Version classiqueVersion mobile

L’Éducation prisonnière de la forme scolaire ?

 | 
Guy Vincent

Préface

Guy Vincent

Texte intégral

  • 1 A l’initiative notamment de : J.-M. Berthelot, A. Van Haecht, C. Montandon, P. Perrenoud, M. Eliou (...)

1Cet ouvrage collectif est le résultat d’un projet élaboré par le Comité de recherche « Modes et procès de socialisation » de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française1.

2Au départ, les membres de ce comité se proposaient de réfléchir sur divers aspects de la différenciation et de l’articulation du scolaire et du non-scolaire dans les processus de socialisation. Une telle question ne peut être un simple résumé des débats sans cesse renaissants sur l’extension de la scolarité institutionnelle, sur « l’ouverture » de l’école, sur la répartition des tâches éducatives, etc. Il a donc paru nécessaire de se donner un certain nombre d’outils d’analyse sociologique, principalement celui de « forme scolaire », qui permettent de penser les changements historiques (ce que Durkheim appelait l’école à proprement parler, apparue selon lui au XIIe siècle en Europe) et de comprendre comment il y a aujourd’hui, de plus en plus, du scolaire en dehors des institutions scolaires.

3Contribuer à expliquer l’émergence et la domination de la forme scolaire dans les pratiques aussi bien que dans les esprits (y compris ceux des savants), telle demeure donc l’ambition du présent ouvrage. La première partie présente une théorie de la forme scolaire, élaborée par des chercheurs du Groupe de Recherche sur la Socialisation (Université Lumière Lyon 2), théorie mise en œuvre dans leurs contributions à la deuxième partie de cet ouvrage. Les autres auteurs ont pu évidemment se situer comme ils l’entendaient par rapport à cette problématique, de telle sorte que quelques-unes des discussions qu’elle devait (scientifiquement) susciter se prolongent dans ces textes. Notamment une discussion sur la pertinence même du concept de forme scolaire pour analyser les changements que nous pouvons observer aujourd’hui dans nos sociétés : signifient-ils la fin d’une longue prédominance ?

4Si cet ouvrage ne comporte pas de conclusion, c’est que les deux derniers chapitres donnent des réponses contrastées à cette question essentielle, et que le lecteur pourra conclure par lui-même ou entrer dans la discussion ainsi ouverte.

Notes

1 A l’initiative notamment de : J.-M. Berthelot, A. Van Haecht, C. Montandon, P. Perrenoud, M. Eliou, M. Hardy, G. Vincent.
Le projet et certains des textes ci-dessous ont été discutés dans le cadre de différents congrès, tables rondes et colloques organisés par le Groupe de Recherche sur la Socialisation (Lyon, 3 et 4 février 1988), Le Programme Pluriannuel en Sciences Sociales Rhône-Alpes (Lyon, 12 et 13 décembre 1991) et l’AISLF (Lyon, 6 au 10 juillet 1992).

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search