Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain

 | 
Francine Dansereau
, 
Yves Grafmeyer

1. Mobilités, réseaux familiaux, contextes d'habitat

Quartiers mixtes d’autrefois : la fonction du logement

Claire Lévy-Vroelant

Texte intégral

Introduction

1L’espace habité de nos quartiers urbains est-il encore – s’il l’a jamais été – cet univers de toutes les rencontres, de toutes les opportunités et de toutes les proximités ?

  • 1 Voir Arbonville D., Bonvalet C., « Conditions de logement et type de ménages, résultats de l’enquê (...)
  • 2 Voir Lévy J.-P., « Habitat et mobilité en France : 1973-1988 », Ministère de l’Équipement, 1994.
  • 3 Voir Ascher F., Métapolis, ou l’avenir des villes, en particulier le chapitre 4, « La métapole com (...)
  • 4 Loyer F., Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, Paris, Hazan éd., 1994.
  • 5 Voir Guerrand R.-H., Propriétaires et locataires, les origines du logement social en France, Paris (...)

2Cette question abrite en réalité un questionnement plus vaste. À l’heure où des fractures multiples travaillent l’espace social et physique des villes qu’aucune vision d’ensemble ne parvient à organiser, le traitement de l’habitat ancien, la gestion du patrimoine deviennent des enjeux majeurs d’urbanité. Relégation d’une part, difficulté à accéder à un logement convenable d’autre part caractérisent aujourd’hui une situation de crise. Tandis que les transformations intervenues dans le cycle de vie des familles diversifient et augmentent la demande, et que la crise « désolvabilise les ménages », « l’évolution même du parc avec la réduction du locatif privé, la disparition des hôtels meublés, des chambres de bonnes [...] est défavorable »1. Non seulement des personnes et des familles se trouvent exclues du logement, mais la diversité du choix en la matière, n’a qu’une faible réalité pour le plus grand nombre ; enfin, les voies d’une stratégie résidentielle ascendante sont de plus en plus étroites2. À l’heure où de vastes portions de ville sont habitées par des populations assignées à résidence et où les rapports de voisinage qui en découlent s’établissent sur le mode de la contrainte3, alors que la construction neuve est orientée vers le logement de catégories sociales et familiales bien précises, l’observation de situations passées offre des exemples d’autres types d’arrangements avec le parc existant et d’autres dynamiques d’accès au logement et, partant, d’accès à la ville. Si les réticences face au creuset que constituaient les villes du XIXe siècle s’exprimaient largement et sur plusieurs registres idéologiques, on sait qu’elles offraient alors des dispositifs intégrateurs forts. On cite fréquemment, parmi ceux-ci, les espaces publics, ces lieux mixtes propices à l’échange « que ce soit la rue, le square, la fontaine, le bistrot, le théâtre ou l’église »4. Or, le logement lui-même, élément pourtant central du dispositif, a été longtemps dédaigné par les spécialistes de l’histoire sociale5. Nous voulons montrer ici les potentialités d’accueil, voire d’intégration, que recelaient, dans le contexte urbain d’une ville moyenne à croissance rapide sans industrialisation, les immeubles des quartiers anciens de centre ville, espaces populaires, mixtes, denses, et caractérisés par un parc de logements modeste.

3L’enquête porte sur sept immeubles du centre ville de Versailles, immeubles situés dans trois îlots contigus et présents physiquement pendant toute la période des recensements nominatifs annuels, entre 1831 et 1881. Ils comportent un nombre variable d’étages ; ce sont surtout des immeubles dits de rapport de taille moyenne. Grâce aux listes nominatives, on peut observer les ménages dans les logements et donc procéder à une analyse fine du renouvellement.

4La mobilité résidentielle des personnes et des ménages constitue, nous semble-t-il, un élément majeur de définition des espaces habités. L’approche transversale qui est celle de chaque recensement permet il est vrai de caractériser finement les populations résidentes du point de vue de la profession, de la structure par âge, de l’organisation familiale dans les ménages, voire de l’origine géographique au vu du lieu de naissance d’une part, et le parc de logements d’autre part. Mais dirait-on qu’à structure équivalente, sur tous ces points, les quartiers seraient de même type ? Rien n’est moins sûr. D’importants travaux de sociologie urbaine ont montré, dans la direction tracée par l’École de Chicago, qu’une bonne part de l’identité du quartier réside dans la combinaison complexe des itinéraires passés (et projetés) des individus et des familles présents dans l’espace à un moment donné. Dès lors, il importe de définir non seulement les rythmes des mobilités, mais encore leur « distribution » selon le type de logement. Dépassant la description juxtaposée des ménages d’une part, des logements de l’autre, on est en mesure de caractériser des modes d’occupation, ce qui suppose l’observation simultanée des ménages et des logements – ou plus exactement des ménages dans leur logement – et exige par conséquent une investigation longitudinale et nominative. Chacun des occupants est identifié par son patronyme ce qui permet de vérifier sa présence ou de constater son absence l’année suivante, puisque l’on dispose de listes nominatives annuelles du recensement entre 1831 et 1881.

5Chaque immeuble, en moyenne, voit chaque année sa population se renouveler dans la proportion d’un tiers. Cette fluidité des circulations doit être mise en rapport avec l’usage qui est fait des logements. On propose ici de développer l’analyse des séquences d’occupation des logements par l’observation systématique des prédécesseurs et des successeurs, afin de saisir en quoi les modalités du renouvellement participent de la définition du quartier et de son évolution.

I – L’espace habité des sept immeubles : une occupation populaire, mixte, dense, dans des logements modestes

1. Les habitants

  • 6 D’après Noëlle Dauphin, seulement 48 % des loyers sont imposables. « Physionomie de Versailles en  (...)
  • 7 Dauphin N., op. cit., p. 131.
  • 8 À deux pas de l’hôtel de ville et du palais de justice, un vaste Monoprix s’impose parmi les nombr (...)
  • 9 C’est d’ailleurs, selon le fin observateur qu’est Arthur Raffalovitch, la raison pour laquelle il (...)

6La population de Versailles est en général modeste, contrairement à ce qu’une image erronée peut laisser supposer6. Pas de grandes fortunes, peu d’opportunité d’enrichissement sur place. Dans le centre, le quartier Notre-Dame, où se trouvent les trois îlots étudiés, rassemble vers 1850 près de la moitié des habitants. Au sein de ce quartier, les trois îlots se distinguent par des loyers plus bas que la moyenne. « Foyer de misère7 » que cet ensemble situé dans le centre administratif, délimité par la très passante rue des Vieux Coches, autour du carrefour Charrost8 ? Si les professions libérales et autres notabilités n’y résident pas, nombre de propriétaires habitent leur propre immeuble. Ouvriers et journaliers côtoient, dans les mêmes immeubles, artisans, commerçants et petits rentiers. Cet univers peut être décrit comme mixte et intégré à la fois dans la mesure où la boutique, l’atelier, l’offre de service en général s’y retrouvent avec les usagers de ces services et les bailleurs de logement que sont les propriétaires9.

  • 10 Pour le détail de l’élaboration des catégories à partir du dictionnaire complet des appellations, (...)
  • 11 En nombre d’années-logements, la catégorie « bourgeois » se décompose ainsi : 156 propriétaires ; (...)

7On dispose au total de 5816 années/logements pour la période des recensements annuels (1831-1881), mais tous ne correspondent pas à une occupation effective. Le nombre d’années/logements occupés est de 4595 : on dispose donc de 4595 occurrences d’appellation10. Sur l’ensemble de la période, les ouvriers/journaliers représentent 49 % du total, les artisans commerçants 21 %, les propriétaires/rentiers/négociants/professions libérales11 12 %, les services 11 % et les employés 3 %. Au sein du groupe ouvrier, les journaliers sont un peu plus nombreux. Les secteurs d’activités représentés sont, dans un ordre décroissant, le bâtiment, l’habillement, le bois, les métaux. Quant au commerce, si le secteur de l’art et du luxe n’est pas absent (horlogerie, ébénisterie), l’alimentation et les débits de boisson forment la part prépondérante.

8L’évolution sur le siècle montre une diminution de la part des catégories ouvrières, en particulier à partir du début des années 1850. Elles passent ainsi de près de 55 % à moins de 40 % au début des années 1860. Après une légère reprise, la proportion des chefs de ménage ouvriers et journaliers semble se stabiliser aux alentours de 38 %. Il s’agit donc, sur la période, d’une diminution notable.

9La proportion des catégories bourgeoises est elle aussi en baisse. Plus exactement, la tendance se renverse vers le milieu des années 1850. Après avoir sensiblement augmenté, (de 12 % à 17 % entre les années 1830 et le début des années 1850), la part des catégories bourgeoises baisse, régulièrement cette fois, jusqu’aux années 1870 où elle se fixe à un niveau d’environ 7 %.

10À la diminution des classes bourgeoises d’une part, ouvrières de l’autre, il faut opposer une augmentation quasi symétrique des artisans, commerçants, employés et services.

11Du point de vue de la famille, toutes années/logements confondues entre 1831 et 1881, la répartition selon le type de ménage est la suivante : 28 % sont des isolés – dont la moitié exactement de veufs et surtout de veuves habitant seuls –, 33 % sont des couples avec enfants, 22 % des couples sans enfants, 9 % des ménages monoparentaux et 7 % des ménages élargis ou sans structure. Près de la moitié des foyers sont sans enfants. La structure générale est conforme au reste de la ville à ceci près que les ménages composés uniquement d’adultes sont un peu plus nombreux dans le centre ville. Pendant la période, et en particulier depuis la IIIe République, la part des isolés décroît tandis qu’augmente celle des familles avec enfants.

2. Densité et qualité des logements

  • 12 Voir Dauphin N., op. cit.

12En moyenne, les logements abritent 2,7 habitants dans l’ensemble du quartier Notre-Dame, ce qui est moins que dans les quartiers périphériques. Cependant, l’habitat y est plus dense – les habitants y disposent en moyenne de moins d’un mètre de façade par personne12 –, les logements y sont plus serrés et plus petits. Entre 1831 et 1881, les logements composés d’une seule pièce sont la majorité : 54,1 %. Cette proportion moyenne cache en réalité une évolution : 66,7 % en 1831, les logements composés d’une pièce ne sont plus que 44,6 % en 1881. Cette évolution s’effectue surtout au profit des logements de deux pièces, les grands logements demeurent rares pendant toute la période. Pourtant, les appartements comprenant quatre pièces et plus représentent environ 7 % de l’ensemble à la fin du siècle : ils sont donc peu nombreux, mais existent néanmoins.

  • 13 « Chaque immeuble agit un peu comme un sous-système clos de redistribution des espaces », voir Lév (...)

13Le nombre moyen de pièces par logement augmente régulièrement, passant de 1,4 en début de période à 1,9 cinquante ans plus tard. Ce constat recouvre la délicate question de la transformation des espaces intérieurs des logements. La notion de pièce est trop floue pour que l’on puisse conclure avec certitude à une tendance à l’agrandissement des logements. Tout au plus peut-on évoquer les cloisonnements successifs qui « privatisent » les espaces et, très probablement, des redistributions des pièces entre logements : cette dernière qualité de l’habitat, la flexibilité, ressort de l’observation des transformations multiples auxquelles les logements se prêtent13 et est à mettre en rapport avec la mobilité résidentielle s’effectuant dès lors au sein d’une offre variée et variable.

14La distribution des logements selon l’étage vérifie en partie seulement la « ségrégation verticale » de l’immeuble haussmanien. Certes, les logements composés d’une seule pièce, y compris les boutiques ayant aussi fonction d’habitation se trouvent surtout au rez-de-chaussée : sur 100 logements du rez-de-chaussée, 62 sont des « une pièce », tandis qu’ils ne sont que 50 au premier étage et 25 au second. Ils prédominent à nouveau dans les étages : 79 % au troisième, et 98 % au quatrième. Les grands logements sont les plus nombreux au deuxième étage. Cependant apparaît un fait remarquable : sur toute la période et en moyenne, plus de 15 % des logements sont situés sur plusieurs étages à la fois. S’agit-il des logements bourgeois dont l’extension se situerait à l’étage des mansardes pour loger le personnel de maison ou de boutique ? Il apparaît que dans 76 % des cas, ces logements s’étendent au contraire sur le rez-de-chaussée et le premier étage. Il s’agit, dans la plupart des cas, d’un ensemble comprenant un local à usage professionnel au rez-de-chaussée et un logement au premier. Pourtant, la séparation entre la fonction d’habitation et la fonction de travail est moins nette qu’il y semblerait au premier abord.

Un exemple parmi d’autres, cet « ensemble logement » composé dans les années 1860 de trois parties distinctes : un grand logement au premier étage, deux pièces devant deux pièces derrière, un local au rez-de-chaussée, une pièce mansardée au 4e. En réalité, ce « logement » sur trois étages correspond ces années-là aux besoins d’un ménage, le fils tourneur en bois utilisant le local dans la cour et sans doute la mansarde. Mais le fait remarquable est que ces espaces connaissent des occupations très diverses pendant la période étudiée. Entre 1831 et 1856, le logement est tantôt scindé en deux – deux fois deux pièces –, tantôt occupé dans sa totalité par un seul ménage. Les occupants sont des ouvriers et des boutiquiers aux familles souvent nombreuses. Quant au local dans la cour d’une part, et à la mansarde d’autre part, ils sont occupés par d’autres ménages. On voit se succéder dans le « local » – qui a pour l’occasion une fonction résidentielle, ou polyvalente – un serrurier-brocanteur, un portier, un marchand de légumes et un indigent, tandis que la mansarde abrite des journaliers de passage.

15Les logements apparaissent comme « ouverts » à la fois du point de vue de l’usage qui en est fait et de par cette remarquable propension aux transformations qu’ils semblent offrir.

  • 14 Comme à chaque fois qu’il est question de logement, on se réfère à la définition du recensement, c (...)
  • 15 Ce sont les termes mêmes du recensement que nous utilisons.

16Au numéro 12 de la rue des Vieux Coches se trouve une boutique dont l’extension et les activités se révèlent, entre 1831 et 1881, particulièrement variables. Le « logement14 d’abord : certaines années, il ne se compose que de « la boutique, arrière boutique et une salle »15, tandis que parfois, s’y ajoutent deux pièces d’habitation au premier étage. Les lieux peuvent encore être décrits de la façon suivante (1844) : « une boutique, un cabinet, une cuisine, une chambre au premier étage, et un cabinet ». Quelques années plus tard, seule la partie basse, au rez-de-chaussée, est occupée par le ménage. Faut-il ne voir dans ces descriptions fluctuantes qu’un zèle imparfait de l’agent recenseur ? Dans ce cas précis, cette hypothèse est exclue parce que l’on a connaissance, simultanément, de l’occupation par d’autres ménages des autres portions du dit logement. Les activités ensuite : entre 1831 et 1882, sans compter les phases de vacances ou d’occupation sans activités commerciales, la boutique aura connu sept commerces différents, du débit de boisson ou du plat cuisiné à la cordonnerie, de la pâtisserie à la friperie, sans compter la fonction de service lorsque le tenancier des lieux est logeur ou encore « bureau de placement et d’indications ».

  • 16 Ce sont, comme la plupart des indications décrivant les professions et les logements, les termes m (...)

Entrons dans le détail : en 1832, un premier occupant, « cabaretier marchand de vin » loge avec sa famille dans les lieux indiqués « boutique, arrière boutique et une salle ». Le ménage disparaît l’année suivante, et la boutique reste vacante deux années de suite. En 1835, un horloger en bois âgé de 63 ans s’y installe, mais il quitte les lieux dès l’année suivante et la boutique reste vacante à nouveau deux années. En 1838, s’installe un cabaretier qui demeurera trois années dans les lieux avec sa famille. Le loyer double et deux pièces d’habitation, au premier étage, s’ajoutent à la boutique et locaux attenants. Pourtant, malgré cette division des fonctions – habitation-activités de commerce – qui semble propice à une installation de plus longue durée, le ménage quitte les lieux, à nouveau vacants en 1841 et 1842. En 1843, c’est un journalier qui s’installe au rez-de-chaussée, occupant exclusivement la partie basse « trois pièces au rez-de-chaussée devant et derrière », mais sans tenir boutique. Séparé une année, le logement de deux pièces du deuxième étage est à nouveau associé à la boutique, en 1844, avec l’arrivée d’un nouveau cabaretier. Les lieux sont cette fois décrits d’une manière qui laisse supposer une nouvelle réunion des lieux d’en bas et de ceux d’en haut. Le cabaretier et sa famille demeurent cinq années, jusqu’en 1849, année de son départ... pour l’immeuble d’à côté, au no 10 de la rue. En 1850, le logement est à nouveau vacant, puis le commerce change de nature avec l’arrivée en 1851 d’un nouvel occupant qui changera lui-même plusieurs fois de métier au cours des onze années de sa présence dans les lieux, puisqu’il sera successivement marchand de gâteaux (1851-1852), pâtissier et logeur (1853-1854), cabaretier (1855), gargotier (1856), puis, délaissant le commerce des denrées liquides et solides, marchand fripier de 1857 à 1861, année de son départ. Le logement à l’étage, pendant cette période et jusqu’en 1862, est occupé par un autre ménage. En 1863, arrive dans les lieux un fabricant de machines à coudre qui n’occupe avec sa famille que la partie du rez-de-chaussée. En 1861, le fabricant cède la place au ménage d’un horloger qui réunit à son profit les deux parties du logement. Mais l’horloger quitte les lieux en 1867, et les deux pièces du premier étage constitueront désormais un logement tout à fait séparé, où logeront successivement une journalière, un maréchal ferrant, une veuve sans profession, un « ouvrier boucher sans sa femme16, » et enfin un propriétaire occupant. Quant à la boutique, elle est reprise en 1868 par une veuve qui y installe un « bureau de placement et d’indications », mais disparaît l’année suivante. Après une année de vacance, la boutique est à nouveau occupée par un marchand de vieux souliers de 47 ans et sa famille. Pratiquant la cordonnerie, il y demeure jusqu’en 1886 – désormais veuf.

17Les ménages se suivent, se ressemblant peu, dans des espaces réajustés à chaque passage.

II – Un territoire ouvert par une mobilité intense17

1. Rythmes

  • 18 Voir en particulier les travaux d’Alain Faure sur le ΧΙΙIe arrondissement parisien, dans Bulletin (...)

18La mobilité est un trait désormais connu des modes d’habiter populaires au XIXe siècle : le va-et-vient des ménages dans les logements est néanmoins impressionnant et exprime sans doute davantage l’aisance – dans le quartier, dans l’offre d’emploi – que l’errance. On bouge dans un espace familier18.

19Caractériser la mobilité et le renouvellement des populations, c’est en premier lieu qualifier les modes d’occupation des immeubles. Quel est le niveau de l’occupation ordinaire ? Et comment le stock des logements vacants est-il géré ?

20En second lieu, il s’agit de repérer les modalités du renouvellement. Quels sont les rythmes d’entrée et de sortie ? Quel est le volant de rotations rapides et, à l’inverse, quelle est la part des résidants « enracinés », et qui sont-ils ?

21Enfin, il y a lieu de se demander si des mobilités différentielles seraient de nature à modifier progressivement le peuplement du quartier.

a) L’occupation des logements

  • 19 Voir Lévy-Vroelant C., « Sept immeubles et leurs habitants : circulations et permanences entre 183 (...)

22Le niveau d’occupation est assez bas en moyenne : 80 logements sur 100 sont effectivement occupés en moyenne chaque année lors du passage de l’agent recenseur. Restent 20 : 1 logement sur 5 est soit vide, soit loué en garni. On touche là une nouvelle difficulté de l’enquête : le mauvais enregistrement des garnis. En effet, l’enregistrement de ce type de logement – tenu par un logeur censé déclarer cette activité auprès des services de police – n’est pas du ressort direct de l’agent du recensement qui peut tout aussi bien l’ignorer19.

  • 20 La monographie d’un des immeubles de l’échantillon, qui est en réalité une maison bourgeoise occup (...)
  • 21 Voir Pinol J.-L., « Population et mobilités d’une grande ville : Strasbourg de 1870 à 1940 », comm (...)

23Il apparaît que, du point de vue statistique, la part des logements vides et la part des garnis évoluent de manière symétrique. Lorsque l’un croît, l’autre décroît : ainsi, au fil du siècle, l’effectif des garnis est croissant (de 0 à 11 % des logements entre 1830 et 1880) tandis que la vacance diminue beaucoup, passant de 20 à 8 %. S’agit-il d’une diminution effective des logements vides sous la pression de la demande ? On peut aussi penser que l’enregistrement des garnis devient de plus en plus efficace au cours des années. Là où l’agent recenseur n’indiquait aucune présence, on peut imaginer qu’en réalité les lieux étaient habités, mais de façon occasionnelle et peut-être « clandestine » : en effet, si le logeur n’avait pas déclaré ses clients au commissariat, il avait peu de motif de les déclarer à l’agent du recensement ! Cette hypothèse nous semble en partie validée par le caractère très mouvant de l’occupation : un logement vacant une année se trouve le plus souvent, l’année suivante, occupé. Mais l’occupant ne demeure que très rarement au-delà de l’année, de sorte que les phases de vacance succèdent et précèdent des phases d’occupation éphémère. On peut donc penser qu’un volant important de logements, garnis ou non, est adapté aux fluctuations de la demande. Un peu à la manière dont certaines pièces dans les maisons bourgeoises pouvaient être louées en garni à des personnes de passage (personnel, commis, employés des services de l’Etat, officiers de la garnison dans le cas de Versailles), on peut penser que certains espaces, dans l’immeuble même, pouvaient être affectés, pour des périodes données, à ce type d’occupation20. Il s’agirait alors, à nouveau, d’un trait participant du caractère ouvert de l’habitat. Sans pouvoir préciser leur nombre, on peut être certain qu’une fraction non négligeable de la population urbaine, en marge de l’enregistrement, trouvait là l’opporunité de commencer une carrière, quelle qu’elle soit, dans la ville21.

b) Un renouvellement intense, à plusieurs vitesses

24Une autre caractéristique de l’occupation est son caractère éminemment instable : en moyenne, sur la période, un ménage sur trois s’est installé dans l’année. En effet, si l’on décompose, une année moyenne, l’occupation des ménages selon qu’ils sont entrants (emménagés l’année considérée, c’est-à-dire absents l’année précédente), sortants (déménageant l’année considérée, c’est-à-dire absents l’année suivante) ou permanents (présents à la fois l’année précédente et l’année suivante), on voit que sur 100 ménages, 31 sont nouveaux, 29 quittent les lieux tandis que 53 représentent la fraction « stable » dans la mesure où leur présence est vérifiée au moins trois années consécutives. Il faut donc se représenter l’espace des immeubles comme traversé en permanence par un renouvellement intense.

25Une décomposition plus fine de l’occupation permet d’isoler une population particulièrement mobile. Dans notre classification en fonction de la durée de présence sur les listes nominatives annuelles du recensement, les météores sont les entrants-sortants, à savoir ceux qui ne seront inscrits qu’une seule fois. Ceux-là représentent 13 ménages sur 100 résidant une année donnée, soit plus de 40 % des nouveaux et environ la moitié des sortants.

26Cette mobilité décroît-elle au cours du siècle ? La réponse à la question dépend des catégories prises en compte. Le renouvellement « à grande vitesse » créé par les météores a tendance à diminuer : alors qu’ils formaient, en moyenne, près de la moitié des flux d’entrée et de sortie, ils représentent un emménagement sur deux en début de période et seulement un sur trois à la fin. Mais si l’on compte avec les garnis, la composante la plus rapide du renouvellement ne diminue pas ; elle augmente au contraire. Après 1850, la rotation rapide semble ainsi se partager en deux sous-populations distinctes, vivant ou non en garnis, un mode d’habitat alimentant l’autre. C’est dès lors un ménage sur 10 – les logés en garnis – qui ne peut être correctement caractérisé.

27Une observation complémentaire permet de prendre la mesure de la rapidité du renouvellement. Si l’on considère non plus les habitants mais seulement les nouveaux arrivants, la plupart sont destinés à repartir dans l’année (entre 50 et 25 % selon les périodes), tandis que la part de ceux qui demeureront 5 ans et plus varie entre 15 et 30 %. Entre les deux, les ménages qui demeureront entre 2 et 4 ans représentent de 30 à 40 % des ménages. Il y a donc lieu de conclure à une mobilité générale élevée, à plusieurs rythmes – puisqu’on identifie un volant de plus stables qui fluctue autour de 20 % –, et à des variations notables au cours de la période qui font apparaître le Second Empire comme un moment de stabilisation, sinon d’enracinement, d’une partie plus importante des ménages.

28D’une manière générale, l’intensité du renouvellement est sans doute sans équivalent, à des périodes plus contemporaines, en Europe tout du moins. La mobilité globale ne diminue pas, puisqu’au contraire la durée moyenne de séjour a tendance à se réduire. Tandis qu’en moyenne, les ménages emménagés en 1833 resteront entre 2 et 3 ans dans le même logement, ceux des années 1850 resteront entre 3,5 et 4,5 ans, tandis que ceux des années 1860 et 1870 connaîtront une durée de séjour à nouveau plus faible, d’environ 3 ans.

29On peut penser qu’une fonction d’accueil, sinon d’intégration, est à l’œuvre du fait même de l’importance des entrées, et que le large volant de sorties, chaque année, indique un espace largement ouvert. Mais pour quelles populations ?

2. Caractéristiques des entrants, des sortants, des permanents

30L’évolution des caractères de la population est une résultante de l’ensemble de ces mouvements. Il importe donc de cerner les traits principaux des différentes composantes du renouvellement. Qui entre, qui sort ? Les populations plus stables diffèrent-elles des populations de passage ?

  • 22 Ces histogrammes ont été réalisés par Denise Arbonville, cf. rapport pour le Ministère du Logement (...)

31Les 6 histogrammes22 ci-après présentant les caractéristiques socio-démographiques selon le type de mobilité permettent une vue d’ensemble. Il est frappant de constater que, d’une manière générale, les ménages entrants ressemblent fortement aux ménages sortants. La mobilité entretiendrait donc un renouvellement à l’identique de la population, la stabilité des caractéristiques du peuplement étant entretenue non pas par la permanence des ménages, mais par le mouvement continu de remplacement de ménages sortants par des ménages très semblables.

Âge (lu chef de ménage, selon la mobilité

Statut matrimonial selon la mobilité

Type de ménage selon la mobilité

Profession selon la mobilité

Taille des ménages selon la mobilité

Taille des logements selon la mobilité

32Un classement établi à partir des temps de séjour – et donc de la mobilité – s’avère pertinent. On distingue en effet trois populations, assez fortement dissemblables : à un pôle, les permanents – qui demeurent au moins trois ans dans le même logement – sont les plus aisés : près d’un chef de ménage sur deux est artisan ou commerçant, propriétaire ou rentier. Les ménages sont aussi plus nombreux, et davantage constitués autour d’un noyau conjugal : les deux tiers sont des couples mariés. La majorité des chefs de ménage a plus de 50 ans. Les logements occupés sont plus spacieux : 22 % habitent dans des appartements de trois pièces et plus.

33À l’autre pôle, les « météores » sont fortement dissemblables. Ce sont pour les deux tiers des ouvriers et des journaliers. Près de la moitié des chefs de ménage ont moins de 40 ans, et les isolés sont nombreux (plus de 30 %, alors qu’ils sont moins de 25 % chez les permanents). Tandis que les « permanents » sont moins de 45 % à habiter dans des logements d’une seule pièce, c’est le cas pour 2 « météores » sur 3.

34Enfin, le groupe des entrants et des sortants présente des caractéristiques socio-démographiques intermédiaires. Ils sont, pour pratiquement toutes les variables étudiées, à mi-chemin entre les plus stables d’une part, les plus mobiles d’autre part. Ils sont moins jeunes que les météores, mais moins âgés que les permanents. Ils sont moins souvent célibataires que les météores, mais davantage que les permanents. C’est l’inverse pour les veufs, qui participent donc largement aux mouvements d’entrées et de sorties. Du point de vue de la famille, ce qui fait la différence, c’est la plus forte représentation de familles avec enfants chez les permanents.

35Le graphique établi selon la profession est très clair : entrants et sortants sont strictement identiques, à ceci près que les employés – et, dans une moindre mesure, les artisans et commerçants – sont plus nombreux chez les premiers, phénomène qui, à terme, contribuera à modifier très progressivement la structure professionnelle de l’ensemble de la population. Si les ouvriers et les journaliers représentent une partie importante de la population, ils en constituent aussi la partie la plus mobile, la plus instable et la pins libre. À l’ouverture des opportunités de logement correspond une circulation intense de nouveaux venus, qu’ils viennent des marches de Bretagne ou de la rue voisine, tandis que le caractère – l’identité ? – dominant du quartier est donné par les plus stables, boutiquiers, artisans, petits rentiers aux marges de la petite bourgeoisie. Statistiquement, cette composante ne fera qu’accroître son importance.

III – Une circulation fluide dans des logements peu fixés quant au statut social des occupants

36L’impression générale est celle d’une grande fluidité des déplacements, même à ne considérer que la population des ménages ordinaires, c’est-à-dire compte non tenu de la population logée en garni. Mais les caractéristiques du parc de logement pré-organisent-elles ces déplacements ? Y a-t-il des logements pour les bourgeois, des logements pour les ouvriers, des logements pour les familles nombreuses ou pour les gens de passage ?

37L’observation de la mobilité selon les caractéristiques du logement permet de définir un parc à plusieurs vitesses de renouvellement. C’est dans les plus petits logements, composés d’une seule pièce, que le renouvellement est le plus intense. Le temps de séjour moyen n’y est que de 2,7 ans, et donc bien inférieur à ce qu’il est dans les logements plus grands. En réalité – à l’exception de l’« anomalie » des 5 pièces et plus où la durée de séjour est seulement de 4,7 ans –, la rapidité du renouvellement est directement fonction de la taille du logement : 3,6 ans dans les 2 pièces, 5,1 ans dans les 3 pièces, 6,2 ans dans les 4 pièces. De même, on bouge davantage dans les étages élevés : la durée moyenne de séjour est de 2,8 ans au troisième étage, de 2,2 ans au quatrième. Les séjours les plus longs se vérifient dans les logements sur deux étages : on a vu qu’il s’agissait le plus souvent de la boutique ou du local du rez-de-chaussée et de l’appartement – qui peut ne comporter qu’une pièce – à l’étage. C’est l’habitat de « noyau stable », artisans et commerçants. Ce résultat confirme ce que l’on sait de la mobilité différentielle : tandis que les ouvriers et les journaliers présentent un temps de séjour moyen d’environ 2,7 années, les artisans et les commerçants demeurent en moyenne respectivement 7,2 et 4,9 ans dans le même logement. Quant aux propriétaires, professions libérales et rentiers, ils sont plutôt moins stables que les deux catégories précédentes : c’est en partie dû à la composition de la catégorie, qui mêle des petits rentiers, très proches du peuple, avec des positions plus bourgeoises. Pourtant, il faut noter que les propriétaires eux-mêmes, qui résident dans leur propre immeuble, sont beaucoup plus mobiles que l’habituelle représentation des familles bourgeoises, se reproduisant sur place de génération en génération, ne le laisserait supposer.

38Ces résultats donnent à voir un parc au sein duquel les logements se différencient de par la mobilité qu’ils génèrent. Plus mobiles sont les ouvriers, plus petits sont les logements qu’ils occupent. Rien de bien nouveau dans ce constat. Pourtant, l’observation des séquences emménagement-déménagement permet de voir jusqu’où les logements peuvent en effet être considérés comme spécialisés, c’est-à-dire voués à une occupation bien définie socialement.

39Pour mieux comprendre le processus de renouvellement des ménages dans les logements, nous avons isolé un champ d’observation constitué par les séquences : départ d’un ménage, arrivée d’un nouveau ménage. L’articulation comprend donc deux éléments, à partir du point central que constitue le déménagement. Nous disposons ainsi de 1318 « couples » composés d’un entrant et d’un sortant, pour le même logement. Naturellement, la question est de savoir si les occupants successifs se ressemblent, et en quoi. Si oui, la relative mixité – définie comme co-présence dans le même immeuble de ménages qui diffèrent de par la position sociale, la profession, la configuration du ménage, l’âge du chef de ménage – s’arrête là où commence l’espace intérieur des logements, voués chacun à une occupation spécifique. S’il s’avère au contraire que n’importe qui peut habiter n’importe où, on pourra en conclure à un espace indifférencié, redéfini à chaque emménagement par l’usage que les occupants feront de leur logement, à un parc ouvert, et non fortement structuré selon le modèle haussmanien. Si l’observation des espaces habités donne à voir la projection au sol des rapports sociaux, le passage dans le logement peut être compris comme un filtre qui sélectionne et redistribue, à l’identique ou non, et permet d’appréhender d’une manière différente les passages, précisément, existant entre les groupes et leur proximité à la fois spatiale et sociale. On peut considérer en effet que la position dans le logement renseigne sur la position sociale au même titre que la position professionnelle. Par conséquent, occuper le même logement indique une proximité sociale.

40Qu’en est-il des ouvriers ? De l’analyse statistique des prédécesseurs et des successeurs dans le même logement selon la profession, il ressort que dans plus d’un cas sur trois, c’est un nouveau ménage ouvrier qui succède à un ménage ouvrier, ou à l’inverse qui précède un ménage d’ouvriers sortant. Si l’on ajoute les journaliers, la proportion monte à 65 %. Les marchands et artisans représentent près d’un cas sur dix. Il y a donc à première vue une forte reconduction des mêmes dans les mêmes lieux. Pourtant, le couple propriétaire sortant/ouvrier entrant, ou à l’inverse ouvrier sortant/propriétaire entrant n’est pas exclu. Il ne représente que deux ou trois cas, suffisamment cependant – surtout au vu du faible nombre de propriétaires – pour laisser voir une certaine perméabilité entre ces deux statuts. Dans 35 % des cas, les successeurs ou les prédécesseurs ne sont ni des ouvriers ni des journaliers. Il n’y a donc pas, à proprement parler, d’habitat spécifiquement ouvrier, ou pour les ouvriers.

41La catégorie des artisans s’avère en fait plus perméable que celle des ouvriers et des journaliers. Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, il n’y a pas non plus de logements pour artisans. Les artisans vont loger là où auparavant habitait un autre artisan dans un peu moins d’un cas sur quatre. C’est avec la même fréquence qu’on retrouve un artisan succédant à un journalier, ou le remplaçant. Il succède à un marchand dans un cas sur dix seulement. Il est probable qu’il s’agisse alors d’un artisan-marchand, qui a un rapport direct avec une clientèle. Mais le cas de figure majoritaire, c’est le petit artisan qui travaille à façon et ne se distingue nettement du journalier et de l’ouvrier ni par son travail, ni par le type de logement qu’il occupe. Reste à distinguer une petite minorité d’artisans plus installés, possédant probablement à la fois l’espace et des outils de travail relativement sophistiqués : c’est dans ce cas que le lien s’établira avec un fabricant, qu’il soit sortant (2 cas sur 134) ou entrant (1 cas sur 136) ce qui, pour la catégorie « fabricant », très peu nombreuse, représente la plus grande part des possibilités. Enfin, par deux fois, un propriétaire succède à un artisan, mais par deux fois aussi, c’est un indigent qui lui succède.

42Dans un logement précédemment occupé par un marchand, on trouve à nouveau un marchand dans 44 cas sur 100. À l’exception des propriétaires, c’est la catégorie la plus « auto-reconductive ». Mais dans 56 % des cas, qui remplace et qui succède ? Les flux les plus importants sont ensuite avec les ouvriers : près d’un cas sur 5. Curieusement, les échanges sont plus fréquents avec les journaliers (16 cas sur 100) qu’avec les artisans (12 cas sur 100). Les flux sont inexistants avec les propriétaires. On peut donc distinguer, en dessous de la catégorie des marchands installés qui tiennent boutique et sont remplacés par d’autres ménages aux activités semblables, des boutiquiers plus ou moins éphémères – et dans l’emploi, et dans les lieux.

  • 23 Temps de séjour moyen dans le logement pour les employés : 2,9 ans, 2,7 pour les ouvriers et 2,8 p (...)

43Les employés constituent une catégorie assez hétérogène, puisqu’on y trouve tout ce qui touche au service des particuliers, mais aussi les employés du commerce ou des services publics (balayeurs, employés des Postes, des Chemins de Fer, etc.). Au fil du siècle, les positions sociales que recouvre la catégorie « employés » se diversifient encore. Leur mobilité résidentielle est très voisine de celle des ouvriers23. Dans les logements occupés par les employés on trouve avant eux des ouvriers et des journaliers dans 6 cas sur 10. Les employés eux-mêmes représentent seulement un peu plus d’un cas sur 10, comme les artisans ; on trouve un propriétaire et un marchand parmi les prédécesseurs de 67 employés, mais aussi un indigent. Les ouvriers et journaliers succèdent aux employés dans une proportion un peu moindre – près de 5 cas sur 10-, viennent ensuite les marchands et artisans – 1 cas sur 5. Mais on trouve également un indigent et un propriétaire. Les logements occupés par des employés apparaissent donc comme peu définis, tout comme la catégorie elle-même.

44Qu’en est-il des propriétaires et des rentiers ? Les résultats, comme on pouvait s’y attendre, sont forts différents pour les deux catégories. Dans un peu moins de la moitié des cas (25 sur 59), un rentier est remplacé par un ouvrier ou un journalier. Si l’on ajoute les autres catégories populaires, on constate que dans plus de la moitié des cas, ce sont des membres des classes laborieuses qui remplacent les rentiers, bien davantage que la petite bourgeoisie des employés, marchands et artisans, qui représentent 8 cas sur 59, soit à peine un cas sur 7. Notons qu’il n’existe pas de cas où un propriétaire remplace un rentier, et un rentier ne remplace un propriétaire que dans deux cas sur 44. À qui succèdent les rentiers ? Dans un tiers des cas à des ouvriers et des journaliers (20 cas sur 58), dans un cas sur 5 à des artisans (8 cas sur 58), enfin, dans une très faible mesure (2 cas sur 58), à des marchands. Les rentiers des immeubles enquêtés sont donc proches, très proches des classes laborieuses : ils occupent les mêmes logements.

45Il en va autrement des propriétaires, à première vue du moins. En effet, cette catégorie a le plus fort taux d’auto-succession, puisque dans un cas sur deux un propriétaire remplace ou succède à un propriétaire. Mais à y regarder de plus près, on constate que, sur les 18 cas où un propriétaire est inclus dans un couple entrant/sortant, il peut aussi se trouver dans la position suivante : précédé par un journalier ou un ouvrier (8 cas sur 18), suivi par un ouvrier (3 cas sur 18), un artisan (2 cas sur 18), un employé (1 cas sur 18), un rentier (2 cas). Autrement dit, dans 5 cas sur 18, c’est-à-dire dans près d’un tiers des situations, un propriétaire est remplacé par un membre des classes laborieuses. Dans l’autre sens on constate que si, dans 9 cas sur 18, c’est-à-dire dans près de la moitié des cas, le propriétaire entrant succède à un propriétaire sortant, dans 8 cas sur 18, c’est-à-dire près de la moitié à nouveau, le propriétaire entrant succède à un journalier (6 cas) ou à un ouvrier (2 cas). Il est donc difficile, au vu de ces résultats, de conclure à une séparation nette, y compris en termes de proximité sociale, entre les classes laborieuses et les propriétaires, du moins ceux qui habitent les immeubles étudiés. Proches dans l’espace de l’immeuble, ils le sont aussi par le fait, démontré ici, qu’ils peuvent habiter les mêmes logements.

46Précisons la portée, à nos yeux, de ces observations. Le fait de « passer » par les mêmes logements n’implique aucunement l’existence de passerelles entre les positions sociales. Un ouvrier, les exemples abondent, peut devenir employé ou artisan – et vice versa –, il ne deviendra jamais propriétaire d’un immeuble. Par contre, il apparaît que l’ouverture, pour ce qui est de l’occupation et de l’usage, d’un parc de logement par ailleurs très loin de la saturation, indique l’absence de ségrégation par l’habitat. L’existence de ces « passerelles » que constituent des couples entrant/sortant inattendus est le signe, nous semble-t-il, d’un espace peu hiérarchisé, à l’image de cette petite société à l’abri, pour quelques temps encore, des « affaires » et autres rénovations, qu’elles soient immobilières, commerciales, financières.

47Les ressemblances entre les ménages ayant occupé le même logement seraient-elles à chercher du côté de la famille ? Existe-t-il, par exemple, un logement pour les isolés ? À la figure du migrant ouvrier et célibataire est souvent associée celle d’un habitat « spécifique », chambre mansardée des étages supérieurs ou garni. Cent ménages composés d’une personne quittent leur logement une année donnée au cours de la période 1831-1881. Par qui seront-ils remplacés ? Pour 47 d’entre eux, par un ménage identique, puis, dans un ordre décroissant de proximité, par 8 ménages monoparentaux, par 19 couples sans enfant, par 20 ménages avec enfants. Là où résidait un ménage monoparental, le successeur est dans 31 % des cas un isolé ; là où résidait une famille avec enfants, dans 21 % des cas le successeur est encore un isolé.

48Si l’on observe la succession des ménages dans les logements selon leur taille, la même impression de faible spécialisation du logement est confirmée. Malgré une tendance des ménages composés d’une personne et des ménages plus nombreux à être remplacés par des ménages équivalents (respectivement 47 % et 36 %), il faut remarquer que dans un cas sur quatre, c’est un ménage composé d’au moins trois personnes qui se loge dans un logement précédemment occupé par une personne seule et qu’à l’inverse, dans 41 % des cas, un ménage nombreux – plus de 4 personnes – est remplacé par un ménage composé d’une seule personne (19 %) ou de deux (22 %).

49La situation, toutefois, se modifie au cours du siècle. Du point de vue de la famille d’abord : l’évolution sur la période laisse entrevoir un investissement plus important, par les ménages de grande taille, des logements précédemment occupés par des personnes seules. Habiter le centre vaut bien qu’on s’y serre un peu dans le logement, quitte à cloisonner l’espace afin de tromper une promiscuité trop pesante. Du point de vue des professions ensuite : il est frappant de constater les changements qui affectent les successeurs des « bourgeois » dans les logements. En 1833, dans 60 cas sur 100, des bourgeois remplacent des bourgeois. En 1844, ils sont 47 % dans ce cas, puis 38 % en 1856, et seulement 13 % en 1879. Cela signifie que, de manière de plus en plus marquée, les logements précédemment occupés par la fraction aisée de la population sont de plus en plus investis par d’autres catégories. En effet, les successeurs étaient, en 1833, à 20 % des commerçants et artisans et à 20 % des ouvriers et journaliers. En 1844, ils sont ouvriers/journaliers dans 33 % des cas, et employés/petits métiers dans 13 % des cas. En 1856, ils sont ouvriers/journaliers dans 25 % des cas, et employés/petits métiers dans 25 % des cas, c’est-à-dire qu’ils appartiennent à 50 % aux classes laborieuses. En 1879, les successeurs des bourgeois sont à 56 % des ouvriers/journaliers.

50Le mouvement, double, est donc très net. D’une part, on le sait, la part des bourgeois dans la population totale diminue, passant de 12 % en 1833 à 10 % en 1844 et à 6 % en 1879. Même si cette catégorie n’est pas très homogène, l’évolution est significative : la composition sociale du quartier évolue au détriment de cette catégorie. La classe des artisans/commerçants connaît-elle la même évolution ? Il n’en est rien. Bien au contraire, la reconduction des mêmes dans le logement est de plus en plus vérifiée. En 1833 : seulement 50 % des successeurs sont des artisans/commerçants eux-mêmes ; en 1844 ils sont 69 %, puis 82 % en 1879. Une différenciation se fait donc jour, bien notable dans l’occupation des logements, qui vérifie l’affirmation de ce groupe. Si l’on peut penser que les propriétaires abandonnent progressivement la résidence sur place, cette évolution coïncide avec une plus grande visibilité du monde de la boutique et de l’atelier dans les espaces donnant sur cour et sur rue qui deviennent domaines réservés. Quant aux ouvriers/journaliers, statistiquement en baisse sur toute la période, c’est avec les petits métiers, mais aussi avec les employés – groupe statistiquement croissant, au contraire – qu’ils « échangent ».

51Ces résultats, nous semble-t-il, sont à mettre en rapport avec le potentiel de « transformabilité » de l’espace intérieur dans les immeubles. Que le logement puisse être occupé successivement par des ménages socialement différents est facilité par le fait que le nouveau ménage dispose d’une certaine marge de liberté pour récupérer locaux ou pièces adjacentes, ou au contraire réduire l’espace du logement par la soustraction d’une pièce utilisée autrement et par d’autres.

52Ce petit monde, qui tolère les gens de passage – et ils sont nombreux – accueille aussi les ménages pauvres. Voyons à présent dans quelles conditions ils peuvent s’y maintenir.

Il s’agit d’une petite boutique, essentiellement destinée, pendant la période observée, au commerce de légumes. En réalité, au début de la période (1831) le loyer est relativement élevé (150 F.) et les lieux se composent, dans une répartition désormais familière, de la boutique – avec ses « dépendances » du rez-de-chaussée, arrière-boutique, cabinet – et du logement habitation du premier étage. Mais en 1836, le logement du premier étage est dissocié, puis à nouveau adjoint à la boutique de 1850 à 1855, puis à nouveau dissocié, cette fois définitivement (1881) sans que ces phases de séparation et de réunion ne correspondent nécessairement à des changements de locataire.

La petite boutique, lorsque le logement du premier étage en est dissocié pour la première fois, en 1836, est reprise par un nouveau locataire, H., marchand de fruits, et sa famille. Les notations de l’agent recenseur permettent, année après année, de percevoir la dégradation de la situation de H.

Est-ce parce qu’une famille trop nombreuse – six enfants âgés respectivement de 13, 11, 9, 6, 2 ans et 1 mois – dépasse les moyens de cet homme de 47 ans ? Est-ce parce que le commerce qu’il exerce ne permet que de trop petits bénéfices ? L’année suivante, en 1839, le chef de ménage est inscrit comme « indigent ». Avec sa nombreuse famille, cependant, recensé désormais comme journalier de son état, H. se maintient dans les lieux pendant trois années encore.

La suite est plus surprenante. Est-ce parce que les aînés sont à présent capables de travailler ? On sait qu’un des fils s’est placé à Paris. Est-ce parce que son épouse, ainsi que l’attestent les indications de l’agent recenseur, a repris le commerce, de légumes cette fois, ajoutant cette ressource à celle de son mari journalier ? Le fait est que le ménage « reprend le dessus », que l’époux rouvre la boutique qui était restée fermée pendant quatre années. En 1842, H. a récupéré sa boutique et est à nouveau inscrit comme fruitier. Le logement est ainsi décrit : boutique, deux salles ensuite et un cabinet sur la rue Montbauron.

En 1846, une observation indique que le ménage « quitte en janvier ». H. a alors 56 ans, et encore tous ses enfants avec lui. Un étameur emménage, qui ne demeurera qu’une année.

En 1848, un nouvel occupant, marchand de fruits lui aussi, s’installe dans les lieux. Il décède l’année suivante, laissant une veuve et quatre enfants. Quel est le destin de cette femme ? En 1850, la présence d’un nouvel occupant témoigne de son départ, mais en 1854, elle est recensée dans un autre logement du même immeuble, dans une « boutique divisée » située dans le bâtiment au fond de la cour, avec ses quatre enfants. Sa présence est encore attestée en 1855.

53Cette « tranche d’observation » est intéressante à double titre. Elle montre d’une part la dégradation, suivie d’une reprise, de la situation professionnelle d’un ménage. Comment mieux dire cette décadence – provisoire – que l’agent recenseur note, en marge de la mention « journalier », dans les termes suivants : « était autrefois fruitier mais son commerce est à peu près nul » ? Puis, les affaires reprennent. Nous voyons dans cet exemple la possibilité du maintien dans les lieux de ménages en difficulté et, par là même, la capacité intégratrice du quartier.

Conclusion

54Les habitants de ce petit coin de ville où prédominent les immeubles de rapport ne présentent pas cette homogénéité miséreuse d’un ensemble ouvrier également exploité par un lointain propriétaire. L’enquête donne à voir plutôt un univers mixte, non ségrégé, ouvert sur des usages fluctuants, favorable aux passages comme aux permanences.

55Une intense mobilité résidentielle, des immeubles susceptibles de connaître mille réaménagements, le caractère non spécialisé d’une offre pourtant relativement diversifiée, la fluidité des formes et des circulations suggère davantage l’aisance que l’errance, comme l’indiquaient certains fondateurs de l’écologie urbaine. Le passage et le brassage des populations se réalisent avec une intensité surprenante. Or, une des conditions du brassage, voire de la mixité sociale, est la liberté et la rapidité de la circulation d’une part, et la possibilité, pour les nouveaux venus, aussi nombreux soient-ils, de se loger dans un habitat non spécifique, habitable par tous et par eux en particulier, d’autre part. L’urbanité fait défaut si le brassage n’est plus possible et donc si, condition première, les passagers, les venus du dehors sont laissés à la porte ou confinés dans des espaces de relégation.

56Dans le même temps, et les mêmes lieux, destinés à une belle carrière, les « assis », « la portion contentée du peuple » selon l’expression de Victor Hugo dans Les Misérables s’incarnent, dans le petit monde des occupants successifs de nos sept immeubles, dans les figures du boucher, du cabaretier, du rentier et du propriétaire, tous loueurs et sous-loueurs en garni. Assis, mais pas immobiles pour autant. Autour, venus d’hors la ville ou du plus proche, peu fixés aux lieux, les individus et les ménages semblent néanmoins trouver leur place dans un univers protégé par la permanence du bâti et le sommeil des convoitises.

Notes

1 Voir Arbonville D., Bonvalet C., « Conditions de logement et type de ménages, résultats de l’enquête-logement 1988 ».

2 Voir Lévy J.-P., « Habitat et mobilité en France : 1973-1988 », Ministère de l’Équipement, 1994.

3 Voir Ascher F., Métapolis, ou l’avenir des villes, en particulier le chapitre 4, « La métapole comme mode de vie », Paris, éd. Odile Jacob, 1994.

4 Loyer F., Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, Paris, Hazan éd., 1994.

5 Voir Guerrand R.-H., Propriétaires et locataires, les origines du logement social en France, Paris, éditions Quintette, 1987. En 1965 pourtant paraissait le travail pionnier d’Adeline Daumard, Maisons de Paris et propriétaires parisiens au XIXe siècle, 1809-1880.

6 D’après Noëlle Dauphin, seulement 48 % des loyers sont imposables. « Physionomie de Versailles en 1848 : quelques observations tirées du recensement municipal de 1848 », dans La Terre et la Cité, mélanges offerts à Philippe Vigier, Créaphis, 1994.

7 Dauphin N., op. cit., p. 131.

8 À deux pas de l’hôtel de ville et du palais de justice, un vaste Monoprix s’impose parmi les nombreux commerces des pâtés de maisons étudiés, dont la structure a peu changé.

9 C’est d’ailleurs, selon le fin observateur qu’est Arthur Raffalovitch, la raison pour laquelle il est si difficile d’éloigner les classes populaires des centres des villes, la proximité de l’ouvrage et de la clientèle présentant un avantage essentiel. Voir Le Logement de l’ouvrier et du pauvre dans les capitales européennes, Paris, 1884.

10 Pour le détail de l’élaboration des catégories à partir du dictionnaire complet des appellations, voir Lévy-Vroelant C. et Arbonville D., « Sept immeubles et leurs habitants, les mutations d’un quartier de centre ville : Versailles 1831-1954 », Rapport dactylographié, Ministère du Logement, PCA, juin 1995.

11 En nombre d’années-logements, la catégorie « bourgeois » se décompose ainsi : 156 propriétaires ; 215 rentiers ; 83 « professions libérales » (qui peuvent inclure des professeurs au cachet) ; 2 négociants.

12 Voir Dauphin N., op. cit.

13 « Chaque immeuble agit un peu comme un sous-système clos de redistribution des espaces », voir Lévy-Vroelant C. et Arbonville D., « Sept immeubles et leurs habitants... », rapport cité, p. 151 et suivantes.

14 Comme à chaque fois qu’il est question de logement, on se réfère à la définition du recensement, c’est-à-dire une unité de lieu occupée par un ménage, sans préjuger des usages qui peuvent être faits des lieux.

15 Ce sont les termes mêmes du recensement que nous utilisons.

16 Ce sont, comme la plupart des indications décrivant les professions et les logements, les termes mêmes du recensement.

17 La plupart des résultats présentés dans cette partie sont développés par Denise Arbonville dans la quatrième partie du rapport cité, intitulée « La population des ménages et son renouvellement dans le logement », p. 151 à 177.

18 Voir en particulier les travaux d’Alain Faure sur le ΧΙΙIe arrondissement parisien, dans Bulletin d’Histoire de la France contemporaine, no 7. Hommage à Jeanne Gaillard, 1986.

19 Voir Lévy-Vroelant C., « Sept immeubles et leurs habitants : circulations et permanences entre 1830 et 1954 », communication au colloque international « Les pratiques de la ville », Nanterre, CRH, 21-22 septembre 1995, en particulier le passage intitulé « Essai de typologie des garnis ».

20 La monographie d’un des immeubles de l’échantillon, qui est en réalité une maison bourgeoise occupée par un maître brasseur et sa famille sur plusieurs générations, montre en effet qu’une partie de la maison est sous-louée en garni. Aussi peut-on suggérer que la gestion de l’occupation de l’immeuble par le propriétaire ou le principal locataire ressemble, par certains aspects, à cette gestion bourgeoise des lieux où le patrimoine est « optimisé » sur place.

21 Voir Pinol J.-L., « Population et mobilités d’une grande ville : Strasbourg de 1870 à 1940 », communication au colloque international « Les pratiques de la ville », Nanterre, CRH, 21-22 septembre 1995. Dans cette communication, Jean-Luc Pinol estime que 40 % des chefs de ménage migrants restent dans la ville moins de 6 mois, les ménages migrants étant estimés à un ménage sur deux.

22 Ces histogrammes ont été réalisés par Denise Arbonville, cf. rapport pour le Ministère du Logement, note 10.

23 Temps de séjour moyen dans le logement pour les employés : 2,9 ans, 2,7 pour les ouvriers et 2,8 pour les journaliers.

Table des illustrations

Légende Âge (lu chef de ménage, selon la mobilité
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Statut matrimonial selon la mobilité
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Type de ménage selon la mobilité
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Profession selon la mobilité
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Taille des ménages selon la mobilité
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Taille des logements selon la mobilité
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540