Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Troisième partie. Le monde du confort et ses paradoxes

Introduction

Texte intégral

« C’était un marchand de pilules perfectionnées qui apaisent la soif. On en avale une par semaine et l’on n’éprouve plus le besoin de boire.
Pourquoi vends-tu ça ? dit le Petit Prince.
C’est une grosse économie de temps, dit le marchand. Les experts ont fait des calculs. On épargne cinquante-trois minutes par semaine.
Et que fait-on de ces cinquante-trois minutes ?
On en fait ce que l’on veut...
Moi, se dit le Petit Prince, si j’avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine...
»
SAINT-EXUPÉRY, Le Petit Prince

1Aujourd’hui tout est confort. Est-ce là l’ultime évidence qu’impose un monde maintenant constitué ou son ultime paradoxe dans la mesure où l’on peut penser que le confort, à force d’être partout, va finir par n’être nulle part ? La question du sens du confort est ainsi posée. Hier secteur spécifique possédant son propre champ de référence, le confort semble aujourd’hui s’étendre à tous les domaines de la vie sociale. Tout est confort ou tout peut l’être, le confort s’appliquant à nombre de «territoires» qui, jusque là, lui étaient étrangers. Tout se passe à l’heure actuelle comme si le champ d’application du confort devenait le social lui-même, c’est-à-dire comme si, somme toute, la société elle-même devenait confortable, entendons par là animée « toute entière » par la recherche de confort. Pour dire vite, nous passerions ainsi d’une « société du confort » à une « société de confort », l’hypothèse étant que le confort est aujourd’hui à comprendre comme une forme sociale et non plus simplement, comme c’était le cas lors des « trente glorieuses », comme un secteur spécifique. Nous vivons ainsi aujourd’hui dans le monde du confort, bien souvent d’ailleurs sans nous en rendre compte, puisqu’il se confond avec notre univers quotidien. Nous vivons dans le confort fait monde.

2Cette affirmation suppose bien évidemment de revenir en arrière, afin de voir ce qui s’est passé. Pendant les « trente glorieuses », que nous avons définies comme un âge d’or du confort, un monde s’est progressivement constitué, fait de réseaux et d’objets techniques, de normes et de catégorisations, de biens diffusés en masse, de pratiques et de représentations sociales permettant au confort de devenir une valeur emblématique des temps modernes. A la fois « véhicule du mythe égalitaire du bonheur » et « vitrine de la modernité », le confort a acquis ses lettres de noblesse pendant ces trente années de développement et de croissance. Moyen sinon de « changer la vie » du moins de l’améliorer sensiblement, eu égard à ses aspects les plus quotidiens et les plus matériels, le confort vaut ainsi comme vecteur du bonheur et du bien-être, « condition sine qua non » d’une vie meilleure.

3La période dorée des « trente glorieuses » s’est achevée avec la crise. Crise économique dans la mesure où est remise en cause la forte croissance qui était en quelque sorte le « moteur » de tout le système, crise symbolique puisqu’apparaissent au grand jour des dysfonctionnements jusque là occultés et mettant en cause certaines « évidences » héritées de la période précédente. Ainsi en est-il par exemple de la «démocratisation du confort » qui ne devait pas manquer de résulter de la consommation de masse et de l’égalitarisation progressive des conditions de vie. La crise allait-elle dès lors marquer l’achèvement du procès du confort en le privant de toute sa symbolique ? Nous affirmerons paradoxalement que la crise a été au contraire la condition d’une « nouvelle donne » en matière de confort, nouvelle donne qui va se traduire essentiellement par l’extension du procès du confort à de « nouveaux territoires », prélude à l’avènement du « tout confort ».

4Cette extension du procès du confort à de nouveaux domaines de la vie sociale, outre les nécessités qui l’imposent, est bien sûr à comprendre comme fondatrice d’un rôle nouveau : le confort n’est plus ainsi à penser uniquement comme une « vitrine de la modernité », comme un simple mode de représentation de la modernité, mais également comme une instance productrice de sens. Tout se passe comme s’il ne suffisait plus seulement « d’être moderne pour avoir le confort » mais qu’il faille maintenant « avoir le confort pour être moderne ». La modernité en crise ne se satisfait plus de certaines évidences : il lui faut des preuves. Le confort devient ainsi un gage, une caution de la modernité en crise, une « valeur refuge » permettant de produire du sens là où un certain « vide » pouvait être constaté, notamment de manière discursive. Hier moyen d’accéder au bonheur, le confort devient peu à peu une fin en soi.

5Tout est confort. Le confort investit ainsi aujourd’hui des « territoires » dans lesquels sa présence aurait pu hier sembler anachronique, c’est le cas du monde du travail par exemple. Le confort ne s’applique plus ainsi au seul corps individuel mais au corps social tout entier. Un nouveau mode de gestion et de régulation des rapports sociaux se trouve mis en jeu par le confort. Est-ce finalement cela la « nouvelle société » dont les « trente glorieuses » semblaient porter les promesses ? Il s’agit, là encore, d’aller au delà de certaines évidences, de dépasser certains mythes qui refont régulièrement surface en liant le bonheur de l’homme à l’innovation technologique. A l’heure où se met en place toute une économie de l’immatériel, où le confort devient synonyme de services, où l’assurance et la sécurité deviennent des thèmes incontournables et où la compétition l’emporte le plus souvent sur la solidarité, il semble nécessaire de se reposer certaines questions. Le « monde du confort » n’est pas sans paradoxes. Au moment où aventuriers et autres reporters envahissent le petit écran, où l’on nous propose à satiété des images à la fois exotiques et dramatiques du monde, nous sommes quant à nous de plus en plus désengagés, condamnés à n’être que des spectateurs, confortablement assis devant un poste de télévision, comme des «voyageurs immobiles”. Nous vivons ainsi dans le confort fait monde, sorte de « prison dorée » dans laquelle tous nos besoins sont satisfaits et notre individualisme exacerbé. Reviennent alors, à notre étonnement, certaines « préoccupations anciennes », voire ancestrales, un désir de parole, de chaleur humaine, un confort réconfort devenu comme un antidote à la banalité et à la « routinisation » constante de la vie quotidienne. Un confort « mitoyen » du confort matériel refait ainsi surface – avait-il disparu ? – devenant l’instrument d’un conflit fondateur, producteur de sens. En définissant le confort comme une forme sociale, il s’agit d’affirmer que par cette notion se trouvent mis en jeu des intérêts et des enjeux divergents et jusque là distants les uns des autres. C’est, à travers cette lutte symbolique, le sens de la société elle-même qui se trouve, par le confort, engagé.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search