Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

2. Les accédants à la propriété

Accession à la propriété et trajectoires résidentielles

Catherine Bonvalet

Texte intégral

  • 1 Voir le livre, et surtout le premier chapitre, de Groux G., Lévy C., La Possession ouvrière : du t (...)

1En 50 ans, la France est devenue un pays de propriétaires. Grâce au développement du crédit, l’achat de la résidence principale n’est plus « un rêve », mais une réalité qui s’offre à la majorité des ménages. Le choix entre la location et la propriété du logement constitue un événement majeur du cycle de vie et structure fortement les trajectoires résidentielles, en partageant la population en deux sous-groupes : ceux qui seront un jour propriétaires et ceux qui ne le seront pas. La diffusion de la propriété qui s’est opérée au cours de ces dernières décennies a entraîné une véritable « révolution urbaine » qui a concerné toutes les couches de la société. Ce qui était utopie au XIXe siècle, demi-échec entre les deux guerres, se concrétise enfin au cours de la seconde moitié de notre siècle1.

  • 2 Topalov C., Le Logement en France. Histoire d’une marchandise impossible, Paris, Presses de la Fon (...)

2Mais cette diffusion de la propriété, dont Christian Topalov a retracé l’histoire, ne s’est pas faite de manière linéaire2. La période 1950-1963 se caractérise par une forte croissance de la production de logements neufs, en particulier de logements destinés à la propriété. De nombreux cadres supérieurs et moyens résolvent leurs problèmes de logement en achetant leur résidence principale. Cependant, les types de logement mis sur le marché et les prêts qui les accompagnent (notamment ceux du Crédit Foncier) favorisent également l’augmentation du nombre de propriétaires parmi les ouvriers et les employés. Cette période est suivie, de 1963 à 1968, d’un fléchissement qui touche toutes les catégories sociales, spécialement les ouvriers. Ensuite, la diffusion de la propriété reprend, mais à un rythme moins rapide que celui des années cinquante. Les cadres, mais aussi les ouvriers qualifiés et les contremaîtres, en sont les principaux bénéficiaires, tandis que les ouvriers spécialisés et les manœuvres restent à l’écart de cette croissance. Après 1974, apparaît à nouveau une baisse, bien que la construction de maisons individuelles en accession à la propriété se maintienne, et s’accroisse même au cours des années 1980. La réforme du logement de 1977, en créant le PAP (prêt aidé à l’accession à la propriété) et l’APL (aide personnalisée au logement), entraîne la mise sur le marché de nouveaux produits : la fabrication industrielle de pavillons attire une nouvelle clientèle recrutée, dans la grande majorité, parmi les ouvriers qualifiés, les employés et les cadres moyens. Grâce à ces politiques favorisant l’accession à la propriété, le taux de propriétaires est passé de 34 % en 1954 à près de 55 % en 1990. C’est dans ce contexte de diffusion sans précédent de la propriété et d’urbanisation rapide que se situe notre analyse des accédants à la propriété d’une génération de Parisiens.

3Dans cet article, on se propose d’étudier la question de l’accession à la propriété sous un angle différent de celui qui est utilisé dans les études transversales. Le processus de l’accession à la propriété sera resitué dans la trajectoire familiale et résidentielle d’une génération, qui est elle-même la résultante des événements qui ont marqué la vie des individus, ainsi que des marchés et des politiques du logement d’une époque. L’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris » (PDP), réalisée à l’INED en 1986 auprès de 2000 habitants de la région parisienne, nés entre 1926 et 1935, retrace les grandes étapes de leur vie familiale et professionnelle et recense tous les logements qu’ils ont habités plus d’un an. L’accession à la propriété a concerné 42 % des personnes interviewées, soit 837 personnes. Une analyse fine des trajectoires résidentielles incluant l’achat d’un logement à crédit était donc possible.

  • 3 Les loyers anciens triplent en 6 ans et les loyers des logements neufs deviennent libres. Il faut (...)
  • 4 Maison D., « Effet d’alliance et transmission différée dans le rapport à la propriété et à l’habit (...)
  • 5 Le terme Parisiens recouvre ici l’ensemble des habitants de la région parisienne.

4Les générations nées entre-les-deux-guerres sont celles qui vont profiter de toutes les transformations des modes de financement du logement et de la relance de la construction neuve. À partir des années cinquante, le crédit se développe avec les prêts du Crédit Foncier. Les ménages, qui au départ étaient réticents, se laissent d’autant plus séduire par ce mode d’achat que la Loi de 1948 met fin au blocage des loyers3. Mais pour cela, il a fallu que s’effectue dans cette génération « une acculturation par le crédit »4. À cette époque, l’endettement suscite encore des craintes et fait l’objet d’une certaine répugnance héritée des siècles passés. Avec la banalisation des crédits, notamment avec l’achat à crédit d’une automobile, les préventions à l’égard de l’endettement s’estompent et petit à petit, le nombre d’accédants dépasse celui des propriétaires. Le recours au crédit devient ainsi, au cours de cette période, la principale voie pour accéder au statut de propriétaire. Dans le même temps, la copropriété, qui ne touchait que 2 % de l’ensemble des ménages en 1954 (7 % à Paris), se répand et offre ainsi aux Parisiens5 une gamme plus diversifiée de logements en propriété, aussi bien dans le parc neuf que dans le parc ancien, avec la mise en vente des logements soumis à la loi de 1948. Au début des années 1960, période à laquelle démarre réellement la construction des grands ensembles et des logements destinés à la propriété, les personnes interviewées dans l’enquête PDP ont entre 25 et 35 ans. C’est l’âge où se pose la question du choix du logement, plus précisément du choix du statut d’occupation, en liaison avec la constitution de la famille. Selon leur catégorie sociale, leur situation matrimoniale et leur histoire familiale, les individus choisiront ou non ce nouveau mode d’habitation.

I- Les accédants de l’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris »

  • 6 Maison D., op, cit.

5La diffusion rapide de la propriété depuis 1950 s’est accompagnée d’une profonde transformation du calendrier de constitution du patrimoine immobilier. Le développement du crédit à partir de 1953 a entraîné un rajeunissement des propriétaires et un bouleversement des filières d’accès au logement. Auparavant, la proportion de ménages propriétaires de leur résidence principale augmentait régulièrement avec l’âge. Les générations devenaient propriétaires, soit par héritage, soit par la constitution de l’épargne nécessaire à 1 acquisition d’un bien immobilier qui s’effectuait souvent dans les dernières années de la vie active avec pour objectif de réduire les dépenses de logement au moment de la vieillesse. Pour les jeunes générations de l’après-guerre, l’accession à la propriété n’est plus un tremplin pour la retraite, mais un moyen de se loger tout en constituant un patrimoine immobilier. Pour cela, il a fallu que s’opère, au sein des familles, une véritable révolution des modes de consommation qui a nécessité, comme le décrit Dominique Maison, un travail de reconversion des valeurs6. Dès qu’ils l’ont pu, en fonction de leurs revenus et des opportunités qui se sont présentées comme la vente de leur logement 1948 ou la mise sur le marché de nouveaux logements avec des prêts intéressants, les ménages se sont engagés dans ce qui était, à l’époque, l’aventure de l’accession à la propriété.

1. Accession et milieu social

  • 7 Bonvalet C.. Lelièvre E., « Mobilité en France et à Paris depuis 1945 : bilan résidentiel d’une gé (...)

6Dans l’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris », une personne sur deux possède sa résidence principale. Cette proportion est inférieure à celle de l’enquête « Triple biographie »7 (64 %) réalisée sur la France entière auprès des mêmes générations. Plus de 80 % des propriétaires de l’enquête PDP ont emprunté pour acheter leur logement : 44 % ont acquis leur logement avant 1965, période où les prêts du Crédit foncier étaient les plus importants sur le marché du logement. Les chiffres de l’enquête confirment cette prédominance du Crédit Foncier puisque 41 % des accédants de cette période ont bénéficié d’un prêt de cet organisme financier. Près de la moitié des accédants sont devenus propriétaires entre 1965 et 1977. Le relais des banques dans le système de financement français apparaît nettement dans la composition des prêts des achats de la période suivante : 62 % des accédants ont eu recours aux prêts bancaires et 8 % aux prêts d’épargne logement.

7Pour les ménages, devenir propriétaires en empruntant dépend non seulement des conditions du crédit et du marché du logement à un moment donné, mais également des revenus dont ils disposent, de l’apport personnel qu’ils ont pu épargner grâce à un loyer peu élevé dans le parc HLM ou dans un logement soumis à la loi de 1948 et surtout du milieu professionnel auquel ils appartiennent. L’analyse détaillée de la structure socioprofessionnelle des accédants met en évidence des écarts importants entre classes sociales, d’une part, et secteurs professionnels, d’autre part.

Catégorie sociale

Primo-accédants

Ensemble

Artisans Commerçants

9.1

9.1

Chefs d’entreprise Prof, libérales

4.7

3.7

Cadres sup. secteur public

6.6

5.3

Artistes et monde du spectacle

1.0

1.6

Cadres sup. secteur privé

22.7

13.5

Professions inter, secteur public.

3.2

4.0

Professions inter, secteur privé

15.7

12.6

Contremaîtres

5.9

5.6

Employés secteur public

3.6

5.2

Employés secteur privé

7.1

7.4

Personnels de service

1.0

3.2

Ouvriers qualifiés

17.3

21.6

Ouvriers non qualifiés

2.1

7.2

TOTAL

100

100

Tableau 1
Catégorie sociale des accédants à la propriété et des enquêtés

  • 8 Le taux de propriétaires s’élève à 62 % chez les professions intermédiaires du secteur privé, à 59 (...)

8D’une manière générale, les professions libérales, les chefs d’entreprises et les cadres supérieurs du secteur privé se distinguent nettement des autres catégories sociales et représentent 27 % des accédants contre 17 % des personnes enquêtées. À l’autre extrémité de l’échelle sociale, on trouve le personnel de service et les ouvriers non qualifiés nettement sous-représentés parmi les primo-accédants (tableau 1). Si l’on considère 1 ensemble des propriétaires, les différences entre secteur privé et secteur public sont loin d’être négligeables (tableau 2). On observe ainsi une sorte de glissement dans la hiérarchie des catégories, les cadres supérieurs de la fonction publique se rapprochant des professions intermédiaires du privé8. De même, les professions intermédiaires et les employés du secteur public présentent des taux de propriétaires voisins, respectivement, de celui des employés du secteur privé et de celui des ouvriers qualifiés.

Catégorie sociale

 % de propriétaires

Artisans Commerçants

64

Chefs d’entreprise Prof, libérales

69

Cadres sup. secteur public

59

Artistes et monde du spectacle

38

Cadres sup. secteur privé

73

Professions inter, secteur public

45

Professions inter, secteur privé

62

Contremaîtres

52

Employés secteur public

30

Employés secteur privé

50

Personnels de service

11

Ouvriers qualifiés

38

Ouvriers non qualifiés

13

ENSEMBLE

49

Tableau 2
Taux de propriétaires parmi les enquêtés

9Ces décalages s’expliquent en partie par l’inégalité des revenus entre le secteur public et le secteur privé. De plus, les salariés du secteur privé ont parfois accès à des conditions avantageuses de prêts ou encore ont droit au 1 % patronal. Yves Grafmeyer décrit le monde, assez particulier, il est vrai, de la banque :

  • 9 Grafmeyer Y., Les Gens de la banque, Paris, PUF, 1992.

Bénéficiant de prêts immobiliers à taux réduit qui représentent l’un des avantages spéciaux les plus notoires de la profession, les personnels de banque sont très souvent propriétaires de leur résidence principale. La proportion de propriétaires ou d’accédants s’élève à deux tiers et atteint les trois quarts pour ceux qui ont plus de trente ans, avec des écarts relativement faibles en fonction du niveau de classification professionnelle9.

10Quant aux fonctionnaires et agents de l’État, leur moindre proportion est imputable à leurs facilités plus grandes d’accès à des logements de fonction ou d’accès au secteur social.

  • 10 Bonvalet C., « Le statut de propriétaire : analyse des différences », dans Démographie et différen (...)

11Ainsi les différences entre secteur public et secteur privé apparaissent-elles au moins aussi importantes que celles qui existent entre les cadres supérieurs et les professions intermédiaires10 et remettent en cause, dans une certaine mesure, l’utilisation du statut de propriétaire comme indicateur d’une position dans la hiérarchie socioprofessionnelle. Le monde des artistes et des intellectuels offre un exemple qui va dans le même sens. En effet, parmi les cadres supérieurs, les personnes exerçant des professions liées aux spectacles, aux arts et aux lettres ont un comportement particulier : le pourcentage de propriétaires, qui s’élève à 37 %, est proche de celui des ouvriers qualifiés. Leur parcours est totalement différent de celui des autres cadres supérieurs : très peu sont accédants à la propriété, et il est probable que l’incertitude et l’irrégularité des revenus qui caractérisent ces professions les incitent peu à recourir aux emprunts.

2. Accession et cycle de vie familial

12De nombreux travaux de recherches ont mis en évidence les liens étroits qui pouvaient exister entre la constitution de la famille et la constitution d’un patrimoine immobilier. En effet,

  • 11 Bourdieu P. (avec la collaboration de Bouhedja S., Christin R., Givry C.), « Un placement de père (...)

... lié à la famille comme maisonnée, à sa permanence dans le temps, qu’il vise à garantir et qu’il suppose, l’achat de la maison est donc à la fois un investissement (par rapport à la location) ou du moins une forme de thésaurisation, en tant qu’élément du patrimoine durable et transmissible, et un investissement social dans la mesure où il enferme un pari sur l’avenir ou, plus exactement, un projet de reproduction biologique et sociale.11

  • 12 Le taux de propriétaires parmi les divorcés s’élève à 27 %, celui des remariés à 35 %, ce qui conf (...)

13C’est pour cette raison que l’accession à la propriété apparaît d’abord comme un projet familial. Les accédants de l’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris » acquièrent leur premier logement dès l’âge de 30-35 ans en moyenne et les neuf dixièmes sont mariés au moment de l’achat de la résidence principale. Ils deviennent propriétaires relativement vite après leur mariage : un accédant sur cinq a moins de 5 ans de mariage, un sur deux moins de 10 ans. Un net clivage oppose les couples mariés aux divorcés12 et aux célibataires. Si ces derniers sont devenus propriétaires, dans une proportion moindre, il est vrai, que les couples mariés (28 % des célibataires sont propriétaires à 50 ans, contre 52 % des couples), c’est plus souvent grâce à une épargne accumulée au fil des années ou par héritage.

14En termes de fécondité, les accédants ne se distinguent pas des autres ménages. En effet, le nombre moyen d’enfants des couples mariés accédants s’élève à 2,16 enfants contre 2,29 chez les couples non-propriétaires. Toutefois, une analyse plus fine s’impose, car l’on constate de grandes variations selon la catégorie sociale. Il semble que les cadres supérieurs et les professions libérales n’aient pas besoin d’effectuer un choix entre « capital humain » et « capital immobilier ». Ils peuvent assumer les remboursements d’emprunt en même temps que les charges familiales. En revanche, parmi les autres classes sociales (à l’exception des professions intermédiaires du privé), le nombre d’enfants des accédants est inférieur est à celui des non-propriétaires, comme s’il existait un choix entre fécondité élevée et constitution d’un patrimoine immobilier.

  • 13 Cuturello P., Godard F., Familles mobilisées, Paris, Plan Construction et Architecture, 1982.
  • 14 Elle se situe aux environs de 45 % pour une descendance finale égale à 4 enfants et plus.
  • 15 Il est possible, toutefois, que l’espace du nouveau logement (notamment s’il s’agit d’une maison i (...)

15La place de l’accession à la propriété dans le cycle de vie familial13 apparaît bien lorsque l’on étudie la composition de la famille lors du premier achat d’une résidence principale. En calculant la part de la descendance finale atteinte an moment de l’acquisition du logement, on constate que la majorité des personnes interviewées avaient déjà constitué leur famille lorsqu’elles sont devenues propriétaires (tableau 3). Les trois quarts des enquêtés dont la descendance finale est égale à un enfant, ont acheté leur logement après sa naissance. Cette proportion passe à deux tiers dans le cas où la descendance finale atteint deux enfants et tombe à la moitié lorsqu’elle est de trois enfants14. Ainsi, dans la majorité des cas, l’accession à la propriété intervient une fois la famille achevée, ce qui tendrait à montrer que l’achat d’un logement est plutôt une adaptation des conditions de logement à la taille du ménage, qu’une anticipation des besoins en fonction de la dimension future de la famille15 Seuls les cadres supérieurs se distinguent, leur famille étant constituée pour les deux tiers au moment de l’achat du logement contre les trois quarts dans l’ensemble des primo-accédants.

Catégorie sociale

Nbre d’enfants au moment de l’achat

Nbre d’enfants au moment de l’enquête

Part de la descendance finale atteinte

Artisans Commercants

1.37

1.90

0.72

Chefs d’entreprise Prof. libérales

1.92

2.45

0.75

Cadres sup. secteur public

1.44

2.12

0.68

Cadres sup. secteur privé

1.67

2.54

0.66

Professions inter, secteur public

1.66

2.07

0.80

Professions inter, secteur privé

1.36

1.82

0.74

Contremaîtres

1.29

1.82

0.71

Employés secteur public

1.57

2.02

0.77

Employés secteur privé

1.54

1.96

0.78

Ouvriers qualifiés

1.61

2.15

0.75

Ouvriers non qualifiés

2.64

3.18

0.83

ENSEMBLE

1.57

2.16

0.73

Tableau 3
Part de la descendance finale au moment de l’accession à la propriété.

  • 16 Bourdieu P. et Saint-Martin (de) M., « Le sens de la propriété : la genèse sociale des systèmes de (...)

16On doit encore nuancer l’ensemble de ces résultats, car les entretiens semi-directifs montrent bien que ces questions se résolvent différemment au sein d’une même classe sociale et que, si le sens de la propriété n’est pas le même selon les catégories socioprofessionnelles, comme le souligne Pierre Bourdieu, il diffère également selon les familles. Dans le choix entre location et propriété16 entrent en jeu d’autres facteurs : le capital économique et le capital culturel, certes, mais également le « capital » que représentent les enfants.

II – La place de l’accession à la propriété dans les trajectoires résidentielles

1. Les trajectoires résidentielles

  • 17 Bonvalet C., Lelièvre E„ « Mobilité en France et à Paris depuis 1945 : bilan résidentiel d’une gén (...)

17Le bilan résidentiel des générations nées entre 1926 et 1935 que nous avions dressé dans un article précédent offrait une vision simple et linéaire17 : les ménages ont eu en moyenne 3 logements à 50 ans, et à cet âge-là, près de la moitié des enquêtés sont propriétaires. L’analyse fine des trajectoires révèle une réalité plus complexe. Le schéma ci-après, qui retrace l’ensemble des parcours résidentiels effectués par les enquêtés jusqu’à l’âge de 50 ans, montre bien la diversité des itinéraires suivis. Pour l’établir, nous avons retenu 6 statuts d’occupation à l’entrée dans le logement : propriétaire, accédant, locataire, logé par ou dans sa famille, logé gratuitement par l’employeur et autres statuts (sous-locataires, hôtel meublé, foyer...), et 4 étapes possibles. Il faut souligner qu’il s’agit de changements de statuts d’occupation et non pas de changements de logement. Si un individu a déménagé 3 fois dans le parc HLM, une seule étape résidentielle sera comptée, à savoir dans ce cas précis celle qui correspond au statut de locataire. Malgré cela, le nombre de trajectoires est très important et s’élève à 322 : il semble difficile à sa lecture de dégager un parcours type.

18Les premiers travaux sur les trajectoires, tirés souvent d’analyses transversales, faisaient apparaître un parcours dominant, constitué d’une étape initiale dans le secteur locatif, suivi d’une accession à la propriété. L’analyse longitudinale détaillée montre qu’il existe une grande diversité des histoires résidentielles. Cette multiplicité résulte en partie des conditions particulières de logement qui prévalaient à l’époque d’après-guerre.

Les pourcentages sont donnés en millièmes, les chiffres italiques représentent des flux et les chiffres droits des stocks.
Lecture : 44 % des individus ont débuté leurs parcours logement dans un logement familial, 23 % sont ensuite devenus locataires (12 % le sont restés) et 6,8 % sont devenus accédants.
Schéma 1
Les trajectoires résidentielles en termes de transition de statuts d’occupation

  • 18 Marchand B., Paris, histoire d’une ville, XIXe-XXe siècle, Éditions du Seuil, Paris, 1993. Cf. Sau (...)
  • 19 Girard A. et Bastide H., « Enquête sur le logement des jeunes ménages dans le département de la Se (...)

19B. Marchand rappelle dans un livre récent l’état du parc de logements parisiens : 100 000 logements étaient insalubres, 90 000 garnis, déclarés inhabitables, étaient encore occupés18. Les jeunes ménages et les migrants constituaient les principales victimes de cette crise. En 1948, dans le département de la Seine, 36 % des jeunes ménages n’ont pas de logement indépendant, la moitié vivant dans une chambre meublée ou à 1’hôtel19. On retrouve l’importance de ce phénomène dans les itinéraires de nos enquêtés. En effet, 44 % d’individus ont commencé leur parcours-logement en cohabitant avec leurs parents ou beaux-parents ou étant logés gratuitement dans un logement appartenant à la famille. La pénurie de logements s’est aussi traduite par l’existence de statuts d’occupation précaires (sous-locataires, hébergés en foyer...) ou de logements de fortune (hôtels, chambres meublées). Plus de 10 % des personnes de ces générations ont connu des situations difficiles. On peut également noter le pourcentage non négligeable d’itinéraires qui débutent par un logement gratuit (10 %). Ce chiffre relativement élevé s’explique, sans doute, par les modes d’émancipation datant du début du siècle mais qui subsistent encore en 1945. À cette époque, un certain nombre de jeunes filles quittaient leurs parents pour être « placées comme bonnes » tandis que les garçons partaient souvent comme apprentis en étant logés par l’employeur. Ce qui fait que la location est loin d’être le premier statut d’occupation et ne représente que 31 % des premières étapes du « parcours-logement ».

  • 20 38 % à l’âge de 50 ans, mais 42 % au moment de l’enquête du fait qu’un petit nombre d’enquêtés ont (...)
  • 21 Le deuxième changement de statut ne correspond pas au deuxième changement de logement puisqu’une p (...)

20Le graphique met bien en évidence à quelle étape correspond l’accession à la propriété. Si, dans l’échantillon, 38 % des individus sont passés par le statut d’accédant à la propriété20, leurs trajectoires diffèrent largement. En considérant d’abord l’accession à la propriété selon l’étape résidentielle, on constate que seuls 2 % des enquêtés commencent leur itinéraire en achetant leur logement à crédit. Pour 20 % des personnes interviewées, l’accession à la propriété correspond au deuxième changement de statut21, 14 % au troisième et 4 % au quatrième. Le parcours « classique » – location puis accession à la propriété – ne représente que 10 % de l’ensemble des trajectoires. Si on tient compte de la première étape résidentielle, constituée par les logements fournis dans le cadre de la famille ou de l’emploi ainsi que les logements précaires (réunis sous la rubrique « autres »), on obtient 21 % de l’ensemble des trajectoires.

  • 22 Cribier F., « Des Parisiens se retirent en province », Gérontologie et société, juillet 1979. Crib (...)

21Par ailleurs, on ne doit pas oublier que les trajectoires ainsi décrites sont des trajectoires inachevées car elles s’arrêtent à 50 ans. Parmi les accédants, 4 % ont acquis leur logement entre 50 et 60 ans. De plus, la majorité des enquêtés envisagent de déménager au moment de cesser leur activité professionnelle. Certains pour améliorer leur logement, d’autres pour retourner « au pays ». Il est donc vraisemblable qu’une partie des enquêtés non propriétaires le deviendront plus tard, notamment au moment de la retraite comme l’a montré F. Cribier22.

22Si l’on considère maintenant uniquement l’étape qui précède l’achat du logement à crédit, en effet, la location apparaît largement dominante : les 2/3 des trajectoires comprenant une accession à la propriété ont été précédées par une étape dans le secteur locatif. La moitié des accédants viennent du secteur libre, un tiers d’un logement soumis à la loi de 1948 et un quart du parc HLM. Cette séquence location – accession correspond bien à une réalité que les différentes analyses transversales avaient mise en évidence, mais elle ne se situe pas forcément en début de cycle de vie.

23Par ailleurs, l’accession à la propriété ne constitue pas toujours la dernière étape du parcours résidentiel : 18 % de ceux qui ont acheté à un moment donné leur logement à crédit ont connu ultérieurement une autre étape : 23 % se dirigent vers la propriété sans avoir recours à l’emprunt, 63 % retournent vers le locatif.

Statuts

Statuts avant accession

Statuts après l’accession

Propriétaire

5 %

23 %

Locataire secteur libre

29 %

37 %

Locataire HLM

15 %

16 %

Locataire loi de 1948

19 %

10 %

Logé par ou dans la famille

21 %

3 %

Logé par l’employeur

5 %

9 %

Autre

6 %

2 %

TOTAL

100 %

100 %

EFFECTIFS

714

141

Lecture : 29 % des accédants à la propriété (714 personnes) viennent du secteur libre. 37 % des personnes qui déménagent sans acheter de nouveau à crédit (141 personnes) partent vers le secteur locatif libre.
Tableau 4
Statuts précédant et suivant l’étape accession à la propriété

24Ainsi, alors que la propriété est souvent présentée comme l’étape finale de toute trajectoire résidentielle, force est de constater qu’elle ne l’a pas été pour 10 % de l’ensemble de cette génération, soit près de 20 % de l’ensemble des propriétaires. En effet plus de 200 enquêtés ont quitté à un moment donné le monde des propriétaires. Parmi eux, 18 % ont eu accès à logement HLM, 47 % sont entré dans le secteur locatif libre et 15 % dans un logement soumis à la loi de 1948. Le nombre de ceux qui retournent dans la famille n’est pas négligeable. Ces changements de statuts ont souvent pour cause des changements dans la vie professionnelle ou dans la vie familiale. Une mutation à Paris, l’obtention d’un nouveau travail dans une autre région entraînent souvent, dans un premier temps, un retour vers le secteur locatif. De même une rupture du couple se traduit également par un retour dans le secteur locatif, notamment dans le parc HLM. On observe, en effet, une sur-représentation des divorcés et des remariés parmi les personnes ayant ce type de parcours résidentiel.

Catégorie sociale

Nombre de logements au moment de l’achat

Nombre de logements à l’enquête

Part de la trajectoire atteinte

Artisans Commercants

3.25

3.82

0.85

Chefs d’entreprise Prof, libérales

3.37

4.02

0.84

Cadres sup. secteur public

4.04

4.84

0.83

Cadres sup. secteur privé

3.41

4.53

0.75

Professions inter, secteur public

3.81

4.59

0.83

Professions inter, secteur privé

3.28

3.83

0.86

Contremaîtres

3.27

3.77

0.87

Employés secteur public

4.21

5.01

0.84

Employés secteur privé

3.41

3.97

0.85

Ouvriers qualifiés

3.22

3.84

0.84

Ouvriers non qualifiés

3.16

3.92

0.81

ENSEMBLE

3.40

4.41

0.82

Tableau 5
Part de la trajectoire atteinte au moment de l’accession à la propriété

25Le calcul de la proportion de la trajectoire réalisée au moment de l’accession à la propriété (tableau 5) permet de situer la première accession à la propriété dans l’ensemble de la trajectoire résidentielle connue à l’enquête. En moyenne, les individus ont effectué les quatre cinquièmes de leur itinéraire. Les différences entre classes sociales sont sensibles : les contremaîtres achètent plutôt en fin de parcours à la différence des cadres supérieurs. Pour ces derniers, l’accession constitue, plus souvent que pour les autres catégories, une simple étape dans un processus de constitution du patrimoine. Empruntant sur des durées moins longues (10 à 12 ans), bénéficiant pleinement des avantages des plans épargne logement, ils peuvent ainsi renouveler l’achat à crédit d’une résidence principale. C’est ce qui explique pourquoi ils se trouvent largement majoritaires parmi les enquêtés ayant effectué trois acquisitions au cours de leur vie.

Catégorie sociale

Un seul achat

Deux achats

Trois achats

Artisans Commerçants

11.6

10.4

7.6

Chefs d’entreprise Prof, libérales

4.9

5.4

7.5

Cadres sup. secteur public

5.4

9.2

7.1

Cadres sup. secteur privé

16.1

24.6

36.7

Profession inter, secteur public

3.3

2.2

5.7

Profession inter, secteur privé

15.8

15.1

7.2

Contremaître

6.5

4.3

3.2

Employés secteur public

3.7

2.2

4.5

Employés secteur privé

7.8

6.9

5.5

Ouvriers qualifiés

18.9

14.8

11.3

Ouvriers non qualifiés

3.6

2.2

1.3

TOTAL

100

100

100

EFFECTIFS

653

267

99

Tableau 6
Structure sociale selon le nombre d’achats de résidence principale

2. L’accession à la propriété et la constitution du patrimoine

  • 23 Voir les travaux de Villanova (de) R., « La maison du retour au Portugal », Annales de la Recherch (...)

26L’étude de l’accession à la propriété serait incomplète si l’on s’en tenait uniquement à l’achat de la résidence principale. On peut se demander, et la lecture des récits de vie nous y invite, si la variable « résidence principale » n’est pas trop restrictive et réductrice pour l’analyse de la constitution du patrimoine immobilier. Il est certain que celle-ci, du fait de son accessibilité dans les statistiques, est utilisée systématiquement pour situer l’individu dans l’espace. Mais cette approche rencontre des limites. En effet, l’accumulation d’un patrimoine ne passe pas forcément par la résidence principale. Il existe d’autres logiques qui comportent leur part de rationalité. La non-propriété de la résidence principale peut s’expliquer par la possession d’autres biens immobiliers. Il s’agit d’un choix particulièrement manifeste pour les étrangers résidant en Région parisienne : 16 % d’entre eux seulement sont propriétaires de leur logement, alors que 48 % ont acheté une autre résidence ou en ont hérité une. Toujours étrangers à l’âge de 50-60 ans, après une durée de séjour en France de 24 ans en moyenne, ils accordent à la propriété un sens particulier, exprimant ainsi un désir de retour au pays d’origine où ils ont constitué leur patrimoine immobilier. On observe ce comportement essentiellement chez les Portugais, les Espagnols et, dans une moindre mesure, les Italiens23. A l’inverse, ceux qui ont choisi la nationalité française investissent dans leur résidence principale, manifestant par là, peut-être, leur désir d’intégration dans le pays d’accueil. La même analyse peut être menée pour les provinciaux. Les récits de vie révèlent qu’une partie d’entre eux vivent toujours leur installation dans la Région parisienne comme une période transitoire, dans l’attente d’un retour au pays au moment de la retraite. Dans ce cas, l’accession à la propriété devient un révélateur de phénomènes sociaux comme le degré d’intégration dans une ville, un département ou un pays.

27D’autres logiques coexistent, même si elles restent minoritaires. Pour certains ménages, la propriété de la résidence principale est moins attractive que la localisation du logement dans le centre-ville, car l’achat d’un logement risque de se traduire par un départ en banlieue. D’autres, bénéficiant d’un loyer peu élevé, ou logés à titre gratuit, en profitent pour investir dans un bien immobilier différent de leur résidence principale. C’est ainsi que plus de la moitié des enquêtés logés gratuitement ou dans un logement soumis à la loi de 1948 sont propriétaires d’un autre logement ; c’est encore le cas de 27 % des enquêtés habitant un logement HLM.

Catégorie sociale

Taux de propriétaires de résidence principale

Taux de propriétaires de résidence principale ou d’un autre logement

Artisans Commerçants

64

77

Chefs d’entreprise Prof, libérales

69

89

Cadres sup. secteur public

59

82

Artistes et monde du spectacle

38

53

Cadres sup, secteur privé

73

88

Professions inter, secteur public

45

69

Professions inter, secteur privé

62

77

Contremaîtres

52

72

Employés secteur public

30

52

Employés secteur privé

50

62

Personnels de service

11

44

Ouvriers qualifiés

38

61

Ouvriers non qualifiés

13

42

ENSEMBLE

49

69

Tableau 7
Taux de propriétaires de résidence principale et d’autres logements parmi les enquêtés

28Et de fait, si l’on calcule, pour l’ensemble des enquêtés, un nouveau taux de propriété incluant les résidences secondaires et les autres logements, les différences entre la Région parisienne et l’ensemble de la France s’estompent : dans l’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris », le pourcentage de propriétaires passe de 49 % à 69 %, chiffre que l’on peut donc comparer à celui de 61 % dans l’enquête « Triple biographie ». Il en est de même pour les ouvriers non qualifiés, dont la proportion de propriétaires, qui était seulement de 13 % dans le premier cas, s’élève à 42 % dans le second, ce qui le rapproche ainsi du taux national (50 %).

  • 24 Pinson D., Du logement pour tous aux maisons en tous genres, Paris, Plan Construction et Architect (...)

29Cette multiplication des lieux d’habitat parmi les Français comme parmi les immigrés, invite ainsi à rompre avec les analyses uniquement fondées sur le lieu de résidence, et permet d’élargir la notion de logement à celle d’espace résidentiel ou de « système résidentiel » définie par Daniel Pinson comme « un mode d’habitat articulant plusieurs aires de résidence séparées dans l’espace et occupées différentiellement dans le temps’24 ».

30La prise en compte de cette nouvelle dimension offre la perspective de mieux restituer les logiques résidentielles fondées sur la double résidence qui étaient jusque-là masquées. Elle permet également de nuancer la vision déterministe d’un statut d’occupation selon la classe sociale en laissant entrevoir une réalité beaucoup plus diverse.

III – Trajectoires résidentielles et parcours géographiques

31Comme l’écrit Yves Grafmeyer :

  • 25 Grafmeyer Y., Sociologie urbaine, Paris, Nathan, 1994.

Le terme de trajectoire suggère qu’une série donnée de positions résidentielles n’est pas le fait du hasard mais s’enchaîne au contraire selon un ordre intelligible25.

32On ne peut, en effet, se contenter d’une simple description de ces parcours sans chercher à leur donner un sens. Mais s’il est possible, à l’aide des entretiens non directifs, de mettre en relation la mobilité résidentielle des individus avec leur vie familiale, professionnelle et les contraintes ou opportunités, liées à la politique du logement ou aux marchés locaux, qu’ils ont rencontrés au cours de leur vie, cet exercice devient beaucoup plus délicat dans le traitement des grandes enquêtes.

33On peut néanmoins mener une approche plus synthétique, même si elle masque toutes les différences individuelles, en prenant en compte dans l’analyse plusieurs variables qui se sont révélées pertinentes aussi bien dans l’exploitation des données quantitatives que dans le traitement des entretiens. Il s’agit de la possession ou non d’un autre logement et de l’origine géographique qui semblent fortement orienter les trajectoires. Le sentiment d’être propriétaire avec tout ce qu’il comporte comme facteurs de sécurité et de valorisation peut très bien être vécu à travers la détention d’une résidence secondaire. Dans ce cas, la location du logement principal n’est pas ressentie de manière négative.

34Par ailleurs, l’origine géographique des enquêtés se trouve être un des éléments structurant les parcours. Le fait d’être né à Paris ou en banlieue entraîne, de fait, une connaissance du marché immobilier, souvent localisé, un réseau de relations familiales et amicales dont on connaît l’importance pour trouver un logement. Au contraire, la migration de la province ou de l’étranger vers Paris implique un certain apprentissage de la vie métropolitaine qui peut s’effectuer à travers plusieurs étapes résidentielles.

Type de trajectoires 2 derniers statuts

Effectifs

Pourcentage

Autre-locataire (Autloc)

92

4.6

Famille-accédant (Famacc)

116

5.8

Famille-HLM (FamHLM)

76

3.8

Famille-Loi 1948 (FamL48)

37

1.9

Famille-locataire (Famloc)

68

3.4

Famille-propriétaire (Fampro)

35

1.8

Gratuit-HLM (GraHLM)

36

1.8

HLM-accédant (HLMacc)

121

6.1

Loi 1948-accédant (L48acc)

131

6.6

Loi 1948-HLM (L48HLM)

82

4.1

Loi 1948-locataire (L481oc)

36

1.8

Locataire-accédant (Locacc)

211

10.6

Locataire-HLM (LocHLM)

149

7.5

Locataire-Loi 1948 (LocL48)

48

2.4

Locataire-propriétaire (Locpro)

43

2.2

Propriétaire-accédant (Proacc)

41

2.0

Uniquement locataire (Qloc)

96

4.8

Uniquement famille (Qfam)

69

3.5

Autres trajectoires (AutrTR)

500

25.2

TOTAL

1987

100.0

Tableau 8
Liste des trajectoires résidentielles (jusqu’à 50 ans) établie à partir des deux derniers statuts d’occupation et retenue dans l’analyse en composantes multiples

  • 26 Pour plus de détails sur les méthodes d’analyses de données, on pourra consulter Saporta G., Proba (...)
  • 27 Dans la présentation des résultats de l’analyse en composantes multiples, seules les trajectoires (...)

35C’est pourquoi, nous avons effectué une analyse en composantes multiples26 en tenant compte des variables qui semblaient jouer un rôle important dans la structuration des trajectoires. Nous avons donc retenu, dans un premier temps, comme variables actives la catégorie sociale du chef de ménage, l’origine des Parisiens et l’existence d’une résidence secondaire. Les trajectoires résidentielles ont été simplifiées et classées selon les deux dernières étapes (tableau 8)27.

Graphique 1
« Les trajectoires résidentielles »
Analyse en composantes multiples
Dim1/Dim2

Graphique 2
« Les trajectoires résidentielles »
Analyse en composantes multiples
Dim2/Dim3

36Le premier graphique nous donne la représentation conjointe des axes 1 et 2. Le premier axe oppose les trajectoires qui se terminent par la propriété et celles dont la dernière étape au moment de l’enquête est la location. Les parcours aboutissant à la propriété correspondent plutôt aux itinéraires d’une population proche des caractéristiques des cadres supérieurs et des professions intermédiaires tandis que les trajectoires de locataires se trouvent proches des ouvriers. On notera également le clivage très net entre les personnes nées à Paris, qui se situent du même côté de l’axe que les cadres supérieurs du privé et les propriétaires, et les personnes nées à l’étranger dont les caractéristiques sont voisines des ouvriers non qualifiés et des locataires d’un logement loi 1948 ou d’un logement HLM.

37La possession ou non d’une résidence secondaire contribue de façon non négligeable à la formation du deuxième axe. On observe d’un côté une proximité entre les profils des personnes n’ayant pas de résidence secondaire, les profils des personnes nées en banlieue, ceux des professions intermédiaires, des employés ainsi que ceux des personnes ayant effectué un séjour en HLM suivi d’une accession à la propriété. À l’opposé, se trouvent les personnes possédant une résidence secondaire dont les profils correspondent aux cadres supérieurs et aux ouvriers non qualifiés. Cette proximité n’apparaît pas sur ce plan factoriel en raison de l’axe 1 qui oppose les propriétaires et les locataires. En revanche, dans le plan factoriel 2 et 3, les variables résidence secondaire, cadres supérieurs, nés à l’étranger et provinciaux se trouvent du même côté de l’axe 3. Ces premières analyses confirment l’importance de l’origine et des liens avec un autre lieu dans la structuration des trajectoires résidentielles. Bien sûr, les variables agissent différemment selon les catégories sociales.

38Pour les ouvriers non qualifiés, en majorité d’origine étrangère, la résidence secondaire peut expliquer, comme nous l’avons vu précédemment, leur maintien dans un secteur locataire souvent vétuste soumis à la loi de 1948. Pour les cadres supérieurs au contraire, elle ne constitue pas uniquement une alternative à la propriété du logement principal, mais vient généralement en complément.

39Toutefois, la question du statut d’occupation ne peut être envisagée sans faire référence à la question de la localisation. De nombreux travaux ont permis de révéler le poids et la signification du lieu du domicile, c’est-à-dire le prestige ou au contraire la stigmatisation des adresses. Les interférences entre statut d’occupation et localisation sont complexes et diverses, même si on peut discerner dans les stratégies des ménages tantôt une préférence pour la localisation – parfois au détriment du statut de propriétaire – tantôt une préférence pour la propriété quelle que soit la localisation du logement. L’histoire résidentielle, l’origine géographique, l’expérience d’un statut d’occupation orientent parfois durablement le choix du statut d’occupation et de la localisation.

  • 28 Bonvalet C. et Maison D., « Lieux d’ancrage et lieux de passage : itinéraires résidentiels en Régi (...)

40Pour essayer de donner une visibilité à ces phénomènes observés dans les récits de vie, nous avons effectué une seconde analyse en composantes multiples en tenant compte des parcours géographiques que nous avions étudiés avec Dominique Maison dans un article précédent28. L’une des questions que nous nous posions était de savoir s’il existait un parcours géographique type : les jeunes couples après s’être formés à Paris, quitteraient progressivement le centre-ville pour gagner la périphérie où ils constitueraient leur famille, puis progressivement se rapprocheraient du centre-ville où ils s’installeraient à la maturité. Comme pour les trajectoires résidentielles, l’analyse des parcours géographiques s’avère, en réalité, plus complexe et du même coup plus riche. Le parcours type n’existe pas, du seul fait que le passage par Paris n’est pas systématique qu’il s’agisse des originaires de la banlieue ou des migrants. En revanche, il est apparu assez nettement un mouvement centrifuge.

Type de parcours géographiques

Effectifs

Pourcentage

Autre région-Banlieue (Abanl)

340

17.1

Autre région-Paris (Aparis)

113

5.7

Banlieue-Paris (BaPa)

38

1.9

Banlieue-Paris-Banlieue (BaPaBa)

35

1.7

Paris-Banlieue (PaBa)

140

7.0

Paris-Banlieue-Paris (PaBaPa)

35

1.7

Région Parisienne
Autre Région
Région parisienne (RPARP)

75

3.8

Uniquement banlieue (TTBanl)

553

27.8

Uniquement Paris (TTParis)

209

10.5

Autres parcours (AutPar)

449

22.6

TOTAL

1987

100.0

Tableau 9
Trajectoires géographiques (jusqu’à 50 ans)

41Les parcours géographiques ont été répertoriés dans le tableau 9. Les trois quarts des trajectoires ont pu être retenus dans l’analyse en composantes multiples. À la lecture du tableau, on est surpris par l’importance des parcours géographiques qui se sont déroulés dans la même zone géographique (37 %) : 10 % des enquêtés ont toujours vécu à Paris intra-muros et 27 % en banlieue. En fait, on constate que les itinéraires varient entre deux schémas extrêmes. Le premier est effectivement marqué par le désir d’ancrage – l’enracinement dans un lieu remonte pour certains enquêtés aux générations précédentes –, pour d’autres, il est le fait des personnes elles-mêmes qui se sont installées et dont les enfants s’implantent à proximité.

  • 29 Cribier F., Duffau M.-L., Kych A., « Mobilité résidentielle et stratégie dans les quinze ans qui s (...)

42Un deuxième pôle regroupe les enquêtés qui ont toujours considéré leur séjour à Paris comme une étape, un lieu de passage puisqu’une partie d’entre eux envisagent de déménager au moment de la retraite29.

Graphique 3
« Les trajectoires géographiques et résidentielles »
Analyse en composantes multiples

43L’analyse en composantes multiples reflète bien l’opposition entre les « sédentaires » et les « nomades ». Dans le graphique 3, on observe sur l’axe 1, d’un côté un groupe de caractéristiques associant les personnes ayant effectué tout leur parcours en région parisienne, que ce soit à Paris ou en banlieue, et de l’autre, ceux qui ont commencé leurs parcours hors Région parisienne. L’axe 2, quant à lui, oppose les parcours des Parisiens aux parcours des banlieusards d’une part, et les itinéraires passant ou se terminant par un logement HLM aux autres itinéraires.

44On obtient ainsi plusieurs configurations qui permettent de relier les histoires résidentielles aux histoires migratoires des individus :

  • la première configuration, située dans le quadrant supérieur gauche, est constituée d’un ensemble de caractéristiques comprenant les trajectoires géographiques effectuées uniquement dans la capitale et les parcours logement où dominent la propriété et le secteur locatif privé. Ces parcours correspondent aux personnes dont les caractéristiques sont proches des cadres supérieurs, des professions libérales et des artisans-commerçants. On sait bien, et la lecture des entretiens non directifs le rappelle, que pour cette dernière population, habiter à proximité de son lieu de travail est essentiel pour l’exercice même du métier et qu’un départ en banlieue n’est pas envisageable même pour devenir propriétaire d’un logement plus grand ou d’un pavillon. En fait, il s’agit ici d’une partie de la population que nous avions désignée sous le terme d’enracinés socialement et géographiquement30. Ayant souvent hérité du statut social de leur père, leur trajectoire résidentielle se déroule la plupart du temps dans le même quartier.
  • à l’opposé dans le quadrant inférieur droit, se trouve la deuxième constellation qui associe les trajets se terminant par le logement social en banlieue et les ouvriers, notamment les ouvriers qualifiés. Ce sont des migrants qui, par contraste avec les précédents, ont tous commencé leur trajectoire en province ou à l’étranger.
  • la troisième configuration regroupe les trajectoires géographiques des « mobiles » à l’intérieur de la région parisienne et des migrants. Sont associés à ces trajets les parcours résidentiels dominés par la location, en particulier la location d’un logement soumis à la loi de 1948. Les populations correspondant à ces itinéraires sont assez proches des ouvriers non qualifiés dont on sait par ailleurs que la majorité est d’origine étrangère. Qu’ils vivent à Paris dans des logements locatifs vétustes s’explique très bien même si une partie, comme le montre la configuration ci-dessus, s’est directement installée en banlieue et se trouve en HLM au moment de l’enquête.
  • enfin, la quatrième configuration révèle une convergence entre les trajectoires qui se sont déroulées uniquement en banlieue (ou qui s’y terminent) et les parcours aboutissant à l’accession à la propriété, notamment après un séjour dans un logement HLM. On trouve associées à ce type de trajectoire résidentielle et géographique les professions intermédiaires. Ces regroupements ne sont, là aussi, pas surprenants puisque l’accession à la propriété s’est essentiellement développée à l’extérieur de Paris, notamment avec la construction de maisons individuelles en zone périurbaine, dont ont bénéficié une grande partie des professions intermédiaires mais également des employés et ouvriers.

45Enfin, on remarquera que les variables démographiques, traitées en variables supplémentaires, sont regroupées au centre du graphique. On ne peut donc pas interpréter leur position par rapport aux autres variables de l’analyse. En revanche, il est possible de voir comment se situe la variable lieu de naissance. Les personnes qui sont nées à Paris ont un profil proche de ceux qui appartiennent à la première configuration, les banlieusards de la troisième et les étrangers à presque mi-distance entre la deuxième et la quatrième configuration.

46Mais, bien sûr, ces regroupements sont à manier avec précaution car les positions des différentes variables sur le plan représentent une projection en dimension deux qui peut engendrer des distorsions et laisser supposer des distances ou des proximités entre variables qui, dans un autre plan, seraient moins marquées. Néanmoins, certains rapprochements, mis en évidence dans cette analyse, avaient déjà été vérifiés dans des articles précédents. Il existe bien des relations statistiques entre plusieurs phénomènes et des logiques résidentielles apparaissent clairement. Toutefois, ces analyses statistiques ne peuvent rendre compte de toute la diversité des situations dont on a trace dans les récits de vie. L’intérêt de ce graphique est surtout de révéler les rapports étroits qui existent entre trajectoires résidentielles et parcours géographiques, eux-mêmes fortement dépendants non seulement de la catégorie sociale, mais aussi de l’histoire migratoire. Cette première analyse montre combien il peut être illusoire de séparer l’analyse de la succession des statuts d’occupation de l’analyse de l’enchaînement des étapes migratoires. Dans les choix de logement qu’opèrent les ménages interviennent de multiples facteurs, parmi lesquels figurent la politique du logement, l’offre locale de logements ainsi que les préférences individuelles en matière de mode de vie. Si la catégorie sociale joue un rôle important, l’origine des individus, le lieu où ils ont passé leur enfance apparaît également comme un élément qui peut structurer fortement la trajectoire résidentielle.

47En conclusion, l’accession à la propriété, parce qu’elle fait intervenir une dimension temporelle, tant sur le plan patrimonial, financier que psychologique, ne peut être étudiée uniquement à partir de données transversales. Elle doit être resituée dans l’ensemble des trajectoires familiales résidentielles et migratoires. En effet, l’analyse des parcours des individus non-propriétaires éclaire tout autant la question de la propriété à travers les choix que les ménages effectuent notamment en matière de localisation à l’intérieur de la région parisienne. Elle permet, par ailleurs, de dépasser l’approche réductrice fondée uniquement sur le lieu de résidence principale.

48Pour toutes ces raisons, l’histoire résidentielle d’une génération révèle la diversité et la richesse des parcours logement. Et les limites d’un certain nombre de modèles résidentiels qui font référence à des parcours types apparaissent clairement. C’est le cas du modèle résidentiel ascendant. De même, si on ne peut nier l’existence d’un mouvement centrifuge qui conduit les habitants de Paris vers la banlieue, on constate parallèlement des phénomènes d’enracinement anciens ou plus récents à travers l’implantation des enfants. Aussi l’appartenance à une classe sociale ne préjuge-t-elle pas des différences d’itinéraires résidentiels, de comportements face aux choix de logements. De nombreux facteurs interviennent dans le cursus logement des ménages. Il est le résultat d’un jeu qui combine des éléments individuels (origine sociale, géographique, cursus familial et professionnel) et des éléments extérieurs liés à la politique du logement et au processus d’urbanisation. Il n’est pas pour autant le fruit du hasard, comme en témoignent les analyses croisées des trajectoires résidentielles et des parcours géographiques.

  • 31 Maison D., « Pionniers de l’accession à la propriété », Annales de la Recherche Urbaine, no 65, dé (...)

49Enfin, il ne faut pas oublier que la génération que nous avons étudiée possède la particularité d’avoir connu des débuts difficiles avec la crise du logement qui sévissait après guerre. Elle a bénéficié de la croissance économique et de la politique favorisant l’accession à la propriété, qui s’est peu à peu développée à partir de 1953. Grâce aux mesures mises en place, ces ménages sont devenus de véritables « pionniers de l’accession à la propriété »31. On peut alors se poser la question des générations suivantes qui effectuent leur parcours résidentiel dans un environnement économique et immobilier nettement moins favorable que leurs aînés. Et, même si ces derniers ont transmis à leurs enfants un savoir-faire en matière de crédit et une culture résidentielle, l’accession à la propriété demeure toujours « une entreprise à risque ».

Notes

1 Voir le livre, et surtout le premier chapitre, de Groux G., Lévy C., La Possession ouvrière : du taudis à la propriété. (XIXe-XXe siècles), Paris, Éditions de 1 Atelier, 1993.

2 Topalov C., Le Logement en France. Histoire d’une marchandise impossible, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1987.

3 Les loyers anciens triplent en 6 ans et les loyers des logements neufs deviennent libres. Il faut rappeler que les Parisiens, après plusieurs décennies de blocage de loyer dû au moratoire de 1914 n’étaient pas habitués à payer des loyers élevés. Leurs loyers ne dépassaient pas 10 % de leurs revenus alors que généralement les loyers représentent entre 25 et 35 % des revenus, cf. Sauvy A., Histoire, économique de la France entre-les-deux guerres, Paris, Fayard, 1965.

4 Maison D., « Effet d’alliance et transmission différée dans le rapport à la propriété et à l’habitat », dans Le Logement, une affaire de famille, L’Harmattan, Paris, 1993.

5 Le terme Parisiens recouvre ici l’ensemble des habitants de la région parisienne.

6 Maison D., op, cit.

7 Bonvalet C.. Lelièvre E., « Mobilité en France et à Paris depuis 1945 : bilan résidentiel d’une génération », Population, 3, 1989.

8 Le taux de propriétaires s’élève à 62 % chez les professions intermédiaires du secteur privé, à 59 % chez les cadres supérieurs du public, tandis qu’il atteint 73 % dans le secteur privé.

9 Grafmeyer Y., Les Gens de la banque, Paris, PUF, 1992.

10 Bonvalet C., « Le statut de propriétaire : analyse des différences », dans Démographie et différences, Colloque de Montréal, Paris, AIDELF, 1992.

11 Bourdieu P. (avec la collaboration de Bouhedja S., Christin R., Givry C.), « Un placement de père de famille, la maison individuelle : spécificité du produit et logique du champ de production », dans Arles de la recherche en sciences sociales, L’économie de la maison, no 81/82, mars 1990.

12 Le taux de propriétaires parmi les divorcés s’élève à 27 %, celui des remariés à 35 %, ce qui confirme bien l’idée que la remise en couple s’accompagne souvent d’un retour vers la propriété. Toutefois, des différences subsistent entre les couples mariés et les couples remariés, comme si ces derniers ne récupéraient jamais complètement le handicap que représente le divorce dans la trajectoire résidentielle.

13 Cuturello P., Godard F., Familles mobilisées, Paris, Plan Construction et Architecture, 1982.

14 Elle se situe aux environs de 45 % pour une descendance finale égale à 4 enfants et plus.

15 Il est possible, toutefois, que l’espace du nouveau logement (notamment s’il s’agit d’une maison individuelle) incite par la suite certaines familles à avoir un enfant supplémentaire. Inversement, la conjonction de la taille de l’appartement acheté et des remboursements d’emprunts peut décourager les familles dans leur projet d’avoir un enfant supplémentaire.

16 Bourdieu P. et Saint-Martin (de) M., « Le sens de la propriété : la genèse sociale des systèmes de préférences », dans Arles rie In Recherche en Sciences Sociales, L’Économie de la maison, no 81/82, mars 1990.

17 Bonvalet C., Lelièvre E„ « Mobilité en France et à Paris depuis 1945 : bilan résidentiel d’une génération », Population, 3, 1989.

18 Marchand B., Paris, histoire d’une ville, XIXe-XXe siècle, Éditions du Seuil, Paris, 1993. Cf. Sauvy A., « Conditions de logement des jeunes ménages en région parisienne », Population, 1955.

19 Girard A. et Bastide H., « Enquête sur le logement des jeunes ménages dans le département de la Seine », Population, 4, 1952.

20 38 % à l’âge de 50 ans, mais 42 % au moment de l’enquête du fait qu’un petit nombre d’enquêtés ont accédé à la propriété entre 50 et 60 ans.

21 Le deuxième changement de statut ne correspond pas au deuxième changement de logement puisqu’une partie des enquêtés ont déménagé plusieurs fois à l’intérieur du parc locatif, que ce soit le secteur libre, le logement HLM ou le logement soumis à la loi de 1948.

22 Cribier F., « Des Parisiens se retirent en province », Gérontologie et société, juillet 1979. Cribier F., Duffau M.-L., Kych A., « Mobilité résidentielle et stratégie dans les quinze ans qui suivent la retraite : suivi d’une génération », Stratégies résidentielles, Paris, INED, Plan Construction et Architecture, MELTM, Congrès et Colloque, no 2, 1990.

23 Voir les travaux de Villanova (de) R., « La maison du retour au Portugal », Annales de la Recherche Urbaine, Familles, générations, patrimoines, no 4L mars-avril 1989. Ses recherches récentes ont montré que la question du retour définitif au pays n’est plus appréhendée par opposition à l’intégration au pays d’accueil, et qu’il existe une alternative, avec des stratégies immobilières, dans les deux pays. Cf. « Trajets migratoires et stratégies résidentielles des minorités en France : les Portugais accédant à la propriété, un exemple d’intégration », communication à la V Conférence Internationale de Recherche sur l’Habitat, Montréal, juillet 1992.

24 Pinson D., Du logement pour tous aux maisons en tous genres, Paris, Plan Construction et Architecture, Collection Recherches, 1988. Dans cet ouvrage, D. Pinson décrit les combinaisons patrimoniales possibles : location de la résidence principale, location de la résidence principale et propriété d’un terrain, location de la résidence principale et propriété d’une résidence secondaire, propriété de la résidence principale, propriété de la résidence principale et d’une résidence secondaire, propriété de la résidence principale et d’une résidence secondaire et propriété d’un logement en location. Cette description a le mérite de montrer l’extrême complexité de l’univers résidentiel.

25 Grafmeyer Y., Sociologie urbaine, Paris, Nathan, 1994.

26 Pour plus de détails sur les méthodes d’analyses de données, on pourra consulter Saporta G., Probabilités, analyse des données et statistiques, Editions Technip, 1990 et Sanders L., L’Analyse statistique des données en géographie, Alilade, Reclus, 1990.

27 Dans la présentation des résultats de l’analyse en composantes multiples, seules les trajectoires qui ont contribué le plus à la formation des axes ont été figurées.

28 Bonvalet C. et Maison D., « Lieux d’ancrage et lieux de passage : itinéraires résidentiels en Région parisienne », communication au séminaire Ségrégation du GDR Socio-économie de l’habitat, à paraître chez l’Harmattan, 1996.

29 Cribier F., Duffau M.-L., Kych A., « Mobilité résidentielle et stratégie dans les quinze ans qui suivent la retraite : suivi d’une génération », Stratégies résidentielles, Paris, INED, Plan Construction et Architecture, MELTM, Congrès et Colloque, no 2, 1990.

30 Bonvalet C., Lelièvre E., « Mobilité en France et à Paris depuis 1945. Le filtre parisien », Population, 5, 1991.

31 Maison D., « Pionniers de l’accession à la propriété », Annales de la Recherche Urbaine, no 65, décembre 1994.

Table des illustrations

Légende Les pourcentages sont donnés en millièmes, les chiffres italiques représentent des flux et les chiffres droits des stocks.Lecture : 44 % des individus ont débuté leurs parcours logement dans un logement familial, 23 % sont ensuite devenus locataires (12 % le sont restés) et 6,8 % sont devenus accédants.Schéma 1Les trajectoires résidentielles en termes de transition de statuts d’occupation
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Graphique 1« Les trajectoires résidentielles »Analyse en composantes multiplesDim1/Dim2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Graphique 2« Les trajectoires résidentielles »Analyse en composantes multiplesDim2/Dim3
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Graphique 3« Les trajectoires géographiques et résidentielles »Analyse en composantes multiples
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9812/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540