Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

1. Mobilités, réseaux familiaux, contextes d'habitat

Habitat et habitants : position et mobilité dans l’espace résidentiel

Jean-Pierre Lévy

Texto completo

1S’il est rare que le contexte dans lequel s’exercent les pratiques sociales ne soit pas pris en compte par les chercheurs, il est le plus souvent abordé comme une « contrainte » pour les pratiques des individus ou des groupes sociaux (Grafmeyer, 1994). Le point de vue inverse, celui qui consiste à voir dans les pratiques sociales des groupes ou des individus un des facteurs des évolutions du contexte, est plus rarement défendu dans les divers travaux. Le champ de la mobilité résidentielle ne fait pas exception à ce constat, et les tentatives de modélisation concernent soit les transformations des contextes socio-économiques sous les effets de la mobilité, soit les logiques résidentielles des individus replacées dans leur cycle de vie (Lelièvre et Lévy-Vroélant, 1992, Bonvalet, 1994). Peu de recherches portent sur les interactions entre ces deux types de modèle (Brun, 1993).

I – Un modèle de fonctionnement des espaces résidentiels

2L’étude des contextes de l’habitat permet d’envisager ces interactions. L’habitat se prête bien à cette approche, car c’est avant tout un élément physique localisé dans un espace géographique concret, qui participe donc à la construction de cet espace. Mais il est également soumis à une pratique sociale dans la mesure où il ne se conçoit pas sans une occupation. Il est donc possible de considérer le contexte de l’habitat comme physiquement construit par des types de logements et d’immeubles qui caractérisent morphologiquent l’espace géographique dans lequel ils sont localisés (le pays, la ville, le quartier, l’immeuble...). Mais les contextes de l’habitat sont aussi socialement construits par la distribution des ménages dans les logements et les immeubles, et cette distribution caractérise le statut social de chacun des logements qui composent le contexte.

1. Contexte de l’habitat et pratiques résidentielles : essai de définitions

3En abordant de la sorte le contexte de l’habitat, nous considérons implicitement que les habitants participent à sa construction. S’ils ont une position géographique dans le contexte, ils ont aussi une position sociale qui est évaluée d’une part grâce à leur propre perception de cette position, mais également, et par définition, par les positions des autres habitants dans le même contexte (Dubar, 1992).

4Le contexte de l’habitat peut donc se définir comme un système qualifiable socialement, localisé dans un espace géographique, et ceci indépendamment de l’échelle d’analyse. C’est un système dynamique dans la mesure où, compte tenu d’une part de la relativité de la position sociale des groupes ou des individus dans le contexte, et d’autre par de leurs changements de position, le système évolue de façon permanente dans le temps. Pour étudier sa complexité il est nécessaire d’introduire de nouvelles notions.

  • Les types résidentiels constituent les éléments qui composent le contexte de l’habitat. Un type résidentiel qualifie la position socio-démographique et socio-économique de l’individu ou du ménage dans le contexte, ainsi que les caractéristiques physiques de l’habitat qu’il occupe. Les types résidentiels sont donc définis comme étant des liaisons particulières entre des caractéristiques de parc et des caractéristiques de l’individu ou du ménage. Les caractéristiques du parc permettent de localiser le type résidentiel dans un espace géographique concret, les caractéristiques de l’individu ou du ménage permettent de situer la position sociale du type résidentiel dans un contexte de l’habitat localisé géographiquement.
  • L’espace résidentiel correspond en fait au contexte de l’habitat. Il est construit par les agencements des types résidentiels dans l’espace géographique et l’espace social que l’on étudie. C’est donc une notion sociologique car elle se définit à partir des distributions des ménages dans le parc et de leurs caractéristiques socio-démographiques et socio-économiques. Mais c’est aussi une composante de l’espace urbain qui doit explicitement se référer à un espace géographique concret (on parlera d’espace residentiel de telle ou telle ville, tel ou tel quartier, tel ou tel immeuble, etc.).
  • Les positions résidentielles correspondent aux positions des individus ou des groupes sociaux dans l’espace résidentiel. Elles sont déterminées par leur appartenance à tel ou tel type résidentiel. C’est cette notion qui permet de s’interroger sur les interactions entre les circuits résidentiels des ménages et les contextes sociaux dans lesquels ils sont réalisés.

2. Les conditions d’évolution de l’espace résidentiel

5Ces trois notions (type résidentiel, espace résidentiel et position résidentielle) sont utiles pour interpréter les relations entre la mobilité résidentielle et l’espace. Au-delà, elles permettent de préciser le contenu de termes fréquemment utilisés dans les recherches sur les dynamiques des pratiques résidentielles, termes qui demeurent flous quant à leur définition.

a) Le parcours résidentiel

6L’ensemble des positions résidentielles des individus ou des groupes sociaux durant leur « durée de vie » dans l’espace résidentiel constitue le parcours résidentiel. Les durées de vie dans chacune de ces positions constituent les séquences du parcours résidentiel.

7Les différentes positions des types résidentiels dans l’espace résidentiel sont déterminées à partir des caractéristiques de l’occupation des logements :

  • par le statut social du type résidentiel, qui est lui-même qualifié à partir des caractéristiques socio-démographiques et socioéconomiques des occupants. Il faut noter que ce statut sous-entend la production d’une hiérarchie sociale des types, ou, en d’autres termes, que les positions sont tout autant définies par l’occupation de chacun des logements que par l’ensemble des occupations (ne serait-ce que parce que la position d’un type se définit par rapport aux positions des autres types) ;
  • par les grandes étapes du cycle de vie familial ou professionnel des habitants de l’espace résidentiel. C’est en effet au cours de ces grandes étapes que se produisent les passages d’une séquence résidentielle à une autre (Bonvalet, 1994).

8Il peut donc y avoir différentes positions dans l’espace résidentiel pour des types résidentiels se situant au même niveau dans la hiérarchie sociale (s’ils ne sont pas mobilisés aux mêmes étapes du cycle de vie), ou des types résidentiels correspondant à la même étape du cycle de vie des ménages (s’ils n’ont pas le même statut social).

9En résumé, l’espace résidentiel s’interprète à partir d’une hiérarchie sociale des types résidentiels qui le composent, et de la mobilisation du type résidentiel aux grandes étapes du cycle de vie de ses habitants. Le croisement de ces deux informations permet de localiser les types résidentiels dans l’espace résidentiel. Enfin, les différentes appartenances des individus ou des ménages à un type résidentiel au cours de leur passage dans l’espace résidentiel constituent le parcours résidentiel des habitants dans cet espace.

b) L’itinéraire ou la trajectoire résidentielle

10L’itinéraire (ou la trajectoire) résidentiel est déterminé par les différentes positions des types résidentiels occupés par les ménages au cours de leur durée de vie dans l’espace résidentiel. Trois cas de figure sont envisageables.

  • La trajectoire résidentielle descendante caractérise un parcours dans lequel les types résidentiels qui se succèdent dans les séquences résidentielles des ménages ont une position de moins en moins élevée dans la hiérarchie sociale des types.
  • La trajectoire résidentielle neutre caractérise un parcours dans lequel les types résidentiels qui se succèdent dans les séquences résidentielles des ménages ont la même position dans la hiérarchie sociale des types. Cette trajectoire relève donc uniquement des grandes phases du cycle de vie des ménages.

11On voit bien que ce sont les différentes positions des types résidentiels occupés dans le parcours du ménage qui permettent de marquer et ainsi de qualifier la trajectoire résidentielle. Ces différentes trajectoires peuvent être provoquées par une mobilité active des ménages. Dans ce cas il y a un changement physique de logement, et la qualification de la trajectoire nécessite de connaître la position du type résidentiel quitté par le ménage et la position du type résidentiel nouvellement occupé.

  • 1 On utilise les termes actif et passif en référence à la terminologie employée par les anglophones (...)

12Mais la trajectoire peut très bien se produire sans changement de logement, lors d’une mobilité passive1 du ménage. Dans ce cas de figure il se produit un changement de position du type résidentiel dans l’espace résidentiel alors que le ménage est stable dans son logement. L’introduction d’un type nouveau dans l’espace résidentiel, des éléments exogènes à l’espace (comme le lancement d’une importante opération urbaine), ou tout autre facteur susceptible de modifier les agencements des types résidentiels entre eux, c’est-à-dire leur position relative dans la hiérarchie sociale, peut entraîner la mise en œuvre d’une mobilité passive. C’est par exemple ce qui s’est produit pour les ménages stabilisés dans les grandes cités d’habitat social qui se sont déqualifiées. L’arrivée de ménages de plus en plus pauvres a modifié le statut social de ces types de logements dans la hiérarchie sociale de la ville et entraîné de facto la réalisation d’une trajectoire résidentielle descendante pour les ménages qui y étaient stabilisés.

13En toute logique, le type résidentiel étant défini par la relation entre des caractéristiques physiques du parc immobilier et des caractéristiques socio-économiques et socio-démographiques de l’occupation, un changement de statut du ménage, une étape importante du cycle de vie, provoquent de fait un mécanisme d’ajustement dans l’espace résidentiel par une mobilité active (qui peut correspondre soit à une progression soit à une régression dans la trajectoire, c’est-à-dire à une exclusion du ménage « non conforme » à la position du type dans l’espace résidentiel).

14Mais la nature du marché immobilier, la déficience d’une offre d’un type résidentiel précis par exemple, peut aussi provoquer des changements dans la structure de l’espace résidentiel par une modification des trajectoires de tel ou tel groupe social. On peut ainsi envisager que le contexte économique, la baisse de la construction par exemple, entraîne de plus fortes stabilités des ménages dans tel ou tel type. Étant donné que la position du type résidentiel se définit également par les principales périodes du cycle de vie des ménages, on assiste alors à une progression « horizontale » du type dans l’espace résidentiel, et c’est l’ensemble du système qui peut ainsi évoluer.

15Un fonctionnement stable du système implique donc une mobilité active des habitants dans l’espace résidentiel, c’est-à-dire une sortie des habitants qui ont changé de statut et une entrée de ménages conformes au statut du type. S’il n’en est pas ainsi, cela signifie que les relations entre les caractéristiques physiques du parc et les caractéristiques socio-économiques ou démographiques des occupants changent : en d’autres termes, que la structure du système résidentiel évolue.

16Ces changements de position peuvent aussi provenir des caractéritiques physiques de l’habitat, indépendamment de son occupation. Du point de vue des caractéristiques du parc, tout type résidentiel est identifié par des critères stables qui ne peuvent être modifiés : c’est le cas de la date de construction de l’immeuble, du type d’immeuble, voire de son secteur de financement (public ou privé). Mais d’autres critères peuvent évoluer, il s’agit d’éléments plus instables qui caractérisent surtout le logement occupé : le statut d’occupation, le nombre de pièces ou les caractéristiques de confort par exemple. Les acteurs de l’habitat (les collectivités locales, les occupants, les promoteurs, etc.) peuvent être amenés à modifier un de ces derniers critères (par une mise au norme de confort, une réduction du nombre de pièces, ou un changement du statut d’occupation).

17Un changement dans les caractéristiques physiques du logement entraîne de facto une évolution de l’habitat : dans ce cas le logement est le même, mais après modification de l’un de ces critères il ne s’agit plus du même type résidentiel. Autrement dit, il se produit un ajustement des caractéristiques du logement afin de modifier les caractéristiques d’occupation. Généralement ce sont les lois du marché immobilier qui dynamisent ces processus, en aboutissant à transformer des petits trois pièces en grands deux pièces, en transférant du parc locatif vers l’accession à la propriété, en améliorant le standing des immeubles, etc. Au cours de leur existence, les logements peuvent donc appartenir à plusieurs types résidentiels.

18Les positions des types résidentiels dans l’espace résidentiel permettent donc de déterminer une trajectoire résidentielle correspondant à la direction du parcours résidentiel. Celle-ci concerne autant les logements que les occupants. Cette trajectoire est mise en œuvre dès lors que le logement ou le ménage modifie sa position dans l’espace résidentiel. Les ménages peuvent donc réaliser un parcours résidentiel autant en changeant de logement (mobilité active) qu’en se stabilisant dans leur logement (mobilité passive).

c) Le cursus résidentiel

19Le cursus résidentiel correspond au parcours résidentiel idéaltype défini par la structure de l’espace résidentiel. Il qualifie la direction du parcours qui permet à la fois d’évoluer dans le cycle de vie et d’améliorer la position résidentielle du ménage.

20Il faut rappeler que l’espace résidentiel est construit par l’agencement des types résidentiels et que cet agencement est spécifique à chacun des espaces géographiques étudiés. Il en résulte que la direction du cursus résidentiel est identique quel que soit l’espace résidentiel (afin de marquer la double progression dans la hiérarchie sociale et dans le cycle de vie des habitants, elle est ici symbolisée par une flèche faisant un angle de 45 degrés avec l’abscisse et l’ordonnée de l’espace résidentiel), mais que les types résidentiels mobilisés dans le cursus changent avec l’espace résidentiel. En d’autres termes, si selon les espaces résidentiels les cursus résidentiels ont toujours la même orientation, il ne s’agit pas pour autant des mêmes cursus résidentiels. Comme les précédentes, cette notion est donc sensible aux effets de contexte.

21Ce modèle accorde donc une grande attention aux effets de contexte pour interpréter les dynamiques des pratiques résidentielles. C’est bien la connaissance de la structure spécifique de l’espace résidentiel étudié qui aboutit à marquer la direction des parcours résidentiels. Mais dans le même temps, ces parcours sont toujours susceptibles de faire évoluer la structure de l’espace résidentiel en modifiant les agencements des types résidentiels. C’est donc à partir de la connaissance des interactions entre les parcours et les espaces résidentiels que le modèle permet de donner un sens à la fois à chacun des parcours et aux évolutions de l’ensemble du contexte de l’habitat, et ceci quels que soient l’échelle d’analyse, le site et la période étudiée.

II – Un exemple d’application : l’espace résidentiel français (1973-1988)

22Dans quelles mesures ce modèle permet-il de mieux comprendre les évolutions des espaces résidentiels ? Plutôt qu’une discussion sur ce sujet, il est préférable de développer un exemple d’application en s’appuyant sur les notions présentées plus haut. La seconde partie de cette communication présente une application de ce modèle aux évolutions de l’espace résidentiel français entre 1973 et 1988.

1. La construction de l’espace résidentiel français

23Avant toute chose, si l’on désire étudier l’espace résidentiel à l’échelle nationale, il faut définir quels sont les types résidentiels français. Comme nous l’avons vu, cette notion renvoie à la fois à des variables qui identifient le logement, l’immeuble et les occupants. Il faut donc disposer de sources à l’échelle nationale qui permettent de composer ces types, et qui contiennent des informations précises sur les caractéristiques du parc et ses transformations, sur les caractéristiques des ménages et leur mobilité. Il faut aussi que ces sources soient composées d’enquêtes compatibles, réalisées à période régulière, pour permettre une étude des évolutions de la relation des habitats et des habitants.

a) Méthode de construction des types résidentiels

24En fait, en France et à l’échelle nationale seuls des traitements secondaires des enquêtes logement de l’INSEE permettent de réaliser un tel travail à quatre dates : 1973, 1978, 1984 et 1988. L’enquête logement de l’INSEE offre la possibilité de réaliser un grand nombre de traitements secondaires car plus de 50 000 ménages ont été enquêtés en 1973, et 35 600 en 1988. Nous pouvons alors étudier les évolutions de l’occupation de 1973 – en pleine croissance urbaine –, à 1988 – en pleine crise économique.

25Pour construire les types résidentiels nous avons élaboré une méthode en trois étapes. Cette méthode s’appuie exclusivement sur les enquête logements de l’INSEE réalisées en 1984 et 1988.

26La première étape a consisté à construire une typologie exhaustive du parc de logements français. Nous nous sommes appuyés sur les variables les plus couramment utilisées pour définir à la fois le logement (secteur d’occupation, nombre de pièces et confort) et l’immeuble (type, secteur de financement et date de construction). Nous n’avons travaillé que sur les logements ordinaires au sens de l’INSEE. Nous avons ensuite croisé l’ensemble de ces variables. Nous obtenons alors cent quatre-vingts types d’habitat potentiels. Tous les types ne peuvent cependant être étudiés : certains n’existent pas, d’autres existent mais n’offrent pas une base de représentation suffisante dans l’enquête logement pour être réellement étudiés. Après avoir éliminé les types inexistants et effectué les regroupements nous obtenons cinquante-six types d’habitat (voir annexe).

27La seconde étape a consisté à caractériser l’occupation de chacun de ces cinquante-six types. Nous avons associé une approche basée sur les caractéristiques sociales des occupants (âge de la personne de référence, sa CSP, sa nationalité, son statut d’actif ou de chômeur, et le nombre de personnes du ménage), avec une autre approche basée sur des caractéristiques économiques (quartiles de revenus annuels par unité de consommation, charge financière nette du logement et CSP de la personne de référence).

28Nous avons ensuite caractérisé l’occupation de chacun des types d’habitat en 1988 à partir de ces variables (en proportion de la population occupante) et nous avons élaboré une typologie de l’occupation « sociale » en 1988, et une typologie économique de l’occupation à la même date. Chacune de ces typologies a été créée par la méthode de la classification hiérarchique ascendante.

29La troisième étape a consisté à croiser ces deux classifications. Ce regroupement s’est effectué de manière empirique, en rapprochant les classes ayant les significations les plus proches. Au total nous aboutissons ainsi à quatorze types résidentiels.

b) Interprétation des types résidentiels français

30Pour comprendre comment s’organise la distribution des ménages dans le parc selon leurs caractéristiques sociales, nous avons créé un indice qui permet de distinguer les types résidentiels selon qu’ils sont occupés soit par la frange sociale supérieure de la population française, soit par les ménages les plus fragilisés. Cet indice rapporte la proportion de personnes de référence exerçant une profession supérieure ou une profession intermédiaire à la proportion de personnes de référence étrangères à laquelle a été cumulée la proportion de chômeurs au sein des personnes de référence actives. L’indice ainsi obtenu est ensuite pondéré par sa valeur à l’échelle nationale. Il est donc d’autant plus fort que le rapport des catégories supérieures et intermédiaires sur les catégories fragilisées est, en comparaison de sa valeur au sein de la population française, en faveur des premières. Plus il est proche d’une valeur nulle, plus la répartition des occupants des types d’habitat est en faveur des catégories fragilisées. Enfin un indice proche de l’unité indique que le rapport des deux groupes est proche de sa valeur nationale.

31Nous avons ensuite complété cette vision par un indice économique de l’occupation des quatorze types résidentiels. Nous nous sommes appuyés sur les quartiles de revenus annuels par unité de consommation (UC) des ménages. Nous avons rapporté la proportion de ménages ayant des revenus par UC supérieurs ou égaux au dernier quartile à celle ayant des revenus inférieurs ou égaux au premier quartile. Comme, par définition, dans la population des ménages français chaque quartile représente le quart des ménages, il n’est pas utile de pondérer l’indice obtenu par celui de la population des ménages français (qui est égale à un). Comme précédemment, plus l’indice est supérieur à un, plus le rapport des occupants aux revenus élevés sur ceux ayant des bas revenus est favorable aux premiers, plus l’indice est proche de zéro plus le rapport est favorable aux seconds. Un indice proche de l’unité indique que les deux populations sont équitablement représentées au sein des occupants du type résidentiel.

  • 2 On trouvera en annexe la composition exacte de ces quatorze types résidentiels.

32Les courbes ci-après reprennent les indices économiques et sociaux et présentent un nouvel indice nommé « socio-économique », défini comme étant la moyenne de l’indice social et de l’indice économique. La comparaison des trois courbes montre futilité de l’indice socio-économique pour comprendre comment se structure l’occupation des quatorze types résidentiels français2.

33L’indice socio-économique nous permet de distinguer cinq principaux groupes d’habitat.

34Le premier représente l’habitat dévalorisé économiquement et socialement, c’est-à-dire les types qui concentrent les ménages fragilisés aux bas revenus et filtrent les catégories les plus aisées. Nous y trouvons l’ensemble du parc inconfortable et le parc locatif social.

35Le second groupe est constitué du parc intermédiaire, l’indice étant proche de l’unité. Pour ces types il n’y a pas forcément de correspondance entre la hiérarchie basée sur les revenus des ménages et celle basée sur des critères sociaux. Le parc individuel occupé à titre gratuit est habité par des ménages ayant des bas revenus, mais il filtre les ménages les plus fragilisés socialement. Les studios en location se situent dans une véritable position intermédiaire dans la mesure où l’indice social et l’indice économique ont tous les deux des valeurs proches de la moyenne française. C’est donc le groupe qui, à l’échelle nationale, apparaît être le plus ouvert du point de vue de l’occupation des types.

36Le troisième groupe est également dans une position intermédiaire mais avec une tendance nette à la valorisation. Nous y trouvons le parc locatif privé (l’habitat collectif ayant un indice socio-économique supérieur à celui de l’habitat individuel), et l’habitat collectif occupé à titre gratuit. Dans ce groupe les deux indices sont toujours supérieurs à l’unité, mais parfois c’est plutôt le filtrage des ménages fragilisés qui tire l’habitat vers le haut (individuel en location privée et habitat collectif occupé à titre gratuit), d’autres fois ce sont plutôt les revenus des ménages, les plus fragilisés étant davantage présents (collectif en location privée de deux à quatre pièces).

37Le quatrième groupe est en moyenne valorisé car l’indice socio-économique est élevé, mais il s’agit d’une valorisation sociale plus qu’économique. C’est en fait « l’habitat ouvrier valorisé » constitué du parc individuel en accession à la propriété aidée et non aidée, qui filtre étrangers et chômeurs sans pour autant attirer des ménages à hauts revenus.

38Enfin, le dernier groupe est composé de logements occupés par des ménages à hauts revenus tout en étant très filtrant pour les ménages fragilisés. Nous y trouvons le parc collectif en accession à la propriété non aidée, dont les grands logements sont davantage valorisés que les petits, mais aussi les grands logements du parc locatif privé, les grands logements des maisons neuves en accession à la propriété et le parc collectif aidé en accession à la propriété, tous regroupés dans un même ensemble (hétérogène 5 pièces).

39Cette vision globale du parc de logements français synthétise l’ensemble des processus socio-économiques en œuvre dans l’occupation du parc immobilier français. Elle permet de voir la prime aux grands logements, au parc collectif et à l’accession à la propriété dans le processus de valorisation socio-économique ; la décote du parc inconfortable, l’inscription du parc locatif social dans un processus de dévalorisation apparaissent aussi nettement. C’est l’ensemble de ces mécanismes qui produit la hiérarchie que nous venons de présenter. Mais cette hiérarchie n’explique pas à elle seule les relations liant les caractéristiques des habitants à celles du parc immobilier. Au-delà des effets des revenus des ménages et de leur caractéristiques sociales, la taille des ménages et l’âge des personnes de référence agissent aussi.

Age moyen et taille moyenne des occupants des types résidentiels français en 1988

40Sur ce graphique nous avons croisé l’âge moyen des personnes de référence avec la taille moyenne des ménages occupants les quatorze types résidentiels en 1988. Nous avons utilisé la taille moyenne des ménages français et l’âge moyen des personnes de référence comme base de comparaison. En termes de parcours résidentiel, le fait que l’habitat soit occupé par des jeunes isolés ou des jeunes couples signifie qu’il est surtout mobilisé pour la phase de décohabitation du parcours résidentiel (les studios en location privée ou les logements occupés à titre gratuit dans des immeubles collectifs par exemple). Si nous y trouvons nombre de familles jeunes (comme dans le parc en accession aidée) ou plus âgées (les logements de cinq pièces et plus en accession privée dans des immeubles collectifs par exemple), cela montre que les occupants sont dans les séquences intermédiaires de ce parcours. Enfin, le fait qu’il soit occupé surtout par des couples ou des isolés âgés (l’ensemble des logements inconfortables entre autres) montre qu’il est mobilisé pour la dernière étape du parcours résidentiel, les occupants se stabilisant y compris après la décohabitation des enfants. Globalement les types résidentiels sont très spécifiques à chacune des séquences du parcours résidentiel. Mais nous pouvons également constater que certains types, comme l’habitat social, peuvent être mobilisés à plusieurs séquences de ce parcours : dans ce cas ce n’est pas tant « l’axe parcours résidentiel » qui spécifie la position du type dans l’espace résidentiel que sa place dans la hiérarchie socio-économique des types.

c) L’espace résidentiel français

41Ce qui précède permet de situer chacun des types résidentiels en tenant compte de sa place dans le parcours résidentiel des ménages et de son niveau de valorisation socio-économique. Le schéma ci-après présente les différentes positions des types dans l’espace résidentiel français en 1988.

L’espace résidentiel français en 1988

  • 3 L’étude de l’âge moyen des personnes de référence et de la taille moyenne des ménages a été complé (...)

42En abscisse nous avons les principales séquences du parcours résidentiel (décohabitation, deux séquences intermédiaires et fin de parcours) identifiées à partir de l’âge et de la taille des ménages3.

43En ordonnée nous avons l’échelle socio-économique des types d’habitat. Elle indique les caractéristiques sociales des occupants el leur niveau de revenus. L’habitat dévalorisé loge les ménages fragilisés à faibles revenus. L’habitat intermédiaire est un parc peu sélectif occupé par des ménages de toutes caractéristiques et de tous revenus. Le parc valorisé socialement est très sélectif du point de vue des caractéristiques sociales des habitants, dans la mesure ou il exclut les ménages fragilisés, pour autant il n’attire pas les ménages ayant des hauts revenus. Le parc valorisé économiquement et socialement filtre les ménages fragilisés et attire les ménages ayant des revenus élevés.

44Si ce tableau présente une vision stable des positions à un moment donné, il n’en demeure pas moins que ménages et logements évoluent en permanence dans l’espace résidentiel.

45Comme nous l’avons vu, le changement de position de l’habitat dans l’espace résidentiel peut provenir d’une évolution dans les caractéristiques des logements. Une modification du nombre de pièces, un transfert de statut, une réhabilitation changent la nature de la relation avec les caractéristiques des ménages. Tout habitat peut être soumis à ces changements. Le schéma montre que seul le parc social en location a une position résidentielle stable (excepté dans le cas d’une vente) : les modifications de la taille des logements seront sans effet, car tous les logements ont le même statut socio-économique. Ainsi, sous les contraintes de ces mutations tout immeuble peut évoluer vers la valorisation ou la dévalorisation, et peut s’adresser à des ménages situés à différentes étapes des parcours résidentiels, sans pour autant remettre en cause la structure de l’espace résidentiel français.

46De son côté, parce qu’il réalise un parcours résidentiel, le ménage est lui-même soumis à ces repositionnements. Le tableau permet ainsi d’envisager les types mobilisables selon la nature de ce parcours (ascendant, descendant ou neutre).

47Le cursus résidentiel théorique, celui qui associe une mobilité résidentielle à la fois à une période du cycle de vie et à une amélioration du statut résidentiel est représenté par une flèche transversale sur le schéma. La position des types résidentiels sur le tableau permet de visualiser des résultats maintenant bien connus, à savoir que ce cursus part du parc locatif pour se diriger vers le parc en accession à la propriété, tandis que la taille des logements augmente au fur et à mesure des déménagements. Mais le graphique ajoute une donnée supplémentaire en indiquant le choix des possibles en fonction de la position résidentielle de départ et de la position espérée d’arrivée. En fonction de ses revenus et de l’offre disponible, en fonction de sa position résidentielle au moment du choix, le ménage devra se déterminer. Nous pouvons faire l’hypothèse que si le ménage en a les moyens, le choix sera celui qui permettra de s’approcher de la direction du cursus résidentiel. Mais le ménage peut également réaliser des trajectoires neutres ou descendantes, il peut également changer de position du seul fait d’une mobilité sociale indépendamment d’événements survenant dans son cycle de vie (trajectoire verticale sur le tableau). Nous voyons alors que, dans la mesure où elle dépend aussi du statut socio-économique de l’habitat, la direction du parcours résidentiel est plus complexe qu’un simple mouvement basé sur le statut d’occupation et la taille des logements aux différentes périodes du cycle de vie du ménage. Mais dans le même temps la position des types résidentiels dans l’espace résidentiel permet de qualifier n’importe quelle séquence du parcours, et ceci indépendamment de sa direction.

48Il est ainsi significatif que seuls les types résidentiels dévalorisés permettent d’assurer un parcours résidentiel complet sans changer de position dans la hiérarchie socio-économique de l’espace résidentiel : en d’autres termes ce sont les seuls types qui permettent aux ménages d’effectuer une trajectoire résidentielle neutre dans l’ensemble des séquences du parcours. L’habitat intermédiaire ne peut être mobilisé que dans les premières séquences du parcours résidentiel et l’habitat valorisé n’est pas accessible aux décohabitants. Cela laisse supposer l’existence de circuits de mobilité très cloisonnés entre les types dévalorisés, dans lesquels les ménages connaissent une faible mobilité sociale, et les autres types dans lesquels les ménages évoluent en fonction de leur logique résidentielle et de leurs mutations sociales et économiques.

49Ce qui précède montre bien que, contrairement à une idée reçue, c’est de la mobilité du parc et des ménages que dépend la stabilité du fonctionnement du système résidentiel. Si les ménages ne changeaient pas de logements, cela voudrait dire que la position du type résidentiel évolue avec le vieillissement du ménage. Si l’on ne construisait pas de logements pour renouveler le parc, si les mobilités étaient réduites nous n’assisterions qu’à un processus de sédimentation qui ne peut aboutir à une position stable du type dans l’espace résidentiel.

50Pour vérifier la validité de ce fonctionnement et sa stabilité il est donc nécessaire d’étudier la circulation résidentielle des ménages et son évolution.

2. Validité du modèle et effets de structure

51Vérifier la validité du modèle de fonctionnement de l’espace résidentiel national revient en fait à situer la position des types résidentiels les uns par rapport aux autres dans le parcours résidentiel des ménages. À quel moment de ce parcours tel ou tel habitat est-il mobilisé par le ménage et cette mobilisation a-t-elle une signification sociale, économique et démographique ? Derrière cette question se profile celle de la polarisation des types résidentiels. En fait il s’agit de mesurer les effets d’attraction de chacun des types sur les autres, et de voir si cette attraction varie selon les groupes de ménages et les périodes.

52Mais, pour parvenir à de telles mesures, nous devons considérer que tous les types résidentiels n’ont pas, dans l’absolu, la même probabilité d’attraction. En premier lieu, l’histoire de l’habitat français a façonné la structure du parc, et le nombre de logements composant chacun des types est très variable. En second lieu, nous savons que les mobilités des ménages sont aussi très variables selon les types : certains parcs stabilisent plus que d’autres leurs occupants (Lévy, 1993). En troisième lieu, les développements récents de la construction touchent inégalement les différents types. Il est évident qu’un parc composé d’un nombre très important de logements, qui s’est développé de façon massive durant la période récente, et dans lequel les ménages sont peu stables offrira un nombre supérieur de logements disponibles sur le marché qu’un parc ayant peu de logements, qui ne se développe pas et dans lequel les ménages sont stables.

53Pour qu’il y ait attraction, il faut bien sûr qu’il y ait une offre disponible. Mais ce n’est pas l’importance de cette dernière qui permet de mesurer l’attraction. La polarisation n’existe que lorsque les ménages se dirigent préférentiellement dans un type plutôt que dans un autre. Cette notion de préférence implique qu’ils aillent dans un type en nombre supérieur à la probabilité « brute » d’attractivité, c’est-à-dire à ce que suggère a priori la répartition du volume d’offre sur le marché. Ainsi, il faut donc considérer que ce n’est pas le volume d’offre disponible dans tel ou tel parc, que ce n’est pas l’intensité effective des flux de ménages qui mesurent le niveau d’attraction, ou de polarisation, mais le rapport entre le volume d’offre disponible et l’intensité effective des flux des ménages.

54Ceci précisé, il faut aussi évaluer le niveau d’offre sur le marché. Ce dernier ne correspond pas à la masse de logements présents à un instant, mais à l’offre produite par la création de logements cumulée à celle issue des libérations de logements. Ainsi, nous pouvons considérer que, durant une période donnée, les entrées dans le parc sont un bon indicateur de ce volume. Quant à l’intensité des flux des ménages, elle peut être mesurée par les sorties d’un parc vers un autre, et par l’entrée des décohabitants. La localisation des entrées et des sorties nous permet ainsi de mesurer l’intensité de l’attraction de chacun des types résidentiels sur l’ensemble des autres types.

  • 4 Cet indice sous-évalue le volume d’offre total dans la mesure où il ne tient pas compte des logeme (...)

55Le schéma qui suit présente les indices d’attraction entre 1984 et 1988. Cet indice est calculé en rapportant la proportion des flux de sorties localisés de chacun des types (8 % des ménages sortant du parc de grands logements hétérogènes se sont dirigés vers l’habitat collectif en accession à la propriété, 16 % vers le parc locatif privé, etc.), sur la proportion de logements qui est offerte par chacun des types sur le marché global. Cette proportion est évaluée à partir de la répartition des entrées (par exemple, entre 1984 et 1988, le parc social a concentré 24 % des entrées totales, le parc collectif en accession à la propriété 8 % des entrées totales, etc.)4 Plus l’indice mesurant l’intensité des flux de sorties du type a vers le type b est supérieur à l’unité, plus le type b polarise les sorties du type a, plus il est proche de zéro et plus le type b est répulsif pour les habitants du type a. Un indice proche de un indique une attractivion normale du type b sur le type a par rapport à l’offre présente sur la période.

Flux entre les types résidentiels et caractéristiques socio-économiques des ménages mobiles entre 1984 et 1988

56Le schéma n’indique que les flux d’attraction principaux (ceux dont l’indice est supérieur à un), et secondaires (ceux dont l’indice est compris en 0,8 et 1). L’ensemble totalise 75 % des sorties (55 % pour les flux principaux et 20 % pour les flux secondaires) réalisées par les ménages permanents français entre 1984 et 1988, ainsi que 85 % des décohabitations. Qu’observons-nous ?

57Nous visualisons deux filières de mobilité, l’une qui débute dans le parc dévalorisé et l’autre dans le parc intermédiaire. Elles ne s’adressent pas aux mêmes ménages, les décohabitants qui entrent dans le type intermédiaire étant beaucoup moins fragilisés socialement et économiquement que ceux qui se dirigent vers le type dévalorisé. Par ailleurs nous voyons également que les trajectoires « descendantes » constituent des flux secondaires, des types valorisés vers le type intermédiaire ou dévalorisé. Elles sont réalisées par des ménages en situation de rupture sociale et économique : leur indice socio-économique est largement inférieur à la moyenne des occupants de leur habitat d’origine. Mais malgré l’existence de ces trajectoires « descendantes », la direction générale de la mobilité demeure influencée par des mouvements internes au même parc et par des trajectoires « ascendantes » vers l’habitat valorisé, distinctes selon le niveau socio-économique des ménages et leur habitat d’accueil.

58Il en résulte que tout accroissement du volume d’offre d’un type d’habitat donné profite d’abord aux ménages qui sont présents dans ce parc, puis à ceux qui logent dans l’habitat d’une même filière mais qui est situé à un niveau inférieur dans la hiérarchie socio-économique de l’espace résidentiel français. Les filières n’éclatent réellement qu’en haut de cette hiérarchie, lorsque les mouvements s’inscrivent exclusivement dans des échanges entre les types résidentiels valorisés.

59Dans ses grandes lignes, ce modèle est donc conforme à celui que nous présentions à partir de la description de l’espace résidentiel français. Nous y retrouvons les principes d’une mobilité sociale et d’une mobilité résidentielle, les logiques qui prévalent dans le déplacement entre les différentes lignes et colonnes du système de la mobilité et du parc de logements. Le fait nouveau et important est la mise en évidence de filières de mobilités assez imperméables lorsqu’il s’agit des premières étapes du parcours, et dépendantes des niveaux socio-économiques des ménages. Il est clair que cette existence réduit considérablement les choix théoriques du possible des ménages selon leur position résidentielle. Un autre constat concerne l’importance des flux internes au même type de parc, qui met en évidence le poids, dans l’organisation du marché immobilier français, des trajectoires résidentielles neutres.

60Aussi important soient-ils, ces constats ne sont pas tout, il faut aussi s’interroger sur la stabilité de ce modèle si nous désirons le valider rigoureusement.

3. Ajustements internes et effets de conjoncture

61Ce qui vient d’être présenté repose en fait sur une observation de la répartition des ménages dans les types d’habitat en 1988. La validation du modèle elle-même s’appuie sur l’étude des mobilités résidentielles effectuées entre 1984 et 1988. Mais si l’on se place dans une profondeur d’une quinzaine d’années, il apparaît qu’à cette date les structures du parc et des ménages sont particulières.

Évolution du nombre de logements des types résidentiels français entre 1973 et 1988

62Du côté du parc immobilier les fractious dévalorisées n’ont cessé de se réduire depuis 1973 au sein du parc immobilier national, tandis que le second parc intermédiaire suit cette tendance depuis 1978. À l’inverse, la proportion de logements du type valorisé socialement n’a cessé de croître durant cette période, dans le même temps celle du type très valorisé est restée assez stable. L’étude plus précise de chacun de ces groupes montre que les évolutions globales ne sont pas toujours représentatives des évolutions internes, qui peuvent varier notablement d’un type résidentiel à l’autre dans chacun des groupes. Ainsi, l’habitat dévalorisé perd des logements sur la période, car les résidences inconfortables se réduisent, tandis que la forte croissance du parc social ne parvient pas à pallier ce déficit. Mais, il n’en demeure pas moins qu’en une quinzaine d’années, le stock de logements des types résidentiels n’a pas évolué en phase avec les caractéristiques des ménages auxquels, et au vu de leur occupation, ils sont destinés.

63Ainsi, l’effondrement global du parc dévalorisé se produit alors que les ménages fragilisés n’ont cessé d’augmenter dans la société française. Le type valorisé socialement occupé par une frange importante d’ouvriers n’a cessé de croître dans le parc immobilier alors que la part des ouvriers dans la population active diminue durant cette période. Alors que la proportion du type destiné aux franges aisées des ménages est stabilisée dans le parc global, on constate parallèlement une chute du nombre de logements en location privée, c’est-à-dire du type résidentiel qui logiquement doit, dans le parcours résidentiel des ménages, faire la jonction entre les séquences du parcours résidentiel et permettre ainsi aux ménages de réaliser leur trajectoire tout en améliorant leur statut résidentiel.

Évolution de l’indice socio-économique des types résidentiels français entre 1978 et 1988

64Le fait surprenant est que ce déphasage n’a entraîné aucune recomposition des hiérarchies socio-économiques de l’espace résidentiel français. Non pas que l’émergence et la persistance des ménages fragilisés n’aient pas eu d’effets sur l’occupation, mais cet effet est en quelque sorte le même sur chacune des composantes de l’espace résidentiel.

65Nous observons une dévalorisation globale qui n’affecte pas les positions des types résidentiels les uns par rapport aux autres. En ce sens la hiérarchie socio-économique de l’espace résidentiel est structurelle, probablement parce qu’elle correspond, d’une part à des pratiques et des représentations qui sont loin d’avoir changé (Haumont, 1990), et d’autre part, à des grands segments du marché immobilier que les changements de volume ne modifient qu’aux marges, notamment lorsqu’on les observe à l’échelle nationale.

66Si la hiérarchie socio-économique est stable, ce n’est pas le cas de la position des types sur « l’axe du parcours résidentiel ».

Évolution de l’âge moyen des personnes de référence des ménages occupant les types résidentiels français entre 1973 et 1988

67Nous constatons ainsi que le type dévalorisé tend à se spécialiser dans l’accueil d’une population plus jeune ou que le parc valorisé se spécialise de plus en plus dans l’occupation d’une population plus âgée. L’étude plus approfondie de chacun des types permet cependant de préciser les mécanismes. Ainsi, le rajeunissement dans l’occupation du parc dévalorisé n’est dû qu’à un effet de stock, les logements occupés par de plus jeunes ménages (habitat social) augmentant au détriment de ceux occupés par des ménages plus âgés (habitat ancien et inconfortable). En réalité l’occupation de chacun des éléments de ce type devient de plus en plus âgée, et durant cette période les habitants stables du type dévalorisé ont effectué une trajectoire résidentielle neutre sous les effets d’une mobilité passive. Une telle évolution peut indiquer une fonction de captivité plus forte du type, ou bien une fonction de fin d’itinéraire résidentiel plus affirmée. La mobilité résidentielle est donc tout à la fois un facteur et un indicateur explicatif pertinent des réajustements. C’est aussi sou observation qui, au-delà de la stabilité de la hiérarchie socio-économique, nous permet d’évaluer les changements de position des types résidentiels dans le parcours résidentiel des ménages français.

68Ainsi, si nous confrontons l’indice d’attraction de chacun des types entre 1979 et 1984, et entre 1984 et 1988, nous pouvons observer des variations dans les effets de polarisation. Ces évolutions sont présentées dans le tableau ci-après en moyenne. Pour des raisons de lisibilité nous avons multiplié les variations par cent.

Lecture : entre 1984 et 1988 l’indice d’attraction du parc locatif social sur les occupants du parc intermédiaire est supérieur de 7,3 points (en moyenne des types) à l’indice d’attraction entre 1979 et 1984.
Variation de l’indice d’attraction entre 1979 et 1988

69Nous voyons bien, à la lecture de ce tableau, que si les évolutions dans la structure de la population et la structure du parc immobilier n’ont pas remis en cause les grands équilibres socioéconomiques de l’espace résidentiel français, elles ont quand même eu un impact sur les mobilisations des différents types dans la réalisation des parcours résidentiels. Mais ces impacts ne sont que des ajustements, ils ne modifient pas les grandes tendances de polarisation. Dans ce cadre, on voit tout de même émerger certains dysfonctionnements.

70L’évolution moyenne de l’indice (dernière colonne du tableau) montre les effets de la forte croissance des ménages fragilisés dans la société globale. Les types dévalorisés (habitat locatif social et logements peu confortables) et intermédiaire (habitat locatif privé) deviennent de plus en plus attractifs, et ceci indépendamment de l’évolution de leur stock de logements. Le parc plutôt destiné aux ménages décohabitants (studios et logements occupés à titre gratuit) et l’habitat valorisé (individuel accession, cinq-pièces hétérogènes et collectif accession) sont globalement moins attractifs, même si ces évolutions affectent peu les mobilités vers le parc collectif en accession à la propriété. Parallèlement nous constatons une augmentation des mobilités internes au même type ou entre des types de même valeur, et ceci quelle que soit leur place dans la hiérarchie socio-économique : en d’autres termes, les ménages réalisent plus qu’auparavant des trajectoires résidentielles neutres.

71En fait, ces évolutions sont liées. L’émergence des populations fragilisées a accru la demande pour le type dévalorisé. Logiquement, dans un tel contexte, le type dont le nombre de logements diminue devient encore plus attractif, dans la mesure où plus de ménages demandent à y entrer alors qu’il existe moins d’offre disponible. La limitation de cette offre est encore accentuée par les plus fortes stabilités des occupants qui, compte tenu de leur désolvabilisation, peuvent plus difficilement changer de logement. Enfin, en étant plus fragilisés les occupants tentent de progresser dans leur parcours résidentiel, mais ils ont plus de mal à évoluer en même temps dans leur statut résidentiel. La notable augmentation des mobilités internes, dans la mesure où elle n’aboutit pas à créer une offre supplémentaire, limite d’autant le nombre de logements disponibles. Il en résulte une fragilisation accentuée et un vieillissement par stabilisation de l’occupation du type dévalorisé. Ce type se ferme aux décohabitants, il joue par conséquent moins une fonction d’accueil et de première étape du parcours résidentiel, et davantage une fonction de transit, voire de fin d’itinéraire résidentiel, pour les ménages fragilisés et déjà insérés dans le marché du logement. Cette évolution se répercute sur les autres parties du parc immobilier.

72La première de ces répercussions est d’accentuer la fonction d’accueil pour les jeunes ménages décohabitants des types résidentiels qui leur sont « traditionnellement » destinés : le parc collectif occupé à titre gratuit et les studios en location. Cette accentuation est très visible lorsque l’on observe le tableau des variations des indices d’attraction.

73La dévalorisation du parc social et de l’habitat inconfortable a favorisé les mobilités internes dans le type intermédiaire (habitat locatif privé). Elle est réalisée par des ménages dont les capacités financières sont trop élevées pour leur permettre de se diriger vers le type dévalorisé qui se dégrade, mais pas assez pour leur permettre d’accéder au type valorisé. En tournant ou en se stabilisant dans le type intermédiaire, ils accentuent la baisse du volume d’offre dans ce parc et rendent plus difficiles les conditions d’accès aux logements en location privée. Mais du fait de leur stabilité, ils limitent très sensiblement la valorisation de l’occupation, que les seuls flux d’entrées et de sorties rendraient possibles.

74Cette évolution se répercute bien évidemment sur le type valorisé dans son ensemble. Compte tenu de la désolvabilisation des occupants des types intermédiaire et dévalorisé, le parc valorisé devient de moins en moins attractif pour les habitants des types moins bien situés sur l’échelle de la hiérarchie socio-économique de l’espace résidentiel. Dans ce contexte, ce sont surtout les mobilités internes au type valorisé qui se développent. Elles sont réalisées, si l’on peut dire, par les plus riches des plus riches. Ce sont donc des ménages de plus en plus aisés qui parviennent à bouger et à s’y maintenir.

75Au total, nous voyons donc que si les évolutions des structures des parcs et des ménages n’ont pas modifié la hiérarchie de l’espace résidentiel français, elles ont par contre amplifié les spécialisations de chacun des types résidentiels. En d’autres termes, en quinze ans le type dévalorisé a davantage concentré les ménages fragilisés de la population française, les types intermédiaires sont devenus plus sélectifs à l’entrée, mais moins à la stabilisation, et les types valorisés n’attirent plus que les franges les plus aisées de la population. En résumé, nous assistons à l’émergence de filières résidentielles de plus en plus cloisonnées dans lesquelles il devient difficile d’accéder, mais aussi d’évoluer en améliorant son statut résidentiel. Cette situation montre la validité de la hiérarchie socio-économique dans la mesure où elle évolue, sous les effets de la conjoncture, en phase avec la transformation de l’ensemble de la population. Mais parce que les stabilités et les mobilités sont variables selon les occupants, les positions des types sur l’axe du parcours résidentiel changent en mettant en évidence la réalisation plus fréquente de mobilités passives et de trajectoires résidentielles neutres.

Conclusion

76L’application du modèle au cas français illustre les perspectives offertes par l’étude des interactions entre la mobilité résidentielle et l’espace résidentiel tel que nous l’avons défini. Nous voyons bien dans cette étude de cas combien les trajectoires résidentielles des ménages font évoluer la structure de l’espace résidentiel, mais dans le même temps l’espace résidentiel contraint et oriente les trajectoires des ménages. Nous sommes dans un jeu d’interactions complexes où espace résidentiel et mobilité résidentielle (passive ou active) sont la résultante de dynamiques nombreuses et diverses.

  • 5 Voir également la contribution de Catherine Bonvalet dans ce même ouvrage.

77Cette communication se veut être une contribution à la construction d’une grille de lecture des fonctionnements des espaces résidentiels, grille qui, malgré sa globalité, ne gomme pas la diversité de trajectoires résidentielles extrêmement variables selon les périodes, les sites, les individus et les ménages5. Sans avoir la prétention d’avoir épuisé la question, nous pensons avoir montré que les études de la structure des espaces résidentiels et des mobilités des habitants sont indissociables si l’on désire donner sens à l’une et aux autres.

Bibliografía

Références bibliographiques

Arbonville D. et Bonvalet C., « Conditions de logements et types de ménages. Résultats de l’enquête logement 1988 », Population, no 5, 1992.

Bourne L. S., The Geography of Housing, Londres, Arnold, 1981.

Brun J., « La mobilité résidentielle et les sciences sociales », Les Annales de la Recherche Urbaine, no 59-60, 1993.

Bonvalet C. (sous la direction de), Logement, mobilité et populations urbaines, Paris, Éditions du CNRS, 1994.

Courgeau D., « Interaction between spatial mobility, family and career life cycle : a French survey », European Sociological Review, vol. 1, no 2, 1985.

Courgeau D., Pumain D., « Mobilité par temps de crise », Population et Sociétés, no 279, 1993.

Curgi G., « Portrait du locataire », Economie et Statistique, le logement, no 240, 1991.

Dubar C., La Socialisation, Paris, Armand Colin, 1992.

Driant J.-C., Les Marchés locaux du logement, Paris, Presses des Ponts et Chaussées, 1995.

Eenschooten M., Desmond N., Mormiche L., Les Conditions de logement des ménages en 1988, INSEE Résultats, no 171-172, 1992.

Eenschooten M., Leroy G., Les Conditions de logement des ménages en 1984, Les collections de L’INSEE, série M, no 133, 1988.

Grafmeyer Y., Sociologie urbaine, col. Sociologie 128, Paris, Nathan, 1994.

Haumont N., Les Pratiques de l’habitat français (1960-1990), Paris, ISU, 1990.

Lanco R, Maréchal P., « La mobilité des ménages en 1973 et son évolution en 10 ans », Cahiers du GRECOH, no 13, 1976.

Lelièvre E., « Bilan des connaissances sur la mobilité résidentielle au cours du cycle de vie », Stratégies résidentielles, Bonvalet G. et Fribourg A.-M. (éds), Paris, INED, PCA, MELT, Colloques et congrès, no 3, 1990.

Lelièvre E., Lévy-Vroelant C. (éds), La Ville en mouvement : habitat et habitants, Paris, L’Harmattan, 1992.

Lévy J.-P., « L’habitat influe-t-il sur la mobilité ? La mesure de la mobilité résidentielle en France », Les Annales de la Recherche Urbaine, no 59-60, 1993.

Lévy J.-P., « Les dynamiques socio-spatiales des marchés immobiliers », Revue dÉconomie régionale et urbaine, no 3, 1995.

Marchand O., Felder C., Les Conditions de logement des ménages en 1973, Les collections de l’INSEE, série M, no 42.

Péraldi M., Forêt C., Le Sens des trajectoires, Paris, CNAF, 1992.

Pirou L., Noël C., Coloos B., Les Ménages et leur logement. Analyse des trois dernières enquêtes de l’INSEE, Paris, MEL/DHC, 1993.

Rhein C., « Sens et rôle des localisations dans les stratégies résidentielles », Stratégies résidentielles, Bonvalet C. et Fribourg A.-M. (éds), Paris, INED, PCA, MELT, Colloques et congrès, no 3, 1990.

Taffin, « La mobilité résidentielle entre 1979 et 1984 », Données sociales 1987, Paris, INSEE, 1987.

Villac M., Ballan G., Touchard L., Les Conditions de logement des ménages en 1978, Les collections de l’INSEE, série M, no 85, 1980.

Anexos

Annexe. Composition des quatorzes types résidentiels

1 – Confortable 5 pièces hétérogène : 5LF/IPA-5LF/IPR-5LF/IPN-5LF/CPA-5LF/CPR-5TF/IPN-5TF/1HR-2TF/CHR-2TF/CHN

2 – Locatif privé 1 pièce : 1LF/CPA-1LF/CPR-1LF/CPN

3 – Collectif accession privée 5 pièces et plus : 5TF/CPA-5TF/CPR

4 –Collectif accession privée 2-4 pièces : 2TF/CPA-2TF/CPR-2TF/CPN

5 – Individuel gratuit : 5GF/IPA-2GF/IPR-2GF/IPN

6 – Collectif gratuit : 2GF/CPA-2GF/CPR-2GF/CPN

7 –Individuel accession aidée : 2TF/IHA-5TF/IHA-2TF/IHR-2TF/IHN-5TF/IHN

8 – Individuel ancien inconfortable : 2TS/IPA-5tTS/IPA-2GF/IPA-2GS/IPA-2GS/CPA-2LS/IPA

9 – Locatif social 2-4 pièces : 2LF/IPA-2LF/IHR-2LF/IHN-1LF/CHR-2LF/CHR-2LF/CHN

10 – Individuel locatif privé 2-4 pièces : 2LF/IPR-2LF/IPN

11 – Collectif locatif privé 2-4 pièces : 2LF/CPA-2LF/CPR-2LF/CPN

12 – Individuel accession non aidée : 2TF/IPA-5TF/IPA-2TF/IPR-5TF/IPR-2TF/IPN

13 – Collectif ancien inconfortable : 2LS/CPA-2LF/CHA-1LS/CPA-2TS/CPA

14 – Collectif locatif social 2 pièces et plus : 5LF/CHR-5LF/CHN

Lecture des types : Variables logement/Variables immeuble

Variables logement : Nombre de pièces – statut d’occupation – normes de confort

1 = 1 pièce ; 2 = 2 à 4 pièces ; 5 = 5 pièces et plus

L = locatif ; T = accession à la propriété ; G = occupé à titre gratuit

F = confortable ; S = inconfortable

Variables immeuble : Type d’immeuble – secteur de financement – date de construction

I = individuel ; C = collectif

H = secteur aidé ; P = secteur privé

A = construit avant 1949 ; R = construit entre 1948 et 1975 ; N = construit depuis 1975

Exemples de lecture :

5LF/IPA = Logement de cinq pièces et plus, en location, confortable, dans un immeuble individuel, du secteur privé, construit avant 1949.

2TS/CPA = Logement de deux à quatre pièces, en accession à la propriété, inconfortable, dans un immeuble collectif, du secteur privé, construit avant 1949.

Notas

1 On utilise les termes actif et passif en référence à la terminologie employée par les anglophones lorsqu’ils étudient les mécanismes de filtering process (Bourne, 1981).

2 On trouvera en annexe la composition exacte de ces quatorze types résidentiels.

3 L’étude de l’âge moyen des personnes de référence et de la taille moyenne des ménages a été complétée par une analyse des caractéristiques d’occupation en classes d’âge et de taille (en proportion des P.R ou des ménages occupant chacun des types). Les deux approches permettent d’affiner la position des types sur l’axe du parcours résidentiel. Ceci peut expliquer quelques légères variations avec le tableau précédent, notamment en ce qui concerne le parc social qui est en fait occupé par l’ensemble des classes d’âge et de taille.

4 Cet indice sous-évalue le volume d’offre total dans la mesure où il ne tient pas compte des logements libérés qui n’ont pas été réoccupés, il sous-évalue également les flux de sorties car il ne tient pas compte des ménages décédés ou des ménages sortis vers l’extérieur de la France métropolitaine. Cependant il doit être logiquement représentatif de l’attractivité réelle de chaque fraction de parc sur les ménages des autres fractions.

5 Voir également la contribution de Catherine Bonvalet dans ce même ouvrage.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 105k
Leyenda Age moyen et taille moyenne des occupants des types résidentiels français en 1988
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 87k
Leyenda L’espace résidentiel français en 1988
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 147k
Leyenda Flux entre les types résidentiels et caractéristiques socio-économiques des ménages mobiles entre 1984 et 1988
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 127k
Leyenda Évolution du nombre de logements des types résidentiels français entre 1973 et 1988
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 126k
Leyenda Évolution de l’indice socio-économique des types résidentiels français entre 1978 et 1988
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 64k
Leyenda Évolution de l’âge moyen des personnes de référence des ménages occupant les types résidentiels français entre 1973 et 1988
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 134k
Leyenda Lecture : entre 1984 et 1988 l’indice d’attraction du parc locatif social sur les occupants du parc intermédiaire est supérieur de 7,3 points (en moyenne des types) à l’indice d’attraction entre 1979 et 1984.Variation de l’indice d’attraction entre 1979 et 1988
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9788/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 105k

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.