Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Deuxième partie. L’âge d’or du confort

Chapitre III. La « révolution invisible »

Texte intégral

1Les « trente glorieuses » constituent la période durant laquelle s’opèrent une augmentation sensible du niveau de vie ainsi que des bouleversements importants dans les modes de vie. L’amélioration générale des conditions de logement, par l’établissement d’un « minimum confortable », permet d’affirmer l’importance du rôle du confort dans ces transformations. Pour autant, on ne saurait réduire l’évolution du confort durant cette période à ce seul rôle, même si celui-ci occupe une place fondamentale. L’appréhension du « phénomène confort » passe également par l’évocation du développement du bien-être matériel, lié au monde des objets. La « révolution invisible » est celle de l’intrusion progressive de ces objets, de ces « choses » qui deviennent les tuteurs indispensables à notre vie quotidienne.

2Au confort moderne que procurent, entre autres, l’eau courante à domicile ou l’électricité s’ajoute, essentiellement dans les années soixante, un confort d’usage lié à la possession d’objets permettant de faciliter la vie quotidienne ou du moins de limiter certaines de ses contraintes. C’est ainsi qu’il faut comprendre le succès du développement de l’électroménager en France durant les « trente glorieuses ». Le confort, par ces objets qui en quelque sorte le médiatisent, devient ainsi véritablement un objet de consommation. Par cette marchandisation progressive, le confort entre dans la logique du « bonheur technique marchand ».

3L’imposition de ce confort matériel et son évolution constituent toutefois un problème complexe dans la mesure où son analyse passe par la prise en compte des besoins de confort et de leur satisfaction dans le cadre d’une société définie par une consommation de biens sans cesse renouvelée. L’évaluation des besoins de confort entre ainsi dans une nouvelle phase puisque la société de consommation impose un renouvellement permanent des biens, établissant ainsi une logique du «toujours plus ». L’objet de ce chapitre n’est donc pas, à partir de là, de dresser un inventaire des objets confortables durant les « trente glorieuses » mais plutôt de voir comment, pendant cette période, s’impose l’idée de renouvellement permanent des formes de confort. En liant le confort à une problématique des besoins constamment renouvelée et renouvelable, on tend ainsi à conforter l’idée d’un bien-être par accumulation, défini quantitativement, ce qui a pour conséquence d’entraîner d’énormes modifications dans la perception et la valorisation sociales de cette notion.

I – « Donnez-nous notre confort quotidien »

  • 1 Grand Larousse encyclopédique, Paris, Larousse, 1961.

4Si les « trente glorieuses » se traduisent par l’établissement d’un « minimum confortable” permettant notamment l’utilisation à domicile de l’eau ou de l’électricité, on ne saurait pourtant réduire à cette seule expression l’évolution du confort durant ces trente années. Ce « développement minimum » est en effet à comprendre comme le point de départ d’un développement autre, celui des « biens de confort ». Si l’on considère, à partir d’une définition de l’époque, que les biens de confort sont des « biens qui auraient un caractère luxueux si le progrès technique ne permettait pas de les produire en quantités suffisantes en vue de leur utilisation par d’assez larges couches de la population, mais qui ne sont pas considérés comme indispensables par l’ensemble de celle-ci»1, il va sans dire que le confort s’inscrit ainsi de plus en plus dans une logique économique liée au progrès. A l’univers technique de référence dont nous avons vu les modalités s’adjoint ainsi, en faveur de ce développement, un univers économique par lequel le confort entre dans la logique du « bonheur technique marchand ».

5Considérons tout d’abord que la « révolution invisible » des modes de vie se traduit par de nouvelles attitudes en matière de consommation. Aux éléments de confort définissant les bases d’un « minimum confortable» s’ajoutent des biens qui concernent avant tout l’équipement domestique des ménages. La société de consommation permet la diffusion de biens jusque là réservés à quelques uns. L’évolution du « confort matériel » n’est pas à comprendre de manière linéaire et continue mais plutôt par strates successives. Plusieurs étapes peuvent être en effet définies. Si les années soixante constituent le moment privilégié de ce développement, celui-ci procède toutefois d’une logique antérieure. Deux faits, que nous avons déjà rapportés au cours de la première partie, sont à considérer comme le point de départ de cette évolution. Le premier concerne l’existence et le développement de toute une infrastructure technique permettant la connexion d’objets dont la date d’invention n’est pas nouvelle, le second s’applique de manière plus symbolique au mouvement pour une science de la ménagère qui impose l’idée d’un confort du gain de temps et du moindre effort, ce qui est la caractéristique essentielle des équipements électroménagers. Or, aucun de ces deux faits n’a pu être déterminant au cours de la première moitié du XXe siècle. Les “trente glorieuses », qui voient le développement rapide de cette infrastructure entraînant l’idée d’un confort minimum et de celui de la société de consommation permettant la diffusion de masse de ces objets, sont donc le contexte idéal qui rend maintenant possible ce qui, jusque là, n’avait connu qu’un développement limité. A cette base originelle s’ajoutent d’autres circonstances explicatives.

  • 2 J. Fourastié, Histoire du confort, PUF, coll. Que sais-je ?, p. 7.
  • 3 P. Belleville, « Pour une nouvelle économie domestique », in Culture technique, op. cit., p. 11.

6Durant les « trente glorieuses », le travail féminin salarié progresse et la femme, menant de front activités salariée et domestique, devient ainsi vraiment une consommatrice de produits ménagers, véritables «prothéses techniques » selon l’expression consacrée, permettant gain de temps et moindre fatigue. En outre, les prix de ces objets se réduisent de façon notable grâce aux nouvelles méthodes de production. Si l’on ajoute à cela les changements dans les mentalités et les pratiques eu égard à la consommation quotidienne, les postes liés au logement et à son équipement augmentant de façon sensible, on ne peut que constater une « nouvelle donne » en matière d’équipement électroménager. Une première phase peut ainsi être mise à jour de 1946 à 1954, phase pendant laquelle le développement de l’électroménager est encore restreint. Peu à peu toutefois, comme nous l’enseigne l’examen des réclames et des journaux féminins de l’époque, les différents appareils électroménagers perdent ce caractère de luxe qui était le leur. La consommation de ces objets tend ainsi à être de moins en moins ostentatoire. A un certain confort-luxe se substitue un confort compris comme utile et libérateur, en fonction de l’accomplissement d’un certain nombre de tâches ménagères quotidiennes. Nous sommes ici loin d’un confort « passif » défini par les aises mais au contraire en présence d’un confort « actif », lié donc à une activité, en l’occurrence ménagère, qu’il est chargé de faciliter. « Le confort actuel est celui de l’économie des forces serviles (forces physiques et forces intellectuelles élémentaires)2. » De plus, une substitution s’opère entre des objets anciens et nouveaux assignés à une même tâche : « l’aspirateur remplace le balai, la machine à laver remplace la lessiveuse. L’un et l’autre permettent de faire, avec moins de fatigue, plus vite, mieux, la même chose3. » Le confort est en quelque sorte, à fonction égale, la « plus-value » que permet (utilisation de certains objets pour accomplir plus facilement certaines tâches, ce qui ne se fera pas, du moins peut-on le supposer, sans certaines méfiances ou réticences par rapport aux capacités de la technique à remplacer le travail manuel. Pour dire vite, la plus célèbre lavandière de France, la Mère Denis, n’a pas encore opté pour le lave-linge Vedette, même si tout laisse à penser que ceci n’est qu’une question de temps et de changement dans les habitudes.

7Quoi qu’il en soit, le véritable point de départ de cette consommation de masse se situe dans les années 54-58, qui correspondent à un net accroissement du parc de ces différents équipements que sont réfrigérateur, machine à laver ou aspirateur. Cette progression des taux d’équipements va se poursuivre selon une évolution relativement constante et continue. A la date symbolique de 1968, on peut constater que les taux d’équipements voisinent ou dépassent les 50 % s’agissant des principaux biens d’équipement. En relativement peu de temps donc, l’univers domestique d’un grand nombre de Français s’est trouvé investi d’un certain nombre d’objets, correspondant aux nouveaux rythmes de vie qui s’imposent, ce qui n’est pas sans entraîner des modifications dans les représentations et les usages du quotidien. Ce mouvement se poursuit et progresse de façon nette dans la mesure où le multi-équipement des ménages se développe. Une telle évolution n’est bien évidemment pas le seul fait d’une frénésie consommatrice qui aurait saisi une grande partie des Français.

  • 4 Après le crédit à l’équipement, créé par la loi de janvier 1951, permettant aux entreprises de se (...)

8Des conditions objectives, tant économiques que sociales, sont en cause, parmi lesquelles la hausse du pouvoir d’achat ou la pratique nouvelle du crédit4. Par cette consommation régulière de biens de confort, la France, à l’image de l’Amérique, entre dans la modernité.

  • 5 J. Fourastié, Histoire du confort, op. cit., p. 11.

9Cette évolution de l’électroménager tend à imposer l’idée d’un confort « actif » ou, pour mieux dire, d’usage, lié à l’exécution de certaines tâches, au moindre effort et au moindre temps que suppose l’utilisation des machines. Si, comme l’avait fait remarquer J. Fourastié, « de multiples améliorations ont été apportées dans nos pays au travail de l’homme, à l’usine comme aux champs » et que « dans la plupart des foyers français, la femme ne bénéficie guère du progrès qu’en ce qui concerne l’éclairage »5, on peut considérer que c’est chose faite durant les années soixante où le progrès investit véritablement l’espace domestique, et ce dans tous les sens du terme. Ce n’est plus le confort de l’objet mais l’objet du confort dans la mesure où les « produits blancs » – on appelle ainsi l’équipement ménager lourd – ne sont pas directement confortables, à la différence d’un canapé, mais procurent du confort « en se faisant oublier », c’est-à-dire en exécutant seuls des tâches qui permettent à la ménagère de vaquer à d’autres occupations. Ces objets sont en quelque sorte des « médiateurs » du confort. Ce point est fondamental : l’amélioration du confort matériel devient en effet quasi illimitée dans la mesure où, d’une part, il sera dorénavant possible, grâce à une sophistication toujours plus grande des techniques, de rendre plus performant tel ou tel appareil existant et d’améliorer ainsi son usage et où, d’autre part, de nouveaux appareils seront créés afin de répondre à de nouvelles tâches ou de nouvelles contraintes. L’installation de microprocesseurs dans les machines à laver, en facilitant l’utilisation de la machine plus qu’en améliorant ses performances de lavage, en est une bonne illustration. De même le silence est-il aujourd’hui un argument confortable de vente pour ce type de produit sans, bien sûr, qu’il entre en compte, là encore, au niveau de la qualité du travail effectué par la machine. Enfin, la vogue récente du sèche-linge peut être rapportée au problème actuel que constitue l’étendage du linge, particulièrement en milieu urbain. Il est certain, à ce titre, que l’évolution comparée des canapés ou des matelas, si l’on excepte l’invention du bultex, a subi de moindres innovations technologiques. Le confort entre ainsi dans une dimension nouvelle, celle où le progrès technologique permet l’amélioration constante et dès lors, dans la logique de la consommation, le remplacement des machines moins performantes. C’est l’un des arguments de choix du discours publicitaire. Toutefois, si l’on peut constater une progression rapide de l’équipement des ménages, il semble nécessaire de préciser qu’il s’agit là d’un premier équipement, son renouvellement impliquant, d’une part, effectivement l’existence d’améliorations technologiques et, d’autre part, leur perception en termes d’utilité du point de vue du consommateur. A ce stade de la réflexion, on peut suggérer l’idée selon laquelle une certaine « culture technique et de consommation » va peu à peu se mettre en place chez les utilisateurs, l’hypothèse que l’on peut faire étant que les besoins de ces derniers s’affirment, tant du point de vue de l’utilité des techniques que des conditions de vente, au fur et à mesure qu’une certaine appropriation de ces objets se met en place. S’agissant de la production de biens de confort, il ne suffit donc pas uniquement d’innover, encore faut-il convaincre.

II – La dynamique des besoins

10Devenu bien consommable, le confort entre de fait dans la logique du « bonheur technique marchand ». Le confort n’est ainsi plus seulement un état sensitif, un luxe bourgeois ou encore un objet technique mais devient aussi un bien monétairement accessible. Certes, le confort avait déjà un coût, en terme de consommation d’énergie par exemple. Mais, dès lors qu’il devient un bien consommable, le confort suppose aussi un investissement, tant financier que symbolique. Ceci éclaire la question des besoins en matière de confort d’un jour nouveau puisqu’il ne s’agit plus dès lors de répondre à ce que l’on peut appeler des « besoins primaires ». De nouveaux besoins apparaissent dont la satisfaction passe par de nouveaux modes de consommation.

  • 6 P. Bourdieu, La Distinction, Minuit, 1979. Voir en particulier le chapitre 7, « Le choix du nécess (...)
  • 7 G.W.F. Hegel, La Société civile bourgeoise, Maspero, 1975, p. 71.

11L’établissement d’un « minimum confortable » – le choix de cette appellation étant à mettre en rapport avec l’idée de minimum vital quant à son sens – peut être considéré comme une réponse donnée à des « besoins primaires ». Disant cela, il semble nécessaire d’apporter quelques précisions sur cette notion de besoin. Si l’on fait référence aux définitions existantes au début des années cinquante, cette notion est définie comme le “manque d’une chose nécessaire » (Larousse). En ce sens, le confort, comme nous avons pu le voir en fonction de son évolution, s’établit, en termes techniques, comme une nécessité. L’eau courante à domicile, l’électricité ou encore le chauffage central s’imposent ainsi en répondant, sans qu’il soit utile d’en faire la démonstration, à des « besoins primaires ». On sait, depuis les travaux de P. Bourdieu6, que le « choix du nécessaire » dépend de tout un environnement social et culturel sur lequel il est inutile de revenir. Avec le développement des « biens de confort », le confort entre dans une nouvelle dynamique des besoins. Hegel avait déjà noté cette tendance quand il affirmait que « ce que les Anglais désignent par confortable est quelque chose d’absolument inépuisable qui se poursuit à l’infini étant donné que chaque confort atteint finit à son tour par faire la preuve de son inconfort, si bien que ces inventions n’ont pas de fin. C’est pourquoi un besoin est produit non pas tant par ceux qui l’éprouvent de manière immédiate que, bien plutôt, par les gens qui cherchent à réaliser un gain en le faisant naître7. » Les besoins de confort deviennent ainsi constamment renouvelés et renouvelables, en fonction de l’évolution des techniques mais aussi des pratiques de consommation, qui, elles aussi, évoluent. La logique économique de renouvellement des « biens de confort » tend ainsi à définir un besoin « toujours plus » grand de confort, ce qui suppose bien évidemment que les consommateurs aient toujours plus de moyens financiers ou de facilités de paiement permettant de satisfaire leur besoin de confort. Faut-il dès lors s’étonner si la définition de la notion de besoins change elle aussi pour devenir quelque trente années plus tard dans le même dictionnaire une « aspiration naturelle et souvent inconsciente ». Le besoin n’exprime ainsi plus le « cri du manque » mais le « désir du nouveau », ce qui en soi est un signe particulièrement révélateur.

  • 8 V. Scardigli, La Consommation, culture du quotidien, PUF, 1983, p. 6l.
  • 9 Ibid., p. 62.
  • 10 Ibid., p. 51.

12On voit ainsi que l’idée même de besoin prend sens dans un univers de référence qui est bien sûr économique : « La satisfaction des besoins va se faire essentiellement sous forme marchande : dans les sociétés fortement industrialisées, la presque totalité des biens et services utilisés exige le paiement d’un prix8. » On peut, à partir de là, définir que « la consommation est donc une consommation d’objets à la fois techniques (ce qui renvoie aux caractéristiques de la production) et marchands (ce qui rappelle la généralisation du paiement, individuel ou collectif). Ce qu’on appelle couramment la marchandisation du mode de vie, c’est cette extension progressive de la solution technique marchande à des secteurs de plus en plus nombreux de la vie quotidienne9. » Le confort ne fait pas exception à cette solution puisqu’avec le développement du bien-être matériel s’impose donc un confort marchand, correspondant à des besoins sans cesse redéfinis, qu’ils soient « besoins de compensation », c’est-à-dire provenant de la destruction d’un certain cadre traditionnel, ou qu’ils soient véritablement nouveaux, liés au développement technique ou à des désirs naissants. La « dynamique des besoins », c’est donc avant tout l’expression d’une surenchère marchande par laquelle le confort matériel prend une valeur monétaire de plus en plus importante. On peut à partir de là comprendre que cette monétarisation du confort, cette inscription dans la logique du « bonheur technique marchand», permette au confort de devenir une valeur mesurable. Ce qui spécifie la société des années 60, c’est ce passage à la satisfaction de besoins secondaires. « L’homme, pour vivre mieux, et même pour survivre, a désormais besoin d’un ensemble de prothèses marchandes10. » Le confort entre ainsi dans les modes de vie, en devient partie prenante et, au-delà, peut être compris comme l’un des symboles majeurs d’une modernité occidentale triomphante.

III – La symbolique du confort

13Le confort est devenu, avec les « trente glorieuses », une notion centrale dans la production de la société en devenant un des symboles de la modernité. Lié à la fois au progrès – dont il est une « conséquence naturelle » – et au bonheur – dont il est une cause possible – il participe ainsi activement à ce qui constitue les deux mythes fondateurs des sociétés modernes et légitime par là même l’ordre économique établi. Au fur et à mesure de son développement et de son imposition dans la vie quotidienne, le confort tend à devenir l’un des emblèmes de l’état avancé de développement des sociétés occidentales modernes.

  • 11 J-P. Goubert, Du luxe au confort, op. cit., p. 15.
  • 12 J. Baudrillard, op. cit., p. 29.
  • 13 Toutes les métaphores « liturgiques » du confort sont empruntées à J-P. Goubert, op. cit.
  • 14 J. Baudrillard, op. cit., p. 29.

14Si aujourd’hui, « ancien colonial ou bien touriste dans l’âme, nous le trimbalons avec nous, aussi discrètement qu’un Peau-Rouge porte sa toison de plumes »11, force est alors de reconnaître que nous devons cette « discrétion » en grande partie aux années soixante. C’est en effet à partir de cette période que le confort est délibérément montré, encouragé, valorisé et qu’il suscite un engouement certain, pour le plus grand nombre et non pour quelques seuls privilégiés. Le confort, c’est le progrès ! C’est aussi la garantie d’une vie meilleure et facilitée par des machines qui deviennent nos servantes quotidiennes. C’est le gain de temps qui permet le loisir et le moindre effort qui libère le corps de certaines contraintes. C’est enfin le signe majeur témoignant des bienfaits qu’apporte le progrès technique et que permet la société d’abondance, avec toutes les conséquences que cela suppose. Comme le rappelle J. Baudrillard, « la masse des consommateurs ne vit-elle pas la profusion comme un effet de nature, environnée qu’elle est par les phantasmes de pays de Cocagne et persuadée par la liturgie publicitaire que tout lui sera donnée d’avance, et qu’elle a sur la profusion un droit légitime et inaliénable ?12 » Si l’on peut penser le confort comme un « culte des temps modernes » – certains diront peut-être un « veau d’or » – c’est, pour nous, pendant les années soixante que ce culte prend véritablement son essor avec le développement de ses « temples hypermarchés », de ses « prêtres ingénieurs » et de ses « fidèles consommateurs ». La « grand messe du confort », pour reprendre l’expression de J-P. Goubert13, peut alors commencer et, comme le rappelle J. Baudrillard, « même si l’abondance se fait quotidienne et banale, elle reste vécue comme miracle quotidien, dans la mesure où elle apparaît non comme produite (...) mais comme dispensée par une instance mythologique bénéfique dont nous sommes les héritiers légitimes : la Technique, le Progrès, la Croissance, etc.14. »

15Avec les années soixante commence effectivement la célébration de ce culte par la consommation à outrance de la nouveauté dont on sait le caractère hautement symbolique. Le confort fait partie de ces signes distinctifs qui symbolisent la promotion sociale, le standing. Si une telle symbolique n’est pas en soi nouvelle-il suffit de se rapporter au confort d’apparat du XIXe siècle pour s’en convaincre-sa « consistance sociale », elle, a changé dans la mesure où cette dimension symbolique du confort prend place dans un « univers des possibles » élargi, grâce à la consommation de masse. Tout le monde peut « consommer du confort » même si tout le monde ne consomme bien évidemment pas le même confort. L’adhésion à la modernité est ainsi très forte, même s’il va de soi que les inégalités sociales en matière de confort perdurent. Mais elles semblent être relativement occultées par les conditions nouvelles de production et de consommation qui étendent la palette des « biens de confort », soit en diffusant de nouveaux produits, soit en créant des gammes différenciées sur un même produit. « A chacun selon son confort ! ». Qu’importent finalement les goûts et les couleurs puisque précisément tous les goûts et toutes les couleurs peuvent être satisfaits. La jouissance du confort est ainsi promise à tous, le confort devenant ainsi ce que l’on pourrait appeler une « valeur méta-sociale », un tout que l’on célèbre selon des formes différenciées.

  • 15 J. Fourastié, Les Trente Gloneuses, op. cit.
  • 16 H. Marcuse, L’Homme unidimensionnel, Minuit, 1968.

16Peut-on d’ailleurs penser autrement le confort dans les années soixante que comme un symbole de la modernité ? Si l’on compare en effet, comme l’a fait J. Fourastié15, l’état de la France de 1946 à celui de celle de 1975, on peut avoir l’impression, s’agissant de chiffres, qu’il ne s’agit pas du même pays tant les différences sont remarquables. Le surpeuplement, le manque d’hygiène, les sols en terre battue, l’eau à la fontaine semblent relégués à un passé lointain même si infiniment proche en réalité ou renvoyés, avec ironie, à un mode de vie rural « qui n’a pas changé depuis la nuit des temps ». Le confort a valeur de distinction et ce de manière multiple : entre la société de 1946 et celle de 1975, entre le monde rural et le monde urbain, entre les pays « civilisés » et ceux sous-développés. Les « phantasmes du pays de Cocagne » ne sont ainsi pas seulement le fait des résidents de ce pays mais aussi celui de ceux qui, venant d’ailleurs, rêvent d’une « terre promise » où tout est facile grâce au progrès. La seule lumière électrique retrouve ainsi pour certains « voyageurs » la dimension magique qui était la sienne avant que, pour nous, elle se banalise. Le confort porte en soi cette symbolique d’une vie meilleure, d’un bonheur possible, accessible, programmable, même si certains, comme H. Marcuse16, ne voient là que forme nouvelle de contrôle et d’aliénation. Il n’est pas nécessaire pour l’instant de revenir sur ces critiques de la société capitaliste sinon pour constater que leur seule existence est en soi, a contrario, un signe qui témoigne pour cette place symbolique importante qu’occupe le confort dans les années soixante.

Notes

1 Grand Larousse encyclopédique, Paris, Larousse, 1961.

2 J. Fourastié, Histoire du confort, PUF, coll. Que sais-je ?, p. 7.

3 P. Belleville, « Pour une nouvelle économie domestique », in Culture technique, op. cit., p. 11.

4 Après le crédit à l’équipement, créé par la loi de janvier 1951, permettant aux entreprises de se rénover, se met en place, pour les particuliers, le crédit à la consommation qui permet ainsi aux Français d’acheter les biens nouveaux produits par l’industrie. On connaît aujourd’hui, tant aux USA qu’en Europe, les limites et les dangers que suppose une telle pratique.

5 J. Fourastié, Histoire du confort, op. cit., p. 11.

6 P. Bourdieu, La Distinction, Minuit, 1979. Voir en particulier le chapitre 7, « Le choix du nécessaire ».

7 G.W.F. Hegel, La Société civile bourgeoise, Maspero, 1975, p. 71.

8 V. Scardigli, La Consommation, culture du quotidien, PUF, 1983, p. 6l.

9 Ibid., p. 62.

10 Ibid., p. 51.

11 J-P. Goubert, Du luxe au confort, op. cit., p. 15.

12 J. Baudrillard, op. cit., p. 29.

13 Toutes les métaphores « liturgiques » du confort sont empruntées à J-P. Goubert, op. cit.

14 J. Baudrillard, op. cit., p. 29.

15 J. Fourastié, Les Trente Gloneuses, op. cit.

16 H. Marcuse, L’Homme unidimensionnel, Minuit, 1968.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search