Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Mémoire domestique. La maison rurale des Monts du Lyonnais

 | 
Michel Rautenberg

Deuxième partie. Habitat et architecture rurale dans les monts du lyonnais

Chapitre II. Les étapes de la construction

Texte intégral

1Connaître et analyser les bâtiments d’une ferme est une entreprise plus complexe qu’il n’y parait. Les bâtiments sont des lieux privés, souvent habités et exploités. Or, pour comprendre leur histoire et leur usage, il est indispensable de les visiter longuement et d’obtenir la pleine participation des propriétaires et des occupants, qui les connaissent souvent très en détail. Nous avons donc travaillé en ethnologue, effectuant de nombreuses enquêtes de terrain, en laissant toute sa place à une certaine familiarité des relations avec les informateurs.

2Les légendes, les symboles, les multiples représentations qui sont attachées à la maison traditionnelle, ici comme ailleurs, appartiennent à la mémoire collective des communautés. À mesure que les enquêtes progressaient, la maison et la vie domestique des familles devenaient l'objet de témoignages de plus en plus nombreux. Les gens des Monts du Lyonnais sont discrets et répugnent à parler les uns des autres. En revanche, réunis devant un verre d’apéritif ou, plus souvent, à l’occasion du café pris avec des biscuits vers 17 heures, les conversations s’animent et les échanges d’histoires de famille se multiplient.

3Une cinquantaine de fermes ont été visitées, dont 42 ont été retenues pour l’étude de l’architecture et des manières d’habiter, à Coise et dans les communes avoisinantes. L’histoire de chaque maison a pu être à peu près reconstituée, au moins depuis les débuts du XIXe siècle pour les plus anciennes, et parfois plus avant, en croisant informations orales, cadastre et archives publiques et privées.

I- La fondation d’une ferme

4Lorsqu’un paysan décidait de construire une ferme sur ses terres, il cherchait d’abord à la situer correctement en tenant compte de deux paramètres. Elle devait se trouver à proximité d’un chemin, de préférence bien entretenu par les cantonniers du village (à Coise, ils étaient deux au début du siècle, dont l’un faisait également office de garde-chasse), afin de faciliter les déplacements, parfois difficiles par temps humide ou de forte neige. Il choisissait ensuite un terrain de préférence à égale distance des « terres » situées généralement en amont et des prés en contrebas, proches des gouttes qui garantis saient une certaine humidité.

5On dit dans le pays que les vieilles fermes se trouvent dans des crayas, des creux, parce que les fons, les sources, y percent souvent. L’observation du paysage indique sans guère d’hésitation qu’en fait le site le plus fréquent a toujours été le replat, à mi-chemin du fond et du sommet des vallons. Au XIXe siècle, et encore parfois de nos jours, une fois la localisation approximativement fixée, on faisait appel à un sourcier qui indiquait avec précision l’endroit où construire, pour que le puits soit creusé dans la cour ou sous le chapit.

6Deux facteurs importaient dans le choix d'une source : la profondeur de la nappe phréatique, car on estime que plus l’eau est profonde meilleure elle est, et son débit, parce que la région, bien qu’humide, est sujette régulièrement à des sécheresses estivales assez dommageables pour l’élevage laitier. Mais il est fréquent que, faute d’eau en quantité suffisante, on construise un système de rigoles ou de canalisations qui recueillait l’eau des boutasses et des multiples filets qui sortaient dans les prés. Elles alimentaient une citerne qui fournissait les abreuvoirs. Il est significatif, à cet égard, que beaucoup de conflits entre Coisataires, dont on trouve trace chez les notaires, viennent de litiges sur les droits de propriété de l’eau. D’autre part, très souvent le puits était doublé d’une fon à lait, creusée dans la cave, destinée à conserver au frais le beurre et les biches à lait.

7Pour M. Roux, qui était entrepreneur de maçonnerie, on construisait à proximité des sources, sans forcément utiliser les services d’un sourcier, qu’il fallait payer, en nature ou en espèces. On lui demandait aussi de retrouver les bornes des parcelles. Mais dans les deux cas la technique était la même. Le sourcier officiait avec le pendule ou, plus souvent, la baguette de coudrier (noisetier). Il prenait la baguette qu’il pliait entre ses deux mains, et parcourait lentement les terres à la recherche des « filons ». Il s’inspirait de la couleur du sol, de la morphologie du terrain, de l’aspect et des espèces des plantes. À mesure qu’il approchait d’une nappe la baguette se mettait à trembler et l’homme transpirait à grosses gouttes. Lorsqu’il était juste à la verticale de l'eau, la baguette tournait entre ses mains, le nombre de tours était sensé indiquer sa profondeur.

8À Coise, on se souvient du Père Gairal, de Sérézin (il s’agit d’une petite commune située sur les bords du Rhône), qui trouvait les sources sur une reproduction du plan cadastral. On avait fait appel à lui en 1944 pour connaître les puits qui pouvaient être creusés dans le bourg. Sur les plans qu’on lui envoyait, il marquait le lieu et la profondeur de l’eau. Les Coisataires découvrirent ainsi que leur village avait été bâti sur une importante nappe phréatique, et quatre nouveaux puits furent creusés sur les indications de l’ecclésiastique. Nous ne nous prononçons ni sur la justesse de ses résultats, ni sur les méthodes employées. Nous voulons seulement signaler à travers cet exemple comment les aspects techniques et sacrés étaient étroitement associés dans la fondation d’une maison ; en outre, il faut savoir que la carte géologique du département étant déjà réalisée à cette époque, il est probable que quelqu’un connaissant bien le pays pouvait s’en inspirer pour deviner la localisation des nappes.

9S’il n’y avait pas de serve à proximité, les maçons creusaient d’abord un puits. Surtout si la maison était construite en pisé, ils employaient de grandes quantités d'eau. On canalisait tous les petits filets d’eau qui, en passant sous la maison, l’auraient rendue humide. On marquait à la surface du sol l’emplacement de la nappe telle que le sourcier l’avait décrite, et on commençait les fondations un peu de côté. On creusait jusqu’à la roche ou le gore, afin que les murs reposent sur une assise solide. En effet, quasiment toutes les fermes sont bâties sur un rocher, qui affleure souvent dans la cour quand il est accompagné d’une source, ou sous le bâtiment d’habitation. On peut remarquer que lorsque la municipalité de Coise décida de reconstruire le village au centre géographique de la commune, vers 1850, on choisit d’élever l’église sur le rocher le plus proéminent de l’endroit. Il fallait parfois creuser jusqu’à trois mètres, à la pioche. Les tranchées devaient souvent être étrésillonnées, afin qu’elles ne s’éboulent pas. On les remplissait ensuite de cailloux. Le travail de terrassement était fait par des ouvriers, alors que les pierres étaient transportées par les futurs occupants de la ferme, ou des valets du propriétaire.

10Les deux grands entrepreneurs de Saint-Symphorien et de Pomeys ont toujours fait des devis avant d’entamer un chantier ; il faut dire que tous deux possédaient des entreprises importantes, qu'ils tenaient respectivement de leur père et de leur oncle oncle. Ils étaient à la tête de plusieurs dizaines d’ouvriers (dont beaucoup étaient embauchés à la journée). Ils ont construit des fermes, mais surtout des immeubles, des usines... Pour les travaux de terrassement ils se faisaient payer à l’heure, et le reste (murs extérieurs et murs de refends), était facturé au mètre cube, tout étant compris, le travail, le matériel, les fournitures. Si le propriétaire avait quelqu’un à mettre à plein temps sur le chantier, le travail était entièrement facturé à l’heure. Selon les cas, le devis était compté « vide déduit » ou bien « plein comme vide », suivant qu’on comptait ou non les ouvertures dans le prix. Lorsque c’était « vide déduit », on comptait un supplément pour chaque ouverture et pour les angles.

11Monsieur Roux se souvient encore avoir entendu son grand-père parler des devis réalisés à la toise :

Je sais qu’ils en parlaient de cette histoire de toise. Mais c’est trop vieux pour moi. Je sais pas exactement si ça correspondait au m3.

12Il y avait deux toises en usage dans les Monts du Lyonnais : la toise de Lyon qui mesurait 2,568 m et la toise du pays dont la longueur était de 1,949 m. Toutefois, d’après Eugène Vial (qui s’inspire des « Comptes faits » de Lauradoux publiés en 1812, qui lui-même critique les résultats de la «Commission des Poids et Mesures » qui publia ses résultats en 1801) (Vial, 1920), la » Toise du Roy » était employée à Lyon, mais au XVIIIe siècle la majeure partie de l’actuel département du Rhône employait la « toise de Lyon ». Dans la construction, les vieilles mesures ont gardé longtemps toute leur place : d’après M. Marcel Venet, ancien maire de Grézieu-le-Marché et grand connaisseur des traditions de sa région, les banchées de pisé (voir infra) avaient une largeur de deux pieds « du Roy » (soit 2 x 0,324) et une longueur de 2 toises. Ces dimensions correspondent bien à la fois aux mesures que nous avons pu prendre, et aux informations de M. Roux. Nous pouvons ajouter que la hauteur des banchées était de 2,5 pieds.

13Il est difficile de savoir comment étaient élaborés les plans. L’entrepreneur ou l’artisan se mettait d’accord avec le client :

Les plans c’était seulement des mesures à prendre. Sinon c’était « Ah bin, celui-là il a fait comme ça, alors on va faire pareil ». C’était toujours le même modèle, on faisait comme le voisin, ou comme le grand-père.

14Ainsi, quand le maçon venait, son client avait déjà bien souvent des idées précises sur ce qu’il voulait. Il était allé chez un voisin prendre des mesures avec un cordeau, il connaissait les meilleures orientations (la cour ouvrant au sud ou à l’est, l’habitation au nord ou à l’est par rapport à la cour, lorsque les fenêtres ouvraient sur l’intérieur de la ferme). Certains s'inspiraient, paraît-il, des fermes construites par les ingénieurs des Ponts qui travaillaient pour les hôpitaux et les institutions religieuses, mais nous n’avons pas pu savoir précisément le rôle qu’avaient pu jouer ces bâtiments dans la diffusion des modèles, des procédés et des matériaux nouveaux (à notre avis il est faible, voire insignifiant en ce qui concerne le gros-œuvre).

15En fait, on avançait le plus souvent bâtiment par bâtiment, projetant le second une fois le premier terminé. Dans ces conditions, pour comprendre l’organisation de l’espace et des bâtiments de la ferme, il est fort utile de connaître l’ordre de construction des différentes parties. D’après toutes les informations dont nous disposons, on commençait toujours par monter les murs et le toit de la maison d’habitation. Ensuite on construisait l'étable et la grange, puis on reliait les deux par le chapit. Le quatrième mur pouvait être fait dans la continuité des pignons de l’habitation et de la grange, mais plus souvent on le bâtissait en dernier, une fois les trois autres terminés.

II- Maçonnerie en pierres ou en pisé   : procédés techniques, évolution historique et différentiation sociale

16Les fermes les plus anciennes, qui sont encore debout, sont presque entièrement construites en pierres. À partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle (nous n’avons pas pu établir de datation précise entre 1750 et 1789), le pisé apparaît quelquefois, puis il est de plus en plus employé, d’abord pour les bâtiments d’exploitation, puis pour tous les bâtiments. Au milieu du XIXe siècle, dans certaines communes, la plupart des fermes sont en terre (ce qui n’est pas le cas pour les maisons de village, par exemple à Coise). Dès 1875/1880, l’emploi de la pierre revient à peu près partout, et s’applique progressivement à tous les types de bâtiments. Le pisé reste utilisé pour bâtir quelques granges, étables et hangars, quand il n’est pas remplacé par le mâchefer.

17La lecture de certains témoignages relativise toutefois cette approche empirique.

Quoique la pierre soit commune et bonne dans le département, on y construit beaucoup en terre ou, suivant la manière de parler du pays, en pizay. Il y a des constructions de ce genre qui ont duré un siècle et demi. (Verninac, 1800, : 28)

  • 1 Nous avons été étonnés de constater l’absence de mention du canton de Saint-Symphorien et des comm (...)

18L’auteur ne précise malheureusement pas les localisations et on peut croire qu’il fait plutôt allusion à la vallée de la Saône et au plateau lyonnais où l’emploi de ce matériau est beaucoup plus ancien et prépondérant que dans la montagne. On doit surtout citer Cointeraux, architecte dauphinois monté à Paris au moment de la Révolution pour y propager ses idées nouvelles en matière de construction. L’une des principales était la diffusion des techniques de la construction en terre qu’il avait observée et décrite dans la région lyonnaise (en particulier le Bas-Dauphiné) (Cointereaux, 1790/1806)1.

19Nous avons donc deux hypothèses sur l’emploi local du pisé. Elles sont probablement plus complémentaires qu’antagonistes. Il reste certain qu’après la Révolution, la majeure partie des fermes de certaines communes (Coise, Saint-Martin, Saint-Symphorien, Saint-Denis, Grammond, Chazelles, etc...) ont été construites en terre, alors que dans les régions plus élevées comme Larajasse, la Chapelle... la pierre restait très employée. Aux siècles précédents, même si le pisé était connu, on réservait la terre probablement aux « masures » dont on parle parfois dans les actes notariés, et qui ont quasiment toutes disparu en 1986, au moment des enquêtes. Il faut également bien souligner que les murs en terre ont une durée de vie moindre que les murs en pierres, et qu’ils se réparent moins aisément. C’est la raison qui explique peut-être la disparition, dans les communes de plus faible altitude, de certaines grosses fermes déjà anciennes au XIXe siècle que nous avions signalée plus haut.

20Selon les lieux, la qualité et l’aspect des pierres sont différents. On trouve de grosses fermes construites avec des pierres en forme de pavés réguliers (par exemple à Chavanne, commune de Pomeys). À Saint-Pierre (commune de Larajasse), ce sont des pierres délitées. Un peu partout, dans les fermes les plus récentes, la dimension des pierres perd en régularité, mais les procédés de montage se sont modifiés par l’emploi de la technique dite « en filet » que nous étudierons un peu plus loin.

21Il existe également des différenciations d’ordre sociologique dans l’emploi des matériaux. Les églises et les chapelles sont toujours construites en pierres soigneusement appareillées, jamais en terre. De même, la plupart des maisons des bourgs (et plus encore celles de Saint-Symphorien) sont de préférence en pierre ou en mâchefer, surtout lorsqu’il s’agit de maisons de bourgeois et de commerçants. On peut aussi dire que l’aspect des pierres d’angle répond à une logique sociale : plus les propriétaires de maisons sont aisés, plus les pierres d’angle sont régulières, grosses, nombreuses et visibles. Au même moment, vers 1880/90, les grandes fermes de Buvalin et la Valletières, à Coise, sont bâties presque entièrement en pierres, alors que les petites fermes aux Peupliers sont en terre.

22La première qualité d’un maçon, qui le rapproche beaucoup du paysan, c’est de bien « sentir » la qualité de la terre qu’il utilisera. Il faut :

... de la terre bien fluide, pas de l’argile. C’est la terre « sauvage » qu'on l'appelle, celle qui est en dessous des mottes. Elle est encore assez noire, mais elle tire sur le marron. Celle là elle se serre bien.

23Monsieur Roux commençait par se promener aux alentours du lieu où il devait construire, afin de trouver le meilleur endroit pour creuser et extraire la terre. C’est en général dans un craya qu’il faisait son choix. Une fois le travail terminé, bien souvent, le trou sera transformé en boutasse.

D'abord on arrachait la motte, après on creusait. Quand la terre de dessous était trop fraîche, on mélangeait un peu de la terre noire de dessus pour l’étancher.

24De la qualité hydrographique de la terre dépendait, à la fois, la bonne tenue du mur, et la facilité du travail du piseur qui le montait. On la jugeait à l’empreinte du pied qui s’y posait : elle ne devait ni trop coller, ni être trop légère. La terre noire,

... s’écartait mieux. Quand on serrait, le pisou faisait sa place et la terre s’échappait de l'autre côté. Il fallait alors la prendre en menu.

25La terre trop légère, trop sableuse, devait être pisée par coups plus rapprochés et moins appuyés.

  • 2 Les techniques de construction en terre ont fait l'objet de nombreuses descriptions, tant pour la (...)

Si elle était convenable et à peu près sèche, quand on appuyait dessus ça faisait un peu comme quand on marche dans la boue. Le pied se connaît. La terre il y en avait de la bien meilleure que d’autre. Fallait qu’elle soit ni sableuse ni argileuse. Quand on tire une motte, parfois la terre reste collée. Celle-là c’est la meilleure. On la reconnaît à l’œil, mais surtout aux galoches parce qu’elle colle.2

26Le dispositif de base du maçon est le coffrage, ou « banche » dans lequel il tasse, ou » pise », la terre. La banche est composée de deux panneaux de planches brutes de scie clouée champs contre champs. Pour monter une « banchée » de terre (la plupart des termes sont des termes de métier qui n’ont rien de locaux), les deux banches sont mises face à face, posées sur deux ou trois traverses ou « clés ». Les clés sont des chevrons dont la section est généralement de 60/80 mm coupés à 120140/cm de longueur. A l’une des extrémités, elles ont une fente, dans laquelle entre un poteau vertical calé par un « chien ». À l’autre extrémité la traverse est percée de trous, dans lesquels entre un poteau ferré à ses deux bouts (d’où son nom, le.. ferré »). Une fois les banches posées sur les clés, on placait les poteaux et les chiens du côté intérieur du mur, et on y piquait les ferrés du côté extérieur. On posait ensuite les traverses du haut, en les enfilant dans les ferrés, les calant dans les poteaux opposés avec les chiens. Le réglage de l’épaisseur du mur se faisait par les différents trous de la clé. La plus fréquente était de 50 cm, mais il arrivait assez souvent qu’un mur de 40 ou 45 suffise, surtout pour les murs de refend et bâtiments de petites dimensions. Lorsque le pisé était assez haut, le maçon construisait son mur avec un « fruit » qu’il situait sur la face interne du mur afin qu’il soit à l’abri de la pluie. Les banchées faisaient entre 70 et 80 cm de haut mais d’autres maçons en construisaient des plus basses (plus elles sont hautes, plus la pression est forte sur les poteaux). Sur certains chantiers, quand les murs étaient moins épais les hanches pouvaient atteindre un mètre. Leurs longueurs variaient entre 2 et 4 m pour s’adapter à toutes les situations. Mais 3 m était de loin la plus fréquente ou bien, selon l’habitude plus ancienne, 9 pieds de 32,4 cm. (Figure 7)

27D’une façon générale, et plus encore lorsqu’il s’agissait de petits artisans, les variations de longueur et de hauteur étaient rares parce que les banches étaient assemblées une fois pour toute. Seule l'épaisseur pouvait aisément être modifiée. Le maçon cherchait à utiliser le plus souvent possible les banches de 3 m. Plus longues, elles étaient trop lourdes à manœuvrer. Plus courtes, le coût horaire s’élevait car l’augmentation du nombre de banchées multipliait les opérations de mise en place du dispositif.

28À partir du XIXe siècle, surtout, les habitations ont des largeurs intérieures presque toujours comprises entre 3,8 et 6 m. Or on voit que cette largeur correspond exactement à la dimension d’un mur de pisé monté en trois banchées alignées de 9 pieds chacune (2,9 m), 2 pieds et demi de haut (81 cm) et 2 pieds d’épaisseur (65 cm).

29Pour les habitations, le soubassement s’élevait en moyenne à un mètre du sol, mais, selon l’époque de construction et la pente de la cour, il pouvait aller jusqu’au plancher du grenier. Dans les bâtiments d’exploitation, l’emploi du pisé était plus fréquent mais seulement pour la grange, l’humidité des étables faisant s’effriter et « pourrir » la terre.

30La terre fraîche était montée à dos d’homme dans des corbeilles spéciales qui en contenaient entre dix et vingt litres. Les ayant posées sur leurs reins, les manœuvres grimpaient l’échelle et les versaient une fois en haut. Les plus habiles se confectionnaient une espèce de coussin, une « balle » avec un sac et du foin qu’ils se fixaient sur le front. Bien bourrée à l’arrière, la « balle » reposait sur les épaules, comme une hotte, ce qui augmentait l’assise des corbeilles qu’on plaçait dessus. Ces sacs donnaient d’ailleurs leur nom à une unité de mesure du travail du piseur et du porteur : on disait souvent « un mur fait tant de balles ».

31L’ouvrier installé en haut du mur était muni d’une pelle et d’un pisou, constitué d’un long manche terminé d’une masse cylindrique en bois dur. Il répartissait la terre dans le coffrage en couches régulières de 15 à 20 cm, les « mises ». Si la terre était trop sèche, il la mouillait un peu. Puis il la » serrait » avec le pisou qu’il lançait bien verticalement en commençant par un des bouts de la banchée. Sur les angles, à la jointure entre deux banchées, par-dessus, par-dessous et aux deux extrémités, il coulait une léchée de mortier de chaux, afin que la terre ne s’effrite pas au démontage du coffrage. Pour l’empêcher de s’affaisser, on terminait la banchée par un angle d’une quarantaine de degrés :

Fallait pas un angle trop rapide parce que ça n’aurait pas tenu. Si on le faisait trop long on perdait du terrain. On faisait la pente d’une quarantaine de degrés afin de pouvoir bien accrocher après.

Figure 7. Outils et techniques du pisé

32Pour ôter le coffrage, il suffisait de donner sur le chien un coup de bas en haut pour le décoincer, puis les planches et les traverses étaient délicatement ôtées. (Photo 4)

Aux deux extrémités du mur on cherchait toujours à mettre des banchées complètes. Quand il manquait de la longueur, il fallait prévoir pour le mettre entre deux grandes banchées.

Photo 4. Ferme en pisé datant de 1904
Au premier plan, l’angle du hangar. Noter le soubassement en pierres, l'angle du mur renforcé de lits de chaux ; au centre, l’habitation, également en terre mais dont la façade est enduite ; au fond, l’étable et la grange, cette dernière étant en pisé
Saint-Denis-sur-Coise, février 1987

33Les angles étant un des points faibles de la construction en terre, on évitait de placer trop près les joints, qui étaient autant de lignes de rupture dans la cohésion du mur. En effet, surtout lorsque les toits ont des croupes, les angles subissent une poussée horizontale des arbalétriers qui n’est pas contrebalancée par l'entrait. Afin de les renforcer, et pour éviter que la terre ne s’effrite, on coulait un lit de mortier de chaux à chaque mise.

34On montait toujours une rangée de banchées sur les quatre murs avant d’entamer la suivante. Les ouvriers ne s’arrêtaient jamais au milieu d’une rangée. Il aurait alors fallu raccorder une partie plus sèche à une autre encore fraîche, ce qui n’était jamais bon. À chaque nouvelle couche, on avançait en sens inverse à la précédente, afin de croiser leurs extrémités (par exemple au niveau 1 on allait de droite à gauche, et au niveau 2 de gauche à droite, ce qui faisait que les angles s'ouvraient une fois d’un côté, une fois de l’autre). On croisait également les fins de mur, selon la technique des queues droites et on montait en même temps les banchées sur les deux côtés de l’angle.

35Lorsqu'une ouverture était prévue, on disposait les encadrements à leur place, maintenus par des étrésillons disposés transversalement et dans les diagonales. Ainsi, les huisseries faisaient office de coffrage. Ce procédé tout à fait complémentaire de la technique du pisé explique probablement la fréquence des encadrements de bois dans ce type de construction. Lorsque l'encadrement était fait en briques, ce qui se voit assez fréquemment dans certaines communes, on prévoyait des coffrages qui tenaient compte de la largeur des briques plus de celle de l’ouverture et de son dormant.

36Il faut dire également quelques mots sur la répartition des tâches. Le devis et les contacts avec le client étaient le fait du patron. Il choisissait aussi les lieux où creuser. Chez les deux chefs d’entreprises dont nous avons parlé, il y avait toujours plusieurs chantiers en cour, et eux-mêmes mettaient peu la main à la pâte. Mais chacun avait débuté au bas de la hiérarchie, sous les ordres des aînés. Sur le chantier, deux ouvriers devaient être particulièrement qualifiés : le piseur et celui qui avait en charge de construire les coffrages et les ouvertures. Les autres étaient souvent des manoeuvres embauchés à la journée, ou du personnel loué directement par le client. Contrairement à une idée reçue, souvent entendue hors des Monts du Lyonnais, les paysans aidaient peu le maçon. Pour des raisons climatiques, on construisait surtout pendant l’été et la fin du printemps. Un orage ou une forte pluie pouvait endommager un mur en construction qu’il fallait alors reprendre. Mais, surtout, un niveau devant être à peu près sec avant d’entamer le niveau suivant sous peine de le voir s’affaisser, la température devait être suffisamment clémente pour que l’humidité de la terre s’évapore rapidement. Or, c’est le moment de l’année, entre mai et octobre, où les agriculteurs ont le plus de travail.

37Avant d’édifier un mur de pierres, que ce soit pour faire un simple soubassement ou toute une maison, il fallait s’assurer de la quantité de matériaux disponibles. Avec la diffusion de la charrue, au XIXe siècle, les paysans ramassaient dans les champs certainement plus de pierres qui « remontaient » à la suite des labours plus profonds. Les maisons en ruines étaient démolies et les matériaux réutilisés par le propriétaire qui faisait construire une nouvelle ferme. Enfin, l’agrandissement des bourgs, jusque dans l’entre-deux-guerres, demandait l’emploi d'une grande quantité de pierres de taille, pour les angles et les façades. La plupart du temps ces pierres provenaient de carrières locales qui appartenaient aux paysans ou aux quelques grands propriétaires, mais parfois les maçons achetèrent les terrains où elles se trouvaient, quand la pierre était de bonne qualité. Malgré l’emploi de la terre, l’essor de la construction fut que la pierre manqua en bien des endroits à la fin du XIXe siècle.

38Deux procédés prévalaient pour monter les murs : la construction en filet et la maçonnerie fourrée. La première apparaît dans le dernier tiers du XIXe siècle et se généralise peu avant la guerre de 14/18 ; la seconde est à la fois la plus ancienne, puisque on la trouve dans les plus vieilles maisons de la région, et plus récente puisqu’elle réapparut il y a une cinquantaine d’années une fois passée la mode du filet (voir Pérouse de Montclos, 1972).

39Le principe de la construction en filet est de réaliser des empilements réguliers appelés « duites ». C’est à la fois un principe technique qui permet de construire droit et en plan, et un principe esthétique qui laisse une certaine latitude au maçon, tout en dégageant un style bien spécifique d’une époque.

Les duites, c’est une hauteur de pierres qu'on pose. On montait le cordeau à 30 (cm), c’est bien le maximum, et on maçonnait jusqu’à la corde avec des pierres. En fait ça dépendait des pierres qu’on avait. Si on en avait de jolies, ça allait encore vite. Mais si elles étaient petites fallait mettre quatre rangs pour y arriver. C’était long ! C’était de la bricolerie ! mais c’était la mode à ce moment là.

40Les pierres étaient triées selon leurs tailles et leurs formes. Le maçon posait les plus grosses d’abord, jusqu’à ce qu’il arrive un peu au-dessous du cordeau. Les plus régulières étaient posées en parement, visibles de l’extérieur du mur. Les joints étaient faits avec un mortier comprenant un quart de chaux et trois-quarts de gore. Les plus petites pierres étaient posées dessus, de façon à ce que la duite arrive juste au niveau du cordeau. On reposait un lit de mortier pardessus, puis on relevait le cordeau d’une duite (le terme désigne à la fois le procédé et la distance comprise entre chaque cordeau). La mesure de l’écartement ne se faisait pas avec un gabarit, mais au mètre. Il semble pourtant que la distance, autour de 30 cm, ne soit pas le fait du hasard. En effet d’après d’autres informateurs ce n’est qu’au début du siècle que le mètre pliant a remplacé le gabarit pliant de 1 pied (32,4 cm) divisé en deux branches de 6 lignes (2,8 cm) chacune. Cet instrument de mesure était justement appelé « le pied ». Souvent on traçait sur le joint une longue ligne qui soulignait la succession des duites avec un fer à joint. (Photos 5 à 8)

41Le second procédé, la maçonnerie fourrée, est probablement le plus courant en France dans la construction vernaculaire. On montait une face intérieure et une face extérieure à laquelle on donnait quelques centimètres de fruit pour en consolider l’assise. Les plus belles pierres, et les plus grosses, étaient utilisées pour l’extérieur. Ainsi lorsqu’on réemployait des pierres de taille provenant d’une démolition, leur ancien parement était toujours placé de façon à être vu, ce qui explique la fréquence de dates et d’inscriptions sans relations avec la maison. Entre les deux rangées de pierres jointes au mortier de chaux, on « fourrait » de cailloux, de gore, de tuiles cassées.

42Afin de maintenir la cohésion entre les deux faces et de renforcer la solidité de l’ensemble, le maçon plaçait de part en part de grosses pierres de la largeur du mur, ou plus. La tradition voulait que le propriétaire payât une bouteille de vin à chaque pierre, et pour signaler son bon cœur les ouvriers les laissaient dépasser. Chacun pouvait ainsi mesurer la générosité du client en comptant les pierres. Mais d’après Monsieur Roux, cette tradition était déjà périmée dans les années 30, et lui-même, en tant que patron, ne tenait guère à ce qu’elle soit respectée. Il était de toute façon assez rare de trouver des pierres de dimension suffisante, les murs ayant une largeur comprise entre 50 et 70 cm. Alors on palliait à ce manque en intercalant de façon régulière des pierres allongées qui raccordaient les deux rangées, une fois depuis l’intérieur, une fois depuis l’extérieur.

43Les pierres étaient apportées sur le chantier par des manoeuvres, les apprentis ou du personnel loué par le propriétaire. Le problème de la pierre, c’était son poids. Quand le mur était haut, on faisait une chaîne pour les monter. Les hommes se mettaient sur l’échelle les uns à la suite des autres, le dos contre le mur. Le premier prenait deux pierres à la fois, jamais plus à cause du risque qu’un autre ne les lui lâche sur la tête. Il les montait au niveau des épaules, où le suivant les prenait, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’elles parviennent en haut de l’échafaudage où elles étaient entreposées par tas. En haut, un ouvrier construisait le mur à la règle et au fil à plomb. Le mortier et les cailloutis étaient montés à la corbeille.

44Les qualités comparées du pisé et de la pierre sont bien connues des maçons. Le premier a pour lui l’abondance du matériau, la rapidité d’exécution (en quelques semaines les murs d’une ferme en pisé pouvaient être terminés), l’économie de main-d’œuvre dû à un pondérage plus faible, la facilité de pose des huisseries. Ses qualités thermiques sont meilleures et son prix de revient était généralement inférieur. Par contre, le mur est fragile, sensible aux intempéries, et doit être crépi, et bien crépi, s’il est exposé aux vents humides. Or, nous avons vu que les règles micro-climatiques de la construction étaient de moins en moins suivies à mesure que la densité de l’habitat augmentait dans les communes. Il était hasardeux de construire en terre une ferme soumise à tous les vents, exposée au nord et à l’ouest. En fermant hermétiquement la cour, on y adoucissait les rigueurs de l’hiver, mais on soumettait toujours les murs extérieurs au froid et à l’humidité.

45Par contre, la pierre, plus lourde, moins commune, plus longue à mettre en œuvre, supporte tous les temps. Son coût est plus élevé, mais la ferme est plus solide, et elle n’a pas besoin d’être crépie, opération qui a toujours été délicate et demande un savoir-faire particulier. On peut aussi remarquer que les termes en pierres, construites après 1880, alors que la région s’enfonce dans la « longue somnolence » économique décrite par Gilbert Garrier, ont été commandées par des paysans riches et non par des petits propriétaires ou des fils d’artisans.

Photos 5 à 8. Divers procédés de construction en pierres et en terre utilisés dans la seconde moitié du XIXe siècle

Photos 5 à 8. Divers procédés de construction en pierres et en terre utilisés dans la seconde moitié du XIXe siècle

Photo 5. Maçonnerie fourrée

Photo 6. Grosses pierres jointes avec liserets de chaux apparents

Photo 7. Pierres « beurées » avec liseret imitant la duite

Photo 8. Pisé Château de la Neylière, Pomeys, mars 1987

46À la fin du XIXe siècle, les encadrements en bois étaient rares dans les fermes en pierres, à l’exception de ceux des ouvertures du grenier. À partir de 1880/1890, les briques se substituent à la pierre de taille. Souvent elles comblent des poutrelles métalliques en forme de H couché.

III- Charpentes et couvertures

47Nous ne nous étendrons pas sur le sujet, qui présente peu d’originalité dans notre région depuis plus de deux siècles. Au XIXe siècle, la quasi-totalité des charpentes ont été construites avec fermes à entrait et poinçon. Elles étaient recouvertes de tuiles rondes dites tuiles « lyonnaises », longues d’une quarantaine de centimètres, légèrement plus courbes que les tuiles provençales.

48Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle les charpentes des plus grosses bâtisses étaient montées sans entrait ni poinçon. Elles avaient des formes de coques de bateau, comme on en voit également dans le Vivarais. Les poutres en bois de chêne se croisent à la faîtière par une entaille à mi-bois ; à l’autre bout elles reposent sur un pilier pris dans le mur jusqu’à un mètre au dessus du sol. L’assemblage de la poutre et du pilier est maintenu par un aisselier chevillé aux deux extrémités. En fermant le triangle, celui-ci limite les tendances à l’écartement des murs consécutif à l’absence d’entrait. Techniquement simple dans son principe, ce type de charpente exige une grande précision dans la réalisation et il est fort probable qu’elle n’ait pu être exécutée que par des charpentiers professionnels. On entend d’ailleurs parfois raconter qu’au XVIIIe siècle des charpentiers descendaient la vallée de la Loire depuis le Velay, pour aller construire des bateaux sur les chantiers de la région nantaise. Ce type de charpente disparu vers 1740, remplacé par des charpentes plus classique avec entrait.

49Rien toutefois ne nous permet de penser que les deux techniques n’aient pas coexisté longtemps, comme c’est manifestement le cas dans de nombreuses communes au XVIIIe siècle. Un lien existe nettement entre le type de charpente et la dimension des bâtiments : lorsqu’il a une largeur supérieure à 9/10 m, il est toujours recouvert d’une charpente de ce type, qu’il s’agisse d’une grange ou d’une habitation. Notons que cette technique, en supprimant l’encombrement du volume utile du grenier ou de la grange inhérent aux charpentes à fermes, permettait de construire des murs moins hauts en dégageant totalement les combles. D’après Monsieur Roux, qui démonta plusieurs de ces charpentes lorsqu’il travaillait avec son père (dans la région les maçons font les charpentes depuis, au moins, la fin du XVIIIe siècle), toute la solidité de l’assemblage des fermes venait de la qualité de l’entaille située sous la poutre faîtière. Il fallait des bois très secs, du chêne uniquement, et l’entaille, qui était chevillée, devait plaquer parfaitement. Le haut de la ferme pouvait être bloqué de part et d’autre par deux longues chevilles joignant la poutre faîtière à une contre-cale placée sous l’entaille. Dans la contre-cale, la cheville était fixée par un coin. Parmi les procédés anciens, il faut signaler le cas, unique, d’une ferme datée de 1643 : une rangée de pierres plates fait légèrement saillie sous la sablière du toit. (Photo 9)

Photo 9. Charpente sur poteau dans une grange
Ce type de charpente est tout à fait typique des bâtiments d’exploitation des domaines construits aux XVIIe et XVIIIe siècle
Coise, février 1987

50Enfin un dernier type de charpente, intermédiaire entre les deux précédentes, a été utilisé semble-t-il, dans des petites fermes aux XVIIIe et XIXe siècles. Deux arbalétriers, qui ont la dimension des arbalétriers des fermes à entrait et poinçon, entre 3,5 et 4 mètres, sont assemblés par une entaille d’onglet. L’écartement est maintenu par un entrait légèrement concave vers le haut, et il n’y pas de poinçon.

51Les toits débordent généralement d’une quarantaine de centimètres sur les murs gouttereaux, et les pignons lorsqu’il y a des croupes. Assez souvent ils forment des auvents au-dessus du mur de la porte d’entrée. Ces auvents atteignent facilement 80 cm, et sont alors soutenus par des consoles qui reposent chacune sur un petit corbeau en pierre. La nature du matériau utilisé pour la construction du mur n’intervient pas dans la dimension de l’auvent. Par contre, la hauteur par rapport au niveau du sol est un facteur déterminant. Un large auvent protégerait mieux des intempéries, mais, aux dires de certains, rendrait plus sombres encore des pièces déjà bien peu lumineuses en hiver. Il n’y a pas d’auvent devant la porte de l’étable.

52La plupart des fermes anciennes qui sont restées dans leur état d’origine ont des toits à quatre pans avec croupes. Au XIXe siècle, alors que le nombre d’exploitations augmente rapidement, les toitures à deux pans simples sont de plus en plus nombreuses, et les pans coupés deviennent exceptionnels au début du XXe siècle. Une nette distinction est faite entre toitures des bâtiments d’habitation, souvent pourvus d’une croupe sur le côté opposé au hangar, et toitures des bâtiments d’exploitation, où elles sont rares. Un lien existe également entre la taille de la ferme (donc la richesse de son propriétaire), et la fréquence des croupes sur la toiture.

53Lorsque les fermes étaient construites en une seule fois, il était fréquent que les charpentes des trois principaux bâtiments soient raccordées, donnant l’image d’un toit unique encadrant parfaitement la cour. L’apparence massive, certains disent défensive, de ces fermes, était ainsi accentuée.

54La largeur des bâtiments a diminué sensiblement au XIXe siècle, l’habitation perdant deux à trois mètres. Mais les hauteurs des greniers n’ont pas varié, atteignant généralement les 2,5 à 3 m sous le faîte. Il s’ensuit que les pentes des toits ont augmenté, passant, en gros, de 20 à 25 %.

55Les paysans déterminent souvent les longueurs de leurs étables par le nombre de travées qu’elles comportent. Chaque travée a une longueur approximative de 2,5 m, correspondant à la fois à l’espace compris entre deux fermes et au nombre de bêtes susceptibles d’y être gardées. Quand un paysan agrandissait son étable d’une travée, cela voulait dire qu’il pouvait, ou qu’il envisageait, d’augmenter son troupeau de deux têtes. Mais il faut se souvenir que dans l’« écurie », il y avait aussi les boeufs, quelques moutons, parfois le cheval, et une « cabane » pour les veaux. Ainsi, dans quatre travées, c’est-à-dire dans une étable d’une longueur avoisinant les dix mètres sur six à sept de large, on ne pouvait guère tenir plus de sept ou huit vaches. Rappelons que dans bien des cas, l’étable était plus courte que la grange de quelques travées.

56À partir du milieu du XIXe siècle, la construction de génoises et de corniches se multiplia sous les saillies des toits des maisons de village. Au même moment, elles apparaissaient sous les auvents des portails des fermes. Dans un même village, elles prenaient des formes décoratives très diverses qui permettaient à chaque maison de se singulariser.

IV- Les menuiseries

57Plutôt que le descriptif précis d’un échantillonnage de portes et de fenêtres, qui serait long et fastidieux, nous présenterons les grandes caractéristiques qui permettront d’une part, de suivre leur évolution dans le temps, d’autre part, de constituer une typologie partielle qui rende compte, pour ce qui concerne les portes, de la différenciation très nette observée dans chaque ferme.

58Une fois les encadrements terminés par les maçons, les menuisiers venaient prendre les cotes pour fabriquer portes, fenêtres et volets. S’il y avait lieu, ils posaient les planchers et faisaient les escaliers. Tous les ouvrages étaient exécutés sur mesure, en atelier. Les styles variaient peu, mais jusqu’à une période récente, les artisans taillaient eux-mêmes les fers pour creuser les moulures, à partir de barres métalliques (Rautenberg, 1984). Contrairement aux maçons, les menuisiers ne faisaient pas de devis, et ils calculaient les prix au mètre carré de portes et de fenêtres fabriquées et montées. L’habitude était de les payer en espèces, et les retards étaient rares jusque dans les années 50. Comme c’est encore le cas, le prix d’un escalier était calculé au nombre de marches, et celui des planchers au mètre carré.

59Le nombre de portails et leurs emplacements dépendent à la fois de la configuration du terrain et de l’orientation des bâtiments, de l'époque de sa construction et des travaux qui ont été réalisés pour sa modernisation, de la taille de l’exploitation. Nous ne présenterons là que des données générales puisque nous reviendrons en détail sur ces problèmes d’organisation des espaces et des parcours entre les différents bâtiments.

60Si on se réfère à la mémoire collective, et à ce que la plupart des fermes anciennes nous montrent, avant le milieu du XIXe siècle le portail était unique. Dès le second tiers du XIXe siècle, on commence à construire des fermes à deux portails, puis l’habitude s’étend, et beaucoup de propriétaires de fermes anciennes font percer une seconde ouverture sur la cour. Malgré tout le phénomène n’est pas général, puisque plusieurs fermes, même importantes, sont conçues avec un portail unique.

61Lorsqu’il y a deux portails, celui par lequel pénètrent les per sonnes est toujours considéré comme le portail principal. Il est situé sur le chemin qui mène au bourg. L’autre est celui par lequel passent les bêtes qui vont paître. Le portail principal ouvre souvent en haut de la cour, et le second plutôt en bas. Le premier donne sous un hangar, le second est situé soit en face sous le même hangar, soit de l’autre côté de la cour.

62Dans les murs en pierres, la très grande majorité des encadrements sont de deux types : les uns sont entièrement lithiques, les autres ont un linteau en bois reposant sur des jambages en pierres, les encadrements de briques étant exceptionnels avant le XXe siècle. Peu nombreux sont les porches qui portent la mention d’une date avant le milieu du XIXe siècle. En gros, on peut estimer que les fermes les plus anciennes et les plus riches des fermes récentes ont plus souvent des encadrements en pierres, alors que les plus petites ont presque toujours des linteaux en bois (les petites fermes anciennes ont toutes été modifiées). D’autre part, quand les fermes sont antérieures au premier cadastre, les portails donnant accès au hangar principal ont plus souvent des linteaux en bois, et ceux qui sont percés dans un mur d’enceinte ont plus souvent des encadrements en pierres. Dans les fermes en pisé, les trois pièces de l’encadrement sont généralement en bois, seuls les jambages pouvant être faits de briques.

63Nous avons relevé trois formes dans les encadrements en pierres : l’arc simple, avec un centre unique (Aveize, 1699 ; Grézieu le Marché, 1802 ; etc...) ; l’anse de panier (arc à 3 centres), type le plus fréquent, qui présente de fortes spécificités microlocales dans la longueur du rayon des arcs ; et l’ellipse (arc à centre unique mais à rayon progressif) fréquente vers la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. Le plus souvent les pierres proviennent de carrières de la région. Au début du XXe siècle, elles étaient travaillées par des tailleurs de pierres italiens ou « auvergnats » (1’« auvergnat » désigne tout étranger venu du Massif Central, depuis la Creuse). Mais le marché d’occasion des pierres d’encadrement de portail a toujours fonctionné, et nos informateurs s’y sont souvent approvisionnés.

64Pour les encadrements bois et pierres, on utilise des bois durs, chêne ou châtaignier. Les pierres sont parfois taillées, mais plus souvent les jambages sont de simples appareillages de parpaings, un peu plus gros que ceux du mur et taillés à angle droit. Nous n’avons jamais noté l’existence de feuillures pour recevoir les vantaux du portail.

65Les encadrements en bois semblent tous assez récents. Les montants sont assemblés au linteau par un système tenon/mortaise non chevillé. Les bois, équarris à l’herminette, sont parfois chanfreinés. Les montants reposent sur de grosses pierres, qui peuvent être d’anciennes pierres à » mouchettes », et font office de boute-roues. Parfois le linteau est légèrement concave, pour des raisons probablement plus esthétiques que techniques puisque la sablière qui soutient le petit auvent qui est surplombant le portail acquiert souvent une flèche telle qu’elle devient en son centre plus basse que le linteau.

66Les plus vieux portails, ceux dont l’histoire locale mentionne, à Coise, l’existence pendant les troubles qui ont suivi la Révolution, sont en planches de peuplier cloutées. Le peuplier est connu pour ses qualités de résistance à l’humidité, et n’exigeait aucun traitement de prévention. D’autre part, c’est un bois léger, courant, qui sèche vite et durcit avec le temps. On en fait, en menuiserie et en ébénisterie, les fonds des meubles. Chaque battant est constitué de deux panneaux de planches assemblées à plats-joints et clouées croisées les unes sur les autres. L’ensemble est maintenu par une structure en chêne comprenant deux montants, trois traverses dont une médiane et deux diagonales. Montants et traverses sont assemblés à tenons et mortaises et sont chevillés.

67Les portails plus récents sont faits d’une seule série de planches de pin, parfois bouvetées, clouées sur une structure identique à la précédente. On peut remarquer que l’emploi du pin en menuiserie suit les débuts du reboisement dans la région (supra, lère Partie). Dans tous les cas, le système de rotation est le même. Le montant intérieur est muni d’une crapaudine qui repose sur une pierre dure légèrement creusée. Le sommet est enserré dans une lame de fer qui fait office de charnière. Elle est fixée soit au linteau s'il est en bois, soit au tableau du portail. Le bas du montant extérieur butte contre une pierre enterrée dans le passage lorsqu’il est en position fermée, et le haut contre le linteau. Celui-ci est muni d’une targette forgée qu’on appelle le chien qui permet de bloquer le vantail en le manœuvrant avec un quelconque bout de bois. Le second vantail est muni d’une clenche en bois qui, en tombant sur un mentonnet fixé au premier ventail, permet de condamner les portes. Le loquet peut être manoeuvré de l’extérieur par une ficelle qui traverse une planche et pend de l’autre côté. Il suffit de la tirer pour ouvrir. Généralement, quelques centimètres au-dessous on a placé une serrure assez rudimentaire. Mais il est rare que ces serrures soient anciennes. Autrefois, il n’y avait guère besoin de condamner les portes du dehors puisqu’il y avait toujours quelqu’un à l’intérieur. Et un marteau fixé sur l’un ou l’autre ventail permettait de signaler suffisamment bruyamment sa présence quand les chiens étaient aux prés. Les formes des marteaux sont peu variées et rares sont ceux d’entre eux se distinguant par leur décoration. Il n’y a normalement ni cloche, ni boîte aux lettres, ni mention du nom des habitants. On ne voit aucune trace de système défensif ancien, comme cela existe dans certaines grosses fermes du plateau lyonnais, autour de Mornant, ou dans le nord des Monts du Lyonnais.

68Lorsque le portail donne accès dans un hangar, il est rarement surmonté d’un auvent. Les avancées sont surtout présentes quand l’entrée de la ferme est percée dans un mur d’enceinte de la cour. Elles sont de deux types. Le plus fréquent est la simple saillie d’une soixantaine de centimètres de chaque côté du mur. Elle repose sur deux consoles qui maintiennent une sablière. On trouve aussi quelques saillies en génoises, à deux ou trois rangs de tuiles. Entre les tuiles sont généralement interposées des rangées de briques. Les génoises, réservées aux auvents des portails dans notre région, datent généralement du deuxième tiers du XIXe siècle. Il faut toutefois signaler qu’elles sont plus fréquentes quand on se rapproche de Lyon.

69Il est difficile de remonter très haut dans le temps notre connaissance des portes. Parce qu’elles sont les premières soumises aux aléas du climat et qu’elles doivent clore hermétiquement les pièces, les portes sont plus souvent changées que le reste des menuiseries. Par ailleurs, beaucoup ont été remplacées dans les années 50/60, alors que la plupart des paysans de la région réaménageaient leurs appartements. Si on s’inspire des quelques exemples de bâtiments anciens qui n’ont probablement pas été modifiés depuis le début du XIXe siècle et des maisons des XVIe et XVIIe siècles, assez nombreuses à Saint-Symphorien, on voit que le principal changement concerne leurs dimensions. Alors que dans les fermes du XIXe siècle les portes principales atteignent souvent une hauteur de 190 cm (impostes non comprises), voire plus, les plus anciennes dépassent rarement les 180 cm. On remarque aussi que la surface de vitrage augmente au fil des ans et, qu’à partir du début du XXe siècle, les portes d’entrée sont souvent vitrées.

70Si on s’en tient à une période plus récente, des fermes construites au même moment présentent plusieurs types et dimensions de portes, et chaque ferme des ouvertures différentes des fermes voisines. Par exemple, une porte d’entrée peut avoir une largeur entre tableaux de 90 cm à 110 cm. Mais dans une même ferme les ouvertures des pièces d’habitation peuvent aller de 80 cm entre le fournil et la cuisine, à 115 entre la cuisine et la chambre. Les différences entre fermes semblent très aléatoires, et nous n’avons pu déterminer aucune constante d’ordre chronologique, géographique ou sociologique, ce qui confirme ce que nous ont dit à la fois les maçons et les menuisiers interrogés. Par contre, dans une même ferme, les différences entre les portes sont visiblement déterminées par la fonction des pièces auxquelles elles donnent accès. Nous avons ainsi pu élaborer une typologie qui met en relation la spécialisation des espaces avec le mode de construction de leur porte.

71Nous avons déterminé six types de portes dans le bâtiment d’habitation : la porte principale, qui donne généralement accès à la maison, en passant par les aîtres ou sous les aîtres ; la porte secondaire, assez rare, qui débouche sur un couloir (dans certains cas, exceptionnels, il s’agit de la porte principale, quand la maison n’a pas d’accès à la cour) ; la porte extérieure du fournil ou de la laiterie (selon que les deux pièces sont dissociées ou non, le fournil ayant toujours un accès extérieur et un accès intérieur, la laiterie toujours un accès intérieur ; la (ou les) porte(s) de(s) cave(s) ; la porte du grenier (il y en a rarement plusieurs) ; et les portes intérieures, qui ne sont pas toutes semblables, loin de là, mais qui n’ont pas de traits discriminants réguliers entre elles.

72Six caractères permettent de différencier toutes ces portes : le rapport de la hauteur (imposte comprise) à la largeur de l’ouvrant ; l’essence des bois employés ; le mode d’assemblage entre les différents éléments de la porte ; la surface de vitrage ; le système de fermeture ; le traitement du bois. D’autres, qui ont leur importance en menuiserie, n'ont pas été retenus parce qu’ils sont atypiques ou exceptionnels. Ainsi les portes de cave à deux battants qui indiquent que la cave devait être autrefois une étable. Le sens de l’ouverture est difficile à interpréter. Seule la porte principale, tout comme le portail que nous venons de voir, ouvre toujours vers l’intérieur indifféremment à droite ou à gauche (c’est l’organisation de l’espace de la pièce qui explique le sens de l’ouverture). Les résultats de cette typologie ont été résumés dans le tableau que nous présentons rapidement.

73La porte principale est entièrement en chêne, souvent munie d’une imposte qui peut être chantournée. La hauteur totale varie entre 190 et 220/230 cm, et la largeur entre tableaux située autour de 90/95 cm. Le rapport entre les deux s’établit généralement autour de 3,5/10. Plus on avance dans le XIXe siècle, plus la surface vitrée de la porte est importante, passant d’aux alentours de 10 % à la Jacotte (construite entre 1825 et 1830 par le trisaïeul de l’actuel propriétaire), à près de 50 % à Buvalin (construite en 1887 par le bisaïeul de l’actuel propriétaire au moment du mariage de son fils). Dans des maisons plus récentes, datant du début du XXe siècle et dont les cuisines sont presque toujours munies de deux fenêtres, on trouve des portes non vitrées, à panneau à table saillante. Il est fréquent que les deux montants soient assemblés à quatre traverses, les deux traverses intermédiaires encadrant un petit panneau horizontal. Les panneaux du bas sont tous à tables saillantes. La traverse basse est munie d’une plinthe. La porte est fixée par trois paires de paumelles. La serrure, posée en applique, est manoeuvrée de l’intérieur par une targette reliée à l’extérieur à une poignée centrale. Toutes les portes principales ferment à clés, mais les serrures sont de conception très rudimentaires. Les portes étaient livrées par le menuisier recouvertes d’une couche d’impression d’une peinture riche en huile de lin. Les habitants les peignaient eux-mêmes, variant les couleurs selon l’époque. Mais, bien des clients se contentaient de la couche d’impression.

74Les portes secondaires étaient également en chêne, de mêmes dimensions que les portes principales, mais sans imposte. D’après les quelques exemples que nous avons vus elles sont pleines, construites à panneaux à tables saillantes, peintes, et elles ferment à clé.

Tableau IX. Typologie des portes de fermes depuis le XIXe siècle

Tableau IX. Typologie des portes de fermes depuis le XIXe siècle

75D’une largeur sensiblement équivalente aux précédentes, les portes des fournils/laiteries sont souvent moins hautes, et rarement surmontées d’une imposte. Elles peuvent être en chêne ou en pin, elles ont quelquefois des vitres. Lorsqu’elles sont en façade, elles sont normalement construites à panneaux fixés à des montants et traverses rainurés. Mais il n’est pas rare, surtout si la porte s’ouvre dans un pignon sous le chapit, qu’elle soit faite de planches clouées sur une structure de montant et traverses assemblées à plat-joints. Autrefois, elles fermaient avec un simple loquet, sans clé, ce qui interdisait l’ouverture de l’extérieur lorsqu’elles étaient condamnées. Le bois n’était ni peint ni traité.

76Les portes de cave, telles qu’on peut les observer aujourd’hui, sont certainement les plus diverses. Cela vient de ce qu’elles sont souvent les plus exposées aux intempéries et aux eaux de pluies, et qu’on les remplace facilement par des portes de récupération, que l’habitant bricole lui-même. Il est toutefois possible d’en dessiner un type assez spécifique. Elles sont plutôt en bois tendre, peuplier ou résineux, construites en planches clouées sur deux traverses en bois dur et deux montants de la largeur d’une planche. L’ensemble maintient plus ou moins l’équerrage. Elles sont basses, d’une hauteur à peu près deux fois égale à leur largeur. Elles n’ont pas de vitre, ou exceptionnellement, et sont fermées par une corde ou une chaîne qu’on fixe à un crochet. Elles ne sont, généralement, ni peintes, ni badigeonnées.

77Les portes de greniers sont très semblables : mêmes dimensions, même bois, même système de fermeture, pas de vitre, mais leur apparence est plus soignée : il est fréquent que les pièces de bois sur lesquelles sont fixées les planches soient chanfreinées, et elles sont parfois assemblées à tenons et mortaises.

78Nous avons regroupé la présentation des portes intérieures parce qu'il a été difficile de systématiser les différences que nous avons observées. Elles sont en pin, constituées par une structure de deux grands montants, quatre traverses et deux montants intermédiaires qui enserrent cinq panneaux à plates bandes. Entre la cuisine et la chambre elles sont peintes des deux côtés, entre le fournil et la cuisine elles ne le sont souvent que du côté cuisine. Parfois, la porte du fournil ferme à clé. En général, toutes les portes donnant dans une même pièce sont construites sur un même modèle, placards compris, mais les dimensions peuvent varier sensiblement. (Photos 10 à 13)

79Dans les fermes les baies ont été considérablement agrandies au XIXe siècle. Beaucoup de paysans, pas forcément âgés, se souviennent de la petite fenêtre de 40/60 qui était avec la porte, la seule source de lumière dans la cuisine de leur enfance. Elles ont été agrandies souvent bien avant les travaux de réhabilitation contemporains, de l’assainissement des étables. Dès la fin du XVIIIe siècle, les baies ont des dimensions nettement plus importantes dans les plus riches des maisons qui sont construites. Il semble bien qu’avant la Révolution leur surface ait été en liaison avec l’aisance des habitations : les petites fenêtres étaient celles des maisons pauvres, comme chez les cloutiers de la Grande Chazotte, alors, par exemple, que dans la grosse ferme de la Grand’Val la fenêtre de la salle commune approchait les 2 m2 (précisons que la lumière devait pénétrer dans une pièce profonde de 8 m !).

80Les plus anciennes boiseries qu’on ait trouvées sont des fenêtres à deux ventaux, comprenant chacun douze petits carreaux. Dans les plus grosses fermes, elles étaient encore fréquemment en place dans les années 30. Dans les plus petites, les fenêtres avaient un unique ventail sans petits bois. Les carreaux étaient remplacés par du papier huilé. La plupart des fenêtres construites avant 1950 étaient en chêne, recouvertes de plusieurs couches de peinture. Les deux vantaux étaient à mouton et gueule de loup, fermant par une crémone ou par une barre verticale pivotante.

81Les anciens volets étaient faits de planches de chêne ou de peuplier douées sur un bâti en chêne. Ce bâti était assemblé à tenons et mortaises. Lorsque l’encadrement était en bois, les volets se refermaient dans une feuillure creusée tout le tour du cadre. Lorsqu’il était en pierre, l’un des battants était arrêté par une butée.

82Toutes les fenêtres qui donnaient sur le chemin ou sur les prés étaient munies de volets. Aujourd’hui, celles qui donnent sur la cour sont aussi pourvues le plus souvent, mais cette évolution est récente. Si on s’en tient aux volets construits selon le procédé ancien, on s’aperçoit que les ouvertures de la cour visibles de l’extérieur (du fait de la disposition des fermes) sont munies de volets, alors que celles qu’on ne peut pas percevoir de l’extérieur, quand le portail est fermé, en sont dépourvues. Quand on sait qu’autrefois les fermes n’étaient jamais totalement vides de leurs habitants, puisque même dans les moments très particuliers comme les enterrements ou les noces on laissait toujours un valet ou un enfant ayant passé l’âge de raison pour garder les lieux, on peut se demander quelles étaient leurs fonctions. Le simple souci de protection n’est pas suffisant comme explication, puisqu’il était souvent facile de pouvoir entrer dans la cour en passant par le toit du chapit lorsque la ferme était à flanc de coteau. À notre avis, cette visibilité de la fenêtre qui entraîne la présence de volets est à mettre en relation avec les moments où on les ferme, c’est-à-dire le soir ou au moment d’un deuil. À ces occasions, toute la ferme doit être recueillie sur elle-même, et la première condition à respecter pour qu’elle le reste jusqu’au matin n’est pas d’empêcher les étrangers d’y pénétrer, mais de leur signifier, en fermant, que les habitants ne doivent pas être dérangés. Nous approfondirons ce thème dans la partie consacrée au symbolisme de la ferme. (Photos 14 et 15)

Photos 10 à 13. Portes de fermes . Saint-Denis-sur-Coise, mai 1987

Photos 10 à 13. Portes de fermes . Saint-Denis-sur-Coise, mai 1987

Photo 10. Porte principale
(La vitre est fermée par un volet)

Photo 11. Porte du fournil

Photo 12. Porte du grenier

Photo 11. Porte secondaire

Photo 14. Ouvertures côté chemin...

83Dans toutes les fermes il existe des placards, quels que soient l’époque de construction, le matériau des murs, la richesse des occupants. Toutefois, ils sont plus nombreux à partir de la fin du XVIIIe siècle, et les grosses fermes en possèdent souvent deux ou trois de grandes dimensions, alors que les plus petites peuvent n’en avoir qu’un seul.

Photo 15. ... et ouvertures côté cour
Larajasse, mars 1987

84Dans la langue, le placard est tout à fait différencié de l’armoire : on ne confond jamais le placa et la garda roba. Un placard n’est jamais pris pour une armoire, mais il est fréquent que de vieilles armoires un peu délabrées, ayant un minimum de moulures et pas de sculptures soient désignées sous le nom de placa.

85Les placards servent indifféremment à ranger des vêtements, de l’épicerie ou de la vaisselle. La spécialisation viendra de leur emplacement : près de la cheminée et du poêle ce sera l’épicerie, dans la grande chambre les vêtements ou la belle vaisselle.

86Il est fréquent que de part et d’autre du manteau de la cheminée il y ait deux petites portes fixées dans le mur. L’une est généralement celle du potager qui contient des braises destinées à conserver au chaud les aliments (avant l’installation des fourneaux), à préparer des tisanes, et à recueillir des cendres pour la lessive. L’autre est celle d’un placard contenant l’huile, le sel, le vinaigre, et les produits de base pour la cuisine ; Ils sont peu profonds, et la porte unique mesure environ 40/60 cm.

87Lorsqu’ils sont dans la même pièce, les placards peuvent se ressembler, mais ils ne sont jamais construits rigoureusement sur le même modèle. Ainsi, les trois placards de la cuisine du Richarme ont des dimensions équivalentes (112, 115, 114 cm de large par 212, 213, 217 cm de haut), ils ont tous les trois la même corniche, deux portes, et sont construits dans les mêmes essences (montants et traverses en merisier, panneaux en frêne et intérieur en peuplier), mais ni les traverses du bas, ni les traverses intermédiaires des portes n’ont les mêmes découpes.

88Les placards sont encastrés dans les murs. C’est le cas le plus fréquent dans les fermes qui ont moins de deux siècles. Mais il arrive aussi qu’on les construise en applique devant le mur. Deux fois, on nous a parlé, à Larajasse, de murs entièrement cachés par des placards. Dans les deux cas, c’était dans la grande chambre et ils entouraient une cheminée. Il est étrange de constater que ces deux fermes, qui datent de la même époque, si l’on en croit les millésimes (1696 et 1724), mais aussi le style de la construction, sont également les seules que nous ayons visitées dont l’habitation soit conçue selon un plan identique à la maison « bourgeoise » du Mas à Coise (qui date de 1690). Il arrive aussi que les bâtiments plus récents soient munis de placards en applique. Jusqu’au début du XIXe siècle, la règle était de construire des recouvres, genre de lit-placard sans porte, mais comprenant une armoire ou un vaisselier au pied. À Coise, la plupart des fermes anciennes en possédaient. Elles ont été démontées depuis les années 1930.

89Ces placards, construits par des menuisiers de pays ou des artisans de Saint-Symphorien, ont peu évolué dans leurs formes et leur construction. Dans les maisons pauvres ils étaient en pin, dans les fermes plus aisées on utilisait le merisier. Les assemblages étaient classiques, à tenons et mortaises chevillées, enserrant des panneaux à glace. Leur style est stable entre le milieu du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle, s’inspirant du Louis XV dans ses lignes, et intégrant selon les époques, des éléments décoratifs à la mode, comme la pomme de pin ou les cannelures sur les montants. La présence de motifs plus traditionnels, comme les feuillages, est rare. En fait, les placards pauvres restent rudimentaires, et les placards plus riches suivent les transformations stylistiques des armoires, tout en étant toujours plus sobres.

90Il faut dire enfin quelques mots des sols. Dans les cuisines, la terre battue était la règle jusqu’à l’utilisation, à grande échelle, du ciment, dans les années 30. Dans les chambres, on trouvait des « tomettes » de terre cuite de 20 cm de côté, ou des planchers de sapin à joints perdus. Entre le sol de la pièce et le plafond de la cave, parfois en planche, on tassait de la terre, comme dans les vieilles maisons lyonnaises. Nous n’avons malheureusement pas pu étudier l’histoire de ces sols, qui ont pour la plupart été transformés ou reconstruits. On raconte bien à Coise et à la Chapelle, que tel ou tel voisin n’a jamais voulu mettre un ciment dans sa cuisine. Mais il s’agit toujours de gens seuls, âgés, et difficiles à rencontrer.

91Les sols des greniers étaient toujours en planches de sapin ou de peuplier. Les planches étaient posées à plats-joints les unes contre les autres, sans être assemblées ni aboutées. Elles étaient assez larges et souvent brutes de scie, un coup de rabot seulement était donné sur les champs. On les clouait sur des solives espacées de deux mètres les unes des autres. Certains informateurs se souviennent bien des pluies de poussière et de son qui tombaient sur leur lit d’enfant lorsque quelqu’un marchait au-dessus de leur tête. Dans les années 30 à 50, la réfection des planchers de greniers fut une des principales activités des menuisiers, alors qu’ils s’étaient équipés en machines à bois combinées et que toutes les communes étaient alimentées en électricité. Ils posèrent alors des planchers assemblés à rainures et languettes, beaucoup plus étanches.

92Les escaliers d’accès au grenier sont presque toujours en bois. Ils montent du vestibule, quand il existe, de la salle commune, du fournil. Mais plus souvent on accède au niveau supérieur par une porte percée dans le mur pignon ou au-dessus des aîtres, en haut d’une échelle de meunier munie d’une main courante. Dans les appartements, l’escalier est de construction classique, avec marches, contremarches, limon et crémaillère. Il a généralement deux volées et un palier intermédiaire. Il peut être fermé par une cloison. Au-dessous, dans l’alcôve, on mettait l’évier ou on construisait une recouvre fermée par un rideau. À l’extérieur, l’échelle de meunier était sans contre-marches, avec un limon et pas de crémaillère.

93Depuis longtemps, les maisons sont constituées de murs, de toitures et de menuiseries qui font intervenir divers corps de métiers. Or, dans les Monts du Lyonnais, les rituels de la construction sont depuis plus d’un siècle exclusivement liés au travail du maçon qui, nous l’avons vu, montait les charpentes. Ils ne concernent pas ce qu’on appelle aujourd’hui le second œuvre. Le menuisier, même s’il est de bâtiment, et que son travail consiste à fabriquer et à poser des planchers, des huisseries, des escaliers, ne prend pas part aux manifestations qui marquent la fin des travaux.

94Pour indiquer la fin du gros-œuvre, on plantait un drapeau tricolore au-dessus des tuiles faîtières. L’emploi du drapeau est assez récent, postérieur à la guerre de 1914-1918. Il est probable qu’auparavant on mettait une croix en bois, comme cela se faisait parfois entre les deux guerres. Croix ou drapeau, le principal était qu’ils puissent être vus de loin.

Il y en a qui demandaient une croix. Alors on mettait les deux, une croix et un drapeau ensemble. Mais il y en a qui ne voulaient rien donner (comprendre : qui ne voulaient pas payer à boire), alors on leur mettait un chiffon.

95Souvent, en effet, le client offrait du vin à tous les maçons et leurs aides qui étaient présents à la fin du chantier. Mais la tradition voulait qu’il les invite à un repas qui se déroulait de préférence dans son ancien logement (chez ses parents s’il était célibataire). Il était impératif que le drapeau soit posé au-paravent. Le menu était assez proche de celui du repas de la batteuse. On mangeait des omelettes et de la charcuterie accompagnée d’une fricassée de pommes de terre. On buvait du vin rouge chez les plus riches, du cidre cru du poiré chez les autres. Parfois un pâté, gros chausson empli de poires, de pommes ou de nèfles, constituait le dessert. La table était dressée sur des tréteaux moulés dans la grande chambre ou sous le chapit s’il faisait beau.

96Quand ses premiers habitants prenaient possession d’une maison, il était fréquent qu’un prêtre soit présent, celui de la paroisse ou un parent ecclésistique (celui qui célébrait les baptêmes dans la famille). On faisait alors un repas familial dans la grande chambre et le prêtre jetait de l’eau bénite dans chaque pièce. Mais nous n'avons pas plus de précisions sur cette bénédiction qui était rare déjà avant la guerre de 1914-1918.

97Nous avons vu que les ouvriers pouvaient laisser dépasser de grosses pierres sur les façades extérieures. Par endroit, on voit aussi des culs de bouteilles scellés dans les murs, qui peuvent être disposés en forme de croix. Une des explications qui nous a été donnée est que chacune de ces bouteilles a été offerte par le propriétaire tout au long des travaux, qu'elles ont été soigneusement conservées, puis insérées dans les murs.

98Ces croix sont-elles censées porter bonheur, parallèle profane à d’autres croix bénies, mises dans les appartements chaque année ? Elles sont toujours face à la cour, donc rarement visibles de l’extérieur, ce qui les oppose aux drapeaux et aux grosses pierres vus plus haut.

Notes

1 Nous avons été étonnés de constater l’absence de mention du canton de Saint-Symphorien et des communes voisines dans les régions de construction en pisé. Plusieurs études ont pourtant été réalisées dans le département du Rhône depuis une dizaine d’années, qui toutes « butent » sur la costière des Monts du Lyonnais, d'Iseron à Sainte-Catherine (voir par exemple. CAUE de l’Ain. 1983). Nous ne pouvons que renouveler la remarque faite précédemment sur l’étonnante méconnaissance de la région par les Lyonnais.

2 Les techniques de construction en terre ont fait l'objet de nombreuses descriptions, tant pour la France que pour de nombreux pays étrangers, en particulier africains et de la péninsule Arabique. Pour signaler l'intérêt qui est porté à ces procédés, il suffit de mentionner la construction récente d'un « village » en terre dans la ville nouvelle de l'Isle-d'Abeau, dans le département de l'Isère, et l élévation d'une tour en pisé dans laquelle l'Écomusée Nord-Dauphiné présentait une exposition permanente sur le sujet. Les procédés utilisés et les ternies employés par les maçons des Monts du Lyonnais ne sont guère différents de ceux décrits pour le Bas-Dauphiné ou l’Auvergne et le Forez (voir par exemple : Jeantet. 1986).

Table des illustrations

Légende Figure 7. Outils et techniques du pisé
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Photo 4. Ferme en pisé datant de 1904Au premier plan, l’angle du hangar. Noter le soubassement en pierres, l'angle du mur renforcé de lits de chaux ; au centre, l’habitation, également en terre mais dont la façade est enduite ; au fond, l’étable et la grange, cette dernière étant en piséSaint-Denis-sur-Coise, février 1987
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Photos 5 à 8. Divers procédés de construction en pierres et en terre utilisés dans la seconde moitié du XIXe siècle
Légende Photo 5. Maçonnerie fourrée
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Photo 6. Grosses pierres jointes avec liserets de chaux apparents
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Photo 7. Pierres « beurées » avec liseret imitant la duite
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Photo 8. Pisé Château de la Neylière, Pomeys, mars 1987
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Photo 9. Charpente sur poteau dans une grangeCe type de charpente est tout à fait typique des bâtiments d’exploitation des domaines construits aux XVIIe et XVIIIe siècleCoise, février 1987
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Tableau IX. Typologie des portes de fermes depuis le XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Photos 10 à 13. Portes de fermes . Saint-Denis-sur-Coise, mai 1987
Légende Photo 10. Porte principale(La vitre est fermée par un volet)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Photo 11. Porte du fournil
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Photo 12. Porte du grenier
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Photo 11. Porte secondaire
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Photo 14. Ouvertures côté chemin...
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Photo 15. ... et ouvertures côté courLarajasse, mars 1987
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9672/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 263k

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540