Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Deuxième partie. L’âge d’or du confort

Chapitre II. Vers un « minimum confortable »

Texte intégral

1La question du confort, et l’examen de son évolution durant les « trente glorieuses », ne peut être traitée indépendamment de celle du logement et du problème des mal-logés. Tout au long du XIXe siècle et au cours de la première moitié du XXe siècle, le développement industriel a provoqué, directement ou indirectement, des difficultés de plus en plus grandes quant aux conditions de vie en général, et de logement en particulier, d’une grande partie de la population. Certes, une relative prise de conscience s’est effectuée, se traduisant notamment par la constitution des HBM et le début d’une législation en matière de logement mais en aucun cas n’est réglé un problème qui est toujours « d’actualité» au lendemain du second conflit mondial, amplifié qui plus est par les conséquences de ce dernier. Le logement connaît une période de crise qui va se poursuivre jusqu’au milieu des années soixante. L’évocation de cette crise et du rôle de l’État dans sa régulation constitue le préalable nécessaire permettant de dresser un tableau général de la situation en matière de logement durant les « trente glorieuses ».

2L’amélioration, nécessaire, de la situation des mal-logés passe par l’obtention d’un logement « convenable ». Une telle acception suppose que soient définis les critères qui permettent de penser un logement comme tel. Tout un processus de normalisation du logement, préfiguré par le mouvement HBM, s’engage ainsi avec force à la faveur des conditions déterminantes que sont cette crise, le rôle de plus en plus important de l’État ou l’évolution des techniques. La réalisation d’un «minimum confortable » devient l’une des conditions nécessaires à l’amélioration des logements. Pour ce faire, ceci implique la mise en place de règlements, normes et techniques qui donnent au confort une dimension nouvelle.

3L’évolution de la réalisation de ce « minimum confortable » peut être saisie à partir de l’outil relativement sûr que constituent les recensements de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Économiques). Le confort, qui fait l’objet dès l’après-guerre d’une catégorisation, commence ainsi sa pénétration dans les foyers français, pénétration qui ne va pas sans soulever un certain nombre de réticences sociales et de difficultés techniques qui sont autant d’interférences qui perturbent quelque peu, du moins dans un premier temps, la logique quantitative de l’INSEE. Reste qu’une évolution se fait jour et permet de penser comme acquise, à la fin des « trente glorieuses », la réalisation de ce « minimum confortable ».

4Si l’amélioration générale des conditions de logement en France est incontestable au cours de cette période, il faut toutefois constater que cette amélioration n’a pas été sans conséquence sur la vie quotidienne en général et sur le confort en particulier. Sur ce dernier point, il est clair que l’établissement d’un « minimum confortable » a produit d’importantes modifications quant aux représentations du confort. Devenu objet technique, le confort a été ainsi normalisé, codifié, réglementé, institutionnalisé, acquérant ainsi un nouvel univers de référence. Reste que la norme technique peut se heurter à la norme sociale. A travers cette confrontation, c’est toute une vision du monde qui se trouve négociée.

I – l’État et la crise du logement (1945-1975)

5La question du logement en France ne se pose pas de manière uniforme : diversité des cas, diversité des besoins, diversité des moyens, diversité des politiques suivies de 1945 à 1975 enfin. Toutefois, au sein de cette diversité, s’exprime une préoccupation constante, afférente à la crise du logement que connaît la France de l’après-guerre, celle du logement social et du problème conjoint des mal-logés. Cette préoccupation constante, outre la gravité d’une situation qu’elle révèle, marque le début d’un engagement politique de l’État sur ce problème. C’est l’évolution de ce rôle de l’État, eu égard à cette question du logement social, qu’il s’agit dans ce chapitre d’interroger, en le considérant comme un signe non négligeable d’une « nouvelle donne » en matière de logement, « nouvelle donne » dans laquelle bien évidemment le confort sera partie prenante.

  • 1 R. Ballain, C. Jacquier, Politique française en faveur des mal-logés (1945-1985), Ministère de l’É (...)

6Le logement est le lieu « par excellence » du confort. Pour exister, ce confort présuppose bien évidemment que les individus soient logés et, si possible, bien logés. Or, « à la sortie de la guerre, être mal-logé est une situation largement répandue. C’est le lot commun de la moitié de la population française1. » Être « mal-logé », qu’est-ce que cela veut dire ? Etre logé dans des conditions précaires ou dans des « logements anormaux», c’est-à-dire meublés, garnis, constructions provisoires. La situation de la France jusqu’au début des années cinquante se définit avant tout par la précarité des logements. La guerre a, bien sûr, laissé des séquelles importantes, du fait des destructions massives – voire totales pour des villes comme Le Havre – qui provoquent la perte « sèche » de 500 000 logements. Mais la guerre, à elle seule, ne suffit pas à expliquer l’ampleur de la crise du logement qui sévit lors de l’après-guerre. Comme nous l’avons rappelé dans notre première partie, la situation française en matière de logement n’est pas brillante avant-guerre, malgré les trop rares tentatives effectuées pour l’améliorer. La croissance du parc de logement est restée faible dans l’entre-deux-guerres et le patrimoine existant est vieillissant. Enfin, les conditions démographiques nouvelles – accroissement de la population, passage du rural à l’urbain – ne font qu’accentuer la difficulté de cette situation. Des mesures d’urgence deviennent nécessaires et les pouvoirs publics sont obligés d’intervenir, même si le logement ne constitue pas une priorité nationale, dans la mesure où il faut tout reconstruire, c’est-à-dire aussi et prioritairement les usines qui vont permettre le redémarrage de la « machine économique ».

  • 2 Plusieurs lois importantes sont à prendre en compte : celle du 3 septembre 1947 qui réorganise les (...)
  • 3 R. Butler, P. Noisette, op. cit., p. 67.

7Ce qui définit l’immédiat après-guerre en matière de logement, c’est donc la précarité des conditions d’habitation qui touche une grande partie de la population. Outre le manque de confort, le problème important est celui, conjoint, du surpeuplement, sur lequel nous aurons à revenir. L’urgence de la situation impose une première phase de constructions « provisoires » : c’est ainsi que sont mises en place les « cités de transit ». Mais le rôle de l’État, quant à la gestion de cette crise du logement, est quelque peu paradoxal. Si une volonté interventionniste existe – et se traduit par un certain nombre de réglementations dont celle, célèbre, de 19482 – elle reste toutefois nuancée et ne permet de régler un problème qui va s’aggravant, comme l’indique par ailleurs le mécontentement général qui s’exprime de façons diverses, la figure emblématique en étant, bien sûr, l’abbé Pierre et ses communautés d’Emmaüs. En fait, comme le notent Butler et Noisette, « l’effort de la reconstruction va être plus qualitatif que quantitatif ; il ne palliera pas la crise du logement qui culminera en 1953-54. De 1946 à 1954, s’élaborent des méthodes, un style, une doctrine...une économie3. »

  • 4 L’appellation « HLM à normes réduites » désigne des logements de 3 pièces au plus, d’une surface i (...)
  • 5 Données rapportées par R. Ballain, C. Jacquier, op. cit., p. 147.

8De fait, il faut attendre le début des années cinquante pour que de véritables mesures politiques soient mises en place, pour que l’on passe, somme toute, du stade de la réflexion à celui de la réalisation. L’explosion démographique, doublée de l’explosion urbaine, oblige de plus à un effort de construction important, effort qui va être soutenu jusqu’à la fin des années soixante. Mais l’accroissement du parc de logement, s’il est réel, reste toutefois en retrait par rapport à l’évolution de la population et à ses besoins, en particulier en milieu urbain. Ce phénomène se trouve également amplifié par les conditions d’attribution des logements HLM. On constate en effet que ceux-ci, loin de s’adresser prioritairement aux couches les plus défavorisées de la population, sont en fait l’apanage des classes moyennes, voire aisées. Cadres supérieurs, professions libérales, employés sont les catégories sociales les plus représentées. Le parc ancien de logement, réglementé par la loi de 1948, devient ainsi le « refuge » des catégories modestes, notamment ouvrières, parc ancien auquel s’ajoutent des HLM « à normes réduites »4, créées en 1951, pour répondre aux besoins d’une « clientèle » jugée moins exigeante, notamment en matière de confort, puisqu’ayant vécu auparavant dans des conditions de logement dramatiques. Enfin, comme pour accentuer un peu plus cette crise du logement, constatons que les loyers HLM et autres restent élevés. Un habitat de trois pièces en HLM coûte ainsi 56 francs par mois, soit en 1954 un quart du SMIG ou 97 % du minimum vieillesse5. La situation en ce début des années cinquante est donc celle de l’existence conjointe d’un parc social (HLM) et d’un habitat d’assistance s’adressant aux plus démunis, qu’il s’agit, selon une « vieille habitude », sinon de « discipliner » – le mot est maintenant trop fort pour l’époque – du moins de socialiser.

  • 6 Les capitaux sont notamment investis dans les logements de luxe des grandes villes. Comme le rappe (...)
  • 7 R. Ballain, C. Jacquier, op. cit., p. 103.
  • 8 Voir à ce sujet les lois Debré de 1964 et 1966 puis celle de juillet 1970 sur la résorption de l’h (...)

9La situation des mal logés ne va donc évoluer que progressivement. Les constructions augmentent mais les capitaux manquent – ou s’investissent ailleurs6 – et cette évolution ne peut résoudre un phénomène dont l’ampleur va grandissant, et ce d’autant plus lorsque les améliorations existent mais profitent à certains plus qu’à d’autres. C’est avec les années soixante – période de l’apogée de la « société de consommation » – que le mouvement va s’accélérer, notamment en matière de construction, d’accession à la propriété et à l’habitat social. Si être mal logé concernait encore la plus grande partie de la population quelques années plus tôt, ce phénomène se marginalise peu à peu. Du même coup, « l’écart se creuse entre ceux qui bénéficient des fruits de la croissance et ceux qui restent en marge et qui doivent trouver dans l’infralogement une solution à leurs problèmes d’habitat7. » Le bidonville jouxte le grand ensemble en construction. C’est eu égard à cette situation qu’il faut comprendre la lutte qui s’instaure à partir des années soixante contre « les bidonvilles et l’insalubrité8. » Reste qu’à la fin de la période qui nous préoccupe, le problème n’est toujours pas réglé et quand il l’est, notamment à la faveur de la politique des grands ensembles, on peut se demander si la solution en question ne tient pas plus du « cache-misère» que d’une véritable action politique concertée. Les récents événements qui se sont déroulés dans nombre de banlieues françaises sont là pour nous rappeler certaines « fausses évidences ».

10Le début des années soixante-dix, comme en témoigne la loi de juillet 70 relative à la résorption de l’habitat insalubre, marque le début d’une action renforcée de l’État en matière d’insalubrité des logements. La construction des « cités de transit » est relancée et l’action sociale en faveur de l’habitat se précise, notamment par le fait que s’organise un partenariat entre l’État et des associations comme la Sonacotra. De plus, une finalité d’insertion, et non plus seulement de gestion, est donnée à cette action. Mais, là encore, les objectifs réalisés restent en deçà de ceux fixés. Si l’idée d’une « crise du logement » semble disparaître peu à peu, il n’en reste pas moins qu’un certain nombre de problèmes sont toujours posés avec autant d’acuité, même s’ils ne concernent que des populations réduites.

  • 9 J-C. Chamboredon, « La construction sociale des populations », in Histoire de la France urbaine, o (...)

11Quel panorama global peut-on tirer de cette évocation ? Si l’on compare la situation en matière de logement en 1975 à celle de 1946, l’amélioration est incontestable si l’on considère d’une part la construction et l’augmentation du parc de logement, d’autre part les conditions générales de vie à l’intérieur de ces logements et enfin la réduction sensible du nombre des mal-logés. Ainsi, si être mal-logé était en quelque sorte la « norme » en 1946 et dans les années qui suivirent, force est de reconnaître qu’en 1975 c’est devenu synonyme d’exclusion. La période des « trente glorieuses » est donc celle qui impose un changement dans les mentalités, dans les représentations et revendications en matière de logement et de confort. Le rôle des classes moyennes est, en ce sens, fondamental. Plus généralement, un « minimum confortable » semble devoir s’étendre et devenir une véritable préoccupation – un enjeu ? – même si la situation s’est en fait radicalisée dans la mesure où l’amélioration générale des conditions de logement ne fait que rendre, par comparaison, plus problématiques les situations précaires et d’exclusion dans lesquelles vit une partie de la population, même si celle-ci tend effectivement à se réduire, statistiquement parlant, ce qui a finalement comme conséquence de la rendre un peu plus marginale, ceci ne faisant qu’accentuer la gravité du problème posé et la difficulté de sa résolution. De plus, il convient d’ajouter à ce fait le problème de l’installation dans un logement nouveau qui est, comme l’a souligné J-C. Chamboredon, « une sorte d’épreuve de l’aptitude ou de l’incapacité à accéder à un autre mode de vie : les classes moyennes peuvent réaliser leurs aspirations, développer un art de vivre ajusté aux exigences objectives de l’appartement ; de leur côté, parce qu’il est difficile de transférer ou de reconstituer aussitôt l’ensemble d’expédients et d’équilibres fragiles sur lesquels reposaient souvent leur budget, les catégories les moins favorisées peuvent se trouver dans une situation encore plus précaire, où le rapprochement et la confrontation avec d’autres nourrissent le sentiment de relégation et l’impression de n’être pas à la hauteur des exigences du logement nouveau9. » La situation d’un grand nombre est ainsi améliorée dans le même temps où celle des cas les plus difficiles le devient de plus en plus. Le bilan politique que l’on peut dresser de cette période est, quels que soient les gouvernements et la nature des politiques engagées, à la mesure de cette constatation. L’engagement important de l’État et son rôle dans le développement du logement n’est pas contestable, comme ne l’est pas non plus son incapacité chronique à s’occuper des plus démunis. Si l’on examine de près l’évolution du parc HLM – cela n’est plus vrai aujourd’hui et pour cause – on constate que celui-ci a essentiellement profité aux classes moyennes dont le rôle en matière de consommation est essentiel. Ce sont elles, conformément aux idées avancées par Tocqueville, qui ont vu principalement leurs conditions de vie s’améliorer et devenir plus « confortables » tandis que celles des ouvriers connaissaient une amélioration plus modérée et surtout différée dans le temps. Quant aux populations les plus défavorisées, notamment les populations immigrées, leur situation s’est dégradée et elles ont été progressivement exclues du système du logement en ne bénéficiant pas des politiques mises en place.

12A travers cette évocation des politiques de logement et de leurs conséquences globales, on voit donc que le bilan en est très partagé. Positif à bien des égards puisque marquant le début d’une politique volontariste en matière de logement, il est également à considérer comme une véritable prise en compte institutionnelle d’un problème laissé jusque là aux seuls intérêts privés quant à sa résolution. Pour autant, l’urgence de la situation a imposé bien des solutions dont on s’apercevra vite du caractère limité voire négatif. Si, bien sûr, tout ne pouvait être réglé de manière très rapide, on garde toutefois l’impression que certains choix possibles n’ont pas été effectués pour des raisons politico-économiques. Les « trente glorieuses » ont été ainsi tout particulièrement favorables aux classes moyennes, pour lesquelles le confort va devenir une préoccupation légitime ainsi qu’un symbole particulièrement « efficace ». Pour les moins favorisés, le confort se résume encore dans bien des cas à l’obtention d’un logement, le reste relevant encore du domaine du superflu.

II – Le confort, la technique et la norme

13Le contexte de crise que traverse le domaine du logement pendant une grande partie des « trente glorieuses » tend à imposer l’idée d’un « minimum confortable » qui, quoi qu’il en soit pour l’instant de son évolution, est à considérer comme l’un des facteurs principaux de l’amélioration des conditions d’habitation. Cette idée, dont on peut comprendre la nécessité en termes politiques, reste toutefois à préciser quant à son contenu. Quels sont les éléments qui composent ce « confort minimum », en quoi peuvent-ils être considérés comme légitimes en termes d’amélioration de la vie, quelles sont les instances qui en sont productrices ? La « technicisation » grandissante du confort est assurément à la base de ce développement d’un « confort minimum » qui établit en retour le confort comme un objet technique.

  • 10 A titre anecdotique, il est intéressant de constater que ces commutateurs de lumière seront, dans (...)
  • 11 Nombre de logements portent encore aujourd’hui les traces de cette intrusion technique. C’est part (...)

14C’est avec la deuxième moitié du XIXe siècle qu’a progressivement pris effet une certaine technicisation du confort. L’invention des principaux appareils électro-ménagers date en effet de cette époque, qui marque également le début de la constitution de toute une infrastructure technique permettant d’acheminer eau, gaz ou électricité. C’est toutefois avec les « trente glorieuses » que l’on passe de cette phase préliminaire à celle de son véritable essor. Ce que nous appelons « technicisation du confort » peut être compris, de manière simple, à travers un exemple. Pour permettre ce geste simple – et aujourd’hui banal – qu’est la pression du doigt sur un commutateur de lumière10, cela nécessite la mise en place de tout un système technique complexe que l’on peut diviser en plusieurs phases : celle de la mise au point – de l’invention – d’une technique, en l’occurrence ici l’électricité, et de sa maîtrise, celle de son développement en vue d’une utilisation massive qui suppose bien évidemment d’avoir les moyens de produire en grande quantité, celle de la constitution de réseaux permettant l’acheminement de la matière première, celle du raccordement du domicile à ce réseau et enfin celle de l’invention d’objets techniques divers qui soit permettent l’utilisation de cette énergie – prises de courant, fils électriques, etc. – soit utilisent cette énergie, c’est-à-dire ampoules électriques, électro-ménager etc. Une chaîne technique peut ainsi être constituée, liant symboliquement une simple pression du doigt à une centrale électrique. L’obtention du confort électrique à la seule force de l’index dépend ainsi de l’existence de toute cette chaîne technique. On se doute que cette mise en place technique a demandé de nombreux efforts, notamment lorsqu’elle s’applique à des logements anciens pour lesquels le raccordement n’avait pas été prévu au départ11. La vague importante de constructions qui s’est déroulée lors des « trente glorieuses » a imposé toute une réglementation, afin que ces installations techniques puissent se faire rapidement et dans les meilleures conditions.

  • 12 J. Brun, M. Roncayolo, « Production de la ville et du bâti » in Histoire de la France urbaine, sou (...)
  • 13 Le Centre scientifique des techniques du bâtiment reste encore à l’heure actuelle l’un des princip (...)
  • 14 J. Dreyfus, La Société du confort, quel enjeu, quelles illusions ?, L’Harmattan, 1990, p. 93.
  • 15 Le confort est à penser comme un enjeu technique en termes de normalisation dans la mesure où s’in (...)

15Durant cette période, « les modifications qui interviennent dans les normes de confort et de surface, les conditions de construction, de financement et d’attribution sont si nombreuses qu’il est difficile de distinguer l’essentiel12. » Cette difficulté est d’autant plus grande, s’agissant du confort, dans la mesure où l’idée de confort n’est pas indépendante, quant à la perception que l’on peut en avoir, de la surface habitable – superficie et hauteur de plafond – ou des matériaux de construction utilisés, si l’on s’en réfère au problème de l’isolation tant phonique que thermique. Les normes de confort nous renvoient donc ici à un minimum qui concerne avant tout les installations sanitaires. Un décalage ainsi s’opère d’emblée entre ce qui est de l’ordre de la technique et ce qui est de l’ordre des représentations sociales, dans la mesure où l’on est en droit de penser que celles-ci « débordent » le seul cadre technique de référence. Un tel choix en matière de normalisation possède bien évidemment sa logique : le lien, historique, entre confort et hygiène explique en partie cette considération normative du confort s’établissant prioritairement sur le domaine sanitaire. A ce titre aussi, la période des « trente glorieuses » est synonyme de rupture dans la mesure où l’on peut constater l’amorce d’un changement concernant les acteurs de cette normalisation, changement hautement symbolique et significatif. La normalisation du confort a en effet commencé avec le début du siècle et l’établissement de règles de construction en matière d’habitation. Les normes de confort de l’époque s’expriment dans une perspective hygiéniste qui impose par exemple des règles d’aération des pièces permettant l’élimination des miasmes. Avec la mise en place d’un « règlement de la construction »,par le décret du 22 octobre 1955 relatif aux règles générales de construction des bâtiments d’habitation, s’établit, sinon une passation de pouvoir en termes de normalisation, du moins un partage des rôles puisque cette prise en charge devient interministérielle ; au ministère de la Santé s’adjoint celui de la Construction et l’un de ses organismes de tutelle, le CSTB13, pour établir cette normalisation. A la seule préoccupation hygiéniste s’ajoute celle de la technique, ce qui légitime ainsi le rôle de l’ingénieur, et son intervention, dans la production de notre confort. Comme l’a bien remarqué J. Dreyfus, « la mutation n’a d’ailleurs pas été sans heurts. Des conflits sont apparus notamment à propos de l’obligation ou non, dans les immeubles avec chauffage central, de conduits de fumée de secours et de l’aération des pièces d’habitation et de leur volume : d’un côté une attitude fondée sur des « préjugés » d’hygiénistes quant à la nocivité du gaz carbonique à des teneurs relativement faibles ; de l’autre une attitude « progressive » d’ingénieurs croyant aux bienfaits de ce qui allait devenir la ventilation mécanique contrôlée14. » Une lutte s’instaure dont l’objet est la production de cette normalisation, ce qui permet, au-delà, de penser le confort comme un véritable enjeu technique15.

  • 16 F. Ewald, op. cit., p. 592.
  • 17 Disant cela, il ne s’agit pas de dénigrer ces normes techniques et de dire que leur enjeu n’est pa (...)

16« Normaliser consiste à déterminer une référence ou un modèle pour un objet ou une activité. L’opération a deux caractéristiques remarquables. Le choix de la norme, d’abord, procède d’une décision nécessairement arbitraire par rapport à ce qui fait l’objet de la normalisation. S’il est besoin d’une norme, en effet, c’est qu’il n’existe pas de référence naturelle pour cet objet. La décision normative s’adresse, ensuite, à une collectivité d’activités solidaires et concurrentes. La norme leur fixera l’objectivité qui leur permettra de s’articuler les unes sur les autres (...) Normaliser n’est pas tant imposer une règle à une activité que l’exercice d’un certain type de rapport savoir-pouvoir destiné à produire de l’objectivité sociale en l’absence d’une référence possible à la nature16. » Dans le cas du confort, on ne peut que souscrire à cette définition de F. Ewald dans la mesure où c’est bien de la production d’une objectivité sociale qu’il s’agit avant tout avec cette progressive normalisation. Le confort sert ainsi de « valeur-étalon », devient un enjeu qui dépasse le seul objectif de normalisation en s’inscrivant dans le cadre général de l’imposition d’une vision technique du monde qui s’auto-légitime par la norme. Le confort est ainsi peut-être plus à comprendre comme l’enjeu de la normalisation que comme son objet. Ainsi en est-il par exemple de la fameuse température de confort établie à 19° en France et légitimée par une foule d’indices et de calculs thermiques basés sur des mesures, par ailleurs incontestables puisque définies et prenant sens dans le champ technique, alors que le véritable objet de la norme est essentiellement l’économie d’énergie, c’est-à-dire, somme toute, l’adéquation de l’usage à la norme technique. En ce sens, il s’agit plus de normaliser certaines pratiques sociales – par exemple celle qui consiste à ouvrir une fenêtre quand le chauffage est allumé – afin de réaliser des économies d’énergie que de créer véritablement des ambiances confortables17. Il existe de fait peu de normes de confort à proprement parler, c’est-à-dire ayant comme objet le confort, tant cette notion est considérée comme subjective et difficile à mesurer. C’est pourtant par cette idée de confort, même définie comme un minimum, que l’on fait ressortir la maîtrise de la technique et l’avancée vers le progrès. A travers cette procédure de normalisation, la technique affirme son rôle prépondérant, à la fois comme instance productrice de normes techniques, pour lesquelles le confort est un objet, et comme productrice de normes sociales, par lesquelles le confort est un enjeu.

III – L’insee ou une certaine catégorisation du confort

  • 18 Notre volonté d’interroger le discours statistique de l’INSEE tient à plusieurs raisons d’ordre mé (...)

17Ce confort minimum techniquement défini et normalisé, reste encore à prendre la mesure de son évolution au cours de la période considérée. Pour ce faire, nous avons choisi de proposer une lecture des statistiques de l’INSEE établies à partir des différents recensements effectués entre 1946 et 1975. Ce choix, outre des raisons d’ordre méthodologique18, a été commandé par le fait que les « éléments de confort » considérés comme tels par l’INSEE correspondent pratiquement à ceux définis et normalisés par ailleurs dans le champ technique. A partir de cette lecture des statistiques de l’INSEE peuvent être saisis à la fois l’évolution de l’imposition de ce confort minimum et le rôle d’un organisme institutionnel dans cette évolution. C’est là le double enjeu de cette évocation de l’évolution statistique des « éléments de confort ».

  • 19 Précisons ici que l’INSEE a été créé en 1946. En fait, plus qu’une création véritable, il s’agit s (...)

18C’est symptomatiquement en 1946 que l’INSEE intègre pour la première fois dans un recensement la prise en compte des « éléments de confort19. » Tout autant que la catégorisation elle-même, sont intéressantes les remarques qui l’accompagnent et permettent d’apprécier les difficultés, voire les incohérences, qui résultent de cette première tentative d’appréhension statistique du confort. En 1946, dans la rubrique « ménages et logements », un chapitre entier – soit 16 pages – est consacré au confort. La composition et l’équipement du logement sont pris en compte pour la première fois. Cette première catégorisation est établie selon des critères d’existence de lieux ou de techniques. Concernant les premiers, ce sont la cuisine, les cabinets d’aisances et le cabinet de toilette. Concernant les secondes, il s’agit de l’électricité et du gaz, de l’alimentation en eau et du tout-à-l’égout. Enfin, l’appellation « tout confort » caractérise les logements qui possèdent à la fois l’électricité, le gaz, l’eau courante dans le logement, des cabinets d’aisances réservés au ménage et un cabinet de toilette avec douche installée ou salle de bain.

19Il pourrait paraître, de nos jours, étonnant de voir figurer la cuisine parmi les « éléments de confort ». Le recensement de 1946 n’intègre pas sans raisons cet élément. Nous avons eu l’occasion de montrer, au cours de la première partie, que la cuisine n’avait pas ou peu fait l’objet d’un traitement particulier, notamment de la part des architectes, avant que les hygiénistes et les tenants de la science ménagère s’en emparent. La surpopulation en matière de logement rend, notamment après-guerre, encore moins évidente la possession d’une pièce à usage spécifique. La cuisine est dès lors un facteur déterminant, même s’il est compliqué en réalité par les usages qui en sont faits. Ainsi, le caractère exclusif de la cuisine, cher à P. Bernége, est loin de constituer une « réalité première ». Dans la plupart des cas, et notamment dans le monde rural, la cuisine est un lieu « multi-usages ». On y mange, bien sûr, mais on y dort et on y reçoit. La cuisine est bien souvent la principale pièce d’habitation, ce qui contredit la volonté de l’INSEE de séparer la cuisine des pièces d’habitation. La cuisine ne peut être un discriminant pertinent, et en cela peut-être effectivement un élément de confort distinctif, que si elle constitue une valeur ajoutée au logement. C’est ainsi qu’aujourd’hui elle ne compte pas pour une pièce dans le décompte habituel. En 1946, la cuisine est un lieu de vie au sens plein du terme. La solution consiste dès lors pour l’INSEE à dissocier la « petite cuisine » – où l’on ne prend pas ses repas – de la « cuisine familiale ». Il va sans dire que les réponses fournies sont logiquement faussées par le fait de l’incompréhension totale d’un grand nombre de recensés. Ainsi certains notent qu’ils n’ont pas de cuisine mais une pièce d’habitation principale. Au delà du chiffrage statistique et de sa valeur apparaît ici une tentative de spécification de l’espace par un organisme institutionnel, tentative à laquelle s’opposent des « normes sociales » fondées sur une logique spatiale différente, en terme d’occupation et d’utilisation des pièces. C’est en fait le nombre de pièces par habitant qui reste le critère déterminant.

20La possession des cabinets d’aisances s’avère tout aussi intéressante pour comprendre les difficultés rencontrées par ces premières enquêtes sur le confort. La question posée est simple : existence ou non de ces installations sanitaires d’une part et cabinets d’aisances réservés au ménage ou commun d’autre part, le confort maximum étant ainsi défini par la possession exclusive de ces cabinets d’aisances à l’intérieur du domicile, intimité oblige ! Mais les choses se compliquent techniquement si l’on pose le problème de l’évacuation. Trois configurations techniques sont ainsi proposées : « tout-à-l’égout », « fosse septique », « fosse étanche » auxquelles s’ajoute une catégorie « autres ». Or, il est intéressant de constater que, concernant les campagnes, une réponse « oui » à la possession de ces lieux doublée de celle « autres » concernant le mode d’évacuation est considérée par l’INSEE comme négative. Autrement dit, il n’y a pas de cabinets d’aisances statistiquement reconnus si ceux-ci ne sont pas couplés avec un mode d’évacuation techniquement éprouvé et se conformant à un usage spécifique. Or, dans bien des cas, l’idée d’évacuation, et donc de « perte des déchets », va contre un usage qui suppose son utilisation comme engrais. L’enjeu n’est donc pas seulement la possession de lieux d’aisance mais aussi, à travers elle, une certaine normalisation des pratiques.

  • 20 Recensement général de 1946, rubrique « Ménages et logements-, chapitre « Le confort-, p. XXXII.

21Concernant les autres installations sanitaires, les questions posées sont simples : outre leur présence, il existe des distinctions entre «cabinet de toilette sans douche installée », « avec douche installée » et « salle de bain avec baignoire installée », distinctions fondées là encore sur un rapport à l’espace. Les réponses fournies par les enquêtés montrent une diversité des usages ainsi qu’une certaine incompréhension – la distinction entre le cabinet et la salle de bain par exemple – qui ne correspondent pas à la catégorisation établie. Ainsi trouve-t-on, dans une note de commentaire, cette phrase explicative et lumineuse : « Sur quelques feuilles était signalée une salle de bain, alors que par ailleurs le logement n’avait pas l’eau courante ; après enquête, il s’est avéré que, dans certaines communes rurales, ces indications, en apparence contradictoires, correspondaient bien à la réalité20. » On voit ainsi comment d'une part la technique est pensée comme une totalité – pas d’eau courante équivaut à pas de salle de bain alors même que les baignoires existaient avant l’eau courante à domicile – et d’autre part l’usage de certains équipements peut être en complet décalage avec celui qui lui était assigné au départ. Un problème d’emblée se pose aux tenants d’une logique quantitative qui s’exprime notamment en termes de possession. Or, comme nous avons pu avoir l’occasion de le souligner, la possession à elle seule, qui plus est s’agissant d’exprimer un niveau de confort, n’est pas suffisante en termes explicatifs et se heurte bien souvent à l’usage qui devient en quelque sorte une « interférence » ne permettant pas de saisir complètement la « réalité » du phénomène en question.

22Les questions portant sur ce que l’on pourrait appeler l’infrastructure technique du confort sont simples dans leur formulation : l’électricité et le gaz n’amènent comme réponses possibles que « oui » ou « non ». Cette simplification, qui ne va pas cependant sans quelques non-réponses, permet d’avancer enfin une « réalité chiffrée », même si elle demeure approximative. On constate ainsi que l’électrification a atteint dès 1946 un stade de développement avancé puisque plus de 94 % des logements en sont pourvus dans les communes de plus de 50 000 habitants, ce chiffre se réduisant pour les communes urbaines plus petites pour atteindre 82,5 % pour celles rurales, pourcentage déjà conséquent. Le gaz est, quant à lui, un phénomène purement urbain puisque 77,6 % des communes de plus de 50 000 habitants en sont équipées tandis que ce pourcentage n’est que 2,6 % pour les communes rurales. Le gaz de ville porte ainsi bien son nom, même si le gaz en bouteilles est loin d’être insignifiant.

  • 21 Ibid., p. XXVII

23L’alimentation en eau est un poste particulièrement intéressant à observer puisque, au delà des chiffres, la seule formulation des questions constitue une source d’informations permettant de se faire une idée de la situation française en 1946. Ce poste est techniquement divisé en plusieurs catégories : alimentation « dans le logement », « à l’étage », « dans la maison ». Là encore émerge une échelle de confort que renforcent les autres catégories de ce poste que sont « le puits particulier », « la citerne », « la pompe ou la fontaine » et « la source ». La distinction, subtile, entre eau courante dans le logement et dans la maison n’a souvent pas été comprise. Il est précisé en note que « l’ordre de présentation logement/étage/maison correspond à un ordre de confort décroissant21. » Cet ordre est, semble-t-il, mal perçu ou mal compris. Cette échelle de confort, dont on saisit bien la logique, n’a donc, dans le contexte de 1946, qu’une pertinence relative, et pour tout dire opératoire, puisqu’elle n’est pas, dans les faits, socialement reconnue. En cas de réponses multiples, il est intéressant de constater que la réponse retenue est celle qui correspond au « confort maximum », autrement dit à celui qui dépend de l’infrastructure technique la plus complète. Concernant les chiffres, un décalage important s’exprime là encore entre les types de communes et le mode d’alimentation. L’eau courante avec robinet, dans le logement ou dans la maison, est avant tout un phénomène urbain tandis que les puits et fontaines sont l’apanage des communes rurales et des petites unités urbaines. Toutefois, l’alimentation en eau dans le logement, s’agissant des grandes villes, ne concerne que 69,3 % des logements.

  • 22 Ibid., p. XXXIX

24Le dernier poste de cette rubrique « confort » est celui du « tout-à-l’égout », qui complète celui des « cabinets d’aisances ». Là encore, les réponses techniquement définies sont mal comprises : ainsi beaucoup de gens ne savent pas ce qu’est une fosse septique et les installations sanitaires rurales souvent rudimentaires font que « la limite entre « pas de cabinet » et « autres » est assez floue22. » Les différences exprimées entre ville et campagne sont très marquées. En fait, les statistiques ne sont véritablement pertinentes que pour les grandes villes. Le monde rural et celui des petites villes échappe ainsi à toute catégorisation. En cas de non-réponse, le choix a parfois été établi en fonction du niveau global de confort à partir duquel on a pu, dans certains cas, présupposer l’existence du « tout-à-l’égout ». Constatons, s’agissant de chiffres dont nous avons déjà dit la valeur relative, que le « tout-à-l’égout » concerne essentiellement les grandes villes (63,5 % d’équipements), les villes de 10 000 à 50 000 habitants présentant le pourcentage bien inférieur de 35,7 %, significatif de la faiblesse de l’infrastructure technique à ce niveau. Seulement 3,7 % des logements ruraux en sont équipés, 53 % étant caractérisés par un mode d’évacuation autre, le nombre de non-réponses atteignant près de 43 %, un si fort pourcentage étant sûrement explicable par la non-compréhension du sens de la question. Englober tout cela dans une rubrique « confort » tient d’une certaine prouesse.

  • 23 Ibid., p. XL

25Ces problèmes d’incompréhension et de non-réponses deviennent encore plus importants lorsqu’on envisage les statistiques concernant les logements ayant « tout le confort ». Les communes rurales sont quasiment exclues d’une telle comptabilité (0,2 %) mais ces pourcentages n’augmentent guère en milieu urbain, culminant à 10,2 % pour les grandes villes. Certes, l’effet des non-réponses et des confusions constatées précédemment tend à réduire quelque peu ces pourcentages. Mais ces chiffres soulignent aussi « l’immensité de la tâche à accomplir pour doter chacun du logement salubre et muni de tous les perfectionnements que permet la technique moderne ». Il est également précisé en note que « les éléments de confort qui ont été retenus ne constituent qu’un minimum, bien que leur généralisation apparaisse aujourd’hui comme une entreprise chimérique : à combien tomberaient ces proportions déjà faibles si l’on faisait intervenir la question de l’ascenseur, du chauffage central et du vide-ordures, sans parler des aspirateurs à poussière et des frigidaires23. » On ne saurait mieux décrire qu’en ces quelques lignes l’état du confort en 1946. A partir d’elles cependant, plusieurs remarques peuvent être faites.

26Si nous avons en effet attaché autant d’importance à décrire la catégorisation du confort telle qu’elle apparaît dans le recensement de 1946, c’est qu’elle est porteuse, du fait de sa nouveauté, de renseignements très utiles. Le premier constat que l’on peut faire, s’agissant de la rubrique en général, est bien entendu que cette prise en compte du confort par la statistique est un fait nouveau. Ceci explique en partie les réajustements et tâtonnements clairement exprimés d’ailleurs et particulièrement riches d’enseignements. Il n’est pas facile d’apprécier le niveau de confort de la population française, surtout en 1946 et même si l’on s’en tient aux éléments d’un « confort minimum ». La logique quantitative de l’INSEE se heurte ainsi à un certain nombre de problèmes liés pour partie à la nature de l’objet enquêté, à savoir le confort. L’analyse de ce recensement suscite une curieuse impression. Si l’objet de cette partie de l’enquête est bien le confort – comme son intitulé l’indique – pas une fois pourtant le mot « confort » n’est employé, d’une façon ou d’une autre dans le questionnaire. On déduit ainsi l’idée de confort plus qu’on ne la représente. De ce fait émerge une volonté normalisatrice certaine puisque le confort est défini à partir d’un certain nombre d’éléments dans lequel il n’apparaît pourtant pas. On peut d’ailleurs comprendre un tel procédé dans la mesure où il semble acquis que des questions incorporant la notion même de confort n’auraient que compliqué davantage une tâche par ailleurs difficile, dans un tel contexte. Toutefois, la façon dont est présenté le confort fait explicitement référence à l’univers technique. L’INSEE ne prend en compte que ce que les dictionnaires appellent le « confort moderne », même si une partie de ce confort a été laissée de côté puisque jugée trop discriminante. Constatons enfin que le problème du surpeuplement n’est pas évoqué de manière directe, alors même que l’on peut penser que ces effets ne sont pas sans conséquences en matière de confort, même s’agissant d’un confort techniquement défini.

27Le second constat concerne la « réalité chiffrée » du confort. Une attention particulière est portée au problème des non-réponses ou des éventuelles incompréhensions de la part des enquêtés. Elles expriment selon nous en partie une inadéquation entre la catégorisation établie et les représentations sociales d’une grande partie de la population tout autant que ce quel’on pourrait appeler une simple « incompréhension de base ». Tout se passe comme si l’INSEE avait voulu avant tout imposer un certain cadre de référence – une certaine « vision du monde » ? – ne correspondant pas véritablement aux conditions réelles de logement et aux pratiques en découlant. L’exemple de la cuisine est à ce titre frappant, tout comme celui de la salle de bain. En outre, ce phénomène est renforcé par le fait que, dans un grand nombre de cas, l’équipement technique n’est pas à la mesure des questions posées. On peut ainsi avoir l’impression que l’INSEE anticipe sur une situation à venir – même si celle-ci est jugée « chimérique » – et que la pertinence du questionnaire est plus à considérer en fonction d’une évolution future que de la « réalité présente ». L’explication qu’il nous paraît possible de donner tient au fait que précisément ce questionnaire marque avant tout le début d’un processus de quantification qui va peu à peu prendre sens au fur et à mesure de son avancement. Ce questionnaire est en quelque sorte la préfiguration d’un mouvement beaucoup plus important qui va effectivement peu à peu se mettre en place et qui correspond plus globalement à une certaine volonté politique. S’agissant de cette « réalité chiffrée » à proprement parler, il est clair, et cela ne peut être une surprise, que celle-ci offre un tableau particulièrement mitigé. Toutefois ce tableau a l’avantage de confirmer certains écarts entre ville et campagne, par exemple, ce qui à bien des égards montre que le confort techniquement défini est avant tout un phénomène urbain. Si l’électricité a « conquis » tout le pays, les autres équipements et techniques sont majoritairement l’apanage des villes et plus particulièrement encore des grandes villes. Reste que le niveau d’équipement en matière de confort est dans l’ensemble peu développé, particulièrement s’agissant des cabinets de toilette et des salles de bain. Il est clair que cette situation ne pourra aller que s’améliorant.

28Le dernier constat que l’on peut faire à partir de ce recensement de 1946 est celui de ce que l’on pourrait appeler les « concordances de discours». Certaines remarques, effectuées dans le cadre du recensement, procédent d’une logique similaire à celle qui émerge dans d’autres discours, celui des dictionnaires par exemple. Le progrès et la technique sont valorisés et délibérément associés au confort, même si les résultats obtenus dans les enquêtes relativisent quelque peu cette avancée du progrès et de la technique et la nature de leur lien avec le confort. Par les propos tenus, on a l’impression que l’INSEE est partie prenante dans l’évolution du confort. Et, dans une certaine mesure si l’on s’en réfère par exemple à l’importance du facteur confort dans l’amélioration du niveau de vie, il semble effectivement possible de penser comme tel le rôle de cet institut national. L’évolution de la prise en compte statistique du confort, telle qu’elle peut être saisie à partir des recensements suivants, permet de confirmer cette tendance et d’affirmer un peu plus l’importance de l’INSEE en matière de « normalisation du confort ».

29La catégorisation du confort de 1946 s’établit donc sur la base d’un minimum qui, malgré sa dénomination, n’est pas encore réalisé pour tous. Le recensement suivant, celui de 1954, marque toutefois une évolution sensible. Un certain nombre de réajustements ont été faits, dus aux enseignements tirés de l’expérience précédente ainsi que liés à l’évolution même de la société. Constatons tout d’abord la création des nouveaux postes que sont le chauffage central et le téléphone, la question afférente étant simplement liée à leur possession. L’évolution générale du confort en France est particulièrement sensible si l’on considère les postes « installations sanitaires » et « alimentation en eau ». Le premier a été considérablement réduit : il y a l’eau dans le logement et dans le cas contraire possibilité entre l’eau à l’étage, dans la cour ou ailleurs, les précisions de 1946 étant ainsi abandonnées. Cette évidente simplification ne signifie pas pour autant que l’eau tirée au puits ou à la fontaine ne constitue plus une « réalité » mais que celle-ci est considérée maintenant comme marginale. Même souci de simplification en ce qui concerne les installations sanitaires : l’INSEE a ainsi abandonné les termes « cabinet de toilette » et « salle de bain », qui ne correspondent pas vraiment à une réalité perceptible de la part d’une grande partie des enquêtés, et le poste se réduit à deux questions : possession d’une baignoire ou d’une douche installée ou possession d’un ou plusieurs lavabos (et non pas d’éviers) avec eau courante. Ce minimum technique ainsi exprimé permet de saisir de façon nuancée des pratiques différenciées quant à l’hygiène corporelle. Le poste « wc » – ce terme remplace maintenant celui de « cabinets d’aisances » – se résume à leur existence à l’intérieur du logement ou hors de celui-ci mais réservé au ménage et hors du logement et commun, l’INSEE utilisant là encore une échelle de confort qui distingue l’intérieur de l’extérieur réservé et l’extérieur réservé de l’extérieur commun, définissant ainsi ce que l’on pourrait appeler des degrés d’intimité. Le problème de l’usage d’une technique, que nous avons signalé précédemment, est véritablement posé pour la première fois avec le poste électricité – c’est, étant donné son développement, celui qui effectivement le permet – puisqu’à la question de l’existence de l’électricité dans le logement s’ajoute celle concernant son utilisation pour la cuisine, sans qu’il soit toutefois précisé de quelle utilisation il s’agit. Constatons enfin que la cuisine fait l’objet d’un traitement distinct de celui des « éléments de confort ». Précisons sur ce point qu’elle fait également l’objet d’une normalisation quant à sa surface – + de 7 m2, – de 7 m2 – même si ce sont les occupants qui décident de la considérer comme salle commune ou pas. Toute cette catégorisation du confort de 1954 devient véritablement telle puisque la possession de ces différents éléments est croisée avec les catégories socio-professionnelles, le sexe et l’âge, les ménages étant maintenant « considérés comme des unités économiques et sociales ».

  • 24 Recensement général de 1962.
  • 25 Ibid.
  • 26 Cette prise en considération se traduit essentiellement dans les enquêtes ménages réalisées ponctu (...)

30Le recensement de 1962 se présente en continuité de celui de 1954, avec toutefois certaines petites différences qui sont autant de « signes » à considérer. La cuisine, nous l’avons vu, ne fait plus partie des « éléments de confort » à proprement parler. Toutefois, la prise en compte de sa catégorisation statistique est particulièrement riche d’enseignements. En 1946 se posait le problème de l’usage. En 1954 une norme de surface apparaît pour les cuisines ne servant pas de salle commune, l’appréciation de l’existence d’une « grande cuisine » – l’ancienne « cuisine familiale » – étant laissée à l’enquêté. En 1962, la cuisine est considérée comme pièce principale lorsque sa superficie dépasse 12 m2. Simple changement d’intitulé, pourrait-on penser ; en fait il s’agit là, d’une part, d’une mise en conformité avec les statistiques internationales, et, d’autre part, de « remplacer une définition subjective par une définition objective qui ne dépend que des caractéristiques physiques de la cuisine et non plus de l’utilisation qui en est faite par l’occupant24. » La norme se distingue de l’usage et devient valeur objective. A partir de là, la « réalité statistique » s’autonomise complètement et laisse ainsi de côté l’usage, ce qui, s’agissant d’une notion comme celle du confort, laisse perplexe ou du moins tend à confirmer une volonté normalisatrice qui se soucie de moins en moins de l’occupant et devient de plus en plus technique. A la différence de 1946, la généralisation de certains équipements, il est vrai, le permet. C’est ainsi que le poste « électricité » disparaît des «éléments de confort » puisque la généralisation de cette technique induit sa banalisation statistique. La technicisation du confort ainsi se précise. On parle de « réseau public de distribution du gaz », une distinction est opérée entre eau chaude et eau froide – et non plus seulement entre eau courante ou pas – entre chauffage collectif et chauffage individuel, et s’agissant des « cabinets d’aisances » – l’expression revient comme elle avait disparu-, la chasse d’eau fait son « apparition », entérinant par là même la généralisation du tout-à-l’égout. Le poste « téléphone » a, quant à lui, disparu. Une note précise une fois encore « que l’on n’a retenu pour l’enquête que les éléments amenant des réponses simples, non subjectives, d'où certains critères laissés de côté comme l’éclairage ou l’insonorisation des bâtiments25. » La volonté manifeste de l’INSEE de laisser de côté les éléments subjectifs du confort n’exclut pourtant pas leur considération, dans le cadre d’enquêtes annexes26. S’agissant des tableaux statistiques, l’appellation "tout confort » reste de mise mais fait l’objet de multiples combinaisons – des « caractéristiques combinées » – qui là encore dépendent d’une échelle de confort. Il est enfin à noter que la réflexion de l’INSEE n’est plus axée uniquement sur le seul logement mais considère également l’immeuble lui-même. Toute l’infrastructure technique est ainsi prise en compte. De plus, constatons la disparition de l’appellation « éléments de confort » au niveau de l’intitulé de la rubrique au profit de celle « d’éléments d’équipements ».

31En 1968, le recensement ne présente que peu d’évolution, sinon chiffrée, dans le détail du questionnaire. Celui-ci marque toutefois le retour du poste « téléphone » et la création d’un poste concernant la possession de « voitures de tourisme » ! Les installations sanitaires se résument quant à elles à la possession « d’une baignoire ou d’une douche installée avec eau courante et évacuation des eaux usées ». L’impression qui se dégage de ce questionnaire de 1968 est que le confort n’est plus véritablement l’enjeu de l’enquête. Le confort semble « ailleurs » et l’on ne retrouve par exemple plus les « échelles de confort » qui jusque là prévalaient et permettaient d’apprécier différents niveaux de confort. Tout se passe comme si le confort se banalisait progressivement, devenait la norme – et en ce sens n’était plus discriminant et donc plus intéressant statistiquement – comme le laisse entendre l’examen des « conditions de peuplement du logement » : trois catégories sont ainsi réalisées et correspondent à la « résidence principale tout confort », « au surpeuplement modéré » et « au surpeuplement accentué ». On voit dans un tel cas que le logement « tout confort » est celui d’un peuplement normal. En ce sens, le « minimum confortable » semble avoir été réalisé ou du moins en voie de l’être. De 1946 à 1968, l’évolution sensible des conditions de vie fait que l’idée même de confort minimum devient peu à peu inopérante. Les recensements suivants – ceux de 1975 et 1982 – ne feront que renforcer cette tendance.

IV – Normes techniques/normes sociales

  • 27 Il convient d’être prudent sur cette opposition « commode » entre normes techniques et normes soci (...)

32L’examen des statistiques de l’INSEE montre, dans bien des cas, l’existence d’un décalage entre ce qui est de l’ordre de la technique et ce qui est de l’ordre des représentations sociales, s’agissant des enquêtés. En quelque sorte s’expriment et se rencontrent des normes techniques et des normes sociales27. Si nous avons déjà évoqué l’existence des premières, reste maintenant à nous interroger sur la définition et l’évolution des secondes.

33La grande qualité des enquêtes de l’INSEE est démontrée par celle de ses notes de renvoi dans lesquelles sont clairement expliqués les problèmes posés lors des différentes phases de l’enquête et la façon dont il est possible de les appréhender. S’agissant de la mise en place d’une logique quantitative visant à comptabiliser la possession de biens ou techniques procurant un certain confort, il est clair que l’on procède ainsi à une réduction considérable, par volonté d’objectivité, en éliminant tous les aspects subjectifs du confort, c’est-à-dire ceux qui obligent à prendre en compte la satisfaction, l’utilisation, la distinction qui découlent indubitablement de l’idée même de confort. Ces différents thèmes sont pourtant aussi à évoquer de manière « objective » puiqu’ils font partie d’une « culture » qui possède ses propres normes. Le confort, par essence, renvoie en effet constamment à des « pôles antagonistes » : chaud/froid, superflu/nécessaire, utile/agréable, dur/mou, intérieur/extérieur, etc. Outre l’appréciation individuelle que l’on peut porter sur tel ou tel de ces aspects, il va sans dire que ceux-ci prennent sens également en fonction de caractéristiques culturelles générales. Ainsi le confort à la Française est-il réputé pour la douceur de ses formes, son côté enveloppant s’il s’agit d’un siège, tandis que le confort à l’Allemande passe pour plus dur et contraignant. Dans un cas le fauteuil doit s’adapter au corps, dans l’autre c’est l’inverse. Petite différence qui n’en exprime pas moins des visions du monde bien différentes. Ce même décalage peut se retrouver si l’on envisage les différences entre villes et campagne. Ainsi peut-on penser que le sous-équipement des campagnes en matière de confort moderne ne peut nullement être expliqué par un retard et un certain archaïsme mais doit plutôt être considéré comme l’affirmation d’un choix autre, d’une différence, d’un moindre « intérêt ». Le développement du congélateur a ainsi connu un immense succès dans le monde rural dans la mesure où cet objet technique a été parfaitement intégré, correspondant à cette tâche essentielle que constitue la conservation des aliments. L’objet technique, par son utilité et donc par l’intérêt qu’il suscite, s’insère parfaitement dans un certain mode de vie. Il existe des normes sociales et culturelles qu’il s’agit de prendre en compte si l’on veut comprendre ce phénomène complexe qu’est le confort.

  • 28 J. Brun, M. Roncayolo, op. cit., p. 353.

34Disant cela, il ne s’agit pas d’affirmer « la toute puissance » de ces normes qui prennent place dans un contexte général dominé par l’économique et le technique. « Tolère-t-on aujourd’hui l’absence de chauffage, même sur les bords de la Méditerranée, alors que l’on a perdu la mémoire des procédés, des pratiques et même du matériel qui permettaient de lutter contre le froid, même épisodique ?28 ». Un tel constat pourrait laisser entendre que la technique, telle une lame déferlante, a imposé ses réseaux et ses objets. Nous préférons pour notre part penser que cette « imposition » a plutôt fait l’objet d’une négociation et d’un intérêt bien compris. Difficile aujourd’hui d’acheter ou de louer un appartement qui serait dépourvu d’installations sanitaires et de chauffage. En contrepartie, une certaine exigence se fait jour et oblige à un constant renouvellement des techniques. Un jeu s’instaure, même si l’on peut concevoir qu’il reste difficile à démontrer dans la mesure où ces normes sociales prennent sens au niveau des « micro-rituels » quotidiens que suppose le confort.

  • 29 On sait que la société de consommation implique un renouvellement systématique des objets, qui peu (...)

35La France des « trente glorieuses » est à concevoir comme un pays en transition où la marche « irrésistible » vers le progrès se double du maintien de certaines traditions ou habitudes. Pourquoi changer « ce qui a fait ses preuves », pourquoi faudrait-il absolument éliminer certains objets « qui marchent encore » et n’ont pas besoin d’être remplacés ?29. La modernité, pour s’imposer, doit convaincre et montrer qu’elle n’est pas simplement nouveauté. C’est d’ailleurs ce qu’essaieront de faire passer les réclames de l’époque concernant un certain nombre d’appareils électroménagers. Une sociologie des notices techniques d’utilisation serait ainsi à réaliser, celles-ci pouvant être définies comme le point de rencontre entre la norme technique et la norme sociale eu égard au problème de l’usage. Par les notices d’utilisation, la technique cherche une légitimation et l’explication doit révéler la valeur de l’objet, tant en fonction de son utilité, de son caractère pratique que de sa longévité. Sans aller trop loin dans l’évocation de ce fait, il n’en reste pas moins qu’on peut le considérer comme un point de contact entre deux ordres relativement autonomes quant à leur logique interne. Gageons que la question de l’explication technique délivrée par ces notices deviendra de plus en plus importante dès lors que ces techniques deviendront de plus en plus sophistiquées. Quoi qu’il en soit, si l’on peut a priori constater une certaine adhésion à ce confort techniquement défini, ceci n’exclut pas le fait que cette adhésion résulte d’un intérêt bien compris, d’une négociation et non pas uniquement d’une seule consommation de signes, symbolisant une certaine promotion sociale dont il ne s’agit pas toutefois de nier l’existence. C’est dans cette perspective qu’il nous faudra évoquer, dans le chapitre suivant, la question des besoins en matière de confort. Constatons pour l’instant que l’évolution de ces besoins ne peut être comprise indépendamment de la réalisation de ce «minimum confortable » qui constitue somme toute la base nécessaire, tant techniquement que socialement, à tout développement ultérieur.

Conclusion

36Au cours des « trente glorieuses », la situation en matière de logement s’est améliorée de façon nette même si une partie du problème des mallogés n’est pas réglée à la fin de la période. Le confort est à considérer comme l’un des éléments participant à cette amélioration. Ce faisant, il bascule dans la technique qui devient son « univers de référence ». Disant cela, il ne s’agit pas d’affirmer que le confort ne peut être pensé que techniquement mais que le modèle dominant de confort est technique, se substituant en cela au confort bourgeois qui, jusqu’alors, constituait la référence obligée. La « grande normalisation » du confort, qui commence avec les années cinquante, permet de rendre compte de cette « passation symbolique de pouvoir ». A la technique de régir l’ordre du monde, à l’économique d’en fixer les objectifs !

37L’établissement d’un minimum confortable témoigne par ailleurs pour l’avancement de la société, pour un progrès technique qui ne pourra, selon l’idée communément admise, qu’entraîner le progrès social. Les techniques facilitent et améliorent la vie quotidienne, la rendent confortable et laissent au delà supposer que le bonheur n’est pas qu’une illusion. Chacun, grâce au prodige de la production de masse et de la consommation à outrance peut « avoir sa part de gâteau », même si l’on peut supposer que les parts ne sont pas toutes de la même taille. De nouveaux objets apparaissent, supposant toutefois, quant à leur appropriation, de faire montre de leur utilité ou de leur efficacité.

38L’établissement de ce « minimum confortable » est-il suffisant pour parler d’un droit au confort ? Pour que ce droit existe, il semble nécessaire qu’un autre droit soit édifié, le droit au logement. C’est uniquement en fonction de la réalisation de ce droit qu’il sera ensuite possible de considérer l’existence d’un éventuel droit au confort, le premier étant la condition nécessaire à la réalisation du second. Or, l’existence d’un habitat infra-social, d’HLM à normes réduites montre qu’il existe encore nombre de logements où ce droit à un confort minimum ne s’est pas opéré, soit par insuffisance technique, soit par choix délibéré s’agissant des normes réduites définies, comme nous l’avons vu, par l’absence de ce confort minimum. Toutefois, l’omniprésence technique en matière de confort tend à imposer une situation de fait dans laquelle le confort est partie prenante. Le confort minimum tient alors, dans le cadre idéologique d’une société de progrès, autant du devoir que du droit. C’est, à partir des « trente glorieuses », à la technique d’assurer ce qui peut être considéré comme une tâche civilisatrice, celle d’amener le progrès à tous, le confort n’en étant qu’une « émanation ». En ce sens, le confort, comme la croissance, fait figure « d’ardente obligation », de caution plus que de droit, imposé tout autant que revendiqué.

Notes

1 R. Ballain, C. Jacquier, Politique française en faveur des mal-logés (1945-1985), Ministère de l’Équipement, du Logement, de l’Aménagement du territoire et des Transports, Getur, Grenoble, 1987, p. 121.

2 Plusieurs lois importantes sont à prendre en compte : celle du 3 septembre 1947 qui réorganise les HBM (qui vont devenir HLM), celle du 1er septembre 1948 qui réglemente notamment les hausses de loyer et met en place l’allocation-logement et celle du 21 juillet 1950 qui concerne l'accession à la propriété. Voir à ce sujet R. Ballain, C. Jacquier, op. cit., pp. 123-131.

3 R. Butler, P. Noisette, op. cit., p. 67.

4 L’appellation « HLM à normes réduites » désigne des logements de 3 pièces au plus, d’une surface inférieure de 11 m2 à celle des HLM de type courant, sans chauffage, douche ni lavabo. C’est donc par le confort, ou plutôt par son absence, que s’établit la norme réduite. Ce type de logement sera remplacé en 1952 par les Logements économiques normalisés pour réapparaître ensuite vers la fin des années soixante.

5 Données rapportées par R. Ballain, C. Jacquier, op. cit., p. 147.

6 Les capitaux sont notamment investis dans les logements de luxe des grandes villes. Comme le rappellent Butler et Noisette, « de 1946 à 1954 le 16e arrondissement de Paris sera celui dont la population augmentera le plus », op. cit., p. 67.

7 R. Ballain, C. Jacquier, op. cit., p. 103.

8 Voir à ce sujet les lois Debré de 1964 et 1966 puis celle de juillet 1970 sur la résorption de l’habitat insalubre.

9 J-C. Chamboredon, « La construction sociale des populations », in Histoire de la France urbaine, op. cit., p. 458.

10 A titre anecdotique, il est intéressant de constater que ces commutateurs de lumière seront, dans un avenir proche, peu à peu supprimés, la lumière s’allumant automatiquement, dès l’entrée dans une pièce, par simple contact au sol. Dès lors, et de manière symbolique, l’idée d’invisibilité aura pris tout son sens et l’ère de la « confortique » pourra commencer.

11 Nombre de logements portent encore aujourd’hui les traces de cette intrusion technique. C’est particulièrement vrai à Lyon où il existe de nombreux immeubles de type fin XIXe siècle dans lesquels on peut observer par exemple la coexistence de modes de chauffage ancien – la cheminée – et nouveau – le radiateur électrique – ou encore la transformation d’anciens débarras ou alcôves en salle de bain et WC. Outre ces transformations, d’autres traces rendent visibles des éléments techniques aujourd’hui invisibles : toute l’infrastructure technique – tuyaux pour l’eau, le gaz, fils électriques etc. – apparaît ainsi, laissant sous-entendre sa nouveauté. De même, la disposition des pièces, la grandeur des fenêtres ou la hauteur de plafond répondent à des impératifs qui ne correspondent plus à ceux d’aujourd’hui, le mouvement s’étant d’ailleurs fait plus vers la réduction – par exemple en termes de hauteur de plafond – que vers l’extension, ce qui en soi est aussi un signe qui témoigne d’une certaine mesure pour la relativité des améliorations accomplies en ces termes depuis cette époque.

12 J. Brun, M. Roncayolo, « Production de la ville et du bâti » in Histoire de la France urbaine, sous la dir. de G. Duby, tome 5 « La ville aujourd’hui », Seuil, 1985, p. 295.

13 Le Centre scientifique des techniques du bâtiment reste encore à l’heure actuelle l’un des principaux acteurs en matière de normalisation et de conceptualisation du confort.

14 J. Dreyfus, La Société du confort, quel enjeu, quelles illusions ?, L’Harmattan, 1990, p. 93.

15 Le confort est à penser comme un enjeu technique en termes de normalisation dans la mesure où s’instaure une lutte symbolique quant à la production de ces normes mais aussi, plus généralement, comme un enjeu de la technique dans la mesure où celle-ci intègre la notion de confort dans son domaine d’investigation et de représentation. C’est à partir de cela que l’on peut penser le rôle déterminant de l’ingénieur dans la production du confort.

16 F. Ewald, op. cit., p. 592.

17 Disant cela, il ne s’agit pas de dénigrer ces normes techniques et de dire que leur enjeu n’est pas de permettre la création d’ambiances confortables mais d’affirmer que là n’est pas leur préoccupation première. Il s’agit donc d’une recommandation dûment motivée – faites des économies d’énergie – même si dans la réalité, les destinataires pourront émettre un avis contraire, en chauffant à 22° leur intérieur, précisément par souci de confort. Ces normes techniques varient de plus selon les pays (21° par exemple aux USA), ce qui montre bien par ailleurs que la technique aborde différemment ce problème des économies d’énergie en fonction de l’enjeu qu’il représente.

18 Notre volonté d’interroger le discours statistique de l’INSEE tient à plusieurs raisons d’ordre méthodologique. Tout d’abord l’INSEE est une instance institutionnelle reconnue dont le discours, chiffré ou pas, possède une valeur certaine, c’est-à-dire à la mesure de son rôle institutionnel. Ensuite, ce discours est à considérer comme une production de sens ; d’une part parce qu’il y a prise en compte et tentative de catégorisation d’un phénomène aussi complexe que le confort, d’autre part parce que cette prise en compte et cette catégorisation prennent sens dans un contexte général où est imposée, par l’INSEE et par d’autres acteurs, une vision chiffrée du monde quotidien. Le confort, parmi d’autres critères, devient ainsi un des éléments participant à une certaine comptabilisation, et au delà une rationalisation, du monde. Enfin, cette problématique de la mesure, qui s’exprime de façon chiffrée, pose bien évidemment la question du choix des critères retenus pour la permettre, ce qui, s’agissant d’une notion aussi subjective que le confort, est particulièrement riche de sens.

19 Précisons ici que l’INSEE a été créé en 1946. En fait, plus qu’une création véritable, il s’agit surtout d’un changement de sigle puisque cet institut succède au Service national des statistiques (SNS) créé en 1941 et qui lui-même se situait en droite ligne de la Statistique générale de France (SGF). C’est donc un service déjà bien en place qui apparaît en 1946 sous une appellation nouvelle, ce qui permet d’envisager ainsi une continuité historique et, par conséquent, de constater que cette rubrique « confort » est véritablement une nouveauté dans le cadre du recensement.

20 Recensement général de 1946, rubrique « Ménages et logements-, chapitre « Le confort-, p. XXXII.

21 Ibid., p. XXVII

22 Ibid., p. XXXIX

23 Ibid., p. XL

24 Recensement général de 1962.

25 Ibid.

26 Cette prise en considération se traduit essentiellement dans les enquêtes ménages réalisées ponctuellement par l’INSEE. L’intérêt de ces enquêtes logements auprès des ménages tient avant tout à la confrontation qui s’établit entre les conditions objectives de logement – surpeuplement et éléments de confort – et l’appréciation qui est portée par les occupants. Si, d’une manière générale, on peut constater que « la satisfaction des occupants augmente avec le confort et diminue avec le peuplement·, il existe aussi des cas nombreux où la satisfaction des occupants ne passe pas forcément par la jouissance d’un certain confort techniquement défini. Le souci affiché de l’INSEE de « compléter les questions objective » par une description subjective se heurte parfois à une logique autre que celle présupposant qu'un meilleur confort induit une satisfaction plus grande de l’occupant. Dès lors, il ne s’agit pas pour nous de contester pareille affirmation, vérifiée dans bien des cas, mais d’exprimer l’idée selon laquelle cette affirmation n’est pas toujours réalisée dans la mesure où l’idée du confort induite par l’INSEE dans ses enquêtes ne correspond pas forcément à celle des occupants, ce qui produit un décalage qui apparaît parfois entre ce que l’on pourrait appeler les normes techniques et les normes sociales. Voir à ce sujet : P. Durif, « Les Français voient-ils objectivement leur logement ? » in Economie et statistiques, no 74, janvier 1976, article dont sont tirées les citations présentées dans cette note.

27 Il convient d’être prudent sur cette opposition « commode » entre normes techniques et normes sociales puisqu’il ne s’agit pas ici de situer la technique, et donc par conséquent la norme technique, hors du social. Une norme technique est en effet socialement négociée – malgré ses apparences « objectives » – non sur le choix des formules applicables mais sur celui de leurs coefficients qui, la plupart du temps, répondent moins à des impératifs techniques à proprement parler qu’à des enjeux socialement négociés. Gardons toutefois par souci de simplifier les choses cette opposition qui renvoie à une autre opposition entre producteurs et usagers sur laquelle, là encore, il y a beaucoup à dire.

28 J. Brun, M. Roncayolo, op. cit., p. 353.

29 On sait que la société de consommation implique un renouvellement systématique des objets, qui peut passer par leur destruction. Ce renouvellement, production oblige, a été poussé à son paroxysme dès lors qu’ont été produits des objets jetables. Nous sommes aujourd’hui familiers des briquets, rasoirs et autres lentilles de contact jetables en fin d’utilisation. Le phénomène plus récent des « reprises automobiles » suppose lui aussi la destruction des véhicules repris par un concessionnaire contre l’achat d'un véhicule neuf, ce qui permet le renouvellement du parc automobile et stimule la consommation. Une telle logique a mis relativement longtemps à s’imposer, se heurtant d’une part au fait que la plupart des objets construits à partir des années cinquante ont dû, pour s’imposer, faire montre de leur solidité et de leur longévité et, d’autre part, à ce qu’il faut bien appeler une « culture des objets » auxquels on s’attache et dont on ne se sépare pas, préférant les remiser au fond d'un grenier ou d’un placard – « au cas où », « ça peut toujours servir » – plutôt que les éliminer en les amenant à la décharge. Je garde personnellement le souvenir ému du vieux moulin à café Peugeot de ma grand-mère, sûrement moins pratique d’utilisation si l’on se place du point de vue de la pénibilité et de l’effort, mais permettant de moudre le café selon l'arôme désiré, chose plus difficile avec un matériel électrique. La simplification de l’usage, sa moindre pénibilité, induit souvent une moindre précision du geste : qu’il s’agisse d’un moulin à café ou d’un hachoir traditionnels, la précision de la coupe est liée à la dextérité de l'utilisateur. Avec l’appareillage électrique, la précision du geste ne compte plus puiqu’il est médiatisé par la machine : il suffit d’appuyer pour enclencher le mécanisme. Le geste requis pour effectuer cette tâche ne demande aucune concentration, ni aucun savoir-faire. On gagne ainsi en confort ce que l’on perd en qualité. Constatons, quoi qu'il en soit, que le confort engage des dimensions anthropologiques du geste et des savoir-faire quotidiens.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search