Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin matin. Séance dirigée par Jean Sgard

Réimpressions et diffusion de la Gazette dans les provinces : 1631 - 1752

Gilles Feyel

Texte intégral

1Voilà près de quinze ans, nous écrivions l’histoire d’une famille d’imprimeurs chartrains. La bibliothèque de ces imprimeurs contenait un volume de la réimpression chartraine de la Gazette.

2Avant même le milieu du XIXème siècle, quelques érudits locaux (Avignon, Grenoble, Metz, Lyon, Reims) signalaient des réimpressions provinciales de la Gazette de Théophraste Renaudot. En 1866, Eugène HATIN mentionnait les réimpressions conservées par la Bibliothèque Nationale (Avignon, Lyon, Rouen). Ainsi, certaines grandes villes de France avaient eu une réimpression de la Gazette. Il paraissait étonnant que Chartres, ville fort moyenne, assez proche de Paris, ait joui du même avantage. Si Chartres avait bénéficié de ce privilège, pourquoi pas d’autres villes ?

3Il fallait reprendre le dossier. L’enquête fut d’abord menée au Minutier central des notaires parisiens (Archives Nationales). Les réimpressions avaient été autorisées par les propriétaires successifs du privilège de la Gazette. Par contrat notarié ou passé sous seing privé, ces propriétaires avaient baillé le droit de réimprimer la Gazette. L’enquête fut en suite conduite dans les Bibliothèques municipales et auprès des Archives départementales. Ces recherches permirent de découvrir de nombreuses éditions qui avaient jusqu’ici échappé aux historiens. Nous avons systématiquement et minutieusement examiné nous-même toutes les collections des réimpressions encore conservées.

4Voici les conclusions de ce travail.

5Dès les origines de la presse française, l’information est appréciée en fonction de son actualité. Le grand humaniste aixois Pereisc ne décolère pas pendant tout l’hiver 1632-33. Il observe qu’il existe à Aix deux catégories d’abonnés à la Gazette. Les « recommandés », puissants personnages (Gouverneur, Premier Président au Parlement, Commissaire du roi), jouissent de la gazette « fraîche » qui arrive à Aix 7 jours après sa distribution dans Paris. Les « gens du commun » reçoivent la gazette « vieille » avec 14 jours de retard. La tentation est grande de bénéficier de la gazette « fraîche ». Il suffit qu’un imprimeur la contrefasse à son arrivée et en délivre les copies aux « gens du commun ». Le 31 janvier 163 3, Peiresc remarque : « Vaudra quasi mieux se contenter de voir la fraische par le moyen de ceux qui la reçoivent que de l’avoir si vieille, et huict jours aprez l’avoir veue publiquement. Voire cela pourroit faire envie aux imprimeurs de la contrefaire en attendant la venue de l’ordinaire suyvant ». A Aix, la Gazette est irrégulièrement réimprimée car les imprimeurs « n’y trouvent pas leur compte ». Ils subissent, à partir de juillet 1633, la concurrence de la réimpression lyonnaise. Le 12 septembre, Peiresc observe que « de l’édition mesme de Lyon qui y est tousjours achevée de contrefaire avant que nostre ordinaire en parte, il en vient tant qu’on veult à fort bon compte ».

6Par tous les moyens, Renaudot s’efforce d’élargir la diffusion provinciale de la Gazette. Non sans difficultés, il fonde des Bureaux d’Adresse chargés, entre autres fonctions, « d’avoir gazettes de nouvelles du royaulme et pays estrangers, qui se distribueront par le commis ». Le 15 février 163 3, il propose aussi d’envoyer sa gazette contre un abonnement de 2 pistoles par an, soit 20 livres. Cette offre semble avoir suscité peu d’écho : à l’abonnement s’ajoutent les prix de l’enveloppe et du transport, soit 8 sous par semaine pour Aix en 1633. Les frais postaux font ici plus que doubler le prix de la Gazette. Très rapidement, la réimpression s’impose comme le meilleur moyen de diffuser la Gazette. Premier avantage de la réimpression : diminuer le retard de la Gazette. Second avantage : épargner aux Provinciaux les frais postaux restés très élevés jusqu’au milieu du XVIIIème siècle. Incapable d’empêcher les réimpressions locales, Renaudot préfère les autoriser. Le privilège de la Gazette indique d’ailleurs très explicitement la possibilité de la faire réimprimer en province.

7La famille Renaudot conserva longtemps le privilège de la Gazette. En 1749, le petit-neveu de l’abbé Renaudot, Eusèbe Felix Chaspoux, marquis de Verneuil, vendit ce privilège à Pierre Nicolas Aunillon pour le prix de 97.000 livres. Premier Président de l’Élection de Paris, Aunillon fut rapidement disgracié et dut céder la Gazette au chevalier de Meslé en avril 1751. Personnages trop importants pour s’occuper de l’administration de la Gazette, ses propriétaires successifs déléguèrent ce soin à un « commis », véritable directeur. En presque 65 ans de direction (1686-1750), Nicolas Bardou puis Paul Lesfilles élargirent la diffusion de la Gazette à tout le royaume. Pour ce faire ils n’ont pas innové. Comme le fondateur de la Gazette et ses premiers successeurs, ils ont employé le système du bail passé devant notaire ou sous seing privé.

8Au total, 61 baux ont été retrouvés au Minutier central. A peu de choses près, et sauf les deux premiers, tous ces baux ont le même protocole. La seule obligation du propriétaire de la Gazette est d’envoyer à son fermier « chacunes semaines par la poste une copie de chacque gazette nouvelles et extraordinaires et journeaux ». Pendant trois, six ou neuf années, le fermier est investi du privilège de la Gazette. Il reçoit le droit « d’imprimer vendre et débiter seul les gazettes de France avec les extraordinaires et journeaux ». Ce véritable monopole empêche toute concurrence de se manifester dans la ville où le fermier réside. Les deux premiers baux bordelais font même obligation au fermier de dénoncer toute contravention « faite au préjudice du privilège ». En contrepartie de tous ces avantages, le fermier doit acquitter une redevance annuelle forfaitaire, plus ou moins élevée selon l’importance de la ville ou de la région où il va distribuer sa réimpression de la Gazette. Les baux stipulent expressément que le fermier gardera pour lui tout le profit qu’il pourra tirer de cette distribution. Les baux signés par la famille Renaudot interdisent au fermier de sous-louer son bail ; par contre, ceux d’Aunillon lui accordent cette possibilité. Au cas où le fermage ne serait pas acquitté aux termes indiqués, le propriétaire se réserve le droit d’annuler le bail et de traiter avec un autre fermier.

9Les baux sont étrangement silencieux à propos de la réimpression elle-même. Les deux premiers baux de Bordeaux (1638 et 1641) avaient imposé un tirage maximum. Tous les baux suivants abandonnent cette clause. Les fermiers jouissent d’une complète liberté. Ils sont libres de choisir le format et le décor qui leur conviennent. Il ne leur est pas interdit d’ajouter au bas de leur réimpression des nouvelles locales ou des annonces. Les baux ne leur prescrivent même pas de reproduire fidèlement le texte de la Gazette. Toutes libertés dont les fermiers vont user largement et parfois abuser.

10Le Minutier central offre à l’historien deux autres documents. Après la mort de Théophraste II Renaudot, second « privilégié » de la Gazette, un inventaire est dressé le 24 juin 1672. Cet inventaire mentionne sept baux (Bordeaux 1667, Lyon 1664 et 1670, Rouen 1665 et 1671, Tours 1668 et 1671). Il est précisé que trois de ces baux ont été passés sous signature privée. Cet inventaire montre qu’en 1671, seules Bordeaux, Lyon, Rouen et Tours ont leur gazette. Lorsque, le 20 février 1749, le marquis de Verneuil vend la Gazette au Président Aunillon, il lui transmet une liasse de 27 pièces dont une liste de tous les fermiers de la Gazette. Ce dernier document indique la date des baux ainsi que le montant des fermages. La Gazette est alors réimprimée dans 28 villes de province. Au total, entre 1631 et 1752, 38 villes ont bénéficié à un moment ou à un autre d’une réimpression de la Gazette.

11Le tableau no 1 présente pour chaque centre de réimpression le nombre des baux retrouvés ainsi que l’étendue des collections des réimpressions conservées. Pour quelques villes, les dates réelles du début et de la fin de la réimpression font encore défaut. Ces réserves exprimées, le graphique conduit tout naturellement à distinguer plusieurs moments dans la diffusion provinciale de la Gazette. En tout sept moments : 1631 - 1633, 1638 - 1646, 1673, 1686-1699, 1702-1716, 1732-1735, 1740-1745. La multiplication des réimpressions de la Gazette se passe ainsi par pulsions successives. La Gazette était surtout un recueil de nouvelles diplomatiques et militaires venues de l’Étranger. Il y a une corrélation certaine entre les sept moments indiqués et la longue suite des guerres menées par la monarchie française aux XVIIème et XVIIIème siècles. Inquiets, avides de nouvelles, les Provinciaux lisent de plus en plus la Gazette. Mais les guerres n’expliquent pas tout. La recherche de nouvelles sources de profits par des imprimeurs anxieux de survivre à la crise de l’édition provinciale et le développement de la civilisation du livre dans les villes du Royaume (travaux de H.-J. Martin et de J. Quéniart) : ce double mouvement a également favorisé la diffusion de la Gazette.

12La carte no 1 montre que la Gazette a été réimprimée dans tout le Royaume.

13Les ports actifs dans le grand commerce transocéanique ont tous leur gazette : Rouen, Saint-Malo, Brest, Nantes, La Rochelle, Bordeaux et Bayonne. La France du Nord est particulièrement favorisée. Des villes importantes, certes - Amiens, Beauvais, les trois sœurs champenoises : Reims, Châlons, Troyes-, mais aussi des plus petits centres - Noyon, Compiègne, Soissons-, ont leur réimpression. Les villes très proches de la frontière reçoivent facilement les gazettes hollandaises ; aussi la réimpression de la Gazette y échoue-t-elle ou y dure-t-elle peu de temps. C’est le cas de Dunkerque et de Lille, villes au fort particularisme flamand. Si à Metz la Gazette dure très longtemps (1699-1749), elle est éphémère à Verdun (1691). En 1695, Strasbourg a elle aussi sa réimpression ; mais la capitale alsacienne jouit depuis longtemps (1609) d’une gazette en langue allemande ; en face d’une telle concurrence, la réimpression strasbourgeoise a-t-elle pu durer au-delà des années 1710 ? L’Ouest accueille fort bien la Gazette. Outre les ports déjà mentionnés, Chartres, Orléans, Caen, Tours, Poitiers et Rennes ont leur réimpression. Limoges, Clermont, Le Puy, Grenoble, Lyon surtout, diffusent la Gazette dans le Centre et le Sud-Est. Le Midi est partagé entre trois pôles de distribution : Toulouse, Montpellier et Aix. Ces deux derniers centres n’ont pu maintenir leur réimpression jusqu’en 1751 : plus précisément, les fermiers montpelliérains et aixois ont pris l’habitude de diffuser les éditions avignonnaises de la Gazette ; après la disparition de ces fermiers, les imprimeurs d’Avignon ont continué d’envoyer leurs gazettes.

14Cette carte donne-t-elle une image parfaite de la diffusion réelle de la Gazette et une juste mesure de sa lecture provinciale ? Les quelques 46 ex-libris retrouvés sur les volumes de la Gazette conservés dans les Bibliothèques municipales ne peuvent fonder une quelconque sociologie de leurs lecteurs. Les communautés religieuses fournissent 30 de ces ex-libris. Les 16 autres appartiennent à des particuliers, essentiellement des gens de Robe. Les hasards des confiscations révolutionnaires expliquent cette répartition. Fort heureusement un important document a été récemment découvert et publié par H.-J. Martin. Les registres du libraire Nicolas (1645-1668) permettent de connaître les lecteurs grenoblois de la réimpression lyonnaise. La majorité d’entre eux se recrute dans le monde de la Robe : 70 (56 %). Vient ensuite la noblesse d’épée, dont les familles sont souvent fort liées à celles des membres des Cours souveraines : 30 (24 %). Le clergé ne compte que 13 représentants (10,4 %). Quant à la bourgeoisie marchande et aux gens de métier, ils sont peu nombreux : 10 (8 %). S’ajoutent deux lecteurs aux professions indéterminées. Au total, 125 personnes. Ainsi, la Gazette est lue par l’élite sociale de Grenoble : la noblesse militaire et les membres des Cours souveraines constituent à eux seuls 60 % des lecteurs. La Gazette et les autres périodiques du XVIIème siècle recrutèrent surtout leurs lecteurs dans la noblesse et la haute Robe, en partie relayées au XVIIIème siècle par la bourgeoisie des professions libérales et du négoce.

15Sur 116 fermiers connus, 2 seulement sont étrangers aux métiers du livre. La plupart sont à la fois imprimeurs et libraires. 19 sont seulement libraires. Jacques Seguin, qui prend le bail de l’édition de Montpellier, est directeur des Postes à Pont-Saint-Esprit (juin 1714). Le fermier d’Aix, Pierre Astouin se qualifie de « bourgeois », et pour traiter son bail, il se fait représenter par Edme Bernard, « commis au bureau de la poste de Paris » (octobre 1690). Certaines des gazettes de la réimpression aixoise portant « A Aix au bureau des lettres avec privilège » (1693), Astouin est donc, très probablement, directeur des Postes d’Aix. Après avoir fait réimprimer à Aix la Gazette (1690-1693, 1694-1699), il diffuse en Provence une édition avignonnaise. Son confrère Seguin achemine lui aussi vers le Languedoc une réimpression d’Avignon.

16Aux quatre pages de la Gazette, Renaudot ajoute le 28 novembre 1631 les quatre autres des Nouvelles ordinaires. En 1642, la Gazette passe à huit pages, cependant que les Nouvelles ordinaires en gardent quatre. Sur ces douze pages in 4°, les longues lignes de gros caractères offrent au lecteur un texte plus ou moins important : entre 37 000 et 25 000 signes typographiques dans les années 1670, de 30 000 à 22 000 de 1680 à 1751.

17Employant des caractères plus petits et disposant autrement le texte, la plupart des fermiers de la Gazette réduisent leurs frais en économisant un papier rendu de plus en plus cher par la fiscalité royale et la hausse séculaire des prix. Le tableau n°2 présente les quatre dispositions typographiques utilisées par les imprimeurs de la Gazette. Les douze pages de l’édition de Paris consomment 2110 cm2 de papier (seuls ont été mesurés les rectos des pages). Les huit pages en utilisent 1472 à 1200 cm2. L’oscar de l’économie revient aux doubles colonnes sur quatre pages qui n’en emploient que 828 à 1000 cm2. Dès l’origine, le fermier bordelais est le seul à ménager le papier (huit pages). Les autres imprimeurs abandonnent progressivement les gros caractères sur douze pages pour adopter un format moins coûteux : Lyon (1670), Toulouse (1681), Rouen (1700). En définitive, les imprimeurs de Tours (1719) et d’Avignon gardent seuls les douze pages.

18Dressé à partir d’un sondage très rapide, le graphique n° 1 montre que, dans leur très grande majorité, les fermiers de la Gazette ont respecté le contrat qui les liait à la famille Renaudot : ils ont reproduit intégralement le texte de l’édition parisienne. De 1680 à 1745, comme celui de l’édition de Paris, le texte des réimpressions diminue légèrement, passant de plus de 26000 signes typographiques à 24000. A partir de 1746, le texte parisien s’allonge de nouveau et dépasse les 25000 signes. Quelques fermiers sont pris en flagrant délit d’infidélité pour avoir abrégé le texte de la Gazette : ceux de Nantes, du Puy, de Brest, de La Rochelle, d’Orléans et de Poitiers.

19Les décors des réimpressions sont infiniment variés. Certains fermiers préfèrent le grand dépouillement, titre sans lettre initiale décorée, simple majuscule au début du texte : ainsi les réimpressions de Bordeaux (1689-1729), Beauvais (1696-1746), Nantes (1698-1751), Reims (1708-1751), Rennes (1744), La Rochelle (1730-1740), Soissons (1693-1705, 1723) et Troyes (1697-1709). D’autres, à l’inverse, montent un décor souvent surchargé et lourd : édition de Châlons, de Reims (1691). Les autres fermiers ornent d’une vignette le titre et le début du texte de leur réimpression. En 1689, l’édition parisienne abandonne la célèbre vignette à la boussole, au globe et aux sept étoiles de la Petite Ourse. Par contre les réimpressions s’accrochent à cette véritable image de marque qui persiste jusqu’en 1690 à Avignon, 1691 au moins à Reims, 1696 à Troyes, 1699 à Rouen, 1700 à Aix et 1752 à Toulouse.

20Le 15 février 1633, Renaudot propose sa gazette aux Provinciaux qui voudront bien débourser deux pistoles par an, soit vingt livres. En 1650, il précise qu’un Extraordinaire de la Gazette est vendu aux colporteurs parisiens un sol le cahier de quatre pages ; la plupart de ces Extra ordinaires comptant trois cahiers, ils sont cédés pour trois sous, puis revendus quatre sous par les colporteurs. En novembre 1655, Loret confirme ces chiffres : la « Gazette en Proze » (soit trois cahiers) lui coûte « quatre sols et demy ». Cette même année 1655 la Gazette totalise 175 numéros et 1476 pages, soit 369 cahiers : en un an, les Parisiens auront ainsi dépensé près de 28 livres pour lire chacune des livraisons du périodique de Renaudot. A la mi-course du siècle suivant (1748-51), l’abonnement annuel n’est que de 15 livres. Mais les Extraordinaires ayant alors presque disparu, une année de la Gazette ne compte que 156 cahiers. Chaque numéro (3 cahiers) coûte à son lecteur un peu plus de cinq sous dix deniers : soit une augmentation de plus d’un sou par rapport à 1655.

21Il était moins coûteux d’imprimer un texte d’après une copie imprimée. Et puis, la main-d'œuvre provinciale était moins bien rémunérée que les ouvriers parisiens. Enfin, grâce à leurs éditions à huit ou quatre pages, les fermiers de la Gazette diminuaient la quantité du papier utilisé. Aussi, les quelques tarifs livrés par les réimpressions provinciales sont-ils beaucoup plus faibles que ceux de l’édition de Paris. Le tableau n° 3 contient les prix au numéro et les abonnements annuels retrouvés. Seuls les chiffres donnés par les sources ont été soulignés. La plupart des abonnements annuels ont été calculés par nos soins à partir du prix au numéro. Ces abonnements restitués sont très certainement supérieurs à ceux de la réalité. En près d’un siècle (1663-1752), les réimpressions de la Gazette ont subi les effets de la hausse générale des prix. Bas prix des abonnements, inexistence des frais postaux : tout cela explique le succès des réimpressions provinciales.

22Le 1er mai 1638, Renaudot déclare publier chaque semaine 1200 copies de la Gazette. Un siècle plus tard, en 1749, le tirage de l’édition parisienne ne devait pas dépasser 1500 à 2000 exemplaires. En 1781, la Gazette est servie à 12 260 abonnés. Les réimpressions ayant été interdites en 1752, le chiffre de 1781 prend en compte la diffusion totale de la Gazette, à Paris et dans les provinces. Pour mesurer le tirage réel de la Gazette avant 1752, il faut ajouter aux 1200-2000 exemplaires de l’édition parisienne le tirage total des réimpressions provinciales. Le mon tant du fermage donne-t-il quelques indications quant à la diffusion de la réimpression ? Si l’on accorde un tirage de 250 à 300 exemplaires aux réimpressions qui supportaient 150 à 200 L de fermage en 1749, il faut en offrir 400 ou 500 aux éditions de Lyon et de Rouen. Les fermiers qui ne payaient que 100 L de redevance tiraient peut-être entre 100 et 200 exemplaires. Les éditions de Lyon, Rouen, Bordeaux et Tours eurent un tirage plus important avant les années 1680. La création des autres réimpressions diminua ensuite leur diffusion. Les tirages provinciaux et parisien s’ajoutant, 3000 à 4000 exemplaires de la Gazette auraient été diffusés dans tout le Royaume vers 1670 ; 50 % de ces gazettes auraient été réimprimées en province. En 1749, 7500 à 9500 exemplaires auraient été distribués en France ; 15 à 25 % seulement de ces gazettes auraient appartenu à l’édition de Paris, toutes les autres (75 à 85 %) seraient à mettre au compte des réimpressions. Et pendant les années de guerre, ces tirages atteignirent peut-être des sommets, hélas non mesurables. Les 12 260 exemplaires de 1781 ne furent-ils pas dus à la guerre d’indépendance américaine ? Le tirage revint ensuite à 6950 (1785) puis à 6250 (1788).

23Une vingtaine de réimpressions étant datées, il était possible de dresser la carte n° 2. Chacune des lignes isochrones représente un jour de retard sur le samedi, jour où paraissait l’édition parisienne. Etaient diffusées le dimanche (isochrone I), les réimpressions de Chartres, Soissons, Reims, très certainement celles de Meaux, Amiens et Orléans. Entre les isochrones 1 et 2, les réimpressions étaient distribuées le lundi : c’était le cas des gazettes de Caen, Troyes et Châlons, c’était aussi celui de la réimpression de Metz, souvent également diffusée le mardi. Paraissaient ce même mardi les trois sœurs ligériennes (Tours, Angers et Nantes). La réimpression lyonnaise était distribuée le mardi, mais très souvent aussi le mercredi. Ce mercredi (isochrone 4), les habitants de Clermont, Poitiers, Rennes, probablement aussi les Malouins pouvaient lire la Gazette. Le jeudi (isochrone 5), les Grenoblois, les Bordelais, les Rochelais et les Brestois jouissaient de cet avantage. Les Toulousains et les sujets du Pape devaient attendre une semaine entière pour faire de même. Les Vellaves, les Montpelliérains et les Provençaux patientaient huit jours pleins. Encore cette carte ne vaut-elle que pour la première moitié du XVIIIème siècle (1690-1750) ! Encore ne vaut-elle que pour la belle saison (avril à octobre) ! Les hivers trop rudes, les épidémies (la peste de 1720), les troubles socio-politiques (la Fronde), les fêtes religieuses (jours chômés) ralentirent les courriers chargés d’acheminer vers les provinces les copies de la Gazette.

24Les réimpressions de la Gazette contiennent les prémices d’une véritable presse provinciale. Des nouvelles locales sont parfois ajoutées au texte parisien à Avignon, Brest, Metz, Soissons, Toulouse. L’imprimeur chartrain publie chaque semaine une mercuriale. Le fermier Orléanais agrémente sa réimpression avec des Enigmes et quelques bouts-rimés, véritables ancêtres des jeux qui se sont multipliés dans la presse française au XIXème siècle. La publicité est également présente. De nombreuses annonces présentent les livres, les almanachs, les périodiques. Entre 1694 et 1751, 67 annonceurs (médecins, apothicaires, dentistes, enseignants, aubergistes, etc.) offrent leurs services. Les petites annonces apparaissent en 1749 sur la gazette d’Orléans : deux notaires y proposent successivement la vente d’une terre, puis d’une hôtellerie.

25Accablé de dettes et disgracié, le Président Aunillon cède la Gazette à deux associés, le chevalier de Meslé et le fermier général Le Bas de Courmont (avril 1751). Pour diminuer les frais postaux, les nouveaux propriétaires de la Gazette traitent avec la Ferme générale des Postes. Ils révoquent tous les baux des provinces à dater du 1er août et offrent aux Provinciaux l’édition parisienne de la Gazette moyennant un abonnement annuel de 21 L. Ceux qui ne pourraient s’engager dans de telles dépenses pourraient lire la Gazette dans les Bureaux d’Adresse qui seraient créés à cet effet dans toutes les villes du Royaume. Malgré les protestations des fermiers, le Conseil du roi approuve la suppression des réimpressions en octobre 1751. Les nouveaux abonnements rencontrent peu de succès : ils sont deux à cinq fois plus élevés que ceux des anciennes réimpressions ! Aussi, pour « contenter les habitants des Provinces » les propriétaires de la Gazette en réduisent-ils l’abonnement annuel a 7 L 10 S en reprenant la formule qui avait fait le succès des réimpressions. Le 29 avril 1752 paraît le premier numéro de cette seconde édition parisienne. Grâce à la composition en petits caractères, chaque numéro ne consomme plus qu’une demi-feuille de papier alors que chaque exemplaire de l’édition à gros caractères s’étend sur une feuille et demie. Cet arrangement ne peut que satisfaire les Provinciaux, et la nouvelle édition parisienne leur est envoyée jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

Note

26Le lecteur voudra bien excuser l'absence de notes et de bibliographie qui eussent démesurément alourdi cette communication. Il les trouvera dans notre thèse de troisième cycle, La Gazette à travers ses réimpressions en province, 1631-1752, 703 pages dactylographiées, déposée à la Bibliothèque Nationale (départements des périodiques et des imprimés), ainsi qu’à l’Institut français de presse, université de Paris II (rue d’Assas).

CARTE No 1 Villes où a été réimprimée la Gazette

TABLEAU No 2. Les quatres dispositions typographiques utilisées par les imprimeurs provinciaux de la Gazette (Les dates sont celles des collections conservées)

Villes

Longues lignes 12 pages

Longues lignes 8 pages

Double colonne 4 pages

Double colonne 8 pages

Aix

25 nov. 1690-28 mars 1695 2 janv. 1694-6 fév. 1700

15 avril 1690-18 nov. 1690

29 oct. 1689-8 avril 1690

Angers

1702-1707 1707-1708 1708-17I9 1724-1732 1733-1735 Mai-sept. 1746

12 mars 1707 1er, 8 déc.1708 1735-1746 I746-I75I

Avignon

Piot-Offray 1664
Offray 1687-1690
Offray 1695 et 1700-1740
Mallard 1707-1716 Giroud 1717

Mallard 1692-1693

Offray 1691

Beauvais

1696-1746

Bordeaux

1639-1701

I702-I75I

Brest

I708-I7I7

Châlons

1686-1722

Chartres

1743-1744

Clermont

1697-1740

Grenoble

1697-1698

Lille

1746

Lyon

1635-1670

1670-1677

1677-1678 1678-1751

Avr.-juil. 1678

Villes

Longues lignes 12 pages

Longues lignes 8 pages

Double colonne 4 pages

Double colonne 8 pages

Metz

1699-1746

Nantes

1698-175I

Orléans

1744-1751

Poitiers

1744-1748

Le Puy

1705, 1721, 1730

Reims

1691
1708-1722
Fév. 1723-1751

Rennes

1704

1744

La Rochelle

1730-1751

Rouen

1646-1699

1700-1747

Soissons

1693-1705
1723

Toulouse

1673-1681

1684-1692

1681-16841692-1752

Tours

Août 1719

Troyes

1686-1696 1740-1751

1697-1709

GRAPHIQUE No 1. Sondage : Nombre total des signes typographiques de quelques numéros des réimpressions de la Gazette
(L’espace occupé par le titre et par la souscription a été constamment déduit)
* Edition de 4 pages * Edition de 8 pages

TABLEAU No 3. Les prix au numéro et les abonnements annuels

TABLEAU No 3. Les prix au numéro et les abonnements annuels

CARTE. No 2. Le retard des réimpressions sur l’édition parisienne de la Gazette dans la première moitié du XVIIIème siècle (1690 - 1750)

CARTE. No 2. Le retard des réimpressions sur l’édition parisienne de la Gazette dans la première moitié du XVIIIème siècle (1690 - 1750)

Table des illustrations

Légende CARTE No 1 Villes où a été réimprimée la Gazette
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre TABLEAU No 1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre TABLEAU No 1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende GRAPHIQUE No 1. Sondage : Nombre total des signes typographiques de quelques numéros des réimpressions de la Gazette(L’espace occupé par le titre et par la souscription a été constamment déduit)* Edition de 4 pages * Edition de 8 pages
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre TABLEAU No 3. Les prix au numéro et les abonnements annuels
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/971/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre CARTE. No 2. Le retard des réimpressions sur l’édition parisienne de la Gazette dans la première moitié du XVIIIème siècle (1690 - 1750)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/971/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540