Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Conclusion

Texte intégral

1« Qu’est-ce que le confort ? ». C’est par cette question simple, voire même en apparence banale, que nous avons commencé cet ouvrage. C’est également par elle que nous allons le clore. Nous avons affirmé, dès le départ, que les éventuelles réponses que l’on pouvait apporter à cette question importaient moins que les raisons qui faisaient qu’elle était aujourd’hui posée. En ce sens, l’invention du confort est liée à l’invention d’un « monde du confort », monde qui constitue le contexte dans lequel prennent sens les interrogations portées aujourd’hui sur le confort. A la question initialement posée, on peut ainsi, d’une certaine manière, précisément répondre en affirmant « le confort, c’est le monde dans lequel on vit », « monde du confort » qui possède ses représentations, ses règlements, ses réseaux, ses normes, etc.

2Nous avons ainsi retracé, dans ce travail, les étapes constitutives de l’invention de ce monde. C’est à partir de la rupture symbolique de sens qui se produit dans la première moitié du XIXe siècle – la définition du confort passant ainsi de réconfort à bien-être matériel – qu’il nous a été possible de dresser « l’acte de naissance » symbolique de ce monde. Symbolique dans la mesure où il s’agit bien évidemment d’une invention idéologique. Nous avons ainsi pu constater qu’avec l’avènement de la société industrielle se mettait en place une idée nouvelle du confort, liée au progrès et au développement de la société qui l’impose. C’est en lien avec la problématique de l’hygiène que le confort s’étend progressivement, par des pratiques corporelles nouvelles et des techniques qui les permettent. Le confort fait ainsi office de « discipline douce », dès lors qu’il s’agit de combattre la misère et les effets dangereux qu’elle engendre pour le corps social. La mise au travail d’une grande partie de la population passe également par l’amélioration du confort, valeur méritoire et morale. Le foyer et l’entreprise se privatisent ainsi conjointement, le premier devenant le « home sweet home » auquel on aspire après le temps du labeur, aspiration qui demande, on s’en doute, la mise en place d’une police des mœurs. Mais c’est avant tout par la mécanisation progressive dont il est l’objet que le confort devient véritablement ce bien-être matériel qui engage un rapport nouveau au quotidien. Le confort, grâce à l’utilisation de la machine, devient synonyme de gain de temps et de moindre effort. Du luxe clinquant et ostentatoire réservés aux seuls privilégiés, on passe ainsi à un confort technique, qui impose ses réseaux – de distribution de l’eau, du gaz ou de l’électricité – ses objets – notamment électroménagers même si leur diffusion est encore faible – et, indirectement, les pratiques nouvelles qui leur sont liées, même si ce dernier point suscite souvent, il faut le dire, bien des résistances. Quoi qu’il en soit, un mouvement est lancé et permet d’envisager le confort comme un processus qui progressivement s’étend.

3Il faut pourtant attendre les « trente glorieuses » pour que le lien établi entre confort et progrès connaisse sa véritable légitimation. Cette période est en effet charnière puisqu’elle permet l’extension du confort à pratiquement toutes les conditions sociales. Si nous avons rappelé l’illusion que pouvait être la « démocratisation du confort », l’on ne peut toutefois contester la nette amélioration des conditions de vie durant cette période. Un « minimum confortable » est ainsi assuré à tous, ou presque. La « révolution invisible » consacre le triomphe du bien-être matériel dans la mesure où sont diffusés, à satiété, des biens de confort produits en masse. Le confort devient ainsi une vitrine de la modernité, un mode de représentation qui témoigne symboliquement de l’avancée de la société vers plus de bien-être et de bonheur. Le monde du confort se constitue, en fonction de cet ensemble de pratiques, de réseaux et d’objets qui s’organise peu à peu. Ces années de forte croissance et de développement permettent ainsi au confort de devenir une valeur emblématique de notre modernité.

4L’évidence du lien entre progrès économique et progrès social va pourtant peu à peu s’estomper avec l’émergence de la crise. Celle-ci entraîne en effet une remise en cause du développement du bien-être matériel dans la mesure où apparaissent bon nombre de dysfonctionnements qui contredisent l’évolution du confort. Des inconforts multiples surgissent, liés en partie aux nuisances produites par le développement à outrance. La crise a cependant ceci de paradoxal que, loin de remettre en cause le confort, elle le régénère au contraire en favorisant son extension à de « nouveaux territoires », celui des transports en commun par exemple. Le confort devient ainsi absence d’inconfort et, dès lors, il s’agit tout autant de réduire ou gérer l’inconfort qui va grandissant que de produire du confort à proprement parler. Lié historiquement à la sphère privée, à l’intime, le procès du confort s’étend alors à la sphère publique, au collectif, devenant de cette façon un mode de gestion et de régulation du corps social. Surgissent, dans le même temps, des pratiques nouvelles, notamment corporelles, qui permettent de penser que le confort est bel et bien devenu un enjeu social important, non réductible à la seule consommation de biens matériels. Une culture du confort, liée aux modes de vie et aux usages quotidiens, émerge ainsi et donne sens à un monde du confort qui devient à partir de là véritablement tel, c’est-à-dire défini par une multiplicité d’enjeux et d’intérêts qui prennent sens à partir de cette notion de confort. Le confort n’est plus ainsi uniquement réductible à sa seule dimension technico-économique, longtemps dominante, mais devient alors un objet socialement négocié. A travers le confort, c’est la production de la modernité et de son sens qui se trouve engagée.

5Objet socialement négocié, le confort est également un objet de plus en plus investi symboliquement, comme en témoigne son omniprésence discursive actuelle. Tout est ainsi confort ou tout peut être prétexte à le devenir, tant finalement cette notion est utilisée en fonction d’enjeux et de contextes différenciés. L’on assiste à une dilution progressive du confort dans tout le social. La question du sens du confort est alors posée de manière nouvelle puisqu’il s’agit d’appréhender le phénomène confort non plus en fonction de ses formes différenciées, produisant précisément un éclatement du sens, mais en le définissant comme une forme sociale, c’est-à-dire comme une idée contenant en son sein une multiplicité d’enjeux et de significations tout en conservant un caractère propre. La généralisation du procès du confort à toutes les instances de la vie sociale a ainsi débouché sur une omniprésence de l’idée de confort devenue, à ce titre, non plus simplement un mode de représentation de la modernité mais un véritable mode de production de son sens.

6A travers la question du confort, invite est donc faite à réfléchir, de manière plus générale, sur ce qu’elle produit comme sens en engageant la modernité elle-même. A l’heure où le monde est secoué par des conflits multiples, où la misère – notamment en Afrique et en Amérique du Sud – progresse et où le communisme perd progressivement sa valeur de modèle opposé au capitalisme, le « monde du confort » dans lequel nous vivons n’en apparaît que plus confortable. Cela doit-il pour autant conforter cette quête permanente de confort qui caractérise nos sociétés modernes et empêcher, de cette façon, toute interrogation sur nous-mêmes, toute éventuelle remise en cause de notre modernité ? Peut-être y-a-t-il effectivement quelque confort ou quelque luxe à s’interroger de la sorte sur le confort, sur ce qui peut être considéré comme un privilège réservé à certaines sociétés, alors qu’ailleurs sont posées des questions plus cruciales, celle de l’alimentation par exemple ? Pourtant, parce que précisément le confort peut être compris comme une production de sens, toute introspection ne nous semble pas inutile. Le « monde du confort » qui est le nôtre n’est pas, nous l’avons dit, sans paradoxes. Bien des défis lui sont quotidiennement lancés, à partir du moment où l’on peut constater qu’à l’intérieur même de nos sociétés modernes, et pour un nombre important de personnes, le confort n’a d’autre signification que le réconfort qu’apporte un repas aux « restos du cœur » ou un lit dans un asile de nuit. Au moment même où les nouvelles technologies « attisent » de nouveau le mythe du progrès et du bonheur, où la médecine repousse sans cesse les limites de la souffrance et où une relative abondance de biens et de marchandises nous est offerte quotidiennement, un grand nombre d’entre nous, voire, pourquoi ne pas le dire, la plupart d’entre nous ressentent un fort besoin de convivialité et, somme toute, de réconfort. Curieux paradoxe de cette fin de siècle que celui qui fait resurgir cette idée « ancestrale » de réconfort, comme si notre modernité, en proie à bien des doutes, se redécouvrait ainsi des racines, après les avoir longtemps niées. Le fort développement technique et économique qui a été le fait des sociétés modernes industrialisées a, sans conteste, permis de réaliser de nombreux progrès qui ont contribué, de manière diverse, à une amélioration générale des conditions de vie du plus grand nombre. Il a aussi quelque peu occulté ce besoin de convivialité et de chaleur qui est l’essence même de l’homme. Il est symptomatique de constater à l’heure actuelle un engouement certain pour les reportages ayant pour sujets certaines tribus amazoniennes ou africaines, comme si, au delà du seul exotisme, celles-ci détenaient la « vraie vie », loin des contingences de la vie moderne, comme si cette dernière était finalement incapable de produire les conditions nécessaires à l’épanouissement de l’individu et à son bien-être. Et que font d’autre les écologistes sinon prôner, avec le succès que l’on sait, un nouveau rapport de l’homme à son environnement, autrement dit finalement une nouvelle façon de concevoir ce que peut être le bien-être de l’homme. L’idée de confort nous renvoie ainsi à nos propres contradictions et, en ce sens, elle est pleinement productrice de sens quant à notre capacité actuelle à réaliser un être ensemble. L’apparente superficialité de cette notion dissimule ainsi une richesse et une ampleur considérables et essentielles. Ce qui semblait, au prime abord, ne devoir concerner que la vie privée et l’intimité de chacun apparaît ainsi, au fil d’un processus complexe, comme un phénomène social générateur de sens. Le confort est aujourd’hui partout. Quelque chose ainsi s’achève. Est-ce la fin d’une histoire, celle passionnante du confort, ou la marque d’une nouvelle rupture, supposant que le thème du confort va resurgir, emprunter de nouvelles voies et se fonder dans des formes nouvelles ? Peut-être qu’un jour l’idée de confort deviendra planétaire, que l’on parlera alors du confort des unités d’habitation lunaire ou de celui du temps de déplacement en fusée. Si tel est le cas, cela ne fera que renforcer l’idée que le confort est bel et bien une préoccupation essentielle de l’homme. En ce sens, et quoi qu’il en soit de cet avenir hypothétique, le confort n’en apparaît que plus important, son invention nous renvoyant en effet à une invention autre et elle aussi permanente, celle de l’homme lui-même.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search