Version classiqueVersion mobile

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

1. Mobilités, réseaux familiaux, contextes d'habitat

L’influence des trajectoires résidentielles et des normes culturelles d’habitat sur les significations et les usages du Vieux-Limoilou

Carole Després et Pierre Larochelle

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette présentation s’inscrit dans le cadre plus large d’une recherche sur la forme, les usages et (...)

1Cette étude1 traite de la manière d’habiter le Vieux-Limoilou, portion du quartier Limoilou de la ville de Québec édifié entre 1915 et 1945, en relation avec, d’une part, la trajectoire résidentielle des individus et, d’autre part, les transformations successives des normes et pratiques culturelles d’habitat au Québec, du début du siècle à nos jours. C’est en mettant en relation la trajectoire résidentielle saisie sur plusieurs générations, d’une part, et la publicité sur le logement neuf et les politiques d’habitation, d’autre part, que nous avons tenté de comprendre les continuités et discontinuités dans la signification de la vie urbaine et les pratiques d’habitat dans le Vieux-Limoilou. Nous avons étudié la signification affective du quartier, la participation communautaire, la relation fonctionnelle au voisinage et le rapport à la rue, tout cela à travers les pratiques quotidiennes de résidants et l’expérience du chez-soi. Notre analyse vise à mieux comprendre la signification d’habiter un quartier central où se côtoient des résidants de plus ou moins longue date dont les trajectoires résidentielles et projets de vie diffèrent dans l’espace et dans le temps. Il s’agit aussi de saisir comment les modèles normatifs d’habitat et les politiques du logement an Québec participent directement à la définition de la signification de « vivre en ville » et, indirectement, à l’expérience du chez-soi en milieu urbain.

I – le quartier étudié

  • 2 L’âge médian est de 40 ans. Une personne sur cinq vit et travaille dans le quartier. Près des troi (...)

2Le secteur du Vieux-Limoilou est situé à environ trois kilomètres au nord du Vieux Québec et s’étend sur 150 hectares (figure 1). En date du recensement de 1991, la population était de 16 375 personnes, soit 7 890 ménages se répartissant presque également entre les ménages familiaux et non-familiaux2.

Figure 1
Plan de localisation du secteur étudié par rapport au Vieux Québec
Source : Ville de Québec

  • 3 Un autre quartier de la ville de Québec, le quartier Montcalm, a été développé à peu près à la mêm (...)

3Le caractère urbain et architectural du secteur se distingue de celui de la vieille capitale et de ses quartiers immédiats. En effet, l’utilisation d’une trame orthogonale de voies composée de larges avenues et d’îlots construits sur quatre faces, de même que l’introduction de maisons à logements superposés correspondaient à des innovations à l’époque. Nous pouvons en fait parler d’une des premières applications des théories modernes de planification dans la ville de Québec (Vachon, 1994)3.

4Le tissu résidentiel du Vieux-Limoilou est homogène et dense, atteignant 120 logements à l’hectare dans certains îlots. Le réseau de rues est le résultat du découpage d’îlots rectangulaires divisés par des ruelles en « H ». Les lots sur lesquels sont implantées les maisons à logements font en général 7 ou 7,3 mètres de front par 30 mètres de profond (figure 2). Le parc de logement est modeste quant à ses caractères stylistiques.

Figure 2 a)
Tissu urbain du Vieux-Limoilou
Source : Service de l’Urbanisme, Ville de Québec, 1995

5Le paysage urbain est défini par des bandes de maisons à logements contiguës implantées à trois mètres du trottoir sur des rues bordées d’arbres, ainsi que par le relief procuré aux façades de briques par les balcons et les escaliers extérieurs.

6L’immeuble typique est le résultat de la superposition verticale de deux ou trois appartements traversants, un par étage. Chaque appartement possède un balcon ainsi qu’un accès indépendant côté rue, accessible à partir d’un escalier extérieur dans le cas des appartements aux étages (figure 3). L’appartement typique fait environ 120 mètres carrés, est composé de cinq à six pièces dont la cuisine, assez grande pour recevoir table et chaises pour les repas quotidiens, et une pièce double à l’avant (« salon double » selon l’appellation populaire) permettant de faire pénétrer la lumière au centre de l’appartement. À l’arrière, l’appartement est relié par une galerie étroite à des remises ou hangars non chauffés et à la cour par un escalier commun aux deux ou trois appartements de l’immeuble (figure 4). En date de 1991, le taux moyen d’occupation est de deux personnes par logement ; en 1951, il était de cinq personnes.

Figure 2 b)
Parcellaire du Vieux-Limoilou

Figure 3
Série typique de maisons à logements du Vieux-Limoilou

Figure 4
Plan d’appartement typique du Vieux-Limoilou

  • 4 Le loyer moyen est parmi les plus bas de la Ville de Québec ; Limoilou demeure un des quartiers ce (...)

7Malgré la grande homogénéité architecturale des maisons à logements, ces dernières abritent une diversité de résidants en ce qui a trait à la composition des ménages, aux statuts socioprofessionnels des occupants et à leur style de vie. En effet, en dépit de la gentrification du secteur amorcée il y a quelques années, le Vieux-Limoilou demeure un secteur populaire de par les faibles loyers qu’on y trouve4. De plus, il persiste depuis l’édification du quartier une tradition de cohabitation entre le propriétaire d’immeuble, logeant au rez-de-chaussée, et les locataires, occupant les appartements aux étages. Environ la moitié des immeubles de deux logements et plus sont toujours occupés par leurs propriétaires.

II – Cadre théorique et méthodologique

8Notre approche théorique et méthodologique est fondée sur une conception du milieu bâti en tant qu’ensemble organisé et structuré d’objets et d’idées dont les individu font l’expérience dans le contexte de la vie quotidienne. L’étude des milieux résidentiels doit tenir compte à la fois des composantes objectives de la forme urbaine et architecturale mais aussi de leurs représentations ou composantes subjectives, notamment les significations révélées par l’expérience du « chez-soi », ainsi que les normes culturelles d’habitat. Nous avons donc considéré à la fois le milieu physique du Vieux-Limoilou et ses maisons à logements, les pratiques de l’espace et les significations de ce milieu résidentiel.

9Afin d’aller au-delà de l’analyse synchronique de ces dimensions de l’habitat, nous avons intégré à notre stratégie de recherche une analyse longitudinale. En référant aux événements historiques qui ont jalonné l’histoire du logement au Québec, à la morphogenèse du quartier et à la lecture des traces physiques laissées par chaque étape de son évolution, ainsi qu’aux trajectoires familiales, biographies résidentielles et mémoires des résidants du quartier, notre intention était de mettre au jour, tels des archéologues, les couches de l’histoire qui nous permettraient d’interpréter les types de permanence et de discontinuité dans la forme physique, les usages et les significations de ce secteur urbain (figure 5).

Figure 5
Dimensions et [acteurs considérés pour l’étude de la forme, des usages et des significations du Vieux-Limoilou

10La stratégie de recherche comporte trois volets : (1) l’analyse typo-morphologique du tissu résidentiel ; (2) l’analyse des pratiques d’habitat et de l’expérience du chez-soi ; (3) l’analyse des significations sociales et des normes culturelles d’habitat.

1. L’analyse de la forme urbaine et architecturale

  • 5 Pour plus de détails sur la méthode, voir les écrits de Caniggia et Maffei, 1979 ; Conzen, 1990 ; (...)

11L’analyse typo-morphologique est une méthode de lecture du milieu bâti, ce dernier étant défini à partir de séries de relations complexes et en constante transformation entre quatre types d’échelle de structures : le territoire, la ville, le tissu urbain et l’édifice. La méthode reconstitue les processus de formation et de transformation à partir des caractères existants du milieu bâti (Després et Larochelle, 1995 ; Larochelle et Dubé, 1993)5.

  • 6 Atlas des assureurs de la Ville de Québec, 1912, révisées eu 1922 ; 1925, révisées eu 1930 ; 1957.

12La morphologie actuelle du Vieux-Limoilou, ses axes et ses orientations, a été étudiée à partir de la géomorphologie du site et des périodes de développement successives qui ont conditionné sa forme. Nous avons utilisé des cartes historiques, plus particulièrement des cartes cadastrales ainsi que celles produites par certaines compagnies d’assurance en 1912, 1930 et 19576. La distribution géographique des espaces collectifs a été examinée, notamment la distribution des écoles primaires et des églises. La structure du tissu urbain a été établie à travers l’analyse du système de voies, du tissu urbain et du parcellaire, en considérant leurs propriétés géométriques, leurs dimensions et leurs relations mutuelles. Les règlements municipaux gouvernant la forme architecturale et urbaine du quartier entre 1909 et 1950 ont aussi été considérés. À l’échelle du bâtiment, l’analyse de 100 plans de logement et de leurs transformations successives considérait les configurations, les dimensions et la position relative de chacune des pièces et des prolongements extérieurs. Une attention particulière a été portée aux principaux caractères constructifs et stylistiques. Les unités de logement ont été classifiées à partir de variables tel le nombre de travées structurales, d’étages et de faces éclairées ; la relation entre l’espace construit et non construit, entre l’espace privé et public.

2. L’analyse des pratiques d’habitat et de l’expérience du « chez-soi »

  • 7 Même si ces catégories normatives du chez-soi ont, à l’origine, été identifiées flans le contexte (...)

13De façon générale, la notion de chez-soi réfère aux dimensions psychosociales de l’habitat. En effet, le « chez-soi » fait non seulement référence à un lieu physique, il a des consonances psychologiques et des significations sociales. « Le chez-soi se construit à travers l’expérience d’habiter ; c’est une façon particulière de tisser le fil de sa vie dans un espace géographique donné » (traduction libre, Saegert, 1985). Cette expérience se concrétise dans un contexte historique donné. L’expérience du chez-soi ou de « l’être chez-soi » comporte plusieurs dimensions qui ont été identifiées dans des études menées en Europe et en Amérique du Nord : le chez-soi est à la fois vécu et intériorisé comme un lieu de sécurité au sens psychologique et physique, comme un lieu de contrôle et d’expression individuelle, comme le centre par excellence des émotions, comme lien de permanence et de continuité, comme le centre des activités quotidiennes, comme un refuge, comme un indicateur de statut social, ainsi qu’en tant que structure physique fonctionnelle et esthétique (Després, 1991)7. L’expérience du chez-soi est influencée par les propriétés physiques du logis tant à l’échelle urbaine qu’architecturale, par la biographie et les aspirations des individus, ainsi que par les normes culturelles d’habitat ; elle est vécue et intériorisée dans le cadre de la vie quotidienne.

14Cette approche de l’étude de la relation entre un milieu résidentiel et les individus qui l’habitent permet de mettre en relation les significations attachées aux dimensions physiques et sociales du Vieux-Limoilou avec les pratiques quotidiennes des résidants. Pour cette partie de la recherche, nous avons rencontré 100 résidants du Vieux-Limoilou en entrevue semi-dirigée et établi les relevés de leur logement. Leur biographie résidentielle (remontant aux lieux d’origine et de résidence des parents et grands-parents), les usages du logis et du quartier, ainsi que l’expérience du chez-soi étaient les principaux thèmes abordés durant l’entrevue.

3. Normes culturelles d’habitat

15Les significations sociales du logement, en contraste avec les significations du chez-soi révélées par l’expérience quotidienne, réfèrent plutôt aux aspects socioculturels de l’habitat dans leurs dimensions objectives et subjectives, i. e. au contexte plus large dans lequel une forme de logement est conçue, promue, régie et normalisée, ainsi qu’aux transformations de ce contexte à travers le temps. Les dimensions objectives correspondent à l’habitat en tant que réalité économique et politique et incluent notamment les règlements municipaux, les politiques du logement et les lois du marché. Elles contribuent à la mise en forme du milieu bâti et, par ricochet, à l’expérience du chez-soi. Les dimensions subjectives correspondent plutôt aux normes ou modèles normatifs d’habitat diffusés à travers le discours idéologique (politique, religieux ou autre), par exemple la publicité sur le logement neuf, et contribuent à la définition du logis idéal ou idéalisé dans un contexte culturel donné (normes d’habitat). Ces modèles normatifs participent à la construction des significations sociales associées à différents types d’habitat et milieux résidentiels à différentes périodes de l’histoire.

  • 8 Nous pensons ici aux études menées par les chercheurs de l’Institut national de recherche scientif (...)

16Pour étudier la transformation des modèles normatifs d’habitat québécois depuis le début du siècle, nous avons procédé à l’analyse d’un corpus de plus de 900 publicités sur le logement publiées dans deux quotidiens de la ville de Québec entre 1906 et 1992. Les modifications apportées aux règlements municipaux s’appliquant au quartier Limoilou et à ses logements entre 1909 à 1950 ont été considérées. Nous avons aussi tenu compte des changements d’orientation des politiques de logement de la part des gouvernements, tels qu’étudiés par des collègues québécois8. Finalement, nous avons considéré le discours des résidants lors des entrevues.

III – Habiter le Vieux-Limoilou

1. Transformation des normes d’habitat et des significations du quartier central

17Examinons d’abord les significations sociales attachées à différents types d’environnements résidentiels au Québec depuis le début du siècle en parallèle avec la transformation des modèles normatifs d’habitat. Pour ce faire, nous diviserons l’histoire du Vieux-Limoilou en trois périodes, la première correspondant à sa période d’édification de 1906 à 1945, les deux autres à des périodes de transformation se chevauchant, soit la suburbanisation de la ville de Québec à partir des années cinquante et la revitalisation des quartiers centraux depuis le début des années soixante-dix (figure 6).

a) L’édification des quartiers modernes

18Au tournant du siècle, Limoilou n’est ni plus ni moins que le regroupement de quatre villages ouvriers de compagnies, localisés près des chantiers navals et des petites industries à l’embouchure de la rivière Saint-Charles, la limite sud du quartier actuel. Eu 1896, on ne compte que 1 236 habitants. Le développement spéculatif de Limoilou débute en 1906 et se poursuit jusqu’en 1949, résultat d’une entreprise conjointe entre quelques promoteurs puissants et le gouvernement municipal. Ces promoteurs font l’achat de terres agricoles, établissent le tracé des rues et du parcellaire et procèdent à la vente de lots à des constructeurs et particuliers intéressés à construire des maisons à logements superposés, par le biais de campagnes publicitaires dans les quotidiens de l’époque.

Figure 6
Périodes de développement et de transformation du Vieux-Limoilou en relation avec certains jalons de l’histoire québécoise

19C’est l’annexion, en 1909, de la ville de Limoilou à celle de Québec qui permet de fournir au quartier les services chaque-duc, d’égout et d’électricité, de paver les rues, de mettre en place un service de tramways et ainsi rendre son développement viable (Vachon, 1994.) La maison à logements superposés qui s’implantera sur tout le territoire est déjà en usage à Montréal à la fin du XIXe siècle. Ce type d’habitat, quoique réparti sur deux niveaux, aurait été importé d’Angleterre par les promoteurs du système ferroviaire canadien (Hanna, 1986) et adapté localement à partir de modèles et de pratiques d’habitat hérités des cultures anglophone et francophone en place (Després et Larochelle, à paraître ; Legault, 1989).

  • 9 Uniquement clans les éditions du samedi du journal Le Soleil et de l’Evénement, nous avons recensé (...)

20Entre 1911 et 1931, la population de Limoilou passe de 5 000 à 25 000 citadins. Notre inventaire des publicités sur le logement entre 1906 et 1933 confirme l’importance de Limoilou comme nouveau développement et le monopole d’une compagnie montréalaise, la Quebec Land, sur son développement’9. La grande majorité de ces publicités vise la vente de terrains bien que, exceptionnellement, des images de bâtiments accompagnent les annonces. Le contenu met en valeur, d’une part, les avantages financiers d’acheter à Limoilou en ce qui a trait au prix raisonnable des terrains, aux conditions avantageuses d’achat et au bon investissement que cela représente ; d’autre part, la proximité et l’accessibilité du quartier au centre-ville de Québec et ses aménités modernes (rues pavées avec services d’égout, d’aqueduc, d’éclairage et de tramways). De façon moins systématique, on réfère aux notions de progrès et de modernité en relation avec l’aménagement du quartier, ainsi qu’à la possibilité de gagner du statut social en achetant à Limoilou. Les publicités s’adressent surtout aux spéculateurs et aux acheteurs potentiels (petits cols blancs et ouvriers spécialisés). On sent bien la montée de la pensée hygiéniste et de l’idéologie romantique dans les formulations adressées aux acheteurs potentiels. L’omniprésence de la végétation dans le secteur et le « bon air de la campagne » sont souvent invoqués en opposition avec les rues poussiéreuses et étroites du Vieux-Québec et des quartiers existants (tableau 1). La figure 7 illustre une publicité de cette période.

21Le modèle dominant de logement neuf pour la classe montante durant la période d’édification de Limoilou est sans contredit la maison à logements superposés contiguë localisée dans un quartier « moderne », dont on est de préférence propriétaire.

Tableau 1
Valeurs mises en avant dans les publicités sur le logement, 1906-1933

Figure 7
Publicité vantant les avantages d’acheter des terrains à construire à Limoilou et les aménités « modernes » du secteur en 1911
Source : Le Soleil, 3 juin 1911

b) La suburbanisation de la Ville de Québec

  • 10 Pour un article-synthèse, voir Choko, Collin et Germain, 1986.

22Après la deuxième guerre mondiale, le gouvernement canadien voit dans le développement d’un nouveau marché résidentiel un moyen par lequel relancer l’économie. La mise en place de structures institutionnelles dédiées à l’habitation, notamment le Code national du bâtiment et la Société canadienne d’hypothèques et de logement, la restructuration des industries de guerre et la consommation de masse d’automobiles par la classe moyenne en croissance permettent à l’industrie du logement de prospérer. On assiste à la construction d’un réseau imposant d’autoroutes et au développement des banlieues en périphérie des villes10. Les idéologies montantes de la famille nucléaire et de la propriété privée diffusées à la fois par les organisations religieuses et politiques, ainsi que par l’industrie de la construction à travers la publicité sur le logement, contribuent à la popularité croissante des banlieues et à celle de la maison unifamiliale. Un message de l’Union économique d’habitations à la jeunesse catholique en 1942 oppose clairement le choix responsable de la maison unifamiliale isolée pour l’épanouissement de la morale chrétienne au choix insouciant de la maison à logements superposés associée au désordre et à l’instabilité des centres urbains (figure 8).

Figure 8
Tract de l’Union économique d’habitations distribué en 1942

  • 11 La moitié des publicités cite des développements à Sainte-Foy, l’autre moitié se répartit entre ci (...)

23On remarque en effet un changement important dans les valeurs promues par les publicités sur le logement neuf entre 1945 et 1969 par rapport à celles d’avant-guerre. En effet, moins de 20 % d’entre elles visent les quartiers centraux ; ce sont les banlieues de faible densité en périphérie de la Ville de Québec qui sont au centre du discours11. Si on vendait des terrains à bâtir au tournant du siècle, on offre ici des bâtiments, plus spécifiquement des maisons unifamiliales isolées destinées à des acheteurs potentiels. Deux tiers des annonces ne font mention ni du quartier, ni de ses aménités. Lorsque l’on y réfère, c’est la proximité de l’église, de l’école, du centre d’achat et du centre-ville qu’on fait valoir. Ce sont plutôt les aménités de la maison qui sont mises en valeur : les équipements mécaniques (chauffage, électricité, plomberie), le garage ou l’abri d’auto, le matériau de parement et le jardin privé. Le tableau 2 résume le contenu thématique des publicités recensées durant cette période. La figure 9 illustre une publicité s’adressant aux acheteurs potentiels de maison unifamiliale de type bungalow dans une banlieue de la Ville de Québec.

Tableau 2
Valeurs mises en avant dans les publicités sur le logement, 1945-1969

Figure 9
Publiait s’adressant aux acheteurs potentiels de maison unifamiliale, de type bungalow dans une banlieue de la Ville de Québec en 1960
Source : Le Soleil, 5 mars 1960

24Durant cette période, la construction de maisons à logements contiguës est presque systématiquement remplacée par celle de « walk-up », immeubles à logements avec entrée et cage d’escalier communes pourtant perçues négativement par la population (figure 10). Il devient notamment plus lucratif pour les investisseurs de les construire à cause des avantages fiscaux qui leur sont consentis (Choko, Collin et Germain, 1986). La construction résidentielle sera dorénavant polarisée autour de deux types d’habitat : d’un côté, la maison unifamiliale isolée destinée à des acheteurs potentiels ; de l’autre, l’immeuble walk-up, alternative multifamiliale pour les locataires en quête de logement neuf.

25Au fur et à mesure que les banlieues se développent, les quartiers centraux présentent de plus en plus de signes de déclin. À Limoilou, on assiste à la migration de locataires et de propriétaires d’édifices commerciaux vers la banlieue et à la fermeture de boutiques d’artisans et de commerces de quartier, ainsi qu’au départ, toujours vers la banlieue, de plusieurs propriétaires de maisons à logements superposés qui logeaient auparavant au rez-de-chaussée de leur immeuble. L’« idéal » résidentiel pour la classe moyenne est d’être propriétaire d’une maison unifamiliale isolée.

Figure 10
Immeuble à logements de type « walk-up »

c) La revitalisation des quartiers centraux

  • 12 Pour une étude sur la conversion de maisons à logements superposés en copropriété à Montréal, voir (...)

26Même si l’expansion des banlieues de la ville de Québec se poursuit de nos jours (on en est à construire la troisième ceinture de banlieues autour du centre-ville de Québec), il n’en demeure pas moins qu’un changement d’attitude par rapport à la ville et ses quartiers centraux s’est produit au début des années soixante-dix, de la part des autorités gouvernementales et de certains segments de la population. En effet, la crise de l’énergie, l’engouement pour les questions de patrimoine, ainsi que des changements importants dans les politiques du logement contribuent à redorer l’image des quartiers urbains et à accroître la légitimité de vivre en ville. De plus, le développement du secteur de service dans les centres urbains amène une population plus jeune et en meilleure santé financière à venir s’établir dans les quartiers centraux (Morin, 1988). Les programmes de mise en valeur et de rénovation des quartiers centraux mis en avant par les gouvernements ainsi que l’introduction du statut juridique d’occupation en copropriété12 comme mode particulier de transformation du parc de logements, jouent un rôle important dans l’amorce d’un mouvement de nettoyage et de réappropriation non seulement des immeubles mais aussi des ruelles et des arrière-cours. On assiste à des opérations liées à la démolition de hangars, au remplacement des galeries étroites d’origine par des galeries profondes et à la plantation d’arbres, de fleurs et de gazon.

27Ce mouvement de retour vers la ville affecte toutefois très peu l’orientation de l’industrie de la construction domiciliaire davantage intéressée par les avantages fiscaux et financiers de la construction neuve en banlieue. En effet, les politiques fédérales en matière de logement et les institutions bancaires, par les prêts hypothécaires qu’elles autorisent, continuent de favoriser la construction neuve en périphérie des centres au détriment de projets de rénovation et d’insertion urbaine. Le modèle normatif d’habitat établi durant les années cinquante et soixante demeure donc : de façon générale, les québécois aspirent à être propriétaire d’une maison unifamiliale isolée dans une banlieue de faible densité.

28Notre analyse du contenu des publicités de journaux confirme bien le maintien de cet idéal résidentiel : sur six publicités recensées entre 1970 et 1992, une seule propose des projets dans les quartiers centraux de la Ville de Québec ; les banlieues remportent toujours la palme. Rien que l’on privilégie la maison unifamiliale, il ne s’agit toutefois plus exclusivement de la maison isolée : les maisons jumelées et en rangée sont dorénavant offertes. De plus, 40 % des annonces publicitaires décrivent des appartements situés dans de petits immeubles walk-up, ou encore dans des immeubles de rapport plus imposants, notamment des tours. On s’adresse toujours à des acheteurs potentiels mais la copropriété est une option dorénavant offerte.

29Les deux tiers des annonces ne font pas référence aux aménités du quartier. Lorsqu’on y réfère, c’est en relation avec la proximité de la banlieue au centre-ville, au centre d’achat, aux écoles ou terrain de jeux, ou encore, pour mettre en valeur le caractère champêtre et verdoyant du site. Ce sont les aménités du bâtiment que l’on cite le plus fréquemment, principalement l’espace extérieur privé ainsi que les équipements mécaniques et les qualités techniques du bâtiment (interphone, ascenseur, insonorisation) dans le cas des immeubles à logements. Le tableau 3 résume les valeurs mises en avant durant cette période.

Tableau 3
Valeurs mises en avant dans les publicités sur le logement neuf, 1970-1992

30Notre analyse du contenu de la publicité sur le logement au Québec du tournant du siècle à nos jours indique que la maison à logements domine le marché résidentiel durant la première moitié du XXe siècle alors que la maison unifamiliale dont on est propriétaire fait office de norme depuis 1950. On constate à quel point les politiques du logement et les institutions dédiées à l’habitation, le discours idéologique de la part des autorités religieuses et politiques ainsi que de l’entreprise privée ont contribué et contribuent toujours non seulement à la définition de la forme urbaine et architecturale des milieux résidentiels au Québec mais aussi de modèles normatifs d’habitat et des significations sociales attachées aux quartiers centraux.

2. Pratiques de la ville et expérience du chez-soi dans un quartier central

a) Les trajectoires résidentielles

  • 13 Cinquante personnes vivaient en couples dont la moitié avait des enfants, 10 constituaient des fam (...)

31C’est en parallèle avec l’évolution des modèles normatifs d’habitat et des significations sociales attachées à la vie urbaine au Québec que nous mesurerons la charge affective du Vieux-Limoilou pour les 100 résidants que nous avons rencontrés, ainsi que les pratiques d’habitat de ce secteur urbain13. Il s’agit d’évaluer dans quelle mesure les temps de séjour des uns et des autres, ainsi que la variété des trajectoires résidentielles et des projets de vie ont contribué à la définition de la signification affective du Vieux-Limoilou et à l’expérience quotidienne de ce secteur urbain.

32Pour les fins de notre analyse, nous avons divisé les résidants rencontrés en trois groupes en relation avec la période d’édification du Vieux-Limoilou ainsi que les deux périodes de transformation du secteur, soit la suburbanisation de la Ville de Québec et la revitalisation des quartiers centraux (cf. figure 6). Ces regroupements ont été établis à partir de la date d’arrivée des répondants dans le quartier et de l’âge qu’ils avaient alors.

33Le tiers des répondants sont arrivés à Limoilou durant leur enfance entre 1918 et 1947, alors qu’ils avaient au plus 11 ans. Nous les appellerons les pionniers puisqu’ils se sont établis dans le quartier durant sa période d’édification. Ces individus ont vécu en moyenne 53 ans dans le quartier et 27 années dans le même logement. Un quart des répondants sont arrivés dans le quartier entre 1948 et 1972, avant l’âge de 18 ans pour les trois quart d’entre eux. Nous y référerons comme le groupe de la Résistance, ces derniers étant venus vivre dans ce quartier central alors qu’il perdait du prestige au profit des banlieues de faible densité. Ces personnes ont vécu en moyenne 26 ans dans le quartier et 12 ans dans le même logement. Les 43 résidants composant le dernier groupe ont emménagé à Limoilou entre 1970 et 1992 à l’âge adulte. Nous les appellerons le groupe des « urbanites » (en référence à cette sous-culture urbaine dont parle Morin, 1988) puisqu’ils sont arrivés dans le quartier à partir des débuts de la période de revitalisation des quartiers centraux. Ces citadins ont vécu en moyenne 6 ans dans le quartier et 4 ans dans le même logement. A noter que 28 % d’entre eux sont copropriétaires alors que la composition des deux autres groupes se répartit entre propriétaires d’immeuble et locataires.

34Il va sans dire que les groupes des pionniers et de la Résistance sont constitués uniquement d’individus restés fidèles à leur quartier ; en d’autres termes, ils font partie de la population relativement stable du Vieux-Limoilou. Si certains d’entre eux ont quitté le quartier durant des périodes plus ou moins longues de leur vie, leurs trajectoires résidentielles les y ont ramenés. (Environ le tiers des pionniers a été absent du quartier pour des périodes variant de 2 à 46 ans ; le tiers de la Résistance, pour des périodes variant entre 1 et 26 ans). La plupart des individus de ces deux groupes ont passé entre la moitié et l’ensemble de leur vie dans ce quartier alors que les urbanites n’y ont vécu qu’entre 10 et 20 % de leur vie. Le groupe des urbanites comprend de plus un nombre important de citadins dont la période de résidence est inférieure à 2 ans. Il est donc possible que nous ayons parmi ces derniers des individus appartenant à une population mouvante dont les projets d’avenir les mèneront hors du Vieux-Limoilou à court terme.

35La stabilité dans le quartier des répondants des deux premiers groupes n’est toutefois pas synonyme d’immobilité. En effet, même si la majorité d’entre eux a vécu dans le quartier sans ou avec seulement quelques années d’interruption, un pourcentage important a habité plus d’un logement. En considérant seulement leur dernière période de résidence dans le quartier, 85 % des pionniers et 63 % de la Résistance ont habité entre trois et dix appartements différents du Vieux-Limoilou, comparativement à 25 % des urbanites. Leur fidélité au quartier ne peut être imputée au statut de propriétaire d’immeuble. En effet, nous avons respectivement 38 % et 52 % de locataires parmi ces deux groupes.

36Le tableau 4 résume les données sur le passé résidentiel dans le Vieux-Limoilou des 100 résidants interviewés.

37Nos résultats suggèrent des différences importantes dans la charge affective du Vieux-Limoilou pour ces trois groupes de résidants mais aussi des convergences dans leur mode de sociabilité urbaine et manière d’habiter la ville. Nous discuterons trois aspects particuliers de notre analyse : (1) l’attachement au Vieux-Limoilou, (2) l’implication communautaire et les usages du quartier, et (3) le rapport à la rue des résidants à partir des logements.

Tableau 4
Itinéraire dans Limoilou des 100 résidants interviewés

b) L’attachement au Vieux-Limoilou

38Les commentaires émis par les 100 résidants permettent de saisir et de comparer la charge affective du Vieux-Limoilou en relation avec leur passé résidentiel. Lorsque questionnés sur leur degré d’accord avec l’affirmation suivante : « Je suis plus attaché à mon quartier ou ma paroisse qu’à mon appartement », 90 % des pionniers et 75 % de la Résistance se disent autant sinon plus attachés à leur paroisse ou quartier qu’à leur appartement. De façon ironique, ce sont les résidants venus s’établir dans le Vieux-Limoilou entre 1948 et 1972, alors que ce secteur perdait de sa popularité au profit des banlieues, qui se disent plus attachés à leur quartier qu’à leur appartement dans la plus grande proportion. Pour les pionniers, l’identité du quartier passe par celui de leur paroisse ; la Résistance s’identifie tantôt à la paroisse, tantôt au quartier. Cette situation s’explique sans doute par le déclin important des pratiques religieuses qui accompagna la révolution culturelle au Québec à partir des années soixante.

39En contraste avec les résidants des deux premiers groupes, les trois quarts des urbanites se disent autant sinon plus attachés à leur appartement qu’à leur quartier (tableau 5). En fait, près de la moitié ne manifeste pas d’attachement particulier au quartier ; ces derniers se perçoivent plutôt comme des citoyens de la Ville de Québec. La majorité est venue vivre dans le Vieux-Limoilou pour la qualité des appartements qu’on y trouve en relation avec les faibles loyers et coûts d’achat des propriétés, ainsi que la localisation centrale du secteur. La présence de commerces de luxe (magasins de spécialités, cafés, bars, etc.) participe aussi à la définition de l’identité du quartier, de même que la valeur patrimoniale et le charme des logements.

Affirmations sur les aspects sociaux du quartier

Degré d’accord avec l’affirmation

Les pionniers (N=32)

La Résistance (N=25)

Les urbanites (N=43)

Je suis plus attaché à mon quartier ou ma paroisse qu’à mon appartement. *

Peu ou pas du tout
Plus ou moins
Beaucoup ou très

12 %
66 %
22 %

26 %
30 %
44 %

49 %
23 %
28 %

Je participe à la vie sociale et communautaire du quartier

Peu ou |ras du tout
Plus ou moins
Beaucoup ou très

45 %
19 %
35 %

46 %
12 %
42 %

66 %
12 %
22 %

J’utilise surtout les commerces et les services profession nets du quartier.

Peu ou pas du tout
Plus ou moins
Beaucoup ou très

16 %
3 %
81 %

4 % 4 %

92 %

5 %
21 %
74 %

Je me déplace beaucoup à pied dans le quartier pour différentes activités.

Peu ou pas du tout
Plus ou moins
Beaucoup ou très

13 %
3 %
83 %

4 %
4 %
92 %

9 %
12 %
79 %

* chi-carré significatif à p<.01

100 %

100 %

100 %

Tableau 5
Degré d’accord des résidants avec des affirmations sur la signification et les usages du Vieux-Limoilou

40Ces différences dans l’attachement au Vieux-Limoilou des trois sous-groupes peuvent être mises en relation avec la biographie résidentielle des individus, la présence actuelle ou passée de réseaux familiaux dans le quartier, ainsi que leur âge à l’arrivée dans le quartier.

41En effet, lorsqu’on leur demandait pourquoi ils avaient choisi de s’établir à Limoilou, 69 % des pionniers et 52 % de la Résistance ont indiqué qu’ils y habitaient déjà avec leurs parents ou de la parenté, alors que cela n’était le cas d’aucun urbanite. En fait, la majorité des pionniers et de la Résistance avait à un moment ou à un autre de la parenté qui habitait Limoilou, voire même leur propre immeuble, comparativement au quart des urbanites. À l’échelle du logement, 38 % des pionniers et 28 % de la Résistance ont encore aujourd’hui de la parenté qui vit dans leur immeuble alors que ce n’est le cas que pour 14 % des urbanites (tableau 6). Entre outre, plusieurs membres des deux premiers groupes avaient emménagé à Limoilou durant leur enfance ou adolescence et avaient des souvenirs de jeunesse attachés au quartier ou encore des amis de longue date y habitant (tableau 7).

Tableau 6
Parenté habitant an ayant habité le Vieux-Limoilou ou la maison à logements superposés du résidant pour les trois sous-groupes

Age à l’arrivée dans le quartier

Les pionniers (n=32)

La Résistance (n=25)

Les urbanites (n=43)

• naissance
(0 à 1 an)

66 %

40 %

0 %

• enfance
(2 à 11 ans)

31 %

24 %

0 %

• adolescence
(12 à 17 ans)

3 %

13 %

0 %

• adulte
(18 ans et +)

0 %

24 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Tableau 7
Âge à l’arrivée dans le quartier des résidants des trois groupes

42Nous pouvons émettre l’hypothèse que ces réseaux familiaux et sociaux ont contribué à retenir ou à attirer les résidants dans le quartier dans les années cinquante et soixante en dépit de l’attrait que représentaient les nouvelles banlieues. De plus, la maison à logements avec ses deux ou trois logements et son occupation au rez-de-chaussée de ménages propriétaires aura permis la cohabitation de membres d’un même réseau familial (de la même et/ou de différentes générations). Une famille propriétaire pouvait en effet offrir un logement à un neveu, à une sœur ou à un oncle désireux de venir « travailler en ville ». De nombreux commentaires de la part de pionniers confirment bien ce système d’accueil.

c) L’implication communautaire et les usages du quartier

43Nos entretiens avec les résidants ont révélé que les pionniers ont été activement impliqués dans des organisations de charité, ainsi que des activités et associations paroissiales : l’église a joué ou joue encore un rôle central dans leur vie. Le tiers d’entre eux est encore très actif mais plusieurs disent avoir ralenti à cause de leur âge avancé. Quant au groupe de la Résistance, c’est plutôt à travers les activités des enfants qu’ils nous ont dit s’impliquer (ou s’être impliqués) dans leur communauté. Malgré le départ de plusieurs familles vers la banlieue durant les années cinquante et soixante, les organisations scolaires et de loisir ont été pour ces individus un moyen de faire la connaissance de résidants de leur secteur, parfois même de leurs voisins. Pour plusieurs d’entre eux, le départ des enfants les a conduits à un retrait graduel des activités communautaires. Finalement, les deux tiers des urbanites ont affirmé ne pas ou peu participer à la vie sociale et communautaire du Vieux-Limoilou. Plusieurs nous ont dit être trop occupés par leur carrière professionnelle pour pouvoir s’impliquer dans des organisations locales. Pour les ménages avec enfants, particulièrement les ménages monoparentaux, l’emploi du temps est partagé entre le soin des enfants et le travail (cf. tableau 5).

44Malgré ces différences dans la participation à des activités et organisations de nature communautaire, les résidants des trois groupes se rejoignent dans leur relation fonctionnelle au Vieux-Limoilou. En effet, la grande majorité des individus interviewés ont affirmé utiliser les commerces et les services du secteur et circuler beaucoup à pied (cf. tableau 5). Alors que certains pionniers se plaignent de la disparition de commerces de service sur les avenues commerciales, les urbanites voient d’un bon œil l’établissement de commerces spécialisés, de commerces de détail de luxe, de restaurants et café-bistros. Les résidants des trois groupes s’entendent de façon générale sur l’intérêt de vivre à Limoilou pour la proximité du centre-ville et pour l’accessibilité et l’éventail des services, et la présence d’écoles et de garderies dans le voisinage.

On a tout à la portée de la main. C’est un quartier avec une ambiance familiale, les marchands nous connaissent, les gens se parlent, ça fait partie des plaisirs de vivre dans ce quartier.

45La trame de rues et d’avenues perméable du Vieux-Limoilou, résultat du découpage régulier d’îlots de dimensions raisonnables, n’est pas étrangère à cette relation fonctionnelle au quartier attestée par la grande majorité des résidants. En effet, les avenues commerciales ainsi que celles sur lesquelles se distribuent les églises et les écoles sont facilement accessibles ; la plupart des résidants doivent marcher tout au plus cinq minutes pour avoir accès à des commerces, banques, écoles ou églises.

d) Le rapport à la rue à partir des logements

46Les pionniers nous ont parlé des pratiques associées aux balcons côté rue, pratiques établies durant la période d’édification du quartier. Le balcon était particulièrement utilisé durant l’été où il était courant de s’y délasser après le souper et de permettre aux enfants d’y passer une heure avec leurs parents avant d’aller au lit. Le dimanche, il était coutume d’y attendre les autres membres de la famille pour se rendre à l’église ; c’était l’occasion de saluer les voisins et de converser avec eux.

47En contraste, les galeries et les cours côté ruelle étaient des lieux de service. Les ruelles étaient vivantes, remplies de hangars et de petites boutiques ; la collecte des vidanges s’y faisait, de même que les livraisons. Toutes sortes de marchands itinérants y passaient pour vendre leurs produits ou leurs services. Les arrière-cours étaient utilisées à des fins utilitaires ; par exemple, aller d’un étage à l’autre, ou encore étendre le linge comme c’était l’habitude les lundis. C’était aussi le lieu par excellence de jeu pour les enfants. Il y avait très peu d’automobiles, c’était donc sans danger. À partir des années cinquante, les automobiles ont graduellement envahi ces espaces. Depuis le milieu des années soixante-dix, des programmes d’aide à la rénovation ont donné lieu au nettoyage des ruelles et à la démolition de hangars dans certains secteur : les galeries étroites d’origine sont remplacées par des terrasses et galeries profondes ; les aires asphaltées, les hangars et remises, par des arbres, des fleurs et du gazon. Ces transformations ont amené avec elles une variété d’activités de récréation du côté ruelle qui caractérisent beaucoup plus le mode de vie de la banlieue que celui de Limoilou durant la première moitié du siècle (figures 11).

Figures 11 a) et b)
Comparaison d’une arrière-cour restée intacte depuis la construction de l’immeuble avec une autre réaménagée

48Cette réaffectation de l’arrière-cour à des fins récréatives implique-t-elle le retrait systématique des citadins à l’arrière de leur logement et l’abandon du rapport à la rue à partir des balcons ? Nos analyses n’en suggèrent rien. En effet, nous n’avons trouvé aucune relation significative entre le degré d’aménagement de l’arrière-cour et l’appropriation ou non du balcon avant, quels que soient la date d’arrivée dans le quartier ou le statut d’occupation des résidants.

Figure 12
Utilisation du balcon avant des maisons à logements du Vieux-Limoilou

49Les trois groupes se rejoignent sur l’intérêt des répits que l’on s’accorde dans ce quartier pour observer la vie urbaine à partir de son balcon et, par ricochet, y prendre part. Environ deux tiers des résidants ont fait des commentaires qui confirment l’utilisation de leur balcon. Près de la moitié nous ont parlé de ces moments de détente et de flânerie sur le balcon qui se présentent généralement après le souper, au moment où la ville se calme et le vent tombe. On s’assoie, on échange quelques mots avec son conjoint, avec un ami ou un voisin en sirotant un café. La principale activité demeure toutefois celle de voir, de regarder, d’observer, de se laisser bercer par le va-et-vient des mouvements de la rue.

50Si la dichotomie du propre et du sale traditionnellement associée à l’avant et à l’arrière du logis semble s’estomper avec la réaffectation des arrière-cours à des fins récréatives, le rapport à la rue s’est maintenu (figure 12). Les pratiques du balcon définies à l’époque de l’édification du quartier ont persisté jusqu’à nos jours malgré les voitures, la télévision, les modes de vie et les structures de ménages en transformation, les loisirs organisés et une société que l’on qualifie d’individualiste. Si le balcon est une aménité que l’introduction de la maison à logements superposés aura permis d’intégrer à tous les appartements, il aura donné lieu à l’implantation d’un mode particulier de sociabilité urbaine dans ce quartier.

Conclusion

51Malgré les différences entre les trois groupes de résidants interviewés dans la signification affective du Vieux-Limoilou, les motivations à habiter ce secteur et l’implication communautaire, ces citadins aux trajectoires résidentielles différentes se rejoignent dans leur relation fonctionnelle au voisinage ainsi que dans leur rapport à la rue à partir des balcons. La réduction de la charge affective du quartier et l’augmentation de celle de l’appartement pour les urbanites ne correspondent pas à la retraite systématique de ces résidants vers l’espace privé du logis et/ou à une indifférence croissante par rapport à l’espace hors logis. La variété et l’abondance des activités disponibles à l’extérieur du logis et la grande mobilité des résidants ne semblent pas avoir eu raison de certaines pratiques d’habitat qui caractérisaient déjà Limoilou durant la première moitié du siècle. La permanence de ces pratiques suggère plutôt des modes fondamentaux de sociabilité en milieu urbain, sociabilité que la forme urbaine et architecturale du Vieux-Limoilou aura favorisée.

Bibliographie

Références bibliographiques

Caniggia G., Maffei G. L., Composizione Architettonica e Tipologia Edilizia, vol. 1, Lettura dell’edilizia di base, Marsilio, Venezia, 1979.

Caouette E., La relation au chez-soi des personnes âgées en résidences spécialisées et leur perception de l’image des centres d’accueil, Thèse de maîtrise, université Laval, 199(5.

Choko M. H., Collin J.-P., Germain A., « Le logement et les enjeux de la transformation de l’espace urbain : Montréal, 1940-60 », Urban history review / Revue d’histoire urbaine, 15 (2), 1986.

Choko M. H., Dansereau F., Restauration résidentielle et copropriété au centre-ville de Montréal, Montréal, INRS-Urbanisation, Cahier de recherche no 53, 1987.

Conzen M. R., « Town-plan analysis on an American setting : cadastral processes of Boston and Omaha, 1630-1930 », dans Slater T. R. (ed.), The built form of Western cities, Leicester, U.K., Leceister press, 1990.

Després C., Laroohelle P., « The introduction and transformation of flatted row houses in Quebec City : the endurance of cultural models », Environments by Design, à paraître.

Després C., Larochelle P., « Le rapport à la rue des résidants du Vieux-Limoilou », dans Krantz B. et Vestbro D. (eds), Evolving environmental ideals, changing ways of life, values and design practice, actes de la 14e Conférence de l’IAPS, Stockholm, Suède, 30 juillet au 3 août 1996.

Després C., Larochelle R, « The making and transformation of a Quebec city neighborhood : urban forms, architectural types and cultural models », communication présentée dans le cadre de la Conférence internationale Spatial analysis in Environment-Behaviour Studies, Eindhoven, Pays-Bas, 29 novembre-1 décembre 1995.

Després C., « A hybrid strategy in a study of shared housing », dans Arias E. G. (ed.), The meaning and use of housing : international perspectives, approaches and their applications, (Ethnoscapes : current challenges in the environmental social sciences, vol. 5), Gower, Avebury, England, 1993, p. 381-403.

Després C., « The meaning of home : literature review and directions for future research and theory development », dans Lawrence R. J. (ed.), The meaning and use of home and neighborhood, numéro thématique, Journal of Architectural and Planning Research, 8 (2), 1991, p. 96-115.

Hanna D. B., Montreal. A city built by small builders (1867-1880), Dissertation, McGill university, Montréal, 1986.

Larochelle P et Dubé C., « Le paysage comme enregistrement du processus d’humanisation du territoire : le cas de Pile d’Orléans », Trames, 9, 1993.

Legault R., « Architecture et forme urbaine : l’exemple du triplex à Montréal de 1870 à 1914 », Revue d’histoire urbaine, 18 (1), 1989, p. 1-10.

Morin R., « Déclin, réaménagement et réanimation d’un quartier urbain de Montréal », Urban history review / Revue d’histoire urbaine, 17 (1), 1988, p. 29-39.

Moudon A. V., « Getting to Know the Built Landscape : Typomorphology », dans Franck K. A. et Schneekloth L. H., Ordering Space. Types in Architecture and Design, Van Nostrand Reinhold, 1994.

Muratori S., Studi per una operante storia urbana di Venezia, Roma, Istituto Poligrafico dello Stato, 1959.

Saegert S., « The role of housing in the experience of dwelling », dans Altman I. et Werner C. M. (eds), Home environments, New York, Plenum, 1985.

Tétreault M.-H., Ressources résidentielles pour personnes atteintes de sclérose en plaques : signification du chez-soi, satisfaction et préférences résidentielles, Thèse de maîtrise, université Laval, 1994.

Vachon G., Histoire, développement et forme du quartier Limoilou de Québec, Mémoire de maîtrise, Faculté d’architecture et d’aménagement, université Laval, Québec, 1994.

Ville de Québec, Plan directeur Vieux-Limoilou, Étape 1, Etat de la situation, document inédit, Service d’urbanisme, Ville de Québec, 1995.

Notes

1 Cette présentation s’inscrit dans le cadre plus large d’une recherche sur la forme, les usages et les significations de la maison à logements superposés du quartier Limoilou à Québec, de 1900 à nos jours, financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada. Les étudiants suivants ont collaboré à cette étude à titre d’assistants de recherche : Louis Bond. Martine Brochu, Elaine Caouette, Claude Demers, Sylvie Desautels, Cristina Iamandi, Emil Kotzev, Kathleen Paquet, André Potvin, Philippe Poulin, Gabriel E. Rodriguez, Jocelyne Simard et Marie-Hélène Tétreault.

2 L’âge médian est de 40 ans. Une personne sur cinq vit et travaille dans le quartier. Près des trois quarts de la population active travaillent dans le secteur tertiaire et moins de 15 % dans le secteur manufacturier. Le quart de cette population n’a pas complété sa 9e année alors qu’un dixième a fait des études universitaires. Ces chiffres excluent la paroisse de St-Pascal de Maizerets (Ville de Québec, 1995).

3 Un autre quartier de la ville de Québec, le quartier Montcalm, a été développé à peu près à la même époque et présente plusieurs similarités sur le plan du tracé de rues, d’îlots et d’immeubles bien que le tissu résidentiel ne soit pas aussi homogène que celui du Vieux-Limoilou.

4 Le loyer moyen est parmi les plus bas de la Ville de Québec ; Limoilou demeure un des quartiers centraux les plus pauvres de la Ville de Québec.

5 Pour plus de détails sur la méthode, voir les écrits de Caniggia et Maffei, 1979 ; Conzen, 1990 ; Moudon. 1994 ; Muratori, 1959.

6 Atlas des assureurs de la Ville de Québec, 1912, révisées eu 1922 ; 1925, révisées eu 1930 ; 1957.

7 Même si ces catégories normatives du chez-soi ont, à l’origine, été identifiées flans le contexte dominant de la maison unifamiliale, de la propriété simple et de la famille nucléaire, leur validité a été récemment vérifiée pour des populations plus marginales et/ou des formes de logement ou arrangements résidentiels non-traditionnels. C’était le cas, entre autres, d’études sur le logement partagé (Després, 1993), sur les personnes souffrant de sclérose en plaques (Tétreault M.-H., 1994), et sur les personnes âgées relocalisées (Caouette E., 1996).

8 Nous pensons ici aux études menées par les chercheurs de l’Institut national de recherche scientifique, division de l’urbanisation à Montréal.

9 Uniquement clans les éditions du samedi du journal Le Soleil et de l’Evénement, nous avons recensé 242 publicités sur le logement dont 221 s’adressaient au quartier Limoilou ; la moitié d’entre elles étaient commanditées par la Québec Land.

10 Pour un article-synthèse, voir Choko, Collin et Germain, 1986.

11 La moitié des publicités cite des développements à Sainte-Foy, l’autre moitié se répartit entre cinq banlieues : Charlesbourg, Beauport, Sillery, Lorettville et Orsainville.

12 Pour une étude sur la conversion de maisons à logements superposés en copropriété à Montréal, voir Choko et Dansereau, 1987.

13 Cinquante personnes vivaient en couples dont la moitié avait des enfants, 10 constituaient des familles monoparentales, 20 vivaient seules, 10 faisaient partie d’une famille élargie incluant un parent et/ou autre(s) membre(s) de la parenté, enfin, les 10 autres vivaient dans des ménages non-liés incluant un ou plusieurs colocataire(s) ou chambreur(s). Parmi les 63 résidants qui travaillaient, 28 œuvraient dans les services à la consommation, 17 étaient fonctionnaires, 14 enseignaient, et 14 autres exerçaient une profession libérale. Près de la moitié de ces personnes vivaient dans des ménages dont les revenus annuels ne dépassaient pas les 35 000 $ (28 % se situant au dessous de 25 000 $) ; 13 % seulement avaient des revenus annuels supérieurs à 65 000

Table des illustrations

Légende Figure 1Plan de localisation du secteur étudié par rapport au Vieux QuébecSource : Ville de Québec
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 2 a)Tissu urbain du Vieux-LimoilouSource : Service de l’Urbanisme, Ville de Québec, 1995
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Figure 2 b)Parcellaire du Vieux-Limoilou
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Figure 3Série typique de maisons à logements du Vieux-Limoilou
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Figure 4Plan d’appartement typique du Vieux-Limoilou
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 5Dimensions et [acteurs considérés pour l’étude de la forme, des usages et des significations du Vieux-Limoilou
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Figure 6Périodes de développement et de transformation du Vieux-Limoilou en relation avec certains jalons de l’histoire québécoise
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Tableau 1Valeurs mises en avant dans les publicités sur le logement, 1906-1933
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Figure 7Publicité vantant les avantages d’acheter des terrains à construire à Limoilou et les aménités « modernes » du secteur en 1911Source : Le Soleil, 3 juin 1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 8Tract de l’Union économique d’habitations distribué en 1942
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Tableau 2Valeurs mises en avant dans les publicités sur le logement, 1945-1969
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 9Publiait s’adressant aux acheteurs potentiels de maison unifamiliale, de type bungalow dans une banlieue de la Ville de Québec en 1960Source : Le Soleil, 5 mars 1960
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Figure 10Immeuble à logements de type « walk-up »
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Tableau 3Valeurs mises en avant dans les publicités sur le logement neuf, 1970-1992
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Tableau 4Itinéraire dans Limoilou des 100 résidants interviewés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Tableau 6Parenté habitant an ayant habité le Vieux-Limoilou ou la maison à logements superposés du résidant pour les trois sous-groupes
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Figures 11 a) et b)Comparaison d’une arrière-cour restée intacte depuis la construction de l’immeuble avec une autre réaménagée
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Légende Figure 12Utilisation du balcon avant des maisons à logements du Vieux-Limoilou
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9758/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 301k

Auteurs

École d’architecture - Université Laval, Québec.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search