Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Troisième partie. Le monde du confort et ses paradoxes

Chapitre III. Tout est confort ou le confort fait monde

Texte intégral

1Phénomène historiquement circonscrit à certains « territoires » – l’intime, la vie privée – puis ayant progressivement gagné, à la faveur de la crise, de « nouvelles frontières », le confort est aujourd’hui sur le « devant de la scène », faisant l’objet d’un investissement symbolique important dans l’ordre du discours. Tout est ainsi prétexte à confort ou du moins tout semble potentiellement l’être, tant on trouve, à l’heure actuelle, de significations différentes données à cette notion en fonction des emplois divers dont elle fait l’objet de manière discursive. Cette omniprésence discursive est-elle alors à considérer comme le signe permettant d’affirmer que nous sommes en présence de la phase ultime d’extension du procès du confort, celle de sa généralisation possible à toutes les instances de la vie sociale ? Autrement dit, peut-on penser, à partir de ces utilisations diverses de l’objet confort, que l’évolution du procès du confort est aujourd’hui achevée ? Si tel est le cas, c’est que le « monde du confort » est aujourd’hui réalisé, même si la constitution de ce monde provoque bien des interrogations sur le sens même du confort. Le confort, à force d’être partout, ne va-t-il pas finir par n’être nulle part ? Toute tentative de détermination du sens de cette notion de confort – et, au-delà, de son rôle social – ne peut-elle alors consister qu’à dresser une énumération de significations possibles en fonction des différents contextes dans lesquels est utilisée cette notion ? Ou est-il possible d’aborder cette question du sens de manière autre, c’est-à-dire en dépassant cette diversité de formes et en définissant le confort comme une forme sociale ?

2L’examen de cette hypothèse passe préalablement par la prise en compte de cette omniprésence discursive. Si le confort gagne, en tant qu’objet de discours, des territoires de plus en plus larges du social, il s’avère nécessaire d’en dresser un inventaire et d’entreprendre ensuite une classification permettant de donner sens à cet ensemble hétérogène qui résulte de l’utilisation discursive massive et diversifiée faite de cet objet. L’enjeu de cette classification est bien entendu de ramener à des proportions analysables une diversité d’apparences recouvrant, selon nous, des enjeux également divers. Peut-on, à partir de là, parvenir à rendre compte de manière différente de l’actualité de cette notion en déterminant les conditions objectives d’existence de cette omniprésence discursive ?

3La diversité des formes de confort prend sens au sein d’un procès dont nous avons montré l’évolution jusqu’à sa généralisation actuelle. Au delà d’un seul effet de mode relevant plus, selon nous, de caractéristiques liées à notre modernité qu’à la notion de confort elle-même, le confort peut être sociologiquement appréhendé comme un phénomène multidimensionnel et conflictuel englobant en son sein des formes et des enjeux différenciés et parfois contradictoires. Nous affirmons ici que le sens du confort est à chercher dans cette globalité et non dans l’étude systématique de ces formes, répondant aux critères de la mode. Le confort est ainsi à considérer comme une forme sociale contenant et mettant en jeu des formes et des intérêts différenciés. C’est sur la base de ce conflit intrinsèque qu’il nous faut penser le rôle important que joue aujourd’hui cette notion dans la production de la modernité.

I – La mode confort

4Il existe à l’heure actuelle une sorte de frénésie discursive qui tend à imposer un peu partout l’objet confort. Le confort est à la mode. Il suffit, pour s’en convaincre, de dresser un inventaire rapide de l’utilisation de ce thème dans « l’ordre du discours » pour se rendre compte de l’investissement symbolique important dont il fait l’objet à l’heure actuelle. De « nouvelles évidences confortables » semblent ainsi devoir s’imposer, en particulier grâce à l’avènement des « nouvelles technologies ». C’est donc à cette diversité discursive qu’il s’agit maintenant de se confronter afin de rendre compte de l’actualité du confort.

5Le confort est aujourd’hui partout. Disant cela, il s’agit essentiellement d’affirmer que le confort, défini comme objet de discours, se prête à une multitude de combinaisons possibles quant à son utilisation. Pour preuve, et en se donnant comme objet le seul discours publicitaire, on peut ainsi montrer que sous l’apparente univocité du thème se cachent en fait des objets ou des situations extrêmement différents. Toute tentative d’inventaire tient, au moins dans un premier temps, plus de Prévert que d’une véritable opération classificatoire (cf. encadré). Quel point commun, outre bien sûr l’utilisation de la même terminologie, peut-il en effet y avoir entre le confort d’achat Conforama et le confort ergonomique des sièges de voitures, entre les horaires confort de la SCNF ou des PTT et le confort des couches-culottes de bébé ou des lames de rasoirs confort plus. L’usage discursif du thème renvoie ainsi à des situations confortables très différentes et laisse le champ libre à des représentations différenciées du confort. Invention permanente de formes, le confort le serait-il aussi quant à son sens, dès lors que celui-ci apparaît comme étant toujours en tension entre l’individuel et le collectif, le privé et le public ou encore le qualitatif et le quantitatif ?

  • 1 C’est ainsi que les responsables de Publicis ont préféré substituer, lors de l’une des dernières c (...)
  • 2 Voir à ce titre la consultation lancée par le Plan contruction et le secrétariat d’Etat à l’Enviro (...)
  • 3 Nombre d’appels d’offres portant à l’heure actuelle, de près ou de loin, sur le confort contiennen (...)

6Il ne s’agit pas, dans le cadre de ce travail, de discuter la pertinence de ce recours important à la terminologie confort en fonction du confort « effectif » apporté par tel objet ou tel service mais de constater que cette utilisation de l’objet confort a pour effet de rendre quelque peu aléatoire et imprécis le sens de cette notion et de faire ainsi que l’on ne sache plus aujourd’hui à quoi s’en tenir lorsque l’on parle de confort. A ce titre, il est symptomatique de constater que certains publicitaires ont senti ce piège de la diversité du confort et l’ont contourné en préférant l’utilisation d’autres termes1. Ceci étant, la commodité incontestable de l’emploi de cet objet a donc pour limite la dissolution progressive de son sens en fonction de l’investissement important dont il a été l’objet, eu égard aux multiples définitions possibles de cette notion, liées à une utilisation “abusive ». Il semble pourtant difficile de définir cet « abus discursif» comme étant la seule conséquence d’une mode imposant l’emploi de la terminologie confort. Il existe en effet des discours qui prennent pour objet le confort et que l’on peut difficilement appréhender sous l’angle de la mode et en fonction du renouvellement permanent qu’elle impose. L’omniprésence discursive de l’objet confort est en effet également liée à la place de plus en plus importante que ce thème occupe dans nombre d’appels d’offres ou de projets de recherche, ce qui témoigne selon nous de l’existence d’une véritable problématique du confort que l’on ne saurait réduire aux seuls avatars de la mode. C’est ainsi que l’on parle aujourd’hui de confort visuel ou de confort olfactif tant au niveau de la définition d’ambiances confortables pour les bâtiments que pour les automobiles. De la même manière, il est possible de constater la présence de ce thème au centre de problématiques concernant les hôpitaux, les écoles ou encore les espaces publics2. Or, il semble difficile de considérer, dans ces différents cas, que l’utilisation de l’objet confort n’est liée qu’à une certaine commodité langagière puisque, précisément, ces différentes recherches se retrouvent confrontées au problème de la définition de cette notion et de sa mesure3. Le paradoxe actuel qui résulte de cette utilisation de l’objet confort, tous discours confondus, tient au fait que « plus on parle de confort et moins l’on sait de quoi l’on parle ». Tout est ainsi confort ou tout peut l’être puisqu’il n’y a plus désormais de « territoire exclusif » du confort, cette notion s’appliquant désormais aussi bien au privé qu’au public, à l’individuel comme au collectif, de manière qualitative comme quantitative. L’unité du phénomène confort n’est-elle dès lors assurée uniquement par la seule analogie verbale que suppose l’emploi du terme ?

  • 4 Toutes les citations utilisées dans cet encadré proviennent de brochures publicitaires que nous av (...)

LE CONFORT EN HA UT DE L’AFFICHE
La mode confort se traduit à l’heure actuelle par une utilisation très diversifiée de cet objet de discours. Il n’est pas ici nécessaire de revenir sur les différentes utilisation faites de cet objet en publicité automobile. Outre ce secteur très porteur, le confort est bien entendu le vecteur principal des communications concernant le secteur de la literie et celui des sièges et des canapés. Grâce à Dunlopillo, les « nuits deviennent des noces de confort » tandis que chez Tréca des échelles de confort, correspondant aux mensurations corporelles ainsi qu’aux préférences sensitives de chacun, permettent de goûter aux délices du « confort impérial classic· ou du « confort impérial air spring ». Du fauteuil de relaxation au siège ergonomique de bureau, du canapé cuir Roche & Bobois au convertible Ikéa, il n’est pas un instant où la position assise puisse ne pas être confortable. Bien sûr, on peut préférer l’élégance du cuir et sa profondeur souple à la rigueur de l’assise de certains sièges, selon l’idée que l’on se fait de son propre confort. De toute façon, quel que soit le type de siège choisi, celui-ci prendra place dans une ambiance déjà confortable puisque réglée par une climatisation permettant d’atteindre « le bien être au degré près ». Ainsi, « la clim aujourd’hui, c’est chacun pour soi et le confort pour tous ». A défaut, il sera encore possible de profiter du « confort élégance » que permettent les installations au gaz ou encore de savourer le « confort par rayonnement » des nouveaux systèmes de chauffage, tous ces équipements pouvant être confortablement commandés et gérés par le « Honeywell CM 5000, le thermostat programmateur de votre confort· ou encore grâce à votre minitel branché sur un système domotique, ce dernier vous permettant tout aussi bien de régler l’intensité lumineuse de votre appartement – la lumière halogène étant elle même source de confort grâce à son éclairage indirect-de gérer les fréquences d’arrosage de votre jardin ou de vous faire couler un bain à distance-vous pouvez même le programmer de votre bureau à la température qui vous conviendra – voire même enfin de simuler votre présence – le système allumant automatiquement TV, lumière et ouvrant et fermant les volets électriques – lorsque vous êtes partis en vacances, ce qui assure une totale tranquilité d’esprit. En voyage, le confort sera bien évidemment de la partie, quel que soit votre mode de transport : par avion, les utilisateurs de la classe club ou de la classe affaires goûteront « le confort à tout prix » que ce soit celui de la réservation par minitel, celui de l’embarquement ou encore celui des sièges inclinables « aux supports lombaires efficaces ». Le-confort sur toute la ligne » transite également par l’agrément que procure crème pour le mains, limes à ongles, spray rafraîchissant pour la bouche, voire nécessaire à raser que fournissent gracieusement les compagnies. Si votre budjet est plus modeste, il vous sera toujours possible d’agrémenter confortablement votre voyage en utilisant le – réfrigérateur portable turbofridge confort plus· à bord de votre automobile. Celle-ci vous fera « oublier la route » si elle est équipée d’amortisseurs confort Monroe ou sera-le dernier de vos soucis », dès lors que vous bénéficierez des « avantages confort » de la carte Ford service. Un arrêt dans les hotels/restaurants des « Relais & châteaux » vous obligera à choisir, selon vos goûts, votre état d’esprit du moment ou plus prosaïquement votre portefeuille, entre le « très grand confort avec service luxe·, le-très grand confort », le « grand confort » ou le « bon confort dans une certaine simplicité ». Question services, le confort n’est pas en reste : grâce au télé-service BNP, vous pouvez avoir-votre banque confortablement chez vous·. Pizza’pel vous servira également à domicile. De même si vous désirez faire vos courses sans sortir de chez vous, vous le pouvez par minitel. Si vous commandez par téléphone, les « nouveaux services confort » de France Télécom vous permettront d’utiliser votre appareil en toute liberté. Finie également la corvée du chien puisque SOS pipi se propose de sortir tous les jours votre animal préféré ou de le garder le weekend. Mais votre confort intérieur pourrait-il être complet sans le « Beolink 1000 » Bang & Olufsen, système permettant « de faire voyager à travers toutes les pièces de la maison les sons et les images émis par une seule source, audio et vidéo ». Difficile également de passer à côté du confort d’utilisation et de sécurité que permet la possession de plaques vitro-céramiques de cuisson. Est-il nécessaire de parler des broyeurs d’ordures qui « empactent » automatiquement les déchets ou des tuyaux d’aspiration intégrés dans les murs qui permettent, grâce à un embout a aspirateur, d’évacuer directement les poussières vers la poubelle, tous ces appareils étant là bien évidement pour vous faciliter la vie en vous délivrant des corvées quotidiennes. Difficile enfin de ne pas clore ce rapide panorama sans aller faire un tour du côté des entreprises qui contribuent tant au confort de leurs clients qu’à celui de leurs employés. Une hôtesse de la FNAC vous annoncera d’une voix charmante que « le magasin fermant dans quelques minutes, vous êtes priés, pour votre confort, de vous diriger vers les caisses ». Le confort thermique est aujourd’hui une préocupation essentielle de nombre d’entreprises, comme en témoignent les nombreux projets engagés avec EDF par nombre d’entrepreneurs en vue d’installer des sytèmes de climatisation permettant d’obtenir un « confort de températion », pour employer un – néologisme qui définit le souhait exaucé de vivre toute l’année dans une ambiance tempérée ». Tout est ainsi confortable : le « home, sweet home » comme l’entreprise, ainsi que les différents espaces intermédiaires que sont voitures, trains, avions, bus, centre commerciaux et autres services publics-tels que hôpitaux et écoles – tout semble aujourd’hui gagné par « la fièvre du confort ». Le confort est en haut de l’affiche et, apparemment, il n’est pas près d’en redescendre4.

7Il peut paraître paradoxal que la généralisation du procès du confort débouche sur une perte de sens au niveau de la notion elle-même, tout se passant comme si l’idée même de confort éclatait au moment même où elle devenait d’une certaine mesure dominante. Faut-il dès lors considérer comme « auto-destructrice », au niveau du sens de la notion, cette phase ultime d’extension du procès du confort — le confort « mourant ainsi de sa belle mort » – ou alors penser qu’elle impose au contraire un sens nouveau en fonction de rôles nouveaux qu’elle serait censée tenir ? Ne vivons-nous pas, somme toute, une deuxième « révolution confortable » faisant suite à celle des années soixante et de l’âge d’or ? Au delà d’une certaine mode et ses aléas, il semble bien que nous soyons aujourd’hui en présence d’une « nouvelle donne confortable » imposant au confort un sens nouveau. A partir de la multiplicité des significations qu’engagent les utilisations variées de la terminologie confort de manière discursive, est-il désormais possible de dégager des lignes-forces- des dénominateurs communs – permettant de réduire le « jeu des possibles » et ainsi de s’engager dans la voie de la détermination du sens et du rôle du confort ?

II – Le sens du confort

8La question du sens du confort ne peut s’envisager que de manière globale. Autrement dit, il n’est possible de s’interroger sur son sens qu’en dépassant les enjeux particuliers qui sont précisément à l’origine de cette perte de sens. L’hypothèse que l’on peut faire est que le sens de la notion de confort est aujourd’hui relativement indépendant des significations particulières qu’elle peut prendre dès lors qu’elle est liée à tel contexte ou à tel autre. Pour ce faire, il s’agit donc de parvenir à détacher le sens du confort des différents contextes de significations qui répondent à des enjeux particuliers. Il s’avère ici nécessaire de construire une typologie des significations du confort permettant ainsi d’appréhender le sens du confort de manière décontextualisée.

  • 5 D. Le Breton, « Corps et symbolique sociale », in Cahiers internationaux de sociologie, LXXIII, 19 (...)
  • 6 J-M. Berthelot, « Corps et société – problèmes méthodologiques posés par une approche sociologique (...)
  • 7 Tout ou presque peut aujourd’hui se commander à distance – évitant ainsi tout déplacement – grâce (...)

9Si l’on ne peut que constater que l’on parle beaucoup du confort à l’heure actuelle, il reste encore à déterminer les conditions objectives d’existence de cette présence discursive. Autrement dit, pour donner sens à cette diversité de significations du confort, il est nécessaire de savoir de quoi l’on parle. Cette « quête de sens » est fondée sur un constat préalable et fondateur, effectué en analysant systématiquement tous les documents que nous avons collectés traitant à l’heure actuelle du confort, dans quelque domaine que ce soit : les utilisations différenciées de l’objet confort reposent, dans la grande majorité des cas, sur des représentations corporelles. Le corps, que l’on peut définir à la suite de D. Le Breton comme « l’axe de notre insertion dans le monde »5, l’est aussi symboliquement pour le « monde du confort ». Il peut ainsi être considéré comme le dénominateur commun à cette diversité de sens, l’axe directeur autour duquel s’organisent les utilisations différenciées de l’objet confort. Il est toutefois nécessaire de se méfier de cette multiplicité de discours ayant pour objet le corps car, comme le souligne JM. Berthelot, « il n’est pas certain qu’à la prolifération des discours corresponde un essor comparable des pratiques6. » En s’attachant, avec cette restriction, au seul ordre du discours, il nous a été possible de construire quatre « figures confortables », émanant de quatre « mises en scène corporelles ». La première d’entre elles, que nous avons appelée le « confort-environnement », renvoie à tout ce qui contribue de manière sensitive à la définition d’une ambiance confortable et permet ainsi un certain bien-être corporel. Le confort peut ainsi être défini comme un état de satisfaction corporelle lié à l’environnement sensoriel dans lequel « baigne » le corps. Les facteurs constitutifs de cet environnement seront par exemple la température, la luminosité ou encore l’espace. La deuxième de ces figures, le « confort-utilisation », est consécutive d’un rapport instrumental au corps. C’est sur le « corps-machine » qu’il s’agit ici d’intervenir, en proposant un certain nombre de « prothèses techniques» permettant une absence d’effort corporel, ou au moins un moindre effort. Le confort provient ici d’une moindre sollicitation corporelle que permet l’utilisation d’un certain nombre d’objets – par exemple électroménagers – voire même de services dans la mesure où ceux-ci présupposent un moindre investissement corporel, en termes de déplacement par exemple7. La figure du « confort-organisation » provient de la mise en place d’un certain nombre de techniques visant à rendre le corps plus efficace. Il s’agit ici d’optimiser la gestuelle quotidienne grâce à une organisation bien comprise de l’espace et du temps, permettant une certaine efficacité corporelle. Le confort est ici lié à un mode d’organisation rationnel, évitant ainsi fatigue et dispersion. La quatrième et dernière figure, le « confort-situation », renvoie enfin à ce que l’on pourrait appeler une remise à niveau corporelle, s’agissant plus précisément de situations sociales dans lesquelles se manifestent des handicaps corporels. Le confort ainsi considéré proviendra de la possible réalisation de certaines tâches contrariées au départ par l’existence d’un certain nombre de déficiences corporelles, liées par exemple à l’âge. Il s’agit dans ce dernier cas de ce que l’on pourrait appeler un confort de réhabilitation corporelle ou, pour dire autrement, un confort d’adaptation.

10La définition de ces quatre figures permet de ramener à des proportions plus justes la diversité engagée par les représentations actuelles du confort. Les limites de ces figures sont bien entendu relativement fluctuantes et il existe bien des points de rapprochement entre elles. Toutefois, grâce à cette construction formelle, se dessine un tableau plus précis de l’actualité du confort. La question qui est alors posée est celle de savoir quelles sont les influences réciproques et les contradictions que sous-tend la coexistence de ces différentes figures, influences et contradictions dont on peut penser l’importance dans la production du sens du confort. Les figures que nous venons de définir n’ont pas le même statut historique si l’on considère leur émergence respective. Le « confort-environnement » est à ce titre la figure la plus ancienne du confort, celle qui assure à la notion une certaine permanence. D’une certaine mesure, il s’agit là de ce que l’on pourrait définir comme une forme de confort élémentaire et relativement invariante. Le « confort-utilisation » est chronologiquement marqué puisqu’il correspond à la mécanisation du confort, entreprise dès la fin du siècle dernier. Constatons toutefois, s’agissant du cas de la France, que cette forme de confort a été particulièrement mise en avant durant les « trente glorieuses ». Les deux dernières figures sont, quant à elles, plus récentes, même si certaines de leurs origines remontent assez loin en arrière, notamment pour le « confort-organisation ». Ces deux dernières formes de confort sont nées de la crise et définissent assurément la phase ultime de l’évolution du procès du confort. Cette mise en place historique étant établie, il est alors possible de regrouper chronologiquement les formes les plus anciennes et les formes les plus récentes. En conservant comme axe directeur le corps, on peut ainsi s’apercevoir que nous sommes en présence de deux modèles fondés sur des rapports au corps différenciés. Le « confort-environnement » et le « confort-utilisation » s’appliquent essentiellement au corps individuel ; entendons par là que c’est au niveau individuel que le corps fait l’objet de sollicitations, soit par la création d’une ambiance confortable dépendant de l’appréciation individuelle – du ressenti corporel – émanant de tel ou tel facteur environnant – le chauffage par exemple – soit par la mise en place de prothèses techniques visant à libérer le corps et à définir une « moindre pesanteur corporelle », à partir du moment où le corps se trouve engagé dans la réalisation de certaines tâches ou de certains gestes. S’agissant du « confort-organisation » et du « confort-situation », le corps se trouve ici engagé dans une perspective plus large puisqu’il est considéré de manière individuelle mais en fonction d’un contexte collectif. A travers le corps individuel, c’est au corps social que l’on fait ici référence dans la mesure où il s’agit de penser le confort du corps individuel en fonction des contingences sociales auxquelles il est soumis. Nous sommes ici en présence de ce que l’on pourrait appeler une « suite confortable » puisque l’enjeu de ces formes récentes de confort est de proposer une gestion confortable du corps au sein d’un enchaînement de situations sociales distinctes.

11Par une métaphore géologique, on peut établir que les quatre « figures confortables » ici définies sont en quelque sorte des strates qui correspondraient à deux grandes ères du confort, simultanées et non pas successives. A l’ère du confort du corps individuel s’ajoute celle du confort du corps social. S’il s’agit, dans les deux cas, d’une action sur le corps, force est toutefois de constater que cette action prend sens en fonction de situations différentes dans lesquelles elle est engagée. Ces situations, quelles sont-elles ? Nous définirons la première eu égard à une possible mise en jeu du corps dans un environnement donné. Le confort dépend dès lors des différents paramètres, tant objectifs que subjectifs, qui vont produire une sensation de confort à un moment donné. C’est ce que l’on pourrait appeler un « confort de l’éphémère » ou « confort instantané ». La seconde situation qu’il est possible d’envisager tient à une mise en jeu du corps dans une succession d’actions quotidiennes. Il ne s’agit plus de déterminer des ambiances confortables ponctuelles mais d’envisager le confort de manière globale en fonction d’une suite événementielle qui présuppose ainsi une certaine organisation spatio-temporelle. Nous appellerons ce confort un « confort programmé ». Deux philosophies du confort s’opposent ainsi symboliquement, sans qu’elles soient pourtant antagonistes puisqu’il existe, dans bien des cas, une complémentarité entre elles. L’une relève d’un certain hédonisme, de l’ordre de la satisfaction immédiate, l’autre renvoie plutôt à un certain économisme, à un mode de satisfaction rationalisé. Les finalités ne sont ainsi pas les mêmes : à une certaine jouissance corporelle procurée dans l’instant s’oppose ainsi une économie corporelle au sein de laquelle le confort est moins à concevoir en termes de jouissance immédiate qu’en fonction d’une suite d’opérations supposant une organisation rationnelle des gestes et des tâches quotidiennes.

  • 8 Cette formule ergonomique est aujourd’hui utilisée par les publicitaires pour valoriser l’aménagem (...)

12La grande différence qui finalement sépare les deux modèles que nous venons de définir tient à l’objectif final assigné à la recherche de confort. Si l’on peut concevoir qu’il s’agit dans les deux cas de produire les conditions nécessaires à la définition d’un bien-être corporel, force est toutefois de reconnaître que l’enjeu que représente cette production n’est en aucun cas comparable. Dans un cas, le bien-être corporel peut être compris comme une fin en soi, le confort pouvant être défini comme un état de ressenti et de bien-être provoqué par une satisfaction immédiate. Dans l’autre cas, le bien-être corporel est plutôt à comprendre comme un moyen permettant d’accéder à des finalités autres. Il ne s’agit pas « d’être bien pour être bien », en sacrifiant ainsi, si l’on peut parler de la sorte, à une certaine forme « d’art pour l’art », mais d’être bien en vue de parvenir à une certaine efficacité. Comme le rappelle un slogan ergonomique en vogue à l’heure actuelle, « quand on est mieux, on est meilleur8. » A l’hédonisme s’oppose ce qu’il est convenu d’appeler un « néo-taylorisme », en fonction de cette « suite » ou, pour mieux dire, de cette « chaîne confortable » à l’œuvre dans tout le social.

13Certes, il convient d’être prudent et mesuré sur ces oppositions de sens puisque nous avons dit que ces modèles étaient tout autant complémentaires. Mais leur définition nous permet de dégager ce que l’on peut appeler les deux grandes tendances du confort à l’heure actuelle. Un confort de la jouissance, de la sensation coexiste ainsi avec un confort de la performance, de la gestion. Le premier renvoie à ce que l’on peut définir comme étant l’acception la plus traditionnelle du confort : le moelleux ou la profondeur d’un canapé ou d’un matelas, la douceur d’une étoffe, le crépitement d’un feu de cheminée ou encore, de manière plus récente, le reposant éclairage indirect de la lumière halogène sont autant d’éléments qui participent à la production d’une ambiance confortable qui laisse « libre cours » à la sensation corporelle. Dans le deuxième cas, le confort est lié à une logique de l’efficience. L’organisation rationnelle d’un espace de travail, l’accessibilité permise dans un autobus ou encore les services proposés en termes de conditions d’achat par un grand magasin rendent compte, parmi d’autres facteurs, de cette volonté d’efficacité liée désormais à la notion de confort.

  • 9 Le problème des difficultés fonctionnelles liées à l’âge ou à des déficiences corporelles, par exe (...)

14Le sens de la notion de confort est socialement à considérer en fonction de ces deux modèles et du jeu qu’ils engagent. Nous établirons ainsi que le sens du confort n’est en aucun cas figé mais qu’il est au contraire constamment mis en jeu, à la fois entre les deux modèles et à l’intérieur de ceux-ci. Dans ce dernier cas, il s’agit d’affirmer que les logiques que nous avons vues à l’œuvre à l’intérieur de chaque modèle n’excluent pas pour autant l’existence de divergences : ainsi, si l’on s’interroge sur la logique de l’efficience, on peut s’apercevoir qu’elle prend des tournures différenciées selon le point de vue à partir duquel on la considère : elle peut ainsi être définie comme synonyme de performance, cette performance prenant dans les faits des formes différenciées, selon qu’elle est pensée comme un facteur de productivité – c’est notamment le cas dans le monde de l’entreprise où on associe de plus en plus souvent rendement et confort – ou selon qu’elle est, bien au contraire, définie comme le dépassement d’un handicap, condition préalable à l’établissement d’une vie normale pour la personne ayant par exemple des difficultés fonctionnelles9. Ce que l’on appellera un confort de la performance ne désignera donc pas forcément la même réalité observable. De la même façon faut-il aussi considérer que la mise en place d’un certain nombre de techniques visant à réduire les temps de déplacements, et ayant finalement pour objet la définition d’un nouvel espace-temps, fera l’objet d’investissements différenciés selon l’intérêt corporel qui sera mis en jeu ou pas. Autrement dit, il apparaît évident, si l’on reprend le célèbre slogan publicitaire de la SNCF « gagnez du temps sur le temps », que le gain de temps sur le temps ne peut satisfaire que ceux qui, pour une raison ou une autre, « n’ont pas de temps à perdre » ou pour qui « le temps c’est de l’argent ». Or, il semble évident qu’un tel besoin n’est pas partagé par tout le monde, le fait de prendre son temps étant également une forme de confort appréciable. De la même manière, la domotique permet aujourd’hui d’abolir un certain nombre de frontières spatiales – entre le logement et le lieu de travail par exemple – et produit ainsi une gestion optimalisée du temps et de l’espace. Or, cette préoccupation ne peut être bien évidemment que le fait de ceux qui y ont quelque intérêt, notamment en termes économiques. Ces différents points illustrent bien le fait que les modèles que nous venons de définir ne doivent pas être considérés de manière trop restreinte. Au contraire, on peut leur trouver une certaine « élasticité » qui, selon nous, est fondamentale puisque c’est elle qui détermine la nécessaire fluctuation du sens du confort. Qu’on ne s’y trompe pourtant pas, fluctuation ne veut pas dire indétermination. Le sens de la notion de confort est donc à comprendre comme étant intrinsèquement défini par un perpétuel va-et-vient, une fluctuation, entre les modèles, voire à l’intérieur de ces modèles. Telle est donc, selon nous, la caractéristique essentielle du sens de la notion de confort. De manière générale, et en fonction de ce qui vient d’être dit, on peut ainsi avancer du confort la définition suivante : c’est le rapport qui s’instaure entre l’homme et son environnement, que celui-ci soit spirituel ou matériel. En fonction de cette définition, il est possible de dire, s’agissant des modèles précédemment définis, que le premier, compris comme un confort instantané ou éphémère, relève d’une certaine permanence historique puisque l’on peut considérer que la recherche de confort ou de bien-être – définie comme harmonie avec l’environnement – constitue le lot commun de bien des sociétés et de bien des cultures, même si chacune a pu développer les propres formes de sa « quête confortable » en fonction précisément de son environnement et du rapport qui s’instaure avec cet environnement. A ce titre, le confort matériel n est bien sûr qu une répercussion de la constitution de la civilisation du même nom. Le second modèle prend, quant à lui, sens dans une période historique plus restreinte et, à cet égard, semble porteur d un rôle plus caractéristique et particulier. Ce confort programmé ou confort du corps social ne peut être considéré comme étant de tous les temps ou de toutes les cultures puisqu’il est le produit d’un mode de développement particulier auquel il est indissolublement lié. En soi, l’émergence progressive de ce dernier modèle peut être considéré comme une réponse interne liée au développement des sociétés modernes.

III – La forme confort

15Le procès du confort est aujourd’hui achevé, comme en témoigne sa généralisation à toutes les instances de la vie sociale. Il y a du confort partout et nous avons dit ce qu’un tel constat laissait supposer quant au sens même de la notion de confort. Invention constamment renouvelée quant à ses formes, le confort joue ainsi un rôle important dans la représentation de la modernité. Mais cette invention permanente prend également sens en fonction d’une certaine permanence de l’idée de confort, permanence fondatrice puisqu’assurant la cohésion du phénomène confort.

16Vouloir appréhender le confort comme une forme sociale, c’est avant tout supposer que cette notion possède un double champ de références au niveau de son sens. L’un social, correspondant aux fluctuations du sens liées à la diversité et au renouvellement des formes de confort, l’autre « méta-social », défini par l’évolution du procès du confort considéré ici de manière indépendante des formes qui ont pourtant assuré son évolution. Autrement dit, il est selon nous possible d’envisager sociologiquement cette notion de confort en dépassant la réalité de ses formes observables. Définir le confort comme une forme sociale, c’est donc affirmer le fait que le confort ne peut se réduire à une simple addition de ses formes – et des significations différenciées ainsi engagées – mais que l’on peut en rendre compte de manière autonome, presque comme une “essence ».

  • 10 J-L. Vieillard-Baron, introduction à G. Simmel, Philosophie de la modernité, Payot, 1989, p. 51.
  • 11 Ibid..
  • 12 Ibid...

17La définition du confort comme forme sociale tient pour beaucoup des analogies qu’il nous a été possible de faire avec l’étude de G. Simmel consacrée à la mode10. Si l’on peut considérer, avec J-L. Vieillard-Baron, que « la forme sociale est pour Simmel la structure fondamentale qui permet de comprendre une multiplicité de faits sociaux différents » et qu’ainsi la forme mode est à comprendre comme « la structure sociale identique au travers de la multiplicité des modes particulières »11, cette conception des choses semble aussi valoir pour le confort dans la mesure où celui-ci vaut également comme idée qui s’impose à travers une multiplicité de cas particuliers. Chacune des formes que nous avons pu définir possède un contenu particulier dont le renouvellement est, nous l’avons dit, permanent et constamment possible. En présentant le confort comme une forme sociale, il s’agit d’en rendre compte comme d’un « concept instrumental permettant de comprendre une série de phénomènes12. » La forme reste ainsi identique, permanente tandis que les formes varient, toujours en mouvement. Un jeu symbolique ainsi s’instaure entre ce que nous avons appelé les deux champs de référence.

18L’existence de ce jeu symbolique nous éclaire sur la difficulté inhérente propre à toute tentative de définition du confort, ce problème étant, nous l’avons vu, d’actualité, puisque bien des interrogations sont aujourd’hui posées, de manière diverse et dans des domaines différents, sur cette notion. La compréhension de ce que peut être le confort passe en effet par la nécessaire prise en compte de ce jeu sans lequel le confort n’apparaîtrait que comme une invention sans fin, constamment renouvelée et renouvelable, et finalement indéfinissable. En ne liant pas exclusivement le confort à cette invention permanente mais en le définissant également comme une idée relativement invariante, il s’agit ainsi de montrer que le phénomène confort n’est pas uniquement réductible aux avatars de la mode mais qu’il est le fruit d’une histoire et d’une culture, le produit d’un lent développement que l’on a pu saisir à travers une multiplicité de formes successives, considérées cependant au sein de ce qu’il a été possible de définir comme un processus. L’achèvement de celui-ci est en soi l’indice permettant précisément de penser que c’est uniquement en considérant le confort comme une forme sociale qu’il s’avère possible d’appréhender ce phénomène multidimensionnel et polysémique. C’est aujourd’hui par cette formalisation du confort que l’on peut, encore et malgré tout, parvenir à réunir les réalités diverses, et parfois contradictoires, qui le composent. C’est donc l’idée même de confort qui fait lien et permet de comprendre, en les rassemblant, les contenus divers que prennent ses formes. La forme confort est ce qui donne sens à ces glissements progressifs et permanents du sens du confort, que nous avons défini comme étant toujours en tension, en perpétuel va-et-vient, entre deux pôles, privé/public, particulier/universel, qualitatif/quantitatif. On peut ainsi parvenir à des définitions très différentes du confort, selon le point de vue et le contexte à partir desquels elles sont considérées, cet ensemble varié prenant toutefois toujours place au sein de cette forme sociale identique et relativement invariante. La richesse de la notion de confort, qui fait précisément qu’elle est aujourd’hui investie de toute part, tient à cette caractéristique qui, au delà, laisse augurer le rôle de plus en plus important du confort dans ce qu’il est convenu d’appeler la production de notre être-ensemble.

Notes

1 C’est ainsi que les responsables de Publicis ont préféré substituer, lors de l’une des dernières campagnes promotionnelles de la gamme Renault, le terme de « qualité de vie à bord » à celui de confort. Est-ce simplement un effet de style permettant de se démarquer de la concurrence ou doit-on penser que ce choix est effectivement guidé par une éventuelle perte de sens ?

2 Voir à ce titre la consultation lancée par le Plan contruction et le secrétariat d’Etat à l’Environnement intitulée « Confort et santé dans les locaux habitables· et consistant en une évaluation du confort des locaux du tertiaire, en particulier bureaux, écoles et hôpitaux. Voir également à ce sujet les actes du colloque de Manosque, Vivre dehorsconfort des espaces publics.

3 Nombre d’appels d’offres portant à l’heure actuelle, de près ou de loin, sur le confort contiennent une interrogation sur le sens de la notion, notamment en fonction de ses aspects subjectifs qui, nous l’avons vu, posent d’énormes problèmes de mesure.

4 Toutes les citations utilisées dans cet encadré proviennent de brochures publicitaires que nous avons récupérées lors de salons spécialisés – Conforexpo à Bordeaux, Mondial de l’automobile à Paris, Expotherm à Lyon – ou dans de grands magasins, du style Darty, Conforama, Habitat ou Ikéa. Chez certains de ces derniers, nous avons tenté également une approche « client » du confort, en essayant de faire parler les vendeurs des rayons literie sur le confort des matelas qu’ils proposaient. A ce titre, et malgré une certaine redondance du discours, nous avons pu constater que le confort était un argument de vente efficace parce que parfaitement adaptable à toutes les attentes des clients.

5 D. Le Breton, « Corps et symbolique sociale », in Cahiers internationaux de sociologie, LXXIII, 1982, p. 223.

6 J-M. Berthelot, « Corps et société – problèmes méthodologiques posés par une approche sociologique du corps », in Cahiers internationaux de sociologie, LXXIV, 1983, p. 120.

7 Tout ou presque peut aujourd’hui se commander à distance – évitant ainsi tout déplacement – grâce à l’utilisation du minitel. Pour plus d’informations à ce sujet, je renvoie au livre de C. Loviton, La Vie à distance.

8 Cette formule ergonomique est aujourd’hui utilisée par les publicitaires pour valoriser l’aménagement intérieur des bureaux. A ce titre, on peut constater ici, en terme de discours, l’équivalence parfaite entre le discours technique – ici ergonomique – et le discours publicitaire, s’agissant de l’amélioration des conditions de travail dans les bureaux. A la différence des discours tenus sur les bus ou sur l’automobile, la correspondance discursive s’établit ici parfaitement, assurément parce que les enjeux liés à l’usage de ce confort ne sont pas les mêmes, notamment en ce qu’ils ne posent pas de la même façon la question de l’appropriation du confort ainsi proposé.

9 Le problème des difficultés fonctionnelles liées à l’âge ou à des déficiences corporelles, par exemple pour les handicapés, est aujourd’hui de plus en plus posé, notamment en termes d’appels d’offres et de recherches, ce qui tend à induire le fait que cette question du confort du corps social va, selon nous, être de plus en plus mise en avant, paradoxalement dans un contexte social général où l’on prône de plus en plus l’efficacité. Or, cette efficacité voulue risque d’engendrer un malaise croissant chez ceux qui, pour une raison ou une autre, en sont privés.

10 J-L. Vieillard-Baron, introduction à G. Simmel, Philosophie de la modernité, Payot, 1989, p. 51.

11 Ibid..

12 Ibid...

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search