Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin matin. Séance dirigée par Jean Sgard

Discussion

Texte intégral

1La communication de Ch. Berkvens-Stevelinck pose le problème des relations entre les chercheurs et les bibliothécaires et archivistes. Leur collaboration doit être étroite. La présence d’amis bibliothécaires à la table ronde apparaît à cet égard exemplaire. Mais les conditions d’une collaboration fructueuse ne sont pas remplies partout. Le manque de personnel, la désaffection des pouvoirs publics limitent l’aide que peuvent apporter les bibliothécaires et archivistes ; chez ces derniers, la recherche est souvent « clandestine et honteuse » (F. Weil). Les fonds sont parfois très fermés, par exemple à Vienne (Ph. Teissier). Les chercheurs devraient établir en ce domaine un « cahier de doléan ces » (J.D. Candaux).

2Le travail de Ch. Berkvens-Stevelinck à Leyde peut être considéré comme un modèle : répertoires des documents épistolaires, grilles de notions. La méthode devrait être étendue, et il faut souhaiter une centralisation de l’ensemble des documents épistolaires des bibliothèques d’Europe sur fichier informatique. Les grandes nations devraient s’en tendre sur le traitement et l’indexation des documents (J.D. Candaux). Cette centralisation sera acquise en Hollande dans un ou deux ans. E. Briggs signale que la British library a déjà microfilmé de nombreuses feuilles.

3Le projet d’un dictionnaire des nouvelles à la main, présenté par F. Moureau, pose de délicats problèmes de définition sur lesquels on reviendra après la communication de F. Weil. Il paraît nécessaire de traiter ces textes par numéros, et non par recueils : la plupart des recueils sont composites ou incomplets ; les écritures manifestent des sources multiples, et une même écriture n’est pas garante de l’unité de provenance. Dans la perspective d’un traitement par numéros, le projet de notice devrait prévoir un système de renvois (F. Weil, J.D. Caudaux) et la solution informatique est à envisager (Ch. Berkvens-Stevelinck). En tout cas, la masse importante et l’intérêt des nouvelles à la main justifient pleinement ce projet, qui rejoint la « sublime folie » (J. Sgard) de composer des dictionnaires.

4Les communications de P. Ferrand et de Th. Gretscher illustrent à la fois l’utilité et les difficultés de la méthode de dépouillement des contenus de presse mise au point par le L.A. 96 de la Sorbonne. On a tiré des listings de 1768, issus des travaux de ce laboratoire, une leçon de simplification qui a été retenue pour les listings de 1778 (suppression des notions secondaires, élimination de mots-clés trop généraux tels que « XVIIIème siècle », « France », « périodique », « publicité » (P. Jansen). Le dépouillement lui-même est aléatoire, à cause de l’ignorance de certains mots-clés de la part de ceux qui l’opèrent. Le contenu apparent peut cacher un contenu réel, qu’il est difficile d’apercevoir (P. Ferrand). Mais le résultat ainsi obtenu est rentable dans une recherche très spécialisée, par exemple sur le thème de l’alimentation (J.C. Bonnet). Les listings sont parfaitement utilisables pour l’étude des journaux comme source documentaire (J. Wagner). On gagnerait sans doute à organiser un dépouillement en fonction d’un événement précis. Au total, les dépouillements devraient être conçus et exécutés de façon simple, mais exploités par des chercheurs confirmés (P. Jansen).

5Le travail de J. Salvan sur les évolutions lexicales montre clairement le changement de champ épistémologique de l’économie au XVIIIème siècle, le passage du champ moral au champ scientifique. La science se fait peu à peu, crée son langage. Condillac considère encore l’économie comme un « art », et non comme une science (J. Sgard). Toute analyse de mots et de notions risque de créer des confusions entre l’acception ancienne et la moderne, par exemple pour les mots « arts », « lettres », « sciences » (H. Bots, F. Weil). Il conviendrait d’utiliser les tables mêmes des journaux, ces cadres de regroupement qui, se modifiant avec le temps, constituent un bon indicateur d’évolution (H. Duranton).

6L’époque où se situe l’enquête de H. Bots, aux confins du XVIIème et du XVIIIème siècle, est relativement peu connue ; il est donc particulièrement utile d’y étudier les relations intellectuelles et les moyens d’information (J.D. Candaux). L’importance du libraire dont dépend le journaliste, y est très sensible, et c’est un phénomène remarquable dans l’organisation de l’information de presse (J. Sgard). Les correspondances érudites jouent un rôle fondamental en relation avec le journal ; H. Bots annonce que la correspondance de Bayle sera publiée grâce à la Fondation Voltaire à Oxford. A une question de D. Gembicki sur la liberté de la presse, H. Bots répond que, sans être totale, elle est favorisée par la diversité des législations de province à province.

7L’étude de G. Feyel sur les réimpressions de la Gazette soulève des questions sur la rapidité de l’impression, l’apparition de la presse provinciale et la conformité des textes réimprimés par rapport au texte original. Les délais de fabrication dans les ateliers parisiens n’expliquent-ils pas la reproduction dans des villes proches de la capitale ? (M. Fogel) L’ouvrage récent de Darnton sur les éditions de l’Encyclopédie, le compte rendu de R. Chartier dans les Annales donnent une idée de la rapidité des réimpressions au XVIIIème siècle. On imprime beaucoup plus vite un texte déjà imprimé qu’un manuscrit ; on peut tirer 200, 300, 500 exemplaires de la Gazette (Lyon) en six heures. Le système de diffusion est le plus efficace possible pour l’époque. La réimpression de la Gazette n’était-elle pas sentie comme un journal provincial ? (M. Gilot) L’éclosion des Affiches est corrélative de la disparition des réimpressions provinciales après 1751. Le doublet Affiches de Paris et Affiches de province répond à une volonté de rentabiliser au maximum le privilège de la Gazette. G. Feyel renvoie sur ce point à sa thèse dont il faut espérer une publication rapide. Les textes réimprimés sont-ils fidèles à l’original ? (R. Moulinas) Deux exemples opposés : le texte de Lyon, parfaitement conforme ; celui d’Orléans, qui intègre des poésies de la bonne société locale. Celui de Metz est le plus riche en ajouts de nouvelles concernant surtout les guerres, mais toujours distinctes, à la fin de la livraison.

8L’absence de réimpression à Dijon peut s’expliquer par des conditions intéressantes faites au fermier des postes pour la diffusion de la Gazette parisienne. Il faudrait qu’un historien de la presse réétudie à cet égard les archives de la ferme des postes.

9On trouve des nouvelles à la main imprimées à Besançon et à Bordeaux, et en d’autres endroits des contrefaçons de nouvelles venues de Hollande (G. Feyel).

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540