Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin matin. Séance dirigée par Jean Sgard

Analyse comparative de l’année 1768 du Journal Encyclopédique, de l’Année Littéraire & du Mercure de France

Thomas Gretscher

Texte intégral

1Une des raisons pour lesquelles j’ai analysé et comparé les trois journaux que je viens de nommer et particulièrement l’année 1768 est donnée par l’instrument de travail lui-même qui sert de base à cette comparaison. Il s’agit des « Travaux du Centre d’Études du XVIIème et du XVIIIème siècle, à travers la presse traitée par l’ordinateur, listings présentés par P. Jansen ». Cet inventaire ne traite que l’année 1768 et limite ainsi toute analyse de ce genre à une année.

2Les listings doivent être réunis en un relevé signalétique qui permet l’identification :

  1. du nom du périodique

  2. du titre de chaque article

  3. de son auteur

  4. de la date de sa production

  5. de la page à laquelle l’article commence et sa longueur

  6. du genre de l’article (OCERN)

  7. du titre des livres traités

  8. de l’auteur de tout livre traité

  • 1 Voici la citation complète des Listings :
  • 2 Un deuxième exemple se trouve sous la citation suivante :

3Dans mon travail, je me suis limité à une partie des listings, aux « thèmes principaux » et aux « thèmes secondaires » dans lesquels tous les articles sont classés sous un mot-clé qui indique le sujet principal et les sujets secondaires. Les indications dans cette partie permettent entre autres de révéler d’une façon rapide et relativement sûre un grand nombre d’articles parallèles ou semblables dans les différents journaux. Il faut dire « relativement sûre » parce que la valeur objective que l’on pourrait attendre de cette base de comparaison a pu être modifiée par une interprétation lors du dépouillement. L’exemple suivant montre l’importance du rôle que le jugement subjectif peut jouer. Pour le Journal Encyclopédique (JE) du 1/12 à la page 165, les listings indiquent une nouvelle de trois pages concernant une édition1. L’article en question décrit cependant les activités du Roi de Danemark lors de sa visite en France. Ensuite une nouvelle de Londres nous informe de la nomination du duc de Beaufort comme Écuyer de la Reine. Puis un petit reportage relate la politique financière de la marine britannique. Les deux pages suivantes, qui selon la citation devraient toujours traiter d’une édition, ne parlent que d’événements politiques et sociaux. Aucune trace d’une édition quelconque à l’endroit indiqué. Ici se pose la question de savoir pour quelles raisons les auteurs des Listings ont choisi le mot-clé « édition » pour caractériser cet article2.

4(Vu le grand nombre d’informations - il y a plus de 450 mots-clés et plusieurs milliers d’articles - on se heurte au problème de savoir comment la quantité des informations peut être transformée en questions thématiques et qualitativement intéressantes. Il y a certainement plusieurs solutions méthodiques et chacune d’entre elles dépend plus ou moins du sujet.

  • 3 Je me réfère ici aux « thèmes principaux ». En outre, la signification de certains mots-clés n’est (...)

5Mon travail m’a obligé de procéder par élimination. Un premier choix sélectif parmi les 450 mots-clés s’imposait pour satisfaire aux exigences de la précision thématique. Le sujet thématique devait d’abord saisir quelques catégories du genre du périodique public et imprimé et dans une deuxième partie analyser les préférences intellectuel les, politiques et sociales des journaux. Ensuite un deuxième choix était nécessaire pour éliminer tous les mots-clés disposant d’un nombre d’articles insuffisant. Il fallait par exemple éliminer le mot-clé « bibliothèque » qui ne donne aucun article dans l’Année Littéraire (AL) et le JE et seulement un dans le Mercure (M)3.

  • 4 Afin d’apprendre quelque chose sur la censure on peut comparer exclusivement tous les articles qui (...)

6Un autre problème naît lors du choix des principes de la comparabilité de deux articles. Peut-on comparer deux articles traitant du même sujet, même s’ils ne se trouvent pas sous un seul mot-clé ? Ou doit-on considérer la signification d’un mot-clé comme champ de référence unique et obligatoire pour toute comparaison ?4

  • 5 Il s’agit d’un travail comparable à la maîtrise. Il fait partie de l’examen d’État et a été terminé (...)

7Dans mon travail5 j’ai opté pour le compromis suivant : d’abord je n’ai comparé que les articles réunis sous un mot-clé précis. Lorsque le nombre de ces articles était insuffisant j’ai également pris en considération les articles parallèles réunis sous un autre mot-clé.

8En tenant compte de ce procédé méthodique j’ai choisi les 11 mots-clés suivants :

censure- critique - édition - éducation - encyclopédie - lettre publique - périodique - philosophie - publicité - théâtre - XVIIIème siècle.

9Dans quelle intention thématique ai-je choisi ces mots-clés ? D’abord je pensais répondre à des questions qui concernent la diffusion et la vente en cherchant sous le mot-clé périodique. Les mots-clés lettre publique et édition devaient nous donner des informations sur les auteurs, leurs collaborateurs et leurs sources d’information. La communication entre les journaux et les lecteurs aussi bien que quelques résultats statistiques sont aussi le sujet des deux mots-clés précédents, de même que le mot-clé publicité. Ensuite les mots-clés critique et théâtre pouvaient peut-être montrer l’attitude des journaux envers la critique littéraire elle même et les idées concernant les institutions et traditions proches de la littérature. Pour les mots-clés éducation et XVIIIème siècle j’espérais trouver quelques vues sur la société et particulièrement sur la jeunesse. Et pour approcher les pensées politiques des responsables journalistes, leurs préférences intellectuelles et philosophiques, j’ai cherché sous les mots-clés encyclopédie et philosophie. Le mot-clé censure aurait pu donner quelques informations détaillées sur l’institution importante que représentait la censure au XVIIIème siècle.

10L’analyse suivante se bornera aux réflexions les plus importantes et ne soulignera que les différences extrêmes entre les journaux.

11En ce qui concerne la présentation, la structuration et la périodicité, les divergences les plus grandes existent entre VAL et le M. VAL se compose de 8 tomes de 5 cahiers chacun. Chaque cahier consiste en 3 lettres. Toute l’année 1768 comprend 40 cahiers. Le terme « lettre » pour la plus petite unité fait allusion au type du genre dont VAL se sent proche. Effectivement les feuilles de Fréron ressemblent à un recueil de lettres. On ne trouve point de rubriques et les divers articles sont à peine séparés les uns des autres. Sur le plan stylistique, Fréron accentue le caractère intime de son périodique. Il parle à la première personne et s’adresse souvent au lecteur : « je vous rappellerai encore... » (AL 7/2, page 244). Les formules de politesse à la fin de chaque lettre soulignent le ton personnel.

12Le M par contre ne paraît que toutes les trois semaines. 216 pages se répartissent sous six rubriques :

  1. pièces fugitives

  2. nouvelles littéraires

  3. sciences et belles lettres

  4. beaux arts

  5. spectacles

  6. nouvelles politiques

13La partie purement littéraire, les notes critiques et recensions, qui dans l’AL et le JE représentent entre 50 % et 70 % de l’ensemble, sont résumées sous la rubrique « spectacle » et ne font que 15 à 20 %. Cela peut être interprété comme indice d’une moindre spécialisation du M en ce qui concerne la littérature.

14Stylistiquement le M présente une forme plus neutre et moins personnelle que l’AL. Les formules de politesse sont inexistantes, le lecteur est interpellé par « le lecteur » et non par « vous ». Les journalistes du M parlent d’eux-même en utilisant le « on » et ils appellent leur journal « le Mercure ». Fréron parle de « nos feuilles ».

15Un autre signe caractéristique, pour un journal public et officiel, qui manque à l’AL bien qu’elle soit un tel journal, est l’approbation et la mention légale de l’éditeur et de l’imprimeur.

16Le M et le JE y donnent des renseignements concernant l’adresse de l’éditeur, les prix et les conditions d’envoi ou de transport.

17En raison de ses éditions relativement fréquentes (elle paraissait tous les 10 jours), l’AL était le journal le plus actuel. Et cette périodicité est peut-être la cause de l’exactitude de la datation dans l’AL. Il faut se méfier de la datation des deux autres journaux. Si on admet que, pour avoir un sens, l’approbation devait être donnée avant la diffusion on peut déterminer le premier jour de la publication, qui d’ailleurs coincide rarement avec la date indiquée par le journal. Par exemple l’édition du M du 15/1 n’a pu être publiée qu’après le 23/1 date de l’approbation. Pour la première moitié de l’année 1768, c’est-à-dire sous la direction de La Place, la datation est très incorrecte tandis qu’à partir du mois de juillet Lacombe travaille plus consciencieusement. Pour le JE des faiblesses semblables sont à noter. Dans l’édition du 15/11. on trouve une nouvelle datée du 23/11. Ou bien l’événement en question ne s’est pas passé le 23/11. mais une semaine auparavant, ou bien ce numéro n’a été publiée que le 23/11.

18En ce qui concerne la diffusion il faut prendre en considération, outre les informations explicites dans les mentions légales de l’éditeur, (pour VAL l’avertissement de l’année 1755) les lettres publiques. Le plus souvent ces lettres portent des indications de provenance qui nous renseignent sur les villes où les périodiques étaient connus. On apprend que le JE était lu à Rome, Maastricht, Naples, St. Petersbourg, Londres, Bâle et Turin tandis que les lettres publiques du M proviennent principalement de la province française, ce qui laisse paraître le M comme un journal plutôt national.

19En lisant sous les mots-clés lettres publiques et périodiques on découvre une forme de correspondance périodique fournie par des correspondants de différentes villes d’Europe. La supposition qu’il s’agit d’un genre particulier de lettres publiques s’appuie sur trois raisons :

1. Contrairement aux autres lettres publiques ces contributions épistolaires se distinguent par le manque d’indications d’expédiant et de formules de politesse. Un style neutre caractérisé par des formules telles que « on apprend que » est substitué à l’emploi de la première personne.
2. Les informations, le plus souvent de nature sociale ou politique sont très denses et les diverses nouvelles se succèdent sans enchaînement. Evidemment la fonction de ces lettres est limitée à la diffusion précise et courte d’informations.
3. Ces lettres parviennent avec une grande régularité jusqu’à 24 fois par an de Varsovie, Vienne, Rome, Londres et Hambourg.

20Je vais maintenant résumer l’analyse des mots-clés critique, théâtre, XVIIIème siècle, éducation, encyclopédie, philosophie.

21Sur le plan de la critique du théâtre et de la littérature imprimée l’AL se tourne volontairement contre les philosophes. Souvent la critique vise Voltaire, Marmontel et La Harpe. Les réflexions théoriques de l’AL sur le théâtre sont incontestablement conservatrices, soutenant la doctrine classique : « Ce n’est que depuis quelques années qu’on viole impunément cette grande règle de l’unité de lieu, elle est très gênante sans doute, Tétait-elle donc moins pour nos maîtres qui s’y sont asservis ? » (AL 14/11, page 217). Plus généralement il faut admettre que toute tendance au changement, aux yeux de Fréron, devait être jugée comme négative. « L’esprit de changement et d’innovation est une des manies de notre siècle ». (AL 4/10, page 306).

22En ce qui concerne les deux entreprises concurrentes que sont l’Encyclopédie et le Dictionnaire de Trévoux, l’AL prend nettement parti pour les jésuites : « Le Dictionnaire de Trévoux est fort maltraité,... il est aujourd’hui sans défenseurs. Cependant c’est un des meilleurs que nous ayons dans notre langue,... un répertoire excellent... A l’égard de l’Encyclopédie on l’élève jusqu’aux nues, on loue avec emphase les principaux entrepreneurs de cette masse énorme, cela est tout simple ». (AL 10.5. page 266/67). Les exemples que je viens de citer montrent le caractère conservateur et traditionaliste de l’AL qui est en opposition avec sa conception tout à fait moderne de la pédagogie. La plupart des revendications pédagogiques comme celles par exemple des classes de 12 élèves, d’une pluralité de méthodes de travail et de la coopération des professeurs, des enfants et de leurs parents sont aujourd’hui aussi actuelles qu’il y a 200 ans.

23Le M est beaucoup moins rigide dans ses appréciations et jugements. Il cherche davantage le juste milieu et l’équilibre lorsqu’il écrit à propos du théâtre : « Trop de respect pour les anciennes productions est aussi nuisible au progrès des lettres qu’une excessive indulgence pour les nouvelles». (M juin, page 174). Cette politique de compromis s’exprime aussi dans un article sous le mot-clé critique : « Nous ne détaillons que les ouvrages qui peuvent attacher par eux-mêmes ou par ce qu’ils ont de relatif à des objets importants, ou par un mélange de beautés... nous parlons peu lorsqu’il y a peu à louer ou à profiter ». (M octobre, page 151/52). Remarquons bien cependant que le M ne critique rien, il loue plus ou moins les événements, les œuvres et les personnes selon leurs mérites. Les affaires qui mériteraient une critique ne sont pas mentionnées.

24Dans le domaine politique le M représente une opinion absolutiste, n’accorde au peuple qu’un rôle passif : « C’est aux rois, à leurs ministres, aux chefs d’État de tout réunir sous un même point de vue : le bien général dépend d’eux, ils ont les moyens et le pouvoir de le procurer». (M septembre, page 53).

25A plus d’une reprise le journal fait appel à la modération politique. « Plus on se livre aux tourbillons de la société, moins on y porte un œil observateur. Il faut être à une certaine distance des objets qu’on veut peindre, sinon on confond tout les traits ». (M mars, page 187). Cette tendance à la tempérance tout en essayant d’intégrer des systèmes divers sous sa direction était destinée à rassembler tous les gens de lettres mais elle soulève aussi la question de savoir dans quelle mesure le journal officiel avait l’intention de contrôler des activités de quelques hommes éclairés, d’autant plus que sa puissance financière était propre à attirer les écrivains indépendants mais souvent économiquement faibles.

26Plus que dans les deux autres périodiques le style descriptif du M est à remarquer. Il est dominant dans le JE aussi, mais de temps à autre ce journal emploie un langage appréciatif comme par exemple lors d’un commentaire a propos d’une décision de l’Académie Française : « Nous ne hasarderons aucun jugement sur cet ouvrage faible... Ne croirait-on pas, en voyant les ouvrages qui ont concouru au prix de l’Académie Française, que les grâces de la poésie sont totalement étrangères à la philosophie ? ». (JE 1/9 et 15/9, pages 111 et 117).

27L’alliance entre le camp des philosophes et encyclopédistes et le JE se manifeste dans la relation très amicale qui existait entre le journal et Voltaire. Le grand écrivain philosophe n’était pas seulement collaborateur du journal mais ses jugements servaient aussi de référence au JE : « Quant au jugement que nos lecteurs pourraient attendre de nous, ils aimeront mieux s’en tenir à celui de M. de Voltaire ». (JE 1/8, page 67). Il faudrait ajouter ici que 9 % environ du total des pages du JE sont consacrés à l’Encyclopédie tandis que l’AL n’y accorde que 0,4 % et le M 0,1 %.

28Sur le plan de la censure le JE nous donne plus d’informations que les deux autres périodiques. Dans un style plus descriptif que pour nul autre article, le JE décrit les mesures prises par la censure aussi bien française qu’étrangère. Il est plus facile pour l’AL de justifier les décisions de la censure. « ... on ne doit toucher à ces deux objets (la religion et le gouvernement) qu’avec beaucoup de ménagement et de sobriété. Tous deux ont attiré l’attention de plusieurs législateurs des Académies. On a interdit la liberté d’écrire sur l’un et sur l’autre... la Religion a ses vérités solidement établies, c’est un dépôt sacré qu’on altérerait en voulant y ajouter ou en retrancher. La Politique a ses formes reçues, les spéculations du philosophe les renverseraient souvent plutôt que de les rectifier. » (AL 30/3, p.341) On voit bien que selon Fréron la religion et les institutions politiques doivent être protégées.

29Très significatif pour le M, journal dirigé par un fonctionnaire d’État, est le fait que ce périodique ne parle pas du tout de la censure. Pour le M elle n’existe pas. Cela est d’une importance particulière au regard de la citation : « ... nous parlons peu lorsqu’il y a peu à louer... » (M octobre, page 151).

30Pour terminer, voici quelques résultats statistiques. La publicité doit être considérée comme un moyen important de financement des journaux. Il est difficile de dire si un article est publicitaire ou non, parce que dans les périodiques mêmes aucune indication nous prouve qu’un article quelconque peut être interprété comme publicitaire. Alors il faut se fier au classement des listings sans pourtant connaître les critères d’un tel classement.

31Avec 6 % environ d’articles de publicité pour l’ensemble des articles, le M est le journal le plus commercial. 12 % du total de ses pages sont consacrés à la publicité. Les chiffres correspondants pour le JE sont de 3 % et pour l’AL de 1,8 % et de 2,3 %. Rappelons que le M était toujours le périodique le plus florissant, tandis que l’AL était un journal aux ressources financières assez limitées.

32Les articles qui se trouvent sous le mot-clé édition nous fournissent d’autres données statistiques. L’intérêt du M pour la presse imprimée semble très vif lorsqu’on apprend que 30 % environ du total de ses pages parlent des éditions de livres. Les chiffres correspondants pour l’AL sont de 13 % et pour le JE de 0,9 %. Mais il faut préciser que les articles du M ne sont que des comptes rendus et des références bibliographiques tandis que les deux autres feuilles nous donnent fréquemment une appréciation critique.

33On peut également tirer une interprétation d’une liste des mots-clés qui pour chaque journal semblent avoir une importance particulière ou aucune importance. Ou bien on établit une liste des mots-clés qui ne sont traités que par un seul journal. De cette manière on voit les principales tendances et préférences thématiques de chaque périodique. Par exemple, tous les mots-clés qui réunissent plus de 10 articles sont les suivants :

34Pour l’AL :

histoire

France

moeurs

famille

morale

monarchie

éducation

éloge

XVIIème siècle

35Pour le JE :

cour

diplomatie

émeute

exil

Pape

parlement

prison

Autriche

canton suisse

Corse

Italie

Grande-Bretagne

Pologne

Prusse

Moyen-Orient

Russie

36Pour le M :

acteur

auteur

comédie

musique

opéra

périodique

poésie

prose

pièce fugitive

représentation

théâtre

vers

37Conformément à cette liste les intérêts principaux de chaque journal se confirment. Pour l’AL c’est surtout l’histoire de son époque et les fondements de la société, pour le JE la politique et l’étranger, et pour le M la littérature et les arts mais la politique est pour le M d’une moindre importance.

Notes

1 Voici la citation complète des Listings :

Mot-cléDatation-PaginationPériodiqueédition768 12 01 0165 003 NJournal Encyclopédique(listings, thèmes secondaires, page 195)

2 Un deuxième exemple se trouve sous la citation suivante :

théâtre768 03 15 0160 002 NJournal EncyclopédiqueSeulement à la page 161 (non 160) on lit une nouvelle de 14 lignes (non de deux pages) dans laquelle on dit qu’en Italie, lors d’une représentation de théâtre, la scène s’est accidentellement effondrée.

3 Je me réfère ici aux « thèmes principaux ». En outre, la signification de certains mots-clés n’est pas toujours claire. Communication par exemple ne signifie pas la communication verbale ou écrite mais les communications routières et fluviales.

4 Afin d’apprendre quelque chose sur la censure on peut comparer exclusivement tous les articles qui figurent sous le mot-clé censuré. Mais on peut également comparer l’article A se trouvant sous le mot-clé censure dans le journal X avec l’article A.1 dans un autre journal Y bien que A.1 se trouve sous un autre mot-clé. Cette deuxième possibilité n’est probablement pas prévue par les listings, elle est pourtant réalisable aussi quand on travaille avec les « œuvres » et les « auteurs » des listings.

5 Il s’agit d’un travail comparable à la maîtrise. Il fait partie de l’examen d’État et a été terminé en 1980.

Auteur

Université de la Sarre

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540