Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Mémoire domestique. La maison rurale des Monts du Lyonnais

 | 
Michel Rautenberg

Première partie. Le milieu, les hommes et la terre

Chapitre I. Les monts du Lyonnais

Texte intégral

I- Paysage bâti et milieu naturel

1Il est classique, pour débuter une étude de l’habitat régional, de présenter les données géographiques qui contribuent à expliquer la présence de telle ou telle caractéristique de l’architecture locale. Ainsi Claude Royer, dans le volume du Corpus de l’architecture rurale française, aborde-t-il les « ressources écologiques », après avoir défini les limites de ce qu'il appelle « le Lyonnais » (Royer, 1979). Nous-même souscrirons à cette habitude, mais non sans avoir fait quelques mises au point préalables.

2Cette longue tradition de l’anthropologie de l’habitat, qu’on retrouve sur les terrains proches aussi bien que les terrains exotiques, s’inscrit dans la continuité des travaux de l’école française de géographie qui, à la suite de Vidal de la Blache, affirmait la prééminence que l’étude des « paysages humanisés » devait prendre dans leur discipline. Or, comprendre la maison comme un élément – même essentiel – du paysage, c’est donner de l’importance d’abord à son aspect, et aux relations avec l’environnement que perçoit l’observateur. C’est dans le cadre de cette problématique spécifiquement géographique que travaillait Albert Demangeon lorsqu’il proposa une typologie de l’architecture rurale, susceptible d’être étendue à l’Europe, en opposant les régions à « maisons-blocs », propres aux petits et aux moyens agriculteurs, aux régions de grosses exploitations où les « maisons-cours » dominent (Demangeon, 1922 et 1938). Malgré la prudence méthodologique qu’il exprima lors du Premier congrès international de folklore en 1938, prudence qui fut loin d'être toujours bien respectée par ses continuateurs (Demangeon, 1938, 44), l’habitat continua souvent d’être étudié comme l'un des éléments du paysage parmi d’autres. Les principaux facteurs pris en compte étaient de type morphologique, comme la forme des constructions ou la nature des matériaux, spatiaux comme la disposition des bâtiments, et dans le meilleur des cas, économiques, techniques et fonciers. En fait, les mêmes outils d’analyse étaient grosso modo appliqués aux champs et à la demeure du paysan. Certains contribuèrent ainsi à « naturaliser » la maison en lui ôtant sa spécificité sociologique, remplacée à l’occasion par une série de « fonctions » (« Colloque de géographie sur la maison rurale », Poitiers, 1967 ; publié dans Norois, 1969). Nous développerons plus loin les critiques qui peuvent être faites à la typologie de Demangeon, notre but n’étant ici que de souligner les limites d’une analyse paysagère de la maison.

3Dès 1922, un autre géographe, Lucien Febvre, avant même la publication de l’article de Demangeon, dénonçait la tendance de certains de ses collègues à considérer l’espace aménagé par l’homme avant l’homme lui-même :

Cette maison (...), cette demeure de l’homme, si adaptée qu'elle soit par son aspect et par ses dispositions et par ses matériaux au sol qui la porte, au climat dont elle procède, dirons-nous qu’elle est un fait géographique ? Eh non ! un fait humain si l'on veut – et ce n’est pas la même chose. (Febvre, 1970 : 57-58)

4Cette autre façon de concevoir la géographie de l’habitat fut illustrée bien plus tard par l’étude de Marie-Claude Pingaud sur les paysans du village de Minot, en Bourgogne. Décrivant le village, l’auteur nous dit :

L’agglomération suit un axe sinueux en plan, qui par ailleurs dévale d'un Haut vers un Bas, et là se démultiplie. L’opposition des quartiers est donc fixée par le relief ; encore aujourd’hui on habite « vers le Haut » ou « au Bas »... (Pingaud, 1978 : 54)

5Nous le voyons, la « Nature » ne détermine pas des comportements humains, elle les fixe, elle en renforce le sens en leur donnant une forme plus visible. Il est ainsi trop imprécis de dire, comme Amos Rapoport, que « les bâtiments résultent de l'interaction de l’homme (...) et de la nature (...) » (Rapoport, 1972 : 19). Ils sont plutôt à la croisée de plusieurs logiques, de nature sociale et technique, qui utilisent ou se heurtent aux données du milieu.

6Cette mise au point sur les relations entre habitat et milieu naturel étant faite, une donnée particulière aux Monts du Lyonnais, sûrement présente ailleurs mais qui a été plus étudiée ici, doit être prise en compte. Il s’agit de l’importance faite au cadre géographique dans la constitution de l’identité régionale. La relation des individus au paysage, qui leur tient lieu de décor quotidien et de cadre pour de nombreuses relations sociales, structure la mémoire collective, selon certains observateurs. L’homologie des représentations du paysage, en favorisant la constitution de solidarités régionales très fortes, expliquerait en partie un certain nombre de particularités de la sociologie et de l’économie locale (Collin, 1982). Nous n’accorderons pas crédit à toutes les affirmations parfois invérifiables de cet auteur, toutefois nos propres enquêtes et surtout les témoignages de plusieurs travaux locaux confirment l’existence d’une petite région naturelle et culturelle inconnue des Atlas, regroupée autour du chef-lieu de Saint-Symphorien-sur-Coise, qui est le lieu d’un réseau de relations sociales très intenses (en particulier, voir Palandre, 1973).

7Signalons que nombre des informations rapportées ici sur le cadre géographique proviennent de ces sources, et d’autre part, ces travaux ayant été diffusés localement soit par leurs auteurs, soit par le biais d’intermédiaires, (Centre culturel des Monts du Lyonnais, Université pour Tous...), ils ont influé sur la façon dont les gens du pays parlent aujourd’hui des Monts du Lyonnais.

8Les Monts du Lyonnais forment un quadrilatère massif d’une quarantaine de kilomètres de côté, légèrement incliné à l’ouest, vers la plaine du Forez et la Loire. La vallée de la Brévenne les traverse au tiers supérieur. Elle fut, pendant longtemps, le principal axe de passage entre la région lyonnaise et l’Auvergne. Au nord, au-delà de la rivière la Turdine, ce sont les Monts de Tarare et le Beaujolais » textile ». Au sud, la vallée du Gier, industrialisée dès le premier tiers du siècle dernier, dont l’agglomération principale, autour de la ville de Saint-Chamond, avait plus de 80 000 habitants en 1975. À l’est, du côté de la vallée du Rhône, la pente est forte pour descendre sur le plateau lyonnais. C’est ce qui justifie le qualificatif de « montagne » qu’on donne alentours à ces monts qui ne dépassent pourtant guère les 700 mètres d’altitude, et dont le sommet atteint les 943 m au Crêt Malherbe, dans la commune de Marcenod. La partie sud forme un îlot montagneux entre les vallées de la Loire à l’ouest, du Rhône et de la Saône à l’est. Elle présentait un véritable obstacle aux échanges entre les deux parties de l’ancienne Généralité de Lyon. Ainsi, traditionnellement contournée, la région s’est longtemps trouvée relativement isolée. (Palandre, 1973).

9Au centre de cet îlot, le chef-lieu, Saint-Symphorien-sur-Coise, est situé au fond d’une large cuvette. Plusieurs ruisseaux venant des crêtes (l’Orzon, le Rosson, le Coiset, le Potensinet...) se jettent dans une rivière, la Coise, qui appartient au bassin hydrographique de la Loire. (Figure 1)

10Le sous-sol de gneiss et de granit s’est décomposé en donnant des sols assez profonds qui se sont accumulés dans les fonds. En période humide, ils sont facilement marécageux, alors que sur les replats, où généralement on a bâti les fermes, la roche affleure parfois. Par endroits, ces sols, qui sont souvent sablonneux et secs, ont pu être utilisés comme gore pour les chemins et probablement certaines cours, ou bien comme pisé de terre pour la construction des bâtiments. Georges Palandre signale également la présence de plusieurs filons de roches très dures qu’on nomme les « pierres bleues » (Palandre, 1973 : 11). Elles étaient utilisées dans la construction, en particulier pour les maisons de village, comme par exemple à Saint Martin-en-Haut. Au bourg de Coise, construit autour de 1850, on utilisa des pierres roses, ou encore à Pomeys dont l’église fut bâtie par un maçon de la commune qui possédait, comme beaucoup, sa propre carrière.

Figure 1. Les Monts du Lyonnais : situation régionale

11Nous trouvons de précieuses indications du climat antérieur au XIXe siècle dans différentes sources : les registres paroissiaux dans lesquels certains curés relevaient les événements climatiques ayant eu une influence (généralement néfaste) sur l’agriculture locale (répertoriés et reproduits par Guigue, 1902), les cahiers de doléances qui, pour la province du Forez dont faisaient partie plusieurs communes de notre région, ont été publiés (Fournial et Gutton, 1974), et l’enquête faite auprès des curés de la Généralité de Lyon par l’intendant Lambert d’Herbigny en 1697.

12À partir des cahiers de doléances, on peut se faire une idée de la façon dont les gens se représentaient leur environnement, en apportant bien entendu la prudence nécessaire devant un texte porté par sa nature à amplifier les problèmes. Ainsi peut-on lire, pour la paroisse de Fontanès, l’une des plus élevées de la région :

La paroisse est dans un terrain pierreux, presque tous mauvais fonds, sujets aux intempéries des saisons. Les hivers y sont très rigoureux et de longue durée ; la quantité de neige qui tombe est amoncelée par les vents, rend les chemins impraticables pendant la plus grande partie de l'hiver, et le séjour que la neige fait sur les fonds pourrit les récoltes en grande partie. (Fournial, Gutton, 1974 : 130)

13La longueur des hivers et la quantité de neige seraient souvent la cause de la mort des brebis et des moutons que les paysans sont alors obligés de garder enfermés et « lorsque ces animaux ne respirent pas l’air, ils périssent » (idem). Dans la commune voisine de Grammond, en plus des plaintes concernant l’hiver et la neige (les procès-verbaux ont été enregistrés par le même greffier), les gens se plaignent de « l’abondance des pluies ou grêle occasionnées par les ouragants (qui) entraîne les terres qui sont en labours et aggrave le sable des prairies qui sont dans le bas... » (idem, 135).

14Dans ces paroisses de la « montagne », l’impossibilité de sortir le bétail pendant plusieurs mois et l’obligation de le garder dans des étables mal aérées est bien un des problèmes difficiles. Nous verrons que les rigueurs du climat sont avancées comme argument par nombre d’autochtones pour expliquer la morphologie des bâtiments construits ultérieurement : contrairement à ces petits paysans du XVIIIe siècle qui élèvent chèvres et moutons, leurs successeurs habiteront des fermes construites autour d’une cour fermée, aux étables mieux aérées, qui étaient réservées avant la Révolution aux fermiers et aux plus gros propriétaires.

15Ces deux exemples montrent le rôle prépondérant qui est celui des intempéries dans la vie rurale, ce que de nombreux auteurs ont fait avant nous. Depuis longtemps, on a décrit les relations entre climat et habitat (voir par exemple, à ce sujet, la mise au point de Amos Rapoport, 1972). Contre les théories climatiques de l’habitat et de l’architecture qui expliquaient, par exemple, le degré de la pente des toits d’une région par l’abondance des pluies, on a opposé à juste titre la dimension sociologique de la maison (Bloch, 1938). Mais ce faisant, on a parfois eu tendance à rejeter trop catégoriquement l’étude des facteurs climatiques. S’appuyant sur les critiques faites du déterminisme physique par les géographes français tels Vidal de la Blache, Sorre ou Febvre, et sur la primauté dans l’histoire humaine donnée par Lewis Mumford (1973) à la création symbolique sur la création matérielle, Rapoport semble vouloir privilégier l’inspiration religieuse dans la construction des maisons sur le désir de se constituer un abri. Ce n’est pas le lieu ici de discuter des origines de la maison, mais nous souhaitons faire une mise au point » anthropologique » à l’Anthropologie de la maison.

16On ne doit pas forcément opposer facteurs physiques, et surtout climatiques, et facteurs religieux. Il y a des facteurs strictement techniques, comme éviter de mettre des ouvertures au nord ou installer un hangar au bas d’une pente. Mais il ne faut pas oublier que, dans des sociétés rurales où l’économie est très largement tributaire des conditions du milieu, celui-ci est facilement chargé de valeurs symboliques. Quand le vent du nord, la bise dans le Lyonnais, souffle après les moissons, il favorise le bon séchage du grain et de la paille. Quand il souffle au mois d’avril on a toujours peur qu’il fasse geler les bourgeons des arbres fruitiers. Et lorsque c’est l’hiver et que la neige est tombée, il forme des congères devant les fermes mal situées. On comprend dès lors que, lorsque les paysans expliquent l’existence des cours fermées par le souci de leurs ancêtres de se protéger, c’est autant aux hypothétiques brigands qu’ils pensent qu’à cette bise qui pourrait bien les empêcher de sortir les bêtes à l’abreuvoir.

17On a pu mettre en évidence, dans d’autres régions, l’évolution du rôle de la girouette qui est passée d’une fonction essentiellement symbolique à une fonction beaucoup plus pratique. Au XVIIIe siècle, en Bourgogne, elle était une marque extérieure et patente de l’autorité, au même titre que les colombiers sur pied, par exemple, alors qu’au XIXe siècle, elle permet aux maisons rurales d’imiter les châteaux en y adjoignant une fonction météorologique précise (Haase, 1980). Les girouettes ne sont plus des marques d’autorité, mais indiquent à la fois la direction du vent et l’emplacement d’une maison que ses habitants sont fiers de montrer. Dans les Monts du Lyonnais il y a peu de girouettes, en tout cas jamais sur les toits des fermes. Les seuls colombiers sont ceux des anciennes « granges » médiévales qui appartenaient aux nobles locaux (Lorcin, 1981), mises à part quelques exceptions au nord de la Brévenne, par exemple dans une ferme de la commune de Chambost, hameau de la Garde, datée 1855.

18Sans entrer dans la problématique du déterminisme physique, il paraît donc important de prendre en compte, à côté des facteurs climatiques, géologiques, morphologiques du milieu, les façons dont les gens se représentent ces facteurs naturels. C’est l’ensemble de ces facteurs et de leurs représentations qui doit être considéré dans son influence sur les modes de construction, ensemble qui forme un système cohérent de relations de l’homme à la nature.

19Si la nature et la texture des sols ont souvent été prises en compte à juste titre pour expliquer certains traits originaux de l’architecture régionale et ses micro-variations (par exemple pour délimiter les zones de construction en pisé ou en galet), l’étude du couvert forestier s’est trop souvent contentée d’un déterminisme réducteur en mettant en équation gestion forestière et construction de bois.

20Signalant le développement d’une architecture de pierres dans les zones boisées des Alpes du Sud, Christian Bromberger a pu expliquer ce paradoxe apparent par l’influence provençale qui valorise la pierre pour toute forme d’architecture (Bromberger, 1988 : 5). Plus généralement, la réflexion sur le bois et l'arbre dans la construction a été stimulée par différentes approches, historiques, ethnologiques et archéologiques, qui se sont souvent attachées à décrire leur place dans la morphologie et la technologie de la construction, plus rarement dans ses aspects symboliques et sociaux. Ainsi on connaît les architectures à poteaux de bois du nord de la France, proches des « crucks buildings » médiévaux décrits par Chapelot et Fossier (1980), la diffusion des techniques de construction méditerranéennes qui économisaient fortement l'emploi du bois (Bardet, et alii, 1971), l’influence de la forme des charpentes et de leur évolution sur les façons de construire les murs (Calame, 1983), le rôle de la construction en bois dans le développement d’une architecture modulaire (Moley, 1984 ; Cerlyau, 1983), la symbolique de l’arbre qui contribue à façonner les manières d’occuper l’espace domestique (Bromberger, s.d.) et l’organisation spatiale de l’habitat (Condominas, 1982).

21En revanche, peu d’analyses en profondeur prennent en compte l’évolution dans le temps de la surface boisée, la qualité des essences et leurs modifications, les attributions sociales et symboliques de l’arbre avant d’étudier son influence sur les manières d’habiter et de construire. Contrairement au climat, à la géologie ou à la géomorphologie, les forêts sont des produits de la nature largement soumis à l’intervention des hommes.

22Dans les Monts du Lyonnais, le déboisement a commencé tardivement, autour du XIIe siècle, lorsque les montagnes ont vu (à nouveau ?) un habitat sédentaire s’y développer (Lorcin, 1974 : 44). On sait qu’au XIVe siècle, on utilisait le tanin du chêne dans l’artisanat du cuir, très développé à Saint-Symphorien (Lorcin, 1973). Les fermes étaient éclairées (quand elles l’étaient) par des creusets qu’on remplissait d’huile de noix, l’huile de vingt arbres étant nécessaire pour l’éclairage d’une année (Vachez, 1892). Les seigneurs faisaient planter des saules dans certains prés humides dont ils revendaient les surgeons pour la fabrication des paniers (Lorcin, 1974 : 23). Les troncs de chênes étaient vendus à Saint-Étienne et à Sainte-Foy-l'Argentière pour servir de poteaux de mines (Poncet, 1986 : 37). On sait également qu’il y avait, d’après Gilbert Garder, des châtaigniers puisqu’un auteur rapporte qu’en 1792 le froid fut si rigoureux autour de Sainte-Catherine que la moitié des châtaigniers périrent (in Poncet, 1986 : 39). À cette époque, et malgré le défrichement intense auquel la région fut soumise au XVIIIe siècle (Garder, 1979) les bois devaient être encore suffisamment profonds puisque les prêtres réfractaires s’y cachaient, selon la légende, pour célébrer la messe, comme à Chevrières.

23Au début du XIXe siècle, la forêt des Monts du Lyonnais est pauvre. Les revenus nets à l’hectare sont les plus faibles du département, et il n’existe aucun bois de première catégorie (futaie) dans la commune de Larajasse où existe pourtant une des dernières propriétés forestières nobles de la région (Poncet, 1986, d’après Garder, 1973). Le reboisement entrepris dans le Rhône sous l’impulsion du Conseil Général, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, passe inaperçu. Dès cette époque, en effet, les propriétaires sont très majoritairement des paysans. En fait, au XVIIIe siècle, la propriété forestière lyonnaise, forte dans le Beaujolais, était faible dans tout le Lyonnais.

24Il est remarquable que les essences les plus employées dans l’économie rurale soient très peu dans la toponymie : le chêne et le châtaignier utilisés dans la construction, le noyer, le merisier et le pin dans le mobilier, le peuplier pour les portes et les portails. Le même phénomène se retrouve dans l’anthroponymie, puisque si les Delorme, les Olagnier (le nom du noisetier), et surtout les Vernay sont particulièrement nombreux, on ne trouve pas de noms propres dérivés de noyer, de châtaignier ou de merisier. On peut donc établir une relation entre noms propres, nature des essences et bois d’œuvre. Exception faite du chêne (présent parfois cependant sous sa forme franco-provençale de rouvre), les bois locaux sont à la fois très présents dans la formation des noms de lieux et de personnes, et rarement travaillés. On les utilise comme points de repères, comme bois de chauffage, pour l’alimentation des animaux (glands du chêne, faînes des hêtres, écorce des frênes). Ou pour fabriquer des meubles et objets très rudimentaires, comme les coffres à fromages en verne. Par contre, les arbres fruitiers, dont le châtaignier, qui ont été introduits plus tardivement, sont utilisés dans l’ameublement de valeur à partir du XVIIIe siècle, alors qu’ils sont presque absents de la toponymie, et complètement de l’anthroponymie. On peut signaler également que les essences indigènes ont plus facilement une fonction rituelle : le noisetier, dit bois de Marie, dont on fait des croix utilisées pour protéger maisons et labours ; le chêne pour les croix des chemins et des cercueils (on ne construit jamais de cercueil en bois fruitiers, même en châtaignier ou en peuplier, pourtant réputés imputrescibles), le saule ou le noisetier pour les baguettes de coudrier.

25Un cas particulier est celui du buis, essence calcicole, qui pousse donc mal sur les terrains siliceux de la région, mais est pourtant fréquente près des chapelles (par exemple la chapelle Saint-Pierre, à Larajasse). Il est l’objet d’un système d’échange probablement ancien et de nombreuses maisons en possèdent encore quelques brins qui ont été bénis.

26On le voit, à chaque essence correspond un éventail d’utilisations limité. Comment cette spécialisation a-t-elle pu aller avec les modifications profondes de la forêt depuis le XIIe siècle ? Les charpentes anciennes construites en chênes équarris seraient difficiles à refaire par simple pénurie de matière première, puisque les grands chênes de futaie ont quasiment disparu. Nous verrons qu'en effet la technique et la forme des charpentes changeront complètement après le XVIIIe siècle, au moment où la forêt semble avoir été presque éliminée (Verninac déplore dans son « État du département du Rhône » l'indigence des forêts du Lyonnais). Au XIXe siècle, la charpenterie emploie presque exclusivement le pin. D’autre part, certains éléments tendent à montrer que pour un même usage on employait des essences différentes selon son statut social : le chêne poussait dans les propriétés des seigneurs ou des bourgeois qui l’utilisaient pour leurs fermes, alors que dans les plus petites bâtisses, même anciennes, les charpentes étaient en peuplier.

27Les liens étroits, économiques et symboliques, qui lient l’arbre à la vie domestique peuvent être illustrés par trois pratiques traditionnelles dans les Monts du Lyonnais, pratiques qu’on retrouve d'ailleurs en bien d’autres régions. À la naissance d’un enfant, le père plantait un chêne, de préférence dans un champ ou au bord d’un chemin. Lorsqu’un paysan faisait construire un bâtiment, il était d’usage qu’il fournisse les matériaux, terre ou pierres et bois pour la charpente. Enfin, pour le mariage d’une de ses filles, il faisait fabriquer une armoire dans un noyer ou un merisier qu’il avait lui-même coupé alors qu’elle devenait en âge d'être mariée. Le chêne de plein champ produirait des glands pour les cochons et procurerait de l’ombre aux bêtes des générations suivantes, enfants mais surtout petits-enfants. Les cadastres montrent que chaque ferme un peu importante possédait un taillis, planté sur une croupe, un fond de vallée humide ou une pente mal exposée. Dans ce taillis, on coupait des arbres pour la construction, on ramassait des fagots pour le four à pain. Les noyers (pour les plus riches) ou les merisiers (pour les autres) utilisés dans le mobilier étaient plantés au bord d’un chemin privé. Ces exemples montrent que (utilisation économique de l'arbre, nourriture des animaux, bois d’œuvre ou de chauffage, s’appuie sur une gestion patrimoniale à long terme, qui unit dans le temps les générations.

II- L’exploitation et la vie rurale

1. Habitat et exploitation rurale : problématique et sources pour le Lyonnais

28Sans aller toujours jusqu’à adopter la thèse d’Albert Demangeon qui voyait dans la maison paysanne l’adaptation d’un « atelier » agricole aux conditions du milieu naturel (Demangeon, 1920), de nombreux auteurs ont insisté sur la dimension utilitaire de la ferme qui aide le paysan dans son travail. Pour beaucoup, elle serait un « témoin » de la société rurale. Georges Calvet a fait le point sur l’ambiguïté de cette dernière approche, difficile à appréhender du fait des transformations continuelles dont les bâtiments sont l’objet, de la disparition de certaines catégories d’entre eux et surtout de la complexité née des multiples apports extérieurs qui contribuent à façonner un « style » local (Calvet, 1975). Si, pour certains, « habiter la maison » prime le « travailler dans la maison » des géographes d’avant-guerre, c’est en partie parce que la notion d’exploitation n’est pas forcément limitative à une unité résidentielle et doit être, selon les cas, étendue à l’organisation socio-économique de la communauté. C’est, par exemple, le sens d’un article de Jean Guibal (Terrain, 1987) qui montre que l’essor de la viticulture dans le Languedoc n’a pas été accompagné de modifications profondes de la structure des bâtiments des exploitations. Il lie cela à l’importance du mouvement coopératif régional (Guibal, 1987 : 77) et à l’existence des « maisons des champs, les masets qui renvoyaient encore certaines activités à l’extérieur du bâtiment qui forme le siège de l’exploitation » (Guibal, 1987 : 76). Or, la maison-outil rend difficilement compte de cette dispersion des bâtiments d’exploitation.

29Étudier l’exploitation, c’est chercher à comprendre le fonctionnement de ces unités économiques particulières qui associent toute une famille à un travail collectif, à un territoire, à une histoire inscrite dans les lieux et dans la répétition des actes quotidiens, à une forme de revenu impossible à répartir entre ses membres » There is no way of dividing days of labor busels of wheat » (Thorner, in Chayanov, 1966 : XVI). Dans une recherche portant sur l’habitat rural, il faut mettre en relation les bâtiments et leurs habitants avec les activités agricoles, avec le parcellaire et son évolution, avec un mode de faire-valoir et un type de production qui sont autant liés aux conditions naturelles du milieu qu’au contexte sociologique et économique de la communauté villageoise et de la région.

30Selon les époques, parce que les sources sont insuffisantes et que les études déjà faites sur le sujet ne couvrent pas toute la période qui s’est écoulée depuis le Moyen Âge, nos renseignements sont inégaux. Jusqu’au XVIe siècle, les ouvrages de Marie-Thérèse Lorcin et de Marguerite Gonon, sans traiter spécifiquement de l’exploitation rurale médiévale dans les Monts du Lyonnais, dressent relativement bien le cadre dans lequel nous travaillons. Concernant les deux siècles suivants, jusqu'en 1800, nous avons dû dépouiller de nombreuses études pour recueillir quelques informations éparses et incomplètes. Le mémoire de l’intendant Lambert d’Herbigny est très pauvre en ce qui concerne l’économie rurale. Les cahiers de doléances de la province de Forez comportent peu d’indications sur la société villageoise et sur les modes culturaux. Les mémoires et rapports de la Société Royale d’Agriculture, fondée en 1761, sont peu nombreux pour le XVIIIe siècle, et traitent surtout de la découverte ou de l’introduction, par de gros propriétaires lyonnais, de nouveaux procédés destinés à l’amélioration de la productivité des terres. Dans Vin, vignes et vignerons en Lyonnais et Beaujolais (Durand, 1979), on trouve quelques analyses, par exemple sur la desserte des parcelles, qui peuvent nous intéresser. Plus riche est, pour la connaissance de la société rurale du Lyonnais, l’ouvrage de Jean-Pierre Gutton, Villages du Lyonnais sous la Monarchie (Gutton, 1978) que nous avons déjà cité. Quelques pages dans les Diplômes d’Études Supérieures de Géographie passés il y a une cinquantaine d’années contiennent certaines informations historiques originales. Pour l’époque suivante, nous nous sommes beaucoup reporté aux Paysans du Beaujolais et du Lyonnais (Garder, 1973). Les informations orales peuvent remonter jusqu’au milieu du XIXe siècle et les documents de la Société d’Agriculture sont nombreux pour cette période.

31Ainsi, nous verrons successivement quatre étapes. La première, l’époque médiévale, voit semble-t-il la naissance de l’exploitation familiale dans les Monts du Lyonnais ; pendant la seconde, du XVIe au XVIIIe siècle, les structures sociales visibles à la Révolution prennent forme en même temps que le modèle de l’habitat « traditionnel » ; la troisième, de la Révolution aux années 1950, est le soi-disant âge d’or des campagnes, autour duquel est centrée notre étude ; la dernière enfin, juste esquissée, la « Révolution verte » des années 1950-60, pendant laquelle les transformations radicales des manières de vivre et de travailler s’accompagnent de nouveaux modèles d’architecture qui reflètent les évolutions de la société et des mentalités.

2. L’exploitation rurale à l’époque médiévale

32Dans les paroisses de Saint-Martin et de Rochefort (aujourd’hui réunies), les premiers hameaux semblent dater du XIIe ou du XIIIe siècle. Certains, comme la Pochardière ou la Durantière, tirent leur nom d’un patronyme : en 1840, Marie-Thérèse Lorcin y a en effet trouvé des habitants dénommés « Durand », « Pocachard ». D’autres, au contraire, ont transmis leurs noms aux familles venues y loger : ainsi les Piney (un nom illustre dans la région) tiennent-ils leur nom du hameau du Piney (de pin). Mais les descendants » peuvent être en ligne collatérale, le gendre prenant fréquemment le nom de son beau-père s’il vient habiter avec lui » (Lorcin, 1974 : 39).

33Au XIVe siècle, dans ces deux mêmes paroisses, les exploitations les plus grandes et les plus cohérentes sont « aux mains d’hommes liges ou de “levants et couchants”, qui portent le nom du tènement dont ils répondent » (idem). Ces « liges » sont des paysans qui ont des obligations plus pesantes à l’égard du seigneur foncier que les tenanciers ordinaires. Leur condition s’apparente aux « taillables et exploitables » du Mâconnais, et ils ne peuvent pas vendre leurs tenures. Cependant, du fait de l’accroissement démographique, ces tènements se sont divisés entre les héritiers, réduisant l’exploitation primitive. Ainsi :

Dans le curtil de la Forest vivent cinq tenanciers, dont quatre portent le nom de « la Forest ». Leurs tenures comportent chacune un noyau de bâtiments et de biens de composition fort semblable, et sur lesquelles portent des redevances identiques. Le partage du curtil ne remonte pas à plus d une ou deux générations. Pour compléter leur exploitation, trois tenanciers sont parvenus à acquérir quelques parcelles supplémentaires. (Lorcin, 1974 : 40)

34Nous retrouverons ce type de très petites exploitations sur le cadastre de Coise de 1817, dans des zones défrichées de longue date.

35Autre type d’exploitation, le mas ou « mansi ». Il s’agit d’une exploitation d’un seul tenant, très peu remaniée depuis sa formation, regroupée avec d'autres dans une censive. Les fermes sont isolées au milieu des terres. Mais contrairement à ce que Marie-Thérèse Lorcin voit dans le Beaujolais actuel, ces mas, présents dans la toponymie de plusieurs communes de notre région, sont parfois devenus des hameaux sur les plans du cadastre napoléonien.

36Le troisième type d’exploitation visible au XIVe siècle à Saint-Martin est fait de petites tenures, peu éparpillées. L’essentiel est constitué d’un bloc compact de terres entourant la maison, composé généralement de verchères (où poussent les arbres fruitiers), de prés, de terres, de bois, de flaches (marécages). Les paysans habitent des hameaux de deux ou trois maisons, situés sur des replats ou près des sources.

37L’organisation du terroir est difficile à retrouver sur les documents médiévaux. On voit l’existence de quelques haies dans les procès parce qu’elles séparent deux plaideurs. Une fois est cité un muret de pierres sèches à Laubépin (rattaché depuis la Révolution à Larajasse), les murets étant pourtant très nombreux actuellement dans certaines parties de la commune de Larajasse (par exemple près du hameau Saint-Pierre). Des arbres isolés servent de point de repère. Les noyers sont souvent mentionnés dans les testaments et sont généralement plantés le long des chemins. Dans les montagnes, la dimension des parcelles de terres labourées est en moyenne, à Saint-Symphorien, en 1447, de 11,6 métérées (150 ares). Les prés mesurent de 1 à 2 sétérées (32 à 64 ares). Leur forme, comme aujourd’hui, devait être plutôt carrée (Lorcin, 1974 : 22 à 25).

38Sur les censives seigneuriales on trouvait 48,6 % de terres (comprises les terres en jachère), 17 % de prés, 10 % de bois, 14,4 % de jardins, et 8,1 % de brosses (terres incultes) (Lorcin, 1974, tableau 1er, 495). On trouve aussi une grande quantité de plans d’eau, servant à abreuver les animaux, à l’irrigation, et comme réservoirs car les sécheresses des mois d’été sont particulièrement redoutées (encore de nos jours, les paysans sont très attentifs à la quantité de neige tombée en hiver, qui présage du débit des sources en juin et juillet). Il faut souligner la part importante prise par les jardins, dont Georges Duby a souligné que les productions potagères pouvaient permettre à une famille n’ayant qu’une très petite exploitation de survivre. On y cultive des choux, des poireaux, des oignons et des raves.

39Dans les Monts du Lyonnais les pâtures sont nombreuses, sous la variété des termes qui sont parfois restés dans les toponymes : flaches, planil, brosses, saignes... Chaque tenure a ses « propres terres vaines ou vagues et de plus, les plus grandes d’entre elles, les mas, ont des droits d’usage sur des communaux ou cuminaux qui sont attachés non au village, ou à la paroisse, mais au hameau » (Lorcin, 1974 : 30), comme on le voit souvent dans le Massif Central. Ainsi tous les habitants du mas de la Chazotte, situé à Larajasse, ont une part des pâtures de la Chazotte. L’élevage, dans ces montagnes, semble assez développé pour que les allusions soient fréquentes, dans les testaments de paysans, à des commandes de bêtes. Le menu des funérailles, à Saint-Symphorien, comporte toujours de la viande de bovin ou d’ovin, et parfois les deux : « On projette sans sourciller de sacrifier un bœuf, une vache ou une génisse et 3 ou 4 moutons » (Lorcin, 1974 : 31).

40Si la » montagne » semble être une région où l'élevage tient une part plus grande que dans le « plat pays », les céréales y viennent bien plus difficilement. Elle est apparemment vouée au seigle, et on voit les bourgeois de Saint-Symphorien manger un pain presque noir, alors que les cultivateurs des Monts d’Or, au nord-ouest de Lyon, ont un pain presque blanc. L’avoine y semble également fréquente puisque au XVe siècle 75 % des redevances en nature consistent en cette céréale.

41La disposition de certaines parcelles et le type de culture qu’on y pratique nous rapprochent de l’étude des bâtiments. Du fait de la rigueur du climat et de la topographie accidentée, la pente, l’orientation des parcelles et la profondeur de la couche de terre arable sont des éléments aussi importants que variables qui conditionnent la réussite des cultures. En parlant avec les paysans, aujourd’hui encore, on sent toute l’importance des micro-climats qui expliquent que telle terre sera bien plus productive que telle autre qui lui est contiguë. Certaines sont encore appelées » la vigne » par leur propriétaire, bien que ce nom ait disparu déjà sur le premier cadastre, en souvenir des vignes qui étaient plantées, à l’époque médiévale. On a la preuve de leur existence sur un document du XVIe siècle, époque où le vignoble de type annulaire entourant Saint-Symphorien est indiqué comme un » bon vignoble » (Durand, 1979 : 216/217). Mais, pour notre étude, le plus intéressant est qu’autour des bâtiments, il y avait des « planils », prés clos où les bêtes allaient s’abreuver et paître, qui étaient riches par conséquent en eau et en fumier, des verchères et des jardins bien exposés qui pouvaient être fumés et arrosés correctement. Ces différents terrains, soigneusement délimités autour des maisons, sont encore très visibles sur les plans cadastraux. Enfin, on n’a pas trace, sur les documents médiévaux, de la chanavi, la chènevière, alors qu’elle est souvent mentionnée à proximité des maisons dans les actes notariés des XVIIIe et XIXe siècles.

42La variété de la situation des parcelles est telle qu’il était très difficile d’organiser une rotation communautaire des cultures, et ainsi chacune d’elles a son propre cycle. Il y a donc à cette époque, selon Marie-Thérèse Lorcin, un individualisme du travail agricole qui correspond bien à la forme dispersée de l’habitat et à l’existence d’exploitations d’un seul tenant. Sur les meilleures de ces terres, l’assolement est biennal, et nous avons vu que les principales productions étaient le seigle et l’avoine. Sur les autres, il est très irrégulier, variable selon les conditions climatiques, selon les moyens en semence, etc... Une parcelle peut aller jusqu’à être cultivée une fois tous les dix ans, laissée en jachère le reste du temps. On laisse les genêts y pousser, puis on pratique l’essartage, comme cela se faisait encore au début du XIXe siècle autour de Duerne (Jacquet, Massacrier, 1983 : 13).

43En ce qui concerne les prés et pâtures, on peut supposer que leur position dans le terroir a peu varié jusqu’au début du XIXe siècle. Dans le fond des vallées, grandes ou petites, les prés sont irrigués.

Chaque ruisseau est barré en maints endroits par de petites écluses construites par les paysans à l’aide de pierres et de pieux. Des retenues formées par ces levées partent des rigoles d'irrigation appelées « béal » ou « rases ». (Lorcin, 1974 : 53)

44Ceci donne lieu à des droits, généralement faibles, payés au seigneur propriétaire des cours d’eau. Généralement, l’irrigation est affaire individuelle, bien qu’on puisse parfois trouver des ententes lorsqu’il s’agit d'une vallée plus importante. Mais, de toutes façons, dans les montagnes, cela ne concerne qu’une bien faible proportion de pâtures. Les bêtes, nous l’avons vu, sont généralement menées dans les terres incultes situées sur les croupes mal exposées ou dans les fonds. Étant donné le faible nombre de baux à fermes et de contrats de commande que Marie-Thérèse Lorcin a pu retrouver, il est malheureusement impossible d’avoir une idée précise de la composition du bétail.

45Après la Seconde Guerre mondiale, les enquêteurs qui travaillaient à l’élaboration de l’Atlas linguistique et ethnographique du Lyonnais (Gardette, 1950/1968), qui reste la principale source ethnographique sur la région, ont vu des araires utilisés pour butter les pommes de terre dans la riche plaine du Forez, dans le nord des Monts du Lyonnais et une partie du Beaujolais. Autour de Saint-Symphorien l’outil n’était plus employé mais son nom était encore bien connu : c’était la sochia (de soc) qui désignait également l’ancienne charrue. En fait, le Lyonnais appartient « à la zone de l’araire et ne semble pas avoir connu d’autre instrument au Moyen Âge » (Lorcin, 1974 : 47). La charrue, pourtant bien présente au XIXe siècle (Gardette, 1976), n’était pas d’un grand avantage dans ces sols légers et peu épais. L’araire lyonnais, décrit dans l’Atlas linguistique, possède un age s’articulant sur le manche, un sep assez léger entouré de deux oreilles destinées à rejeter sur les côtés la terre soulevée par le soc de métal. Elle était tirée par une paire de bœufs ou de vaches, comme le mentionnent de nombreux textes.

Le peu que l’on sait des techniques agricoles fait apparaître la région lyonnaise comme le lieu de rencontre d’influences variées, parmi lesquelles l’emportent celle de la France méditerranéenne et des montagnes du Centre. (Lorcin, 1974 : 67)

46C’est la grande particularité de cette région carrefour que d’exprimer, dans ses manières de vivre et de travailler, de multiples façons périphériques. Il faudrait ajouter la langue, étudiée par Monseigneur Pierre Gardette, dialecte franco-provençal qui s’est probablement fixé dans le Lyonnais à l’époque médiévale (voir Gonon, 1968), l'architecture dont de nombreux observateurs ont remarqué les tendances méridionales, le système du droit, à la fois de tradition écrite mais facilement pénétré par la coutume de Paris (Garnier, 1982), les formes d’héritage qui hésitèrent longtemps entre l’héritier unique et le partage du patrimoine. Et puis, surtout, il est indispensable de prendre en compte le rôle de la ville de Lyon dès le Moyen Âge dans le développement et dans les particularités de ses campagnes occidentales.

3. L’influence urbaine : des granges médiévales aux propriétés foraines du XVIIIe siècle

47Dès la fin du XVe siècle, l’histoire de la région est toute accaparée par l’étonnant essor économique de la ville de Lyon qui, de la « ville de prêtres, de gens de loi, et d’artisans modestes » qu’elle était, devient celle « des marchands banquiers et des grands marchands » (Gascon, in Latreille, 1975 : l6l). Même si cette prospérité décline avec les guerres de religion, la ville restera un grand centre manufacturier et marchand dans les siècles suivants. Dans le « plat pays » lyonnais (qu'on peut assimiler au plateau lyonnais), le XVIe siècle voit la construction de nombreuses « maisons de plaisance » de caractère florentin, avec de larges baies et de longues galeries en façade. C’est la période du plein développement de cette architecture renaissance dont on aime dire, à Lyon, qu’elle est le signe le plus patent du style italien de la ville. Au sud de la Brévenne, nous ne trouvons pas de bâtiments ruraux construits avec certitude à cette époque, (il y en a en revanche autour de Saint-Laurent-de-Chamousset, appartenant à l’abbaye de Savigny). À quelques exceptions, les fermes les plus anciennes datent du début du XVIIe siècle, et elles sont relativement nombreuses de la fin du siècle. Qui les fit construire ? Qui possédait les terres à cette époque ? Il est difficile de le savoir. Nous savons que quelques riches marchands lyonnais ont acheté, à la suite de la confiscation des biens du connétable de Bourbon, des fiefs dans lesquels ils ont installé des granges au XVIe siècle (Gascon, 1971) ; mais toutes les exploitations n’étaient pas des granges ! Nous savons également, par des sondages effectués aux Archives départementales dans les archives notariales (A.D.R. série 3 E), qu’au milieu du XVIIIe siècle, les forains lyonnais étaient relativement nombreux. Mais entre le milieu du XVIe et le milieu du XVIIIe siècle, nous savons peu de choses de la vie rurale du Lyonnais.

48À Saint-Symphorien, à la fin du XVe siècle, « escoffiers (les fabricants de souliers) et notaires développent l’élevage sur leurs propres terres » (Lorcin, 1973 : 486). Pour cela, certains créent des granges, dont la toponymie garde la trace : Grange Bastier, Grange Trie qui sont citées dans des documents de 1463 (la première est aujourd’hui un quartier de Saint-Symphorien, la seconde a donné son nom à une rue). Ces marchands-artisans et ces robins qui tiennent le sommet de l’échelle sociale de la ville sont issus de familles du pays, souvent des paysans ou de petits artisans du XIIIe siècle qui ont su profiter de l’expansion industrielle et commerciale qui a marqué localement la fin du Moyen Âge. Certains parviendront à acheter un fiel et à être anoblis. Précisons que la majeure partie de ces granges sont constituées sur le territoire de la paroisse, ou tout au moins fort près. Quelques Lyonnais possèdent des exploitations dans la région. Deux possibilités existent alors. Soit ce sont des bourgeois qui ont acheté en vue de faire un placement, soit ce sont des nobles ou de riches Pelauds qui s’installent à Lyon et y résident au moins dix ans, afin de pouvoir prétendre au titre de « bourgeois de Lyon ». (Tisseur, 1928).

49Étant donné la nature des liens qui semblent avoir existé entre les bourgeoisies pelote et lyonnaise, on peut penser que les contrats de grangeage établis n’étaient pas très différents.

Unité d’exploitation, la grange ne peut atteindre une surface considérable. Confiée à un ménage paysan, elle est la mesure des tâches que celui-ci peut accomplir. (Gascon, 1971 : 852)

50Ce n’est donc pas une grande exploitation ; sauf exception, elle est confiée à un unique laboureur, qui peut au besoin employer des ouvriers à la journée. Les parcelles semblent assez morcelées, et on s’aperçoit que les propriétaires essaient de les rassembler. Cette action de remembrement pourrait partiellement expliquer pourquoi les tenures « disposées comme au hasard » au Moyen Âge, selon Marie-Thérèse Lorcin, sont bien regroupées autour des fermes au début du XIXe siècle, comme le montre le cadastre napoléonien. Le parcellaire ne changeait pas lorsqu’il y avait achat. Les granges « s’incorporaient ainsi au terroir sans en troubler l’ordre traditionnel » (Gascon, 1971 : 853). Les coutumes essentielles du monde paysan semblaient respectées.

51La richesse des granges se mesurait avec assez de justesse à la quantité de bétail qu’elles possédaient. Dans le plat pays, dans cinq granges sur six on distingue des bœufs « arables » et des bœufs « à traits ». Ceux-ci assuraient le charroi nécessaire au travail de la terre, mais aussi le transport des denrées comprises dans les contrats et destinées à la table ou au commerce du propriétaire. Il y avait très peu de chevaux ; il faudra attendre, dans les montagnes du Lyonnais, la guerre de 1870 et le retour des conscrits pour les voir, devant la paire de vaches, tirer les charrues. À la fin du XVIe siècle, les granges du plat pays possédaient quelques vaches pour le lait, généralement trois ou quatre. Mais ce gros bétail était hors de portée du granger. Chaque année, chaque granger élevait au moins deux porcs dépassant rarement une quarantaine de kilos. La charrue était exceptionnelle, même dans ces métairies favorisées. Le paysan utilisait l’araire en bois, muni d’un soc et d’un coutre en fer. Le fer, matériau rare et cher, était toujours soigneusement indiqué dans les contrats, où souvent le bailleur s’engageait à en fournir chaque année quelques dizaines de livres.

  • 1 Au XIXe siècle, les baux à ferme conclus dans la région de Saint-Symphorien débuteront quasiment t (...)

52Dans leurs précisions, les contrats sont, selon Richard Gascon, un bon indicateur des relations entre le paysan et son maître. Quelques-uns commencent à la Toussaint, mais les plus nombreux, à la Saint-Martin d’hiver, le 11 novembre1. Leur durée la plus fréquente est de quatre ans, ensuite de six et de trois ans. Les fruits étaient partagés à moitié entre bailleur et preneur, quels que soient les produits. Les semences étaient fournies à moitié entre les deux parties. Les frais d’engagement de main-d’œuvre pour les moissons et le battage étaient généralement à la charge du granger, selon des modalités diverses tenant des coutumes locales et de la tolérance du propriétaire. Les produits du bétail étant plus difficiles à évaluer, ils étaient souvent fixés à l’avance en quantité de beurre, et nombre de fromages, d’œufs et de volailles. Le propriétaire avait en outre droit à la moitié des veaux et choisissait le porc qui lui convenait.

53La nature du grangeage exigeait une surveillance attentive du propriétaire, qui explique le nombre important des granges près des villes, et la présence des bourgeois dans les campagnes pour surveiller leur bien. Autour de Lyon, elles étaient construites dans un rayon de six lieues, ce qui représentait une journée de cheval. Les exceptions viennent de ces « bourgeois de Lyon » qui possédaient des fiefs dans les montagnes. Ainsi, noble Jean Desgouttes, seigneur de Châtelus, loue une grange dans sa paroisse (la Grange Berne) à un notaire et un boucher de Saint-Étienne-de-Coise pour la somme de 150 livres annuelles. À charge pour eux de la faire exploiter (Gascon, 1971 : 851). Les récoltes ne devaient se faire qu’au su du propriétaire. Le granger avait le droit de couper du bois, mais seulement pour « habiller les maisons de ladite grange », faire ses outils et ses clôtures, chauffer sa maison ; mais il devait montrer à l’avance au maître ce qu’il voulait couper. Toute la paille devait rester dans la grange et ne pas être vendue. Le fumier était exclusivement utilisé à fumer les terres de la grange. Le bétail pouvait aller en pré, une fois faites la fenaison et la coupe du regain.

54La liberté d’action du granger était donc fort réduite. Ainsi, tel propriétaire interdisait à ses grangers de travailler sur d’autres terres que les siennes. Tel autre leur interdisait de tenir taverne. Tel encore de jouer aux quilles dans le jardin. Le granger était soumis aux visites de son maître, qui souvent possédait un logis dans les bâtiments. Il devait entretenir sa maison d’habitation et nourrir ses chevaux quand il venait. En contrepartie, le granger connaissait une certaine sécurité, une aisance relative par rapport aux manouvriers qu’il embauchait à l’occasion. Par exemple, il était fréquent de le voir conserver par an 20 livres de beurre et 25 de fromage, par vache, outre quatre poulets et quatre chapons. La quantité de grains qui lui revenait équivalait souvent à la quantité nécessaire pour faire deux mille livres de pain (Gascon, 1971 : 860).

55Les troubles de la seconde moitié du XVIe siècle cassent l’expansion lyonnaise. La plupart des grands hommes d’affaires partent pour Paris. La banque et le grand commerce n’étant plus là pour assurer la prospérité, c’est l’industrie de la soie qui prendra le premier rôle dans l’économie de la ville, marquant pour longtemps la vie rurale de la région lyonnaise.

56Le XVIIe siècle fut dans sa plus grande partie une période de progrès dans le Lyonnais. Malheureusement, les graves crises de la fin du siècle, dues probablement à des facteurs climatiques, ébranlent l’équilibre démographique et conduisent à des disettes et des épidémies. Dans ces conditions, les réponses faites par les curés de la Généralité au questionnaire de l’intendant Lambert d’Herbigny ne sont pas significatives de l’évolution des campagnes sur l’ensemble de la période (Garden, in Latreille, 1975).

57Toutes les sources concordent pour dire que dans les montagnes on cultive surtout le seigle et l’avoine. Autour de Saint-Symphorien, on fait un peu de blé, qui pousse grâce aux grosses quantités de fumier dont dispose la ville. La vigne aurait disparu de la région. Il n’y a en tout cas plus de témoignages, et depuis le XVIe siècle les Chartes du Forez mentionnent l’abandon des parcelles qui étaient cultivées dans les paroisses de Saint-Étienne-de-Coise, de Larajasse et de l’Aubépin (Rouma, 1947). Toutefois, elles ont pu être plantées contre les maisons, mais alors elles ne sont pas mentionnées dans les terriers. Malgré tout, nos propres enquêtes nous conduisent à nuancer cette analyse, puisque dans la commune de Coise, au hameau du Mas, se dresse encore une vieille maison de maître qui possède un pressoir et une cave à vin construits en même temps que le reste des bâtiments, à la fin du XVIe siècle ou au tout début du XVIIe siècle.

58Dans ses réponses au questionnaire de l’intendant, le curé de Rontalon répond que « la plupart des habitants ne tiennent qu’une vache, les meilleurs en ont deux » (Rouma, 1947 : 60). Un seul de ses paroissiens possède une paire de bœufs. Dans les paroisses de la bordure orientale, la plupart des terres sont regroupées en grosses propriétés. Ainsi à Sainte-Catherine, sur 1 000 métérées de terres labourables, 600 appartiennent au seigneur et aux bourgeois. Sur les 400 métérées de bois ils en possèdent les 9/10es. Dans le bassin de la Coise, ces proportions sont moins importantes, mais seigneurs et forains possèdent de grandes propriétés boisées. Les meilleures terres sont cultivées tous les trois ans, les plus mauvaises tous les six ans. Il y a de nombreuses haies vives et des barrières (Rouma, 1947).

59Nous connaissons mieux l’évolution de la propriété bourgeoise en Forez aux XVIIe et XVIIIe siècles (Garnier, 1982). Même si elles sont peu nombreuses, plusieurs paroisses de notre domaine d’étude dépendaient des élections de Montbrison et de Saint-Étienne, dans le Forez. Josette Garnier a montré le développement de l’emprise foncière de cette bourgeoisie forézienne « ascendante », « repliée sur elle-même », « fort cupide d’honneur et d’argent », qui menait une véritable politique d’agrandissement et de regroupement de ses terres. Trois pôles urbains ont fortement influencé l’économie et la société rurale à travers l’action de leurs bourgeoisies : au centre, Saint-Symphorien dont le dynamisme se maintiendra jusqu’à nos jours, au sud Saint-Étienne (et dans une moindre mesure Saint-Chamond), et Lyon à l’est. Or, il ne s’agit pas là de centres isolés les uns des autres, mais de villes qui partagent certains traits d’une même culture urbaine, des pratiques successorales et matrimoniales identiques, une relation ambiguë à un système de droit écrit qui les rapproche de la France méridionale, alors que la tentation est continuelle de faire appel au roi et au parlement de Paris, et donc à sa coutume, en cas de litige. Les bourgeois de Lyon, par exemple, en appelleront régulièrement au roi de France dans leurs conflits avec les chanoines-comtes de la ville. Trois villes dont les notables entretiennent des relations d’affaires et des alliances matrimoniales. Entre elles, une région rurale densément peuplée, pas très riche, mais dans laquelle la présence seigneuriale est faible depuis la fin du Moyen Âge. C'est donc probablement à partir du XVIe siècle, plus avec le bourgeois qu’avec le seigneur de son clocher, que le paysan doit traiter, et ce jusqu’aux années précédant la Révolution.

60Au XVIIIe siècle, le fait urbain, déjà primordial au début du siècle, ne fait que s’accentuer dans la Généralité. Un des signes les plus marquants en est peut-être la généralisation de la mise en nourrice des jeunes enfants de toutes les villes dans les campagnes environnantes (Garden, 1975). Ce phénomène, qui est unique par son ampleur et sa durée (et dont on retrouve encore beaucoup de traces dans les pratiques de mise de garde d’enfants de la D.D.A.S.S.), tient, selon Maurice Garden, à l’importance du travail féminin dans la région. Il institue un lien supplémentaire entre ville et campagne en accompagnant nécessairement une certaine représentation du monde rural et en jouant un rôle non négligeable dans l’économie de l’exploitation. On peut lui rapprocher une habitude ancienne : depuis les grandes épidémies de peste, les Lyonnais qui le pouvaient allaient se réfugier dans les montagnes à chaque alerte sérieuse. Il était devenu habituel de dire, depuis la Renaissance, et encore de nos jours, que l’air y est meilleur, ce qui expliquerait la profusion des maisons de convalescence et des sanatoriums au XIXe siècle. En 1716-1717, les deux paroisses, parmi toutes celles de la Généralité, qui reçoivent le plus d’enfants en nourrice de l’Hôtel-Dieu de Lyon sont Larajasse (94) et surtout Saint-Martin-en-Haut (229). Quarante ans plus tard, Saint-Martin en reçoit toujours autant. Face à ces chiffres, on comprend que :

L’accueil des enfants est devenu (...) une ressource supplémentaire pour ces villages d’économie pauvre, et les familles de paysans ne peuvent plus s’en passer. (Garden, 1975 : 69)

61Dès 1750, toutes les villes de la région pratiquent la mise en nourrice, même un bourg comme Saint-Symphorien envoie ses enfants dans les paroisses voisines de Coise et de Pomeys.

4. L’exploitation au milieu du XVIIIe siècle

62Au XVIIIe siècle les contraintes collectives étaient faibles et se résumaient généralement à l’entretien des chemins, de l’église et de la cure (Fournial, Gutton, 1974, par exemple : paroisses de Fontanès et de Grammond). Les membres de la Société d’agriculture de Lyon notent, pour la seconde moitié du XVIIIe siècle, que :

Nous ne connaissons aucune campagne dans le Lyonnais et le Beaujolais où la vaine pâture soit un droit légalement étably, tout propriétaire ayant la liberté d'y clore ses fonds, (in Gutton, 1978 : 47)

63On peut aussi signaler l’ordonnance locale de la police de Chazelles-sur-Lyon de 1773 qui indique que :

Défense est faite de mener paître les bestiaux dans les fonds d'autrui, ou de s’introduire dans leurs jardins. (in Dareste de la Chavanne, 1941 : 27)

64La communauté d’habitants qui a généralement la charge de la « conservation des usages agraires, protection des récoltes, assistance, enseignement » (Gutton, 1978 : 46) a peu de pouvoir. Son rôle essentiel semble être de répartir et de lever l’impôt. C’est la paroisse qui semble structurer la société locale. Rareté des contraintes collectives, quasi-absence de vaine pâture, faiblesse des communautés d’habitants favorisent le développement de l’exploitation familiale après la Révolution.

65Comment les terres étaient-elles travaillées ? Nous n’avons guère de documents d’époque pouvant nous renseigner. Il faudrait faire un dépouillement systématique des contrats de bail, des donations, des inventaires sur l’ensemble de la période. Les contrats de mariage nous montrent la rareté du « bled froment » par rapport au « bled soigle » : le cas de Françoise Mure, qui reçoit pour son mariage, outre le lit garni, les habits, etc..., « six bicherées de bled soigle et deux de froment mesure de Saint-Symphorien » est exceptionnel (contrat du 23-2-34, notaire Delarochemace).

66Les baux nous indiquent, dans presque chaque domaine d’une certaine importance, la présence d’un chenevier, parcelle où l’on cultive le chanvre, plante très exigeante en fumier mais on ne mentionne jamais de verchère en même temps. Dans les actes de vente le terme désigne une terre de très bonne qualité (un verger, un pacage situé sous la maison, la chènevière, Gardette, 1950-1968). Ainsi le 4-2-1734 Antoine Ronzon, d’Aveize, loue « une maison consistant en cuisine et grenier au dessus un jardin ou chenevier y joignant de la contenance d'environ une bichette mesure de Saint-Symphorien » pour la somme annuelle de 16 livres et une durée de quatre ans à partir de la Toussaint prochaine (notaire Delarochemace). En fait c’est la position de ces parcelles dans le terroir qui importe, plus que le type de culture qu’on y pratique et qui peut changer avec les époques et les cultivateurs. Il faut également citer le planil qui vient compléter, lorsqu’ils existent, le jardin et le chenevier autour de la maison. Le planil est toujours en contrebas des bâtiments. C’est une parcelle de taille moyenne suffisamment humide, qui sert de pacage permanent, et dans laquelle sont souvent plantés les arbres fruitiers.

67Dans la région, trois espèces principales d’arbres fruitiers ont une place importante dans l’économie domestique : les pommiers et les poiriers avec les fruits desquels on fait des pâtés qui sont de très gros chaussons cuits à domicile dans le four à pain, mais aussi du cidre et du poiré, boissons dominicales traditionnelles dans un pays à vin cher, et les cerisiers utilisés pour faire le « kirsch » comme on appelle maintenant toutes les eaux-de-vie, et surtout pour fabriquer des meubles. Dès cette époque le noyer était un arbre de placement planté au bord des chemins. On a vendu son bois jusqu’au milieu du XXe siècle aux ébénistes de Saint-Symphorien et de Lyon. Les châtaigniers existaient probablement, plutôt sous la forme de plantations (vente d’une « chataigneraye » à Saint-Martin le 24-11-1782, notaire Ducreux).

68Dans cette région où les céréales venaient mal, les légumes du jardin avaient une place essentielle dans l’alimentation. On cultivait des pois ou des aricots, des truffes (s'agit-il de patates ou de pommes de terres ? D’après Gilbert Carrier, les pommes de terre ne sont introduites en Lyonnais qu’après 1770), des raves qui furent très fréquentes dans le menu quotidien jusqu’au siècle suivant, des choux et des oignons.

69Dans les montagnes le cheptel bovin était peu important. Il consistait généralement en une paire de bœufs ou de vaches pour tirer l’araire, parfois la charme, et quand dans les baux on cite le bétail, il s’agit généralement de moutons et de brebis. Par exemple, dans le bail à grangeage partiaire pour le domaine de Grataloup, à Coise, signé entre Louis Antoine Servier, bourgeois de la ville de Lyon, et Jean Verney le 5 novembre 1730 (notaire Martouret, acte 123), il est stipulé que « le dit Verney sera tenu de fournir une écuelle de lait de brebis ou autre toutes les fois que le dit Sieur Sender ou ses domestiques seront dans le domaine ». D’autres types d’actes, malheureusement trop rares, peuvent donner des indications importantes. Ce sont les commandes passées entre le propriétaire et un exploitant pour élever ou engraisser un troupeau. Ainsi le 4 novembre 1733, Claude Vérisel dit Lois, de Saint-Étienne-de-Coise, consent une commande au profit de Simond Crozier de Châtelus, pour élever « dix brebis ou moutons de laine blanche et deux noires » (notaire Delarochemace). Des témoignages oraux confirment cette place importante des ovins dans les exploitations anciennes, alors qu’ils ont presque disparu depuis le début du XXe siècle. Certaines personnes âgées se souviennent pourtant avoir entendu, dans leur jeunesse, que le plat « traditionnel » du dimanche, aujourd’hui le poulet, et il y a une cinquantaine d’années le pot-au-feu, était, du temps de leurs aïeux, le ragoût de mouton.

70Il faut également souligner que si les « grosses » propriétés (le terme de « gros », qui est employé localement pour désigner les paysans propriétaires de plus de 20 ha avant la dernière guerre, est relatif : ces exploitations ne sont jamais louées à plus d’un cultivateur) ont un troupeau, ovin ou bovin, susceptible de fournir une grosse quantité de laine ou de beurre, beaucoup de paysans n’ont pas les moyens de nourrir plusieurs bêtes, pendant l’hiver, encore moins s’il s’agit de vaches. Ainsi, il est fort probable que beaucoup d’entre eux ne nourrissaient que quelques brebis et quelques chèvres pendant toute l’année, en plus d’une basse-cour qui n’est jamais très nombreuse. Les chevreaux et les agneaux étaient vendus pendant l’été ou l’automne. On peut également signaler l’existence de traîneaux à chiens, utilisés, semble-t-il, pour se rendre au marché de Saint-Symphorien, et dont un paysan de la Chapelle-sur-Coise possède encore un spécimen.

71Les cahiers de doléances des provinces du Forez nous montrent les limites de la polyculture dans les Monts du Lyonnais. À Fontanès, la plupart des paroissiens se plaignent de devoir acheter seigle, avoine et fourrage, pour leur propre nourriture et celle de leurs bêtes. Leurs seuls revenus semblent provenir de la vente du beurre et des fromages. À Grammond, on demande que la route qui mène à Saint-Étienne soit améliorée afin que :

Le laboureur en conduisant ses danrées (sic) à Saint-Étienne en ramèneroit le charbon de pierre pour revendre aux différents journaliers et locataires (...) soit parce que les bois sont très rares (...) soit parce que la conduite du charbon de pierre est très difficile par rapport aux mauvais chemins et rend le combustible très rare et fort cher. (Fournial, Gutton, 1976 : 136)

72Cette demande qui faciliterait les échanges commerciaux entre les villages et les bourgs où se tiennent les marchés est présente dans les doléances de la plupart des communautés. C’est bien que l'économie villageoise est en partie tournée vers l’extérieur, et que les exploitations ne fonctionnent pas en autarcie. La polyculture vivrière souvent présentée comme le système cultural préexistant à l’élevage laitier n’était certainement pas l’unique ressource de l’économie agricole.

5. Depuis la Révolution : de la polyculture à l’élevage laitier

73En plusieurs lieux du Lyonnais, la Révolution est surtout restée dans les mémoires à travers les souvenirs des soulèvements sporadiques qui ont eu lieu pour protéger les prêtres réfractaires. C’est le phénomène connu sous le nom de « Petite Vendée » (voir infra) qui a pu être repéré dans plusieurs communes, dont Duerne et Chevrières. La vente des Biens nationaux n’eut que très peu d’impact dans la région. Quelques domaines nobles ont été partagés entre des laboureurs, comme à Riverie, sur les franges orientales de la « Montagne ». À Aveize, un domaine, inférieur à 25 ha, est acquis par un bourgeois lyonnais, et encore s’agit-il d’un bois, un second, un peu plus grand, l’étant par un propriétaire rural non-exploitant. Rappelons qu’en outre, les communaux étaient quasi inexistants. En fait, l’essentiel est constitué par la vente de quelques prébendes, autour de Saint-Symphorien, et des faibles biens des cures (Charléty, 1904).

74Le seigle est toujours prépondérant, mais le blé se développe un peu, et, probablement déjà, le méteil qui est une semence mixte de seigle et de blé ; au début du XXe siècle, le méteil, largement semé au siècle précédent, n’aura pas totalement disparu. Le froment sert à faire le pain mangé par les bourgeois de Saint-Symphorien et les quelques villageois aisés des communes. Les prairies artificielles apparaissent lentement et d’abord chez les fermiers. En 1800, on trouve un peu de trèfle, qui se développe aux dépens de la jachère. La pomme de terre, introduite vers 1770, ne se généralisera que plus tard (Jacquet, Massacrier, 1983 : 11).

75Sur la base des recherches de Gilbert Garder qui ont pour cadre le Lyonnais et le Beaujolais, et d’une étude plus circonscrite faite, pour la même époque, sur quatre communes voisines de la bordure septentrionale de ce que les auteurs du siècle dernier appelaient les « monts d’Yseron » (Jacquet, Massacrier, 1983), nous avons divisé en deux périodes l’histoire rurale de nos montagnes entre 1800 et 1950 : la première couvre une grande partie du XIXe siècle puisqu’elle s’étend jusqu’aux alentours de 1880 et voit l’installation de nouveaux modes culturaux, de nouvelles pratiques socio-économiques, un grand développement de l’habitat. La période suivante est celle du « grand renoncement paysan » dont parle Gilbert Garrier, qui se traduit par une inversion du solde démographique, mais aussi par un essor des industries locales et l’amélioration des échanges avec les régions voisines. Période paradoxale qui voit la stagnation des investissements agricoles.

  • 2 Au niveau local, ethnographique, l'étendue de la fourchette est bien trop grande : dans une commun (...)

76En 1820, autour de Duerne, les cultivateurs possèdent 70 % des terres, contre 12 % aux propriétaires ruraux non-exploitants, 7,5 % à la bourgeoisie lyonnaise, 5,5 % à la noblesse (ces communes, à cause de leur position sur la « route de Bordeaux », sont depuis longtemps celles où l’implantation lyonnaise est la plus forte). À cette même époque, 17 % des propriétaires de Duerne possèdent moins de 1 ha, 43 % en possèdent entre 1 et 10, 32 entre 10 et 50, et 6 % seulement plus de 50, ce qui représente 13 % du sol occupé. Les plus grosses propriétés sont généralement affermées. En 1829, sur l’ensemble des Monts du Lyonnais, la très grande propriété d’origine noble ne représente que 5,6 % de la surface totale appropriée. La moyenne propriété, de 10 à 50 ha2), représente 59,4 % du sol, détenu par 30,3 % des propriétaires, qui sont à 83 % des cultivateurs, à 8 % des artisans et commerçants, et 9 % des forains (échantillon de neuf communes). Parmi ces deux dernières catégories, on peut repérer un tiers de Lyonnais. Dans les quatre communes étudiées par Jacquet et Massacrier, 13 % des exploitants environ sont des fermiers, qui exploitent 30 % du sol ; ils emploient la majorité des journaliers de chaque commune. Progressivement, toutes les tendances observées s’amplifieront : quasi-disparition de la grande propriété, développement des propriétés moyennes, augmentation légère du faire-valoir direct.

77Par la qualité des enquêtes agricoles de 1852 et de 1862, l’utilisation du sol dans le département nous est bien connue au milieu du siècle. Tout porte à croire qu’elle est le résultat d’une lente évolution entamée depuis plusieurs décennies. Entre 1820 et 1852, les terres labourables s’étendent sensiblement, gagnant sur les bois et les terres incultes. En même temps, la proportion des prairies est la plus forte du département, mais il semble, d’après les matrices cadastrales, que seuls les plus gros exploitants aient des prés.

78D’après le rapport de la Société d’Agriculture de décembre 1821 (A.D.R., série M., statistiques 1815/30), le canton de Saint-Symphorien exportait dans les années normales 200 hectolitres de blé et 300 d’avoine en direction de Lyon et de Givors, ce qui montre bien la place des céréales dans l’agriculture de l’époque. Depuis le début du siècle, les superficies de froment restent stables, alors que chutent le seigle et l’avoine. On trouve ainsi, en 1859, à Saint-Genis-l’Argentière, 203 ha de froment, 127 ha de seigle et 58 de méteil, pour seulement 200 ha de froment, 14 de seigle et 2 de méteil en 1900.

79Un deuxième point important de l’évolution de l’agriculture dans cette période est la généralisation de la culture de la pomme de terre qui « sauve » de l’exode bon nombre de petits cultivateurs. Après les premiers échecs à la fin du XVIIIe siècle, dus en partie à « la maladie », et à la pesanteur des habitudes alimentaires, elle trouve sa place dans le système de rotation des cultures et deviendra la base de la nourriture des Monts du Lyonnais. Avant la guerre de 1914/18, il n’était pas rare que les pommes de terre, surnommées « truffes à cochon », engraissent les porcs alors que les hommes se nourrissaient de raves et de pain noir. À chaque crise céréalière, le tubercule se développe, seul moyen d’éviter la disette. Par contre, noyers et châtaigniers, bien que nombreux, ne semblent pas avoir une grande place dans l’alimentation, étant plutôt cultivés pour leur bois que pour leurs fruits. Dès le début du siècle, le colza, introduit en 1774 dans le Lyonnais par l’abbé Rozier, fournit l’huile indispensable à l’alimentation, mais surtout pour emplir les « creusets » qui éclairent faiblement les intérieurs paysans.

80Cette période, jusque vers 1880, voit le troupeau ovin, important au siècle précédent, être progressivement remplacé par des vaches et des bœufs. Mais les bovins sont surtout considérés comme animaux de travail et producteurs de fumier. Les races dominantes sont des croisements à base de Salers et de Ferrandaises (Jacquet, Massacrier, 1983 : 18). Les veaux sont vendus à deux mois sur les marchés de Saint-Symphorien ou de Saint-Martin-en-Haut, et le lait est utilisé pour la fabrication du beurre et de divers types de fromages. Ils sont vendus sur les marchés alentours à des coquetiers qui les descendent à Lyon et Saint-Étienne. À titre indicatif, vers 1820, 200 vaches (laitières, de travail et nourrices confondues), 60 bœufs, 15 équidés, 600 brebis mères, 100 porcs à l’engrais et 120 chèvres étaient élevées dans la commune d’Aveize (Cochard, 1827). En 1857, trente ans plus tard, c’est-à-dire à peu près le temps que chaque exploitation ait changé en moyenne une fois de main, la même commune possédait 423 vaches et toujours 60 bœufs, mais 190 génisses et veaux, 31 équidés (chevaux, mulets, ânes), et seulement 230 brebis mères. Au début du siècle suivant, le total des bovins a encore augmenté de 200 unités alors que celui des brebis mères a baissé de près de 100.

81Hausse des prix des céréales, diminution persistante du nombre et de l'étendue des propriétés foraines, développement des cultures nouvelles qui sont écoulées sur les marchés urbains (pommes de terre) et diversification de l'élevage grâce à la vente des veaux, des produits laitiers et l’engraissement des porcs pour la charcuterie régionale, expliquent l’essor des campagnes des Monts du Lyonnais, surtout depuis la crise céréalière des années 1850. Mais, si la jachère tend à disparaître dans tout le canton de Saint-Symphorien, la mécanisation et l’utilisation des engrais accusent un retard certain. Il faut attendre 1875 pour que la faux remplace la faucille, et l’araire reste très employé, surtout à cause de la minceur des sols. Parfois, simplement, on lui ajoute un soc. Les engrais chimiques sont quasi inexistants en 1866 (Garrier, 1973 : 347) et le fumier semble souvent mal employé car il est lessivé pendant trop longtemps dans les cours par les eaux de pluie. En fait, les pratiques de fumage et d’amendement n’ont pas changé depuis le début du siècle (os et plâtre broyés, eaux usées récupérées par de multiples rigoles...). En montagne domine l’assolement quadriennal avec en rotations : pommes de terre, chanvre ou colza – froment – froment, avoine ou seigle – trèfle semé dans la céréale – froment (Jacquet, Massacrier, 1983, plus enquêtes).

82Après 1875/1880, l’agriculture de l’ensemble de la région se « met en sommeil » selon l’expression de Gilbert Garrier. Les cultures céréalières ne se font plus que dans le cadre de la polyculture familiale de subsistance :

Dans bien des cas ce renoncement a été choisi de propos délibéré au cœur même de la phase de prospérité, parce que le coût de la croissance était jugé trop élevé, que les bras, les surfaces et les capitaux manquaient, que la routine opposait trop vigoureusement ses contraintes et sa force d’inertie aux timides velléités d’innovation technique ou commerciale. (Garrier, 1973 : 444)

83Dans le canton de Saint-Symphorien, l’élevage bovin est surtout destiné à la fabrication des fromages, mais en 1908 le rendement est dérisoire, bien inférieur à ce qu'il est dans les départements voisins. En revanche, on élève de plus en plus de porcs, qu’on achète très jeunes et qu’on engraisse (Coing-Roy, 1936).

84Dans les années 1930, l’exploitation-type a une superficie comprise entre 12 et 15 ha, les bois sont presque inexistants, et les prés ont dépassé les labours. Elle nourrit 8 à 10 vaches, 2 bœufs, 1 cheval, 3 brebis, 2 chèvres, 4 porcs, une cinquantaine de volailles. Le cheval sert surtout pour aller au marché, pour « sortir » avec le char à bancs et mener les bœufs dans les labours. La quantité de fumier à l’hectare est sensiblement plus importante qu’au siècle précédent. On cultive toujours des pommes de terre, des raves, du blé, du trèfle, du seigle et de l’avoine. On utilise la batteuse depuis quarante ou cinquante ans selon les endroits. Le chaulage, l’usage de scories phosphatées se sont développés. Le brabant réglable existe dans toutes les fermes depuis la guerre de 14. La pomme de terre a diminué au profit du trèfle, et il n’est pas rare de voir des rangées de pois et de haricots dans les champs (d’après Dareste de la Chavanne, 1941). Nos propres enquêtes dressent un tableau plus modeste de l’exploitation. Il est rare que le cheval cohabite avec des bœufs : on possède l’un ou l’autre, et ce sont souvent des vaches qui tirent la charrue ou l’araire. Si la pomme de terre a baissé, c'est surtout à cause des graves méventes des années trente dont on se souvient encore. Et les pois ou les haricots, auxquels on pourrait rajouter les poireaux, sont loin d’être plantés par tous les paysans, puisqu’ils sont essentiellement destinés à la population des bourgs et sont peu vendus à Lyon ou à Saint-Étienne.

Notes

1 Au XIXe siècle, les baux à ferme conclus dans la région de Saint-Symphorien débuteront quasiment tous les 1er novembre.

2 Au niveau local, ethnographique, l'étendue de la fourchette est bien trop grande : dans une commune le propriétaire exploitant 10 ha n'a pas le même statut que celui qui en exploite 50 : faute de mieux nous utilisons les données telles que nous les avons.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Les Monts du Lyonnais : situation régionale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540