Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

1. Mobilités, réseaux familiaux, contextes d'habitat

Ségrégation sociale de l’espace et dynamiques longues de peuplement

La rue Wacquez-Lalo à Loos (1866-1954)1

Juliette Hontebeyrie et Paul-André Rosental

Texte intégral

  • 1 Cet article s’insère dans une enquête collective plus vaste, dont un premier volet a été réalisé g (...)

1L’analyse de la ségrégation sociale de l’espace est l’une des préoccupations centrales de la sociologie et de l’histoire urbaines. Sa définition, sa mesure, ses modalités et ses effets font depuis longtemps l’objet des approches les plus diverses. Nous nous proposons pour notre part de l’aborder en privilégiant une approche micro-démographique et une perspective de long terme. Nous souhaiterions non seulement caractériser la physionomie sociale d’un espace donné (en l’occurrence une rue populaire de la banlieue lilloise), mais tenter de l’expliquer par l’étude des dynamiques longues sous-jacentes à son peuplement. Ceci nous conduira à explorer deux grands axes de réflexion. Le premier porte sur la notion de peuplement et l’analyse des structures familiales : nous verrons que selon l’échelle ou le niveau d’observation retenus, (collectivité ou ménage, individu ou configuration), on obtient des images différentes, mais articulables, des processus qu’elle est censée désigner. Le second concerne la nature de la stratification sociale, ses fondements microscopiques, et ses effets sur les destinées individuelles.

I – Le peuplement : des images contrastées ?

  • 2 Elle est repérable sur le plus vieux plan de la commune que nous ayons pu trouver. Il date de 1816 (...)
  • 3 Elle se situe au centre-ville, à proximité de la Mairie. Elle est bornée d’une part par l’ancienne (...)
  • 4 Ces deux mentions constituent sur le cadastre la rubrique « Nombre d’ouvertures imposables ».
  • 5 À côté duquel est ajoutée la mention « non fini ».
  • 6 Cette seconde partie de la rue Traversière sera absorbée par l’urbanisation de l’avenue Lelièvre ( (...)

2Le terrain d’étude que nous avons choisi est une rue ancienne2 du centre-ville de Loos, une commune de la proche banlieue lilloise. Nommée « Wacquez-Lalo », elle forme, par sa physionomie, un espace relativement clos3, donc contrôlable au niveau de son peuplement. D’après les dénominations portées sur les registres cadastraux, elle est constituée en 1864 de vingt « maisons », toutes de petite taille, puisque neuf d’entre elles comptent trois ou quatre « portes et fenêtres ordinaires », la plus grosse en comportant douze. Aucune ne possède de « porte cochère, charretière et de magasin »4. À chacune de ses maisons sont associés un « jardin », un « sol » ou un ensemble « sol et cour ». En 1862, six de ces maisons sont identifiées comme n’étant pas louées, et l’une d’entre elles seulement comporte un local professionnel, un « atelier de charpentier »5. La partie non bâtie de la rue est formée de terrains plantés et de « terre »6.

  • 7 Le caractère récent de ces constructions est repérable par l’inscription « non fini ».
  • 8 D’un recensement à l’autre, il existe de fortes fluctuations dans la manière de numéroter les mais (...)

3Pour les décennies qui suivent, on trouve trace de la construction de nouvelles maisons7 dans les ratures du cadastre, qui leur attribue des numéros « bis » de parcelles. Du même coup, de quinze adresses distinctes au recensement de 1866, on passe à trente-deux en 19548. Par ailleurs, apparaît sur les recensements à partir du tournant du XXe siècle la double dénomination « rue Wacquez-Lalo », « cour Castelain ». Cette courée comporte neuf maisons, et la double mention se maintient jusqu’après la Seconde Guerre Mondiale. Bien que non mentionnée en tant qu’imité « autonome » auparavant, on trouve la trace, dès le plan du cadastre de 1864, de la présence de ces neuf parcelles.

4Actuellement, la rue forme un ensemble relativement uniforme de maisons de briques rouges d’un étage, totalement urbanisé du côté des numéros pairs. La seule partie de la rue qui reste non construite sur l’ensemble de la période considérée se situe du côté des numéros impairs et est formée par un jardin public. Ce dernier existait déjà sur le plan de 1864, où il est désigné comme « jardin potager jardin public ».

1. Les flux globaux de peuplement

  • 9 En termes de sources disponibles, ces deux dates délimitent les bornes extrêmes sur lesquelles il (...)

5Notre travail a consisté à suivre la population de cette rue, de recensement quinquennal en recensement quinquennal, de 1866 à 19549. Ces seize dénombrements contiennent au total 2231 mentions de résidents, relatives à 1197 individus différents. Selon l’optique que l’on adopte, plusieurs regards peuvent être portés sur le peuplement de cet espace.

  • 10 Il est extrêmement délicat dans le cas qui nous préoccupe de mesurer les effets de la Première Gue (...)
  • 11 En 1946 le nombre des habitants de la rue Wacquez-Lalo est comparable à celui de 1931 (soit 125 et (...)

6Une première attitude possible consiste à raisonner en termes d’agrégats, et à tenter d’identifier des transformations temporelles affectant la population de la rue Wacquez-Lalo envisagée comme un tout indistinct. Ainsi, à une croissance forte jusqu’après 1900 succède un ralentissement, puis une chute enregistrée à la suite de la Première Guerre Mondiale10. L’entre-deux-guerres marque une phase de remontée lente et plus régulière de la population, brisée de nouveau par la Seconde Guerre11. Aux extrêmes (respectivement 1866 pour le minimum et 1901 pour le maximum) le nombre de résidents de la rue Wacquez-Lalo oscille entre cent et deux cents personnes.

  • 12 Un individu peut être mentionné sur plusieurs recensements. Au contraire un ménage est lié à une d (...)
  • 13 Les familles les plus nombreuses connaissent une disparition précoce de la rue Wacquez-Lalo. Le de (...)
  • 14 Aux 650 « chefs de ménages » de notre population sont majoritairement associées des épouses (plus (...)

7À cette modification générale des effectifs s’ajoutent des changements de fond au cœur même des « ménages »12. Sur tout le siècle, recensement après recensement, le nombre moyen de personnes par ménages diminue de façon continue, quasiment linéaire. La disparition des familles les plus nombreuses13 vient ici redoubler l’effet de l’augmentation relative des ménages d’une ou deux personnes. En somme, les fluctuations importantes du nombre total de résidents contrastent avec l’homogénéisation relative de la taille des familles au sein desquelles ils vivent. Plus qualitativement, au sein des relations intra-ou extra-familiales présentes au sein des ménages14 (avec dans ce dernier cas les « logeurs » et les domestiques notamment), ce sont surtout les « enfants » dont la part se réduit au cours du temps. Là aussi, la Première Guerre Mondiale marque une rupture : à compter des années 1920, on ne retrouvera jamais le niveau fluctuant mais élevé (jusqu’à 50 % des enregistrements d’un recensement) que représentaient les enfants, dont le nombre décroît lentement. En d’autres termes, le seul changement profond que connaisse la structure des ménages au cours de la période provient de la réduction de la fécondité.

  • 15 Pour répondre aux limites des calculs faits à partir de la taille moyenne des ménages, l’âge du ch (...)

8Une variable plus fine encore, l’âge du chef de ménage, appuie du moins cette hypothèse, en même temps qu’elle oriente vers d’autres interrogations. On pourrait en effet se demander si la diminution du nombre d’enfants enregistrée ne résulte pas aussi d’un abaissement de l’âge moyen des chefs de famille15. Mais un examen de ce paramètre révèle au contraire une grande stabilité au cours du temps, avec simplement une légère baisse tendancielle. Dans le même temps, l’écart d’âge extrême des « chefs » de famille s’allonge de près de vingt ans sur l’ensemble de la période. Ces deux indications dénotent indirectement un fort taux de rotation au sein de la population de la rue Wacquez-Lalo – dans le cas inverse, et l’effet de la mortalité mis à part, on la verrait au contraire « vieillir » de cinq ans par recensement, tandis que l’écart d’âge extrême se maintiendrait. On peut certes faire l’hypothèse d’un vieillissement sur place des personnes les plus âgées, mais il faut aussi envisager pour les plus jeunes un recrutement extérieur à la rue.

9Homogénéisation dans la forme des familles, mais diversification au sein des chefs de ménages ; forte rotation de la population : on voit qu’il suffit de s’en tenir à des statistiques agrégées pour entrevoir les limites de ce niveau d’observation. Les mouvements de population de la rue Wacquez-Lalo amènent à la cohabitation de personnes aux cycles de vie très différents, selon des mécanismes qui se transforment au cours du temps, et notamment après la Première Guerre. Mieux en comprendre les modalités nécessite de changer d’échelle, et de passer au niveau microscopique du suivi des résidents de la rue. Leur mobilité peut s’appréhender selon trois axes différents, qui résument les migrations individuelles : l’arrivée, l’installation et le départ de la rue Wacquez-Lalo.

2. Trajectoires individuelles et différenciation des populations

  • 16 On en trouvera une bibliographie dans Gillette Jr. H. G., «Rethinking American Urban History : New (...)
  • 17 Cette remontée se situe à un niveau comparable à celui de la première période, avec un taux de vol (...)

10Comme le précédent, ce deuxième niveau d’analyse produit un kaléidoscope d’images, qu’il est possible pourtant d’ordonner selon une perspective d’ensemble. Une première observation, tout d’abord, permet de retrouver des résultats connus de l’histoire urbaine16, à savoir l’existence d’une forte rotation de la population. Jusqu’au lendemain de la Première Guerre, elle atteint de manière à peu près constante les 55 %, c’est-à-dire que durant toute cette période, moins de la moitié des personnes présentes à un recensement donné figurent rue Wacquez-Lalo lors du recensement suivant. Si ce taux diminue après les années 1930, il se maintient à des niveaux élevés, dépassant souvent les 45 %, le recensement de 1946 traduisant même une remontée17.

  • 18 Notons que l’ensemble des résultats que nous allons donner ici devraient être défalqués de l’effet (...)

11Pourtant, ce n’est pas pour autant que l’on retrouve l’image classique d’une population urbaine toujours mobile, voire déracinée. Là encore, seule la microanalyse permet d’aller au-delà des apparences produites par des résultats agrégés. Elle se fonde sur l’étude de ce que l’on pourrait appeler la « volatilité », c’est-à-dire la propension d’un individu enregistré pour la première fois sur un recensement donné à quitter la rue18 durant les cinq années qui précèdent le recensement suivant. Si l’on raisonne globalement, en prenant en compte l’ensemble de la population présente sur toute la période (à l’exception des deux recensements extrêmes, pour lesquels la mesure n’a pas de sens), on constate que 65 % des 1034 personnes concernées ne sont inscrites que sur un unique recensement. Mais le fait de disposer de trajectoires individuelles nuance ce tableau trop univoque. Il révèle l’existence d’un seuil, au-delà duquel au contraire les résidents sont plus stables, comme si le fait d’avoir passé l’épreuve du premier recensement était une sorte de garantie pour une installation durable.

12En effet, si seulement près de 30 % des personnes enregistrées pour un recensement demeurent au moins deux recensements, ce taux remonte et dépasse les 50 % lorsque l’on passe du deuxième au troisième recensement, et ainsi de suite. Ainsi, le passage au niveau individuel transforme totalement la perception que l’on a de la mobilité à travers la rue Wacquez-Lalo. Plutôt qu’à une rotation massive et indifférenciée, on a affaire à la coexistence de deux populations, dont l’une ne fait qu’y transiter tandis que l’autre y est solidement implantée. Ainsi se côtoient, année après année, des personnes témoins d’une « profondeur chronologique », d’un enracinement au sein de la rue, et donc d’une expérience locale, fortement différenciés.

  • 19 On raisonne ici en période couverte. Les années finales, 1911 et 1936, ne sont que des clôtures d’ (...)
  • 20 Ainsi. 20 % seulement des résidents de 1911 sont encore présents en 1921, soit une disparition qui (...)

13Ce mécanisme global de peuplement est lui-même soumis à une dynamique temporelle. Pour s’en convaincre, on peut quitter l’analyse de la volatilité pour aborder celle de la « stabilisation », c’est-à-dire étudier combien de personnes recensées pour la première fois sont encore présentes lors du recensement suivant. Cette mesure, en effet, fait apparaître des périodisations marquées. Durant les périodes 1886-1911, et 1921-193619, on assiste à un fort accroissement des personnes « stabilisées » rue Wacquez-Lalo. À leur terme, les deux conflits mondiaux marquent une rupture. Ils viennent, chaque fois, casser la montée de la stabilisation, et recomposer la population20. Si l’on lit ces résultats en parallèle avec le rythme global d’accroissement de la rue, on est en mesure de proposer une chronologie d’ensemble pour la période.

14Durant un premier temps, de 1866 à 1911, la rue Wacquez-Lalo connaît une forte croissance de sa population, mais ce n’est qu’à partir du milieu des années 1880 que les nouveaux arrivants semblent avoir la possibilité de s’installer durablement rue Wacquez-Lalo. Durant ces décennies du tournant du siècle, les immigrants volatiles et les immigrants stables augmentent conjointement. Après une rupture due à la Grande Guerre, la population se recompose lentement jusqu’aux années 1930, mais cette fois les immigrants « stables » l’emportent sur les immigrants de passage. Si nos données, qui s’arrêtent en 1954, ne permettent pas de l’affirmer avec certitude, il semble que la Seconde Guerre Mondiale et ses lendemains marquent un phénomène comparable de rupture et de lente implantation locale.

3. Configurations familiales et peuplement urbain

15À l’issue des deux regards que nous venons de porter, nous percevons mieux les modalités du peuplement de la rue Wacquez-Lalo. Toutefois, des inconnues demeurent, concernant d’une part le fondement de la chronologie que nous venons de dresser, et d’autre part la nature de la distinction entre deux populations, celle des résidents stables et celle des habitants de passage. Aller plus loin nécessite un nouveau déplacement d’approche. Raisonner tour à tour à un niveau agrégé puis à une échelle microscopique n’épuise pas, en effet, les registres possibles d’étude du peuplement. Un troisième point de vue est concevable, qui engage à changer d’unité d’observation, pour passer de l’individu à la famille.

  • 21 En termes de définition technique, nous entendons par là qu’un ou plusieurs recensements séparent, (...)

16Avant d’appliquer ce nouveau regard aux questions que nous venons de soulever, on peut tenter, pour en comprendre la pertinence, de le faire porter sur un problème quantitativement limité mais riche de signification, celui des retours. Quoiqu’en aient certaines représentations des phénomènes migratoires, les retours, même en zone urbaine, constituent un élément à part entière de la mobilité, qu’il est souvent difficile d’expliquer voire simplement d’identifier. Invisibles si l’on s’en tient aux données agrégées, les retours, tels que les dessine l’étude des trajectoires, engagent, dans le cas de la rue Wacquez-Lalo, plus d’une cinquantaine de personnes21.

  • 22 Tamara K. Hareven a souligné le même type de soutien existant au sein de la parentèle élargie dans (...)

17Loin de constituer une série hétérogène de cas individuels, leur étude circonstanciée montre qu’ils se rattachent à des logiques communes. Tout d’abord, ils concernent majoritairement deux types de populations : reviennent rue Wacquez-Lalo d’une part des individus qui, lors de leur présence précédente, étaient déclarés comme « enfants » ; et d’autre part des veuves. Dans le premier cas, sur les quarante personnes mentionnées comme « enfants » avant leur départ, plus de la moitié retiennent avec un statut de dépendance (« enfant », « frère » ou « sœur »). Ceci vaut même lorsqu’ils ont atteint l’âge adulte (neuf d’entre eux sont déclarés « enfants » alors qu’ils ont plus de 25 ans lors de leur retour), et qu’ils se réinstallent chez leurs parents sans que l’on sache à qui incombe la charge de ce nouveau foyer. De manière comparable, sur les onze femmes mentionnées comme veuves à leur retour, neuf comptent des apparentés dans la rue. Dans un cas comme dans l’autre, le retour rue Wacquez-Lalo est lié à l’existence sur place de liens de sang ou d’alliance, certains accidents biographiques semblant trouver des substituts auprès d’une parenté plus ou moins éloignée22. Un autre exemple, extrême, le confirme, celui de deux hommes partant et revenant deux fois, qui avec un frère, qui avec une sœur.

  • 23 Pour reprendre la notion proposée par Grendi E., « Micro-analisi e storia sociale », Quaderni stor (...)
  • 24 Sur la force des relations familiales dans le cas des migrations de retour, Margaret Grieco a mis (...)
  • 25 Cf. Young M. et Willmott P., Family and Kinship in Fast London, Harmondsworth, Penguin books, 1962 (...)
  • 26 Pour reprendre le célèbre ouvrage de Gans H., The Urban Villagers, New York (NY), The Free Press o (...)

18Bien que marginaux en nombre – et l’on songe bien sûr à la notion d’« exceptionnel normal »23 – ces phénomènes manifestent un mécanisme essentiel, celui de l’empreinte familiale sur certaines logiques de peuplement urbain. Rompant avec la vision individuelle qui allait de pair avec la notion de « volatilité », ils introduisent l’idée d’un ancrage spatial opérant non pas nécessairement au niveau des individus eux-mêmes, mais à celui de leur parenté24. Simultanément, ils indiquent l’existence de formes de solidarité familiale qui ne passent pas par les structures classiques de la famille nucléaire, pour pointer au contraire vers l’existence de liens familiaux complexes, pas nécessairement répertoriés par les catégories administratives ou savantes. Il y a longtemps que l’existence d’ancrages familiaux complexes a été repérée dans le cas de terrains urbains25. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés ici sont plus spécifiés. D’une part, il s’agit de déterminer par quelles procédures on peut appréhender ces formes, étant entendu que les sources dont nous disposons ne sont pas organisées en fonction de catégories permettant de les saisir directement. D’autre part, il convient de déterminer si ces formes familiales concernent tous les résidents de la rue, ou si au contraire règne en la matière une certaine diversité : chacun n’est pas nécessairement « un villageois dans la ville »26. Enfin, l’étude des retours indique que loin de constituer une curiosité anecdotique, les formes familiales complexes peuvent engager profondément les comportements et les destinées des résidents : il importe de vérifier dans quelle mesure ce constat peut être généralisé.

  • 27 L’usage des patronymes dans l’étude des migrations a déjà été utilisé par Johnston R. J. dans « Re (...)
  • 28 Nous avons exclu de notre échantillon toutes les personnes dont le lien avec le « chef » du ménage (...)
  • 29 Bruno Duriez et Marc Fourdrignier ont utilisé des sources patronymiques et généalogiques dans leur (...)
  • 30 Ceci pour répondre aux réserves de Maurice Garden qui redoute les limites d’une telle approche dan (...)

19On l’a dit, aucune information ne permet de déceler explicitement les réseaux familiaux dans lesquels les individus de la rue Wacquez-Lalo sont susceptibles d’être insérés. À défaut, nous avons eu recours au seul indicateur envisageable d’après nos sources, à savoir les patronymes des résidents27. Nous avons pour cela établi des formes de « chaînages » à partir des données patronymiques dont nous disposions, à la fois dans l’espace et dans le temps. Pour chaque recensement, nous avons cherché à regrouper l’ensemble des foyers résidant à des adresses différentes, mais dont certains des membres28 portaient un nom identique. Bien que grossière, cette première approche patronymique peut se rapprocher d’une reconstruction généalogique descendante29. Elle repose sur l’hypothèse que toute personne arrivant dans la rue Wacquez-Lalo et dont le patronyme est déjà porté par un résident de cette même rue dispose d’un lien de parenté30 avec ce dernier.

  • 31 On donne à la notion de couple une définition large. Il peut aussi bien s’agir d’un couple « tradi (...)
  • 32 Monsieur Mullet est charpentier, il habite rue Wacquez-Lalo entre 1866 et 1891. Monsieur Delattre (...)

20Dans le cas des individus mariés, ce raisonnement aboutit à pratiquer un véritable jeu de dominos. En effet, comme un domino est composé de deux valeurs, chaque couple31 résidant à une adresse donnée est défini par deux noms de famille. Ceux-ci permettent d’établir des connexions avec toute autre personne portant l’un des deux patronymes et habitant dans la rue Wacquez-Lalo au même moment : il faut non seulement que les mentions portées sur les pièces du jeu soient identiques, mais aussi que la date mentionnée sur ces dominos soit similaire32. En raisonnant par proximités successives (exprimées par le lieu et le temps partagés), on reconstitue par capillarité des réseaux familiaux invisibles autrement. L’intérêt et la pertinence de cette procédure sont qu’elle permet de donner un sens beaucoup plus précis à l’ensemble des phénomènes de peuplement que nous avons constaté jusqu’ici.

  • 33 Les liens entre ces deux couples s’établissent de la façon suivante : Mullet-Duflot-1866, [...], M (...)

21Le premier trait marquant qui se dégage concerne d’abord la mise en évidence d’une polarisation entre deux types extrêmes d’ancrage familial. D’un côté coexistent une trentaine de petits réseaux familiaux, reliant généralement deux ménages de taille réduite, unis par des liens de parenté proches (parents-enfants notamment). Ils représentent une part importante de la population de la rue (ils comptent au total 320 membres, soit un peu moins de 30 % du total). Mais à l’autre extrémité en revanche, on identifie un très gros réseau familial, agrégeant une vingtaine de foyers au cours du temps. Il regroupe au total plus de 80 personnes, avec pour certains recensements la présence simultanée de six ménages. Sa structure, surtout, est digne d’intérêt : elle se compose de liens complexes, de chaînes souvent très indirectes, dont le contenu ne correspond pas aux catégorisations familiales habituelles. On peut par exemple relier deux couples qui résident à des périodes éloignées et qui portent des patronymes distincts. Ainsi, vingt années séparent la « disparition » du couple Mullet-Duflot et la première mention des Lemay-Machue. M. Lemay appartient en termes d’âge à la génération des enfants de M. Mullet, et il occupe la profession d’horloger, tandis que le premier recensé était menuisier33.

  • 34 Cette notion a largement été étudiée par Hägerstand T. dans « Migration and area. Survey of a samp (...)
  • 35 Comme le souligne Yves Grafmeyer à propos de Lyon : « en examinant les trajectoires résidentielles (...)
  • 36 Nous avons eu affaire à ce type de difficulté en particulier au début du XXe siècle, lorsque les f (...)

22Cette mise en évidence de structures familiales complexes permet, en deuxième lieu, de faire sens de logiques d’immigration rue Wacquez-Lalo incompréhensibles autrement. Faisant pendant aux explications professionnelles des migrations, elles donnent une grande importance à la mobilité « induite »34 par canaux de relations familiales35, et à ses effets (agrégation, dans ces réseaux de parenté complexes, des personnes les plus diverses par leur sexe, leur âge, leur situation maritale ou professionnelle). De manière plus spécifique, cette vision en termes de réseaux souligne le rôle des femmes, souvent négligé dans l’étude des phénomènes migratoires. Ce résultat constitue une forme de validation de la méthode que nous avons retenue, car les méthodes nominatives butent fréquemment sur la difficulté de suivre les liens et les transmissions passant par des réseaux féminins36.

23Enfin, la prise en compte des configurations familiales aboutit à mieux comprendre la nature des transformations temporelles qui affectent le peuplement de la rue Wacquez-Lalo, et en particulier de la rupture qui se produit à l’occasion de la Première Guerre Mondiale. Celle-ci, en effet, instaure une double césure. Elle marque à la fois la disparition d’un bon nombre des petits réseaux familiaux, et une réduction sensible du nombre d’individus et de ménages reliés au réseau principal. Alors que ce dernier voyait cohabiter six à sept ménages distincts à chaque recensement depuis 1891, il ne compte jamais plus de quatre foyers résidant simultanément rue Wacquez-Lalo à partir des années 1920. Les logiques familiales mises en évidence en début de période cèdent donc peu à peu la place à d’autres formes de choix individuels dans les décisions de migration.

24Au total, on observe que seul le passage d’une échelle d’observation agrégée à une échelle microscopique, puis d’une dimension individuelle à une dimension configurationnelle, permet de rendre compte des mécanismes de peuplement de la rue Wacquez-Lalo, et de leur évolution au cours du temps. Globalement, deux modèles d’inscription locale se succèdent chronologiquement. Du Second Empire à 1914, beaucoup d’individus et de ménages résidents sont insérés dans un tissu familial dense, qui structure à la fois leur implantation et leur mobilité. Durant cette période, et contrairement aux idées reçues sur les liens entre mobilité et précarité, l’analyse de certains déplacements, et en particulier des retours, montre qu’il peut exister une association entre un ancrage familial profond et une forte mobilité individuelle. Les ressources mises à disposition par la parentèle permettent en effet à chacun une plus libre circulation personnelle. Après la Première Guerre Mondiale au contraire, le poids des familles se réduit, laissant peu à peu la place à des ménages sans relations de sang ou d’alliance avec leurs voisins. Alors que la rue Wacquez-Lalo se peuple de plus en plus de « petites unités » isolées, on assiste parallèlement à un affaiblissement de la « volatilité » des résidents. Le constat est ici le symétrique du précédent : de manière a priori paradoxale, l’« autonomisation » des ménages venus s’installer rue Wacquez-Lalo s’accompagne d’un enracinement local plus fort.

25Ainsi, la méthode que nous avons retenue, et les déplacements successifs de regard sur lesquels elle repose, permettent d’établir le rôle de causalités microscopiques, et en particulier de micro-anthropologies familiales, dans l’évolution des mécanismes de peuplement. Il ne s’agit pas de substituer le mythe de communautés familiales urbaines à celui de l’atomisation des ménages citadins, mais de constater l’existence d’une grande diversité de fonctionnements familiaux, dont la résultante infléchit les dynamiques de population d’un petit espace. Après avoir mis en évidence l’effet de ces mécanismes dans la sphère proprement démographique, il convient de revenir à notre objet initial, et d’examiner s’ils exercent également une influence sur la ségrégation sociale de l’espace considéré.

II – La physionomie sociale de la rue Wacquez-Lalo

1. Les professions de la rue Wacquez-Lalo

  • 37 Cf. Desrosières A. et Thévenot L„ Les Catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte, 198 (...)
  • 38 Gribaudi M. et Blum A., « Les individus dans l’espace social », Annales ESC, 6, 1990, p. 1365-1402

26La première tâche à accomplir est de détailler la physionomie sociale de la rue Wacquez-Lalo. Il y a encore vingt ans, une telle opération aurait été aisée. S’inspirant directement de la méthode des catégorisations socio-professionnelles proposée par l’INSEE, les historiens sociaux quantitativistes appliquaient aux déclarations d’activité professionnelle des populations du passé une grille de classement prédéterminée. Si cette méthode est encore souvent pratiquée par certains historiens, plusieurs travaux parallèles, menés ces dernières années dans le cadre d’une remise en cause générale de l’objectivisme, en ont clairement montré les limites, voire l’impossibilité logique. Des recherches récentes d’histoire des sciences et des pratiques administratives ont mis à jour les procédures de construction de ces regards statistiques, dont les produits renseignent plus sur les représentations sociales propres à l’administration que sur la nature du tissu social37. Un travail de déconstruction pratique a confirmé l’importance des effets de pré-construction du regard : codant un même ensemble de données avec des grilles de classement successives, et obtenant sur cette base des images incommensurables du social, il a démontré fortement le caractère quasi tautologique des découpages sociaux a priori38.

27Ramené à notre terrain, un listage brut des professions mentionnées dans les recensements entre 1866 et 1926 est une manière directe de présenter les données du problème. Comptabilisons par exemple l’ensemble des professions déclarées, sans nous soucier des individus qui les pratiquent : si un même individu figure dans la rue durant cinq recensements, et qu’il se déclare chaque fois comme « Menuisier », cette activité se verra attribuer cinq occurrences. Si l’on ne garde que les professions représentant 1 % au moins des mentions totales, et que l’on s’en tient aux professions masculines, on obtient le tableau suivant, classé par fréquences croissantes (tableau 1).

Profession

Fréquence

 %

Tisserand

11

1.07

Domestique

13

1.26

Ajusteur

14

1.36

Peintre

15

1.46

Cabaretier

17

1.65

Mécanicien

17

1.65

Cordonnier

18

1.75

Cultivateur

20

1.94

Serrurier

23

2.24

Fileur

25

2.43

Rentier

25

2.43

Tonnelier

26

2.53

Charpentier

29

2.82

Jardinier

31

3.01

Sans profession

32

3.11

Employé

41

3.98

Menuisier

106

10.30

Journalier

115

11.18

Tableau 1
Fréquence des professions rue Wacquez-Lalo, toutes mentions confondues

28Sans l’appui de cet outil naturalisé que sont devenues les catégorisations socio-professionnelles, le seul examen de cette liste montre les difficultés de tout classement. Il fait apparaître trois professions qui surnagent par leur effectifs (en premier lieu les journaliers, suivis des menuisiers et des employés) : il est tentant d’y voir trois pôles sociaux, qui définiraient autant d’univers présents rue Wacquez-Lalo. Mais comme toute qualification professionnelle, ces mentions sont poly-sémantiques, et peuvent dessiner des réalités multiples : l’indépendance ou l’apprentissage par exemple dans le cas des menuisiers, le monde de l’usine ou celui des petits métiers dans le cas des journaliers (sans oublier une dénomination avant tout liée à un âge élevé), et des réalités tout aussi diverses pour les employés. Il est donc moins aisé qu’il n’y paraît de porter un jugement précis sur le paysage dessiné par ces trois professions dominantes.

  • 39 Daumard A., « Une référence pour l’étude des sociétés urbaines en France aux XVIIIe et XIXe siècle (...)

29L’examen des professions moins représentées n’est pas sans accentuer cette difficulté. La présence des cordonniers ou des serruriers, des tisserands, des mécaniciens ou des fileurs, laisserait bien entrevoir la cohabitation d’un pôle artisanal et d’un pôle industriel, mais ces mentions elles non plus ne sont pas exemptes d’ambiguïté. Domestiques ou peintres ne sont pas beaucoup plus explicites. Tout au plus se dessine un petit pôle rural, avec ses jardiniers et ses cultivateurs, mais sa présence apparaît comme très limitée. C’est par ces difficultés que s’exprime l’effet des difficultés théoriques évoquées précédemment. Les segmentations professionnelles a prion élaborées par les historiens sociaux dans les années 1960 et 1970 se seraient jouées de ces obstacles classificatoires. Elles auraient proposé par exemple de distinguer quatre pôles, celui des « Journaliers et ouvriers divers », celui des « Employés divers », celui du « Statut intermédiaire entre le salariat et la maîtrise », et, en filigrane, celui des « Agriculteurs »39. En corollaire, elles auraient étroitement relié l’identité sociale des individus à leur appartenance à chacun de ces groupes, et considéré tout passage de l’un à l’autre comme un phénomène de mobilité sociale. Mais, nous l’avons vu précédemment, les fondements incontrôlés d’une telle approche nous empêchent de la retenir : l’inverse reviendrait à soumettre l’histoire aux catégories de la statistique administrative.

30Par contraste, c’est plutôt sous forme de questions que l’on peut raisonner sur ces premières données. Tout d’abord, elles laissent ouverte la question de savoir comment se répartit l’univers social présent rue Wacquez-Lalo. Elles ne permettent pas de définir s’il constitue un tout indifférencié (la proximité physique dans un petit quartier populaire et en expansion amenant à une « fusion » de cette petite population), ou s’il est au contraire fragmenté, selon des lignes de rupture qu’il conviendrait de déterminer. Ensuite, on aimerait notamment savoir qui échange avec qui, et si les rapports interprofessionnels recoupent cette grande ligne frontière de l’histoire sociale qu’est la délimitation classique entre artisanat, monde de l’usine et secteur tertiaire. Enfin, il convient d’analyser le rôle que jouent dans ce tableau les professions à connotation rurale, et aussi de s’interroger sur la place des professions très peu fréquentes, que nous n’avons pas évoquées jusqu’ici.

2. Représenter la stratification : de la configuration à la validation

  • 40 Cf. Chamboredon J.-C. et Lemaire M., « Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembl (...)

31Pour tenter de répondre à ces interrogations, on peut se référer à un axe de recherche qui, au contraire des démarches fondées sur des pré-catégorisations, s’efforce de produire des classements a posteriori, fondés sur l’observation de comportements effectifs. Alors que le travail sociologique consiste souvent à étudier en quoi les interactions au sein d’une population sont affectées par la localisation de chacun dans une structure sociale abstraite, en quoi l’immédiateté apparente du contact physique est canalisée par une distance sociale invisible mais déterminante40, on peut inverser la perspective, et tenter de déterminer si le tissu d’interactions qui se déroulent dans un cadre spatial limité contribue à construire la position sociale des individus qui y résident.

  • 41 Sur ce courant, on peut se reporter au dossier « Sulla microstoria », Quaderni Storici, 86, 1994, (...)
  • 42 Deux références importantes sont ici, pour l’anthropologie sociale, l’école de Manchester et son c (...)
  • 43 Il consacre en effet plusieurs articles ou commentaires à cette question, durant la période d’ébul (...)
  • 44 Grendi E., « Micro-analisi... », art. cit., p. 514. Les expressions précédentes sont extraites du (...)

32C’est la microstoria italienne qui, dans les années 1970, a suggéré un tel déplacement41, reposant sur une conception configurationnelle du monde social42. Edoardo Grendi est sans doute celui de ses fondateurs qui a été amené à en formuler les propositions les plus explicites43 en matière de stratification sociale. Tout en conservant la référence à la notion de « structure sociale », Grendi associe celle-ci à la combinaison des rapports interpersonnels au sein d’une petite population. L’« univers relationnel », encore appelé par l’auteur « champ des relations interpersonnelles » on « série et réseau des rapports interpersonnels » constitue l’objet de l’analyse, cette orientation de base permettant de tracer la procédure apte à mettre à jour la stratification sociale : « la reconstitution systématique (et laborieuse) des relations interpersonnelles permet une cartographie de la structure sociale sous-jacente »44. Plus qu’une métaphore ou qu’une trouvaille méthodologique, l’idée de cartographie renvoie bien à la conception de la société dérivée des théories configurationnelles : la stratification sociale constitue à proprement parler un tissu, dont l’observation des échanges inter-individuels permet de saisir la texture.

  • 45 Sur le statut du savoir produit par des analyses de tillages, voir Levi G., « Villagi », Quaderni (...)

33Ce raisonnement trouve une pertinence particulière pour le type de terrains auxquels se sont initialement attaqués les micro-historiens – le plus souvent des villages à l’époque moderne45. La communauté rurale présente en effet la double propriété de compter une population unie par des liens étroits (même si elle n’est jamais considérée comme close sur elle-même), et d’offrir une série de sources (paroissiales, notariales, judiciaires, etc.) permettant dans une large mesure de les reconstituer. Dans ces conditions de densité et de complétude, on peut considérer que l’identification des liens (d’alliance, d’argent, de clientèle) définit en grande partie les contraintes et les ressources dans lesquelles évolue chaque individu, et permet du même coup de cerner stratégies personnelles et hiérarchies collectives.

  • 46 En dépouillant les registres des mariages célébrés à Loos, 79 actes concernant des résidents de la (...)

34Le recours à ce type d’approches, que l’on pourrait qualifier de « relationnelles », est en revanche beaucoup plus problématique lorsqu’on entend les appliquer à des terrains moins favorables. Ainsi de la rue Wacquez-Lalo : une partie des interactions entre ses résidents sont reconstituables, non pas à partir des recensements (lesquels sont construits sur une base atomiste), mais des actes de mariage, et notamment des liens qu’ils dessinent entre les conjoints et leurs témoins46. Mais cette pré-condition n’est pas suffisante. D’une part, la population de la rue s’insère dans une conurbation et entretient beaucoup de liens extérieurs, et d’autre part elle est beaucoup moins facile à cerner en termes archivistiques que les membres d’un village (les actes notariés les concernant sont par exemple beaucoup moins nombreux). Dans ce cas, la cartographie des liens n’est que partielle, et ne peut aider à définir les attendus des comportements individuels : elle constitue une sociographie, mais pas un révélateur des contraintes, des ressources, des stratégies et des mécanismes. La réponse à cette limitation ne réside pas dans la mise au point d’une procédure technique : elle impose d’introduire la notion de validation, pour contrôler la portée des résultats que l’on dégage.

35Aussi, plutôt que de traiter sur le même plan tous les liens de témoignage, et de considérer qu’ils contribuent également à l’identification d’une forme sociale, il est préférable de tenter de mettre au jour une structure et de tester sa capacité à rendre compte des comportements observés. Plus concrètement, il s’agit de faire émerger des noyaux fie professions et d’en tester progressivement la stabilité en introduisant des activités de plus en plus rares.

3. La reconstruction de la stratification sociale de la rue Wacquez-Lalo

  • 47 D’une part, on peut dénombrer les professions soit sur la base des actes de mariage, soit sur la b (...)

36Pour reconstruire la stratification sociale de la rue Wacquez-Lalo, nous sommes partis des professions qui y étaient les plus représentées, en considérant qu’elles jetaient les bases de son univers de référence. En comparant plusieurs critères de comptabilisation47, nous avons identifié quatre activités dominantes, au premier plan desquelles figurent celles de journaliers et de menuisiers, au second celles d’employés et de jardiniers. Que la hiérarchie des fréquences fasse apparaître quatre professions qui, classiquement, incarneraient quatre mondes bien distincts, est précieux : cela fournit en effet l’occasion pratique de tester la validité des découpages sociaux traditionnels, de mesurer s’ils définissent effectivement une partition de l’espace social adaptée à notre terrain d’étude. Nous avons, sur cette base, procédé par étapes et par validations successives, selon une méthode qui s’apparente à celle des nuées dynamiques.

37Pour commencer, nous n’avons retenu que les professions directement liées à l’une des quatre activités dominantes, soit au titre d’époux, soit au titre de témoin. Qu’un serrurier ait figuré comme témoin d’un journalier ou d’un jardinier, ou qu’un boulanger ait recruté un témoin employé, suffisait à retenir ces deux professions pour cette première étape. Sur la base de cette sélection, nous avons, par transitivité, déterminé un premier découpage de l’espace social : si certaines professions ne sont liées qu’à l’un des quatre métiers de base (les comptables avec les employés par exemple), d’autres se situent dans des intersections. Les boulangers, par exemple, sont liés aussi bien aux employés qu’aux menuisiers, et s’insèrent dans un groupe commun à ces deux activités. Certains métiers sont liés à trois des professions majeures, et d’autres même aux quatre – c’est le cas des menuisiers, charpentiers et jardiniers, que cette méthode place au cœur de l’espace social de la rue Wacquez-Lalo.

38Nous avons ensuite tenté de mesurer la validité de ce premier découpage. Celui-ci, on l’a vu, est fondé exclusivement sur les connexions entre les quatre professions « centrales » et les professions « périphériques » qui leur sont liées. Il vise à distribuer ces dernières entre plusieurs sous-groupes (le groupe des activités liées aux employés, le groupe des activités liées aux employés et aux menuisiers, etc.). Mais il existe aussi des liens directs entre ces professions « périphériques », dont on peut examiner s’ils sont compatibles avec cette division en sous-groupes. Par exemple, on peut considérer que des échanges directs entre bouchers (unis aux menuisiers) et serruriers (rattachés aux menuisiers et employés) sont compatibles avec notre configuration de base. Inversement, il ne saurait y avoir d’échange entre les professions reliées aux menuisiers et aux employés (tels les boulangers), et celles reliées aux journaliers (tels les domestiques). Avec ce critère de vérification, on obtient 65 échanges conformes à la structure, contre quatre seulement qui lui sont incompatibles, ce qui permet de passer à l’étape suivante.

  • 48 Considérant que les liens uniques ne permettent pas de contrôle, nous excluons de cette analyse le (...)

39Celle-ci consiste à aborder les activités qui ne sont reliées qu’indirectement aux quatre professions les plus fréquentes, c’est-à-dire par le biais d’une profession « périphérique »48 (par convention, nous les appellerons les « petites » professions). On peut les rattacher à la structure précédente, et du même coup élargir cette dernière. Soit les quatre maîtres couvreurs de l’échantillon : si aucun d’entre eux n’est connecté à l’une des quatre professions majeures, les deux premiers témoignent au mariage de cultivateurs, les deux autres à celui de deux rentiers. Or, ces deux professions « périphériques » sont reliées aux menuisiers : on peut donc rattacher les maîtres couvreurs au groupe des menuisiers.

40L’introduction de ce que nous appellerons les « petites » professions pose cependant un problème particulier. Soit le cas des charrons, reliés respectivement à un mécanicien et à un « sans profession ». Les mécaniciens sont reliés aux menuisiers et aux journaliers, les « sans profession » aux menuisiers et aux employés. Nous considérerons d’une part que ces deux liens sont compatibles (car ils pivotent autour des menuisiers), et d’autre part qu’ils définissent précisément la position des charrons, celle-ci pouvant être ramenée à la combinaison linéaire de ces deux liens : le charron, en dernier ressort, est pour moitié lié aux menuisiers, et pour quart aux journaliers et aux employés respectivement. En généralisant ce procédé des combinaisons linéaires, et en ne retenant que les composantes élémentaires supérieures ou égales à un quart, on obtient, comme précédemment, une série de liens compatibles ou incompatibles avec la structure proposée au départ. Comme précédemment, cette dernière résiste à cette mise à l’épreuve, en parvenant à rendre compte de 26 liens sur 30.

4. Les mondes sociaux d’une rue populaire

41Ce dernier résultat confirme que la configuration professionnelle à laquelle nous sommes parvenus rend compte de la très grande majorité des liaisons entre les professions, même si elle ne cherche pas à les recouvrir toutes. Elle permet d’aboutir à un certain nombre de conclusions sur la stratification sociale de la rue Wacquez-Lalo, sur la base du tableau suivant, qui présente l’ordonnancement du paysage social de cet espace (tableau 2).

42Tout d’abord, la sociographie proposée fait apparaître plusieurs sous-ensembles clairement découpés. Le monde des activités industrielles se regroupe entre les menuisiers et les journaliers et, avec une tonalité plus centrée sur le textile, entre les employés et les journaliers. Entre les menuisiers et les employés se dessine un univers mêlant employés de tous types et artisans, mais un ensemble plus spécifiquement artisanal se dessine autour des menuisiers. Menuisiers, charpentiers et jardiniers assurent des passages entre ces mondes, mais l’existence de frontières, fussent-elles poreuses, témoignent de la juxtaposition, sur un petit espace, entre des univers sociaux différents.

Liens avec les employés, jardiniers, journaliers et menuisiers

Charpentier, jardinier, menuisier.

Liens avec les employés, jardiniers et journaliers

Mouleur, ouvrier menuisier, charron.

Liens avec les jardiniers, journaliers et menuisiers

Fileur, journalier, garçon brasseur.

Liens avec les employés et menuisiers

Négociant, boulanger, cordonnier, employé, employé divers, serrurier, sans profession, gérant de banque, ajusteur.

Liens avec les employés et jardiniers

Employé de commerce, maraîcher.

Liens avec les employés et journaliers

Blanchisseur, tisserand, cabaretier, ouvrier teinturier.

Liens avec les jardiniers et journaliers

Malteur, ouvrier paveur, garde-champêtre.

Liens avec les jardiniers et menuisiers

Valet de chambre, marchand de légumes, chimiste, paveur.

Liens avec les journaliers et menuisiers

Contremaître, ferblantier, maçon, mécanicien, forgeron, tourneur, teinturier, machiniste.

Liens avec les employés seuls

Comptable, marchand boulanger, cafetier.

Liens avec les jardiniers seuls

Paqueteur, tapissier, charretier, chauffeur.

Liens avec les journaliers seuls

Secrétaire de mairie, surveillant de filature, bobineuse, domestique.

Liens avec les menuisiers seuls

Boucher, charpentier en fer, cultivateur, mineur, tonnelier, bourrelier, rentier, laitier, magasinier, maître couvreur, imprimeur.

Tableau 2
Regroupement des professions présentes rue Wacquez-Lalo

43Aucun des ensembles ainsi identifiés ne correspond aux définitions classiques des catégories socio-professionnelles. On rejoint donc, à travers une démarche positive, les résultats critiques adressés à ce type de segmentation. En même temps, les contiguïtés observées ne sont pas sans lien avec les grands découpages de la sociologie traditionnelle : si les artisans, par exemple, n’apparaissent pas comme un bloc étanche, ils occupent une position de pivot entre le monde des journaliers et celui des employés. Révélatrice est à cet égard la position des journaliers qui, avec les fileurs, sont proches du centre, mais n’entretiennent aucun lien avec les employés. De même, que les catégories d’inactifs, rentier et sans profession se situent entre menuisiers et employés renforce l’idée d’une frontière avec les milieux plus populaires, où l’on continue à déclarer une activité professionnelle jusque tardivement dans le cycle de vie. Au total, ce sont donc les regroupements professionnels particuliers plutôt que les proximités sociologiques générales qui sont remis en cause par cette approche, en même temps que ces proximités se trouvent spécifiées de manière précise : au niveau le plus large, l’espace social de la rue Wacquez-Lalo s’ordonne autour d’une polarisation entre le monde des journaliers d’une part, et un ensemble groupant artisans et employés d’autre part.

  • 49 Mentionnons notamment les paires garçon brasseur-tonnelier, garçon brasseur-malteur, malteur-jardi (...)

44Un seul ensemble sort éclaté (et presque invisible) de ce tableau, celui des professions du secteur primaire. Maraîchers, cultivateurs, jardiniers se retrouvent dans des catégories disjointes. Ici seulement apparaît le rôle des « petites » professions (celles que nous avons intégrées à la fin notamment) : laitiers, marchands de légumes, gardes champêtres, malteurs relient l’ensemble de ces activités, en y ajoutant les métiers liés aux boissons (tonneliers, garçons brasseurs)49. Mais la cohérence de l’ensemble obtenu signifie aussi que le monde rural est présent, en tant que tel, en plein cœur d’une banlieue industrielle en expansion. Et son ouverture auprès des différentes grandes professions (employés mais surtout menuisiers et journaliers) le désigne même comme central, en ce qu’il apparaît au milieu de la plupart des regroupements professionnels obtenus. Ce résultat constitue un net contraste avec les catégorisations a priori, qui traditionnellement en font un monde isolé et pour ainsi dire reliquaire au sein de la ville. Il contribue à la nécessaire réévaluation des images issues de la conception traditionnelle de l’« exode rural ».

45Si le paysage d’ensemble auquel nous parvenons est marqué par une réelle cohérence, il est relatif, on l’a vu, au principe de construction qui le fonde, c’est-à-dire à une conception relationnelle de la dynamique sociale. Mais il est possible de le mettre à l’épreuve, en vérifiant sa capacité à rendre compte des trajectoires professionnelles intragénérationnelles des résidents de la rue : l’indépendance des objets (itinéraires au lieu de réseaux), et des sources (données du recensement au lieu de données d’état civil) autorise une telle confrontation. Pour ce faire, le découpage social auquel nous sommes parvenus sur la base de l’observation des liens de témoignage n’étant pas composé d’univers sociaux séparés, mais d’ensembles professionnels réunis par des intersections, il est loisible, pour chaque profession, de définir un ensemble de transformations possibles, et de transformations impossibles. Soit le cas des serruriers, insérés dans un ensemble entretenant des liens à la fois avec les menuisiers et avec les employés. On peut poser pour hypothèse que s’ils changent de profession, ils peuvent adopter soit un autre métier de ce groupe (tel que cordonnier), soit une activité liée strictement aux menuisiers ou aux employés (respectivement bourrelier ou comptable par exemple). Inversement, on considérera comme déviation qu’ils évoluent vers une profession uniquement liée aux jardiniers (charretier) ou aux journaliers (domestique).

  • 50 Le détail des modalités de cette mise à l’épreuve, et de ses résultats numériques, est donné en an (...)
  • 51 Voir Barth F., Process and Form in Social Life, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1981 ; Levi G., (...)

46En d’autres termes, la représentation proposée de la structure sociale permet de définir, pour chaque profession, une gamme de trajectoires possibles et impossibles. Son degré de pertinence peut, du même coup, être testé. Il suffit pour cela de comparer les trajectoires possibles et les trajectoires observées, et de déterminer quelle proportion de celles-ci constitue des « déviations », c’est-à-dire des trajectoires incompatibles avec la stratification obtenue. De fait, cette comptabilisation valide le découpage obtenu. Sur la base des mouvements mesurables, les déviations ne représentent que 5,4 % des changements de professions : toutes les autres sont cohérentes avec la segmentation proposée50. En d’autres termes, il existe bien une correspondance entre le découpage social obtenu sur la base des liens de témoignage, et la logique des parcours professionnels des résidents. Incidemment, l’exemple prouve qu’il est possible de donner une traduction méthodologique à la notion de « gamme de possibles », et à la représentation du monde social, causale mais non déterministe, qui lui est associée51.

5. Des dynamiques familiales à la stratification sociale

47La sociographie que nous avons proposée se trouve donc validée par son aptitude à rendre compte des trajectoires individuelles. Du même coup, elle révèle l’existence de formes locales de structuration sociale, indépendantes – au moins en partie – de la référence à une stratification sociale abstraite. Il est donc important de se pencher sur ses fondements. Pour ce faire, on peut partir de l’un de ses traits les plus marquants, à savoir la centralité des menuisiers. Alors qu’elle ne fournit que 10 % des mentions professionnelles totales (tableau 1), et se situe de ce point de vue derrière les journaliers, cette activité constitue le pivot de la rue. Formant un carrefour entre le monde des employés et celui des journaliers, articulant la plupart des professions et des mondes sociaux, elle constitue, à proprement parler, le centre de l’univers de la rue Wacquez-Lalo.

48Un retour aux listages des fréquences professionnelles fournit un premier élément d’explication à cette prépondérance. Si les menuisiers fournissent 10 % environ des mentions déclarées dans les recensements successifs, leur part dans le nombre total de résidents durant la période est très réduite (à peine 4 %). En revanche, ils représentent plus de 16 % des résidents de la rue qui se marient à Loos. En d’autres termes, leur poids collectif dépasse très largement leur présence individuelle. Le cas des journaliers en constitue le parfait symétrique. Leur nombre total est élevé (16,1 % des résidents), mais leur importance d’ensemble plus limitée (11,2 % des mentions ; 6,6 % des époux). Ce contraste s’explique par un phénomène de stabilité résidentielle différentielle. Alors que les menuisiers apparaissent comme des quasi-sédentaires rue Wacquez-Lalo (ils déclarent plusieurs fois la même profession, et se marient dans la commune), les journaliers ne font qu’y transiter, et ne sont jamais que de passage. Le découpage social auquel nous sommes parvenus permet d’enregistrer les effets sociologiques de cette différence : il témoigne du fait que l’ancrage résidentiel des menuisiers leur a donné l’occasion de peser sur la structuration sociale de la rue, dans des proportions qui sont sans rapport avec leur présence absolue.

  • 52 Pour reprendre l’expression de Levi G., Le Pouvoir au village, op.cit.

49Mais cette différence elle-même est à expliquer. Elle ne se réduit pas à l’effet du fonctionnement différent du marché du travail pour ces deux professions, celui-ci ne permettant pas de rendre compte de la spécificité des menuisiers par rapport aux autres artisans de la rue. Pour la justifier, il faut en revenir à ces structures familiales complexes que l’on a mises en évidence au début de ce travail. Les menuisiers, en effet, n’appartiennent pas à des ménages isolés. Tous se rattachent à ce vaste réseau familial que nous avons décrit. C’est ce « front de parenté »52 qui est sous-jacent à la forte sédentarité des menuisiers : leur immobilité résidentielle est à comprendre dans le cadre de cet ancrage familial large, en même temps que ce dernier en renforce les effets. Et la centralité des menuisiers, leurs liens avec tous les milieux sociaux, ne font que découler du fait que le tissu de parenté auquel ils appartiennent est au cœur de la sociabilité de la rue. La physionomie sociale propre à la rue Wacquez-Lalo apparaît donc en dernier ressort comme le produit d’un processus microscopique, opérant à l’échelle des dynamiques familiales.

Conclusion

50Il est d’usage, pour analyser la stratification sociale, de dénombrer les caractéristiques socio-professionnelles d’une population. Cette approche, naturalisée par des siècles de statistique administrative, repose sur un présupposé sociologique implicite, selon lequel le corps social est constitué d’un ensemble d’individus isolés, agrégeables tout au plus à l’échelle de deux catégories préconstruites et supposées universelles, le ménage et les catégories socio-professionnelles. L’étude que nous venons de conduire a tenté de montrer les limites d’une telle conception, et de proposer une démarche alternative. Elle repose sur l’adoption d’une démarche configurationnelle, et permet de dégager trois grands types de conclusion en matière d’analyse de la ségrégation sociale de l’espace urbain.

51La première concerne la possibilité de construire des catégories alternatives pour l’analyse des dynamiques sociales, indépendantes de l’héritage de la statistique administrative. En termes d’organisation familiale tout d’abord, on a pu mettre en évidence l’existence d’une pluralité de modèles, allant des définitions administratives (où le ménage constitue l’unité pertinente) à des formes inédites, où c’est un tissu a priori invisible de connexions entre de nombreux ménages qui anime les logiques de parenté. Concernant la stratification ensuite, les indices dont on disposait sur les réseaux de sociabilité ont fait émerger un découpage social inédit, où les grandes catégories sociologiques apparaissent recomposées, et ou la segmentation entre des univers étanches fait place à un ensemble très organisé de points de passage possibles. Ce résultat invalide l’idée sociologique dominante d’une stratification sociale abstraite, ne faisant que s’incarner dans des espaces physiques. Elle met au contraire en avant l’idée de formes locales de structuration sociale. Ces dernières, comme on a pu ensuite le montrer, permettent de rendre compte, de manière causale mais non déterministe, des parcours professionnels intragénérationnels.

52La deuxième conclusion porte sur l’articulation entre structures de famille et stratification sociale. L’examen de la rue Wacquez-Lalo révèle que, contrairement à ce que supposent les divisions sous-disciplinaires internes à la sociologie, ces deux dimensions sont étroitement liées. La centralité des menuisiers dans les réseaux sociaux et, indirectement, dans les parcours de mobilité – qui constitue l’une des spécificités majeures de l’organisation de cet espace – provient de leur ancrage résidentiel en tant qu’individus, mais surtout de leur insertion collective à un vaste « front de parenté ». Ce dernier organise véritablement la physionomie sociale de la rue, en conférant à ses membres un rôle de pivot dans les structures de sociabilité de la rue. Il impose aussi une temporalité qui lui est propre : ce ne sont pas les rythmes de la croissance urbaine qui définissent le cadre ultime de l’histoire que nous venons de narrer, mais la violente rupture de la Première Guerre Mondiale, qui décapite à jamais ce large réseau de ménages.

53Enfin, l’analyse du cas « Wacquez-Lalo » suggère une réflexion plus large sur l’analyse de la ségrégation sociale de l’espace. Contrairement à ce que laisse volontiers penser l’apparente naturalité du chiffre, aucune mesure brute, si évidente et indiscutable paraisse-t-elle, ne permet de cerner la structure d’un espace. Seule une procédure de construction, contrôlée par un positionnement sociologique explicite, est apte à tirer des conclusions en la matière. Le passage de l’échelle individuelle, couramment utilisée, à une dimension configurationnelle, bouleverse les images que l’on tirerait de dénombrements classiques. Avec 4 % de ses résidents totaux la rue Wacquez-Lalo est bel et bien une « rue de menuisiers ». La réflexion que nous avons proposée permet de donner un substrat quantitatif à beaucoup d’études urbaines qui, tout en identifiant clairement des physionomies de quartier, ne peuvent en donner une traduction numérique immédiate.

Annexes

Annexe. Stratification sociale et trajectoires professionnelles intra-générationnelles rue wacquez-lalo

Outre les procédures de validation que nous avons déjà entrevues (voir supra, section II.3), on peut examiner la capacité de la structuration sociale que nous proposons à rendre compte des trajectoires professionnelles intra-générationnelles. Pour toute personne présente deux fois au moins dans les registres de recensement de la rue Wacquez-Lalo, et y déclarant une activité, nous disposons de fragments d’itinéraires professionnels. Courts lorsque les individus n’apparaissent que deux fois, longs lorsqu’ils y résident toute leur vie, ces segments dessinent au total 167 paires de professions, indiquant tantôt un maintien dans l’activité, tantôt un changement’53. Ces segments de trajectoires permettent de distinguer plusieurs cas de figure :

- les déclarations identiques d’un recensement à l’autre (« immobilité ») ;

- les mouvements internes aux catégories que nous avons dessinées, par exemple au sein des professions liées aux menuisiers (« mouvements intra-catégoriels ») ;

- les mouvements externes aux catégories que nous avons dessinées, mais compatibles avec la sociographie d’ensemble54 (« mouvements inter-catégoriels ») ;

- les mouvements externes aux catégories que nous avons dessinées, et incompatibles avec la sociographie d’ensemble (« mouvements incompatibles ») ;

- les mouvements incluant des professions non classées dans nos catégories (« mouvements non mesurables »).

Sur cette base, on obtient les résultats suivants (tableau 3) :

Type de mouvement

Fréquence

 %

Immobilité

88

52.7

Intra-catégoriels

15

9.0

Inter-catégoriels

21

12.6

Incompatibles

7

4.2

Non mesurables

36

21.6

Tableau 3
Répartition des différents types de mouvements professionnels

Ces chiffres, et notamment la faiblesse relative des transformations « incompatibles », indiquent une très bonne capacité de la sociographie fondée sur les témoignages à rendre compte de la mobilité professionnelle intra-générationnelle. Les catégories qu’elle délimitait, et les points de passage qu’elle désignait, permettent d’épouser l’essentiel de la gamme des trajectoires observées. La méthode retenue, fondée sur des sources pauvres, ne permet ni de rendre compte de toutes les transformations, ni de les expliquer individu par individu, ni d’expliciter les mécanismes qui structurent les trajectoires. Mais elle permet d’approcher la structuration d’un espace social, et de faire sens de transformations professionnelles qui seraient autrement énigmatiques. Ni description plate (telle qu’en auraient fourni des catégorisations a priori), ni explication mécanique, elle constitue une approximation de la gamme des possibles offerts aux residents de la rue Wacquez-Lalo. Elle ne permet pas de prévoir ce qu’un individu exerçant telle activité à un moment donné fera cinq ans plus tard, mais de délimiter l’éventail des transformations concevables de son point de vue. Enfin, elle évite de placer sur le même plan toutes les évolutions individuelles : passer de menuisier à journalier, de serrurier à ajusteur, peut se comprendre à travers le tissu de proximités dessiné par notre sociographie d’ensemble, mais des cas singuliers ne peuvent être rattachés indifféremment à une logique d’ensemble.

Notes

1 Cet article s’insère dans une enquête collective plus vaste, dont un premier volet a été réalisé grâce à un financement du Plan Construction, dans le cadre du réseau socio-économie de l’habitat, GDR no G1100 du CNRS. Voir Hontebeyrie J., « Le rôle des structures familiales en milieu urbain », et Rosental P.-A., « Pour un traitement configurationnel de la ségrégation sociale de l’espace », La différenciation sociale de l’espace, genèse socio-démographique d’un quartier urbain : la rue Wacquez-Lalo à Loos (1866-1954), Hontebeyrie J. et Rosental P.-A., Rapport au Plan Construction, mai 1996.

2 Elle est repérable sur le plus vieux plan de la commune que nous ayons pu trouver. Il date de 1816, et s’appelle le vieux Chemin. Elle est ensuite qualifiée, sur les premiers recensements trouvés, de rue Traversière jusqu’à la fin du XIXe siècle. Le nouveau nom « Wacquez-Lalo »· correspond en fait au patronyme d’un couple ayant résidé sur place. Ce couple réside une seule fois dans cette rue, en 1872. Pourtant, en 1864, un autre Wacquez est mentionné comme acquéreur récent d’un terrain sis rue Traversière, et qu’il est en train de faire construire.

3 Elle se situe au centre-ville, à proximité de la Mairie. Elle est bornée d’une part par l’ancienne « route impériale », maintenant dénommée l’avenue du Maréchal Foch, avec laquelle elle forme presque un angle droit ; et d’autre part, par une rue « nouvellement » percée vers la fin du XIXe siècle, l’avenue Lelièvre. L’avenue du Maréchal Foch est aussi l’axe principal de la ville de Loos (la route départementale 941), reliant cette dernière à la ville de Lille.

4 Ces deux mentions constituent sur le cadastre la rubrique « Nombre d’ouvertures imposables ».

5 À côté duquel est ajoutée la mention « non fini ».

6 Cette seconde partie de la rue Traversière sera absorbée par l’urbanisation de l’avenue Lelièvre (voir supra, note 4), dont elle est en réalité le prolongement, et dont une partie des terrains appartient à cette date aux « héritiers » Lelièvre, demeurant à Lille.

7 Le caractère récent de ces constructions est repérable par l’inscription « non fini ».

8 D’un recensement à l’autre, il existe de fortes fluctuations dans la manière de numéroter les maisons, et de prendre en compte la cohabitation dans un même espace de ménages distincts (des personnes sont mentionnées une première fois comme cohabitant, puis une seconde comme voisins...).

9 En termes de sources disponibles, ces deux dates délimitent les bornes extrêmes sur lesquelles il est possible de consulter ce type de sources.

10 Il est extrêmement délicat dans le cas qui nous préoccupe de mesurer les effets de la Première Guerre Mondiale sur les logiques de résidence qui affectent la rue Wacquez-Lalo. D’une part les deux recensements qui entourent cette guerre se situent en 1911 et 1921. L’écart entre ces deux recensements est donc le double des enregistrements habituels (on retrouve un phénomène identique au moment de la Seconde Guerre, les recensements disponibles datant de 1936 et 1946). D’autre part les fluctuations en « temps normal » d’un recensement à l’autre, quelles que soient les variables que nous ayons construites, sont souvent très importantes. Elles nous interdisent donc la construction d’un indicateur de variation quinquennale, et son application décennale.

11 En 1946 le nombre des habitants de la rue Wacquez-Lalo est comparable à celui de 1931 (soit 125 et 121 personnes), mais continue de décroître en 1954.

12 Un individu peut être mentionné sur plusieurs recensements. Au contraire un ménage est lié à une date donnée. Cette distinction est justifiée par le fait qu’un même individu peut appartenir, à deux périodes distinctes, à des ménages différents. On a par exemple été confronté à des cas d’enfants quittant le domicile parental (qui continue cependant d’exister), pour former à leur tour un ménage (avec un conjoint et des enfants). Les mêmes personnes se trouvant selon les dates dans des ménages distincts. On totalise sur l’ensemble de la période 650 ménages.

13 Les familles les plus nombreuses connaissent une disparition précoce de la rue Wacquez-Lalo. Le dernier ménage de onze personnes disparaît en 1901. Des ménages de dix personnes sont inscrits en 1866 et 1896 (deux ménages), ou en 1872, 1891 et 1911 (un ménage). Il en va de même pour les familles de huit personnes.

14 Aux 650 « chefs de ménages » de notre population sont majoritairement associées des épouses (plus de 400 mentions) et des enfants (plus de 900 mentions). La plupart des autres mentions pèsent d’un poids limité (une quarantaine pour la plus fréquente) et concernent principalement des relations familiales.

15 Pour répondre aux limites des calculs faits à partir de la taille moyenne des ménages, l’âge du chef de famille a aussi servi à l’étude historique des familles. Cet indicateur a même connu des applications en sociologie contemporaine (cf. Vinovskis Μ. A., « The historian and the life-course : reflections on recent approaches to the study of American family life in the past », Life-span Development and Behavior, 8, 1988, p. 33-59).

16 On en trouvera une bibliographie dans Gillette Jr. H. G., «Rethinking American Urban History : New Directions for the Posturban Era », Social Science History, 14 :2, 1990, p. 203-228.

17 Cette remontée se situe à un niveau comparable à celui de la première période, avec un taux de volatilité voisin de 55 %.

18 Notons que l’ensemble des résultats que nous allons donner ici devraient être défalqués de l’effet de la mortalité, une partie des disparitions d’un recensement à l’autre provenant de décès et non de déménagements. Cf. sur ce point la critique que Davenport D. P. (Population Persistance and Migration in Rural New York, 1855-1860, New York (NY), Garland Publishing Inc., 1989) adresse à l’histoire urbaine américaine.

19 On raisonne ici en période couverte. Les années finales, 1911 et 1936, ne sont que des clôtures d’intervalles : faute de recensements durant les deux guerres mondiales, il est impossible de déterminer la stabilité ultérieure des résidents de ces deux années. Tout porte à croire (voir infra dans le texte) qu’elle a été brisée. Cette seconde phase de croissance est beaucoup moins forte que la première.

20 Ainsi. 20 % seulement des résidents de 1911 sont encore présents en 1921, soit une disparition quinquennale de 55 %, contre 45 % on l’a vu en moyenne. Sur les limites de cette comparaison, voir supra note 6.

21 En termes de définition technique, nous entendons par là qu’un ou plusieurs recensements séparent, pour certains résidents, deux mentions successives de leur présence.

22 Tamara K. Hareven a souligné le même type de soutien existant au sein de la parentèle élargie dans Family Time and Industrial Time, Cambridge University Press, 1982.

23 Pour reprendre la notion proposée par Grendi E., « Micro-analisi e storia sociale », Quaderni storici, 35, 1977, p. 506-520.

24 Sur la force des relations familiales dans le cas des migrations de retour, Margaret Grieco a mis en avant les mêmes logiques. Son travail avait comme objet d’étude l’Angleterre industrialisée. Cf. Keeping il in the Family, Grieco M., Tavistock, 1987.

25 Cf. Young M. et Willmott P., Family and Kinship in Fast London, Harmondsworth, Penguin books, 1962. Frazer I., « Circulation and the Growth of Urban Employment amongst the To’ambaita, Solomon Islands », Circulation in Population Movement, Substance and Concept from the Melanesian Case, Chapman M. et Prothero R. M. (éds.), New York (NY). Routledge and Kegan Paul, 1985, a montré des logiques familiales urbaines qui s’articulaient non plus au niveau de la rue, mais dans les appartements eux-mêmes, malgré une répartition originelle, faite par le gouvernement, avec des personnes parlant d’autres langues. Cette pratique est d’ailleurs tellement bien établie que les pièces de ces appartements sont identifiées en termes de villages communs d’origine. D’ailleurs, « bien que la plupart des occupants soient des travailleurs qualifiés, ces pièces sont utilisées pour des durées variées par des « wantoks » (parentèle étroite du même village) ».

26 Pour reprendre le célèbre ouvrage de Gans H., The Urban Villagers, New York (NY), The Free Press of Glencoe, 1962.

27 L’usage des patronymes dans l’étude des migrations a déjà été utilisé par Johnston R. J. dans « Resistance to migration and the mover / stayer dichotomy », Geografiska Annuler, 53B (1), 1971. Et plus récemment par Darlu P. et Ruffié J. dans « L’immigration dans les départements français étudiée par la méthode des patronymes », Population, 1992, 3, p. 677-718.

28 Nous avons exclu de notre échantillon toutes les personnes dont le lien avec le « chef » du ménage étudié n’est pas explicitement familial (logeur, domestique...).

29 Bruno Duriez et Marc Fourdrignier ont utilisé des sources patronymiques et généalogiques dans leur travail portant sur l’articulation entre parenté et voisinage dans la région du Nord, cf. Liens de parenté et réseaux de relations dans un village péri-urbain, Ennevelin de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui. CLERSE-CRAM, Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais, 1985. Jean-Paul Burdy opère des constructions généalogiques ascendantes et descendantes, la première de ces constructions répondant, selon lui, à la volonté de dessiner les contours de la famille « utile », cf. Le Soleil Noir, un quartier de. Saint-Etienne 1840-1940, Presses universitaires de Lyon, 1989.

30 Ceci pour répondre aux réserves de Maurice Garden qui redoute les limites d’une telle approche dans un cadre urbain, dans la mesure où « la notion de famille complète, essentielle à la vérité des résultats, est une notion extrêmement limitative dans les villes : à la limite, dans quelle mesure la famille complète n’est-elle pas dans le cadre urbain une famille exceptionnelle, donc non représentative ? », Lyon et les Lyonnais au XVIIIe, Flammarion, 1975.

31 On donne à la notion de couple une définition large. Il peut aussi bien s’agir d’un couple « traditionnel » formé d’un mari et d’une femme, que d’une femme veuve et de ses enfants, d’un chef et de sa belle-mère... Certains ménages regroupent même plus de deux personnes liées par des liens de parenté et qui portent des noms différents.

32 Monsieur Mullet est charpentier, il habite rue Wacquez-Lalo entre 1866 et 1891. Monsieur Delattre est mouleur de cuivre, et emménage en 1876. En plus des liens de voisinage, des liens d’alliance lient les deux hommes. En effet, alors que couple Mullet-Duflot est recensé depuis 1866, le recensement de 1876 mentionne aussi les Delattre-Duflot. Le lien entre les deux couples s’établit à cette date par l’intermédiaire des épouses des couples respectifs.

33 Les liens entre ces deux couples s’établissent de la façon suivante : Mullet-Duflot-1866, [...], Mullet-Duflot-1876, Delattre-Duflot-1876, [...], Delattre-Duflot-1901, Delattre-1901, Lemay-Delattre-1901, [...], Lemay-Delattre-1911, Lemay-Machue-1911.

34 Cette notion a largement été étudiée par Hägerstand T. dans « Migration and area. Survey of a sample of Swedish migration fields and hypothetical considerations on their genesis », Migration in Sweden, D. Hanneberg. Hägerstrand T. et Odeving It. (eds), Lund Studies, ser. B Human Geography, no 13, 1957, p. 27-158.

35 Comme le souligne Yves Grafmeyer à propos de Lyon : « en examinant les trajectoires résidentielles des groupes de parenté on repère bien tout un jeu de cooptation et de retours dans la localité, après des parcours parfois compliqués. Quand on va au-delà de l’affirmation rituelle selon laquelle on est venu habiter là « par hasard », on voit à l’œuvre des réseaux de parenté et de relations » (Habiter Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1991).

36 Nous avons eu affaire à ce type de difficulté en particulier au début du XXe siècle, lorsque les femmes ne sont plus identifiées au travers de leur nom de naissance, mais uniquement par celui de leur mari. Nous avons donc certainement sous-estimé le nombre des relations identifiées ici.

37 Cf. Desrosières A. et Thévenot L„ Les Catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte, 1988, pour la France ; ou Szreter S„ « The Genesis of the Registrar General’s Social Classification of Occupations », British Journal of Sociology, 25, 1984, p. 529-46, pour le Royaume Uni.

38 Gribaudi M. et Blum A., « Les individus dans l’espace social », Annales ESC, 6, 1990, p. 1365-1402.

39 Daumard A., « Une référence pour l’étude des sociétés urbaines en France aux XVIIIe et XIXe siècles. Projet de code socio-professionnel », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 3, 1963, p. 185-210.

40 Cf. Chamboredon J.-C. et Lemaire M., « Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, 1970, 11, p. 3-33.

41 Sur ce courant, on peut se reporter au dossier « Sulla microstoria », Quaderni Storici, 86, 1994, p. 511-575. Voir aussi les travaux plus anciens de Ginzburg C. et Poni C., « La micro-histoire », Le Débat, 17, 1981 [1979], p. 133-136 ; Levi G., « Ou microhistory », New Perspectives on Historical Writing, Burke P. (ed.), Polity Press, 1991, p. 93-113 ; ou, du même auteur, «  I pericoli del Geertzismo », Quaderni Storici, 58, 1985, p. 269-277 ; et enfin Revel]., « L’histoire au ras du sol », préface à Levi G., Le Pouvoir au village, Paris, Gallimard, 1989 [1985] et Revel J. (ed), feux d’échelles. La micro-analyse ci l’expérience, Paris, Seuil, 1996.

42 Deux références importantes sont ici, pour l’anthropologie sociale, l’école de Manchester et son concept de réseau, et pour la sociologie l’œuvre de Norbert Elias et la place qu’elle donne à la notion de configuration. Sur ce dernier point, voir Grendi E., « Norbert Elias : storiographia e teoria sociale », Quaderni Storici, 50, 1982, p. 728-739.

43 Il consacre en effet plusieurs articles ou commentaires à cette question, durant la période d’ébullition du milieu des années 1970. Cf. Grendi E., « 11’daumardismo’ : una via senza uscita ? », Quaderni storici, 29-30, 1975, p. 729-737 ; « Un caso tipico di « fecondazione sociologica » della ricerca storica », ibid., p. 701-702 ; « Micro-analisi... », art. cit. On peut aussi se reporter à la conclusion de « A proposito di ‘familia e comunità », Quaderni storici, 33, 1976, p. 890-891.

44 Grendi E., « Micro-analisi... », art. cit., p. 514. Les expressions précédentes sont extraites du même article, p. 509 et p. 518.

45 Sur le statut du savoir produit par des analyses de tillages, voir Levi G., « Villagi », Quaderni Storici, 1981, 46, p. 7-10.

46 En dépouillant les registres des mariages célébrés à Loos, 79 actes concernant des résidents de la rue Wacquez-Lalo ont pu être retrouvés. Avec une moyenne d’un peu moins de quatre témoins par couple durant la période étudiée, ce corpus fait entrevoir 286 liaisons entre profession du conjoint (nous nous sommes focalisés sur les professions masculines) et profession du témoin.

47 D’une part, on peut dénombrer les professions soit sur la base des actes de mariage, soit sur la base des recensements. D’autre part, et dans le cas des recensements, on peut raisonner soit par individu (en évitant tout double compte), soit par mention (auquel cas une même personne peut être comptée plusieurs fois). Dans chacun de ces cas de figure, dont tous sont également cohérents, on obtient une distribution différente des activités présentes rue Wacquez-Lalo.

48 Considérant que les liens uniques ne permettent pas de contrôle, nous excluons de cette analyse les professions connectées avec moins de deux « petites » professions.

49 Mentionnons notamment les paires garçon brasseur-tonnelier, garçon brasseur-malteur, malteur-jardinier, paveur-marchand de légumes, paveur-cultivateur, cultivateur-laitier, laitier-garde champêtre, marchand de légumes-employé de commerce, jardinier-employé de commerce, maraîcher-jardinier, jardinier-garde champêtre.

50 Le détail des modalités de cette mise à l’épreuve, et de ses résultats numériques, est donné en annexe.

51 Voir Barth F., Process and Form in Social Life, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1981 ; Levi G., « Les usages de la biographie », Annales E.S.C., 6, 1989, p. 1325-1336 ; Mac Closkey D. N., « History, differential equations, and the problem of narration », History and Theory, 30, 1991, p. 21-36 ; Rosental P.-A., « Construire le macro par le micro : Fredrik Barth et la microstoria », Jeux d’échelles..., op, cit., p. 141-159.

52 Pour reprendre l’expression de Levi G., Le Pouvoir au village, op.cit.

53 Nous n’en donnerons qu’un exemple, celui de Victor Mullet, né en 1863 : encore « enfant » (c’est-à-dire résidant chez ses parents), il apparaît comme « employé » en 1876, et comme « menuisier » en 1881. Devenu chef de ménage, il reste « menuisier » en 1886, mais devient « voiturier » en 1891.

54 Selon la définition proposée supra, section II.3.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.