Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Troisième partie. Le monde du confort et ses paradoxes

Chapitre IV. Confort, modernité et fin de siècle

Texte intégral

1Le confort a connu, depuis le début de la crise, bien des incertitudes et bien des paradoxes. Hier encore secteur spécifique servant de mode de représentation de la modernité, le confort s’est étendu, en fonction de l’évolution de son procès, à tous les domaines de la vie sociale, devenant ainsi une clef indispensable à la compréhension de cette même modernité. On a pu ainsi considérer comme achevé l’évolution de ce procès, et constater, par là même, que cet achèvement posait la question du sens de cette notion. Nous avons vu que la crise avait été un moment particulièrement important dans cette extension, le confort devenant non plus simplement le mode de représentation de la modernité mais aussi en quelque sorte un élément participant à sa production. Ce rôle social nouveau du confort nous a conduit à considérer la question de son sens de manière nouvelle, en essayant de dépasser la multiplicité de ses formes actuelles, finissant par le rendre insaisissable. En définissant le confort comme un rapport s’instaurant entre l’homme et son environnement, que celui-ci soit spirituel ou matériel, nous nous sommes ainsi engagés à considérer également le confort comme une forme sociale, autrement dit comme une idée contenant cette diversité de formes, constamment renouvelables, tout en ayant sa propre autonomie et un sens relativement invariant. La phase d’achèvement d’un procès commencé dans le courant du XIXe siècle consacre ainsi le confort comme idée qui peut aujourd’hui investir n’importe quel domaine de la vie sociale. Le monde du confort est ainsi constitué, même si cette constitution n’est pas sans susciter certains paradoxes. Toutefois, il est possible de considérer ces paradoxes comme fondateurs dans la mesure où, à travers eux et à travers les conflits qu’ils génèrent, c’est le sens même de la modernité qui se trouve alors engagé.

2Nous avons dit, en rappelant des propos d’A. Touraine, que la production de la modernité présupposait l’existence de conflits. Or, au sein de la forme confort sont contenus des conflits liés aux va-et-vient du sens et aux possibles contradictions qu’il génère. Si l’on se place ainsi dans le cas de ce que nous avons appelé le confort programmé, on s’aperçoit qu’à travers la production du sens même de la notion de confort, c’est celui de la modernité qui se trouve engagé, dans la mesure où l’on peut constater l’existence d’un conflit opposant symboliquement, à l’intérieur même de ce modèle de confort, une logique de l’efficience et une logique de l’intégration. Sans entrer trop dans le détail, l’actualité de ce fait ne nous le permettant pas, on peut toutefois avancer l’idée selon laquelle il existe aujourd’hui un conflit de sens entre deux modes confortables de gestion du social, l’un correspondant à la mise en place d’un nouvel espace/temps confortable, l’autre étant de l’ordre de l’intégration pure et simple de ceux qui sont précisément exclus du premier ordre.

  • 1 J. Chesneaux, Modernité-monde, La Découverte, 1989, p. 24.

3Ce nouvel espace/temps confortable est déjà à l’œuvre aux USA, notamment dans des villes comme Houston ou Minneapolis, villes dans lesquelles il est aujourd’hui possible de quitter le matin un domicile climatisé pour prendre au garage sa voiture climatisée afin de gagner un bureau climatisé jusqu’à l’heure du repas qui sera pris dans la cafétéria climatisée d’un centre commercial lui-même climatisé. Comme le rappelle J. Chesneaux, « les nouvelles technologies de l’électronique et de l’espace n’interviennent pas seulement pour bouleverser l’échelle de nos perceptions spatiales et temporelles, pour disloquer nos repères fondamentaux, pour renverser notre rapport au global et au local. Elles instaurent une relation d’une nature nouvelle1. » La domotique, en permettant par exemple de programmer un bain à distance, n’est-elle pas en effet une technologie permettant d’abolir l’espace, en mélangeant précisément les espaces jusque là cloisonnés séparant par exemple la vie au travail de la vie de famille. Au delà, n’est-ce pas finalement aussi une nouvelle gestuelle quotidienne qui s’impose en engageant un nouveau rapport au corps. A travers cet exemple, le confort est en plein cœur de cette redéfinition spatio-temporelle dans la mesure où l’on peut considérer que la réalisation de certaines tâches banales et quotidiennes – faire couler un bain par exemple – peut se faire de manière délocalisée et programmée, par le biais d’un appareil de commande à distance et non plus directement grâce au corps lui-même. Au lieu d’apprécier la température de l’eau – et l’eau elle-même – en utilisant la main, on introduit, grâce à la commande à distance, une température objective « désensibilisée », puisque médiatisée par un instrument de contrôle. A travers ce seul exemple, on peut voir comment le simple rapport aux choses peut être modifié, médiatisé qu’il est par le recours constant à la technologie, qui devient ainsi éminente dans la production de notre confort quotidien.

  • 2 Les stages de survie, à la mode à l’heure actuelle, sont un moyen de preuve de la performance corp (...)
  • 3 Les living Systems, très en vogue aux USA, sont des systèmes permettant aux personnes atteintes d’ (...)

4S’il s’avère possible d’envisager l’existence d'une nouvelle économie corporelle liée précisément à l’émergence des nouvelles technologies, force est toutefois aussi de constater l’existence possible de nouvelles exclusions découlant de la mise en place de ces nouveaux rapports au corps. Ce que nous avons pu appeler « logique de l’efficience » ou de la performance donne à voir un corps social dynamisé, voire optimisé en fonction des nécessaires gains de temps et d’espace qu’impose en grande partie la réalité économique, le confort devenant aujourd’hui quasi synonyme de rendement, ce qui, il convient de le souligner, peut paraître surprenant, si l’on fait référence par exemple aux « aises » du XIXe siècle. Or, toute idée de rendement repose sur un présupposé d’efficacité, notamment en terme corporel. Les « stages de survie » proposés à l’heure actuelle à nombre de cadres d’entreprises sont symptomatiques de cette demande d’efficacité corporelle2. De même peut-on constater aujourd’hui que le vocabulaire des entreprises – tel qu’il peut être saisi à travers les offres d’emploi par exemple – est de plus en plus militaire : stratégies, cibles, « marketing de combat » sont autant de termes dont l’utilisation laisse supposer un investissement corporel important. Mais l’efficacité des forces actives du travail – les « battants », les « turbocadres » – est à mettre en regard de « l’incapacité » de ceux qui se trouvent en marge du système économique : les vieux, les chômeurs, les handicapés et certains jeunes sont ainsi « exclus » en fonction soit de leur inaptitude corporelle, liée par exemple à des déficiences fonctionnelles, soit de leur difficulté à jouer le jeu, en raison du peu d’investissement qu’ils engageront dans la partie. Pour ceux-là, le confort consiste moins en la détermination d’une performance qu’en la possible réalisation de certaines tâches ou de certains gestes. Nous retrouvons finalement ici le sens ancien du mot confort, celui d’aide, assistance, secours. L’un des plus étonnants paradoxes de notre modernité à l’aube du XXIe siècle est bien la réapparition d’un confort d’assistance, cette aide nécessaire passant aujourd’hui par des recherches ergonomiques – les « living Systems »3 – ou par des allocations diverses délivrées à ceux qui n’entrent pas dans cette logique de la performance et que l’on ne peut pour autant, à moins de mettre en cause la cohésion sociale, « laisser sur le bord de la route ». Assurance, assistance, confort, voilà en quelque sorte la « tierce majeure » des années à venir.

  • 4 Voir à ce sujet le livre de V. Scardigli, P-A. Mercier et F. Plassard, La Société digitale, Seuil, (...)

5La coexistence actuelle de ces deux modèles engage des visions de la modernité bien différentes. D’un côté une logique purement économique et fondée sur une nouvelle rationalité engageant l’ensemble des activités sociales – et non plus le seul monde de l’entreprise et des techniques – de l’autre, une logique sociale visant à éviter la désagrégation du tissu social. Idée de la ressemblance – le « battant », le « turbo cadre » édifiés comme modèles – opposée à celle de la différence – les « handicapés», les « vieux » -, les deux se trouvant en confrontation par le biais du confort. Cette confrontation est bien sûr productrice de sens. Elle permet au delà d’affirmer que le confort est un élément majeur dans la production de notre être ensemble. Sommes-nous en présence d’un nouveau type de société – la « société digitale »4 – dans lequel la technologie va permettre à la fois de produire de l’efficience et de gérer les handicaps en permettant de pallier les aléas du système ou faut-il considérer que s’instaure peu à peu, lié à la société du même nom, un « monde du confort à deux vitesses » ? Quelles que soient les réponses qui nous seront apportées dans un futur proche, force est de constater l’importance de cette idée de confort dans notre modernité et dans l’affirmation de son sens. Dans une certaine mesure, un débat aujourd’hui s’ouvre et permettra de vérifier si, comme l’avait défini un dictionnaire du XIXe siècle, le confort peut encore être considéré comme « une garantie de la paix sociale ».

Notes

1 J. Chesneaux, Modernité-monde, La Découverte, 1989, p. 24.

2 Les stages de survie, à la mode à l’heure actuelle, sont un moyen de preuve de la performance corporelle que nécessite un univers économique devenu comme une « jungle·. L'efficacité corporelle devient gage de réussite – en même temps que facteur d’exclusion – et symbolise ainsi un nouvel ordre corporel.

3 Les living Systems, très en vogue aux USA, sont des systèmes permettant aux personnes atteintes d’une déficience quelconque de mener une vie normale. Les personnes âgées sont celles pour lesquelles ces systèmes d’aide ont principalement été développés. La technologie est ainsi au service d’une vie meilleure – « putting the good life within reach » comme l’indique une publicité pour ces systèmes – puisqu’elle permet, en étant adaptée aux besoins de chaque individu et à ses difficultés personnelles, de faciliter ainsi les activités quotidiennes. Comme le rappelle la même publicité, « when routine activities pose day-to-day performance challenges, the good life is beyond reach ».

4 Voir à ce sujet le livre de V. Scardigli, P-A. Mercier et F. Plassard, La Société digitale, Seuil, 1984.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search