Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Mémoire domestique. La maison rurale des Monts du Lyonnais

 | 
Michel Rautenberg

Deuxième partie. Habitat et architecture rurale dans les monts du lyonnais

Chapitre I. Histoire et sociologie de l’habitat à Coise

Texte intégral

I- Habitat et société : introduction à un classement sociologique des maisons rurales

1Nous avons vu qu’à Coise, comme dans l’ensemble des communes du sud des Monts du Lyonnais, la pression démographique augmentait jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle (Garden et alii, 1978). Elle s’est accompagnée de la chute de la propriété foraine dans la plupart des communes, du partage des plus grands domaines et de l’élévation de l’emprise foncière des petits paysans propriétaires. À partir de la seconde moitié du siècle, la production agricole a commencé à se spécialiser dans l’élevage bovin, bien que la part de la polyculture reste importante jusqu’au milieu du XXe siècle. Or, toute cette période, grossièrement entre 1780 et 1914, est également marquée par une profonde transformation du paysage bâti. Le nombre de fermes augmente sensiblement, l’habitat isolé devient progressivement dominant alors que les hameaux ne grandissent plus, les plans des maisons et les manières de construire sont renouvelés. Pour plus de simplicité, nous restreindrons notre propos au cas, bien connu maintenant, de la commune de Coise, en sachant qu’elle est, à bien des égards, représentative de la plupart des communes montagnardes des cantons de la région. Nous prendrons successivement plusieurs critères pour mesurer les transformations de l’habitat : le groupement des fermes, le nombre d’unités de résidence, la qualité des sites, la superficie des bâtiments d’une exploitation. Nous étudierons ensuite l’évolution du revenu de chaque maison en tenant compte des qualités propres du bâti (âge, superficie), de la valeur des exploitations, du mode de faire-valoir et de la profession des occupants.

II- L'habitation à coise à la fin de l’Ancien Régime

2Dans l’organisation sociale, économique, juridique qui prévaut pendant l’Ancien Régime, il semble acquis que la possession d’une surface exploitable de dimension même assez modeste s’accompagne de celle de bâtiments. L'unité d’exploitation et de propriété est appelée « domaine ». Celui-ci comprend une maison d’habitation avec des bâtiments ruraux, dont les dimensions sont en relation avec la sur face exploitable, elle-même composée de terres labourables, de pâtures et de quelques bois. La taille de l’exploitation est telle qu’un seul fermier ou métayer suffit pour la travailler, avec la possibilité pour les plus grosses d’employer des manouvriers (Garnier, 1982). Ces domaines sont dispersés sur l’ensemble du territoire communal, comme nous l'avons vu, mais sont généralement éloignés des hameaux. Ceux-ci sont au centre d’un deuxième type d'organisation foncière (nous retrouvons l'organisation spatiale moyennâgeuse décrite par Marie-Thérèse Lorcin). Domaines constitués autour d’une ferme isolée appartenant à un marchand ou un bourgeois et hameaux plus ou moins densément groupés dans lesquels résident les Coisataires, sont les deux principales formes d’habitat que les archives nous indiquent. Une troisième forme doit être évoquée, malgré le silence des sources à son égard : il s’agit des petites maisons, rassemblées par deux ou trois, dont on voit le nom apparaître dans les registres paroissiaux, comme les lieux indiqués « Chez Serre » et « Chez Pelossière », à proximité de la Guillermière. Les propriétaires sont inconnus, mais les gens qui y résident sont toujours des journaliers ou divers ouvriers. Pour les différencier des hameaux stricto sensu nous les appellerons habitat en « groupe dense » lorsqu’ils forment des entités différentes des hameaux.

3Nous avons ainsi, avant la Révolution, quatre formes principales de groupements qu’il faut distinguer ; chacun correspond à un type de propriété, et de situations sociales et professionnelles particulières dans la vie communautaire :

  • le hameau, dense ou lâche, qui est l’organisation paysanne de base, rassemble un petit nombre de maisons et de fermes. On y trouve des paysans propriétaires, des artisans, des ouvriers agricoles et parfois des cloutiers ;
  • le domaine, ferme isolée au centre de son exploitation, appartient généralement à un marchand, un noble ou un forain d’origine urbaine ;
  • le petit groupe de quelques maisons où logent et travaillent des artisans, des journaliers, et surtout des cloutiers ;
  • une quatrième forme est celle que nous pouvons appeler du «  préhameau ». Autour d’une ferme unique, quelques petites maisons sont construites, où logent des artisans ou des ouvriers, qui peuvent

4être apparentés aux propriétaires de la ferme. C’est ce qu’on trouve à la Petite Chazotte, à Chanavas, au Vernay. En 1822, ces lieux seront catalogués sur le cadastre sous le terme de hameau. Dans le détail, d’autres modalités de groupement peuvent être décrites. Ainsi, à Grataloup et à la Petite Val, on trouve certainement, dès le début du XVIIIe siècle, des fermes « doubles », côte à côte, mais sans murs mitoyens. Enfin, quelques petites fermes isolées appartenant à des laboureurs propriétaires sont disséminées sur le plateau.

5En fait, dès le XVIIIe siècle, les formes de groupement traduisent une situation foncière complexe, qui reflète l’organisation sociale et économique de la paroisse. Les propriétaires étrangers sont relativement nombreux, mais aucun ne domine véritablement l’économie locale. Les rôles des tailles mais aussi les actes notariaux montrent la situation dominante que tiennent deux familles coisataires dans la communauté d’habitants : les Pupier/Murigneux au Mas, dont le « chef », Jean Baptiste Pupier, puis le gendre de son jeune frère (prénommé également Jean-Baptiste), Jacques Murigneux, sont appelés soit « marchands », soit « laboureurs » ; et les Fayolle « marchands » au Moulin Fulchiron, dont les descendants se prénomment Antoine tout au long du siècle, et qui ont des frères ou des cousins à la Petite Val, à la Ronce et à la Grand Val, au début du siècle. (Photo 1)

Photo 1. Habitat dispersé
Pomeys, juillet 1986

6Hormis les membres de ces deux familles, la plupart des Coisataires sont partagés entre un quart de fermiers et métayers, tenant les fermes isolées, qui restent généralement entre 6 et 18 ans dans la paroisse (certains pourront s’y établir en saisissant l’opportunité de la vente d’un petit domaine), un quart de petits paysans qui logent surtout dans les hameaux à l’habitat groupé ou au groupement plus lâche. L’autre petite moitié des familles est constituée autour de journaliers, d’artisans et de cloutiers qui logent dans les petites maisons mitoyennes ou isolées.

7Le territoire de la paroisse est nettement divisé en deux types d’espaces. D’une part, les hameaux et les groupes de fermes habités par des Coisataires sont situés dans les creux, à proximité des deux petits cours d’eau du Rosson et du Couzon, et sur le versant nord de la vallée de la Coise où se trouve le bourg de Coise et le hameau du Mas. D’autre part, les domaines appartenant à des forains sont installés principalement en hauteur, sur les rebords du plateau, et dans la vallée de la Coise.

8La netteté de cette opposition doit toutefois être limitée par l’état de nos connaissances. Nous n’avons pas d’indications mentionnant les noms et qualités des « constructeurs » des fermes des domaines et nous ne savons donc pas s’ils étaient forains ou résidents. (Nous n’avons retrouvé aucun prix fait sur la commune, au cours de nos sondages). Les trois domaines pour lesquels nous avons des informations plus complètes, La Grand’Val, la Petite Val et la Viallière, semblent indiquer qu’il a pu y avoir d’abord possession par un marchand coisataire (Jean Rivière à la Petite Val, Aymé Fayolle à la Grand’Val) qui résidait sur le domaine. Mais certains, depuis au moins la fin du XVIIe siècle, étaient l’objet de nombreux échanges entre marchands des paroisses environnantes. Ainsi Antoine Chanavat, habitant à Larajasse, vend le domaine de la Viallière à Louis Odin qui l’afferme, qui le cède par testament à Thomas Véricel, marchand à Aveize, qui le vend le 9 octobre 1733 à Pierre Vachon, marchand à Duerne ; le domaine est issu d’un partage fait le 1er juin 1607 entre Pierre et Antoine Pipon (A.D.R., 3E 14065, notaire Derochemace) ; en 1764 Marie Barde, Veuve Aubersson loue pour six ans son domaine de la Viallière à Jean Grange, puis Vincent Aubersson, boulanger à Saint-Genis-Laval, près de Lyon, le loue pour six ans à Étienne Véricel en 1771, avant de le vendre le 29 novembre 1777 à Antoine Fayolle, marchand à Coise, pour la somme de 8 000 Livres.

9Il est donc possible, au vu de ces exemples, que la propriété foraine se soit développée au cours du XVIIIe siècle, comme le montre Josette Garnier, pour l’ensemble du Forez, mais nous ne savons pas si les bourgeois pelauds ou lyonnais ont acheté des fermes déjà construites ou s’ils ont eux-mêmes fait construire les bâtiments de leurs domaines.

III- L’habitat depuis la révolution

10En 18201822, il y a à Coise 110 maisons distinguées d’un point de vue fiscal (la fiscalité semble être le meilleur moyen de les identifier, en assimilant chaque maison à une unité résidentielle, donc à une unité fiscale ; du fait des transformations subies et du groupement de certains bâtiments, l’identification architecturale qui pourrait être réalisée à partir des plans et du parcellaire n’est pertinente que pour la première année, où chaque parcelle correspond bien à une unité fiscale, ce qui n’est plus le cas lorsque les maisons sont partagées). La grande majorité des maisons appartient à des résidents (81 %). Les différences sont relatives à la taille de la propriété : les 26 propriétaires fonciers qui sont imposés pour un revenu supérieur à 500 F possèdent 31 maisons. Deux seulement des onze qui ne résident pas à Coise n’ont pas de maison. À l’opposé, parmi les 64 plus petits propriétaires, dont un sur deux exactement est propriétaire de ses murs, il n’y a que trois forains qui possèdent une maison chacun.

11Si on met en rapport le revenu foncier et la part du revenu de la maison, on voit apparaître une grande homogénéité qui traduit un lien évident entre le revenu des maisons et celui des terres cultivées : plus le revenu d’un domaine est élevé, plus les bâtiments d’habitation sont estimés avoir de la valeur. Par ailleurs au-dessus de 300 F de revenus, correspondant à des propriétés dont la superficie dépasse généralement les 8-9 ha, les rapports les plus élevés, c’est-à-dire ceux qui sont calculés pour des propriétés ayant des bâtiments de faible valeur, sont ceux des domaines appartenant à des forains. On peut aisément en conclure que la propriété foraine, lorsque son importance permet de penser qu’on a affaire à des placements fonciers, se caractérise surtout par la faible valeur de ses bâtiments d’habitation.

12Faire un tableau précis des constructions nouvelles qui ont vu le jour entre 1822 et 1882 n’est pas chose facile. En effet, comme nous l’avons déjà dit, nous ne disposons pas des nouvelles matrices qui ont été élaborées après cette dernière date, et nous devons donc nous fier aux inscriptions faites au cours des années sur les anciens registres. On y compte 41 nouvelles constructions, dont la « Chapelle de la peur » bâtie en 1876 et un petit moulin au Rivat, soit 39 maisons supplémentaires. Deux maisons ont été agrandies et 4 « sols » et bâtiments ruraux transformés en habitation. Par contre, il y a eu 14 démolitions, 3 incendies (de 3 maisons mitoyennes), 2 maisons qui ont été classées inhabitables et 2 converties en bâtiments ruraux, soit 21 disparitions. Au total cela fait donc 22 maisons supplémentaires (39 + 4 - 21) qui sont imposées en 1882.

13Les constructeurs se divisent en trois groupes de tailles inégales. Les trois-quarts sont des Coisataires. Ils bâtissent des maisons de type urbain au nouveau bourg à partir de 1849, date de construction de la cure (9 maisons construites ou agrandies dont seulement 3 fermes), des petites maisons d’habitation à proximité de leur ferme dans lesquelles logeront leurs parents (quelques cas seulement, parce que s’ils sont tous les deux vivants au moment de la reprise de la ferme par un de leurs enfants, les parents souvent louent un appartement au nouveau ou à l’ancien bourg, ou s’établissent à Saint-Symphorien) ; mais les plus nombreux, une dizaine, construisent des fermes d’importance moyenne ou grande (13 si on compte les fermes du nouveau bourg), sur des terres dont ils ont souvent hérité, parfois issues du partage des quelques « grandes » propriétés du début du siècle.

14Les autres constructions sont le fait de propriétaires non résidents, dont quatre Pelauds qui afferment leurs propriétés et cinq cultivateurs des communes voisines qui viennent s’installer à Coise (dont deux au moins sont en réalité originaires de la commune).

15D’après les matrices des propriétés non bâties de 1914 on dénombre 168 maisons imposées. Douze sont situées au nouveau bourg, dont 8 sur une même parcelle, ce qui rend difficile leur identification par la connaissance de leurs superficies. Six maisons sont imposées deux fois, ce qui montre que deux appartements existent dans chacune d'elles. Nous ne connaissons pas leurs surfaces, mais elles appartiennent à un unique propriétaire et les deux parties sont complètement intégrées aux bâtiments de la ferme.

16Il reste donc, hors du bourg, 150 maisons (168-12-6) dont nous connaissons l’emplacement, les propriétaires de 1914 et la superficie.

Tableau III. Les constructions selon le cadastre de 1914

Tableau III. Les constructions selon le cadastre de 1914

17Ces 150 maisons comptent 89 constructions anciennes, 10 maisons qui proviennent d’un dédoublement (c’est-à-dire qu’il y a au moins deux appartements distincts sur une même parcelle bâtie de 1822) et 51 constructions nouvelles. Sept maisons ont été adjointes à une maison voisine, et 17 ont disparu des registres. Les anciennes maisons se partagent entre 42 qui n’ont subi aucun changement de superficie et 58 qui ont été peu ou prou modifiées, quatre fois sur cinq dans le sens d’un agrandissement.

18Le phénomène de concentration des habitations par quelques propriétaires est nouveau. En 1822, seules huit personnes possèdent plus d’une maison, aucun n’en ayant plus de deux. En 1914 (si on se réfère à la matrice des propriétés non bâties qui indique la possession d'un sol de maison), ils sont 25, et six d’entre eux sont propriétaires trois ou quatre fois.

19Le rapport du revenu foncier au revenu des maisons (étant déduites les maisons du village) montre qu'une évolution certaine s’est déroulée sur près d’un siècle. En premier lieu, on remarque une beaucoup plus grande régularité des résultats, qui provient, en partie, du rétrécissement de la fourchette d’imposition des habitations (on passe d’un rapport de 1 à 7,5 entre les valeurs basse et haute à un rapport de 1 à 7, mais les valeurs extrêmes sont exceptionnelles en 1914). La relation relativement étroite entre le montant du revenu imposable d’une maison (c’est-à-dire la moitié de sa valeur locative) et celui du revenu foncier s’est donc encore affermie. La raison principale tient au rétrécissement des « grands » domaines, qui s’est accompagné, comme nous l’avons vu plus haut, d’une augmentation importante du nombre des petites et moyennes propriétés.

20On remarque ensuite que la propriété foraine ne se distingue plus par le peu de valeur de ses bâtiments d’habitation. Si sa part dans l’habitat reste la même qu’en 1820-1822, son emprise foncière a, en revanche, nettement baissé. On peut enfin signaler l’amorce d’un phénomène, encore peu significatif mais qui prendra de l’ampleur après la première guerre mondiale : de plus en plus de personnes logent à Coise et travaillent à Saint-Symphorien.

21L'analyse des formes de groupement est un thème traditionnel des études sur l’habitat rural. On a souvent opposé les régions d’habitat groupé, le nord ou l'est de la France par exemple, aux régions d’habitat dispersé, majoritaires dans le sud. Nous savons que ce sujet a donné lieu à des débats passionnés sur la nature des causes, sociologiques ou géographiques, qui ont conduit à ces spécificités régionales. La question est aujourd'hui tranchée, et plus aucun spécialiste n’avance, par exemple, l’explication géologique qui liait la forme du groupement à la profondeur de la nappe phréatique sous les couches de calcaire (Deffontaines, 1972 ; Rapoport, 1972).

22Reste pourtant que tous les problèmes sont loin d’avoir été résolus et si l’on connaît pour telle ou telle région, par exemple le Lyonnais, les origines des implantations humaines médiévales (Lorcin, 1974), à partir desquelles il est possible de situer dans l’histoire ce que nous savons avec plus de précision dès le XVIIIe siècle, nous ne disposons pas d'études précises, monographiques, qui s’attachent à décrire l’évolution des bourgs, des hameaux et des fermes isolées sur une longue période.

23En nous fondant sur ce que nous avons dit dans les chapitres précédents, nous pouvons retrouver les origines des trois formes de groupes de maisons pour une commune comme Coise. Le hameau est ancien, habité par des petits tenanciers ou des « hommes liges » dès le XIIe siècle. Les domaines seraient issus des « mas » qui appartenaient souvent à des bourgeois ou des nobles de Lyon et du Lyonnais. Constitué autour de l’église, dédiée au patron de la paroisse, Saint-Étienne, le bourg n’eut que très peu d’importance avant le XIXe siècle, comme ce fut le cas dans la plupart des communes proches de Saint-Symphorien.

24D’un point de vue linguistique, le sud des Monts du Lyonnais distingue les deux formes de groupement que sont le bourg et le hameau. Dans une très grande partie du Lyonnais et du Forez, domine la forme parallèle au français « bourg », « lo bor » par exemple à Haute Rivoire et à Larajasse. Les termes désignant le hameau sont beaucoup plus variés, et les Monts du Lyonnais dans leur ensemble, avec une extension sur la plaine du Forez, utilisent un mot dérivé de « burg » qu’on retrouve en Dauphiné, en Provence et dans le Piémont : « la borjyà » à Larajasse (Gardette, 1950/1968 et Gardette, Durdilly, 1976).

25On peut citer une pratique sémantique intéressante qui est révélatrice de la nature des relations entre les campagnes et les petits centres urbains. L'Atlas Linguistique du Lyonnais nous apprend que le bourg de Sury-le-Comtal, dans le Forez, qui eut un rôle économique et politique important au Moyen Âge, est désigné sous le seul terme de « vila », la ville, par les habitants des environs, comme l’est encore Saint-Symphorien par les ruraux des communes voisines. Or, aujourd’hui, les deux « villes », chefs-lieux de cantons, ne comptent pas plus de deux ou trois mille habitants, alors que leurs aires d’achalandage dépassent largement les limites de leur canton. Toutefois, une distinction dialectale importante différencie les deux endroits : près de Sury-le-Comtal, le hameau et le bourg, sont désignés sous le même terme de « vilaj », selon la forme très fréquente dans la moitié sud de la France et dans le sud du Forez, alors que nous venons de voir que le Lyonnais distingue nettement ville, bourg et hameau.

26Ces remarques nous conduisent à formuler une hypothèse, que nous n’avons pas malheureusement les moyens de vérifier entièrement. La distinction habituelle qui est faite entre habitat groupé et habitat dispersé d’une part, entre le bourg et les écarts de chaque commune d’autre part, est trompeuse parce qu’elle part du postulat que la commune (ou la paroisse) est l’unité d’analyse la plus pertinente de l’espace rural. Il faut probablement utiliser des limites beaucoup plus larges pour comprendre la logique des formes de groupement. Il n’est pas possible d’analyser la vie sociale et économique des Monts du Lyonnais en considérant seulement les communautés villageoises, sans inclure les multiples relations qui existent avec Saint-Symphorien, et par conséquent d’étudier les formes de groupement de l’habitat en méconnaissant le rôle d’une « ville » qui, quoique modeste, règle en profondeur la vie régionale.

27À partir de 1820, et probablement déjà un peu avant la Révolution, l’organisation spatiale de l’habitat se transforme donc dans un mouvement continu jusque dans les années 1970. D’une part, le centre de la commune prend de plus en plus d’importance, puisque viennent s’y installer les services municipaux et religieux (mairie, école, église), les commerces et les personnes âgées qui ont laissé leurs fermes à leurs enfants. Pendant ce temps, les hameaux se stabilisent puis régressent. D’autre part, les fermes isolées se multiplient sur l’ensemble du territoire communal. Dans les années 80, un des principaux soucis du maire étant de revitaliser le village qui perdait progressivement ses fonctions traditionnelles au profit de la « ville », Saint-Symphorien, la politique municipale a été de favoriser la construction de lotissements et de villas qui soient intégrés à l’espace et à la vie du bourg de Coise.

28L’observation du plan cadastral de 1817 et des matrices de 1820-1822 nous indique l’amorce d’une évolution qui s’est faite, au moins depuis les années révolutionnaires, et que confirme la lecture des états civils et des actes notariés : le nombre de fermes et de petites maisons isolées a sensiblement augmenté, surtout sur le plateau au dessus de la courbe de niveau des 600 mètres. (Figure 2)

29Progressivement, au fil des ans, cette géographie de l’habitat va se transformer. La juxtaposition des deux cartes de 1820-1822 et de 1911-1914 est parlante : au début du XXe siècle les fermes se répartissent régulièrement, à peu près équidistantes, sur l’ensemble du territoire communal. Cet habitat dispersé, qualifié parfois abusivement de « traditionnel » (Colin, 1982 : 48 et suiv.), se développe surtout au XIXe siècle, en période de fort essor démographique et de transformation profonde de la propriété foncière. On construit des fermes sur des pentes de plus en plus raides, délaissant les replats qui étaient autrefois préférés. Quelques hameaux ont gagné une maison ou deux (encore que l’augmentation du nombre de foyers imposés provienne parfois de la division d’une habitation entre les héritiers). Mais certains, qui au siècle précédent comprenaient trois ou quatre maisons mitoyennes, n’ont plus qu’une seule et unique ferme bâtie avec les pierres et en utilisant les murs des anciennes masures. D’autres hameaux, comme le Terrasson, ont régressé, passant de 7 maisons dont 3 fermes à 5 maisons dont 2 fermes. Parfois, le partage entre les héritiers a pu conduire à la création d’une nouvelle ferme, souvent plus petite que la ferme « paternelle ». À partir d’un bâtiment qui est séparé du reste de la ferme, souvent un hangar, on bâtit une étable et une habitation. (Photos 2 et 3)

30Cet essor de la construction de fermes isolées s’accompagne d'un changement important dans leur répartition spatiale. En 1820 les pentes orientées au nord, assez fréquentes sur le terroir communal, sont rarement bâties. En revanche les fermes et les maisons construites par la suite ne suivent plus aucune implantation particulière, Tous les coteaux sont bâtis, et la règle qui est nettement prédominante, est d’ordre foncier : la division des domaines a conduit au morcellement de la propriété, et l’on construit là où on possède du terrain. La généralisation des cours fermées permet de pallier aux inconvénients d’une mauvaise exposition, en protégeant l’intérieur des fermes du vent et de la neige. Plusieurs grandes fermes sont bâties en plein nord. Le nouveau bourg lui-même est sur le haut du plateau, à peine adossé à une pente orientée au sud-ouest.

Figure 2. L'habitat rural de 1820 et de 1914
D'après le cadastre de Coise

Photo 2. Ferme construite sur une pente raide
Coise, février 1987

Photo 3. Ferme doublée
Coise, février 1987

IV- L’évolution des surfaces

31Quelle que soit la disposition des bâtiments de chaque ferme, la connaissance de ce que le cadastre nomme la « surface bâtie », qui comprend la cour en plus des bâtiments d’habitation et d’exploitation, est importante pour connaître l’évolution des types architecturaux et l’usage qui est fait du bâti par ses occupants. Le premier problème à résoudre est de déterminer le mode d’évaluation de cette surface. Dans le Lyonnais, et en particulier dans la commune de Coise, les levés faits aux débuts du XIXe siècle sont suffisamment précis pour pouvoir servir de base à notre travail. Ils ont été repris et réactualisés en 1934 moyennant quelques changements dus à la prise en compte dans la surface dite bâtie de terrains non agricoles contigus aux bâtiments : chemins privatifs, suel sur lequel on battait le blé, emplacement du gerbier ou du pailli.

32On estimera que les surfaces indiquées comprennent la totalité des bâtiments d'habitation et d’exploitation qui sont disposés autour de la cour. Lorsque cette cour est fermée, elle sera incluse dans la surface étudiée ; lorsqu’elle est ouverte, nous nous fierons au jugement du géomètre cadastreur qui a choisi ou non de la prendre en compte comme surface habitée (il n’y a pas moyen de savoir, 170 ans après, si les cours étaient vraiment ouvertes, ou si un mur les fermait de l’extérieur ; toutes les cours aujourd’hui sont fermées, même celles qui semblaient ouvertes au début du XIXe siècle d’après les plans de 1817).

33Signalons en outre qu’il n'est pas possible de faire une analyse quantitative de l’évolution des types de bâtiments. Les surfaces indiquées sont globales, et seule l’observation sur le terrain peut permettre d’évaluer, de façon empirique, les relations spatiales entre habitation, bâtiments d’exploitation et cours. Par contre, la bonne connaissance du paysage de la commune et de nombreux relevés photographiques dont certains ont été réalisés dans le cadre du Préinventaire des Monuments et des Richesses artistiques du département du Rhône, nous ont permis de repérer les bâtiments antérieurs à 1914 dans les superficies représentées sur l’actuel plan cadastral. Sur le plan actuel, nous avons pu procéder à des mesures approximatives (à l’échelle de l/250e l’épaisseur d’un trait de crayon de 0,2 mm correspond à une longueur de 50 cm, c’est-à-dire que pour une ferme de 400 m2 l’erreur moyenne est de 20 m2, soit 5 %). Associées à l'observation des maisons, elles nous ont permis de déchiffrer les superficies indiquées sur les fiches de mutation réalisées à l’occasion de la révision du cadastre. Nous avons ainsi pu repérer les bâtiments présents en 1914 et connaître leurs dimensions.

1. Les maisons anciennes

34En 1822, le graphique fait apparaître trois particularités. En premier lieu, le grand nombre de petites et très petites maisons, dont les dimensions interdisent une utilisation agricole exclusive. Ensuite se détache un groupe de maisons de dimensions moyennes, entre 350 m2 et 700 m2. Enfin, notons que 7 fermes ont une dimension supérieure à 1 100 m2.

35Si on observe aujourd’hui, sur le terrain, la composition des maisons et des fermes, on s’aperçoit qu’il y a un palier aux alentours de 300 m2, en-deçà duquel les fermes n’avaient pas de cours fermées il y a l60 ans. Cette dimension correspond précisément au creux qui apparaît dans le graphique (nous verrons ultérieurement, lorsque nous aborderons le problème de la typologie, à quoi tient ce palier d’un point de vue architectural). (Figure 3)

36Les plus petites maisons, celles dont les superficies sont inférieures à 100 m2, sont presque toutes composées d’un unique corps de bâtiment allongé, comprenant une ou deux pièces et un petit hangar, comme on peut encore en voir quelques-unes. On en compte 35, soit 32 % du total. Elles sont souvent situées dans les hameaux, ou bien forment des groupes isolés de deux, trois ou quatre habitations mitoyennes, souvent peu éloignés d’anciens grands domaines. Elles étaient habitées, en 1822, par des ouvriers cloutiers et des journaliers. Certaines toutefois, malgré leurs faibles dimensions, appartenaient à des marchands et des artisans.

37Entre 100 et 350 m2, on trouve un habitat mixte de petites fermes, de maisons de cloutiers et d’artisans. Les plans nous montrent des agencements plus diversifiés avec la distinction qui est faite entre les deux corps de bâtiments souvent disposés en équerre. Les cours sont exceptionnelles, et ne peuvent exister que lorsque les bâtiments, construits dans un hameau, sont transversaux à une maison voisine. Parmi les 30 maisons de ce groupe (27 %), les deux tiers sont regroupées avec d’autres.

38Les trente maisons comprises entre 350 et 700 m2 sont toutes des fermes, même si le propriétaire habitant peut être parfois appelé marchand. Elles comprennent plusieurs corps de bâtiments et une cour, mais la disposition de l’habitation et des bâtiments d’exploitation est très variable : en équerre, face à face, ou encore d’un même côté de la cour, celle-ci étant alors fermée par les maisons voisines (si la ferme est située dans un hameau), ou par de simples murs et un portail. Un peu plus de la moitié seulement de ces fermes sont isolées et plusieurs sont situées dans les principaux hameaux (surtout la Ronce et Terrasson). On remarque que les fermes des hameaux ont souvent l’habitation et l’étable situées d’un même côté de la cour, ou forment un angle droit, alors que dans les fermes isolées la dissociation des deux bâtiments prédomine légèrement.

Figure 3. Graphique de distribution des surfaces bâties imposées comme maisons
Coise, 1822 et 1914

39Trois des sept fermes faisant entre 700 et 1 100 m2 sont situées au Mas (en réalité l’une d’elles est une maison de type bourgeois à laquelle sont adjoints quelques bâtiments ruraux) et les autres sont isolées sur le territoire communal. Toutes ont leurs bâtiments d'exploitation situés face à l'habitation, de l’autre côté de la cour (sauf la maison du Mas), et on y pénètre par un portail unique. De grands hangars (les chapits) ferment souvent les deux derniers côtés.

40Enfin, les sept grandes fermes qui ont plus de 1 100 m2 d’emprise au sol, sont toutes dispersées sur la commune, loin des hameaux. La plus spacieuse, la ferme de la Grand’Val, d’une superficie totale de 1 780m 2, a des dimensions qui sont rarement atteintes dans la région, si ce n’est par quelques granges d’origine médiévale. Leur disposition est identique à celle des fermes précédentes.

41La moitié des fermes de plus de 700 m2 appartenait à des forains et à des nobles au milieu du XVIIIe siècle. Les autres étaient aux grandes familles de Coise, les Fayolle à la Petite Val et au Moulin Fulchiron, les Pupier au Mas, les Pipon à la Viellière et « Chez Chanavat ». Beaucoup semblent antérieures au XVIIIe siècle par le style des constructions, et certaines sont datées du XVIIe siècle.

42Parmi les plus petites constructions, on remarque cinq d’entre elles qui mesurent entre 35 et 37 m2, et cinq autres qui mesurent entre 70 et 72 m2. Ces deux paliers dans la courbe des surfaces sont une indication intéressante, le second étant exactement le double du premier : ils correspondent précisément à des mesures que nous avons pu effectuer dans des fermes anciennes bâties autour d’une petite maison d’habitation. La maison, bâtie en pierre, comprend une cave, un étage d’habitation et un grenier ; la dimensions intérieure de la pièce est de 5 m/5 m, les murs ayant une épaisseur moyenne de 50 cm à mi-hauteur (à cause du fruit ils sont plus larges au niveau de la cave et plus minces au grenier). La surface extérieure est de 36 m2. Contre la maison est bâtie l’étable, et dans leur prolongement le chapit (voir les détails au chapitre suivant). Nous aurions là un module de base, qui serait utilisé pour les petites constructions.

2. Les transformations du XIXe siècle

43Les différences entre les graphiques des surfaces de 1820 et de 1914 sont instructives sur l’évolution générale des bâtiments. Nous retiendrons trois points dans cette comparaison : la diminution importante du nombre des très petites maisons, l’augmentation générale de toutes les surfaces intermédiaires et la baisse du nombre des grandes fermes. Signalons que notre étude retient 144 maisons, sur un effectif total de 168. Outre les 12 maisons du bourg dont les 4/5es sont de type urbain (maison à étage, bâtiment unique disposé le long de la rue, absence de bâtiments d’exploitation, hormis quelques appentis), nous avons exclu les 6 maisons qui sont imposées deux fois pour une surface unique.

44En 1914, quinze maisons ont une superficie inférieure à 100 m2 (10 %), trois d’entre elles seulement étant postérieures à 1822. Deux sont isolées et cinq sont construites à l’ancien bourg et à la Ronce. Ces maisons comprennent en général une cave, une pièce d’habitation et un grenier, et souvent une seconde pièce, la » boutique » dans laquelle on fabriquait les clous. Elles ont été, pour la plupart, beaucoup transformées après 1934 (et souvent démolies, puis reconstruites à la même place). Plusieurs sont habitées en 1914 par des « filles », des veuves et des gens âgés, qui ont souvent remplacé les cloutiers et les journaliers du siècle précédent.

45On ne compte plus que quatre fermes dont la superficie est supérieure à 1 100 m2. Toutes quatre sont anciennes et l’une d’elle a été agrandie au cours du XIXe siècle. Les trois manquantes, par rapport à 1822, ont été divisées ou diminuées à la suite d’incendies qui étaient fréquents autrefois, d’après la mémoire locale, allumés par des pyromanes (dont on dit qu’ils venaient toujours des communes voisines), ou bien spontanés dus à la fermentation du foin dans les fenils mal ventilés.

46Cinquante maisons ont entre 100 et 350 m2, soit 35 % du total, ce qui représente une proportion légèrement supérieure à 1822. Seize sont isolées, les autres sont construites dans les hameaux, ou tout proche d’autres maisons. Beaucoup sont issues du partage de fermes anciennes, auxquelles on a parfois ajouté un bâtiment ; certaines, au contraire, proviennent du rassemblement de deux bâtiments qui appartenaient préalablement à des propriétaires différents. Si on se souvient qu’il y a 115 cultivateurs chefs de famille domiciliés à Coise en 1911, et en considérant que dans les maisons exclues de cette analyse il y a une minorité de fermes, on doit bien admettre que près de la moitié de ces petites maisons correspondent à des exploitations rurales, ce qui signifie qu’à partir de 200 m2, la plupart des maisons sont des fermes.

47Cinquante-quatre maisons sont comprises entre 350 et 700 m2 (plus de 37 %), soit nettement plus qu’en 1822. La moitié sont des fermes isolées, auxquelles il faut ajouter deux fermes qui sont construites (ou qui subsistent) à l’emplacement d’anciens hameaux. Trois autres, sans être situées dans des hameaux, sont mitoyennes avec une autre ferme. Il faut souligner que les fermes bâties dans les hameaux n’ont été que rarement agrandies depuis le début du XIXe siècle, contrairement aux maisons plus petites, et souvent plus isolées. Entre 700 et 1 100 m2, l’augmentation du nombre de fermes est la plus forte : 27 au total (19 %), soit 20 de plus qu’un siècle plus tôt. Deux seulement sont groupées avec d’autres maisons, l’une au Mas et l’autre à l’ancien bourg.

3. Dimensions des maisons fiscales et époque de la construction

48Pour approfondir les relations existant entre l’époque de la construction et la superficie des bâtiments, nous avons constitué pour 1914 cinq nouvelles classes rassemblant les 150 maisons dont nous connaissons la superficie. Afin de pouvoir les comparer rigoureusement, nous avons fait en sorte que leurs effectifs soient équivalents. Les maisons ont ensuite été réparties en quatre catégories : celles qui sont antérieures à 1822, et n’ont pas ou très peu subi de travaux ; les maisons qui ont été partagées entre les deux dates, que les parties aient été ou non modifiées ; les maisons qui ont subi des travaux conséquents (agrandissement ou diminution supérieure à 20 m2), auxquelles on a ajouté celles issues du regroupement de maisons plus anciennes, les maisons nouvelles, bâties entièrement après 1822, et celles provenant de la transformation d’un ancien bâtiment rural. Dans la mesure des superficies, n’ont pas été comptés les bâtiments ruraux isolés. (Figure 4)

49Le graphique montre nettement la relation étroite qu’il y a entre l’ancienneté d’une maison et sa superficie. Les très petites maisons, inférieures à 180 m2, sont à 40 % antérieures à 1822 ; cette proportion passe à 66,6 % pour les maisons de moins de 100 m2 À l’inverse, parmi les maisons de dimensions moyennes, entre 300 et 720 m2, on trouve le plus grand nombre de constructions nouvelles, 42 % (avec un maximum à 48 % entre 300 et 500 m2). Le troisième point remarquable est le nombre très important des maisons qui ont été agrandies au-delà des 490 m2. Ainsi, on voit que la majorité des grandes fermes (la limite se trouve en réalité à 600 m2) provient de l’agrandissement de fermes plus anciennes qui ont pu être au préalable divisées entre deux héritiers. Signalons toutefois un détail qui n’apparaît pas dans le graphique : les quatre plus grandes fermes sont toutes antérieures à 1822, et n’ont été que peu ou pas modifiées.

V- L’évolution du revenu imposable des maisons

50En 1822, sur les 110 maisons (moulins non compris) 9 appartiennent à la lère classe, et sont estimées pour un revenu de 30 F, 12 à la seconde (21 F), 24 à la 3e (15 F), 31 à la 4e (9 F) et 34 à la 5e (4,5 F). Elles représentent respectivement 8 %, 11 %, 22 %, 28 % et 31 % du total. En 1914, sur les 152 maisons situées hors du bourg et estimées pour un revenu imposable égal ou inférieur à 105 F, les deux dernières classes représentent moins du 1/20e du total des maisons et les cinq premières un peu plus du quart (à l’inverse de 1822 les dernières classes sont celles qui ont le plus de valeur ; en outre, le nombre des classes fiscales est beaucoup plus progressif et a été multiplié par quatre). Les dix classes centrales rassemblent plus des deux tiers des maisons, avec un maximum de 31 maisons pour les revenus de 48,75 F (soit plus de 20 %). Il est clair que des modifications importantes ont vu le jour. Le nombre des « masures », selon le terme qui est parfois employé dans les actes notariés, a nettement baissé au cours du XIXe siècle, pendant que les maisons ayant un revenu moyen, proche des classes médianes, se sont multipliées.

1 : de 0 à 179 m2
2 : de 180 m2 à 299 m2
3 : de 300 m2 à 489 m2
4 : de 490 m2 à 720 m2
5 : de 721 m2 à 1780 m2
Chaque classe comprend 30 maisons fiscales
Figure 4. Dimensions des maisons et époque de construction

51En 1822, les liens entre revenu des maisons et surface bâtie sont simples : 74 % des maisons de moins de 100 m2 appartiennent à la 5'classe ; les trois-quarts des maisons de 200 à 300 m2 sont dans la 4e classe, la moitié de celles de 300 à 600 m2 sont dans la 3e classe, la moitié des maisons de 600 à 700 m2 sont dans la 2e classe, et près des trois-quarts des maisons de plus de 700 m2 sont dans la 1ère classe (et toutes celles de plus de 1 000 m2). La corrélation entre la surface bâtie et le classement fiscal est forte pour les maisons imposées pour un revenu de 4,5 F, assez forte pour celles estimées à 30 F, mais l’est beaucoup moins pour les trois classes intermédiaires.

52En 1914, les liens sont moins clairs entre le revenu imposable des maisons et leurs surfaces bâties. Deux points essentiels peuvent toutefois être soulignés. Un nombre non négligeable de très petites maisons, inférieures à 100 m2, a un revenu estimé supérieur à 30 F, c’est-à-dire assez proche des deux tranches médianes. À l’opposé, parmi les 9 maisons imposées pour 90 F et plus, trois ont une superficie inférieure à 500 m2. C’est dire qu’il y a un étalement des superficies sensible pour les revenus extrêmes. En second lieu on remarque le nombre important de maisons (17) ayant une superficie comprise entre 200 et 700 m2 pour un revenu compris entre 45 F et 56,25 F. Ce qui peut être interprété comme le signe de l’existence d’un modèle aux dimensions assez stables.

53Il y a ainsi quelques différences entre les deux époques. En 1914, les petites maisons sont moins nombreuses, mais plusieurs d’entre elles sont plus fortement imposées. Apparaît un nombre important de maisons aux dimensions et aux revenus médians. La corrélation entre superficie et revenu persiste, avec toutefois moins de netteté.

54Un autre point de comparaison que nous allons établir concerne les relations entre le revenu des maisons et leur âge. Nous réserverons cette analyse aux bâtiments présents dans le cadastre de 1914, les informations que nous possédons sur l’âge des maisons du cadastre de 1822 étant trop incomplètes. Rappelons seulement que le règlement du cadastre précise que les revenus des maisons doivent être réexaminés régulièrement pour tenir compte de la dégradation des bâtiments avec le temps. Nous ne présenterons pas de description détaillée de ce point, les conclusions ne faisant qu’illustrer l’application de cette règle.

55Au début du XIXe siècle, la valeur de la maison varie de façon régulière avec le revenu des terres. À la première classe, correspondent des exploitations de 12 à 52 ha, évaluées entre 633, 63 et 1 481,85 F. Les plus grands domaines possèdent les bâtiments qui ont le plus de valeur et dont la superficie est la plus grande, comme nous venons de le voir. Ceux-ci sont presque toujours millésimés en deux ou trois endroits et datent vraisemblablement du XVIIe siècle. Les plus petits des domaines dont la ferme est dans la lère classe appartenaient, au XVIIIe siècle, aux plus importantes familles de la paroisse. Les plus grands sont des domaines forains, ou ont été acquis à la fin du XVIIIe siècle.

56La classe à 21 F se distingue peu des plus grandes propriétés de la classe suivante. Elle concerne des domaines compris entre 12 et 26 ha, dont les revenus s’échelonnent de 289 à 898 F. Aux 11 maisons de la 2e classe correspondent des exploitations de dimensions fort variables. Elles sont habitées par des vieilles familles de Coisataires dont on retrouve la trace aux mêmes endroits dans les registres paroissiaux du XVIIIe siècle (Séon à la Guillermière, Gonon « Chez Chanavat », Bonny ou Bonnier à Harfeuilles), mais aussi des nouveaux venus pendant le dernier tiers du siècle (Crozier à Lupin, Guyot au Brulay, Mauvernay à Harfeuilles, dont le père était fermier au domaine de la Terrasse) et quelques marchands de Saint-Symphorien. Beaucoup de ces fermes sont situées dans les vieux « quartiers » de la commune où les propriétaires exploitants étaient déjà nombreux avant la Révolution (Harfeuilles, la Guillermière). Les millésimes restent assez fréquents, et plusieurs datent du XVIIe siècle.

57Les maisons de la 3e classe sont situées sur des exploitations très semblables aux précédentes. Toutefois, une différence importante existe entre les deux : toutes celles situées dans les plus grands domaines, au-dessus de 300 F de revenus, appartiennent à des non résidents. Elles s’échelonnent de 92 à 830 F, pour des superficies comprises entre 1,35 et 21,47 ha, le plus grand nombre se situant entre 150 et 350 F pour des superficies moyennes de 4 à 10 ha. Ces dernières sont souvent situées dans les hameaux où elles appartiennent à des familles qui s’y sont installées depuis longtemps (Rivollier et Bourrin au Terrasson, Villard et Fayolle à la Chazotte, Pupier au Mas). Très peu sont datées et on doit chercher dans les diverses archives pour en retrouver la trace, avec cette restriction qu’étant en habitat aggloméré, il n’est pas facile de les individualiser.

58Comme pour les précédentes, on distingue nettement deux parties dans les fermes de la 4e classe : les quatre premières, qui ont aussi les plus grandes surfaces bâties, appartiennent à trois forains et un meunier. Malgré leur étalement entre 10 et 759 F (de 0,02 à 21,39 ha), la plupart d’entre elles se situent sur des exploitations inférieures à 3 ha. Beaucoup sont situées dans les hameaux (La Ronce et la Grande Chazotte), mais un nombre non négligeable est dispersé dans la commune. Leur revenu moyen à l’hectare est assez stable, souvent compris entre 40 et 50 F, soit légèrement supérieur au taux moyen de la commune (34,5). Elles sont très rarement datées, comme celles de la catégorie suivante.

59On peut regrouper les deux tiers restants des maisons de la 4e classe avec celles de la dernière classe, ce qui représente près de la moitié du total de l’effectif. Il s’agit de micro-exploitations dont la qualité des sols est très variable, et de maisons d’artisans et d’ouvriers ne possédant souvent qu’un jardin, un pré et quelques arpents de terres arables. La surface bâtie est inférieure à 200 m2, comprenant à la suite de l’habitation une « boutique » et parfois une petite étable avec un fenil à l’étage. Très peu nombreuses sont celles qui sont isolées dans la commune.

60La connaissance de la classe à laquelle appartiennent les maisons nous permet donc de corriger la classification provisoire que nous avions élaborée à partir des seules superficies, tout en en confirmant globalement la validité. La relation est étroite entre la classe, d’une part, et d’autre part la superficie des sols bâtis (dont la cour) et le revenu de la surface agricole, qui comprend surtout des terres labourables et des prés.

61Cette liaison nous invite à prendre en compte une autre particularité sociologique et foncière intéressante. Dans les lère, 3e et 4e classes, les maisons correspondant aux exploitations les plus grandes appartiennent à des forains. Ce phénomène est surtout spécifique des 3e et 4e classes, et aurait été plus important encore si on avait inscrit les propriétaires de deux maisons. L’explication vient de ce que les fermes dans lesquelles vivent et travaillent les fermiers et les métayers ont une valeur bien moindre que les fermes habitées par des paysans propriétaires. On peut citer l’exemple de la petite ferme du Creux du Loup que possède le « jurisconsulte » de Saint-Symphorien, André Molière, inscrite dans la 4e classe malgré ses 660 m2 et qui est à la tête d’une exploitation de 21 ha. Ainsi, il semble bien que la qualité d’une maison dépende également de la nature de la propriété, fermage (et métayage) ou faire-valoir direct.

62En 1914, on retrouve la tendance de 1822. Le revenu des maisons évolue globalement de la même façon que le revenu des terres, mais de façon moins nette, du fait d’assez nombreuses exceptions. Par exemple, la ferme du domaine de la Terrasse, le plus grand de la commune, n’est estimée qu’à 67,50 F, c’est-à-dire qu’il y a plus d’une quinzaine de maisons qui ont une valeur supérieure alors que les surfaces exploitées sont parfois très inférieures. On voit des maisons estimées à 75 ou 82,50 F dont le propriétaire ne possède que deux ou trois hectares, et des maisons dont le revenu est inférieur à 50 F qui appartiennent à des propriétaires qui ont plus de 12 hectares.

63La multiplication des classes fiscales gêne une analyse du type de celle réalisée pour 1822, d’autant qu’elle a pour conséquence de gommer les effets de groupement dû aux écarts importants des cinq catégories anciennes. Quelques éléments peuvent toutefois être ajoutés en complément à la tendance générale. Le rapport entre le revenu des bâtiments et celui des terres a très sensiblement augmenté, le revenu global des bâtiments augmentant plus rapidement que celui des sols exploités. Cela est dû principalement à l’agrandissement des fermes et à l’amélioration des bâtiments d’habitation pendant le XIXe siècle, comme nous le verrons plus loin, alors que la taille des exploitations a diminué. Il faut ensuite signaler que la propriété foraine, si elle est plus importante qu’au siècle précédent, a beaucoup changé. Elle n’est plus le fait de bourgeois qui placent leurs capitaux à la campagne, mais de paysans des communes voisines, ou plus souvent des veuves d’agriculteurs de Coise qui, domiciliées hors de la commune, louent la ferme familiale à un de leurs enfants.

VI- Un classement sociologique des maisons

1. Quatre types bien marqués en 1822

64À partir du graphique de 1822, nous avons observé plusieurs choses : il y a corrélation entre la classe des maisons et le revenu des exploitations ; on peut repérer des maisons de paysans, d’artisans et de journaliers, et parmi les maisons de paysans celles qui abritent des fermiers ou des métayers et celles qui appartiennent à des exploitants propriétaires. Aux classes fiscales des habitations correspondent donc plus ou moins précisément des statuts sociaux professionnels, que la connaissance des revenus nous permet de préciser. Nous avons également vu que la distribution spatiale des maisons rassemblées en classes fiscales retrouvait, en certains points, les formes de groupement de l’habitat. Enfin, dans le chapitre précédent, nous avions décrit les relations qu’on pouvait établir entre le revenu, la superficie et l’âge des maisons. À partir de ces éléments, on peut maintenant proposer une première typologie des maisons en 1822 qui intègre partiellement l’organisation sociale de la commune. Prenant en compte le revenu foncier, la classement fiscal et le statut de la propriété, cette typologie est organisée hiérarchiquement. Il s’agit donc d’un nouveau classement qui associe à la valeur des bâtiments les formes de la propriété et l’organisation de la société. Nous verrons plus loin les recoupements qu’on peut faire avec une typologie de l’architecture. (Figures 5 et 6)

65Selon les modalités que présentent les maisons dans ce que nous nommons des caractères primaires, nous avons déterminé quatre classes composées de deux sous-classes (voir tableaux IV et V). La plupart des maisons et des fermes ont été intégrées parfaitement à l'un des quatre types, une petite dizaine seulement s’en trouvant exclues, ont été placées dans une catégorie à part. Compte tenu des difficultés pour associer sept d’entre elles à des sols exploités (généralement parce que leur propriétaire possède déjà une maison principale), l’effectif total est de 103 maisons.

Tableau IV. Classement sociologique des maisons fiscales en 1822. Les critères de choix

Tableau IV. Classement sociologique des maisons fiscales en 1822. Les critères de choix

66Des caractères secondaires nous ont ensuite permis de définir de nouvelles caractéristiques des maisons, afin de mieux préciser les relations de l’habitat à son environnement sociologique. Ce sont la surface de la propriété et la qualité des sols, la surface bâtie, les formes de groupement des maisons, la profession des occupants.

67Nous avions déjà affiné la typologie des groupements en décrivant : le hameau, ensemble de maisons et de fermes qui ont des murs ou des cours mitoyennes, la ferme isolée, la ferme double qui est assez fréquente dans la région, et le bourg. À cela il convient d’ajouter des formes de groupement moins précises, groupement dense constitué de quelques petites maisons mitoyennes qui ne sont pas des fermes et ne portent pas le nom de hameau sur le cadastre napoléonien, groupement lâche formé de plusieurs fermes très proches les unes des autres, sans être mitoyennes. En ce qui concerne les professions, seules celles connues avec certitude ont été retenues. Rappelons qu’en 1836, 81 chefs de famille sur 125 sont déclarés cultivateurs (les deux tiers). Nous pourrons alors voir quels liens établir entre les formes de groupement et la sociologie des maisons.

Figure 5. Revenu de la propriété et revenu imposable des maisons en 1822

Figure 6. Revenu de la propriété et revenu imposable des maisons en 1914

Tableau V. Classement sociologique des maisons en 1822. Typologie ordonnée

Tableau V. Classement sociologique des maisons en 1822. Typologie ordonnée

Tableau VI. Classement sociologique des maisons en 1822. Résultats

Tableau VI. Classement sociologique des maisons en 1822. Résultats

68Le premier type est constitué des dix fermes appartenant à la première classe fiscale, plus une de la 2e classe. Il s’agit de grandes fermes (revenu foncier> 800 F ou légèrement inférieur) parmi lesquelles on distingue deux sous-types. Les plus importantes sont d’anciens domaines qui ont été acquis au siècle précédent par des laboureurs ou des fils de marchands devenus paysans, ou ont été construites au tout début du siècle. Les trois dernières au revenu est inférieur à 800 F, qui forment le type I b, sont de vieilles fermes familiales qui ont été transmises de père en fils (ou en gendre) depuis plusieurs générations. On remarque pour l’ensemble que les moins grandes d’entre elles ont des sols de qualité nettement plus élevée que la moyenne, qui est de 34,5 F à l’hectare, alors que les plus vastes des anciens domaines ont des terres de moindre qualité.

69Le deuxième type, rassemble 21 fermes. Il est formé d’exploitations moyennes dont le revenu imposable est compris entre 300 et 800 F. Il comporte lui aussi deux sous-types. Le type IIa se rapproche en bien des points du type Ib : valeur élevée de la maison, propriétaires résidant à Coise, dimensions honorables de l’exploitation. Par ailleurs, la plupart sont situées dans les « vieux » quartiers de la commune où les domaines forains étaient rares. Le type IIb est remarquable parce qu’il associe des maisons de valeur moyenne, voire médiocre, à des exploitations de bonnes dimensions, dont les sols sont d’une qualité assez nettement supérieure à la moyenne. Or, ce sont aussi des locations, ce qui montre le lien direct entre la valeur d’une maison et le statut de la propriété. Parmi ces propriétaires, plus de la moitié sont des marchands ou des notables de Saint-Symphorien. Ceci oppose en bloc les types Ia ou IIb d’une part, fermes qui sont issues de propriétés nobles ou bourgeoises, des types Ib et IIa d’autre part qui sont de vieilles fermes familiales.

70D’autres éléments apparaissent, qui sont transversaux aux deux premiers types. Les fermes qu’on peut appeler de rapport ne sont jamais regroupées avec d’autres. Celles qui sont situées dans des hameaux tout en étant louées appartiennent, en fait, à des paysans qui résident ailleurs dans la commune, ou dans une commune voisine. D’autre part, il y a peu de rapports entre la superficie de ces maisons et la surface, ou le revenu, des exploitations, alors qu’en général le lien est assez fort entre le revenu foncier et la classe fiscale des maisons (sachant qu’une propriété foraine a généralement de moins bons bâtiments).

71Le troisième type, celui des petites fermes, est constitué de 14 maisons de la 3e classe, formant le premier sous-type IIIa, de 10 fermes de la 4e classe formant le second sous-type IIIb, et de 3 fermes marginales. Les locations sont très rares dans l’ensemble de la catégorie, ce qui la distingue nettement de la précédente, dont les maisons ont parfois la même valeur. La qualité des sols est très variable, mais souvent supérieure à la moyenne, surtout en IIIa. Le nombre de fermes situées dans des hameaux est bien supérieur au nombre des fermes isolées. En effet, nous trouvons dans le type IIIa nombre de ces fermes dont nous avions vu le rôle dans l’organisation des hameaux (Chap. 1) : des bâtiments certainement anciens, assez petits, d’une superficie moyenne de 400/450 m2, habités de longue date par des exploitants propriétaires, autour desquels une ou deux autres fermes plus petites et des maisons de journaliers ou d’artisans ont été bâties. Dans ces dernières, il est fréquent que le propriétaire soit un parent de celui de la ferme principale. Dans le IIIb, apparaissent les premiers artisans (un tuillier, un maçon et un galocher).

72Nous avons rassemblé toutes les micro-exploitations, celles qui ont moins de 80 F de revenu foncier, dans le 4e type. La limite entre la petite exploitation et la micro-exploitation est difficile à établir dans sa réalité sociologique. Comment décréter qu’en-dessous de telle surface, ou de tel revenu, une exploitation n’est plus viable ? En termes de profession, cela revient à établir une frontière entre le journalier, l’artisan et le cultivateur, étant entendu que seul le dernier peut vivre pour l'essentiel des revenus de la terre. Comme nous l’avons souligné déjà à plusieurs reprise, les critères de superficie, ou même du revenu foncier, pourtant plus fiable, sont insuffisants car ils ne tiennent compte ni des besoins, ni des possibilités de revenus complémentaires qui n’apparaissent que très rarement dans les documents. D’autre part, si l’on se réfère aux pratiques d’une période plus récente et au nombre élevé des petits propriétaires non résidents, il est fort probable que le paysan qui possédait deux ou trois hectares en cultivait près du double, en louant des prés et des pâtures, sans qu’aucun acte écrit ne fût passé. Ainsi, dans ce 4e type, on trouve des maisons appartenant à des cultivateurs, à des artisans, à des journaliers et à des cloutiers sans que nous ayons véritablement les moyens de préciser les distinctions entre les uns et les autres, l’inscription de la profession dans les actes officiels étant assez aléatoire comme nous l’avons déjà dit. Autre particularité, presque toutes sont situées dans les hameaux, au bourg de Coise, ou bien forment ce que nous avons appelé les « groupes denses ».

73En réalité, c’est cette impossibilité même de distinguer le statut de son propriétaire, entre un maçon, un journalier et un petit paysan, qui fait la particularité de ces petites maisons. Ce phénomène traduit la grande mobilité professionnelle des catégories les pauvres de la société rurale. Tout comme le paysan, le charron a besoin d’un hangar où il range ses bois, et il possède une petite étable dans laquelle sa femme tient deux ou trois vaches, ou quelques moutons. Mais, à l’occasion, si les affaires marchent mal, il louera quelques terres en hypothéquant sa maison et se fera paysan. Ainsi, par exemple, Louis Guinand, tisserand au hameau dit de « Chez Chanavat », possède plus d’un hectare et demi de terres et une maison avec cour de 240 m2 (ses ancêtres faisait déjà le même métier, au même endroit, avant la Révolution).

74Pour résumer les enseignements de cette typologie de 1822, disons que la maison apparaît bien comme un élément important de différenciation sociale. Le lien est étroit entre la richesse de l’exploitation et le classement fiscal de la ferme, entre ce classement et la nature de la propriété. Les maisons les plus « riches » sont isolées au milieu de leurs terres, ce sont aussi celles qui appartenaient à des forains, bourgeois ou nobles, avant la Révolution. Elles sont habitées par les « grosses » familles paysannes qui se sont souvent installées entre 1770 et 1800. Très vite, celles-ci ont acquis la prééminence politique puisqu’on les voit à la mairie en ce début de XIXe siècle et quelles construiront, quelques années plus tard, la nouvelle église et financeront l'école. À l’inverse, dans les hameaux, se mêlent les masures de journaliers et les petites fermes, où vivent depuis des générations, les descendants de trois ou quatre familles. Les enfants des paysans seront journaliers, artisans ou paysans eux-mêmes pour celui qui héritera des bâtiments et de la majeure partie de l’exploitation (voir Cerclet, 1985). Ce (relatif) déterminisme sociologique de l’habitat évoluera au cours du siècle, alors qu’un nombre important de fermes nouvelles seront construites.

2. L’uniformisation des exploitations et de l’habitat au XIXe siècle

75En 1914, la situation est sensiblement différente de celle de 1822. On ne retrouve plus les quatre groupes de points qui permettaient d’associer classe fiscale, statut de la propriété et revenu de l’exploitation, mais deux ensembles à peu près équivalents, le premier formé de maisons au revenu supérieur à 45 F pour des propriétés dépassant les 250 F, l’autre de maisons estimées au-dessous de 52,50 F pour des exploitations inférieures à 250 F (cf figure 6). Il faut rappeler que, compte tenu de notre méthode de présentation qui exclue les propriétés comprenant plusieurs maisons, les plus grands domaines sont mal représentés. Les raisons, que nous rappelons, sont techniques : lorsqu’il y a deux maisons, ou plus, dans une propriété, il devient impossible de connaître la surface agricole correspondant à chacune d’elles. Or, ce sont les plus gros contribuables de la commune qui sont dans ce cas. La ferme du marquis de Noblet, au domaine de La Terrasse, n’est pas non plus indiquée, pour la raison que son revenu est trop élevé pour qu’elle entre dans le graphique. Il est donc indispensable de rajouter un troisième groupe de 6 propriétés, non représentées sur le graphique qui comprennent 13 fermes et maisons situées hors du nouveau bourg. Ce faisant, on peut délimiter trois types de propriétés, dont seulement deux présentent explicitement une relation entre le revenu des maisons et celui des sols cultivés, répondant ainsi à la définition que nous avions fixée pour 1822.

76Nous avons déjà longuement évoqué les principales exploitations de Coise en 1914. Précisons toutefois ici leurs caractéristiques telles qu’elles apparaissent dans le tableau de la typologie ordonnée de 1914, rassemblant tous les critères, primaires et secondaires, sur lesquels nous avons fondé notre approche. Deux cas sont particuliers, celui du domaine de la Terrasse qui est le dernier spécimen dans la commune des exploitations foraines ou nobiliaires anciennes, et celui des possessions de l’hôpital de Saint-Symphorien qui se sont sensiblement agrandies depuis un siècle.

Tableau VII. Classement sociologique des maisons fiscales en 1914. Typologie ordonnée

Tableau VII. Classement sociologique des maisons fiscales en 1914. Typologie ordonnée

Tableau VIII. Classement sociologique des maisons fiscales en 1914. Résultats

Types

I

IIa

IIb

III

Effectifs

6 dont 4 comprenant plusieurs maisons

9

31

59

Construct, hors types

-

3 comprenant plusieurs maisons

8 (dont 6 comprenant plusieurs maisons

9 comprenant plusieurs maisons

Totaux

13

17

45

77

77À deux exceptions près, tous les grands propriétaires possèdent en plus de leur ferme principale, souvent appelée la « paternelle », une ou deux autres maisons : soit une ferme récente, soit une maison au village, soit la ferme d’un second domaine, soit une petite maison dans laquelle logent des journaliers. Cette accumulation foncière est un phénomène nouveau par rapport à 1822, alors même que les dimensions des propriétés ont généralement baissé. On remarque que les fermes de ces propriétaires sont isolées et que leur revenu n’est en rien supérieur à celui des fermes du type suivant, contrairement encore à ce qu’on avait vu dans la période précédente ; en revanche, les surfaces bâties sont importantes, souvent supérieures à 1 000 m2. Signalons qu'aucun de ces propriétaires n’est issu d’une famille habitant dans la même ferme depuis plus de 140 ans, que ce soit par filiation maternelle ou paternelle, le plus « enraciné » d’entre eux étant certainement Jean-Marie Étienne Crozier, dont un ancêtre avait acheté, en 1781, « deux portions d’un domaine » situé à Lupin.

78Le second type comprend plus d’une cinquantaine de propriétés, qui associent des maisons de qualité moyenne ou bonne (normalement d’une valeur supérieure à 48,75 F, à quatre exceptions près) à une exploitation dont le revenu est estimé pour le premier sous-type entre 700 et 1 000 F (neuf cas) pour des superficies de 12 à 18 ha, et, pour le second sous-type entre 250 et 604 F, pour des superficies de 4,50 à 10 ha.

79Le type IIa comprend essentiellement des fermes isolées qui appartiennent toutes à des Coisataires. Le revenu des maisons est généralement élevé, souvent supérieur ou égal à 67,50 F, et on trouve peu de constructions récentes. Les surfaces bâties sont assez vastes, presque toutes comprises entre 700 et 1 000 m2 et trois propriétaires sur douze possèdent plusieurs maisons, soit à la suite d’un regroupement d’exploitations, soit par l'acquisition ou la construction d’une petite maison supplémentaire. Comme dans le type I, les familles sont souvent arrivées dans la commune pendant le dernier quart du XVIIIe siècle, et il y a eu quelques installations « en gendre ». Quelques nouveaux Coisataires se sont installés, tel Jean-Marie Pluvy dont le père, venant de l’Aubépin, commune de Larajasse, avait acquis la ferme de la Viallière après y avoir été fermier. Ce cas n’est pas isolé, puisque nous l’avons rencontré dans plusieurs communes des Monts du Lyonnais où ont porté nos enquêtes : Larajasse, Pomeys, Duerne par exemple. Ces changements de propriétaires se sont souvent réalisés dans la deuxième moitié du XIXe siècle par la vente du domaine au bénéfice du fermier après que les parents de ce dernier, souvent originaires d’une commune voisine, aient réalisé le partage de leur patrimoine et qu’un des plus jeunes enfants ait hérité de la ferme familiale. Les soultes, versées à intervalles réguliers et prévues dans les actes passés devant notaire, servaient à payer les traites, soit à l’ancien propriétaire, soit à un notable de la région qui avançait l’argent.

80Le type IIb comprend une petite quarantaine de fermes. Les premières sont le plus souvent isolées, quelques-unes sont des fermes dédoublées, alors que les dernières, plus proches du type suivant, sont majoritairement situées dans les hameaux (Le Mas et la Grande Chazotte surtout). Le revenu des maisons est moyen, compris généralement entre 48,75 et 60 F, avec quelques cas extrêmes de fermes assez vastes mais de faible valeur immobilière. Parmi les maisons dont le revenu est supérieur à 52,50 F, beaucoup ont été construites au XIXe siècle, surtout après 1880. Plusieurs propriétaires possèdent une seconde maison (un sur cinq). Il s'agit presque chaque fois d’une petite maison proche de la ferme principale, dont nous ne connaissons pas la destination. Les surfaces bâties sont très variables, allant de 400 à 1 000 m2 (plusieurs maisons, sont même inférieures à 400 m2), sans qu'il y ait forcément de lien très étroit avec la taille de l’exploitation. En fait, ce qui caractérise ces maisons, c’est la diversité des situations dans chacun des critères. On trouve de grandes maisons au faible revenu, entourées d’une petite exploitation, des grandes fermes assez fortement imposées entourées d’une exploitation moyenne, mais aussi des petites fermes peu imposées, dont le propriétaire exploite près de 10 ha, ce qui est supérieur à la moyenne des exploitations.

81Parmi les fermes les plus anciennes, plusieurs appartiennent au même patrilignage depuis un siècle au moins, et parfois plus, mais on note surtout un nombre important de « nouvelles » familles, qui sont à Coise depuis deux ou trois générations au plus, qui ont tous acquis des exploitations au XIXe siècle. Quelques locations appartiennent pour la plupart à des femmes non mariées (veuves et célibataires).

82Avec plus de 70 maisons, le troisième type est le plus important. Si l’on excepte les relations déjà décrites entre le revenu global et celui des maisons, il n’a guère de spécificités par rapport au type IIb. On trouve des maisons de valeur moyenne qui n’ont pas de terres, sans être pour autant situées au nouveau bourg, des bâtiments dépassant les 400 m2 entourés de petites exploitations de trois ou quatre hectares, de petites maisons de journaliers entourées d’un seul jardin, quelques maisons fortement imposées, mais dont la faible quantité de terrain qui les entoure exclut qu’il s’agisse d’exploitations paysannes. Beaucoup sont groupées, le plus souvent dans les hameaux, et il peut s’agir alors de maisons anciennes issues du partage d’une ferme entre deux enfants. Cependant un nombre non négligeable est constitué de petites fermes plus récentes, isolées, comme celles de Letet, de Ravarin, du Crêt Fleur de Lys, où, à côté de l’unique pièce d’habitation, on trouve plusieurs hangars et bâtiments ruraux utilisés pour l’exploitation de quelques hectares.

83Il est difficile de connaître avec précision les origines de la moitié la plus pauvre des propriétaires coisataires. D’après les enquêtes faites dans la commune, un nombre important appartient à de vieilles familles d’artisans (les uns étaient tisserands, d’autres étaient maçons), qui ont progressivement, au cours du XIXe siècle, acquis quelques parcelles dans les zones les moins fertiles, ce qui explique leur présence dans des endroits inhabités en 1822, qui étaient alors surtout couverts de landes et de pâtures (selon la terminologie du cadastre). Quelques-uns sont les descendants de familles de paysans propriétaires. Nous ne connaissons pas, en revanche, d’exemple de personnes dont un ascendant ait fait construire ou ait acheté une ferme, alors que ses parents étaient cloutiers ou journaliers en 1822 (il a pu cependant en exister puisque nous avons vu que le cas s’est présenté entre 1770 et 1822). Un nombre non négligeable de propriétaires vit encore en 1914 dans les vieilles fermes familiales du début du XIXe siècle, mais il s’agit souvent de veuves, de célibataires ou de gens âgés. Signalons enfin que les quelques non résidents sont des Coisataires qui ont migré à Lyon ou Saint-Symphorien ou qui se sont mariés hors de la commune.

84Comparons pour finir l’âge des maisons à la fortune foncière de leurs propriétaires. Nous pouvons dater les maisons avec une certaine précision d’après leur inscription sur les documents cadastraux (voir supra), selon qu’elles sont antérieures à 1822, postérieures à 1882 ou qu’elles ont été construites entre ces deux dates.

85D’une façon générale, on peut dire que les maisons anciennes, en particulier celles qui n’ont subi que d’infimes modifications, sont plutôt habitées par les plus gros contribuables, de même que les maisons les plus récentes : les 20 % les plus riches des Coisataires possèdent 28 % des maisons antérieures à 1822, et près de la moitié des 16 maisons postérieures à 1882 (bourg compris). À l’inverse, les 20 % les moins fortunés n’ont que 14 % des plus anciennes maisons.

86Pour conclure cette comparaison entre les maisons de 1822 et celles de 1914, il faut bien cerner les différences importantes qui nous permettront de comprendre l’évolution de l’habitat et de ses dimensions symboliques dans la société coisataire. En 1822, nous avons pu mettre en étroite relation classe fiscale des maisons, revenu des exploitations, statut de la propriété, forme du groupement et ancienneté des familles dans la commune. Ceci a pu être condensé sous la forme d’une typologie précise liant l’habitant à sa maison. En 1914, il n’a pas été possible de constituer une typologie véritable et nous avons simplement pu regrouper les maisons en deux catégories, selon le rapport existant entre leur revenu et celui des exploitations. Les classes fiscales de 1822, qui étaient alors de bons indicateurs du statut des maisons, ont en grande partie perdu cette qualité un siècle plus tard.

87Toutes les variables que nous avons prises en compte nous ont montré comment se réalisait l’évolution à la fois des exploitations et des bâtiments. Le classement sociologique des maisons est tout à fait opératoire pour comprendre l’habitat issu du XVIIIe siècle, mais devient quasiment obsolète après le grand essor de la construction du XIXe siècle. N’est-ce pas l’indication qu’une profonde transformation s’est déroulée dans les rapports de l’habitant à sa maison ? De nombreuses analyses nous ont montré qu’un modèle social unique de la ferme s’est développé au XIXe siècle, qui tend à restreindre les différences assez marquées en 1822 et héritées du XVIIIe siècle. Cette mise en lien étroit que nous avons réalisée entre la maison et l’exploitation, sur la base d’une monographie communale précise et rigoureuse, nous a montré à quel point la maison représentait ses habitants, et comment l’évolution de l’habitat dans la commune retraçait d’une certaine façon l’histoire locale. Il nous faut maintenant approfondir les éléments architecturaux et leurs transformations qui font suite aux évolutions économiques et sociales que nous avons décrites.

Table des illustrations

Légende Photo 1. Habitat disperséPomeys, juillet 1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Tableau III. Les constructions selon le cadastre de 1914
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Figure 2. L'habitat rural de 1820 et de 1914D'après le cadastre de Coise
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Photo 2. Ferme construite sur une pente raideCoise, février 1987
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Photo 3. Ferme doubléeCoise, février 1987
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 3. Graphique de distribution des surfaces bâties imposées comme maisonsCoise, 1822 et 1914
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 1 : de 0 à 179 m22 : de 180 m2 à 299 m23 : de 300 m2 à 489 m24 : de 490 m2 à 720 m25 : de 721 m2 à 1780 m2Chaque classe comprend 30 maisons fiscalesFigure 4. Dimensions des maisons et époque de construction
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau IV. Classement sociologique des maisons fiscales en 1822. Les critères de choix
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Figure 5. Revenu de la propriété et revenu imposable des maisons en 1822
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Figure 6. Revenu de la propriété et revenu imposable des maisons en 1914
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau V. Classement sociologique des maisons en 1822. Typologie ordonnée
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau VI. Classement sociologique des maisons en 1822. Résultats
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau VII. Classement sociologique des maisons fiscales en 1914. Typologie ordonnée
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9669/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540