Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin matin. Séance dirigée par Jean Sgard

Le journal, champ d’investigation des évolutions lexicales et intellectuelles

Joëlle Salvan

Texte intégral

1Des bouleversements souvent importants interviennent dans le domaine entier de la connaissance durant le XVIIIème siècle. Les belles-Lettres, pourtant protégées par les puristes et les académiciens, sou mises aux règles de l’ordre et de la raison codifiées par les théoriciens, ne demeurent plus à l’abri d’assauts audacieux, comme la pénétration en force du roman, qui remet en cause la hiérarchie solidement constituée des genres littéraires. Des changements beaucoup plus considérables se produisent au sein des sciences : l’histoire naturelle, édifiée sur des données empiriques au début du XVIIIème siècle, s’érige, au milieu de ce siècle, en système scientifique avec l’élaboration des classifications et des nomenclatures et le recours à de véritables méthodes. C’est en chimie que l’urgence d’un travail à accomplir sur le mot se fait, sans doute, le plus ressentir. En effet cette science nouvelle n’est pas toujours bien séparée de l’alchimie, science oiseuse à laquelle s’attache un lourd héritage.

2Les Mémoires de Trévoux sont un lieu privilégié pour suivre les modifications survenues dans le domaine de la connaissance et pour étudier les conséquences qu’entraînent ces modifications dans la lexicologie. D’une part, l’extension de ce périodique dans le temps (1701-1762) permet de puiser des éléments de comparaison entre le début et la seconde période du XVIIIème siècle. D’autre part, grâce à la diversité de leurs articles et à l’enrichissement de leurs informations fournies par la collaboration et le concours d’études des missions et des collèges Jésuites répandus dans le monde entier, les Mémoires de Trévoux embrassent tout le domaine de la connaissance et donnent de précieux renseignements sur les activités intellectuelles de la République des Lettres.

3Nous avons délimité deux corpus pour entreprendre notre enquête comparative. Le premier concerne 295 articles choisis dans la période allant de 1705 à 1720 ; le second, 260 articles parus entre 1750 et 1762. Les matières se répartissent de la façon suivante :

4Dans ces statistiques, nous n’avons pas pris en compte les ouvrages mentionnés dans les Nouvelles Littéraires : les commentaires dont ils font l’objet sont trop brefs pour que nous puissions en tirer des considérations solides. Le tableau que nous venons de présenter appelle deux remarques qui restreignent quelque peu sa validité. Pour notre classement, nous nous appuyons sur des repères modernes en rangeant les articles dans des rubriques qui reçoivent des désignations modernes elles aussi. Ainsi, en classant la médecine parmi les sciences (et non parmi les arts), nous faisons un anachronisme. En effet les notions lettres, arts et sciences sont bien éloignées du sens spécifique que nous leur accordons aujourd’hui, et le lecteur qui ne serait pas averti de ces différences, serait dérouté par la lecture des Mémoires de Trévoux. La seconde remarque est la difficulté que nous avons rencontrée à ranger objectivement un article dans une rubrique. Au XVIIIème siècle, la division du savoir et l’antagonisme qui, aujourd’hui, sépare bien souvent les activités intellectuelles, n’existent pas : l’absence d’autonomie des connaissances entraîne la pluralité des matières au sein d’un article qui, par exemple, peut soulever à la fois des problèmes relatifs à la médecine et à la théologie, à l’histoire et aux belles-Lettres, à la philosophie et à la physique. Aussi est-il délicat de ranger systématiquement les articles dans une discipline restreinte... En raison de l’ambiguité de la désignation des rubriques et de la difficulté du classement, la valeur de notre tableau ne peut être que relative. Cependant la méthode heuristique que nous avons employée nous a permis de mettre en évidence deux traits caractéristiques des connaissances au XVIIIème siècle : l’interférence des disciplines, la fluctuation sémantique des notions.

5Il faut tout de suite préciser que ces deux traits caractéristiques ne sont pas des données statiques. La lecture des articles qui paraissent dans la seconde moitié du XVIIIème siècle permet d’étudier l’évolution sémantique des notions lettres, sciences et arts, étude que nous avons nous-même entreprise lors d’un Diplôme d’Études Supérieures. Au début du siècle, ces notions désignent avant tout la connaissance générale, le savoir : elles apparaissent très souvent sous forme de couple, « lettres et sciences », « arts et sciences », « lettres et arts », l’absence du troisième terme étant due aux rapports synonymiques. On les attribue également à la connaissance particulière, mais d’une façon indifférente, ces trois notions étant des termes interchangeables. Ainsi, la botanique, la lithotomie, l’astronomie même appartiennent tantôt aux arts et tantôt aux sciences ; le mot art est rarement pris dans son sens esthétique - sens que les Dictionnaires n’enregistrent pas - et désigne avant tout les activités intellectuelles aussi bien que manuelles... Cependant, les notions s’acheminent lentement vers le sens spécifique que nous leur attribuons aujourd’hui ; des glissements imperceptibles interviennent dans leur signification. Nous avons pu suivre minutieusement les variations de ces notions dans \es Mémoires de Trévoux qui offrent un grand intérêt à toute étude de la sémantique diachronique. La fréquence des différents emplois de ces termes nous permet d’affirmer l’existence de cette évolution : le mot art désigne beaucoup plus souvent l’activité humaine qui fait appel à certaines facultés sensorielles, esthétiques et intellectuelles ; les mots sciences et lettres sont de moins en moins utilisés pour nommer la connaissance générale et ils se rapprochent de leur signifié moderne. La fréquence des différents emplois de ces trois termes, nous l’avons relevée sur les articles de l’année 1710, et sur ceux de l’année 1762 :

6L’évolution des connaissances vers leur autonomie accompagne l’état dynamique de la langue. Un examen interne des lettres, des sciences et des arts montre les multiples petites révolutions qui expliquent les changements lexicaux. Par exemple, divers faits (recours systématique à la méthode, nécessité des langues formalisées etc.) témoignent de la spécificité de la notion science considérée désormais comme le savoir devant revêtir une structure axiomatique. Il est évident qu’une fois de plus les Mémoires de Trévoux sont favorables à ces recherches comparatives.

7Pour illustrer les bouleversements - internes ou sémantiques intervenus dans les connaissances, nous avons pris comme exemple les sciences économiques. Au début du XVIIIème siècle, économie désigne tout autre chose que l’ensemble des activités visant à la production et à la consommation des richesses. Ce terme s’applique au « bon usage qu’on fait de son esprit et de ses autres qualités » ou encore à « l’ordre de la juste disposition des choses, de l’harmonie qui est entre les différentes parties ; ou les différentes qualités d’un corps physique ». (Dictionnaire de Trévoux). L’expression « œconomie animale » remplace quelquefois l’animal même : « Car enfin, si tout est vaisseau dans le corps humain, tout y est aussi liqueur : le mouvement des uns et des autres est également sensible. Si les tuyaux ne peuvent se mouvoir que vers leur partie cave, et par conséquent contre la liqueur qu’ils contiennent, la liqueur ne peut aussi se mouvoir sans heurter contre les parois des vaisseaux, sur tout dans ceux qui vont en rétrecissant. Voilà donc les solides et les liquides en part égale dans l’œconomie animale ». (Réflexions sur le système de la trituration par M. Bertrand, février 1714, page 347). Cependant les dictionnaires attribuent également à économie la définition suivante : « l’ordre par lequel un corps politique subsiste principalement ». Mais on répugne à employer le mot économie dans ce sens : il ne désigne jamais les secteurs économiques. Ainsi on utilise des péri phrases pour souligner le rapport qui unit ces secteurs à la production nationale des richesses : « Quelques personnes à qui l’Auteur ne pouvoit rien refuser l’ayant engagé d’écrire sur le commerce, pour en donner une juste idée par rapport à la politique, il a cru que rien ne seroit plus propre à remplir ce dessein, qu’un détail du grand commerce des Hollandais». (Le grand thresor historique et politique du florissant commerce des Hollandais dans tous les Etats du monde par un Auteur anonyme. Janvier 1714, p. 2). C’est bien plus tard que les théoriciens emploieront l’expression « économie politique ».

8Le commerce et l’agriculture sont classés parmi les arts, notion qui s’applique à un grand nombre de disciplines et qui permet de donner une désignation à n’importe quelle activité intellectuelle, esthétique ou manuelle : « L’agriculture et le commerce nourrissent, enrichissent un état : ce sont ces deux arts qui lui donnent la vie et la force ». (Le grand thresor historique et politique du florissant commerce des Hollandais... Janvier 1714, p. 2).

9Les Mémoires de Trévoux, au début du XVIIIème siècle, prêtent peu d’attention aux activités économiques. Sur les 295 articles que nous avons relevés, seulement 3 concernent l’économie, ce qui représente un très faible pourcentage : un peu moins de 1 %. Nous retrouvons le même désintérêt dans les articles qui abordent les problèmes des diverses connaissances : alors que les aspects relatifs aux sciences et aux lettres sont richement approfondis, on survole rapidement l’économie. Ainsi, dans le Projet d’une Bibliothèque universelle (Septembre 1715, article 6), on nous donne de larges développements sur les sciences de la religion (Théologie, histoire ecclésiastique, critique biblique, hagiologie etc...), sur les « sciences du discours » (grammaire, rhétorique, poésie), sur la philosophie (logique, morale, physique et métaphysique), sur les différentes parties de la médecine et des mathématiques ; à la fin de ces énumérations qui font toutes l’objet de profonde réflexions, nous trouvons une phrase sèche et laconique : « Ensuite l’œconomie et tout ce qui peut y avoir rapport ». (Notons cependant qu’on emploie économie dans son sens moderne ; au cours de nos lectures nous n’avons rencontré qu’en deux fois cet emploi). Dans une dissertation consacrée à la nécessité de l’amour de la gloire pour faire de grandes œuvres (Traité de la gloire par M. Sarcy. Novembre 1717, article 2), les journalistes commentent amplement les liens qui unissent l’esprit ambitieux et le goût d’apprendre : les sciences et les lettres fournissent à leurs commentaires la matière la plus importante ; un tout petit passage aborde les activités commerciales. Quant aux articles consacrés à l’économie, leur longueur est dérisoire : ainsi, un article de trois pages traite de la monnaie (Août 1716, article 3), alors que précédemment nous avons trouvé un article de vingt pages pour l’histoire ecclésiastique (Août 1716, article 1) et de trente pages sur Virgile (Août 1716, article 2).

10Le faible intérêt porté aux secteurs de l’économie dans les Mémoires de Trévoux s’explique par le dédain que manifestent les hommes à l’égard du commerce et de l’agriculture en ce début du XVIIIème siècle, activités qui subissent toujours les lourdes conséquences de l’idéologie nobilaire. Les Journalistes des Mémoires de Trévoux ressentent le besoin de souligner l’opposition entre le métier de négociant et la noblesse de l’origine : « Quoique M. Savary portât un nom et fût d’une naissance à aspirer aux honneurs, il se mit pourtant au commerce ». (Le Parfait Négociant par Jacques Savary. Décembre 1714, p. 2132).

11Dans ce court exposé, nous ne pouvons pas aborder d’une manière profonde les caractères internes des sciences économiques. Contentons-nous de remarquer que, dans les premiers articles des Mémoires de Trévoux, les écrits sur ces sciences ont attiré notre attention par l’absence d’une réflexion conceptuelle : aucune théorie ne préside aux considérations sur le commerce, l’agriculture ou les finances ; les pensées ne sont pas structurées et elles apparaissent sous la forme de simples remarques. Ces articles ne se distinguent pas des autres par la langue qui demeure un langage littéraire : aucun mot spécialisé, aucun jargon. Les périphrases et les comparaisons multiples, nécessaires pour remédier à la pauvreté du vocabulaire technique, par le phénomène naturel des glissements verbaux, entraînent les journalistes ou les auteurs de l’ouvrage commenté à émettre des jugements moraux et à introduire des opinions d’ordre théologique ou philosophique étrangères aux sciences considérées.

12Dans les articles qui paraissent à partir de 1755, les remarques que nous venons de faire concernant les sciences économiques ne sont plus toutes valables. L’évolution sémantique est aisée à suivre. Par mesure de prudence, on n’utilise pas encore le substantif « œconomie » : on préfère commencer par l’emploi de l’adjectif « (œconomique ». Il est alors question de « brochure politique et œconomique » (Lettres d’un Citoyen sur la permission de commercer dans les Colonies, annoncée par les Puissances neutres par un Auteur anonyme. Juillet 1756), de « combat œconomique » (Discours sur les Vignes par un Auteur anonyme. Septembre 1756) etc... L’adjectif « œconomique » s’engage un peu plus avec des formules telles que « genre œconomique » (Discours sur les Vignes. Septembre 1756) ou « littérature œconomique » (Lettres d’un Citoyen sur la permission de commercer dans les Colonies... Juillet 1756), formules qui attestent l’existence sémantique de cette connaissance particulière. A partir de 1760 on n’hésite plus à employer le substantif : l’expression « œconomie rurale » désigne les moyens mis en œuvre pour tirer profit du sol (Recueil de Mémoires concernant l’Œconomie rurale. Janvier 1762). Enfin nous trouvons « sciences œconomiques » (Recueil de Mémoires concernant l’Œconomie rurale), expression dont la valeur est d’autant plus forte que la notion « science » qui revêt désormais une structure axiomatique s’applique de moins en moins à une connaissance quelconque. Ainsi le terme trop vague d’« art », auquel on avait recours au début du siècle pour désigner l’économie ou ses divers secteurs voit son emploi reculer au profit de mots beaucoup plus spécialisés (une étude complète des notions attribuées aux activités intellectuelles dans les Mémoires de Trévoux montre la forte diminution de l’emploi du mot art, à mesure que les connaissances, s’acheminant vers leurs spécificités, ont besoin de notions précises et nettement définies).

13Cette évolution sémantique s’accompagne de légères variations concernant la présentation et les matières traitées dans les Mémoires de Trévoux. Ainsi nous notons un vif intérêt manifesté à l’égard de l’économie. Alors qu’au début du XVIIIème siècle le périodique ne lui con sacrait que 3 articles sur 295 (un peu moins de 1 %), nous trouvons, entre 1755 1762, 21 articles sur 260, soit un pourcentage de 8 %. La longueur de ces articles est comparable à ceux qui traitent des sciences et des lettres, et les problèmes abordés sont richement approfondis. Les journalistes des Mémoires de Trévoux contribuent à la vulgarisation des sciences économiques qui, étant mieux connues, sont désormais acceptées par le grand public. Ils déploient un effort considérable pour lutter contre les anciens tabous qui entachaient certains secteurs, en présentant et en commentant favorablement de nombreux ouvrages qui insistent sur l’utilité sociale du commerce, de l’industrie, de l’agriculture et qui invitent les nobles à participer à ces activités nécessaires au bon fonctionnement de l’Etat : La Noblesse commerçante (Mars 1756, article 9), Lettre à M F. ou Examen politique des prétendus inconvénients de la faculté de commercer en gros, sans déroger à la Noblesse (juillet 1756, article 10), Le Gentilhomme cultivateur (Mars 1762, article 12) etc... Les journalistes citent avec plaisir les réflexions des auteurs qui veulent détruire les derniers scrupules en présentant de hauts personnages, officiels ou historiques, intéressés par ces activités : «Parmi le luxe asiatique et celui de l’Empire Romain, nous voyons éclore des traités d’agriculture très estimés, et composés par Attale, Roi de Pergame ; par Archelaüs, Roi de Cappadoce etc... » (Recueil de Mémoires concernant l’Œconomie rurale. Janvier 1762, p. 75).

14L’apparition d’une réflexion conceptuelle, le recours à la méthode et la langue formalisée légitiment l’emploi de l’expression « sciences économiques » : d’ailleurs, un grand nombre de théoriciens et d’historiens modernes refusent d’utiliser le terme « économie » pour désigner les connaissances empiriques dont l’objet n’est point nettement déterminé au début du XVIIIème siècle. Pour eux, l’économie est une science nouvelle qui apparaît dans la deuxième période de ce siècle. Celui qui serait intéressé par les circonstances historiques de l’apparition de cette science trouverait dans les Mémoires de Trévoux un vaste champ d’investigations. Quant à nous, nous nous sommes limitée à considérer l’évolution sémantique de la notion d’économie et les changements survenus dans la présentation des articles qui traitent ce sujet (fréquence, longueur, idées dominantes).

15En faisant ces quelques brèves remarques sur la notion d’économie, nous nous sommes proposé comme objectif de donner un exemple illustrant les changements qui interviennent dans le domaine des connaissances au XVIIIème siècle, changements qui sont aisés à suivre à travers les Mémoires de Trévoux. Le tableau de répartitions des disciplines que nous avons présenté au début de cet essai pourrait inciter à certaines autres recherches : par exemple, il serait intéressant d’étudier le recul de la fréquence des articles concernant la théologie et la régression de l’attention portée aux ouvrages apologétiques contre le Jansénisme au profit des réflexions sur l’utilité sociale de la religion... Quant aux pourcentages stables, ils ne prouvent pas la stagnation des connaissances. Ainsi, l’histoire qui apparaît comme la science privilégiée des gens de Lettres durant tout le Siècle des Lumières (15,5 % entre 1705 - 1720 ; 14 % entre 1755 - 1762) subit des déviations dans ses pôles d’intérêt : dans les premiers articles des Mémoires de Trévoux, la priorité est accordée à l’Antiquité grecque ou latine ; on aborde également l’histoire moderne, mais on néglige l’histoire contemporaine. A partir de 1755, nous notons un net recul des réflexions sur l’Antiquité au profit des événements contemporains ; l’histoire moderne conserve une place honorable :

1705-1720

1755-1762

Antiquité savante

28 Art.
59 %

12 Art.
33,5 %

Histoire moderne

17 Art.
36,5 %

16 Art.
44,5 %

Histoire contemporaine

2 Art.
4,5 %

8 Art.
22 %

16Le tableau de répartitions des matières met en évidence des paradoxes : par exemple, l’espace restreint occupé par les articles de philosophie (3,5 % entre 1705-1720) est surprenant quand nous songeons que le XVIIIème siècle est considéré comme le Siècle de la Philosophie. Les Mémoires de Trévoux nous aident à mieux comprendre la conception que les hommes de cette époque se font de la philosophie, qui, loin d’être une discipline autonome, pénètre dans toutes les autres connaissances et fait corps avec elles. Cependant, la progression de l’espace tenu par les articles qui lui sont consacrés à partir de 1755 (8 %) montre son acheminement vers les caractères spécifiques que nous lui connaissons aujourd’hui et annonce la nouvelle voie que lui trace Kant qui, en fait, rétablit la liaison avec la tradition cartésienne.

17L’évolution interne des connaissances s’accompagne de multiples petites variations sémantiques. Lorsque nous avons étudié les notions lettres, sciences et arts, nous avons compris que d’autres travaux parallèles restaient à faire. Il serait utile que des chercheurs entreprennent des enquêtes de sémantique synchronique et diachronique sur les termes assignés aux travailleurs intellectuels - comme « homme de lettres », « écrivain », « littérateur », « critique », « philosophe », « savant », «physicien», «physicien», « maître de l’art », « artiste » etc... Ces études seraient précieuses à un bon nombre de lecteurs des Mémoires de Trévoux qui sont déroutés en constatant qu’on appelle un mathématicien « un écrivain », un écrivain - au sens moderne du terme - « un homme de sciences » ou un « sçavant », un médecin « un artiste », un philosophe « un physicien » etc... Nous n’avons présenté qu’un petit échantillon des nombreuses perspectives d’investigation que nous offrent les Mémoires de Trévoux pour affiner nos connaissances sur les activités intellectuelles de la République des Lettres au XVIIIème siècle.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre ART
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre LETTRES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre SCIENCES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/956/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Université Lyon II

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540