Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Mémoire domestique. La maison rurale des Monts du Lyonnais

 | 
Michel Rautenberg

Troisième partie. La mémoire domestique

Chapitre IV. Travailler, échanger

Texte intégral

I- Économie rurale, manières d’habiter et architecture : positions de la question

1Sur la diversité des formes des maisons rurales du Lyonnais, Claude Royer nous dit :

Dans l’éventail des facteurs qui contribuent à donner à la maison rurale son aspect particularisé, c’est la destinée économique qui semble constituer, avec le plus de pertinence, la base d’une typologie. (Royer, 1979 : 22)

2Ce faisant, l’auteur fait sien le principe de classification élaboré par A. Demangeon (1920 ; 1938) et développé en premier lieu par la géographie humaine : analyser la maison avant tout comme un outil de travail, considérer la maison comme un atelier.

3Récemment, des historiens ont considéré comme un acquis définitif le primat de la techno-économie agricole sur les manières d’habiter afin d’expliquer les formes et la structure de la maison paysanne du XIXe siècle :

Rudimentaire et surpeuplée, la maison (rurale) est un instrument de travail plus qu'un intérieur. (Perrot... 1988 : 314)

4Nous avons vu, tout au long de cette recherche, que dans les Monts du Lyonnais les fermes étaient loin d’être rudimentaires, qu’elles étaient fort diverses dans leurs dimensions, et que dès le milieu du siècle dernier nombre d’entre elles comportaient plusieurs pièces d’habitation. Elles étaient effectivement surpeuplées, puisque les dénombrements montrent que les groupes domestiques dépassant les dix personnes n’étaient pas rares, comprenant souvent un oncle ou une tante faisant office de domestique, une bonne ou un valet, et une famille de six ou sept enfants non mariés. Mais il y a un certain socio-centrisme à considérer, comme le fait Michèle Perrot, que l’effectif élevé d’un groupe domestique et l’articulation étroite des activités productrices avec la vie quotidienne sont incompatibles avec une réelle vie privée.

5Une multitude d’études, réalisées en particulier par les anthropologues urbains français et américains, montrent, au contraire, la richesse de la vie privée dans les quartiers populaires surpeuplés (citons, entre mille références, Petonnet, 1982 ; Lewis, 1981). Prenons l’exemple de la maison finlandaise, soigneusement décrite et analysée par Christian Moley. L’augmentation du nombre de pièces qui permettait a priori de valoriser le privé traduit en fait une « socialisation de l’espace d’habitation », qui se développe en parallèle au soin accru apporté à la façade (Moley, 1984 : 324 et suiv.). La « multiplication des pièces à destination très occasionnelle » (ibid. : 325) et l’austérité toute luthérienne de l’aspect extérieur procèdent d’un même désir du paraître qui est le principal facteur non technique d’évolution de cette architecture vernaculaire. Ce n’est pas le souci du confort ni la recherche d’intimité domestique qui ont guidé ces transformations, mais la mise en œuvre d’un principe de conformité à de nouvelles normes de l’habitat.

6Certains ethnologues ont choisi d’inverser la problématique géographique en modernisant le concept plutôt littéraire de « maison vaisseau » : contre « le laxisme de la définition (de la maison) des géographes qui englobent l’habitation dans l’ensemble des bâtiments d’exploitation » (Calvet, 1975 : 128), il convient d’affirmer le :

Primat de l’habiter, de l’habiter d’un groupe social spécifique, le groupe domestique inséré dans des groupes plus larges (sur) les fonctions de conservatoire et d’outil. (ibid. : 127)

7Cette réaction, justifiée par certains excès de la géographie (par exemple : Norois, 1969) pèche pourtant par sa vigueur. Elle réduit l’approche du géographe au mieux à un strict fonctionnalisme, au pire à un déterminisme archaïque.

8Nous ne nions pas le « primat de l’habiter ». Mais nous pensons que le principe de la hiérarchisation entre les fonctions techno-économiques et domestiques de la maison est en lui-même contestable si on l’estime généralisable en toute région à toute forme d’habitat. Peut-être s’applique-t-il au sud-ouest de la France ; il ne permet certainement pas de comprendre la maison du Lyonnais. Pour nous aussi, l’habiter est d’abord une production sociale, et à ce titre l’espace privé dans lequel il s’exprime naturellement est construit et vécu en fonction de la place qui est la sienne – symboliquement et économiquement – dans l’espace public. Ce qu’on nomme « le privé » est régi par des modèles et des valeurs collectives, comme l’ont fort bien montré pour un village du Châtillonnais Françoise Zonabend pour les représentations familiales du temps et de l’histoire et Yvonne Verdier pour la manière d’envisager les tournants essentiels de la vie par des pratiques ritualisées et socialisées (Zonabend, 1980 ; Verdier, 1979).

9D’autre part, beaucoup l’ont souligné, la maison paysanne est un chaînon essentiel du système agricole parce qu’elle est à la fois « espace de réserves », « espace de circulation » et « espace de travail » (Druhle, 1973).

10Le problème est-il alors de » mesurer l’importance relative dans l’usage qui est fait de la maison », des fonctions économiques et domestiques (Guibal, 1987 : 74) ou bien est-il de comprendre la relation particulière qui s’établit dans un espace délimité et structuré entre les deux niveaux, domestique et productif, de la praxis quotidienne ? S’agit-il d’évaluer des fonctions ou bien d’évaluer des manières d’habiter et de travailler ? Jean Guibal pose la première question, classique mais plutôt réductrice, mais heureusement répond à la seconde, prenant l’exemple de la maison paysanne villageoise du Languedoc : « Les fonctions essentielles s’interpénètrent dans l’espace de la maison » et espaces privés et publics se chevauchent, ce qui montre « la nécessité d’un examen conjoint de la maison et de l’espace habité dans son entier » (ibid. : 81). C’est, sur un exemple ethnographique, la démonstration que cette « fonction globale (qui) insère toujours davantage la maison et ses occupants dans la collectivité » (Pezeu-Massabuau, 1983 : 96) surdétermine les fonctions traditionnellement reconnues (techniques, sociales, symboliques) en faisant de la maison un lieu socialement construit pourvu de qualités spécifiques.

  • 1 La systématisation de cette notion serait plutôt l'œuvre d'architectes fonctionnalistes, tel Le Co (...)

11Contrairement à ce qui parfois a été dit, le concept de « maison-atelier » n’était pas exclusif des manières d’habiter, même si, pour Albert Demangeon1, les influences économiques » paraissent déterminer les types fondamentaux » (1938 : 45) de l’habitation paysanne. Reprenons ses propres termes :

... il faut chercher dans la vie même de celui qui occupe la maison les raisons de la disposition de l’habitation. (ibid. : 45)

  • 2 Les termes de Höderlin sont : l'« homme habite en poète... » (cité par Henri Lefebvre in Haumont.. (...)

12Il ne s’agit pas du déterminisme économique brutal que certains ont cru voir. Lucien Fèbvre a fort bien dit l’inanité de cette - déjà - vieille accusation faite envers la géographie humaine par certains sociologues du début de ce siècle (Febvre, 1970 : 80 et suiv.). En paraphrasant Hölderlin2 nous pourrions dire que, selon Demangeon, « l’homme habite en producteur » : l’outil qu’est la maison rurale n’est pas déterminant en lui-même ; c’est la relation du paysan à son outil de travail, au savoir-faire qu'il exige et à ses produits qui explique, pour le géographe, les formes de l’habitat. Et parmi ces relations, celle que l’homme entretient avec ses animaux lui semble primordiale :

L'un des problèmes essentiels que cherche à résoudre partout l’habitation, c’est de déterminer la place que doivent tenir les animaux dans la maison. (ibid. : 45)

13Ces relations sont techniques, économiques, mais aussi symboliques.

14L’hypothèse que nous défendrons ici sera donc que la maison paysanne, et particulièrement la ferme en U à cour fermée des petits propriétaires exploitants des Monts du Lyonnais, s’est forgée dans l’association dynamique du domestique et de l’instrument de travail. Il ne doit pas y avoir opposition ou antagonisme entre une théorie de la ferme-atelier et une théorie de la ferme-sanctuaire de valeurs et de modes de vie. Les deux approches sont complémentaires parce que la spécificité de la ferme, par rapport aux autres types d’habitat, est d’être justement à la fois maison et outil. Par exemple, on pourra dire que l’étable fait intégralement partie du « privé » et que l’habitation est considérée par ses utilisateurs comme un lieu de travail.

  • 3 L'économie, les modes de vie et les travaux paysans des Monts du Lyonnais sont, depuis quelques an (...)

15Nous traiterons, sans nous étendre, des activités de production, des activités domestiques et du budget3. Nous verrons que la disposition autour d’une cour fermée de petites dimensions renforce l’intégration des fonctions agricoles et domestiques, qu’elle facilite la communication entre chacun et la visibilité des lieux. La complémentarité stricte entre les rôles conduit à spécialiser des trajets, des outils et des gestes plus que des espaces. Les activités rurales des Monts du Lyonnais ne sont guère originales dans leur ensemble, et elles ont été plusieurs fois étudiées dans divers travaux que nous avons déjà cités (par exemple : Palandre, 1973 ; Valette, 1976 ; Carrier, 1973.) Nous ne les aborderons en détail que lorsque leur description détaillée pourra servir notre propos.

16Nous considérerons que la répartition des tâches est première par rapport à la division des espaces. À travers cette répartition, ce sont deux phases de l’économie paysanne que nous aborderons, deux versants, l’un féminin, l’autre masculin. En schématisant, nous dirons que les femmes ont plutôt la charge de la gestion de la ferme, en ce sens qu’une bonne ménagère doit d’abord connaître l’art des économies, alors que leurs conjoints sont avant tout des producteurs de biens agricoles.

17Pour introduire cette présentation des manières de vivre et de travailler, il peut être utile de dire quelques mots sur les appellations des divers lieux que nous rencontrerons. Dans la langue, dont nous savons qu’elle exprime les catégories architecturales vernaculaires 0ean Cuisinier in Royer, 1979), de nombreux espaces ont un nom.

18Nous avons vu que les « aîtres » signifiaient avant tout le marquage symbolique d’un lieu situé devant le seuil de la maison, et que la bretagne désignait un espace fonctionnel servant à faire sécher les fromages. On pourrait, de la sorte, énumérer les lieux signifiés de l’espace domestique : la « grande chambre », la maison, le fournil, le chapit, la grange, « l’écurie », la cour. On remarquera qu’aucun nom ne désigne l’habitation en tant que telle, ni l’ensemble des bâtiments d’exploitation.

II- Une vie quotidienne rhytmée par les travaux agricoles et domestiques

19Encore aujourd’hui, la cour est considérée comme un espace de travail, et le hangar est son prolongement couvert. Lorsqu’ils prennent la ferme, les jeunes préfèrent souvent se loger à distance :

Regarde Michel. Il a une grosse ferme, alors qu’il est allé se construire une maison 100 m plus loin. Tous les sous qu’il a mis dans sa villa neuve, il les aurait mis dans sa ferme, il aurait eu quelque chose de formidable. Mais ils sentent le besoin de faire la rupture, de sortir. C’est surtout ceux qui se sont le plus modernisés, qui ont le plus changé de rythme, qui ressentent le besoin de sorti.

20La cour était autrefois considérée comme un lieu protégé. Elle est aujourd’hui ressentie comme lieu d’enfermement parce qu’elle est trop connotée par le travail agricole. Lorsque les jeunes sont restés dans la ferme, ils ont bâti hors de l’enceinte de nouvelles étables, certains ont abattu le haut mur afin d’ouvrir la cour sur l’extérieur, qui a dès lors accueilli fleurs et jouets d’enfants. Quand des travaux de modernisation des logements sont entrepris, il est très fréquent qu’on perce des fenêtres dans le mur extérieur, auparavant aveugle et souvent mitoyen du jardin potager. De plus en plus, les activités agricoles sont reléguées de l’autre côté de l’ancien bâtiment d’exploitation, le potager et la cour devenant des espaces d’introduction ou de présentation destinés à mettre en valeur l’habitation et à l’isoler de l’exploitation.

21Dans la ferme ancienne, la pente naturelle du sol favorisait l’étagement des activités. Il y avait trois niveaux. En bas, celui des bêtes, de l’humidité, était constitué de l’étable, de la cour basse avec l’abreuvoir qui séparait la partie haute, du tas de fumier et des étables à cochons tout en bas. Le haut était l’étage des réserves et du sec, avec la grange/fenil, les fagots empilés sur le trabli, le grenier dans lequel on stockait le grain et la farine. Entre les deux, le niveau du quotidien des habitants : les appartements, le derrière de bretagne, le fournil, le hangar et la cour haute où les hommes s’activaient en hiver. Les caves étaient souvent doubles ou triples : la première en entrant était humide, c’est là qu’était la fon à lait. Les autres étaient fraîches, plus sèches et sombres. On y conservait les pommes de terre, les fruits, le cidre. Souvent enterrées, et toujours loin des bêtes, ces dernières caves étaient protégées de la boue et du purin.

22L’emploi du temps se déroulait sur trois modes : annuel, hebdomadaire et quotidien. Il y avait trois « équipes » plus ou moins spécialisées : les hommes avaient la charge des labours, des semailles, des moissons, de l’entretien et des réparations ; les femmes faisaient le beurre et les fromages ; les enfants étaient bergers. Femmes et enfants, à l’occasion, donnaient la main aux hommes.

23Pendant la belle saison, les hommes restaient peu à la ferme. Au lever, depuis le début du siècle, ils avalaient rapidement un bol de café, allaient à l’étable pour la première traite, puis nettoyaient et pansaient les bêtes. Ils sortaient ensuite le fumier. Vers huit heures ils venaient prendre le « dîner » : soupe aux choux avec du lard, pain, fromage blanc. Un valet ou un des grands enfants menait ensuite les bêtes au pré, pendant que le maître partait travailler dans les terres.

24Tous revenaient vers midi pour le « goûter » pris rapidement sur la grande table de la cuisine, après quoi avait lieu la seconde traite. Lorsque le temps était très chaud, les hommes faisaient une demi-heure de sieste dans la grange avant de repartir pour les travaux des champs. Dans le milieu de l’après-midi, entre la « croix de printemps » et la « croix d’automne », les femmes apportaient le « quatre heures », et tout le monde cassait la croûte sous un arbre. Il y avait de la charcuterie, des fromages secs, des « pâtés » aux fruits et de l’eau fraîche vinaigrée dans la detché, une cruche munie d’un goulot étroit et allongé, légèrement décentré, auquel on buvait directement. Vers 15 heures les bêtes étaient ramenées au pré, jusqu’à la traite du soir, souvent faite par les femmes. Le « souper » était pris entre 20 heures et 21 heures.

25Pendant toute cette période, les hommes venaient peu à la ferme. Lorsqu’ils avaient un moment, ils s’arrêtaient pour discuter au coin du champ avec un voisin, certains travaillaient dans le jardin à planter et à arracher les mauvaises herbes. En revanche, les femmes étaient souvent dans les terres et les prés. Elles aidaient à enlever les chiendents, qu’on laissait sécher en petits tas sur les chemins, elles ramassaient les pommes de terre, participaient aux moissons...

26Le ralentissement des activités pendant les mois d’hiver s’accompagnait d’un rétrécissement de l’espace quotidien autour de la ferme et de ses environs immédiats, le planil où l’on sortait les bêtes lorsqu’il y avait un peu de chaleur, le pailli où l’on venait régulièrement prendre la paille pour changer les litières.

27À cette époque, cour et hangar prenaient une importance considérable. Sous le hangar on coupait le bois, on taillait les manches d’outils, on affûtait, on fabriquait des coffres à grains et des lits d’enfants, on changeait une ridelle du char à bancs ; sur une petite enclume on redressait les lames de faux et on martelait les outils tranchants. Transformé en véritable atelier, le hangar était le centre des activités hivernales. À l’abri, dans un coin tranquille et protégé, étaient posées une ruche ou deux. Contre un mur il y avait un clapier. Un peu partout couraient les poules qui pondaient leurs œufs et nichaient souvent dans le fenil.

  • 4 Si l'on en croit certains membres de la Société Royale d'Agriculture de Lyon, au milieu du XIXe si (...)

28Pour aérer l’étable et mener les bêtes à l’abreuvoir on les sortait régulièrement dans la cour. Là, protégées de la bise, elles risquaient moins de prendre un « coup de froid ». Le fumier, soigneusement ramassé, était jeté sur le tas, souvent protégé des intempéries par un simple auvent4.

29L’hiver était aussi la saison de nombreuses activités de production non agricole. Nous avons vu que les cloutiers ont été remplacés, au cours du XIXe siècle, par les tisserands et veloutiers à domicile (voir supra). Il faut ajouter les rempailleurs de chaises, les galochers, les fabricants de paniers et toutes sortes de petits métiers, non répertoriés dans les recensements car considérés comme des activités secondaires, mais bien vivants durant les froids. Beaucoup de petits paysans y avaient recours, et dans nombre de greniers on a gardé les vestiges du vieux métier à velours autrefois installé dans la grande chambre.

30Le thème des travaux ménagers n’est pas neuf, loin de là. Il a donné lieu à des publications nombreuses qui, sans taire le tour de la question, en ont abordé plusieurs aspects importants. Nous citerons, pour mémoire, les recherches de Martyne Perrot sur le statut domestique de la femme (par exemple, in Bonnin, 1983), l’ouvrage historique de Guy Thuillier (Thuillier, 1977) qui dresse le catalogue des tâches et des activités domestiques, ou l’analyse du rôle des pouvoirs politiques et sociaux sur l’hygiène domestique et les savoirs ménagers dans le canton de Vaux (Heller, 1979)· Nous avons étudié déjà le rôle des femmes dans la fabrication des produits laitiers, en insistant sur la complémentarité entre espace de production et espace domestique d’une part, entre travaux masculins et travaux féminins d’autre part.

31Le travail des femmes se distingue de celui de leur conjoint par une plus grande routine. Lorsque le rythme régulier des activités est brisé, c’est par la nécessité d’aider au travail agricole : ramasser les pommes de terre, arracher le chiendent, aider à la fenaison ou préparer les fêtes, ce qu’elles font toujours plus activement que les hommes.

32Au lever, entre 5 h 1/2 et 6 h selon les maisons, on ouvrait tous les lits pour les aérer, et on préparait le » dîner ». On se mouillait juste le visage et les mains, dans levier ou dans l'abreuvoir, avant d’avaler un bol de café.

33Les tâches étaient partagées entre mère et filles ; l'une faisait la vaisselle dans un baquet posé sur l’évier, avec de l’eau chaude, mais sans savon parce que l’eau grasse était ajoutée à la pâtée des cochons. Après le repas, une autre était chargée des lits :

Ma mère faisait son point d'honneur d'avoir les lits bien carrés, malgré qu'il n'y avait pas de matelas et pas de sommier, mais seulement des paillasses (vers 1920). Et les oreillers il fallait les mettre bien droits, d’une certaine façon. Et tous les matins fallait que les lits soient faits entièrement. Alors que maintenant je suis sûre que les jeunes, ils font pas leurs lits tous les jours.

34Chez la plupart des femmes, les lits étaient l’objet d’un soin attentif. Mais on balayait et on lavait beaucoup moins que maintenant, même dans les fermes plus récentes où la terre battue des sols de cuisine avait cédé la place à des chapes de ciment ou de chaux.

Maintenant les gens ils sont esclaves du moderne. Quand les hommes ils rentrent, il faut qu'ils changent de chaussures. Ah la la ! (...) Les autrefois ils rentraient avec leurs galoches ! Directement de l’écurie. Et puis y avait pas besoin de s’essuyer les pieds, puisque par terre c’était de la terre !(...) On balayait deux fois par jour, le matin et le soir, après manger. Mais on n’enlevait que le plus gros. Et puis fallait pas racler parce que sinon on enlevait la terre et ça faisait des trous.

35Souvent on aspergeait un peu d’eau avant de balayer, pour que la poussière ne vole pas. Les balayures étaient poussées dans la cour. Dans la plupart des maisons, seule la salle et la laiterie étaient nettoyées quotidiennement. La grande chambre faisait généralement l’objet d’un seul ménage hebdomadaire mais plus complet.

36Les repas étaient préparés une fois par jour, généralement après le « dîner » et le ménage du matin. Toutes les épluchures étaient données aux cochons. Le repas principal était le « goûter » de midi. C’était le seul dont l’ordinaire variait, généralement suivant une périodicité hebdomadaire. Chez les Venet, à Pomeys, le dimanche on achetait du pot-au-feu, ou on faisait bouillir une poule qu’on accompagnait d’un plat de riz (autrefois, jusqu’au début du siècle, c’était le ragoût de mouton avec des pommes de terre, le barbotton). Le lundi, pommes de terre cuites avec les os et le bouillon. Mardi et mercredi, du salé avec choux, raves ou pommes de terre. En été, c’était parfois des petits pois ou des haricots. Le jeudi, parfois, un morceau de bœuf acheté la veille au marché de Saint-Symphorien. Le vendredi, morue et fricassée de pommes de terre. Le samedi on renouvelait le menu du mardi.

37Pour les repas, toute la maisonnée prenait place à table, valet et bonne compris. Il était mal vu que les hommes se fassent servir, ce qui se produisait parfois. Et surtout qu’ils viennent demander qu’on leur prépare un en-cas à n’importe quel moment de la journée.

38Pourtant, bien souvent, il y avait deux régimes alimentaires : l’un masculin, pris à heures régulières, composé pour l’essentiel de viande (parfois de poisson) très salée et de pommes de terre ; l’autre, féminin, pris un peu tout au long de la journée, à base de produits laitiers peu ou pas salés et de pain. Les hommes mangeaient du fromage et du pain en quantité, mais, à l’inverse des femmes et des enfants, ils appréciaient peu les pou, un genre de sauce béchamel légèrement salée ou sucrée mais sans beurre, qui mijotait à feu très doux dans une grande marmite dans laquelle on trempait des morceaux de pain. Les femmes mangeaient bien du lard, mais la plupart le trouvaient trop salé.

39L’après-midi était, en partie, réservée aux travaux hebdomadaires. Le lundi, c’était la buye du linge de corps, la lessive, qui commençait souvent le matin.

La lessive, on la faisait dans la cour, dans un grand baquet (...). Chez nous il y avait un gros caillou dans la cour. Alors on prenait le linge dans le baquet et on le décrassait sur le caillou.

40Après cette première opération, le linge était mis à bouillir avec de la cendre de bois dans une lessiveuse posée sur le fourneau. Après cela, on allait le rincer à la pechure, une mare souvent maçonnée dont le fond était empli de cailloux. Contrairement à ce qui est décrit pour nombre de régions, il ne semble pas que le rinçage du linge ait été l’occasion, pour les femmes, de tenir entre elles des propos grivois. Le linge était mis à sécher dans les greniers.

41Le mardi était le jour de fabrication du beurre, que nous avons déjà décrite, et le mercredi celui du marché, qui prenait toute la journée. Le jeudi était réservé au repassage, et le vendredi au raccommodage. Le samedi, on faisait le ménage de la grande chambre, dépoussiérant les meubles, lavant par terre, nettoyant les miroirs.

42Une ou deux fois l’an, c’était la grande buye, à l’automne et au printemps. On lavait les draps, nappes, torchons et serviettes qui avaient été étendus, sales, au grenier. Le linge était lavé dans la lessiveuse, puis porté à rincer à la péchure ou au lavoir. Mais il était assez fréquent, même dans les foyers paysans, que les grandes lessives annuelles soient confiées à des lavandières.

43Contrairement à la tradition des maisons bourgeoises, il n’y avait pas à proprement parler de « grand nettoyage de printemps ». Toutefois, vers la fin de l’hiver, avant que les travaux agricoles ne reprennent en plein, tous les beaux meubles de la grande chambre étaient cirés et astiqués. Ils devaient briller comme des miroirs. Armoires, commode et la table ronde étaient ainsi frottés et encaustiqués énergiquement. Ensuite, il suffisait de passer un chiffon dessus, à l’occasion de la visite du curé, du propriétaire, ou d’un quelconque repas de communion pris dans la pièce.

III- Gérer

Chez nous, le mercredi, la maman se débrouillait pour vendre des œufs, des poules, des fromages..., pour acheter ce qu'il fallait pour la maison, l’épicerie, pour habiller les enfants (...). La vente des veaux, c’était l’affaire du père. Avec le cochon et les pommes de terre. C’était bien deux caisses différentes. Et d'ailleurs, il y a bien des gens qui ont hésité à donner le lait (à une coopérative qui organisa le ramassage quotidien dans les années 60). C’est pour ça. Parce qu’ils payaient tous les mois. Ils disaient : mais comment on va faire, on aura pas notre argent les mercredi ! (...). Ça a changé complètement le budget des femmes quand on fait plus que l’élevage laitier. Avant elles se débrouillaient.

44Cette « double caisse » était la règle à peu près partout. Dans quelques foyers l’homme récupérait, après le marché, le solde des achats de son épouse, chose suffisement rare et mal acceptée pour que les femmes du village la dénoncent encore, après quarante ou cinquante ans. Mais généralement la « double caisse » était suffisamment ancrée dans les habitudes pour que les filles mariées dans les années soixante-dix tiennent à perpétuer les petites productions fermières pourtant peu rentables :

Le Raymond, il y a trois ans, il disait que la Marie il fallait qu’elle ait ses sous pour elle. Chez elle ça avait toujours été comme ça. Il faut que les femmes elles aient leurs sous pour elles. Des gens qui ont 40 ans.

45En dehors des courses faites au marché, cet argent était utilisé pour confectionner le trousseau des filles.

Quand j’ai eu 18 ans, ma mère elle m’a acheté des draps, et un service de table qu’elle a fait broder.

46Lorsque les enfants, garçons et filles, atteignaient les 18-20 ans et gagnaient un peu d’argent en travaillant chez les uns ou chez les autres, la mère leur recommandait de se constituer un trousseau :

On les poussait à acheter du linge de toilette, des nappes, des serviettes. Le linge on l’achetait parfois à St Sym. Mais il y en avait aussi qui faisaient des tournées, tous les six mois. Il y avait la maison Eymain, et puis la maison Grangeard de Pannissière.

47Les trousseaux étaient plus ou moins importants selon la richesse de la famille. Seules les filles des familles aisées brodaient elles-mêmes leurs trousseaux, surtout après la guerre de 14/18, ayant appris la broderie « dans les écoles des sœurs ». Les autres, dès 12 ans, quittaient l'école, avec quelques notions simples de couture et de tricot. Les garçons recevaient surtout des chemises, parfois des draps.

  • 5 Dès la fin du XIXe siècle, les revenus complémentaires de l'industrie rurale à domicile déclinèren (...)

48Plus la ferme était petite, plus l’apport de la femme prenait d’importance dans le budget familial. Dans les plus grosses exploitations, le paysan vendait des pommes de terre, un peu de blé, des légumes (haricots, petits pois...), des veaux de deux mois ; il engraissait souvent quelques cochons. La part de l’épouse dans le patrimoine commun était alors surtout représentée par ce qu’elle avait apporté en dot, argent ou parcelles de terrain. Chez les « petits » et les fermiers, la dot était souvent très faible, presque entièrement représentée par l’armoire et le trousseau. C’est chez eux, plus souvent que chez les « gros », que la gestion du budget quotidien était l’occasion de disputes. L'homme cherchait souvent à récupérer une partie de l’argent gagné par son épouse pour acquérir une parcelle ou pour nourrir les bêtes. La femme, elle, vendait moins de beurre et de fromages que sa voisine plus aisée, mais elle tenait quelques chèvres qui se nourrissaient sur les chemins, et faisait des cabrious, petites tomes michèvre très recherchées ; elle portait au marché des baies, des pissenlits, des champignons, des noix et des châtaignes ; au printemps, elle lavait le linge des grosses fermes. Alors que son conjoint devait souvent attendre l’été, au moment où son activité de paysan était à son comble, pour louer ses services dans une commune voisine5, elle-même trouvait toute l’année des revenus complémentaires.

49Mieux que les espaces ou les techniques, les budgets illustrent cette complémentarité des rôles très particulière de la vie rurale des Monts du Lyonnais. Nous l’avons dit à plusieurs reprises, le patrimoine, le maison, l’équipement, le capital symbolique sont masculins. Nous venons de le voir, la gestion quotidienne du foyer, l’entretien des hommes qui produisent, sont féminins. La « double bourse » illustre parfaitement cette situation : les hommes écoulent les productions pondérales et onéreuses, quelques jours dans l’année, à un négociant avec lequel ils négocient leur prix ; les femmes vendent les produits fermiers chaque semaine, à des coquetiers et à des particuliers. L’argent masculin va presque exclusivement au fermage ou à l’entretien de l’exploitation, le solde étant épargné pour l’avenir et pour doter les enfants ; l’argent féminin va presque exclusivement au fonctionnement quotidien du foyer, le solde étant mis de côté, dans la cachelière de l’armoire de la femme, pour constituer les trousseaux et garder de quoi être enterrée décemment. C’est bien avec les vaches achetées par son mari que la femme fait des fromages et du beurre ; mais c’est parce qu’elle produit elle-même et qu’elle est une bonne gestionnaire que l’homme peut se permettre de vivre et de manger sans entamer son patrimoine matériel et financier.

IV- Fêtes et convivialité à la maison

50Alors que les activités productrices s’appuyaient sur une main-d’œuvre et des moyens essentiellement domestiques, qu’elles étaient centrées sur l’exploitation, terres et bâtiments, certains moments de détente et quelques fêtes réunissaient traditionnellement les maisonnées. Selon leur nature, le cercle des invités variait, mais tous ces moments de détente, qu’il s’agisse de fêtes ou de veillées, se rejoignaient en deux points : ils étaient l’occasion d’un repas ou, au moins, d’un casse-croûte ; et tous les commensaux se trouvaient liés dans un système de réciprocité dans lequel ils devaient rendre un jour à leur hôte l’invitation qui leur avait été faite. Selon les moments, étaient invités la parenté, le voisinage, ou les deux à la fois. Plus que les festivités ou les pratiques elles-mêmes, qui ne sont pas notre sujet, c’est la faculté de relier entre elles des maisonnées qui nous intéresse ici. Notre objectif n’est donc pas de faire le répertoire de la sociabilité domestique, mais de comprendre comment la convivialité est utilisée pour lier des maisons les unes aux autres.

51Les principales cérémonies domestiques étaient sans conteste les fiançailles et le mariage. Elles ont déjà été décrites pour Montrottier (Cerclet, 1985), et nous nous contenterons de mentionner les principales différences que nous avons notées.

52Dans la vie quotidienne, jeunes gens et jeunes filles étaient séparés. Il leur était fort difficile de se rencontrer sans attirer l’attention. « Quand un garçon voulait fréquenter une fille, alors il allait se faire valet dans la ferme ». De cette façon, le père pouvait tester les qualités de son éventuel gendre, au travail mais aussi dans sa vie de tous les jours puisque l’usage voulait que les valets vivent dans les familles de leur patron et qu’ils soient traités comme les fils aînés. Quand les jeunes gens décidaient de se marier, les deux familles se réunissaient chez les parents de la fille pour s’accorder sur une date et discuter des biens qu’ils entendaient céder à leurs enfants. Les fiançailles et la messe nuptiale avaient lieu dans la paroisse de la jeune fille, mais, contrairement à ce qu’a décrit Denis Cerclet, le repas de noces se faisait plutôt dans le futur logement des mariés, c’est-à-dire, le plus souvent, chez le garçon, conformément à la tradition du Jarez (Fortier-Beaulieu, 1945). Le repas de fiançailles, offert par les parents de la jeune fille, était un repas familial rassemblant les parents, grands-parents, oncles et tantes des deux côtés. Il suivait ou précédait de peu la signature du contrat de mariage – réservé, depuis au moins un siècle, aux familles les plus aisées – deux ou trois semaines avant le mariage.

53La cérémonie civile avait lieu généralement la veille de la cérémonie religieuse. À la sortie de la messe, vers 11 heures le matin, on se retrouvait au café, puis on allait se faire prendre en photo.

54Jusqu’au début du siècle, cela se faisait souvent devant le portail de la ferme des jeunes mariés. Plus tard, l’habitude sera d’être photographié devant le parvis de l’église ou devant le café. On montait ensuite dans les chars à bancs ou sur les chevaux pour se retrouver chez le garçon, vers 15 heures. Le repas durait jusque vers 2122 heures. Lui succédait un bal, qui en hiver se tenait dans la grange, et en été de préférence dans un pré. Vers 2 heures du matin, on se mettait à table à nouveau pour un second repas qui durait jusqu’au petit matin. Il rassemblait surtout les jeunes gens, les parents et les « anciens » s’étant généralement éclipsés au moment du bal. Pendant ce repas, les mariés allaient se cacher dans une grange ou dans une maison voisine, et vers 5-6 heures on leur apportait le pot de chambre, la socane.

55Le lendemain des noces, les parents devaient normalement avoir quitté le foyer, laissant le lit conjugal de la « maison » à leur fils et leur belle-fille. Les frères et sœurs des mariés et les jeunes gens du village offraient leur cadeau : un miroir, et parfois des casseroles.

  • 6 On pourra lire, sur le thème de ces micro-scénographies domestiques, leur organisation et le lien (...)

56La noce était la seule occasion où la ferme était totalement ouverte aux invités, parfois étrangers au village. La création d’un « chez » débutait ainsi par la présentation publique de l’espace privé. La cérémonie qui avait lié un couple nouveau à la communauté était symbolisée par l’installation d’une petite mise en scène posée généralement sur une commode de la grande chambre : la couronne de la mariée était exposée sous une cloche en verre, entourée de quelques photos du mariage auxquelles s’ajouteront, avec le temps, celles des enfants et des petits-enfants. C’est une espèce d’autel domestique et laïque autour duquel sédimenteront les principaux souvenirs familiaux dont il est d’usage de discuter avec les proches : naissances, communion, service national pour les garçons, mariages des enfants, décès...6

57Les groupes domestiques pouvaient également être mis à contribution à l’occasion de certaines fêtes calendaires. Ainsi, par exemple, chaque quartier, chaque hameau, préparait Carnaval pendant tout l’hiver. On nettoyait les prés, on taillait les haies et les sous-bois. Deux semaines avant le jour de la fête on transportait les branchages dans une ferme différente chaque année. Le soir venu, les mariés de l’année, s’il y en avait, mettaient le feu aux fagots.

On s’habillait à la renverse, on sautait par-dessus le feu, et on faisait un repas autour. On mangeait du sambardin (saucisson fait des bas morceaux) et des bugnes. Et puis après, on faisait la pesée. On fixait une corde à une poutre, on y mettait la balance.

58L’un après l’autre, garçons et filles étaient pesés et on blaguait sur leurs changements de poids susceptibles d’intervenir d’ici la fin du Carême, à laquelle une nouvelle pesée serait faite. Déguisés en filles, ou les vêtements retournés, les garçons allaient ensuite dans les maisons des récalcitrants qui n’avaient pas participé à la fête pour se faire offrir du vin et de l’omelette.

59Présents dans tout le sud des départements de la Loire et du Rhône, les feux de Carnaval, auxquels correspondent les feux de Brandon (le dimanche et la Quadragésime) dans le nord des deux départements, seraient une coutume liée à l’installation de nouveaux mariés dans le hameau (Fortier-Beaulieu, 1945 : 338 et suiv.).

Ce sont les jeunes femmes qui doivent allumer le feu dans un geste symbolique qui montre qu’elles seront les gardiennes de leur propre foyer. (ibid. : 349)

60Nous ne nous prononcerons pas sur cette interprétation, peut-être un peu rapide, mais il faut reconnaître que les rituels autour des feux de Carnaval, en mettant en scène les jeunes gens et les maisonnées nouvellement constituées, exprimaient fortement les liens de voisinage.

61Les travaux, domestiques ou agricoles, donnaient lieu à d’autres réjouissances. Nous en citerons deux, très proches dans leur déroulement, le repas de la batteuse et le repas du déménagement. Entre les deux opérations, les similitudes étaient nombreuses. Débutant tôt le matin, elles se déroulaient dans la journée, ponctuées à midi par un repas copieux. Seuls ou presque les hommes en étaient chargés, se faisant aider par les fermes des alentours. Pour les déménagements, les futurs voisins venaient les premiers donner la main : « C’était la première entr’aide » comme nous l’a dit la fille d'un fermier.

62Quand les locaux le permettaient, le repas se tenait dans la grande chambre, sur la table ovale à rallonges ou sur des tréteaux. L’une et l’autre étaient recouvertes d’une nappe, plus tard d’une toile cirée, mais on mangeait dans de la vaisselle de tous les jours. Pour s’asseoir, on apportait les bancs de la cuisine. Lorsqu’il n’y avait pas de chambre, le repas était pris sous le hangar. Les menus étaient fort semblables : saucisson, jambon cuit, pot-au-feu ou civet, pommes de terre, fromages frais et secs, pâtés aux fruits pour le dessert. Tout le repas était accompagné de vin.

  • 7 Pour ce paragraphe nous nous inspirons à plusieurs reprises des travaux de la Maison de Retraite d (...)
  • 8 Le nom de « jésus » proviendrait de la similitude avec un nourrisson couché dans son berceau.

63Le voisinage était intéressé aux activités de la maison à d’autres occasions, en particulier pour la fête à cayon, l’abattage du cochon. Chaque famille tuait par an un porc ou deux entre la fin du mois de novembre et le mois de mars7. L’abattage était normalement fait par un charcutier professionnel. Les voisins étaient invités à apporter leur aide pour tenir et attacher le cochon sur une herse qu’on dressait. Le charcutier lui tranchait la carotide, le buclait et lui raclait la peau. Ensuite, il lui coupait la tête, les quatre pieds, les jambons, sortait les tripes et les boyaux, découpait le lard et les côtelettes. Les hommes récupéraient le sang, lavaient les boyaux et la tête, préparaient le boudin et les saucissons. Avec les gros boyaux on faisait les « jésus », de forme courte et large8, et l’extrémité rectale était pour la « rosette », plus mince et longue.

64Avec des morceaux de boudin, des abats et des pommes, les femmes cuisaient la fricassée que les enfants portaient aux voisins et aux parents. Certains morceaux étaient mangés frais, mais la plupart étaient salés dans le charnier, rangé dans le grenier devant une ouverture placée au nord. Il était fréquent que les jambons soient vendus, ainsi que quelques saucissons. Les hommes se partageaient le boudin, ouvraient une bouteille de » kirsch » (eau-de-vie) ou de vin qu’ils buvaient sous le chapit.

65Quotidiennement, la sociabilité domestique se déroulait à l’occasion des veillées. Pendant l’hiver on s’invitait entre voisins, à tour de rôle, pour jouer à la manille, discuter, fabriquer des ruches en paille. Le côté informel favorisait les échanges gratuits. On transmettait les nouvelles de tel ou tel, on recherchait la parenté d’un jeune couple qui allait se marier, on se passait des recettes de médication, on racontait des légendes du pays ou de vieilles histoires sur les origines de sa famille. On prenait les chaises de la « grande chambre », et on s’asseyait en rond autour du poêle de la cuisine. Au début de l'hiver on faisait griller quelques châtaignes ; on mangeait des nèfles, ou on réchauffait la marmite des pou.

V- Des pratiques d’échanges multiples

66Repliées en apparence sur elles-mêmes, souvent isolées au centre de l’exploitation, les fermes n’en étaient pas moins liées les unes aux autres par un ensemble de prestations assez complexes. Certaines masculines, d’autres féminines, elles associaient les maisonnées voisines bien plus que les maisonnées parentes. Les règles de l’échange étaient assez précises, fonctionnant suivant les mêmes principes que ceux décrits à Minot (Zonabend, 1980,) de manière indépendante des stratégies matrimoniales (ce qui ne signifie pas que stratégies matrimoniales et échanges de services ne puissent pas, parfois, se rejoindre). En revanche, ces pratiques recoupaient en bien des points celles de la sociabilité : on s’échangeait, entre voisins d’abord, des coups de main, des visites, et des biens.

67Entre eux, les hommes s’échangeaient surtout des services. Certaines techniques exigeaient un savoir-faire particulier que tous ne possédaient pas complètement :

Le pailli c’est ce qu'il y a de plus difficile à faire. Alors certains étaient spécialisés et venaient chez les autres. C'est difficile parce que la paille, elle est braquée (moulue). Il faut la lier à la ficelle ou à la bille (paille servant de lien).

68On faisait des clés (des bottes rondes) qu’on posait les unes à côté des autres, en couches successives. « Le plus dur, c’était d’avoir l’œil pour la quantité. Parce que il fallait pas se louper ». S’il restait un peu de paille une fois le pailli terminé, on en faisait un petit à côté. Une demi-journée à une journée étaient nécessaires pour le monter. L’homme se faisait payer en journées de travail, rendues généralement au moment de la moisson ou du passage de la batteuse.

69D’autres savaient tuer les cochons, découper les carcasses, faire les saucissons. Ceux-là étaient plutôt payés en nature, de quelques côtelettes ou d'une bouteille d’eau-de-vie. S’il fallait remonter un mur ou construire un hangar, on demandait à un voisin qui connaissait la technique du pisé et possédait l’outillage minimal plutôt que d’appeler le maçon. Pour les labours, on allait en chercher un autre qui possédait un cheval. Il se mettait alors devant les vaches qui tiraient la charrue, afin d’accélérer l’opération.

70Pour tous ces travaux, l’étalon du service était la demi-journée de travail, sans tenir compte de la qualification de la tâche. Les hommes étaient nourris et après la guerre de 1914-1918 on leur donnait du vin. Il était exceptionnel que les journées ne fussent pas rendues. Toutefois, la qualité du repas offert, qui devait impérativement comporter de la viande, était variable. Dans certaines maisons, les faucheurs mangeaient lard et saucisson, parfois une omelette, alors que dans d’autres le menu était fort douteux :

En 32 on avait été faucher chez un voisin. C’était après la Saint-Jean. Ils nous avaient servi une soupe d’oreilles de porc ! Je vous dis que ça ! C’était pas trop nettoyé, mais ça donnait du goût à la soupe (...) J’en avais jamais mangé chez nous. Ces oreilles, elles étaient jaunes comme ces murs !

71On se prêtait rarement du matériel, toutes les fermes étant équipées à peu près de la même façon. Les machines, comme les batteuses, appartenaient à des entrepreneurs, ou quelque grosse ferme et leur location était plutôt payée en espèces. En revanche, les animaux étaient l’objet d’échanges pour la reproduction. On demandait au voisin un bélier, un verrat ou un bouc pour saillir ses femelles.

72Alors que le travail masculin se déroulait surtout dehors, au vu et au su de tous, l’essentiel des activités féminines avaient pour cadre l'intérieur de la ferme. Les hommes possédaient des techniques et des savoir-faire, les femmes des recettes, avec tout ce qui s’attache d’intime et de mystérieux à cette notion. Il suffit de voir, pour s’en convaincre, les difficultés qu’avait une belle-fille pour connaître les » secrets » de sa belle-mère.

73Sauf pour les veillées, on ne se rendait pas visite gratuitement, hommes comme femmes. Sur les chemins, au bord des haies, les hommes pouvaient sans mal trouver du temps pour discuter. Leurs épouses, ayant moins de raisons d’être dehors, profitaient de divers prétextes pour se visiter entre voisines. Elles allaient chercher des artisons, du cailli ou un peu de présure pour les fromages. Si l’un des enfants avait mal à la gorge, on demandait du miel. On s’échangeait un coq ou un lapin pour faire des croisements, parfois des œufs qu’on faisait couver à ses poules. En plus des produits de la ferme, les femmes se prêtaient de l’eau bénite, du buis, des recettes ou des plantes médicinales. Lorsque quelqu’un s’était brûlé on demandait à Marguerite Guyot de la mèke, un genre d’onguent qu’elle fabriquait, avec un plant d’« herbe de Saint-Sabin », ramenée d'un pèlerinage dans ce village du Pilat, qu’elle avait plantée dans son jardin. Les échanges entre femmes étaient nombreux, mais toujours modestes. Elles ne s’attendaient pas à être payées en retour et, contrairement à ce qui se passait pour les hommes, il n’existait pas d’unité de compte pour rendre le service.

74Pour clore ce chapitre, il faut dire quelques mots des relations dépassant la sociabilité de voisinage. Nous avons vu que les échanges matrimoniaux permettaient de reconstituer la cohérence des exploitations dispersées par les successions. Il s’agit d’un thème connu sur lequel nous ne nous étendrons pas. En revanche, l’embauche de valets et de bonnes que nous avons déjà mentionnée était l’objet entre les fermes d’un vaste système d’échanges trop souvent ignoré des ethnologues. Nombre d’agriculteurs embauchaient un jeune valet ou une bonne alors que leur fils ou leur fille du même âge » allaient à maître » dans des fermes parfois fort éloignées. Garçons et filles tournaient ainsi souvent dans plusieurs exploitations de différentes communes. Jeunes, ils étaient placés d’abord chez un oncle ou une tante. Ils cédaient l'argent gagné à leurs pères qui, souvent, le mettaient de côté pour leur constituer dot et trousseau. Vers l'âge de vingt ans, ils retournaient à la ferme familiale ou ils cherchaient eux-mêmes un patron, lorsqu’ils n’étaient pas destinés à prendre la succession de leur père. L’objectif des valets était double : chercher une jeune fille avec laquelle se marier, et trouver un maître qui les paie suffisamment pour leur permettre d’économiser de quoi acquérir une exploitation.

75À travers ces diverses situations, nous voyons bien apparaître les enjeux de ces pratiques d’échanges. Certes, elles favorisent la sociabilité et facilitent l’exécution de nombre de travaux. Mais elles contribuent surtout à rompre l’isolement spatial et économique des « maisons ». Les pratiques festives des feux de Carnaval s’appuient sur le hameau qui était la forme ancienne de groupement de l’habitat. La sociabilité et l’entr’aide ont repris ce découpage ancien de l’espace, et lorsque la dispersion des fermes s’est fortement accentuée au XIXe siècle, le voisinage a continué à former la base des relations sociales. Au XIXe siècle, dans cette société de petits propriétaires exploitants, l’individualisme que peut signifier l’essor des constructions à cours fermées a trouvé son complémentaire dans un fonctionnement communautaire qui poussait à l’échange et stigmatisait celui qui s’isolait sans prendre part aux pratiques collectives. Le rôle du quartier comme espace de sociabilité est, aujourd’hui encore, tout à fait important. C’est sur cette base que se constituent depuis quelques années les équipes liturgiques, mises en place afin de pallier à l’insuffisance du nombre des prêtres et pour revitaliser les pratiques religieuses. C’est aussi le quartier qui sert au choix des conseillers municipaux avant une élection : chaque liste prend soin d’être la plus fidèle possible à la géographie communale (en réalité, il est exceptionnel qu’existe une liste concurrente à celle du maire sortant). Enfin, les prêts de matériels agricoles et les échanges de services entre voisins ont permis, depuis les années soixante, le maintien de nombreuses exploitations en limitant le surendettement.

Notes

1 La systématisation de cette notion serait plutôt l'œuvre d'architectes fonctionnalistes, tel Le Corbusier (Pezeu-Massabuau. 1983 : 190).

2 Les termes de Höderlin sont : l'« homme habite en poète... » (cité par Henri Lefebvre in Haumont... 1967).

3 L'économie, les modes de vie et les travaux paysans des Monts du Lyonnais sont, depuis quelques années, l'objet d'un recueil systématique auprès de personnes âgées de la région. Ces « ateliers du passé » sont réalisés par la Maison de retraite de Saint-Martin-en-Haut. grâce au travail de deux animateurs. Monsieur Venet et Madame Garrel, et sous la conduite scientifique de Marguerite Gonon, chercheur au C.N.R.S. Un ouvrage rassemblant les résultats de ce travail a été récemment édité.

4 Si l'on en croit certains membres de la Société Royale d'Agriculture de Lyon, au milieu du XIXe siècle, dans de nombreuses fermes du Lyonnais, les tas de fumier étaient exposés à la pluie et au ruissellement. ce qui était fort préjudiciable à leur qualité d'engrais (B.M. de Lyon. Fonds Ancien. Mémoires de la Société d'Agriculture.... cote 5575).

5 Dès la fin du XIXe siècle, les revenus complémentaires de l'industrie rurale à domicile déclinèrent rapidement au profit de la création d'emplois industriels à Saint-Symphorien

6 On pourra lire, sur le thème de ces micro-scénographies domestiques, leur organisation et le lien qu’elles permettent d'entretenir avec la mémoire familiale, notre article dans Terrain, 1989.

7 Pour ce paragraphe nous nous inspirons à plusieurs reprises des travaux de la Maison de Retraite de Saint-Martin-en-Haut (voir bibliographie).

8 Le nom de « jésus » proviendrait de la similitude avec un nourrisson couché dans son berceau.

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540