriété, la location n’est plus qu’un statut provisoire que l’on s’apprête à quitter, en organisant par anticipation de façon rationnelle le passage.

  • 14 Sur l’axe 2 du graphe c’est surtout le rapport qu’entretiennent les ménages, ici locataires, avec (...)

38Le rationalisme consommatoire apparaît ici comme une morale de soutien à l’accession à la propriété qui peut être sollicitée chez les ménages locataires dès lors qu’ils se mobilisent en vue de préparer concrètement le passage au statut de propriétaire. Cette éthique paraît donc en général liée à la propriété, y compris quand on la rencontre chez les locataires, car dans ce dernier cas elle participe du dispositif de mise en œuvre du projet concret de passage au statut de propriétaire14.

39En ce qui concerne donc cet espace des configurations éthiques des seuls locataires, s’il se structure suivant la logique des trois pôles éthiques mis en évidence dans l’espace éthique commun à nos deux populations initiales, les lignes de clivage qui le traversent tiennent, elles, à la représentation qu’ils se font de leur devenir résidentiel, entre d’un côté ceux qui sont, et selon toute vraisemblance resteront, locataires, que ce soit par nécessité ou par choix, et d’un autre côté ceux qui projettent de devenir propriétaires et en endossent déjà certaines des « contraintes », ne serait-ce qu’en termes d’épargne préalable à constituer.

  • 15 Il est à remarquer que dans la définition de ce troisième pôle, le diplôme n’intervient pas, le BE (...)

40Il est à remarquer que chez les locataires, l’opposition principale ne se situe pas entre les locataires captifs et les locataires de passage engagés dans un projet de propriété, et qui aurait recoupé l’opposition propriétaires/locataires habituellement attendue, mais entre locataires captifs et locataires par choix, donc entre deux catégories de ménages qui sont et resteront locataires15. Entre contrainte et choix, les manières d’être locataires sont donc plurielles, les ménages puisant leurs références éthiques parmi les registres de la discipline ou du consumérisme.

41De ce point de vue, l’espace des configurations des locataires se différencie de celui des propriétaires. En effet, chez les propriétaires on a affaire à des configurations éthiques qui s’organisent suivant la même logique, qui est celle du posséder, c’est-à-dire du degré d’intensité de l’effort consenti pour atteindre le but commun qui est l’appropriation du bien, se situant donc dans une logique d’accumulation patrimoniale. Chez les locataires par contre, la diversité des configurations éthiques provient de deux sources liées au rapport que les ménages entretiennent avec leur devenir résidentiel. En effet, dans le cas où l’horizon résidentiel en termes de statut reste la location, et qu’on se trouve donc dans une logique de l’habiter, c’est-à-dire du seul usage du logement, la ligne de partage se situe entre d’un côté les ménages aisés, pour qui la consommation du logement est une consommation parmi d’autres, et de l’autre les ménages modestes captifs dont l’effort permanent permet de maintenir leur solvabilité juste au-dessus du seuil minimum requis, préservant le bénéfice de l’usage du logement, condition de leur maintien en-deçà de la frontière de la précarité.

42On peut ainsi considérer que le paradoxe d’indépendance révélé par le graphe illustrant l’espace commun recouvre une part de réalité dans la mesure où la diversité éthique respective à chacune des deux populations est établie. Mais on peut aussi considérer qu’il relève également pour une part d’une apparence dans la mesure où cette diversité commune recouvre des différences bien réelles entre les deux populations.

IV – Communauté éthique et différences

43Un même registre éthique peut donc être mobilisé pour soutenir des efforts destinés à des fins différentes suivant la situation au regard du statut d’occupation du ménage. Chez les propriétaires accédants, la morale du sacrifice soutenant la neutralisation des dépenses relevant du « superflu », permet de dégager des moyens, y compris des compléments de revenu, pour financer l’achat et faire face aux échéances des emprunts. Par contre, chez ceux des locataires modestes qui se situent dans le registre de la rigueur consommatoire, il semble que l’éthique de la discipline, au vu du contenu de leurs assertions, soutienne des pratiques correspondant à des situations beaucoup plus précaires que celles de leurs homologues propriétaires.

44En effet, les mêmes références éthiques n’ont pas le même sens suivant qu’elles sont « mobilisées » par des propriétaires ou des locataires. C’est particulièrement le cas quand on observe les discours respectifs des ménages modestes, accédants à la propriété d’un côté, locataires de l’autre, et qui se situent dans l’univers éthique de la discipline consommatoire.

45Dans le cas des propriétaires modestes, on l’a vu, cette discipline, même strictement appliquée, est supportée pour assumer les restrictions destinées à dégager des moyens surtout financiers pour engager et tenter de réussir l’aventure accessionnaire. L’évocation des facilités de la vie avec lesquelles il a fallu rompre est toujours empreinte de nostalgie :

F : On sortait beaucoup, on avait beaucoup d’amis, on dansait beaucoup, on aimait bien danser, on aimait bien boire, on aimait bien manger... on faisait beaucoup de sport... (Employé)

46car si les besoins demeurent, les buts ont changé :

On allait aux sports d’hiver, en vacances, maintenant on a les mêmes besoins mais pas les mêmes buts. (Employé)

47Les sacrifices évoqués chez ces propriétaires concernent en priorité les loisirs (sorties, restaurant, sport), les vacances et parfois l’équipement ménager qu’on fait durer... On a un chez soi, et pour en jouir définitivement (il ne sera réellement acquis que lorsque les emprunts seront soldés) on s’y replie pour assumer les efforts que son appropriation définitive implique.

48Nous sommes ici dans une situation où les sacrifices consentis le sont dans le contexte d’une situation économique où la solvabilité imposée pour bénéficier des emprunts nécessaires, même si c’est au prix de sacrifices importants, a quand même été acquise. La pression qu’exerce le crédit sur les revenus courants du ménage, considérée comme provisoire même si elle se prolonge parfois au-delà de dix ans, est tempérée par la récompense de la jouissance immédiate du logement, et sa possession définitive espérée.

49Pour les locataires modestes et captifs, au contraire, la mobilisation du registre de la discipline consommatoire intervient pour faire face à une situation où très souvent la contrainte impérieuse d’assurer le quotidien prime sur tout le reste. Dans ce cas, la solvabilité requise pour l’acquisition d’un logement ne relève même pas du registre du pensable :

Le coût de la vie, bon les chaussures, les vêtements, tout est vraiment... bon ben il faut réfléchir... Vous allez rire parce que à cette époque-là, maintenant c’est vrai que un franc c’est rien, mais à cette époque-là je regardais un franc pour m’acheter une paire de collants. Bon ben à l’heure actuelle on retourne... on progresse pas si vous voulez, on fait marche arrière sincèrement, parce qu’à l’heure actuelle vous allez faire les courses et ben vous en aurez pour mille francs et qu’est-ce que vous avez ? vous avez un peu de viande, un petit peu de pâtes, quelques fruits, un petit peu de légumes, vous avez un peu de lait, et c’est vraiment juste hein... il faut vraiment réfléchir avant d’acheter... (Employée)

50La morale de la discipline soutient ici l’effort continu indispensable à l’économie du strict nécessaire, où le renoncement au superflu, et même parfois à l’utile, est la règle. Les efforts fournis ici sont la condition de la préservation du fragile équilibre économique dans lequel se trouve souvent le ménage, menacé par le moindre écart qui pourrait le déstabiliser et l’entraîner vers la spirale de la précarisation, antichambre de l’exclusion. Chez les propriétaires, le domaine du superflu se limitait souvent aux loisirs, et parfois seulement aux plus onéreux comme le ski. Chez les locataires captifs, la notion de superflu peut embrasser tout ce qui n’est pas indispensable à assurer le gîte et le couvert stricto sensu.

51La tentation du superflu est d’ailleurs parfois niée avec une rare violence verbale, à la mesure de la frustration qu’elle impose, et du danger que représenterait l’engrenage de la consommation incontrôlée menaçant l’équilibre précaire maintenu avec difficulté par ces locataires :

J’ai horreur d’aller au restaurant, vous savez pas ce que vous mangez, vous payez cher et des fois vous êtes déçu. Plusieurs fois ils ont voulu m’emmener à la cafétéria, moi faire la queue, on se croirait en temps de guerre, faire la queue pour manger j’ai horreur de ça ! (Employée)

52La peur de l’abîme de la consommation présente ici la frustration permanente comme une affaire de goût. Parfois on renverse la question et, avec humour, on fait face au vertige du temps libre :

Question : Que faites-vous en vacances ?

R : Je ne fais rien, c’est déjà pas mal. Non, je sors je vais me balader, j’essaie de me reposer, de lire, je n’ai pas les moyens... Qui dit sortie dit argent. (Employée)

53car ce temps disponible est potentiellement générateur de dépenses, de superflu, formellement prohibé sous peine de mise en cause de l’équilibre financier. Et quand il arrive qu’on s’accorde exceptionnellement un plaisir, ce n’est pensable qu’avec d’infinies précautions :

Je me suis fait le plaisir de ce que j’avais envie depuis longtemps, je me suis achetée une veste en fourrure, et même à cette époque-là je suis allée l’acheter quand c’était en solde, donc je l’ai eue pour l’année d’après, où j’ai sorti ma veste en fourrure qui me fait tant plaisir. (Employée)

54car il faut à tout prix assurer le quotidien, l’incertitude du lendemain tenant lieu de perspective d’avenir. Il n’est pas question dans ces conditions d’envisager de « vouloir s’acheter des châteaux en Espagne », comme le souligne une enquêtée par un savoureux détournement du dicton populaire.

55Chez ces locataires captifs, les restrictions touchent donc à l’essentiel, y compris à la nourriture, et pour ces ménages dont la situation est en général durablement précaire, ces sacrifices s’imposent afin de pouvoir acquitter le loyer et continuer à user du logement qu’ils occupent. La discipline est ici destinée à préserver l’équilibre d’une économie de la nécessité, où « on vit avec ce qu’on a » car, comme le fait remarquer un de ces locataires, pour pouvoir vivre dans ces conditions « il ne faut pas être compliqué ».

  • 16 Cette hiérarchisation des revenus parmi les ménages modestes avait été signalée par Anne Gotman et (...)

56Quand on regarde l’ensemble des ménages aux revenus plutôt modestes, locataires ou bien propriétaires, on voit qu’ils se réfèrent en général au même registre éthique, celui de la morale de la discipline consommatoire. Cependant, cette dernière est mobilisée à des fins différentes. D’un côté elle soutient les efforts choisis de ceux qui tentent l’aventure accessionnaire, de l’autre elle soutient les efforts subis de ceux des locataires qui sont assignés à résidence. Pour les ménages situés vers la limite supérieure des revenus modestes, le choix de l’effort (qui débute presque toujours avant le moment réel de l’achat) a pour objectif de permettre d’atteindre le niveau de solvabilité minimum exigé pour pouvoir bénéficier des crédits nécessaires à l’achat. Pour les ménages locataires situés aux abords de la limite inférieure des revenus faibles, les efforts qu’ils assument leur permettent tout juste de se maintenir sur le seuil du minimum solvable garantissant l’accès à l’usage d’un logement16.

  • 17 Celui-ci note en effet : « Ainsi, même si une majorité de ménages peut hériter à un moment de sa v (...)

57Ces phénomènes se situent dans la logique de l’effet de ciseau signalé par Chris Hamnett17 à propos de la généralisation de la propriété d’occupation en Grande-Bretagne, où le niveau très élevé atteint par cette dernière (70 %) avait conduit certains à poser la question de l’avènement d’une « nation d’héritiers ». Celui-ci avait souligné qu’en fait les conséquences patrimoniales à moyen et long terme creuseraient davantage le fossé entre locataires et propriétaires héritiers.

58Ainsi, le même dispositif éthique peut être mobilisé pour soutenir des pratiques mises en œuvre dans des contextes sociaux au départ voisins. Mais au bout du compte, d’une situation initiale de proximité relative, on aboutit à des situations où les différences s’accentuent inexorablement entre d’un côté les ménages acculés à s’assurer l’usage d’un toit, et de l’autre les ménages s’assurant le bénéfice d’un patrimoine.

59Habiter ou posséder, pour les ménages modestes la raison de l’effort est toujours impérieuse, et la logique inégalitaire de l’accumulation patrimoniale, inexorablement, creuse les différences.

Notes

1 Cuturello P., « Le poids de l’origine et la force de la parenté », dans Bonvalet C., Gotman A., Le logement, une affaire de famille, Paris, L’Harmattan, 1993.

2 C’est ce que souligne Christian Topalov : « Le XIXe siècle, à Paris et dans d’autres grandes villes françaises, constitue l’aboutissement de cette évolution. Habiter, c’est alors être locataire, posséder, c’est être rentier. », Le Logement en France. Histoire d’une marchandise impossible. Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1987, p. 27.

3 Cases L., « Le retour des locataires », Économie et Statistique, no 288/289 (numéro spécial traitant de l’Enquête Logement 1992/1993).

4 Les résultats présentés ici sont issus d’une enquête par entretiens menée auprès de ménages propriétaires et locataires d’une même génération, situés à un moment décisif de leur cycle de vie en matière de choix résidentiel, choisis au sein d’un échantillon de ménages qui avaient déjà répondu à une première enquête par questionnaire. L’échantillon d’enquête comprend 42 ménages âgés de 39 ans au moment de l’enquête, situés à un moment du cycle de vie correspondant à l’âge moyen des primo-accédants. La neutralisation de l’âge par le choix de ménages d’une même cohorte devait permettre le questionnement des enquêtés à un âge où les enjeux en matière de statut d’occupation du logement sont très forts.

5 Dans le cadre de l’analyse de type thématique mise en œuvre ici, nous avons construit pour chaque ménage l’espace de ses configurations morales en y distinguant une série d’espaces éthiques se rapportant à divers champs de pratiques ayant un rapport avec le mode de consommation du logement. Nous avons ainsi retenu le rapport au statut d’occupation du logement (propriété/location), le rapport à l’argent, le positionnement par rapport à l’activité/carrière professionnelle, la vision de la vie, le rapport à la famille élargie (descendance et ascendance), au mode de consommation global. À l’intérieur de chacun des espaces éthiques ainsi construits, nous avons défini les traits distinctifs (2 ou 3 au plus, et exclusifs les uns par rapport aux autres) afin de caractériser la tonalité dominante du discours observable à l’intérieur de chaque espace considéré, et ce pour chaque ménage (par exemple nous avons caractérisé le rapport du ménage à la propriété sous l’angle d’une assurance-famille ou sous l’angle d’une assurance-anti-inflation suivant que l’un ou l’autre de ces traits domine dans le discours). Nous avons ensuite procédé pour chaque entretien au relevé des assertions en les reportant dans chacun des espaces concernés, obtenant ainsi pour chaque ménage un tableau synoptique regroupant l’ensemble des assertions significatives.
Une fois le relevé des assertions effectué, nous avons déterminé, en fonction du discours dominant se dégageant de chacun des espaces, le trait dominant pour chacun d’entre eux. Chaque ménage a été ainsi caractérisé par la combinaison des traits distinctifs issus chacun d’un des espaces éthiques retenus, et qui constituent autant de variables caractérisant le discours tenu par les ménages sur leurs représentations concernant le logement et les pratiques consommatoires qui y sont liées. À ces variables « de discours » ainsi construites, et destinées à caractériser les profils éthiques se dégageant du discours de l’ensemble des ménages, ont été ajoutées trois variables « structurelles » destinées à caractériser socialement le ménage : l’appartenance sociale du ménage par la PCS du chef de ménage ; le niveau de diplôme de la femme ; enfin le statut d’occupation du logement du ménage au moment de l’enquête. Nous nous en sommes tenus à ces trois, car selon nous. « l’autonomie » relative du discours par rapport aux pratiques des ménages implique d’analyser la logique propre du système des représentations.

6 Cet espace des configurations morales a été obtenu en ayant défini les traits distinctifs des espaces éthiques des ménages comme des « variables » qui ont été ensuite codées pour être traitées, avec les trois autres variables « classiques » (PCS. diplôme et statut d’occupation du logement), dans le cadre d’une AFC.

7 Pour cette analyse comparative, contrairement à ce qui se fait habituellement, nous avons retenu le diplôme de la femme (c’est-à-dire ici celui de l’épouse) et non celui de l’homme. Le diplôme de l’homme ne vient en général que confirmer la place dans la hiérarchie des professions, ce qui dans ce type d’analyse basée sur l’AFC accroît le « poids » de la PCS par un effet cumulatif. Par contre, le diplôme de la femme, surtout pour cette génération dont la scolarité obligatoire n’était pas encore fixée à l6 ans, apporte une information beaucoup plus discriminante.

8 Les assertions citées ici sont tirées des entretiens de ménages qui se situent dans la région de l’espace factoriel du type de configuration éthique qu’il illustre. Ici, les deux assertions proviennent respectivement d’un ménage propriétaire et d’un ménage locataire tous deux situés dans la région de l’espace factoriel définie par la configuration éthique de la stricte discipline consommatoire. Ceci dans le but de rester en cohérence avec la méthode choisie (combinaison de l’analyse du discours et de l’AFC). Tant il est vrai qu’il est toujours possible de trouver chez « quelqu’un » l’assertion qui convient...

9 Cuturello P., « Le poids de l’origine et la force de la parenté », op. cit.

10 Remarque : la mise en évidence ici de trois pôles n’est pas le produit d’un effet de construction dû à l’outil utilisé, l’AFC. En effet, les trois catégories de la variable « mode de consommation » par exemple, ne sont pas toujours renseignées. Nous l’avions vérifié lors de l’enquête concernant les « Castors » où deux modalités seulement de cette variable éthique : la discipline stricte et la discipline rationalisée, étaient significatives. La troisième modalité prévue à l’origine, l’hédonisme, n’a pas dans ce cas suscité une configuration éthique suffisamment significative pour être retenue. Chez ces ménages qui construisaient leur maison de leurs mains, la morale de la jouissance immédiate n’était pas très répandue...

11 Pour l’analyse des seuls propriétaires illustrée par le graphe factoriel ci-après, nous avons ajouté deux variables d’analyse du discours propres aux propriétaires. Il s’agit du rapport à la propriété, illustré par deux modalités : la propriété comme Assurance Anti-Inflation, et la propriété comme Assurance-Famille ; et le rapport à l’effort lié au processus d’accession, illustré par trois modalités : la propriété comme Sacrifice Nécessaire, la propriété comme Effort Légitime, et enfin la propriété comme Opportunité à saisir.

12 Nous avons donc ajouté une première variable de rapport à la location spécifiée suivant trois modalités : la location subie comme Captivité, la location comme Passage vers un autre statut, la location comme Choix. La seconde concerne le rapport qu’entretiennent les locataires avec la propriété, là aussi suivant trois modalités :
— la propriété Inaccessible, c’est-à-dire hors de portée et hors du champ des pensables ;
— la propriété comme Éventualité, c’est-à-dire évoquée dans le champ des possibles, sous condition de mobilisations fortes à mettre en œuvre ;
— la propriété comme Projet, c’est-à-dire comme projet concret qui a sa traduction en termes de pratiques déjà effectives, comme par exemple l’épargne destinée à constituer l’apport personnel nécessaire à l’achat qui est un objectif précis et concret.

13 Cuturello P., « Le poids de l’origine et la force de la parenté », op. cit.

14 Sur l’axe 2 du graphe c’est surtout le rapport qu’entretiennent les ménages, ici locataires, avec la propriété en général qui est structurant, allant progressivement de l’Inaccessibilité au Projet, en passant par l’Éventualité. Il faut noter également à ce sujet, que l’opposition aurait pu être plus forte dans la mesure où la catégorie « Inaccessible », telle qu’on l’a codée, regroupe à la fois ceux des locataires pour qui la propriété est considérée comme réellement inaccessible, hors de portée, et ceux pour qui la propriété n’est pas un enjeu et les laisse indifférents.

15 Il est à remarquer que dans la définition de ce troisième pôle, le diplôme n’intervient pas, le BEPC se trouvant à mi-chemin entre lui et le pôle consumériste. En fait, les diplômes élevés ou moyens sont l’apanage des ménages non captifs de la location, qu’ils soient locataires par choix ou locataires de passage, mais ils ne sont pas particulièrement liés à l’un ou l’autre type.

16 Cette hiérarchisation des revenus parmi les ménages modestes avait été signalée par Anne Gotman et Isabelle Berteaux-Wiame à propos du logement social : « Les bilans inspirés de l’expérience britannique mettent l’accent sur le décalage de plus en plus accusé, au fil des ans, entre le profil des accédants, les plus favorisés des locataires, qui bénéficient de prix de plus en plus bas d’une part, et celui des nouveaux locataires dont les revenus au contraire baissent de plus en plus. », dans L’Accession à la propriété clans le parc social. Rapport de recherche, Plan Construction et Architecture, 1994, p. 172.

17 Celui-ci note en effet : « Ainsi, même si une majorité de ménages peut hériter à un moment de sa vie, une minorité d’entre eux, représentant 30 %, sera exclue de l’héritage immobilier. Il semble que nous connaîtrons en fait non pas une nation d’héritiers, mais deux nations : une d’héritiers, et une de non-héritiers. » Hamnett C., « Une nation d’héritiers ? Richesse immobilière et héritage en Grande-Bretagne », dans Cuturello P., Regards sur le logement, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 95.

Table des illustrations

Légende LégendeRapport à l’argent :— Argent Traditionnel (peur du crédit)— Pragmatisme (crédit occasionnel)— Consumérisme (crédit systématique)Mode de Consommation :— Discipline Stricte— Discipline Rationalisée— HédonismeRapport aux enfants :— Investissement (études, etc...)— Non Investissement (pas de projet...)Rapport aux ascendants :— Solidarité— IndépendanceRapport au travail professionnel de la femme :— Femme au foyer— Activité/Inactivité (alternance)— Femme ActiveVision de la vie :— Fatalisme— Maîtrise de la vieStatut d’occupation du logement :— Locataire— PropriétaireDiplôme de la femme :— CEP— BEPC— Baccalauréat et plusProfession du chef de ménage :— Patrons, (y compris artisans, commerçants)— Cadres Supérieurs et Professions libérales— Professions Intermédiaires— Employés— OuvriersGraphique 1Espace commun des configurations morales des propriétaires et des locataires
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende LégendeRapport à la Propriété :— Assurance-Famille— Assurance Anti-InflationLa Propriété comme :— Sacrifice Nécessaire— Effort Légitime— OpportunitéRapport à l’argent :— Argent Traditionnel (peur du crédit)— Pragmatisme (crédit occasionnel)— Consumérisme (crédit systématique)Mode de Consommation :— Discipline Stricte— Discipline Rationalisée— HédonismeRapport aux enfants :— Investissement (études, etc...)— Non Investissement (pas de projet...)Rapport aux ascendants :— Solidarité— IndépendanceRapport au travail professionnel de la femme :— Femme au foyer— Activité/Inactivité (alternance)— Femme ActiveVision de la vie :— Fatalisme— Maîtrise de la vieStatut d’occupation du logement :— Locataire— PropriétaireDiplôme de la femme :— CEP— BEPC— Baccalauréat et plusProfession du chef de ménage :— Patrons, (y compris artisans, commerçants)— Cadres Supérieurs et Professions libérales— Professions Intermédiaires— Employés— OuvriersGraphique 2Espace des configurations morales des propriétaires seuls
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9815/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende LégendeLa Propriété comme :— Projet— Éventualité— InaccessibleLa Location :— Par choix— De passage— CaptifRapport à l’argent :— Argent Traditionnel (peur du crédit)— Pragmatisme (crédit occasionnel)— Consumérisme (crédit systématique)Mode de Consommation :— Discipline Stricte— Discipline Rationalisée— HédonismeRapport aux enfants :— Investissement (études, etc...)— Non Investissement (pas de projet...)Rapport aux ascendants :— Solidarité— IndépendanceRapport au travail professionnel de la femme :— Femme au foyer— Activité/Inactivité (alternance)— Femme ActiveVision de la vie :— Fatalisme— Maîtrise de la vieStatut d’occupation du logement :— Locataire— PropriétaireDiplôme de la femme :— CEP— BEPC— Baccalauréat et plusProfession du chef de ménage :— Patrons, (y compris artisans, commerçants)— Cadres Supérieurs et Professions libérales— Professions Intermédiaires— Employés— OuvriersGraphique 3Espace des configurations morales des local aires seals
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9815/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search