Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

2. Les accédants à la propriété

Devenir propriétaire en HLM

Une analyse du point de vue des accédants

Isabelle Bertaux-Wiame

Texto completo

  • 1 Le Logement, une affaire de famille, Bonvalet C. et Gotman A. (éds), Paris, L’Harmattan, 1993.
  • 2 Gotman A. et Bertaux-Wiame I., L’Accession à la propriété dans le parc social. Enquête exploratoire (...)

1Plus que toute autre marchandise, le logement est « une affaire de famille1 » dans laquelle les relations familiales intra – et intergénérationnelles viennent surdéterminer la logique purement économique des comportements résidentiels. Cette dimension s’est vérifiée à l’occasion d’une enquête sur l’accession dite « sociale » ou « populaire » dans le cadre d’opérations de vente par les organismes de gestion de HLM de logements proposés à l’achat aux locataires de certains immeubles. Cette initiative crée ainsi une situation inattendue pour ces locataires qui, a priori, se trouvaient exclus de l’accession à la propriété. On aurait pu s’attendre à ce que leurs réponses soient strictement déterminées par le niveau limité de leurs ressources. Or, ils se sont appropriés très diversement cette offre inattendue mais conçue de façon à être financièrement intéressante et donc accessible. C’est pour comprendre quelles dimensions se mêlaient à la rationalité économique que nous avons effectué une enquête par entretiens auprès d’une soixantaine de ménages d’accédants – mais aussi de quelques non accédants – répartis sur trois sites, gérés par le même organisme2.

I – Une vente sous conditions

2L’accession à la propriété en HLM a été rendue possible par un ensemble de dispositions législatives, fixées notamment par la loi Méhaignerie de 1986, qui avaient pour objectif de relancer la vente des logements sociaux. Cette vente devait permettre de réinvestir les fonds propres des organismes gestionnaires du parc immobilier social, sous forme de nouvelles constructions ou encore de financer des travaux de rénovation.

  • 3 Cette clause qui touchait encore les accédants que nous avons rencontrés lors de cette enquête sera (...)

3Les organismes gestionnaires gardaient l’initiative de la mise en vente, l’offre devant prioritairement s’adresser aux occupants des logements mis en vente. Une clause stipulait que les accédants devaient occuper leur logement comme résidence principale pendant au moins cinq ans après l’achat3.

4Cette pratique a plus souvent été analysée sous l’angle des politiques publiques ou des modes de gestion du parc social que du point de vue des accédants et des raisons non économiques de leurs comportements résidentiels. Ici, comme dans d’autres contextes d’accession, les significations données par les acteurs débordent pourtant les contraintes économiques. Si la décision d’acheter son logement ne peut s’en affranchir, elle ne peut pas non plus s’y réduire.

5Dans le cadre des opérations étudiées, une enquête commerciale de faisabilité avait été faite pour connaître le pourcentage de locataires susceptibles d’être intéressés par l’offre. L’opération de vente n’était en effet réellement envisagée que si au moins 50 % des locataires se prononçaient favorablement pour une accession et apparaissaient solvables au regard du plan de financement proposé, car cette enquête permettait aussi de sensibiliser les locataires à l’éventualité de devenir propriétaires : pour bon nombre d’entre eux, c’était en effet la première fois que l’occasion d’y penser concrètement se présentait.

6Le prix de vente, inférieur d’environ 30 % aux prix pratiqués localement pour des logements comparables, a constitué une incitation économique : « le prix était intéressant... c’était une affaire ». Convertir une dépense – le loyer – en une épargne qui à terme représentera un capital constituait une perspective plutôt engageante.

7Cependant, cet argument n’a pas le même poids pour tous. Pour certains, l’effort d’épargne fait partie de leurs valeurs : « même si on doit se serrer la ceinture... au bout du compte on a quelque chose à soi... c’est naturel... c’est un but dans la vie ». Pour d’autres au contraire, il ne peut s’envisager que dans la mesure où il n’entraîne aucune modification dans le mode de vie et dans l’ordre des priorités qu’ils se sont données. Pour quelques-uns enfin, l’achat est envisagé par défaut d’un parc locatif suffisamment ouvert et plus accessible.

  • 4 Voir à ce sujet dans ce même volume, Gotman A., « La vente HLM au risque de la crise ».

8Pour tous les locataires, quelle que soit la réponse apportée, l’offre est un élément perturbant de leurs trajectoires et du rapport qu’ils entretiennent avec leur propre parcours de vie. Ce n’est pas le seul statut résidentiel des accédants qui change. Les locataires qui le refusent ont eux aussi à se positionner sur la question. Si certains ont accepté d’être relogés ailleurs, d’autres n’y ont pas vu d’intérêt et sont restés dans leur logement, mais l’accession a modifié la composition des immeubles, au plan du statut, sinon au plan socio-économique, en faisant voisiner locataires et copropriétaires4.

9Les contraintes du marché immobilier, les politiques publiques en matière de logement, les ressources financières dont disposent les ménages sont certes des éléments déterminants dans leurs options résidentielles mais ne suffisent pas à épuiser les significations des comportements résidentiels, lesquels sont tout autant des facteurs de structuration du marché immobilier que de différenciation des trajectoires résidentielles. L’analyse des entretiens montre que les motifs de la décision des occupants des logements mis en vente se situent au croisement de leur histoire biographique singulière et de leur situation strictement économique. De ces configurations particulières, dépend la perception de cette offre comme une chance favorable à un réagencement de leur vie ou au contraire comme une contrainte qu’il est difficile de s’approprier.

1. La diversité des réponses

10Cette situation, fortement encadrée institutionnellement, agit par contraste comme un révélateur des dispositions profondes qui orientent les pratiques et les significations résidentielles d’une population apparaissant comme la moins susceptible de disposer d’une marge de manœuvre dans ses choix résidentiels comme dans ses pratiques d’appropriation.

11Une catégorie de locataires se trouvait d’emblée exclue de l’offre par le niveau trop faible de ses revenus. À ceux-là, lorsqu’il apparaissait possible de trouver des logements équivalents, et sans qu’aucune contrainte puisse s’exercer à leur encontre, une proposition de relogement était faite dans des immeubles locatifs voisins. Pour quelques-uns, ce fut l’occasion d’ailleurs d’emménager dans un appartement rénové ou dont la taille leur convenait mieux.

12Parmi ceux qui disposaient d’un niveau de revenus jugé suffisant, tons ne se sont pas déclarés intéressés par l’offre. Certains ménages, au regard de situations familiales ou professionnelles particulières (problèmes de santé, handicaps, chômage d’un des conjoints, changements d’emploi imminents...), ont préféré ne pas donner suite. D’autres venaient de s’engager dans l’accession à la propriété d’un autre logement. Pour eux, l’offre survenait à un moment inopportun de leur parcours. Certains ont même exprimé rétrospectivement des regrets et mis en doute la pertinence de leur engagement résidentiel précédent.

Un couple, proche de la retraite, éprouve le sentiment de s’être trompé dans ses choix. Après bien des discussions ils s’étaient décidés à acheter une petite maison de village, en province, voisine de celle d’amis chez qui ils passaient régulièrement une partie de leurs vacances. L’expérience d’une résidence secondaire ne s’est pas révélée totalement concluante : l’entretien de la maison lorsqu’on n’est pas sur place, l’obligation d’y aller qui peu à peu se substitue à l’idée du choix, l’éloignement des enfants et surtout des petits-enfants avaient déjà contribué à tempérer leur enthousiasme de départ. Cependant, restait la satisfaction d’avoir enfin « quelque chose à soi » qui l’emportait sur certains désagréments. L’offre a mis en question le bien fondé de leur choix. Tous comptes faits, la dame aurait préféré acheter sur place son appartement et continuer à jouir d’une location de vacances. Comme les deux investissements ne sont pas envisageables financièrement, chez elle, l’offre qui arrive trop tard, fait naître un sentiment d’injustice.

13Interrogés, certains de ces locataires ont répondit avoir décliné l’offre parce que, proches de la retraite, elle ne les intéressait pas. Mais d’autres, également proches de la retraite, en ont au contraire tiré argument pour acheter leur logement. Il semble que les configurations familiales de chacun de ces ménages aient été un facteur de différenciation important de leur décision. Notamment, 11e pas avoir d’enfants à qui transmettre son bien immobilier, ou avoir des enfants établis ailleurs, sont des arguments en défaveur de l’accession. Quelle que soit la réponse donnée, c’est le lien familial qui a donné sens et transformé cette offre inattendue en occasion à saisir ou à refuser.

14Des ménages aux revenus comparables répondent ainsi différemment à une offre qui se présente à tous de façon identique. D’une part, la perception qu’ils ont de leur potentiel économique et de leur avenir dépend largement de leur itinéraire et de leurs expériences. D’autre part, leurs réponses trouvent leur source clans leurs histoires familiales personnelles et dans la valeur accordée dans leur micro-climat familial au statut de propriétaire de sa « maison ».

  • 5 La position résidentielle recouvre divers éléments dont la valeur dépend de la configuration d’ense (...)

15Le changement du statut résidentiel, élément constitutif de la position résidentielle5, ressort de bien autre chose que d’un choix économique conjoncturel. Population « captive » d’un parc locatif social, les habitants des logements HLM mis en vente mobilisent, comme dans n’importe quel autre processus d’accession à la propriété, des ressources symboliques autant que matérielles pour répondre à cette offre et lui donner un sens particulier.

2. Une enquête de terrain sur trois sites

16Notre enquête a porté sur trois sites de la Région parisienne aux caractéristiques urbanistiques contrastées, fictivement nommés les Chênes, les Saules et les Palmiers. Sur chacun de ces sites, relevant du même organisme HLM, une vingtaine d’entretiens auprès d’accédants ont été effectués et nous avons rencontré également quelques-uns des locataires qui, ayant décliné l’offre de vente, étaient restés sur place.

17Nous voulions comprendre comment s’était prise la décision d’acheter et l’effet du changement de statut d’occupation sur le rapport au résidentiel en général, à ce logement HLM en particulier, notamment pour ceux qui ont acheté l’appartement dont ils étaient locataires depuis de longues années. Comment s’étaient-ils appropriés cette offre inopinée et l’avaient-ils incluse dans des projets qu’elle aurait amenés à mieux préciser ? La qualité « sociale » du logement lui-même – un logement HLM – était-elle de nature à produire une spécificité irréductible à d’autres contextes d’accession, maintenant à terme les biens et les personnes sur un segment secondaire du marché immobilier ? L’hypothèse étant alors que l’achat d’un logement dans les conditions décrites échapperait à des mobilisations fortes de la part des accédants et à des motivations qui mettraient enjeu les valeurs symboliques et identitaires qui sont engagées dans d’autres contextes d’accession. À cet égard, la constitution de la copropriété et son fonctionnement pouvaient avoir valeur d’indicateur de l’appropriation effective par les nouveaux copropriétaires de leur cadre de vie.

3. Trois types d’accessions

18Au-delà de la diversité des réponses qu’a entraînée la proposition de vente, l’analyse des entretiens a permis d’identifier trois types d’accession marqués par des logiques résidentielles qui ne relèvent pas seulement de la spécificité du contexte institutionnel : l’accession « marchepied », l’accession « placement » et l’accession « sécurité » où la propriété du logement fonctionne comme étape, comme épargne et comme assurance.

  • 6 Bourdieu P., « Un placement de père de famille », Arles de la recherche en sciences sociales, L’éco (...)

19Le moment du parcours biographique où s’est présentée l’offre a déterminé fortement la dynamique dominante. Pour les plus jeunes, il s’agissait plutôt d’une dynamique d’étape où ce logement était perçu comme logement de transition. Les plus âgés, valorisant davantage la dimension patrimoniale de leur accession, y ont vu plutôt l’occasion d’un « placement de père de famille »6. Les personnes à mi-parcours ont cherché à établir un compromis entre valeur d’usage et valeur d’échange pour une accession qui les sécurisait tout en leur ouvrant de nouveaux horizons résidentiels.

4. Un effet de « famille » structurant

  • 7 Bertaux-Wiame I., « Familial et résidentiel : un couple indissociable », Sociologie et sociétés, vo (...)

20La dimension familiale s’avère être un facteur de différenciation particulièrement discriminant, qu’il s’agisse de la dimension conjugale ou de la dimension intergénérationnelle, notamment à travers les expériences résidentielles des parents qui ont marqué l’enfance et sont souvent particulièrement prégnantes dans les attitudes comme dans les pratiques7.

21Ainsi, l’offre d’achat du logement peut être une occasion de renouer avec un passé familial résidentiel ou au contraire de dépasser d’éventuelles ruptures avec les familles parentales. Le lien qu’ego entretient avec son histoire familiale détermine en grande partie les conditions d’une appropriation des valeurs résidentielles familialement transmises ainsi qu’une aptitude à forger des projets résidentiels autonomes.

22On trouve un sens familial affirmé dans le processus d’accession « marchepied » comme dans celui de l’accession « placement » ; tandis que celui dit « sécuritaire » s’en distancie pour donner à l’accession un sens plus matériel et utilitaire, sans toutefois parvenir à évacuer totalement le lien avec le familial.

5. Un effet de « site » perturbant

23Un effet propre du site apparaît lorsqu’on compare les trois sites étudiés bien que l’image HLM leur soit commune. La « valeur » sociale des immeubles diffère selon leur degré d’intégration dans le paysage urbain environnant, modulant ainsi la perception des accédants de leur logement et de son appartenance à un ensemble d’immeubles HLM, ce qui peut remettre en cause les projets résidentiels, notamment ceux liés à une éventuelle revente.

II – Trois types d’accession : l’accession-marchepied, l’accession-placement, l’accession-sécurité

24Les projets résidentiels sont étroitement liés au parcours familial et l’accession en HLM, en dépit de ses particularités, n’échappe pas à ces interactions et est soumise à un effet « famille » très structurant dans le processus d’appropriation et de redéfinition singulière dont l’offre de vente fait l’objet.

1. L’accession-marchepied : un concentré familial

25Là où la logique d’étape donne à cette accession un caractère de transition, différentes significations apparaissent ayant pour trait commun de percevoir la propriété comme un « concentré » familial.

26Les accédants « marchepied » se caractérisent par une décision active et plutôt rapide. C’est une logique d’étape : on achète ici pour acheter mieux plus tard. C’est le fait de couples avec de jeunes enfants, en début de parcours familial et professionnel. Un calendrier qui se joue sur tous les fronts, familial, professionnel et résidentiel que l’on voudrait concordants. L’offre est perçue comme une occasion judicieuse de réaliser la première étape d’un parcours dans lequel on projetait de s’engager en tout état de cause : l’accession, comme une étape aussi brève que possible dans un processus de promotion sociale. L’anticipation que le projet résidentiel autorise permet de supporter quelques sacrifices financiers, et même un habitat peu valorisé ou un espace restreint. C’est la valeur d’échange qui prévaut sur la valeur d’usage, et la constitution d’un capital de départ pour arriver au but souhaité, qui prend le plus souvent la forme d’un pavillon entouré d’un jardin.

27Le résidentiel est ainsi fortement constitutif de cette construction familiale et y occupe une place centrale. Liens intergénérationnels et liens d’alliance sont étroitement articulés et donnent à l’accession un sens « naturalisé » d’évidence ancré dans des valeurs familiales et une filiation préservées.

Ce jeune couple est au début de sa carrière et de sa vie familiale. Tous deux, comptables dans des entreprises privées, misent sur un potentiel professionnel dynamique. Leur but est de trouver dans un jour proche une maison avec un jardin pour y voir grandir leurs enfants. Pour l’instant, ils n’ont qu’un enfant. Ils mettent à profit l’offre pour réaliser la première étape de ce projet. Encouragé par les parents du jeune homme qui habitent eux aussi dans un immeuble collectif proche de la cité, le couple se porte acquéreur d’un grand appartement de cinq pièces. Cet espace compense à ses yeux le manque de standing de l’immeuble et va lui permettre d’attendre le temps qu’il faudra pour saisir l’opportunité suivante qui sera cette fois, espèrent-ils, une maison. C’est avec les parents de la jeune femme qu’ils discutent de cette possibilité à venir car ceux-ci habitent une maison dans un quartier qui ne leur déplairait pas. Ainsi, les conjoints gardent la même attitude face au logement HLM qu’ils soient dans le statut de locataires ou celui de propriétaires : épargner ce que leur permettent les montants modestes d’un loyer ou d’un remboursement de prêt, et vivre cependant dans des conditions acceptables grâce à l’appui parental. La semaine, les grands-parents paternels s’occupent de l’enfant, le mènent à l’école, le gardent souvent le soir mais les fins de semaine sont plutôt consacrés à la famille de la jeune femme. Une partie des vacances est aussi largement prise en charge par les familles. Sur cet exemple, on voit à quel point la seule prise en compte des ressources du ménage accédant limite la compréhension de la pente sociale de sa trajectoire et de son économie symbolique alors que l’inscription des projets dans les temporalités et le contexte familial du couple permet de mieux comprendre le sens de ses comportements résidentiels.

28L’accession dans le parc social est perçue comme n’importe quelle autre accession, et l’estimation de la valeur d’échange du logement est faite à partir du marché immobilier privé. Passer du statut de locataire à celui de propriétaire revêt pour eux une importance d’autant plus grande que la plupart de ces accédants ne pensaient à devenir propriétaires que plus tardivement.

29Nombreux sont les jeunes couples qui par cette accession s’inscrivent dans une reproduction résidentielle quelque peu naturalisée de la lignée. Les parents sont eux-mêmes propriétaires et encouragent leurs enfants à en faire autant. C’est dans ce groupe « marchepied » que l’on trouve les quelques aides financières peu présentes ailleurs. De montants modestes, elles n’en signalent pas moins un entourage attentif et positif ; ainsi, cette jeune femme qui avait « oublié » de compter les frais de dossier et de notaire et qui, au dernier moment, a demandé et reçu une aide financière de ses parents.

30L’indépendance de ces jeunes couples vis-à-vis de leurs familles respectives n’est cependant pas mise en doute. L’acte même de l’accession qui concrétise le projet conjugal les met dans une position indépendante face aux parents mais en continuité lignagère.

31Les projets résidentiels, en s’appuyant sur cette continuité intergénérationnelle très présente dans ce groupe, rendent les accédants optimistes à propos des risques d’une disqualification de la valeur socio-économique de leurs logements dans le contexte d’un parc social locatif. C’est là que projets résidentiels et projets familiaux sont le plus étroitement construits.

a) Un engagement conjugal confirmé

32L’accession revêt une forte signification conjugale. Dans une société où les contours institutionnels du mariage sont assez flous, devenir propriétaire, c’est affirmer son engagement dans une conjugalité où le projet familial prend une place essentielle. « Acheter un appartement ensemble, c’est comme se marier, c’est un engagement ».

33C’est aussi la preuve d’une bonne capacité à gérer moralement et financièrement sa vie, au besoin en acceptant des sacrifices : « ou c’est les sorties ou c’est la maison, y a pas de problèmes... », mais ces sacrifices n’ont de sens que parce qu’ils peuvent hâter la réalisation d’un « vrai » projet résidentiel, acheter une maison avec jardin.

Ce jeune couple avec un tout jeune enfant a acheté ce que ses finances lui permettaient, un grand studio avec cuisine américaine. Ils l’ont aménagé pour y vivre correctement pendant un temps aussi limité que possible. Leur stratégie est claire, leur impatience évidente. Le provisoire de la situation n’est supportable que grâce à l’anticipation qu’ils font de leur avenir proche. Les papiers à peine signés, ils visitent déjà dans la région des maisons à vendre « pour voir, comme ça, on se renseigne le samedi ça fait un but de promenade... Peut-être on a trouvé quelque chose qui nous plairait ». Ces promenades immobilières entretiennent le projet et la conviction qui anime le couple. La jeune femme est moins convaincue que son mari. Née et ayant grandi sur une exploitation agricole normande, elle sait que sa famille lui réserve un terrain pour y construire sa maison. Sa sœur qui est mariée et a deux enfants s’est déjà installée sur un terrain voisin. Mais, la jeune femme sait également qu’elle aurait alors peu de chance de conserver son activité professionnelle d’aide-soignante dans une maternité, métier qu’elle aime beaucoup. C’est la raison pour laquelle son mari a pu la convaincre de passer d’un quatre-pièces en location à un studio. L’usage du logement devient secondaire, seule compte sa valeur d’échange. Toute la mobilisation familiale est orientée vers l’avenir, dont les jeunes parents discutent le soir quand l’enfant est endormi. Le risque de dépréciation du studio est assumé parce que replacé dans un projet plus vaste.

b) Restaurer la vitalité des liens intergénérationnels

34Acheter, c’est aussi affirmer sa place dans les deux lignées familiales dont le couple est issu.

35Les jeunes couples qui s’engagent prouvent ainsi à leurs parents leur capacité à maîtriser le cours de leur vie et en quelque sorte à retrouver leur place dans les relations familiales. En effet, la continuité dans les comportements résidentiels n’exclut pas des moments de parcours caractérisés par une distance avec la famille d’origine. Ces moments peuvent être le temps d’une appropriation réussie des valeurs transmises par la famille et d’une redéfinition des objectifs du couple.

Cette jeune femme originaire de la commune y revient après un long temps d’absence. D’un premier mariage, elle a eu une fille maintenant adolescente. Remariée, elle est enceinte lorsque l’appartement qu’elle loue est mis en vente. Le couple décide d’acheter. Sa mère aurait souhaité qu’elle et sa famille viennent habiter dans le pavillon familial en lisière de forêt mais la jeune femme arrive à la convaincre d’acheter elle aussi un logement au rez-de-chaussée du même immeuble, et de quitter ainsi une maison devenue trop grande et surtout malaisée à habiter seule. Ce faisant, elle a conscience de charger son accession d’une signification familiale forte. Tout en rattrapant un « retard » patrimonial sur ses frères et sœurs, déjà tous propriétaires dans la région, elle règle avec sa mère âgée un double problème : lui porter soins et assistance tout en conservant son autonomie et restaurer sa place familiale un temps fragilisée par un parcours jugé peu responsable. Le pavillon familial, symbole de la réussite parentale, a plutôt joué un rôle d’anti-modèle et conforté chez elle la nécessité de conserver une autonomie pour son foyer ainsi que de préserver une situation spatiale moins excentrée. En refusant d’aller vivre dans le pavillon parental, la jeune femme maintient ainsi son indépendance et affirme sa place dans la famille en « prenant » sa mère près d’elle mais dans un logement distinct, restaurant des liens qui s’étaient quelque peu distendus.

c) Un sens promotionnel

36Pour certains des locataires d’origine modeste et souvent innovants par rapport aux familles d’origine, l’accession à la propriété prend une signification d’ascension sociale. L’attachement au statut de la propriété dès cette primo-accession est d’autant plus fort que l’horizon de la prochaine accession reste incertain.

Pour ce couple déjà bien installé dans la vie avec trois enfants, il faut saisir sa chance : le mari, ouvrier qualifié, était venu de province chercher du travail à Paris. Il voit dans la proposition d’achat de l’organisme gestionnaire une occasion inespérée. Issus tous deux de familles ouvrières, l’accession représente pour eux un signe de réussite, le fruit mérité de leur travail et de leur vigilance financière. Ils innovent dans des lignées où personne n’est encore propriétaire, ni parents, ni frères ou sœurs.

L’accession a éveillé leurs aspirations : ils commencent à penser à une maison. Ils aménagent leur appartement, qui désormais leur appartient, mais pas trop, pour le cas où ils auraient une (autre) occasion d’acheter quelque chose de plus conforme à leurs souhaits.

Le sens promotionnel qu’ils mettent dans leur accession recouvre à la fois les valeurs d’usage et d’échange, et le fait de devenir propriétaires d’un logement social n’enlève rien à leur sentiment de réussite. C’est plutôt le caractère collectif de la propriété qui fait de cette accession une propriété d’étape. Être en copropriété ne répond en effet pas à l’idée qu’ils se font de la « vraie » propriété et cette accession ne se justifie que dans le projet d’une autre à réaliser aussi rapidement que possible.

Le statut social que confère le fait d’être propriétaire a une valeur familiale également. Le couple espère encourager leurs frères et sœurs plus jeunes à se mobiliser pour suivre leur exemple.

2. L’accession-placement : une valeur d’usage doublée d’un sens patrimonial

37À l’inverse du groupe précédent, l’accession-placement concerne plutôt des accédants plus âgés, bien engagés dans le parcours familial et ayant connu un parcours professionnel ascendant. Ils disposent d’une épargne qu’ils doivent à une grande vigilance budgétaire plus qu’au niveau de leurs revenus eux-mêmes. Si, comme pour le groupe précédent, la question résidentielle ne se pose qu’en relation avec les questions familiales, le sens de la famille est ici entièrement dirigé vers les enfants. L’accession vient stabiliser un cadre de vie visant à une meilleure expression des relations familiales entre parents et enfants. C’est l’occasion d’un rapprochement spatial de la famille que les accédants vont mettre à profit en aidant leurs enfants, ou l’un d’entre eux, à acheter également un des studios mis en vente.

38Certains avaient déjà eu le projet d’acheter et s’étaient renseignés en ce sens. Cette accession n’est d’ailleurs souvent pas la seule ni la première. Tous ont perçu l’offre comme l’occasion d’investir une épargne dans un bien qu’ils pourront transmettre à leurs enfants. L’offre ne déclenche pas de projets nouveaux : elle s’inscrit tout « naturellement » dans un ensemble d’autres projets éventuellement à caractère résidentiel mais où la famille, enfants et petits-enfants, occupe une place centrale. L’accession est un signe d’amélioration dans la production du cadre de vie familial. Les qualités du logement sont ici appréciées à partir de ses qualités pratiques parfaitement connues puisque la majorité des accédants ont acheté l’appartement qu’ils louaient depuis de nombreuses années.

a) Un appartement près des enfants

39Pour la majorité de ces accédants, l’accession prend l’expression d’un resserrement des liens entre parents et enfants. Il importe qu’il n’y ait pas de grande distance géographique entre eux, surtout lorsqu’il y a des petits-enfants.

Ce couple qui habitait déjà la commune est arrivé là il y a dix-huit ans. Ils y ont élevé leurs trois enfants qui maintenant ont quitté le foyer. Leur fille mariée, avec deux jeunes enfants dont la grand-mère s’occupe beaucoup, n’habite pas très loin. L’accession vient à point nommé pour renforcer des choix familiaux déjà mis en pratique. Le statut de locataire, même protégé, garde une connotation d’hétérogénéité qui pèse sur la stabilité des modes familiaux. Encourageant ses enfants à devenir à leur tour propriétaires, l’homme, père et grand-père, voit dans cette accession une mise en pratique de ce qu’il souhaite pour l’ensemble de sa famille.

Pourtant, cet appartement ne répond pas complètement à la finalité familiale. Très bien aménagé et refait à neuf très régulièrement, il est en effet trop petit pour recevoir l’ensemble de la famille. Hormis pour quelques repas de famille, ils viennent donc à tour de rôle mais sans y dormir au grand regret de la grand-mère. L’achat va permettre de considérer résolu le problème de la résidence principale et d’envisager la possibilité d’aider leur fille à acheter une maison, où éventuellement pourrait se réunir toute la famille, mais aussi un terrain à la campagne dans des buts similaires. Cette accession libère en quelque sorte des projets qui jusque là étaient mis en suspens, faute de pouvoir régler le statut d’occupation de la résidence principale.

b) Un territoire familial et un sens patrimonial affirmé

40Certains accédants sont venus de province pour chercher du travail en région parisienne et y sont restés. Coupés de leur famille d’origine, obligés de partir d’une région pour des raisons souvent économiques, voire d’un pays pour des raisons politiques, ils ont à cœur de s’enraciner à nouveau et de construire pour eux et leur descendance la reconnaissance partagée d’un territoire familial. L’accession vient confirmer un enracinement dont le lieu n’est devenu un véritable choix qu’au fil des années, l’éloignement étant parfois vécu comme un véritable exil. Dans cette perspective, l’accession est un élément particulièrement efficace dans la construction d’une identité familiale matérialisée dans un espace bien identifié.

Cet homme a fait sa carrière en changeant de région. Resté depuis chez le même employeur, il a gravi les échelons jusqu’à être promu « cadre-maison ». La question résidentielle n’a de sens que familial. Ainsi, quand les enfants étaient encore petits, a-t-il acheté un terrain à la campagne. « Ensuite, j’ai fait construire... Et j’ai vendu l’année passée... donc ça faisait quinze ans... mais c’était le but, jusqu’au temps où mes enfants ne viendraient plus... C’était normal que... on vendait et on achetait à la montagne. C’était le but et je crois que mon but est atteint dans ce qu’on s’est fixé ».

Le chalet de montagne n’est en aucun cas une future maison de retraite. S’éloigner des enfants est pour eux impensable, d’autant que c’est l’expérience de l’épouse avec ses propres parents dont elle était éloignée. C’est avant tout un endroit dont tous les membres de la famille profitent. La décision d’acheter l’appartement qu’ils louent depuis si longtemps va dans le même sens : rester auprès des enfants. « Parce qu’il y a un autre facteur qui joue. J’ai un fils qui a acheté au troisième, donc il y a déjà des petits-enfants et puis j’ai une fille qui est un peu plus loin... Il y a ça aussi, ça porte beaucoup ».

Cependant, l’appartement n’est que le support garantissant la cohésion familiale. Si attachement il y a, c’est à la famille qu’il va et l’appartement n’en est que le médiateur. « Si les enfants étaient partis de cette région, je crois que nous-mêmes on serait peut-être partis ».

Et de penser, maintenant que l’achat est fait, à « un petit quelque chose au bord de la mer, ça les enfants aimeraient bien... ».

41Ces accédants en plaçant leur épargne dans le logement ne cachent pas leur visée patrimoniale, laissant la question de la revente à la génération suivante. C’est aussi ce groupe qui a le souci constant de faire profiter les enfants de cette possibilité d’acheter. Comme dans le cas précédent où le père a donné son appui à son fils : « il était décidé mais je lui ai conseillé : achète parce que c’est intéressant », les parents vont chercher à persuader leurs enfants de suivre leur exemple, quitte à les aider dans leur achat.

c) Un double achat solidaire

Cette famille a économisé au fil des années de quoi acheter « quelque chose » pour la retraite. L’offre se présente comme l’occasion attendue. Les parents logeant encore les deux enfants plus jeunes, considèrent de leur devoir d’aider leur fille aînée à se loger. Ils s’enquièrent pour elle d’un studio qu’ils paient comptant pendant qu’ils empruntent la totalité de la somme pour acheter leur propre appartement. La jeune fille est stimulée par cet achat. « Je suis contente parce que ça me donne un bon départ. J’ai un travail mais je viens de reprendre mes études que j’avais un peu laissé tomber... ça me tranquillise de savoir que j’ai de quoi me loger... je paie un loyer à mes parents bien sûr mais c’est pas pareil... et puis je ne suis pas très loin comme ça... ». Il est encore trop tôt pour que le studio fasse l’objet d’une stratégie. Vécu plus comme une extension du foyer que comme un premier logement indépendant, il entre dans un dispositif d’aménagement familial dont la maîtrise revient aux parents. Leur propre accession se fait dans la continuité d’un projet familial profitant maintenant aux enfants et en différé comme patrimoine à transmettre.

42Ici, le rapport d’usage domine et minore la propriété en tant que statut d’occupation du logement. Devenir propriétaire est secondaire par rapport aux effets familiaux attendus dans l’immédiat. De toute façon, habiter en étant propriétaire ou locataire ne fait qu’une différence minime dans la vie quotidienne et dans le statut social de ces résidents de longue date qui entretenaient déjà avec leur logement un rapport de quasi-propriétaire. Les travaux sont sans doute un peu plus importants et les matériaux choisis de qualité supérieure mais la différence est ailleurs, dans la satisfaction légitime de voir une vie de travail récompensée et dont les bénéfices iront en leur temps aux enfants. Moins qu’une légitimité sociale liée au changement de statut d’occupation, c’est le sentiment du devoir accompli par rapport à la descendance qui valorise et donne sens à cette accession.

3. L’accession-sécurité : un rapport distant à l’accession

  • 8 Telle est la perception des habitants alors qu’ils savent bien que rien ne les obligera à partir s’ (...)

43Autant les « marchepied » sont rapides dans la prise de leur décision et deviennent ensuite des impatients de la revente, autant les « sécuritaire » agissent avec plus de réflexion et de prudence. C’est plus une assurance contre la crainte d’un déménagement jugé à terme inévitable dans le cas d’une réponse négative à l’offre8. L’offre imprévue traduit d’abord pour eux le rappel de la précarité (relative) attachée au statut de locataire. Ce groupe choisira l’accession d’abord par calcul, épargne obligée pour les plus jeunes et assurance résidentielle pour les plus âgés. Ces deux tranches d’âge sont en effet réunies dans une même logique : des jeunes célibataires engagés dans une vie professionnelle et n’ayant pas encore de vie conjugale, et des couples plus âgés dont les enfants ont quitté le foyer parental.

44Pour ces derniers, proches des accédants « placement » mais sans avoir leur aisance financière ni sociale, l’accession se présente comme la dernière chance d’améliorer une situation sociale fragile en s’assurant une indépendance résidentielle. Cette indépendance ne vaut pas tant pour eux-mêmes que pour préserver leurs enfants d’une charge éventuelle dans l’avenir. C’est donc plus la garantie d’indépendance envers leurs enfants que la constitution d’un patrimoine qui fait sens, même si l’aspect patrimonial n’est pas indifférent et donne une valeur supplémentaire à l’effort financier significatif qu’ils ont à faire pour devenir propriétaires de leur appartement. En ce sens ils sont proches du groupe « placement » et, comme lui, leur projet est de continuer à vivre dans l’appartement nouvellement acquis.

45Par contre, les jeunes célibataires sont à rapprocher des « marchepied » à la fois par la phase de vie dans laquelle ils se trouvent et par le rapport instrumental qu’ils entretiennent avec leur logement. Celui-ci représente aussi pour eux une « étape » mais vers un avenir pour lequel ils n’ont pas de projet bien défini. D’ailleurs, leur avenir résidentiel leur apparaît dépendre de leur avenir professionnel. L’achat de leur logement ne les fixe pas à cet endroit et ils pensent pouvoir à tout moment partir si l’orientation de leur vie les y pousse. Acheter quand le plan de financement est raisonnable leur semble préférable à devoir payer un loyer, à condition expresse que les montants ne grèvent pas leur budget ni ne les amènent à devoir modifier leur mode de vie. Cette exigence montre la place subordonnée que tient la question résidentielle dans leur vie. Acheter un logement dont les qualités sont pour eux seulement d’ordre fonctionnel leur permet paradoxalement de considérer l’accession comme un acte mineur non impliquant, contrairement à la représentation qu’ils en ont d’un acte engageant, stabilisant et nécessairement lié à une phase de vie dans laquelle ils ne sont pas encore. Parce que c’est une occasion, ils achètent un logement d’occasion. Ce faisant, ils se libèrent d’un souci, celui d’épargner pour se loger et s’accordent la maîtrise du moment où ils vendront, ce qui leur permet de se considérer (une fois calculées les échéances) libres de disposer de leur budget comme ils l’entendent. Ayant réglé cette question, ils peuvent songer à dépenser, sortir ou acheter ce qu’ils ne se permettaient pas jusque-là.

46Se définissant par l’absence de liens familiaux quotidiens, ces accédants, jeunes ou plus âgés, ont en commun d’avoir hérité d’une expérience résidentielle difficile, par déficit d’héritage et sentiment de ce déficit ou, au contraire, par l’omniprésence de la question résidentielle qui a structuré le micro-climat de ces familles.

47Ils voient dans l’expérience parentale vécue lorsqu’ils étaient enfants un contre-modèle à ne pas suivre. Autant les autres accédants se caractérisent par des liens intergénérationnels forts, autant ceux-ci sont marqués par une discontinuité dans leurs parcours intergénérationnels familiaux.

a) Des jeunes accédants...

48Ces jeunes sont les plus surpris par l’offre. Jusqu’ici, l’idée d’acheter un appartement ne les avait pas effleurés sérieusement, à cause surtout du lien étroit qu’ils établissent entre l’accession et l’engagement dans une vie familiale. C’est l’occasion d’un premier positionnement par rapport à l’héritage parental. Pour eux, cette primo-accession a peu d’effet sur la constitution de leur parcours social et ne perturbe guère la hiérarchie de leurs investissements.

49Le statut d’occupation du logement en tant que tel est moins important que d’autres aspects de la position résidentielle, comme ne pas s’éloigner du centre-ville, ne pas grever le budget, garder à tout moment la possibilité de bouger. Contrairement au groupe précédent qui envisage les sacrifices financiers comme une preuve morale de bonne conduite, ce groupe de jeunes célibataires considère l’accession valable dans la mesure où elle ne va rien changer, ni à leur mode de vie, ni à leur statut, ni à leurs priorités. Cette position est référée à des expériences éprouvées pendant l’enfance, comme pour cette infirmière dont les parents s’étaient fortement endettés pour acheter ce qui était à la fois leur moyen d’existence et leur lieu de vie.

La symétrie des générations dans ce cas est intéressante. D’une famille d’agriculteurs, depuis plusieurs générations sur la même terre, les parents de cette jeune femme se sont vus dans l’obligation d’acheter la propriété mise en vente par le propriétaire. Cette mise en vente avait mis brutalement en évidence le rapport de propriété d’usage que vivait la famille, habituée à cultiver cette terre depuis « toujours ». L’endettement, vécu comme une injustice, a pesé sur la vie familiale.

La jeune femme, peu motivée par l’accession, interprète l’offre qui lui est faite d’acheter son studio IILM dans des termes semblables. « Acheter un logement n’est pas le but de ma vie ». Pourtant, se sentant mise en demeure d’acheter, car, de son point de vue, l’offre souligne la précarité (pourtant ici relative) du statut de locataire, elle répondra positivement pour résoudre la question du logement et ne pas se trouver davantage prise au dépourvu, comme l’avaient été ses parents. Anticipant sur un désir d’accession qu’elle n’éprouve pas encore, elle devient propriétaire « malgré elle » pour se garantir le droit de continuer à vivre là.

50Dans plusieurs cas, des aspects de l’accession à la propriété des générations précédentes, tel un endettement lourd à supporter, ont produit un effet dissuasif qu’il se soit agi de l’acquisition d’un pavillon – comme en témoigne ce résumé lapidaire : « mes parents étaient de petits ouvriers qui ont fait construire et ont travaillé toute leur vie pour le payer. Voilà » – ou d’un processus d’autoconstruction d’une durée parfois très longue qui a handicapé la vie familiale, privant les enfants d’une présence parentale suffisamment disponible, comme pour ce jeune homme qui se souvient de longues fins de semaine à la campagne sur un chantier, celui de la maison que construisait le père :

Il y allait tout le temps pendant quatre ans, chaque week-end et les vacances... ma mère n’appréciait pas toujours...on ne parlait que de ça, il n’y avait pas d’autre sujet entre nous.

51Devenir propriétaire, par accession ou en bâtissant sa maison, avait mobilisé toute la famille au prix d’un appauvrissement des relations familiales dont les enfants devenus adultes se souviennent. S’ils envisageaient néanmoins l’accession, c’est parce que l’engagement requis leur semble minimal sur le plan financier comme sur le plan symbolique. Le logement HLM n’évoque pas pour eux la propriété avec sa lourde charge financière, symbolique et identitaire.

b)...et d’accédants plus âgés

52Ils inscrivent leur accession dans une logique de sécurité résidentielle et considèrent l’offre comme une chance qu’ils n’espéraient plus. Trop limités financièrement, ils n’avaient jamais pu prendre l’initiative d’une accession. Maintenant que leurs enfants ont quitté le foyer, ils peuvent consacrer une part significative de leur budget à l’achat d’un appartement. Mais c’est encore la famille qui les préoccupe. Devenir propriétaire de son logement est un acte d’autonomie par rapport aux générations précédentes qui ne l’étaient pas, mais surtout par rapport aux générations suivantes, le but étant de ne pas peser sur elles pour ne pas compromettre leurs chances de réussir. Acheter est à la fois pour eux une sécurité et un signe confirmant l’amélioration de leur propre situation. La recherche d’une autonomie et d’un équilibre entre les générations peut être ainsi dans les milieux modestes un enjeu qui n’a pas pour signification le repli égoïste du « chacun pour soi » mais celle de ne pas mettre en péril l’équilibre des autres. Compte tenu de l’existence de liens de solidarité, ce qui se transmet d’une génération à l’autre est un modèle d’autonomie. L’accession à la propriété permet de construire cette autonomie.

Ce couple d’ouvriers proches de la retraite a vu partir ses enfants là où ils pouvaient arriver à se loger. « On s’est dit... ce ne serait pas plus mal... Il faut tout le temps déménager quand on est locataire ou alors ils vont détruire, faire ci... ». Rester locataire, c’est encourir le risque d’aléas et surtout de déménager pour des causes que l’on ne maîtrise pas. Il faut donc stabiliser son cadre de vie avant que ce ne soit trop tard. « On a eu quelque problème avec les banques. C’était très juste pour emprunter avec des échéances raisonnables mais on y est arrivé ». L’accession est celle de la dernière chance. Elle donne rétrospectivement sens à une vie de travail comme une récompense inattendue. Elle donne aux liens familiaux une perspective temporelle en concrétisant une possible transmission jusque-là impensable. « Pour eux, peut-être ça sera un truc plus tard, pour leur appartenir, comme ils seront à trois ça sera à eux de se débrouiller ».

53On trouve ici un sens de la propriété faiblement exprimé et pourtant l’accession, qui se révèle un outil important dans la construction de la position sociale et familiale, constitue un relais très expressif des liens familiaux.

III – Un effet de « site », élément perturbateur des projets résidentiels

54Les significations résidentielles dont l’accession est une figure centrale sont indissociablement liées au familial, source de la valeur symbolique et identitaire conférée aux lieux que l’on habite. Les caractéristiques de l’habitat, du quartier, voire de la région, constitutifs de la valeur d’usage d’un logement et de sa valeur marchande, interviennent cependant. Des aspects positifs ou négatifs, plus ou moins sous-estimés au moment de la décision, peuvent, une fois l’accession faite, infléchir sinon réorienter les projets et par retour obliger à réviser le sens initialement donné à l’accession.

55L’examen de l’offre d’achat par les habitants n’est pas détaché du contexte spatial et de la façon dont ils le perçoivent à travers leurs propres expériences et aspirations. Si on retrouve les trois logiques dans les trois sites étudiés, leur poids dans chacun des sites varie, modulé par l’environnement et la place qu’occupent les immeubles mis en vente dans cet espace. L’accession ne met pas en jeu uniquement le statut d’occupation qu’elle permet, mais également un ensemble d’éléments qui prennent sens dans une position résidentielle. De ces configurations spatiales spécifiques dépend que l’image HLM attachée au logement ait un effet positif ou négatif sur le statut d’occupation en copropriété et sur le rapport à la gestion partagée de ces immeubles.

1. Des traits communs

56Si les sites mis en vente sont très différents, ils ont cependant un certain nombre de caractéristiques communes. Ce sont des petits immeubles en bon état, rénovés en prévision de la vente : un ravalement de façade, une réfection de toiture, ou encore une rénovation des entrées. Tous ont été équipés d’interphones aux portes d’entrée. Leur situation en bordure de cité donne de fait la possibilité aux habitants de « tourner le dos » aux autres immeubles, souvent de taille plus importante, et d’en ignorer le caractère social et collectif.

57L’ancienneté d’occupation de ces logements est variable mais beaucoup d’entre eux sont occupés par les mêmes personnes depuis leur construction. Par ailleurs, en provoquant des départs, la mise en vente a aussi provoqué des arrivées de candidats à l’accession plus jeunes, venus de l’extérieur.

2. Un inégal succès de la vente

58L’objectif annoncé de l’organisme était de vendre la totalité des immeubles et ainsi pouvoir quitter la nouvelle copropriété le plus rapidement possible. De ce point de vue, la réussite a été variable. Les opérations ont été plus longues que prévu et restent inachevées plusieurs années après leur mise en route.

59Dans deux sites sur trois, il reste des locataires en nombre tel que l’on puisse parler de mixité dans le statut d’occupation. Sur les 86 logements mis en vente aux Saules, 56 seulement ont trouvé preneur, en majorité leurs occupants, et sur les 54 logements des Chênes, 31 avaient été vendus au jour de l’enquête, plus souvent achetés par des accédants extérieurs.

60Les proportions respectives de locataires et d’accédants sont révélatrices de la structure socio-spatiale du site lui-même et de sa position au sein d’un environnement spécifique. Ce n’est pas par hasard qu’aux Palmiers où la vente a été la plus forte (il n’y reste que trois locataires), se trouve valorisée comme dans un village la proximité familiale dans le périmètre de la commune.

61Si l’effet « famille » tend à effacer les particularités de l’accession à la propriété en HLM, l’effet de « site » réaffirme sa spécificité. En fonction des particularités de chaque site, les accédants ont été amenés à faire des compromis entre ce qui leur était financièrement accessible et ce qu’ils auraient aimé acheter, dont les effets pèsent ensuite sur la vie quotidienne et modifient sensiblement les rapports au logement et à l’accession. Ces contraintes replacent les projets de départ parfois enthousiastes dans le cadre d’une réalité immobilière plus large. Aussi, selon que les accédants se réfèrent au parc social et à leur ancien loyer ou aux prix du marché immobilier privé, l’accession en HLM est jugée positivement ou négativement. Le sentiment d’une relégation résidentielle peut même apparaître : « de toute façon, on était dans un HLM, on ne peut qu’acheter un HLM ». L’accession place de fait les accédants sur un marché immobilier qui jusque-là ne leur était pas accessible. Elle sert de révélateur, autant pour ce qu’elle ouvre comme perspectives que pour ce qu’elle souligne comme limites. Les caractéristiques de site peuvent ainsi contrarier la dynamique des projets, entraînant parfois une insatisfaction ou une profonde déception. La caractéristique « sociale » du logement apparaît alors fortement constituant un élément central de l’expérience du nouveau statut, et se traduisant notamment dans le rapport à la copropriété.

3. Les Chênes : du provisoire à l’épreuve du temps

62Un des sites – Les Chênes – se compose de deux immeubles en long comprenant des appartements sur rue, avec balcons, et des appartements plein sud, avec vue dégagée pour les étages plus élevés. Faisant partie d’un ensemble d’immeubles collectifs, ils se fondent assez bien dans un quartier où l’habitat pavillonnaire domine. Des bus établissent la jonction avec plusieurs gares. Un grand centre commercial proche et des forêts avoisinantes constituent pour les habitants des références positives.

63Les appartements ont été mis en vente à un prix plus élevé que dans les deux autres sites. Pour que l’effort financier reste raisonnable, les accédants ont dû acheter des appartements plus petits que souhaités. Beaucoup d’entre eux sont restés dans l’appartement qu’ils occupaient, alors qu’ils désiraient une pièce supplémentaire.

64La décision prise à chaud est parfois difficile à vivre au quotidien par la suite. « Si c’était pour être moins bien logé, autant rester en location », regrette amèrement cette accédante déçue. Le moment du changement de statut résidentiel est aussi le moment du bilan des aspirations. Par exemple, la satisfaction d’être devenu propriétaire aux Chênes l’emporte largement sur d’autres considérations, malgré la frustration liée à la taille de l’appartement ou à son emplacement, comme pour cette famille qui, plutôt que d’attendre le cinq-pièces qu’elle souhaitait mais qui tardait à se libérer, s’était décidée à prendre un quatre-pièces, craignant de ne pouvoir acheter sur ce site.

65Le sacrifice de l’espace ainsi que l’effort financier sont supportables si se profile à l’horizon un début de réalisation des projets familiaux. Or, les prix plus élevés du marché immobilier local affaiblissent la valeur potentielle d’échange des appartements. L’alternative serait alors pour les accédants des Chênes de s’éloigner du centre pour réaliser un différentiel significatif entre le prix de revente et le prix d’achat. Mais cette solution entre en contradiction avec l’attachement au quartier.

Un couple avec un enfant qui avait déjà postulé pour la location d’un quatre-pièces quitte son trois-pièces pour un deux-pièces dont il devient propriétaire. « Logement transitoire », assure le mari, tandis que son épouse confie ses angoisses sur les incertitudes d’une seconde accession. Les projets qu’ils avaient s’effilochent devant les réalités d’un marché immobilier tendu : la dynamique « marchepied » est prise en défaut.

66La plupart de ces accédants qui ont décidé d’acheter pour rester dans la région sont pris à leur propre piège. « Assignés » en quelque sorte à résidence, ils sont conduits à valoriser leur appartement, qu’ils refont souvent entièrement après l’achat, ainsi qu’à s’attacher aux ressources qu’offre la région : verdure pour les familles, forêts pour les sportifs, proximité de la capitale (très présente comme référence résidentielle inaccessible), bonne tenue du quartier, etc. Une zone d’ombre subsiste pourtant : l’environnement immédiat des immeubles. Le grand ensemble dont les immeubles mis en vente faisaient partie est systématiquement ignoré, ainsi que les espaces communs qui sont rendus aussi invisibles que possible.

67Le fonctionnement difficile de la copropriété reflète pour partie ces tensions. Quasi inexistante, elle préoccupe pourtant tous les accédants qui voudraient y voir un outil de mise à distance du parc social. Tenus de rester sans doute plus longtemps qu’ils ne pensaient, ils supportent mal les reliquats de la gestion faite par un organisme à vocation sociale dont ils voudraient s’affranchir dans leur hâte à se débarrasser de l’image HLM de leur logement. À cet égard, ceux qui ne souhaitent pas vendre comme ceux qui l’envisagent dans un avenir proche ont la même attitude. Seuls les accédants qui s’inscrivent dans une logique patrimoniale affichent leurs certitudes sur la valeur marchande des logements, qu’ils jugent garantie par un emplacement immobilier enviable, et font du temps qui passe un allié. Moins pressés par des projets de mobilité résidentielle, ils vivent d’autant mieux leur accession qu ils ne craignent pas le risque d’une décote, et éprouvent positivement la valeur d’usage de leur appartement qu’ils comptent transmettre à leurs enfants, ce qui justifie leur accession et les sécurise.

Ainsi, un homme divorcé qui s’occupe de ses deux fils, a trouvé dans l’achat de son appartement le moyen de rester là où ses fils sont scolarisés, d’avoir un trajet raisonnable jusqu’à son travail, de profiter de la capitale mais aussi de conserver une maison dans sa ville natale où il espère un jour repartir. Ces aménagements de lieux différents, la fonctionnalité, non de l’appartement mais de l’endroit, permettent de faire un compromis positif avec l’espace restreint du trois-pièces. Des travaux astucieux mais assez importants ont permis de gagner des rangements sur les couloirs, de modifier la circulation dans les pièces, de faire une cuisine américaine « ouverte sur le living parce que je veux pouvoir préparer le dîner tout en surveillant les devoirs de mes enfants... ». Ces pratiques d’appropriation forte de l’appartement et l’aménagement fonctionnel qu’autorise cette accession effacent progressivement son caractère de logement ex-HLM.

Seule, l’épreuve du temps dira si ces compromis entre l’espace et le site ont été bénéfiques et profitables au regard des objectifs énoncés.

4. Les Saules : une pièce en plus

68Le site des Saules se compose de trois immeubles de taille inégale formant un U, avec balcons pour quelques appartements. Situés en bordure d’un très grand ensemble, les immeubles font cependant partie intégrante de l’espace de la cité HLM. Initialement en friche mais maintenant largement urbanisé, le quartier alterne les ensembles d’immeubles collectifs, de standing et de taille variables, avec des rues pavillonnaires. Une station de RER, située juste en face des immeubles mis en vente, est un élément particulièrement apprécié des habitants et valorisé par les accédants.

69Les Saules se situent dans un espace urbain diversifié socialement et économiquement. La comparaison des prix est en faveur des accédants qui remboursent des montants bancaires ne dépassant guère celui de leurs loyers, hormis les charges liées au nouveau statut. L’accession est donc perçue comme une bonne affaire dès lors que l’on mise sur une stabilité de la cote de ces immeubles. L’effet stratégique des projets familiaux sur le résidentiel joue ici pleinement, et les caractéristiques du site lui-même viennent renforcer ces projets plutôt que les contrarier, d’autant que l’attachement à l’endroit, à la commune, n’est pas très fort et que la région offre une grande diversité immobilière.

70Si les occupants de ces immeubles y résident depuis longtemps (pour certains depuis leur construction), ils y sont venus par le hasard des filières d’attribution et y sont restés par obligation. Contrairement aux Chênes où la fonction symbolique de « l’adresse » est un facteur d’adhésion identitaire à l’endroit, la valorisation des Saules se fait à travers des caractéristiques purement fonctionnelles : celles de l’appartement, puis celles des environs, et non pas à partir de la valeur ajoutée du quartier ou de la région. Beaucoup d’accédants ont ainsi profité de l’opération pour emménager dans un appartement plus grand, bien exposé, avec balcon, ou encore pour choisir un étage mieux adapté à leurs besoins : le surcoût restait abordable.

71L’appropriation intérieure des appartements, très variable, reflète les situations financières des accédants plus que la nature de leurs projets. Aux Saules, qu’ils soient « marchepied », « sécuritaire » ou « placement », certains vont opter pour une installation la meilleure possible, travaux à l’appui, tandis que d’autres vont au contraire faire le minimum.

72L’effet de site semble ici neutralisé. On ne pense ni le quitter hâtivement, ni s’y installer pour longtemps. Il permet d’attendre la réunion de conditions favorables à un projet résidentiel plus proche des aspirations : tel couple avec un enfant compte attendre ce qu’il faudra pour bénéficier à plein des possibilités bancaires et acheter une maison ; tel autre, proche de la retraite, entend bien alterner avec un studio acheté au soleil pendant les mois d’hiver.

73Si, comme partout, le voisinage peut poser des problèmes, la copropriété, peu investie, se développe dans une neutralité exempte de tensions mais sans grand pouvoir de gestion ou de décision, et sans être constituée en outil de revalorisation des immeubles. Devenir propriétaire est important dans les projets familiaux ou dans une perspective d’autonomie et de cohérence résidentielles, mais les résidants de longue date vivaient déjà leur statut de locataire comme celui d’une quasi-propriété d’usage. L’accession, ne venant que formaliser la cohérence entre occupation et statut, n’entraîne guère de changement visible sur les pratiques et les comportements des occupants. L’effet de mobilité sociale attendue de l’accession à la propriété est reporté soit sur d’autres résidences, soit sur les enfants.

74Au-delà des significations stratégiques dont elles sont l’objet, ces accessions sont marquées par le même rapport fonctionnel qui auparavant liait les locataires à leur logement : il s’agit avant tout d’une bonne affaire. Le relatif détachement par rapport au quartier donne un poids positif à ces aspects fonctionnels et limite paradoxalement les frustrations liées au report de projets résidentiels lorsque les conditions n’en sont pas réunies. Grâce à des appartements souvent spacieux, les accédants sont d’une manière générale moins pressés de passer à une autre phase résidentielle et moins pressés aussi de rompre avec l’image du logement social, ce qui peut les conduire à réorienter leurs projets.

Ce jeune couple avec deux jeunes enfants était venu de province pour trouver du travail. Ils ont eu un moment le projet de construire un pavillon à la campagne, ce qui ne s’est pas fait car trop onéreux. La jeune femme s’était félicitée de ce report, car, bien que désirant une maison, elle craignait l’éloignement de son lieu de travail. L’offre leur donne l’occasion de relancer leur projet de maison et de constituer un apport financier qui leur avait fait défaut. Ils choisissent de prendre un cinq-pièces pour être à l’aise. Les nouvelles conditions et les efforts d’aménagement qu’ils ont faits depuis orientent une nouvelle fois leurs projets. « Maintenant qu’on est installé, on commence à changer d’avis. On cherche plus à retourner en province, si professionnellement c’était possible. En attendant, on n’est pas trop mal ici, le temps que les enfants grandissent... ».

75C’est aux Saules que l’on trouve la plus grande solidarité familiale face à l’offre de vente. L’achat pour un des enfants d’un studio ou d’un deux-pièces, redoublant celui du propre appartement des parents, n’est pas rare ; ceux que nous avons rencontrés étaient tous destinés à des filles. Les accessions en copropriété familiale se sont établies entre un père et un fils, entre parents et enfants majeurs, entre oncle et nièce... On peut y voir un témoignage de la vitalité des solidarités familiales, mais c’est aussi que les ressources économiques mobilisables lors de l’accession étaient insuffisantes pour un seul ménage et nécessitaient une mobilisation plus large. À l’inverse d’autres cas analysés, où le familial s’appuyait sur le résidentiel pour mieux concrétiser l’existence de ses liens, c’est l’accession qui s’appuie ici sur le familial pour réussir.

Cet accédant marié avec deux enfants a pu se rendre propriétaire d’un grand cinq-pièces grâce à des facilités bancaires procurées par son employeur, mais aussi grâce à l’arrangement résidentiel auquel ses parents ont bien voulu se prêter. L’appartement acheté est en fait celui qu’occupaient ses parents. « Mes parents n’étaient pas intéressés au départ pour acheter l’appartement... Ils ont quelque chose dans le sud et comme ils sont tous les deux à la retraite ou presque, ils devaient aller passer six-huit mois dans le sud et puis rester quelques mois ici, et comme ils n’étaient plus que deux, c’était trop grand pour eux, ils voulaient prendre quelque chose en location plus petit. Il y a eu cette offre, donc ils ont pensé... en tous cas moi, je leur ai dit que j’étais intéressé ».

Les parents quant à eux voulaient louer un deux-pièces, mais ils ont finalement acheté sur les conseils de leur fils. « Ils n’y gagnaient pas beaucoup (à rester en location), je trouvais ça stupide de payer un truc toute l’année pour y être quatre ou cinq mois... je les ai un peu poussés à acheter. Ils ont acheté juste en dessous, c’est par hasard que ça s’est trouvé dans le même escalier ».

Ce n’était pas la première fois que le jeune homme bénéficiait d’un arrangement familial et faisait jouer la « ronde des logements ». Pour son premier logement, il avait en fait repris le bail de sa mère qui, remariée, partait vivre aux Saules ; puis il a trouvé à louer un deux-pièces, qu’il avait ensuite quitté pour louer aux Saules un quatre-pièces à la naissance du deuxième enfant, laissant à son cousin, divorcé, la location de son deux-pièces.

5. Les Palmiers : un territoire familial

76Le site des Palmiers se compose de trois petits immeubles de quatre étages situés en périphérie de la cité. Une allée dessert les entrées d’immeubles et débouche sur la rue et l’école primaire située juste en face. L’environnement immédiat est composé d’immeubles collectifs mais ce sont des quartiers pavillonnaires que les habitants traversent pour rejoindre la gare située à une dizaine de minutes à pied. Assez éloigné, le centre-ville, charmant, témoigne d’un passé ancien. Des collines boisées contribuent à donner à la commune un air de campagne.

77L’effet de site va dans le sens d’une atténuation des logiques identifiées car si l’on y retrouve bien les trois logiques d’accession, elles y sont modifiées par l’attachement marqué au territoire communal. Celui-ci ne repose pas sur la valeur ajoutée par la situation de la commune dans un espace particulièrement valorisé, comme pour les Chênes, et il ne s’agit pas non plus d’un attachement instrumentalisé aux logements comme pour les Saules. Il est étroitement lié à l’intégration familiale dans la commune ou la région immédiate. Beaucoup de ces occupants sont nés et ont grandi ici. Beaucoup ont de la famille installée dans la commune ou non loin. Et ceux qui sont venus par le hasard du 1 % patronal ont adopté la région comme « territoire familial ».

Ainsi, cet artisan commerçant est arrivé là parce que, émigré et sans endroit particulier où aller, il a pris la location qu’on lui proposait. Son histoire personnelle le poussait à trouver une nouvelle forme d’enracinement et à la transmettre à ses enfants. Il semble qu’il ait trouvé dans ce lieu des conditions suffisantes. Cette appropriation identitaire déjà effectuée symboliquement trouve dans l’accession à la propriété son expression concrète. Mais elle serait incomplète s’il n’aidait ses enfants à faire de même. En particulier, sa fille, mariée et mère d’un enfant, avait obtenu un logement dans la cité des Saules. Le fait que le même organisme gère les deux immeubles a facilité le retour du couple aux Palmiers où, aidé par les parents, il a acheté un trois-pièces.

78Même lorsque la logique « marchepied » structure de façon significative l’accession, la dimension valorisée reste avant tout l’intégration à un territoire familier parce que familial. Le sens donné à l’accession n’est pas ici seulement familial, dans une construction mutuelle avec le résidentiel, mais a aussi une forte dimension spatiale. Les projets résidentiels sont fortement dépendants de ce paramètre.

Pour cette jeune femme, l’accession prend un double sens. En instance de divorce, elle profite de l’occasion que représente l’offre pour quitter la location qu’elle partageait avec son mari et régler ainsi un point crucial de la séparation. Elle achète un petit trois-pièces, ses finances ne lui permettant pas davantage. Elle inscrit son accession dans un projet dynamique de revente ultérieure pour avoir un espace qui corresponde mieux à ses besoins (elle a deux enfants). Cependant, cette accession revêt aussi un sens symbolique fort. Tout en aménageant une circulation aisée des enfants entre leurs deux parents, elle replace la jeune femme vis-à-vis de sa propre famille parentale qui habite non loin de là dans un pavillon, dans une position autonome et valorisante, en prenant la forme d’une sorte de revanche vis-à-vis d’un père aux sentiments très réservés avec qui elle avait eu plus jeune des difficultés de communication. Partie très tôt de la maison, elle avait fait son chemin loin du regard paternel. L’accession fut pour elle l’occasion de lui montrer qu’elle savait saisir les occasions comme lui-même l’avait fait plus jeune. « j’ai bien senti que mon père me regardait autrement et il ne m’a jamais tant parlé que cette fois-là en discutant de projets de maison... ».

79Les caractéristiques familiales de l’environnement viennent ici redoubler la force des significations familiales de l’accession.

Ce jeune homme a eu un parcours perturbé professionnellement qui a beaucoup déçu sa famille, en particulier son père. Ce n’est que depuis quelques années qu’il a le sentiment de rétablir sa situation aidée par son épouse qui l’a poussé à reprendre des études. C’est alors que se présente l’offre de vente. Sa femme pensait que c’était une bonne occasion qu’il fallait saisir tandis que lui butait sur le fait qu’il s’agissait d’un logement HLM. Être locataire lui permettait de penser l’habitat en HLM comme transitoire, ce qu’acheter ne permettait pas. Il s’y est décidé après de longues hésitations et un véritable travail sur lui-même. Jusque-là, passif vis-à-vis de son cadre de vie, il décida d’assumer le choix ainsi fait. Certes, il pensait que ce serait un bon apport pour un « vrai » logement ultérieur, mais ce qui le motivait en premier lieu était de s’approprier cet espace, et en le faisant sien, de montrer à sa famille, à son père, qu’il maîtrisait sa vie. Saisie, l’occasion lui a donné l’opportunité d’affirmer une position identitaire familiale autant que sociale.

80Cette dimension d’enracinement, transversale aux logiques particulières, renvoie à l’histoire de chacun, mais a un impact sur la façon dont le site va être l’objet de pratiques d’appropriation collectives spécifiques. La petitesse des immeubles, la présence de verdure, d’arbres qui cachent le reste de la cité, sont des éléments qui atténuent pour les accédants des Palmiers le sentiment d’appartenir au parc social et à un grand ensemble. Cependant, la volonté de transformer l’image de la petite résidence et de la détacher de la cité émerge très vite dans les réunions de copropriétaires et la copropriété se trouve investie d’une mission de redéfinition sociale qui passe par des formes parfois contraignantes comme l’instauration d’un règlement intérieur, ce qui n’est pas sans rappeler la gestion institutionnelle et parfois autoritaire des organismes HLM. Paradoxalement, au lieu de s’en éloigner et de laisser la copropriété s’installer dans un espace plus neutre, ces façons de faire et de dire les règles de voisinage s’inspirent de cette gestion connue des accédants du temps où ils étaient locataires.

81Le statut de propriétaire est davantage valorisé pour ce qu’il autorise comme maîtrise sur l’environnement immédiat que pour la mobilité résidentielle qu’il pourrait permettre. Élément important dans la construction de leur identité sociale, l’accession à la propriété prend ici le sens d’un bénéfice immédiatement perçu.

82Les changements de statut d’occupation relèvent d’une problématique familiale et ne sont pas réductibles, ici pas plus qu’ailleurs, à des critères de choix faisant exclusivement appel à une rationalité de type économique. Cependant, les projets résidentiels singuliers développés à l’occasion de la mise en vente d’appartements sont hypothéqués par les caractéristiques des sites dont l’effet varie selon le type d’accession. Ainsi, le site des Palmiers favorise plutôt ceux qui ont un projet résidentiel de proximité familiale incluant les enfants, quitte à limiter l’inscription de futurs projets au seul périmètre communal. Le site des Chênes est traversé par une forte contradiction, plus vivement ressentie par les accédants « marchepied », entre le prix élevé de l’immobilier affaiblissant le potentiel d’échange des appartements et l’attachement au quartier. Quant aux Saules, la diversité des quartiers environnants offre aux différents projets résidentiels un horizon suffisamment élargi pour qu’ils puissent y trouver les conditions de leur réalisation. Moins stratégiques, les accédants « sécuritaire » qui ne demandent qu’à continuer à vivre dans leur appartement, sont aussi les moins sensibles aux caractéristiques des sites. De locataires, ils passent propriétaires sans que leur rapport au logement en soit changé.

83Le fonctionnement des nouvelles copropriétés traduit bien ces effets de site. La tension sur le marché immobilier des Chênes se reflète dans une copropriété où s’inscrivent les enjeux d’une dimension sociale constitutive de la position résidentielle. Les accédants, sachant qu’il leur sera difficile d’acheter dans le voisinage proche, reportent sur leurs immeubles à travers une copropriété très investie et conflictuelle une volonté visant à les démarquer de leur appartenance au parc social. Par contre, aux Saules, l’absence de cette dimension sociale du résidentiel rend moins problématique son fonctionnement, mais en fait une copropriété peu investie, visant à un statu quo. Enfin, l’aspect « village » des Palmiers produit une copropriété inégalement investie par les accédants, les uns cherchant une neutralité fonctionnelle réclamant un minimum d’investissement, et d’autres au contraire cherchant à former une communauté de voisinage se manifestant par un investissement propriétaire sur les immeubles comme sur l’espace environnant.

84C’est au croisement du familial et du local que s’élaborent les conditions de ressources pour la formation d’un projet résidentiel. L’accession en HLM est, de plus, fortement marquée par la rencontre d’une gestion collective et d’une expérience résidentielle singulière qui s’inscrit dans le temps. De ces résultats dépend que la qualification « sociale » du logement soit ou non re-travaillée par les accédants, acteurs à part entière dans les processus de requalification de l’espace résidentiel.

Notas

1 Le Logement, une affaire de famille, Bonvalet C. et Gotman A. (éds), Paris, L’Harmattan, 1993.

2 Gotman A. et Bertaux-Wiame I., L’Accession à la propriété dans le parc social. Enquête exploratoire, 1991 ; Deuxième enquête, 1994, 2 vol., Paris, Ipraus-Travail et Mobilités, Direction de la construction.

3 Cette clause qui touchait encore les accédants que nous avons rencontrés lors de cette enquête sera abrogée par la suite.

4 Voir à ce sujet dans ce même volume, Gotman A., « La vente HLM au risque de la crise ».

5 La position résidentielle recouvre divers éléments dont la valeur dépend de la configuration d’ensemble. C’est une position qui se construit dans la durée et qui peut évoluer selon les moments du parcours biographique. Selon les orientations, le statut d’occupation peut prendre une valeur essentielle au détriment par exemple de l’emplacement du lieu d’habitation, ou au contraire « l’adresse » sera un élément privilégié. Même dans les conditions relativement contraignantes de l’accession sociale, les accédants expriment les variations entre les divers éléments constitutifs de la position résidentielle.

6 Bourdieu P., « Un placement de père de famille », Arles de la recherche en sciences sociales, L’économie de la maison, no 81-82, mars 1990.

7 Bertaux-Wiame I., « Familial et résidentiel : un couple indissociable », Sociologie et sociétés, vol. XXVII, no 2, automne 1995, p. 163-175.

8 Telle est la perception des habitants alors qu’ils savent bien que rien ne les obligera à partir s’ils ne le souhaitent pas. Cependant, à travers cette crainte, s’exprime la conscience d’un changement d’environnement. Comment rester locataire dans ce qui va devenir une copropriété ?

Autor

Travail et Mobilités-CNRS – Université de Paris X Nanterre.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.