Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Deuxième partie. L’âge d’or du confort

Chapitre I. Le temps des mutations (1946-1975)

Texte intégral

1Pendant les « trente glorieuses », la France a changé, beaucoup changé. Qu’il s’agisse de sa vie politique, économique ou sociale, que l’on considère les faits démographiques ou les pratiques quotidiennes, tout se ramène finalement à un mot : changement. Beaucoup de choses ayant déjà été dites ou écrites à ce sujet, nous nous limiterons pour notre part à une évocation des grandes tendances de ce changement, dans la mesure où l’évolution du confort n’en est pas indépendante. Une-nouvelle société » est en train de naître et marque l’entrée de la France dans la modernité.

  • 1 J. Fourastié, Les Trente Glorieuses, op. cit., p. 27.
  • 2 Le choix du terme mutation peut paraître excessif dans la mesure où il tend à définir un changemen (...)

2« Les peuples ont toujours ardemment désiré échapper aux pauvretés, aux duretés, aux misères traditionnelles ; aucun n’a pu le faire plus rapidement et plus nettement que la France en ce troisième quart du XXe siècle, poursuivant et complétant brillamment un mouvement engagé dès le XVIIIe siècle1. » Durant les « trente glorieuses », la société française connaît des bouleversements majeurs et sans précédents qui provoquent des mutations profondes2. Complexes également dans la mesure où il est bien difficile de « faire la part des choses », c’est-à-dire d’évaluer les incidences réciproques qu’ont pu avoir tels ou tels facteurs. L’examen des mutations en cours durant ces trente années oblige en effet à une confrontation avec un enchevêtrement de faits et de circonstances qui influent les uns sur les autres, sans qu’il soit toujours possible de « démêler » la nature de leurs liens. Est-ce par exemple la croissance économique qui a favorisé l’évolution démographique qui caractérise cette période ou doit-on renverser cette proposition ? Le temps des mutations est un temps complexe et cette complexité peut être considérée comme fondatrice dans la mesure où elle engage l’ensemble du corps social.

  • 3 J. Dupâquier (sous la dir.), Histoire de la population française, tome 4, « De 1914 à nos jours », (...)
  • 4 Avec la disparition progressive de la « petite paysannerie », c’est assurément un pan de la cultur (...)

3Les « trente glorieuses » sont avant tout le « moment » historique d’une évolution démographique et économique majeure. Ainsi, « de 1945 à 1975, la population française est passée de 39 700 000 à 52 700 000 habitants, soit un gain de 32,8 %, le plus intense de son histoire3. » Parmi les causes principales de ce « renouveau démographique », notons le fait que le taux de natalité augmente – évolution continue jusqu’en 1964 et au « baby boom » qui marque l’apogée de cette hausse–, que celui de la mortalité baisse – l’espérance de vie augmente sensiblement même s’il existe des différences sociales importantes – et enfin que l’influence des mouvements migratoires est prépondérante, due à la forte pénétration de travailleurs étrangers, dont la machine économique, en pleine expansion, a fortement besoin. Cette évolution importante de la population, dans une période de plein emploi favorisant, il est vrai, les projets d’avenir, est à compléter par une nouvelle répartition de cette population : les « trente glorieuses » sont également les années où la France devient « définitivement » urbaine : représentant vingt-et-un millions d’individus en 1945 contre dix-neuf millions pour la population rurale, la population urbaine atteint trente-huit millions d’individus en 1975 alors qu’il ne reste plus que quatorze millions de ruraux. L’expansion démographique est à la base de cette « explosion urbaine » et du déclin conjoint du monde rural, dont la place au sein de la population active baisse sensiblement. Ce déclin est important car, au delà de ses répercussions économiques, il marque également le début de la « fin d’un monde ». « L’homme des villes » prend symboliquement le pas sur « l’homme des champs » et nul doute que ceci ne sera pas sans influence sur l’évolution même du confort4.

  • 5 D. Clerc, A. Lipietz, J. Satre-Buisson, La Crise, Syros, coll. « Alternatives économiques », 1983, (...)
  • 6 J. Le Goff, op. cit., p. 143.
  • 7 F. Ewald, L’État providence, op. cit., p. 396.
  • 8 D. Clerc/A. Lipietz/J. Satre-Buisson, op. cit., p. 45.

4Aux changements démographiques s’ajoutent les changements économiques qui propulsent la société française dans une ère véritablement nouvelle, celle de la consommation. « La belle époque du capitalisme n’est pas celle de Toulouse-Lautrec, mais celle de l’automobile et de la télé triomphantes5. » Nous avons vu, dans la première partie, que les succès du taylorisme et du fordisme outre-Atlantique n’avaient connu, en France au début du siècle, qu’un faible écho. Avec quelque retard, c’est ce mouvement qui touche l’industrie française à partir des années cinquante et impose une refonte du paysage industriel. Ainsi, « la croissance prend figure « d’ardente obligation ». Tout le pays (…) se mobilise autour d’un projet de développement optimal de ses capacités productives6. » Et de fait, la production industrielle connaît une croissance spectaculaire selon une courbe qui n’est pas sans rappeler celle de l’évolution démographique. Cette progression régulière de la croissance, qui ne connaîtra guère de soubresauts, est bien entendu «l’élément moteur » du développement, entraînant avec lui toute la « machine économique », comme en témoigne par exemple l’élévation continue de l’investissement, que celui-ci soit productif et concerne le monde de l’entreprise ou qu’il soit non productif. Dans ce dernier cas, il est nécessaire de constater les progrès effectués en termes d’équipements collectifs : écoles, hôpitaux mais aussi administrations diverses ont connu un essor considérable, quant à leur construction et à leur nombre, tout ceci contribuant à l’amélioration de la vie quotidienne des Français. Le rôle de l’État en ce domaine, ainsi que dans celui des services – télécommunications, réseaux routier et ferroviaire – devient prépondérant pour ne pas dire « providentiel ». A la charge de celui-ci de protéger les citoyens, de leur permettre de communiquer ou de se déplacer. Rappelons ici la date symboliquement importante du 4 octobre 1945 qui est celle de l’ordonnance sur la sécurité sociale. Celle-ci « n’est pas une institution qui aurait l’identité d’une essence » mais plutôt « un ensemble d’institutions qui se développent, se transforment, se divisent, se compliquent en fonction d’une politique de sécurité sociale. La sécurité sociale doit s’entendre comme un processus, comme un système ou un ensemble d’institutions, en état de mobilité permanente7. » Cette permanence donne à « l’État providence » toute sa mesure. Avec l’idée de progrès, telle qu’elle se manifeste par la croissance industrielle ou par le rôle de l’État, tend à s’imposer celle d’un « partage des bénéfices », ses bienfaits se devant d’être largement redistribués par la consommation dont la société se réclame. « Produire beaucoup, consommer beaucoup : voilà le secret de ces années d’abondance8. »

  • 9 E. Morin, L’Esprit du temps, Grasset, 1962. Voir aussi du même auteur : Sociologie, Fayard, 1984, (...)
  • 10 R. Barthes, Mythologies, Seuil, 1957.
  • 11 Je renvoie ici, pour l’ambiance générale qu’il s’en dégage, à la très belle chanson de C. Nougaro,(...)

5Aux changements qui s’opèrent au niveau démographique ou économique s’ajoutent ceux qui s’opèrent dans la quotidienneté et imposent de nouveaux rythmes, de nouvelles pratiques et de nouvelles mentalités. L’énumération de tous ces bouleversements, notamment d’ordre culturel, serait fastidieuse. Mais un certain nombre de leurs aspects suffisent à rendre compte de « l’esprit du temps », pour reprendre le titre de l’ouvrage d’E. Morin9, qui caractérise plus particulièrement les désormais fameuses « sixties ». La modernité impose ainsi de nouveaux mythes en première place desquels figure l’automobile, « véritable cathédrale du XXe siècle » pour reprendre l’expression consacrée de R. Barthes10. L’automobile, devenue populaire avec la 4 CV des années cinquante, est l’une des clefs permettant la compréhension de la transformation du monde quotidien. Son succès rapide au cours de ces années glorieuses entraîne une modification profonde du rapport à l’espace tout autant que celle de cet espace lui-même. Objet de séduction, et donc de convoitises, elle devient une seconde peau, une seconde maison comme le constate, de manière amère, C. Nougaro quand il chante qu’après la folie de mai 68 « chacun est rentré chez son automobile11. » L’auto, c’est aussi bien sûr la vitesse, qui sera fatale à J. Dean et aurait pu l’être pour F. Sagan. C’est enfin l’instrument d’une jouissance nouvelle, une source d’évasion, un plaisir, un jeu qui comporte ses règles et ses risques.

  • 12 H. Lefebvre, La Révolution urbaine, Gallimard, coll. « Idées », 1970.
  • 13 Ibid., p. 217.
  • 14 C. Rochefort, Les Petits Enfants du siècle, Le Livre de poche, 1972, p. 124.
  • 15 Les films de J. Tati, – je pense ici en particulier à « Mon Oncle », « Playtime » et « Trafic », – (...)

6Fonction, en partie, de la révolution automobile, la « révolution urbaine » marque le passage « de la ville à la société urbaine12. » La ville éclate pour devenir agglomération, avec ses banlieues, ses ensembles résidentiels, ses voies de pénétration – périphériques – et ses moyens de transport. De nouveaux rythmes ainsi s’imposent et l’urbanisme est élevé au rang de science, non dénué toutefois d’idéologie si l’on considère, avec H. Lefebvre, qu’il est « le véhicule d’une rationalité limitée et tendancieuse dont l’espace, illusoirement neutre et non politique, constitue l’objet (objectif)13. » Les grands ensembles restent l’un des symboles particulièrement visibles de cette transformation du paysage urbain. « ça oui, c’étaient des blocs ! ça c’était de la Cité, de la vraie Cité de l’Avenir ! Sur des kilomètres et des kilomètres, des maisons des maisons des maisons. Pareilles. Alignées. Blanches », rapporte C. Rochefort en décrivant le Sarcelles des « années de béton14. » Développement des communications entre le centre et la périphérie, monde « d’employés de bureau » pressés, embouteillés, bientôt stressés duquel semble devoir seule émerger, au milieu de ces flux ininterrompus, la grande figure iconoclaste de M. Hulot, égarée parmi toutes ces certitudes quotidiennes15.

7Les bouleversements qui caractérisent cette période modifient bien évidemment également les mentalités. De nouveaux espaces et de nouveaux objets investissent le quotidien et ne sont pas sans influence sur les comportements. L’hypermarché devient le temple de la consommation, l’ordinateur l’outil de plus en plus indispensable, la TV une fenêtre ouverte sur le monde, tout cela au milieu d’une vague de libération sexuelle qui témoigne, en apparence du moins, de l’émancipation de la femme et de l’éclatement de la famille traditionnelle. La pilule est l’une des illustrations les plus manifestes de la contestation des valeurs traditionnelles d’inspiration religieuse. La modernité semble ainsi devoir tout balayer sur son passage.

  • 16 J. Fourastié, op. cit., p. 233.
  • 17 A. Bony, Les Années cinquante, Editions du regard, 1982, p. 10.
  • 18 L’émergence du « nouveau roman » est, à ce titre, symptomatique. L’œuvre d’un Beckett ou d’un Robb (...)
  • 19 Citons ici H. Lefebvre quand il écrit que « le « mot » quotidien désigne l’ensemble des actes jour (...)
  • 20 Outre mai 68 qui marque en quelque sorte le début de la fin de cette période glorieuse, de nombreu (...)
  • 21 E. Morin, Sociologie, op. cit., p. 20.

8D’autres changements sont également en cours au niveau international. La fin de la Seconde Guerre mondiale s’est traduite par l’affirmation du rôle économico-politique majeur des USA. Ce qui constitue la toile de fond de l’expansion française est assurément cet assujettissement économique de la France, dû notamment au « plan Marshall ». Au delà de la seule dimension économique, c’est aussi de l’imposition de « l’American way of life » qu’il s’agit, ce qui ne sera pas sans conséquences quant au confort. Outre cette influence américaine, l’état de la situation internationale ne prête guère à l’optimisme, particulièrement en ces temps de guerre froide. La France connaît, elle, l’épreuve de l’Indochine avant celle de la guerre d’Algérie. A l’optimisme qui émane de l’amélioration de la situation économique s’oppose un certain pessimisme ambiant. Comme le rappelle J. Fourastié, « les historiens qui, tôt ou tard, dépouilleront les journaux de la période 1946-1975 y trouveront peu de témoignages de l’ardeur de vie et de la joie du peuple français. Les grandes mutations du niveau de vie et du genre de vie n’y apparaissent pas ; la morosité, l’inquiétude, l’annonce ou le récit de catastrophes, accidents ou troubles dominent de beaucoup16. » La révolution était-elle à ce point « invisible » ? Quoi qu’il en soit, et peut-être paradoxalement à cause des menaces qui pèsent sur le monde, on ne peut que constater l’existence d’un « nouvel état d’esprit ». « Vaille que vaille les jours succèdent aux jours, il faut bien que l’homme se donne un peu de confort avant la fin du monde17. » Tout se passe comme si les «trente glorieuses » étaient ainsi des années de désinvolture, d’insouciance, où tout est prétexte à émerveillement en même temps qu’à désespoir18. Au delà des grandes tendances économiques qui s’affirment et dépassent les aspirations individuelles, c’est le quotidien qui, peu à peu, est investi. La vie quotidienne se transforme, fait l’objet d’une véritable conquête. Il s’agit de « mieux vivre » dans une quotidienneté nouvellement définie19. En apparence tout a changé ! Certes, les apparences sont parfois trompeuses, comme en témoignent les nombreuses grèves et autres manifestations qui ont ponctué cette période20. Elles peuvent être également « féériques » dans la mesure où elles deviennent promesses d’un « nouveau monde » ; en ce sens, « le bien-être est devenu une valeur fondamentale des temps modernes (…), valeur qui est comme secrétée naturellement par le développement des sociétés modernes21. » Bienêtre, confort, bonheur, voilà ce qui est promis à terme, voilà ce qui est promis à tous. Reste que certaines promesses ont peut-être trop rapidement été transformées en certitudes. Les « trente glorieuses » sont à comprendre comme la période par excellence où tout est permis, même de marcher sur la lune ou de greffer un cœur. Cela veut-il dire pour autant que tout est possible ? Interroger la notion de confort et son développement pendant ces trente années oblige à une « traversée des apparences» ou, en d’autres termes, nécessite de dépasser certaines évidences.

Notes

1 J. Fourastié, Les Trente Glorieuses, op. cit., p. 27.

2 Le choix du terme mutation peut paraître excessif dans la mesure où il tend à définir un changement radical et complet. Il va de soi que « tout n’a pas changé· durant ces trentes années. Si nous avons choisi d’utiliser ce terme plutôt qu’un autre, c’est surtout parce que la perception même du changement a changé. Autrement dit, le changement devient un impératif, une obligation alors que, jusque là, le respect d’une certaine tradition ou d’une certaine stabilité était de mise. Le temps des mutations est donc symboliquement celui qui définit une société sur la base du changement. Changement à la fois présent, observable dans les faits quotidiens et à venir, c’est-à-dire posé comme principe actif du développement de la société. Comme le rappelle P. Fritsch dans L’Education des adultes, « la mobilité professionnelle et géographique des agents sociaux, leur adaptabilité au changement, ne sont pas requises seulement comme constituant les conditions objectives de l’expansion économique, mais comme qualités nécessaires pour la réalisation d’une « société plus humaine ». » (cf. L’Education des adultes, Mouton, Paris La Haye, 1971, p. 112) Le changement est en quelque sorte le paradigme de ces années glorieuses et, en ce sens, le terme de mutation ne nous semble pas trop fort pour désigner les changements en cours ainsi que cette perception nouvelle du changement.

3 J. Dupâquier (sous la dir.), Histoire de la population française, tome 4, « De 1914 à nos jours », PUF, 1988, p.3.

4 Avec la disparition progressive de la « petite paysannerie », c’est assurément un pan de la culture française qui peu à peu s’effondre. Sans tomber dans une vision caricaturale du monde paysan, comme cela a trop souvent été le cas de la part des tenants d’un « retour à la nature », force est en effet de constater la dissolution progressive d’un certain « être-au-monde », ainsi, et en conséquence, que le goût d’un confort autre, celui des « veillées », d’une certaine convivialité et d’une relative harmonie avec l’environnement. Le paysan moderne, véritable chef d’entreprise agricole, vit aujourd’hui comme le citadin à l’heure de la télévision et des équipements les plus sophistiqués. On peut faire ici l’hypothèse qu’une certaine normalisation des comportements a eu lieu, rendue possible par cette perte d’un modèle « autre ». Dans les années soixante-dix, les tentatives – chevelues » d’un retour à la terre se sont soldées, la plupart du temps, par des échecs. Difficile en effet de se couper des réseaux et de – vivre à la rude–, sans protection aucune et sans confort moderne. Curieux chassé-croisé que celui qui voit les enfants des paysans fuir vers la ville et son confort et ceux des villes retourner aux valeurs de la terre. Qu’on ne s’y trompe pourtant pas, n’est pas paysan qui veut et le sacrifice qu’impose cette condition n’est pas acceptable par tout le monde. Reste que le-mythe de la campagne » continue de sévir, ce qui est en soi particulièrement intéressant s’agissant du confort. Voir à ce sujet : Y. Lequin (sous la dir.), Histoire des Français, tome 2 « La société » et plus particulièrement le chapitre intitulé « Destruction de la paysannerie ? », pp. 483 à 529.

5 D. Clerc, A. Lipietz, J. Satre-Buisson, La Crise, Syros, coll. « Alternatives économiques », 1983, p. 41.

6 J. Le Goff, op. cit., p. 143.

7 F. Ewald, L’État providence, op. cit., p. 396.

8 D. Clerc/A. Lipietz/J. Satre-Buisson, op. cit., p. 45.

9 E. Morin, L’Esprit du temps, Grasset, 1962. Voir aussi du même auteur : Sociologie, Fayard, 1984, et plus particulièrement les chapitres concernant les « diagnostics sociologiques », pp. 203 à 329.

10 R. Barthes, Mythologies, Seuil, 1957.

11 Je renvoie ici, pour l’ambiance générale qu’il s’en dégage, à la très belle chanson de C. Nougaro, Paris Mai.

12 H. Lefebvre, La Révolution urbaine, Gallimard, coll. « Idées », 1970.

13 Ibid., p. 217.

14 C. Rochefort, Les Petits Enfants du siècle, Le Livre de poche, 1972, p. 124.

15 Les films de J. Tati, – je pense ici en particulier à « Mon Oncle », « Playtime » et « Trafic », – constituent, notamment par la qualité descriptive non dénuée d’humour de certaines attitudes ou habitudes quotidiennes, des documents sociologiques exceptionnels sur les années soixante et sur la perception des changements en cours.

16 J. Fourastié, op. cit., p. 233.

17 A. Bony, Les Années cinquante, Editions du regard, 1982, p. 10.

18 L’émergence du « nouveau roman » est, à ce titre, symptomatique. L’œuvre d’un Beckett ou d’un Robbe-Grillet, voire celle de Duras ou de Sarraute, porte, à bien des égards, cette marque de désespoir et d’absurdité.

19 Citons ici H. Lefebvre quand il écrit que « le « mot » quotidien désigne l’ensemble des actes journaliers et surtout le fait qu’ils s’enchaînent, qu’ils forment un ensemble (…) Le quotidien ne se réduit pas à une somme d’actions isolées : manger, boire, se vêtir, dormir, etc. (…) Il faut aussi envisager leur contexte : les rapports sociaux dans lesquels elles prennent place ». (cf. Critique de la vie quotidienne, tome 3, « De la modernité au modernisme », L’Arche éditeur, Paris, 1981, p. 8) On peut ainsi définir un « quotidien confortable » en fonction de l’amélioration qualitative de certaines « actions isolées » – mieux manger, mieux dormir, etc. – mais il est aussi nécessaire de prendre en compte le contexte dans lequel ces améliorations prennent place. Nous aurons ultérieurement l’occasion de voir l’importance de ce contexte en fonction de l’émergence de certains problèmes tels que le bruit ou l’insécurité.

20 Outre mai 68 qui marque en quelque sorte le début de la fin de cette période glorieuse, de nombreuses luttes et manifestations ont ponctué ces trente années. Rappelons pour mémoire la terrible année 1947 ou encore la tragique grève des mineurs de 1963 ! Les difficultés n’ont assurément pas été absentes lors de ces « trente glorieuses ». Constatons toutefois qu’elles se sont heurtées, de manière symbolique, à cette dynamique de la croissance qui va perdurer juqu’à la crise.

21 E. Morin, Sociologie, op. cit., p. 20.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search