Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

1. Mobilités, réseaux familiaux, contextes d'habitat

Morphologie spatiale de la parenté

Proximités géographiques au sein de la famille étendue selon l’enquête « Proches et parents »

Dominique Maison et Laurent Ortalda

Texte intégral

1À l’heure où les performances des nouvelles techniques de communication alimentent maints discours prophétiques sur l’émergence d’un « village global », d’une interconnexion universelle, d’une télé-présence généralisée dans laquelle les distances physiques s’aboliraient, il n’est pas inutile de revenir à la description – qui ne doit rien à ce merveilleux technologique – d’un fait de morphologie sociale aussi élémentaire que celui de la répartition dans l’espace des membres de groupes sociaux concrets. C’est ce qui est proposé ici à propos des réseaux de parenté, à partir des résultats de l’enquête « Proches et parents » de l’Institut national d’études démographiques (INED).

  • 1 Hors du domaine français, signalons une enquête réalisée récemment en Italie sur la proximité de r (...)

2La dispersion spatiale, pour être une caractéristique fondamentale de la physionomie des groupes de parentés, n’est cependant pas l’une des plus étudiées, en particulier sur le plan statistique. C’est que, dans ce domaine, la production de résultats d’ensemble ne peut être que le fait d’enquêtes spécifiques, portant sur des échantillons suffisamment importants. Or, jusqu’à présent, celles-ci restent rares. En France, l’enquête de l’INED sur « Le réseau familial » (Gokalp, 1978) qui date de 1976, est celle qui, de ce point de vue, a été le plus systématiquement exploitée (Le Bras et Goré, 1985). D’autres enquêtes ont fourni des résultats plus fragmentaires qui, en général, ne portent pas sur l’ensemble de la parentèle, mais mesurent la proximité des enquêtés avec quelques catégories de parents seulement – ainsi en est-il des enquêtes sur « La famille après le mariage des enfants » (Roussel, 1976,) le « Peuplement et dépeuplement de Paris » (Bonvalet, 1991), « Les réseaux de solidarité dans la famille » (Coenen-Huther, Kellerhals et Von Allmen, 1994), « Les relations entre trois générations » (Attias-Donfut, 1995)1.

3L’enquête « Proches et parents », réalisée en 1990 sur un échantillon représentatif de 1946 personnes, permet de saisir les lieux de résidence d’une fraction assez importante de la parenté de chaque enquêté (18,1 parents en moyenne, soit un total d’environ 35 000 personnes dont les coordonnées géographiques sont connues). Deux précédentes publications consacrées à cette enquête (Bonvalet et al, 1993 ; Bonvalet, Maison et Ortalda, 1994) avaient commencé à explorer le circuit des aides et des services échangées au sein de la famille étendue. Dans le présent article nous ne ferons que tracer une première géographie statique des univers familiaux, réservant à une publication ultérieure l’étude de la dynamique des interactions entre proximité et solidarité familiale.

I – Précision des réponses sur le domicile des parents

4Dans l’ensemble de ce travail seront utilisées trois configurations familiales qui sont autant de cercles concentriques au sein de la parentèle de la personne enquêtée (Ego) soit, en allant du plus large au plus étroit : la « parenté », la « famille d’Ego » et la « lignée d’Ego ».

5La « famille d’Ego » (12,9 personnes en moyenne), à la différence de la « parenté » (18,1 personnes), n’inclut pas de membres de la belle-famille. La « lignée d’Ego » (9 personnes) est obtenue par soustraction des oncles et tantes de la « famille d’Ego » (l’annexe donne la composition détaillée de ces trois configurations familiales).

6Les domiciles des parents d’un enquêté ne sont connus que grâce aux déclarations de ce dernier, aussi avant d’en entreprendre l’analyse statistique, il nous faut examiner leur degré de précision. On peut l’estimer en calculant la proportion de parents dont Ego ignore la localisation résidentielle dans l’ensemble de ceux qu’il a cités (tableau 1).

Échelon géographique

« Parenté »

« Famille d’Ego »

« Lignée d’Ego »

Département ou région

1,6 %

1,5 %

1,0 %

Commune

4,9 %

4,9 %

3,1 %

Tableau 1
Proportion de parents dont le domicile est inconnu, selon la configuration familiale

  • 2 Dans le questionnaire on demandait à Ego d’indiquer la commune et le département de résidence des (...)

7À l’échelon du département, la fiabilité des données est très satisfaisante, ce qui semble bien indiquer que, pour les enquêtés, la famille étendue n’est pas une entité désincarnée mais possède, au contraire, une signification bien réelle. On peut en avoir confirmation dans le fait que la qualité des réponses ne fléchit que très légèrement lorsqu’on passe de la configuration familiale la plus restreinte (« lignée d’Ego ») à l’ensemble de la parenté. Comme on pouvait s’y attendre, la finesse du découpage géographique a une influence sur la précision des réponses : le département où habitent les parents est plus souvent désigné que la commune2. Au niveau de celle-ci les résultats restent néanmoins utilisables à condition d’en mener l’interprétation avec précaution.

8Il est prudent, par ailleurs, de s’assurer que le taux d’ignorance des domiciles n’est pas lié à la nature des variables qui seront utilisées par la suite dans l’analyse statistique, faute de quoi les différences observées pourraient n’être qu’un artefact produit par les fluctuations de la qualité de la collecte. Les tableaux 2, 3 et 4 montrent que, pour le département ou la région, les variations selon le diplôme, la PCS ou l’âge d’Ego du taux de domiciles inconnus ne sont, la plupart du temps, que de quelques dixièmes de point (du taux exprimé en pourcentage), et restent, pour les plus importantes, inférieures à un point. Ces fluctuations sont trop faibles pour constituer une gène dans l’analyse des résultats. Pour la commune, l’amplitude des variations de la qualité des réponses est un peu plus élevée, sans toutefois dépasser deux points et demi.

Échelon géographique

Aucun diplôme

CEP ou CAP

BEPC ou BEP

Bac. et plus

Département ou région

1,8 %

1,6 %

1,4 %

1,5 %

Commune

5,6 %

4,6 %

4,8 %

4,3 %

Tableau 2
Proportion de membres de la « parenté » dont le domicile est inconnu, selon le diplôme d’Ego

Échelon géographique

Commerçants, artisans, agriculteurs

Ouvriers, employés

Cadres, prof, libérales et intermédiaires

Département ou région

1,4 %

1,6 %

1,6 %

Commune

5,2 %

5,1 %

4,4 %

Tableau 3
Proportion de membres de la « parenté ·· dont le domicile est inconnu, selon la PCS d’Ego

Échelon géographique

Moins de 35 ans

35-49 ans

50-64 ans

65 ans et plus

Département ou région

1,7 %

1,7 %

1,2 %

2,0 %

Commune

5,0 %

5,6 %

3,4 %

5,2 %

Tableau 4
Proportion de membres de la « parenté » dont le domicile est inconnu, selon l’âge d’Ego

II – Le territoire des familles

  • 3 Voir cartes 1 à 6 en annexe.

9Avant d’aborder l’analyse statistique de la distribution de la parenté dans l’espace, il paraît utile – pour resituer ses résultats par rapport aux réalités du terrain – de présenter quelques cas particuliers, où la répartition géographique de chaque famille figure sur une carte de France découpée en départements3.

  • 4 Définie comme dans l’annexe, à l’exclusion des conjoints des enfants, petits-enfants, frères et sœ (...)

10La carte 1 montre un cas simple : toute la parenté4 est regroupée dans la même région (Rhône-Alpes), la plus grande partie résidant dans le même département qu’Ego (la Drôme). Dans les cartes 2 et 3 les configurations sont plus complexes : Ego est géographiquement isolé alors que le reste de sa parenté se caractérise par une forte concentration régionale aussi bien que départementale. Il faut noter ici que, dans le traitement statistique présenté plus loin, la proximité familiale n’est saisie que dans la mesure où elle se produit dans l’aire de résidence d’Ego (parents habitant la même commune, le même département ou la même région qu’Ego). Les cas semblables à ceux des cartes 2 et 3 n’y sont donc pas pris en compte, ce qui sous-estime nécessairement l’intensité générale de la concentration spatiale des familles.

Carte 1
Répartition de la « parenté » du questionnaire 3158

Carte 2
Répartition de la « parenté » du questionnaire 2460

Carte 3
Répartition de la « parenté » du questionnaire 357

Carte 4
Répartition de la « parenté » du questionnaire 5711

Carte 5
Répartition de la « parenté » du questionnaire 6451

Carte 6
Répartition de la « parenté » du questionnaire 755

11La carte 4 en offre un exemple encore plus saillant : un grand nombre de parents d’Ego résident dans un département limitrophe (la Manche, Ego habitant en Ille-et-Vilaine) mais l’exploitation statistique n’enregistrera pas ce voisinage puisque ces deux départements contigus n’appartiennent pas à la même région (selon la définition de l’INSEE utilisée dans l’enquête). Sur la carte 5 apparaît une très nette bi-focalisation de la parentèle aux deux extrémités orientales de la France, or, dans l’analyse statistique n’est retenu que le regroupement observé dans le département de résidence d’Ego (Bouches-du-Rhône), le second pôle de concentration familiale (en Alsace) n’étant pas pris en compte. La carte 6 montre une tendance à la dispersion de la parentèle, mais on y distingue néanmoins deux foyers (Rhône-Alpes et Paris) moins marqués que dans la carte précédente.

12L’examen de ces cartes peut conduire à penser qu’il serait plus pertinent de considérer l’aire couverte par les départements limitrophes de celui où réside Ego que d’utiliser le découpage en régions INSEE ; ce serait, en réalité, se heurter à une autre difficulté : l’ampleur des périmètres ainsi délimités varie beaucoup selon le département pris pour origine – ainsi le Finistère ou les Alpes-Maritimes ne jouxtent que deux départements chacun, alors que la Côte-d’Or ou le Cher, par exemple, en côtoient sept.

13La consultation d’un grand nombre de cartes (qu’il est impossible de reproduire ici) montre que – pour reprendre une image utilisée par Loeiz Laurent (Laurent, 1984) – les familles ne sont pas uniformément « tartinées » sur le territoire mais, au contraire, se coagulent en « grumeaux ». L’espace de la parenté n’est pas isotrope ; il est, le plus souvent, fortement polarisé.

III – Une approche statistique des proximités familiales

  • 5 Ce nombre comprend aussi Ego dans tons les résultats présentés par la suite.

14Dans cette première phase de l’exploitation statistique des données de l’enquête « Proches et parents », sont comptés les parents qui résident dans la même aire géographique qu’Ego (en l’occurrence : la commune, le département et la région). Cette façon de faire a été préférée à celle, souvent utilisée, qui donne les proportions d’enquêtés habitant dans le même périmètre qu’au moins un de leurs parents de telle ou telle catégorie – car ainsi l’effectif des groupes de proximité centrés sur Ego est connu, ce qui constitue une indication sur la densité potentielle des réseaux. Il faut toutefois souligner que cette méthode sous-estime, comme nous l’avons vu, le degré réel d’agrégation des familles5. Elle ne saisit que les entourages familiaux proches de la personne enquêtée.

  • 6 Mesurer celui-ci suppose un traitement informatique beaucoup plus lourd qui sera entrepris ultérie (...)
  • 7 On pourrait, à ce propos, s’étonner de ce que le nombre moyen de membres de la « lignée » et de la (...)

15Pour chacun des trois segments de la parentèle retenus dans cette étude, le nombre moyen de parents habitant la même circonscription qu’Ego6, ainsi que la proportion de la configuration familiale correspondante que ce nombre représente, diminuent, comme il est logique, avec l’étendue de l’aire géographique considérée (tableau 5). En revanche, pour une division territoriale donnée, le nombre moyen et la proportion ne varient pas conjointement : le premier décroît avec la taille de la configuration familiale, la seconde reste sensiblement la même pour la « parenté » et la « famille d’Ego » mais augmente pour la « lignée d’Ego » car le poids de la famille nucléaire (groupe domestique) est plus fort dans cette dernière configuration, qui est la plus étroite7.

Lecture : 10,2 membres de la « parenté » d’Ego, en moyenne, habitent la même région que lui, ce qui représente 58,4 % de l’ensemble de sa « parenté ».
Tableau 5
Nombre moyen et proportion de parents habitant dans la même aire qu’Ego, selon la configuration familiale

16Ces valeurs moyennes ne peuvent rendre compte de la diversité des univers familiaux. Ainsi, la variabilité de la taille des parentèles, qui est importante, ne peut manquer d’avoir un effet sur celle des groupes de proximité. Ceci apparaît clairement dans la graphique 1 : si, pour la moitié des familles qui se trouvent en position médiane (deuxième et troisième quartiles), les nombres moyens de parents résidant dans le même département qu’Ego diffèrent assez peu, il n’en va nullement de même pour l’autre moitié, qui se partage entre les deux quarts extrêmes de la distribution. L’entourage ainsi défini est, en moyenne, 3,4 fois plus nombreux dans les plus grandes familles (quatrième quartile) que dans les plus petites (premier quartile), et ceci quelle que soit la configuration familiale. Il est probable qu’on se trouve dans des contextes relationnels fort différents selon que le nombre moyen de membres de la « parenté » habitant le même département qu’Ego est de 4 seulement (premier quartile) ou de 13,4 (quatrième quartile).

Dispersion des configurations familiales
Lecture : dans le groupe des 23 % de « familles d’Ego » ayant la plus petite taille (premier quartile), le nombre moyen de parents habitant dans le même département qu’Ego est de 2,9.
Graphique 1
Nombre moyen de parents habitant dans le même département qu’Ego

17Plus que les valeurs globales présentées dans le tableau 5, ce sont leurs modulations, lorsque varient certaines caractéristiques de la personne enquêtée, qui peuvent fournir des informations significatives sur les proximités familiales.

IV – Le sexe et l’âge

18Le sexe des enquêtés a peu d’influence sur la proximité résidentielle. Lorsqu’Ego est un homme, 58 % des membres de sa « parenté » habitent dans la même région que lui, contre 61 % s’il s’agit d’une femme. Au niveau départemental, ces proportions sont, comme il se doit, moins élevées, soit, respectivement : 48 % et 50 %. Quelle que soit la configuration familiale observée (« parenté », « famille d’Ego » ou « lignée d’Ego »), la différence entre les sexes reste faible, mais s’établit toujours au profit des femmes.

19En revanche, l’âge joue un rôle déterminant. Le nombre moyen de membres de la « parenté » vivant dans même région ou le même département qu’Ego décline nettement avec l’âge (graphique 2). À l’échelon de la commune, ce chiffre, au contraire, reste à peu près constant.

Âge d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego a moins de 35 ans, 11,5 membres de sa « parenté », en moyenne, habitent la même région que lui.
Graphique 2
Nombre moyen de membres de la « parenté » habitant la même circonscription qu’Ego

20Lorsque l’on considère la part de l’ensemble de « la parenté » que ces nombres représentent, un tout autre schéma apparaît : les proportions ainsi obtenues augmentent jusqu’à 65 ans et se stabilisent ensuite quelle que soit faire géographique (graphique 3).

Âge d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego a moins de 35 ans, 56 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.
Graphique 3
Proportion de la « parenté » résidant dans la même circonscription qu’Ego

  • 8 On peut aussi envisager un effet de génération : dans les familles des enquêtés nés dans la premiè (...)

21Celle divergence entre valeurs absolues et relatives provient de ce que le nombre de parents inclus dans la même aire qu’Ego (numérateur de la proportion) diminue moins rapidement avec l’âge que celui de l’ensemble des membres de la parenté (dénominateur). Ceci peut être imputé à deux ordres de phénomènes : la mortalité ou la mobilité. Soit les parents extérieurs à l’aire de résidence d’Ego sont soumis à une plus forte mortalité (par exemple parce qu’ils seraient en moyenne plus âgés), soit ils ont tendance à se concentrer autour d’Ego à mesure que celui-ci avance en âge (passage du dénominateur au numérateur), soit Ego se rapproche de membres de sa « parenté », an moment de la retraite par exemple8.

V – Type de ménage

22Quel que soit le type de ménage, les proportions de membres de la « parenté » résidant dans la même circonscription qu’Ego, sont pratiquement identiques (graphique 4) et ceci se vérifie aussi pour les deux autres configurations familiales (« famille d’Ego » et « lignée d’Ego »). Les nombres moyens, au contraire, connaissent de fortes variations. En ce qui concerne la « parenté », ce sont évidemment les couples qui comptent le plus de parents proches car la famille par alliance en fournit un bon contingent, à la différence des autres types de ménages. Mais pour les configurations « famille d’Ego » et « lignée d’Ego », qui excluent la belle-famille, la situation est toute autre : l’entourage des ménages monoparentaux est alors le plus nombreux et ceci s’accentue lorsque l’on passe du département (graphique 5) à la commune (graphique 6) ; d’ailleurs, à cette dernière échelle, ils sont presque au même niveau que les couples pour l’ensemble de la « parenté ».

23Ces résultats confirment la singularité de la position des ménages monoparentaux qui était déjà apparue dans les exploitations précédentes de l’enquête où l’on constatait la forte densité de leurs réseaux d’affinité et d’entraide. Tout se passe comme si ces foyers, où le besoin d’aide exprimé est le plus important (Bonvalet, Maison et Ortalda, 1994), sont aussi ceux qui bénéficient d’une meilleure « protection rapprochée » (Martin, 1992) et parviennent à maintenir une forte proximité avec leur parentèle. Ce resserrement des liens de parenté dû à l’émergence de nouvelles configurations domestiques, loin d’être la résurgence d’archaïsmes, est un élément constitutif du changement social.

  • 9 Plus généralement, Jean-Claude Kaufmann a clairement montré pourquoi il faut « refuser l’amalgame (...)

24Il faut, d’autre part, souligner que le fait d’habiter seul (ménage d’une « femme seule » ou d’un « homme seul ») n’est, en aucune manière, synonyme d’isolement géographique par rapport à la parenté9. Ainsi 5,5 membres de la « parenté », en moyenne, habitent le même département que les enquêtés des ménages d’une seule personne.

Type du ménage d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego vit en couple, 60 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.
Graphique 4
Proportion de la « parenté » résidant dans la même circonscription qu’Ego

Type du ménage d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego vit en couple, 9,6 membres de sa « parenté »·, en moyenne, habitent le même département que lui.
Graphique 5
Nombre moyen de parents habitant le même département qu’Ego

Type du ménage d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego vit en couple, 4,5 membres de sa « parenté », en moyenne, habitent la même commune que lui.
Graphique 6
Nombre moyen de parents habitant la même commune qu’Ego

VI – Catégories sociales

  • 10 PCS actuelle lorsqu’Ego est encore en activité ou dernière PCS lorsqu’il est retraité.

25En ce qui concerne la PCS d’Ego10, les descriptions en valeurs absolues et relatives sont concordantes (graphiques 7 et 8) et font apparaître la même hiérarchie pour les trois configurations familiales retenues : la dispersion des parentèles augmente lorsqu’on passe du groupe des commerçants, artisans et agriculteurs à celui des ouvriers et employés et, enfin, à celui des cadres et professions intermédiaires.

PCS d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego est ouvrier ou employé, 9,3 membres de sa « parenté », en moyenne, habitent le même département que lui.
Graphique 7
Nombre moyen de parents habitant le même département qu’Ego

PCS d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego est commerçant, artisan ou agriculteur 70 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.
Graphique 8
Proportion de la « parenté » résidant dans la même circonscription qu’Ego

  • 11 56 ans pour les commerçants, artisans et agriculteurs contre 47,4 ans pour les employés et ouvrier (...)

26L’âge moyen des commerçants, artisans et agriculteurs est plus élevé que celui des autres catégories11, mais ce facteur n’a pas ici de valeur explicative puisque, comme nous l’avons vu plus haut, il a un effet opposé sur les proportions et sur les nombres moyens de parents habitant la même aire géographique qu’Ego (graphiques 2 et 3).

  • 12 Il va de soi que tous les membres de la parenté d’un enquêté n’appartiennent pas à la même PCS que (...)

27Nous retrouvons la propension à une plus forte proximité locale des familles populaires signalée par Peter Willmott (Willmott, 1991)12. L’apport de l’enquête « Proches et parents » est de révéler que cette tendance est encore plus prononcée chez les indépendants du commerce et de l’artisanat – ce qui renvoie au fait que cette catégorie est aussi celle où la transmission professionnelle et patrimoniale est, de loin, la plus intense (Bonvalet et al., 1993).

VII – Niveau d’étude

  • 13 Les données en valeurs absolues (nombres moyens) dessinent un schéma similaire.
  • 14 Auxquels, au demeurant, certains ont accédé en dépit de la légèreté de leur bagage scolaire grâce, (...)

28En général, plus le niveau scolaire d’Ego est élevé plus la dispersion résidentielle est importante (graphique 9). Seuls les enquêtés n’ayant obtenu aucun diplôme sont atypiques : ils se distinguent par une moins grande proximité géographique que ne le laisserait supposer la tendance principale13. Pourtant les PCS qu’ils déclarent à l’enquête sont sensiblement les mêmes que celles des titulaires d’un CEP ou d’un CAP. Cette dispersion géographique n’aurait pas pour cause une plus forte mobilité sociale, comme c’est le cas pour les diplômés du supérieur. L’obtention d’un diplôme « protégerait » les titulaires d’un CEP ou d’un CAP en leur permettant de trouver plus facilement un emploi dans leur région d’origine. En revanche, les sans-diplôme seraient obligés de se déplacer pour trouver du travail. Leur comportement se rapprocherait alors de celui des titulaires d’un BEP ou d’un BEPC. D’autre part, la proportion de fonctionnaires augmente avec le niveau d’études (passant de 14 % pour les non-diplômés à 39 % pour les titulaires du bac ou d’un diplôme supérieur dans l’enquête « Proches et parents »), or le système de nomination et de mutation dans la fonction publique renforce la mobilité. Ces résultats recoupent ceux obtenus par professions et catégories sociales. Les plus diplômés et ceux qui occupent des emplois à responsabilité14 sont amenés à s’éloigner plus fréquemment de leur réseau familial.

Diplôme d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego n’a aucun diplôme, 59 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.
Graphique 9
Proportion de la « parenté » résidant dans la même circonscription qu’Ego

VIII – Statut d’occupation du logement

29À l’échelon de la région et du département, la part relative de la « parenté » proche d’Ego décroît très régulièrement, selon les statuts d’occupation du logement, dans l’ordre suivant : propriétaires non accédants, propriétaires accédants, locataires d’un logement social, locataires en loyer libre (graphique 10). En dehors d’une influence propre du statut, il est probable qu’un effet d’âge soit aussi à l’œuvre dans ce classement : les propriétaires non accédants sont de loin les plus âgés (avec un âge moyen de 58,8 ans), les locataires en loyer libre sont les plus jeunes (âge moyen de 41 ans), les accédants et les locataires d’un logement social étant en position intermédiaire (respectivement 44,7 et 44,1 ans), or nous avons vu plus haut que la proportion de parents proches d’Ego augmente avec l’âge.

30La hiérarchie observée pour la région et le département ne se retrouve pas au niveau de la commune, où les locataires d’un logement social sortent de l’épure. L’intensité de leur proximité familiale y est plus élevée que celle des accédants et égale à celle des propriétaires non accédants, et cela non seulement pour la « parenté » mais aussi pour la « famille d’Ego » et la « lignée d’Ego » (graphique 11). Ceci peut être l’effet, au niveau local, de l’existence de réseaux familiaux d’accès au logement social (Anselme, 1988 ; Péraldi, 1989). On peut, en outre, noter que le poids des foyers monoparentaux est plus élevé dans ce type d’habitat (où leur part relative est de 12 %, alors que dans les autres statuts d’occupation elle ne dépasse jamais 6 %). Or, nous l’avons vu précédemment, ces ménages se distinguent par l’importance de leur entourage familial à l’échelon de la commune.

Statut d’occupation d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego est propriétaire, 67 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.
Graphique 10
Proportion de la « parenté » habitant dans la même circonscription qu’Ego

Statut d’occupation d’Ego
Lecture : lorsqu’Ego est propriétaire, 50 % des membres de sa « lignée », en moyenne, habitent la même commune que lui.
Graphique 11
Proportion de parents habitant la même commune qu’Ego

31Une exploitation statistique de l’enquête « Proches et parents » de PINED nous a fourni quelques éléments de mesure de la concentration spatiale des familles. Celle-ci, toutefois, n’est saisie que par rapport à la personne enquêtée (nombre de parents habitant la même division territoriale qu’Ego), ce qui sous-estime le degré d’agrégation réel des parentèles, comme le montrent les cartes de la distribution géographique de leurs membres.

32À la forte inégalité de taille des parentages, correspond, comme il est logique, celle de la dimension des groupes de proximité (les effets de cette hétérogénéité sur les relations effectives au sein de la parenté seront examinés ultérieurement).

33L’étude de la proximité familiale en fonction de certaines caractéristiques de l’enquêté confirme des faits déjà connus, comme la concentration plus élevée en milieu populaire et chez les peu diplômés. Elle livre aussi des résultats moins attendus, relatifs aux sans-diplôme (dispersion plus grande que ce qui était prévisible), aux travailleurs indépendants et aux ménages monoparentaux (forte cohésion spatiale).

34L’utilisation, dans l’analyse, de plusieurs échelons géographiques (région, département, commune) permet, d’autre part, de saisir des phénomènes qui ne se manifestent que localement, comme la densité de l’entourage familial, au niveau de la commune, des foyers monoparentaux et des habitants d’un logement social.

35Dans un ouvrage désormais classique, Peter Willmott et Michael Young ont souligné l’importance du rôle joué par la proximité spatiale dans l’intensité des échanges au sein de la parenté. L’étude de cette interaction, qui n’était pas l’objet du présent travail, sera entreprise prochainement car les données de l’enquête « Proches et parents » s’y prêtent parfaitement.

Annexe. Configurations familiales utilisées dans l’étude

« Parenté »

« Famille d’Ego »

« Lignée d’Ego »

- Ego

- Ego

- Ego

- conjoint

- enfants* et leurs conjoints

- enfants* et leurs conjoints

- enfants* et leurs conjoints

- petits-enfants* et leurs conjoints

- petits-enfants* et leurs conjoints

- petits-enfants* et leurs conjoints

- père/mère d’Ego

- père/mère d’Ego

- père/mère d’Ego

- frères/sœurs d’Ego et leurs conjoints

- frères/sœurs d’Ego et leurs conjoints

- frères/sœurs d’Ego et leurs conjoints

- grands-parents d’Ego

- grands-parents d’Ego

- grands-parents d’Ego

- oncles et tantes maternels d’Ego et leurs conjoints

- oncles et tantes maternels d’Ego et leurs conjoints

- oncles et tantes paternels d’Ego et leurs conjoints

- oncles et tantes paternels d’Ego et leurs conjoints

- père/mère du conjoint

- frères/sœurs du conjoint et leurs conjoints

- grands-parents du conjoint

* Agés de 16 ans et plus, cohabitant ou non avec leurs parents.

Bibliographie

Références bibliographiques

Anselme M., « Les réseaux familiaux dans le parc HLM », dans Bonvalet et Merlin (ed.), Transformation de la famille et habitat, Paris, INED/PUF, 1988, p. 181-187.

Attias-Donfut C., « Le double circuit des transmissions », dans Attias-Donfut (ed.), Les Solidarités entre générations, Paris, Nathan, 1995, p. 41-81.

Barbagli M., « Diversités italiennes », dans Gullestad et Segalen (ed.), La Famille en Europe, Paris, La Découverte, 1995, p. 45-61

Bonvalet C., « La famille et le marché du logement », dans Segalen (ed,), Jeux de Familles, Paris, Presses du CNRS, 1991.

Bonvalet C., Maison D., Le Bras H, Charles L., « Proches et parents », Population, 1993, no 1, p. 83-110.

Bonvalet C., Maison D., Ortalda L., « Les moments difficiles : l’entraide au sein de la parenté selon l’enquête “Proches et parents” », dans Ménages, familles, parentèles et solidarités dans les populations méditerranéennes, Paris, PUF/AIDELF, 1996, p. 535-549.

Coenen-Huther J., Kellerhals J., Von Allmen M., (avec la coll. de H. G. Hagman), Les Réseaux de solidarité dans la famille, Lausanne, Réalités sociales, 1994, 370 p.

Gokalp C., « Le réseau familial », Population, no 6, 1978.

Grafmeyer Y, « Héritage et production du statut résidentiel : éléments pour l’analyse des milieux locaux », dans Bonvalet et Gotman (ed.), Le Logement, une affaire de famille, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 41-70.

Grafmeyer Y., Les Gens de la banque, Paris, PUF, 1992, 283 p.

Kaufmann J.-C., « Vie hors couple, isolement et lien social », Revue Française de Sociologie, xxxv, 1994, p. 593-617.

Kaufmann J.-C., « Les ménages d’une personne en Europe », Population, no 4-5, 1994, p. 935-958.

Laurent L., « Les solidarités ville-campagne en Bretagne et en France », Toulouse, Privat, Pour, no 96, 1984, p. 16-25.

Le Bras H., Goré. C., Géographie physique et sociale de la famille dans la France actuelle, Paris, rapport CNRS/ATP Famille, 1985, 71 p.

Le Bras H., « Diversité familiale et classes sociales », Le groupe familial, no 111, 1986, p. 51-53.

Martin C., « Support et affection. Les solidarités informelles après la désunion », Revue internationale d’action communautaire, 27/67, 1992, p. 89-99.

Péraldi M., « Lien familial et lien civil en cité HLM », Les Annales de la recherche urbaine, no 41, 1989, p. 104-112.

Roussel L., La Famille après le mariage des enfants, Paris, INED-PUF, 1976, 258 p.

Willmott P., Young M., Le Village dans la ville, Paris, Centre G. Pompidou-CCI, 1983, 255 p.

Willmott R, « Parenté et urbanisation dans l’histoire anglaise », Genèse, no 4, 1991, p. 128-144.

Notes

1 Hors du domaine français, signalons une enquête réalisée récemment en Italie sur la proximité de résidence et la fréquence des interactions familiales (Barbagli, 1995).

2 Dans le questionnaire on demandait à Ego d’indiquer la commune et le département de résidence des parents cités. Le découpage en régions (qui est utilisé par la suite) a été obtenu par agrégation des départements.

3 Voir cartes 1 à 6 en annexe.

4 Définie comme dans l’annexe, à l’exclusion des conjoints des enfants, petits-enfants, frères et sœurs d’Ego et de son conjoint, oncles et tantes maternels et paternels.

5 Ce nombre comprend aussi Ego dans tons les résultats présentés par la suite.

6 Mesurer celui-ci suppose un traitement informatique beaucoup plus lourd qui sera entrepris ultérieurement.

7 On pourrait, à ce propos, s’étonner de ce que le nombre moyen de membres de la « lignée » et de la « famille d’Ego » vivant dans la même commune que lui soit à peine supérieur ou égal à celui des ménages au recensement de 1990 (2,6 personnes) ; ce serait négliger le fait que les enfants de moins de 16 ans ne sont pas pris en compte par nos données (cf. annexe).

8 On peut aussi envisager un effet de génération : dans les familles des enquêtés nés dans la première moitié du siècle, la propension à migrer serait moins élevée.

9 Plus généralement, Jean-Claude Kaufmann a clairement montré pourquoi il faut « refuser l’amalgame entre mono-résidentialité et isolement » (Kaufmann, 1994).

10 PCS actuelle lorsqu’Ego est encore en activité ou dernière PCS lorsqu’il est retraité.

11 56 ans pour les commerçants, artisans et agriculteurs contre 47,4 ans pour les employés et ouvriers et 48,2 ans pour les cadres et professions intermédiaires. Ces valeurs pourront sembler très élevées – c’est que leur calcul, en fait, englobe les retraités.

12 Il va de soi que tous les membres de la parenté d’un enquêté n’appartiennent pas à la même PCS que lui, mais l’homogamie et l’imperfection de la mobilité sociale augmentent la probabilité d’avoir, par exemple, des parents ouvriers lorsqu’on l’est soi-même. Notons cependant que, comme l’a montré Hervé Le Bras, les fratries sont socialement plus diversifiées en liant qu’en bas de l’échelle sociale (Le Bras, 1986).

13 Les données en valeurs absolues (nombres moyens) dessinent un schéma similaire.

14 Auxquels, au demeurant, certains ont accédé en dépit de la légèreté de leur bagage scolaire grâce, précisément, à leur aptitude à se déplacer, comme ces « commerciaux » et cadres « issus du rang » du secteur bancaire, « assignés à mobilité », que décrit Yves Grafmeyer (Grafmeyer, 1992, 1993).

Table des illustrations

Légende Carte 1Répartition de la « parenté » du questionnaire 3158
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Carte 2Répartition de la « parenté » du questionnaire 2460
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Carte 3Répartition de la « parenté » du questionnaire 357
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Carte 4Répartition de la « parenté » du questionnaire 5711
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Carte 5Répartition de la « parenté » du questionnaire 6451
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Carte 6Répartition de la « parenté » du questionnaire 755
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Lecture : 10,2 membres de la « parenté » d’Ego, en moyenne, habitent la même région que lui, ce qui représente 58,4 % de l’ensemble de sa « parenté ».Tableau 5Nombre moyen et proportion de parents habitant dans la même aire qu’Ego, selon la configuration familiale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Dispersion des configurations familialesLecture : dans le groupe des 23 % de « familles d’Ego » ayant la plus petite taille (premier quartile), le nombre moyen de parents habitant dans le même département qu’Ego est de 2,9.Graphique 1Nombre moyen de parents habitant dans le même département qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Âge d’EgoLecture : lorsqu’Ego a moins de 35 ans, 11,5 membres de sa « parenté », en moyenne, habitent la même région que lui.Graphique 2Nombre moyen de membres de la « parenté » habitant la même circonscription qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Âge d’EgoLecture : lorsqu’Ego a moins de 35 ans, 56 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.Graphique 3Proportion de la « parenté » résidant dans la même circonscription qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Type du ménage d’EgoLecture : lorsqu’Ego vit en couple, 60 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.Graphique 4Proportion de la « parenté » résidant dans la même circonscription qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Type du ménage d’EgoLecture : lorsqu’Ego vit en couple, 9,6 membres de sa « parenté »·, en moyenne, habitent le même département que lui.Graphique 5Nombre moyen de parents habitant le même département qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Type du ménage d’EgoLecture : lorsqu’Ego vit en couple, 4,5 membres de sa « parenté », en moyenne, habitent la même commune que lui.Graphique 6Nombre moyen de parents habitant la même commune qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende PCS d’EgoLecture : lorsqu’Ego est ouvrier ou employé, 9,3 membres de sa « parenté », en moyenne, habitent le même département que lui.Graphique 7Nombre moyen de parents habitant le même département qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende PCS d’EgoLecture : lorsqu’Ego est commerçant, artisan ou agriculteur 70 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.Graphique 8Proportion de la « parenté » résidant dans la même circonscription qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Diplôme d’EgoLecture : lorsqu’Ego n’a aucun diplôme, 59 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.Graphique 9Proportion de la « parenté » résidant dans la même circonscription qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Statut d’occupation d’EgoLecture : lorsqu’Ego est propriétaire, 67 % des membres de sa « parenté » habitent la même région que lui.Graphique 10Proportion de la « parenté » habitant dans la même circonscription qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Statut d’occupation d’EgoLecture : lorsqu’Ego est propriétaire, 50 % des membres de sa « lignée », en moyenne, habitent la même commune que lui.Graphique 11Proportion de parents habitant la même commune qu’Ego
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9773/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Auteurs

Université de Paris X et INED – Paris.

Université de Paris X et INED – Paris.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540