Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Annexe. Le confort du R312

Méthodologie et résultats

Texte intégral

1La question de l’émergence du facteur confort dans les transports en commun a été traitée en partie, puisque nous avons également réalisé des entretiens auprès des exploitants et du constructeur, sur la base d’enquêtes menées auprès des usagers du R312, « bus du futur ». Deux enquêtes ont été réalisées par l’INRETS à Lille (première ville se dotant de ce nouveau type de bus) et à Lyon. Elles ont eu, faisant par ailleurs l’objet d’une convention avec le constructeur RVI, une motivation double : mettre à jour l’appréciation des usagers en matière de confort dans ce nouveau type de bus censé précisément être plus confortable, mesurer les ambiances thermiques produites par un nouveau système de chauffage/ventilation mis en place à l’intérieur de ce type de bus. Ce travail d’enquête a été fait en équipe et, pour notre part, nous nous sommes essentiellement intéressés aux représentations des usagers en matière de confort. L’enquête a été réalisée par questionnaire, préalablement validé par une pré-enquête auprès de 18 usagers, et par entretiens courts – eu égard à la situation de transport ne permettant pas de réaliser in situ des entretiens très longs – et semi-directifs. L’enquête de Lille a été principalement centrée sur le confort thermique, critère fondamental dans toute détermination d’une ambiance confortable collective. L’enquête menée à Lyon a, quant à elle, plus particulièrement porté sur le confort en général et sur l’accessibilité du R312. Les conducteurs de ces bus ont été également interrogés lors d’entretiens.

2Lors de l’enquête par questionnaire effectuée à Lille et passée auprès de 136 usagers, des mesures thermiques ont également été effectuées en complément du questionnaire afin d’évaluer les incidences respectives entre la température réelle objectivement mesurable et l’état de ressenti corporel de l’usager. S’agissant des résultats de l’enquête à proprement parler, On peut enfin noter que 73 % des personnes interrogées n’abordent pas spontanément le thème du confort lorsqu’on leur demande de définir, de manière ouverte, les critères positifs du R312. Par la suite, c’est toutefois le confort qui revient le plus souvent pour caractériser l’ambiance générale à l’intérieur de ce bus. S’agissant de la validation du nouveau système de chauffage, ce dernier est souvent mal perçu parce qu’il « chauffe trop », un grand contraste existant ainsi entre l’intérieur du bus et l’extérieur, l’enquête ayant été menée volontairement en hiver. La vêture est ici un facteur d’importance puisque les vêtements ne sont jamais retirés à l’intérieur d’un bus – le peu de temps disponible pour le faire, le peu d’espace également ainsi que la peur du vol en sont les raisons principales. Ce fait est particulièrement significatif dans le cas des personnes âgées qui se couvrent, la plupart du temps, de façon importante et se sentent ainsi oppressés par la chaleur, du fait du choc thermique occasionné par les différences de température. Reste de manière générale, que la nouveauté du système – l’air, comme dans les trains, arrive par les parois – n’est souvent pas perçue et que la sensation de confort dépend au niveau thermique du contexte dans lequel l’appréciation sera portée par l’usager.

3L’enquête effectuée à Lyon a été réalisée sur la ligne 28, équipée exclusivement de R312, auprès de 278 usagers, avec une représentation à peu près égale en termes de classes d’âge, si l’on excepte les moins de 15 ans volontairement sous-représentés. Cette enquête, plus approfondie dans les questions portant sur le confort, a permis de mettre à jour des différences notables entre les exigences des usagers en matière de confort de déplacement – c’est-à-dire desserte, fréquence – et en matière de confort intérieur – pourtant bien ciblé à travers les questions posées – puisque c’est le premier « type » de confort qui revêt la plus grande importance. Parmi les différents critères exposés, on peut tout d’abord noter une large majorité de personnes satisfaites par l’ambiance thermique à l’intérieur du bus (80 %), même si certaines remarques sont là aussi faites sur la trop grande chaleur à l’intérieur du bus. Par contre, à notre surprise, nous avons pu constater que certaines questions relativement annexes, celle concernant les odeurs par exemple, avaient fait l’objet d’un grand nombre de réactions négatives. A ce titre, l’odeur, notamment celle des autres passagers, est apparue comme un facteur d’inconfort important. De même en a-t-il été du problème de l’accélération et du freinage, majoritairement jugés trop brusque. Les personnes âgées sont celles qui sont les plus critiques à cet égard. Les autres facteurs de confort que sont l’éclairage, les couleurs intérieures et la visibilité obtiennent généralement une appréciation favorable (près de 90 % de gens satisfaits) même si souvent peu motivée – « ce n’est pas le plus important ». Ces appréciations varient également en fonction du motif, de la longueur et des heures de déplacement. L’avis même porté sur le confort, c’est-à-dire l’importance donnée à ce facteur, dépend également de ces paramètres. Les usagers se rendant au travail, souvent pendant les heures de pointe, ont donc « logiquement » une opinion mitigée, voire critique, sur le confort. La plupart du temps, « ce n’est pas là le problème », l’accent étant plutôt mis sur le temps de déplacement ou la fréquence des bus. Finalement, le confort est plus apprécié, et valorisé, à l’intérieur d’un bus par ceux qui ont précisément les « moyens » de cette appréciation. Pour porter un jugement sur le confort, il faut donc pouvoir le « goûter », par exemple en prenant le bus hors des heures de pointe. Le bus est ainsi, si l’on peut dire, d’autant plus confortable quand il est confortable. Parmi les autres informations obtenues lors de cette enquête, citons le fait que 63 % des usagers sont des « captifs », c’est-à-dire qu’ils n’ont pas d’autre mode de déplacement que le bus, ce qui pondére quelque peu ce que l’on peut appeler l’attente de confort dans un bus.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search