Version classiqueVersion mobile

L’Éducation prisonnière de la forme scolaire ?

 | 
Guy Vincent

Deuxième partie. Prégnance et résistances

Prégnance et résistances

Texte intégral

1Le terme prégnance a été adopté par la Gestalttheorie pour caractériser ce qui a été aussi appelé « bonne forme » : la forme est aussi bonne qu’elle peut l’être dans des conditions données (« loi » de Wertheimer). On peut parler (en psychologie de la perception par exemple, mais aussi par extension dans d’autres domaines) d'une forme qui a plus de prégnance que d’autres, et qui tend par conséquent à s’imposer. Mais de tels concepts perdraient de leur intérêt si on les rabattait sur la description d’un jeu mécanique de forces. Non seulement une forme ne « s’impose » pas sans résistances, mais sa prégnance même n’est pas indépendante des significations dont elle est inséparable.

2La prégnance de la forme scolaire peut être le fil conducteur des analyses que nous présentons ici. Leurs terrains sont divers, mais elles portent toutes sur l’extension de la forme scolaire, les conséquences qui en résultent, les résistances qu'elle rencontre.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search