Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin matin. Séance dirigée par Jean Sgard

Recueil des informations dans deux périodiques hollandais à la fin du xviie siècle

Hans Bots

Texte intégral

1Ilot de liberté modérée, la République des Provinces-Unies était devenue pendant le dernier quart du XVIIème siècle l’entrepôt intellectuel de l’Europe. Grâce à des conditions politico-économiques favorables les Pays-Bas du Nord s’étaient développés comme le centre par excellence de la librairie européenne. Ne nous étonnons pas que les libraires hollandais dans ce centre tout privilégié suivent l’exemple de leurs collègues étrangers et prennent l’initiative dans les années 80 du XVIIème siècle de lancer de nouveaux périodiques qui dès leur naissance font concurrence aux grands périodiques français, anglais et allemands. Ainsi une compagnie de libraires amstelodamois (Wolfgang, Waesberghe, Boom et van Someren) de même que Reinier Leers de Rotterdam qui étaient tous dotés des qualités si illustres du ’mercator sapiens’ assurèrent-ils la publication de la Bibliothèque Universelle et Historique (1686-1693) et de l’Histoire des Ouvrages des Savans (1687-1709), après avoir engagé le réfugié genevois Jean Leclerc et le huguenot Henri Basnage de Beauval pour la rédaction de ces deux périodiques.

  • 1 BUH, préface, janvier 1686.

2Dès la préface du premier tome de la Bibliothèque qui parut en janvier 1686, Jean Leclerc qui avait déjà trouvé un collaborateur en Jean Cornand de La Croze, semblait bien se rendre compte de l’ampleur de l’entreprise qu’il venait d’entamer et des difficultés qu’il allait sans doute encore rencontrer. Comment pourrait-il rassembler assez de nouvelles littéraires pour remplir les pages du nouveau périodique projeté, comment pourrait-il achever à l’heure fixée les différents fascicules de la Bibliothèque Universelle et Historique ? La réponse du journaliste Leclerc est bien nette : « ... on demeure à Amsterdam (...), on peut donner beaucoup de temps à la lecture, (...) on peut être secouru de plusieurs gens de Lettres, (...) et la Compaignie des Libraires qui se sont chargez de l’impression de cette Bibliothèque, sont des mieux fournis et des plus fameux de l’Europe »1. Voilà de quoi rassurer les rédacteurs encore pleins d’enthousiasme et au début d’un laborieux chemin. Il va sans dire que les conditions de travail pour H. Basnage de Beauval n’étaient guère différentes, lorsque ce dernier se chargeait un an plus tard de la tâche que Pierre Bayle lui avait laissée. Afin de pouvoir constater que les journalistes aux Provinces-Unies ne se sont pas fait d’illusions, examinons ici plus en détail les différents réseaux d’information grâce auxquels ils réussirent pendant de longues années à contenter leurs lecteurs de la République des Lettres.

3Il est en effet hors de doute que la compagnie amstelodamoise, ainsi que Reinier Leers, étaient tout d’abord eux-mêmes capables de pourvoir les rédacteurs d’un assortiment riche et varié de livres. Non seulement ils firent sortir un grand nombre de livres de leurs propres presses, mais ils entretinrent les meilleures relations avec des collègues dans d’autres villes néerlandaises et à l’étranger. En premier lieu il y avait les libraires qui obtinrent le privilège de vendre les périodiques en échange d’un envoi régulier de leurs propres publications. Samuel Smith, libraire à Londres, assurait ainsi la diffusion de la Bibliothèque et de l’Histoire et envoyait de son côté régulièrement de nouvelles publications anglaises à la Compagnie et à R. Leers ; la maison Waesberghe, faisant partie de la Compagnie, avait des succursales à Danzig, Leipzig et Francfort et Reinier Leers échangeait fréquemment des livres avec des libraires à Hambourg, Leipzig, Francfort, Genève, Oxford, Cambridge et Edimbourg. Les foires de Francfort et de Leipzig où tous les grands libraires européens se réunissaient régulièrement, ont sans doute aussi enrichi leurs fonds et il n’est donc pas surprenant que les journalistes aient pu souvent communiquer à leurs lecteurs que l’ouvrage auquel ils consacraient un article « se trouvait chez » leur libraire.

  • 2 J. Leclerc à J. Locke, dans G. Bonno (éd), Lettres inédites de Leclerc à Locke, p. 34.
  • 3 Bibl. Royale La Haye, Ms 72 D 58 i.

4Le commerce avec la France fut pendant le dernier quart du XVIIème siècle des plus difficiles, parce que c’est la période de censure la plus rigoureuse que connut l’Ancien Régime. En outre la diffusion des périodiques hollandais y fut bientôt défendue ce qui ne doit point étonner si nous prenons en considération les nombreuses pages que les huguenots y consacraient à la politique de Louis XIV. La guerre de la Ligue d’Augsbourg et celle de Succession d’Espagne interrompirent même ce commerce presque intégralement. La République des Provinces-Unies étant en cette période la Mecque des auteurs et produisant plus de livres que partout ailleurs en Europe, la France ne cessait pourtant de garder également une part importante sur ce marché. Ainsi le pourcentage des recensions consacrées aux ouvrages publiés en France constituait dans l’Histoire des Ouvrages des Savans encore la majorité pour la période 1687-1688 : mais entre 1689 et 1697 et 1702 et 1709 il allait baisser à, respectivement, 33 % et 14 %. Comment les journalistes pouvaient-ils tenir tête à cette situation ? Dans une lettre du 17 novembre 1688, quelque temps après que la guerre eut éclaté en Europe, Jean Leclerc écrit déjà à Locke : « ... vous ne savez pas que les livres de Francfort sont en si petit nombre et si chétifs que je n’aurai jamais de quoi remplir ce volume, quoi que je les ramasse tous. On en imprime ici si peu de bons qu’il n’y a presque rien à prendre ; et la France et l’Angleterre nous sont fermées. Je voulois donc vous prier de voir si vous ne pourriez point me fournir quelque petite piece de Physique, par exemple, ou de quelque partie de la Philosophie qu’il vous plaira »2. Et Henri Basnage fait savoir à son ami et correspondant G. Cuper, quelques jours plus tôt qu’il avait « grand peur de tomber dans l’indigence par l’interruption du commerce »3.

  • 4 HOS, juillet 1688, p. 339.

5Si les journalistes hollandais pendant les premières années avaient pu en principe compter sur les libraires qui publiaient leurs revues, il est clair que la nouvelle situation politique modifiait fondamentalement le travail de rédaction et rendait nécessaire le secours d’habiles gens. Autrement dit, d’autres moyens d’information s’imposaient. Cependant on peut se demander si nos journalistes n’ont pas toujours eu besoin de moyens d’informations, même s’ils disposaient d’une officine de libraire bien remplie. Malgré une formation beaucoup plus universelle que celle que nous connaissons aujourd’hui, H. Basnage de Beauval était tout d’abord jurisconsulte et Jean Leclerc avait en premier lieu fait des études de philosophie et de théologie. Aussi y avait-il pour eux des domaines où ils ne se sentaient pas complètement à l’aise. En outre combien de pages ne fallait-il pas lire, pour pouvoir offrir un bon choix de cette « espèce de déluge », de ce « débordement de livres »4 qui submergeait la République des Lettres à l’époque où ils ont commencé la rédaction de leurs revues ? Les journaux avaient beau être inventés pour le soulagement des lecteurs, la question s’impose également si les journalistes ont été physiquement capables de tenir tête à leur lourde tâche.

6A l’époque où il commence la rédaction de la Bibliothèque, Leclerc n’était plus un inconnu. Ses ouvrages de théologie, bien que sujets à controverse, lui avaient valu une place parmi les théologiens de son époque. Avec plusieurs d’entre eux il entretient un échange épistolier régulier (par exemple, P. Allix, Th. Maimbourg et R. Chouet). Sans doute aussi a-t-il pu rassembler de nombreuses informations dans les milieux des huguenots réfugiés aux Provinces-Unies dont les rangs s’étaient consolidés au lendemain de la Révocation de l’Édit de Nantes. Mais ni la Bibliothèque elle-même, ni la correspondance conservée ne nous donnent à croire que Leclerc ou son collaborateur Cornand ont profité, dans la première phase de leur entreprise, d’un grand réseau de correspondance.

  • 5 Bibliothèque Choisie, VI 1705,) (p. 375.
  • 6 BUH, VIII (janvier 1688,) pp. 49-142.

7Nous savons en revanche qu’une autre heureuse circonstance a contribué à la réussite de ce périodique. Leclerc s’était lié d’amitié avec John Locke qui, exilé d’Angleterre depuis 1683, avait passé l’hiver de 1685 1686 à Amsterdam. Cette relation lui était extrêmement fructueuse et lui a apporté un précieux collaborateur. Car comme le journaliste amstelodamois devait rivaliser avec les Nouvelles de la République des Lettres de l’illustre Pierre Bayle, il s’appliqua d’emblée à faire une place plus large aux sciences et à attirer plus d’attention sur les livres anglais. Il est hors de doute que Leclerc a bénéficié des conseils du philosophe anglais dans l’orientation qu’il avait choisie pour sa revue. Dans l’Eloge de Mr Locke publié en 1705 dans le tome VI de la Bibliothèque Choisie, Leclerc nous donne une idée de la part que Locke prit à la rédaction du nouveau journal : « ... Il me donna alors la Nouvelle Méthode de dresser des recueils qui est dans le 2. Tome de la Bibliothèque Universelle. Il me fit aussi quelques Extraits comme celui du livre de Mr Boyle, touchant les Remedes Specifiques, qui est dans le même Tome et quelques autres dans la suite »5. Il n’est malheureusement plus possible de déterminer à quelles recensions Leclerc fait ici allusion. Mentionnons ici cependant que Locke de son côté profita de la Bibliothèque en y publiant un abrégé de son Essai sur l’Entendement Humain que Leclerc avait traduit en français6. Jusqu’en 1700 cet extrait demeure presque la seule source pour prendre connaissance de la pensée de John Locke, parce que la connaissance de l’anglais était encore très limitée dans l’Europe savante.

  • 7 G. Bonno, o.c., p. 36.

8Lorsque Locke rentra en Angleterre, au début de 1689, ses relations avec Leclerc ne furent pas interrompues. Jusqu’à la fin de sa vie il échangea une correspondance régulière avec le publiciste d’Amsterdam, qui lui avait demandé de bien vouloir se souvenir de « notre Bibliothèque »7. Locke n’a pas déçu son ami : il lui envoya au cours des années suivantes de nombreux ouvrages anglais, parmi lesquels nous ne signalons ici que quelques tomes des Philosophical Transactions et des Catalogues of Books.

  • 8 Bibliothèque de l’Université d’Amsterdam, Ms. C 55 a.
  • 9 Ibidem, Ms C 55 b.

9A côté de Locke qui a été sans doute le principal informateur anglais pour Jean Leclerc, il y avait aussi le physicien suisse Fatio de Duillier. Avant que ce dernier s’établît au printemps de 1687 en Angleterre, il avait passé quelques mois aux Provinces-Unies, où il doit avoir fait la connaissance de Leclerc qui inséra une longue lettre du Suisse à Mr Cassini dans le tome III de la Bibliothèque (octobre 1686). Une lettre de Fatio de Duillier du 26 janvier 1687 fait cependant croire que la lettre en question n’a pas été la seule contribution de sa main à la Bibliothèque. Quelques occupations désagréables l’avaient empêché « de pouvoir rien mettre au net », écrit-il8. Quoi qu’il en soit, un mois plus tard, peu de temps avant son départ en Angleterre, il s’exprime en ces termes : « Je vous écris en deux mots pour vous offrir mes services pour l’Angleterre... »9. D’autres lettres échangées avec Leclerc ne nous ont pas été conservées, mais il semble bien qu’il a encore rendu quelques services à la rédaction de la Bibliothèque dans sa nouvelle patrie.

  • 10 BUH, IX, avril 1688, pp. 63-64.
  • 11 The Works of the honourable Robert Boyle, VI, London 1772, p. 61.

10Le savant anglais Robert Boyle envoya en 1688 A Disquisition about the Final Causes of Natural Things comme Jean Leclerc nous l’apprend au tome IX dans le compte rendu qu’il y consacra10. Il est possible que Boyle aussi fît quelquefois parvenir à Jean Leclerc des nouvelles d’Angleterre. Sa lettre du 30 mai 1689 dans laquelle il s’excuse de ne pas pouvoir lui écrire sur des ouvrages philosophiques à cause des grands troubles politiques - « very little has (...) appeared from the press, besides pamphlets and other tracts about political affairs... »11 - pourrait du moins justifier une telle hypothèse.

11Si les deux rédacteurs ont tout d’abord eux-mêmes rempli les pages de leur journal, il est certain que la lourdeur de cette tâche fut donc parfois allégée, tantôt grâce à l’envoi d’extraits tout rédigés d’ouvrages importants, ou de mémoires sur une découverte scientifique récente, tantôt grâce à un correspondant qui attirait l’attention sur une publication de premier ordre parue à l’étranger. Il est bien évident que Leclerc et son collaborateur ont suivi attentivement les articles et les comptes rendus dans les périodiques de leurs collègues-journalistes. Parfois au cas où ils ne réussissaient pas à mettre la main sur certains ouvrages qu’ils jugeaient importants, ils ne se gênaient pas pour traduire littéralement la recension d’un périodique étranger. Les Philosophical transactions de Londres constituaient ainsi une source indispensable pour certaines nouvelles scientifiques.

  • 12 Cf. G. Bonno, o.c., p. 8.
  • 13 Ibidem, p. 54.

12Remarquons enfin que la rédaction utilisait parfois la Bibliothèque pour la publication de productions savantes, tel Leclerc qui fit imprimer au tome XIV (août 1689) les Mémoires pour servir à l’Histoire des controverses nées dans l’Église romaine sur la predestination et sur la Grace depuis le Concile de Trente, de plus de 250 pages et remplissant ainsi tout le mois d’août 1689. De tels mémoires, de même que des essais et des lettres envoyées à la rédaction à sa demande, ne constituent que 5 % des articles de la Bibliothèque Universelle et Historique. Sur un total de 900 articles, 861 (à savoir plus de 95 %) sont consacrés à des recensions de livres, dont 42 % avaient été imprimés aux Provinces-Unies, 17 % en France comme dans les pays allemands, 14 % en Angleterre, 2,5 % en Italie, 2,5 % aux Pays-Bas espagnols, 1,5 % en Suisse et 0,7 % en Scandinavie. Ces chiffres nous apprennent clairement que La Bibliothèque Universelle était tout d’abord une revue bibliographique et qu’ensuite la part des livres publiés aux Provinces-Unies était prépondérante. Ceci n’est pas tellement étonnant si nous nous rappelons que l’Europe était déchirée par des guerres depuis 1688 et que d’autre part Leclerc a abandonné la rédaction presque entièrement en 1691, laissant alors cette tâche à Jaques Bernard. Cornand de La Croze, avec qui Leclerc s’était fâché à cause de ses « grandes extravagances »12 avait déjà quitté la Bibliothèque en 1689 et sa place avait été prise pendant quelques mois par Charles Le Cène qui rédigea seulement le tome XIII de la Bibliothèque. En effet, avec le départ de Leclerc, le périodique avait beaucoup perdu de sa vigueur d’origine, d’autant plus que la connaissance des langues de Jaques Bernard laissait beaucoup à désirer. Ce dernier rédacteur, qui semble avoir eu peu de secours des correspondants, a dû se contenter beaucoup plus que ses prédécesseurs, de ce que son libraire lui fournissait pour la Bibliothèque. Leclerc n’écrit-il pas à John Locke le 15 juillet 1692, sur son successeur : « S’il entendoit l’anglois, je vous prierois pour lui de m’envoier les catalogues ; mais comme il ne l’entend point et que je n’ai point le loisir de l’aider, cela me serait inutile »13 (Ces changements au sein même de la rédaction expliquent aussi au moins en partie la part relativement grande des comptes rendus consacrés aux livres sortant des presses néerlandaises. Toujours est-il que les six derniers tomes de la Bibliothèque reflètent beaucoup moins l’image globale de la production savante dans les différents pays de l’Europe occidentale.

13Contrairement à Jean Leclerc, Henri Basnage de Beauval commença en 1687 tout seul la rédaction de l’Histoire des Ouvrages des Savans, en poursuivant les activités journalistiques de Pierre Bayle qui pour des raisons de santé avait abandonné quelques mois plus tôt les Nouvelles de la République des Lettres. Si ce nouveau périodique peut être considéré comme la suite de celui de Bayle, le titre n’en était pas le même et il ne parut plus chez Henri Desbordes à Amsterdam, mais chez Reinier Leers à Rotterdam, dont Bayle était devenu le bras droit et le principal con seiller. Ce libraire qui avait pris la direction de l’officine familiale en 1678, se rendit surtout célèbre par la publication d’un grand nombre d’écrits de réfugiés qui s’étaient adressés à lui par l’intermédiaire de Bayle. Résidant à Rotterdam, près d’un port qui était déjà un centre commercial d’importance, il avait réussi à tisser un réseau de correspondances, grâce auquel il se mit en contact avec des libraires et des savants partout en Europe. Parmi les ouvrages les plus importants sortis de ses presses, mentionnons seulement ici l’opus magnum de Pierre Bayle, le Dictionnaire Historique et Critique, une édition revue de l’œuvre de Malebranche et de nombreux livres de R. Simon. La collaboration avec une telle librairie, aux dimensions largement internationales, offrait à Basnage de Beauval toutes les garanties de réussite pour son nouveau périodique. Aussi dès la préface du premier tome de l’Histoire, Basnage communiqua-t-il à ses lecteurs que Leers tâcherait « d’avoir promptement un certain nombre de livres imprimez hors du pays, ou en Hollande», dont il donnerait des extraits et que son libraire, « à l’égard des livres étrangers où l’on ajouterait dans cette Histoire, se trouvent à Rotterdam chez Reiniers Leers » s’en était déjà procuré un bon nombre.

  • 14 BUH, janvier 1686, préface.

14Cependant Basnage et Leers étaient bien conscients du secours nécessaire de la République des Lettres. Dans la même préface, tous ceux qui voudraient envoyer des Mémoires ou des livres, furent invités à les adresser à Leers afin qu’ils puissent être insérés dans la revue. S’il n’est plus possible de repérer le nombre de livres envoyés à Leers à la suite de cette invitation, nous savons par contre exactement que Basnage reçut ainsi 72 mémoires. Tantôt ces mémoires étaient des réactions sur des ouvrages récemment publiés ou sur des comptes rendus consacrés à ces ouvrages dans les revues, tantôt c’étaient, comme le disait Jean Leclerc, « des moiens d’apprendre les sentimens des savans sur les matières que l’on aura traitées, et de conserver des pieces utiles qu’on laisseroit perdre dans son cabinet sans que personne en tirât jamais aucun avantage »14.

15De même que les Nouvelles et la Bibliothèque, l’Histoire de Basnage était pourtant avant tout une revue bibliographique. Les lecteurs s’attendaient à y trouver des comptes rendus des ouvrages importants qui venaient de paraître. Aussi les recensions de livres représentent-elles plus de 90 % de l’ensemble que Basnage offrait à ses lecteurs. La rédaction de ces articles demandait des efforts immenses dont la plus grande partie a sans doute reposé sur les épaules du rédacteur lui-même. Bien sûr, nous venons de le dire, son libraire Leers disposait d’un fonds riche et varié et réussissait grâce à de fréquents voyages en France à garder, même en temps de guerre, des relations commerciales avec la librairie française. Les livres publiés en France ayant occupé la plus grande place parmi les comptes rendus au cours des deux premières années de l’Histoire, la rédaction put toujours réserver 23,5 % pour cette catégorie entre 1690 et 1709, période où deux guerres rendaient le commerce avec la France extrêmement difficile, sinon impossible. Moins orienté que Leclerc vers l’Angleterre, Basnage ne réservait qu’un peu plus de 12 % aux livres anglais, tandis que les ouvrages sortant des presses allemandes occupaient 8 %. Si les publications des Pays-Bas espagnols, de la Suisse, de la Scandinavie et de l’Italie constituaient ensemble seulement 7 % les Provinces-Unies remportaient encore la part du lion avec 46 %. N’oublions pas toutefois que dans ce dernier pourcentage figurent aussi de nombreux ouvrages dont les auteurs étrangers avaient envoyé les manuscrits directement à des éditeurs néerlandais. Et combien d’ouvrages parus à l’étranger ne furent-ils pas contrefaits aux Provinces-Unies et pourvus d’adresses fausses ou fictives ? Les chiffres qu’on peut donner dans un tel contexte doivent donc être interprétés le plus prudemment possible, bien qu’ils prouvent clairement le caractère international et varié de l’Histoire. Or, prendre la direction d’un périodique aux dimensions si internationales, même si l’on pouvait recourir à un libraire tel que Leers, ne demandait pas seulement un travail de bénédictin, mais aussi une politique active de son rédacteur.

  • 15 Charles le Vier, Préface du libraire contenant l’éloge historique de M. Basnage, et l’histoire de s (...)

16Vivant les premières années après son arrivée aux Provinces-Unies à Rotterdam, il fréquentait un cercle d’amis qui se groupait autour de Pierre Bayle, de son frère Jacques Basnage, le théologien, de Paets, de Herman Lufneu et de Reinier Leers, milieu aux idées libérales et inspiratrices. C’est sans doute ici, dans cette « Société de personnes choisies, qui s’assembloient une fois la semaine tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre des Membres qui la composoient », qu’il a pu discuter de ce qui le préoccupait. Car « on n’y parloit que des sciences et l’on y traittoit avec une liberté entière les matieres les plus delicates tant de Religion que de Politique »15. Et on peut supposer qu’il y prît également connaissance des informations que Bayle avait su recueillir grâce à un vaste réseau de correspondances.

  • 16 Bibliothèque Royale La Haye, Ms. 72 D 58 i.
  • 17 B.N. Paris, Autographes Rothschild, A. XVII-34 r.
  • 18 Ibidem, A XVII-36.

17Mais le jeune rédacteur s’empressa aussi lui-même de nouer de multiples relations avec des membres de la République des Lettres. Dès le mois d’octobre 1687 il prie Gisbert Cuper, qui avait adressé un ouvrage italien à Jacques Basnage, afin que son frère l’insérât dans l’Histoire, de lui envoyer désormais toutes les curiosités qui tomberaient entre ses mains16 (Que Jacques Basnage ait été en effet un aide précieux du journaliste, c’est certain. Son frère ne lui procura pas seulement quelque 80 comptes rendus, consacrés principalement à des ouvrages théologiques, mais il lui servit aussi d’introducteur, sans doute à plusieurs reprises, auprès de ses contemporains savants. Ainsi profita-t-il d’une lettre que J. Basnage écrivit à G. Ménage le 27 octobre 1687, pour y ajouter un post-scriptum dans lequel il fait ses compliments à cet érudit parisien. En même temps il lui fait parvenir les deux premiers mois de son périodique en lui demandant son avis, parce que « l’on se corrige sûrement sur les advis des maistres ». Et il poursuit : « vos lettres nous font le plus grand plaisir du monde, car ce sont des sçavantes relations de tout ce qui se passe, et comme vostre maison est tousiours pleine d’habiles gens il ne vous echape rien. C’est pourquoi Monsieur quand vos occupations scavantes vous le permettront, quelques mots d’advis nous seront d’un grand usage »17 (En effet Basnage se rendit compte dès le début de son entreprise qu’il ne pouvait se passer de « savantes relations » provenant de ses concitoyens de la République des Lettres. « Pardonnez-moi (...) si ie veux vous arracher un moment de vostre temps », écrit-il le 3 juin 1688 à l’Abbé Nicaise, « et ie vous sollicite de vouloir bien m’apprendre quelquesfois ce qui se passe de curieux parmi les gens de lettres. Vous sçavez de quelle utilité cela est pour le travail que i’ai été assez hardi d’entreprendre apres les habiles gens qui s’en sont mêlez »18.

  • 19 British Library Londres, Ms. 4036, f. 215-216.
  • 20 Lettre du 10 nov. 1695, ibidem, f. 219.

18Ainsi Basnage réussit en très peu de temps à se mettre en contact avec un grand nombre de correspondants qui pouvaient l’informer des dernières nouvelles littéraires ou scientifiques. Remarquons tout de suite que ses correspondants en tiraient également leur profit : les bons offices étaient toujours réciproques dans de tels échanges de lettres. Ceci est bien illustré par la première lettre que Basnage écrivit à Hans Sloane, secrétaire de la Société Royale à Londres. Sans ambages il fait savoir à ce correspondant qu’il a tout à gagner avec ce commerce de lettres et qu’il accepte avec plaisir les conditions que Sloane lui avait proposées. Est-ce que Leers avait déçu son rédacteur, lorsqu’il écrit « qu’on connoist assez peu icy les livres Anglois » et qu’il croit « que le prix qui surpasse beaucoup de ceux de ce pays, degoute les libraires de les faire venir » ?19. C’est pourquoi il tenait beaucoup à recevoir tous les mois les Transactions Philosophiques, de même qu’un autre journal qui se vendait à Londres : Miscellaneous letters giving an Account of the Works of the Learned both at home and abroad. Basnage de son côté lui enverrait tous les trois mois son Histoire et l’informerait de tous les sujets qui pouvaient l’intéresser. Il semble toutefois que Sloane n’ait pas immédiatement donné suite à la lettre de Basnage, car celui-ci, plein de zèle, lui rappelle quelques mois plus tard sa promesse : « Il est temps que ie vous fasse souvenir que vous m’avez offert un commerce de lettres, et c’est un engagement que ie ne pretends point qui soit rompu par les autres soins dont vous venez de vous charger. Ayez donc la bonté d’executer ce que vous m’avez promis, et trouvez bon que ie vous en sollicite »20.

19Depuis quelque temps nous préparons l’édition de la correspondance d’Henri Basnage de Beauval. Grâce à une enquête dans les bibliothèques et archives européennes, nous avons pu repérer quelque 120 lettres, dont la plupart de la main de Basnage lui-même. Parmi ces 120 lettres, environ 90 n’ont jusqu’ici jamais été publiées. Quoique ces missives nous donnent sans doute une bonne idée du réseau de correspondances que Basnage a su tisser, il s’agit toutefois seulement d’une partie du total des lettres que le journaliste et ses correspondants ont échangées. La rubrique des extraits de diverses lettres que Basnage a l’habitude d’ajouter à la fin de chaque mois nous a du moins amené à cette conclusion. Malheureusement le journaliste n’y cite en général que quelques phrases des lettres reçues, contenant le titre d’un livre et le nom de l’auteur, mais il n’en indique jamais la date. Par contre il mentionne soit le nom du correspondant, soit le lieu ou le pays de provenance. Au total, nous avons pu compter environ 3 30 lettres différentes dont Basnage a inséré des extraits plus ou moins longs dans la rubrique en question. Si le journaliste a peut-être puisé parfois quelques fragments dans les lettres adressées à son frère ou à Pierre Bayle, nous pouvons toutefois admettre que la plupart de ces extraits ont fait partie de sa propre correspondance, qui a été sans doute une source d’information des plus précieuses. De toute évidence cet ensemble de quelque 470 lettres ne doit représenter qu’une partie infime des lettres que Basnage reçut ou écrivit pendant les 22 ans de son activité.

  • 21 HOS, juin 1689, p. 367 et HOS, juin 1702, pp. 284-286.

20Basnage ne trouva pas seulement dans ces lettres des titres d’ouvrages publiés sur place, mais souvent ses correspondants lui donnèrent aussi leurs premières réactions en indiquant ainsi si l’ouvrage en question valait un compte rendu dans sa revue. A deux exceptions près21 (ces lettres ne nous donnent cependant pas lieu de supposer que Basnage recevait aussi des recensions toutes faites. Si nous faisons abstraction des quelque 80 comptes rendus de son frère Jacques, Basnage semble avoir assumé tout seul le travail de rédaction. Il est vrai que le journaliste a utilisé au cours des années de plus en plus la rubrique des extraits de lettres pour y annoncer un titre d’ouvrage, sans qu’un compte rendu y suivît, en ajoutant à son annonce simplement le commentaire sommaire tel qu’il l’avait trouvé dans la lettre de son correspondant. Était-ce par manque de temps ou n’avait-il pas eu à sa disposition l’ouvrage même ? En tout cas, tout porte à croire qu’il s’est senti ainsi parfois déchargé de l’obligation d’y revenir dans la suite.

  • 22 C.I. Gerhardt, Die Philosophischen Schriften von G.W. Leibniz, Berlin 1887, t. III, p. 93 (lettre d (...)

21Les correspondants du rédacteur se trouvaient dispersés dans toute l’Europe. Une analyse détaillée des extraits de lettres nous a apporté les chiffres suivants : quelque 145 lettres furent expédiées de la France, 76 de l’Angleterre, 48 de l’Italie et 34 des pays allemands, tandis que le reste portait comme pays de provenance le Portugal, la Suède, la Suisse et les Pays-Bas espagnols. Qui étaient ces correspondants ? Nous nous contentons d’en mentionner ici les plus importants : en France ce furent les avocats au Parlement de Paris, François Janiçon et Fr. Pinsson de Riolles, le théologien Daniel Larroque et Claude Nicaise ; à côté de H. Sloane il y avait John Mill et Pierre Des Maizeaux qui lui écrivirent d’Angleterre, tandis qu’il recevait aussi régulièrement des lettres de J.-Alph. Turretin de Genève et de Magliabecchi d’Italie. Mentionnons encore parmi ses correspondants néerlandais G. Cuper, J.G. Graevius, Cornelis van Eck et Th. J. ab Almeloveen. Tout en ignorant qui a été son correspondant principal en Allemagne, les lettres que Basnage échangea avec Leibniz lui ont rapporté maint détail intéressant. Bien que la correspondance avec le philosophe allemand tourne principalement autour de l’édition de quelques-uns de ses manuscrits - « je trouve que l’avantage de nostre correspondance est presque entierement de mon costé »22 - Basnage porta tout de même un grand intérêt à ce commerce de littérature. Il a dû se rendre compte que Leibniz, grâce à sa renommée internationale, pouvait lui servir d’introducteur auprès d’autres grands érudits.

  • 23 HOS, mars 1709, p. 109.
  • 24 B.N. Paris, Ms. français, n.a., 5157, f. 18.

22Pendant plus de 20 ans Basnage a assuré ainsi la rédaction de l’Histoire. Un énorme labeur qui lui donnait peu de loisir pour d’autres activités, malgré un vaste réseau de correspondance et en dépit d’une librairie telle que celle de Reinier Leers. Labeur épuisant aussi qui au cours des années lui devint de plus en plus pénible. Après avoir fait défaut en 1707, année où l’Histoire ne parut pas, il écrit le 1er novembre 1709 à Bignon, cet « Arbitre suprême de la République des Lettres »23 qu’il renoncera, probablement sous peu, définitivement à la rédaction de l’Histoire : « Je ne suis pas cependant fort seur de continuer ; car Mr Leers vient de faire un traitté par lequel il transporte tout son fonds à Mrs Fritsch et un jeune homme de Paris dont le nom m’est échappé. Il demeure chez Mrs Anisson et Rigaud. Ils l’ont acheté 120.000 livres et Mr Leers ne s’est réservé que le dictionnaire de Furetière. Je doute que ces Mrs tous deux Allemans soutiennent bien leur marché. Je ne les connois point. La somme est bien grosse pour deux Allemans »24. En effet Basnage prit bientôt après sa décision : le dernier volume de l’Histoire parut fin 1709. La santé du journaliste laissait depuis quelque temps beaucoup à désirer, il est vrai, mais la lettre à Bignon nous prouve encore une fois de plus le rôle important que le libraire R. Leers a joué dans l’entreprise de l’Histoire des Ouvrages des Savans. La bonne organisation de la librairie hollandaise, moins sujette en général à une censure sévère, paraît ainsi avoir été la première condition du succès de la presse périodique savante en Hollande à la fin du XVIIème siècle.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

H. Bots et autres, Henri Basnage de Beauval en de Histoire des Ouvrages des Savans 1687-1 709, t. I-II, Amsterdam 1976.

H. Bots et autres, De Bibliothèque Universelle et Historique 1686-1693). Een periodiek als trefpunt van geletterd Europa, Amsterdam 1981.

Elis. Labrousse, « Les Coulisses du Journal de Bayle », in P. Dibon (ed.), Pierre Bayle. Le Philosophe de Rotterdam, Paris, 1959.

La Bibliothèque Universelle et Historique, Amsterdam 1686-1693 (BUH)

L’Histoire des Ouvrages des Savans, Rotterdam 1687-1709 (reprint Slatkine) (HOS)

H.J. Martin, Livre, Pouvoir et Société à Paris, t. I-II, Genève 1969.

A. Sauvy, Livres saisis à Paris entre 1678 et 1701, La Haye 1972.

I.H. van Eeghen, De Amsterdamse Boekhandel 1680-1725, t. I-V, Amsterdam, 1963-1978.

Notes

1 BUH, préface, janvier 1686.

2 J. Leclerc à J. Locke, dans G. Bonno (éd), Lettres inédites de Leclerc à Locke, p. 34.

3 Bibl. Royale La Haye, Ms 72 D 58 i.

4 HOS, juillet 1688, p. 339.

5 Bibliothèque Choisie, VI 1705,) (p. 375.

6 BUH, VIII (janvier 1688,) pp. 49-142.

7 G. Bonno, o.c., p. 36.

8 Bibliothèque de l’Université d’Amsterdam, Ms. C 55 a.

9 Ibidem, Ms C 55 b.

10 BUH, IX, avril 1688, pp. 63-64.

11 The Works of the honourable Robert Boyle, VI, London 1772, p. 61.

12 Cf. G. Bonno, o.c., p. 8.

13 Ibidem, p. 54.

14 BUH, janvier 1686, préface.

15 Charles le Vier, Préface du libraire contenant l’éloge historique de M. Basnage, et l’histoire de ses ouvrages, dans J. Basnage, Annales des Provinces Unies, La Haye 1726, t. 2, p. IV.

16 Bibliothèque Royale La Haye, Ms. 72 D 58 i.

17 B.N. Paris, Autographes Rothschild, A. XVII-34 r.

18 Ibidem, A XVII-36.

19 British Library Londres, Ms. 4036, f. 215-216.

20 Lettre du 10 nov. 1695, ibidem, f. 219.

21 HOS, juin 1689, p. 367 et HOS, juin 1702, pp. 284-286.

22 C.I. Gerhardt, Die Philosophischen Schriften von G.W. Leibniz, Berlin 1887, t. III, p. 93 (lettre datée de 1693).

23 HOS, mars 1709, p. 109.

24 B.N. Paris, Ms. français, n.a., 5157, f. 18.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540