Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Première partie. L’invention d’un monde

Chapitre III. Vers la modernité : le confort comme processus

Texte intégral

1Le XIXe siècle constitue, quant au confort, une étape charnière bien que non décisive. Le bilan que l’on peut dresser est, comme nous venons de le voir, très nuancé, si l’on s’attache à « mesurer » les effets du progrès dans l’amélioration de la vie quotidienne de la plus grande partie de la population. Tout se passe en effet comme si les bases du confort moderne étaient posées sans que des changements véritables affectent la quotidienneté, pour les raisons que nous avons évoquées. Les classes populaires sont victimes d’une aliénation de plus en plus grande, les classes aisées s’isolent de plus en plus de la menace que constituent les premières et si une certaine nécessité de réagir se fait jour, on reste encore très loin d’une prise en compte véritable de la situation. Quant aux classes moyennes, elles sont encore loin d’avoir un poids suffisant pour jouer un certain rôle dans le débat. A l’optimisme et à la ferveur exprimés dans les définitions des dictionnaires, proposant une vision évolutionniste du monde, s’oppose finalement la réalité d’un monde quasi immobile, eu égard à un contexte social qui n’a en fait guère changé tout au long du siècle. A l’apparente simplicité d’une vision d’un confort émanant du progrès se substitue celle d’un confort multidimensionnel, complexe car chargé d’intérêts divers et parfois contradictoires.

2Il est à ce titre symptomatique de constater que la plupart des dictionnaires adoptent une position nettement plus modérée, quant à la définition du confort, dès le début du XXe siècle. Ainsi le Larousse, dont on a pu apprécier, dans le premier chapitre, la vigueur et la fougue de ses définitions « positivistes » du confort, se montre beaucoup plus mesuré : si le confort désigne toujours l’ensemble des éléments qui procurent le bien-être matériel, il est cependant précisé que le « confort, en Angleterre comme ailleurs, reste le privilège de quelques uns ». De même, on trouve également que « ce mot, que les Anglais nous ont emprunté, nous est revenu avec le sens affaibli de bien-être matériel ». La faute est donc aux Anglais, dont la société ne constitue plus la référence obligée, le modèle américain commençant à prendre progressivement le dessus. On note aussi, en illustration du terme « confortable » : « Qui vit dans le confort : bourgeois confortables ; ». Il est enfin amusant de constater que les « confortables » désignent, au début du XXe siècle, des pantoufles ou des fauteuils, symboles s’il en est du « home, sweet home » et d’un mode de vie si typiquement bourgeois qu’il en devient presque caricatural. A l’évidence discursive d’une vision progressiste du confort – celle de son extension progressive à toutes les couches de la population – se substitue peu à peu la réalité d’un confort réservé à quelques uns. On a ainsi l’impression qu’une fièvre est retombée, que certaines croyances ou certains espoirs se sont tus au profit d’une réalité sans illusions. Feu de paille, le confort ? Oui et non. Si l’on ne peut que constater que l’extension du confort à une grande partie de la population n’est pas réalisée, il faut quand même et en parallèle se rendre à certaines évidences. Comme nous l’avons rappelé au début de ce chapitre, les bases du confort moderne sont néanmoins posées. On peut remarquer, à ce titre, que les définitions des dictionnaires associent maintenant le confort au logement et à ses éventuels équipements, lui donnant ainsi une véritable connotation matérielle. D’autre part, les techniques du confort ont progressé et peu à peu gagnent la quotidienneté, même si c’est de façon très lente. L’idée du confort est donc infiniment présente tout en restant toujours à venir. Une évolution apparaît, à laquelle il manque peu de choses pour devenir une révolution. Or, le début du XXe siècle est par bien des aspects révolutionnaire.

I – Des techniques à la technique

  • 1 N’oublions pas, à ce titre, que la machine est perçue de façon négative au XIXe siècle : elle est (...)

3Comprendre la lente progression du bien-être matériel dans la sphère privée, c’est avant tout se donner les moyens d’appréhender la « révolution technique » qui apparaît au tournant des deux siècles. Cette révolution se fait en deux temps : temps des techniques, de l’invention d’objets, de la maîtrise des éléments, de la production d’énergies nouvelles et temps de la technique, de la mise en application, de la constitution des réseaux techniques, de la connection des objets à ces réseaux. Outre les avatars habituels de la mode qui façonnent l’objet quotidien, une nouvelle ère est apparue au XIXe siècle avec l’introduction dans la quotidienneté de nouveaux objets définis avant tout par leur utilité. La mécanisation du confort impose l’idée d’une substitution de la machine à l’homme, au niveau de la vie domestique, ce mouvement faisant d’ailleurs suite à celui ayant eu cours dans l’entreprise1. Le progrès devient ainsi synonyme de libération. Libération de la corvée quotidienne- que l’on repense ici à la figure emblématique qu’est Cosette – libération des tâches ingrates et indignes. Pour ce faire, il est nécessaire de constituer les réseaux techniques susceptibles d’acheminer à domicile ou à proximité la matière première indispensable au fonctionnement de ces objets. C’est le fameux « eau et gaz à tous les étages·. La seconde révolution industrielle commence.

  • 2 J. De Noblet, « La perception déqualifiée ; », in Machines au foyer, revue Culture technique no3, (...)
  • 3 M. Perrot, « Histoire de la condition féminine et histoire de l’électricité », in L’Electricité da (...)

4« Entre 1850 et 1900 les technologies du gaz, de l’électricité et des industries mécaniques font suffisamment de progrès pour rendre possible la fabrication de la plupart des appareils et machines domestiques que nous connaissons aujourd’hui2. » L’invention d’une nouvelle domesticité passe par un temps de latence particulièrement long, entre le moment de l’invention de l’objet à proprement parler et celui de sa diffusion. Rappelons ici, à titre d’illustration de ce phénomène, que la cuisinière à gaz est inventée en 1812 et ne sera diffusée, à petite échelle, qu’à partir de 1887. De même en est-il du réfrigérateur, dont la conception est mise au point dès 1850 et dont la commercialisation devra attendre les années 1920/1930. Ce décalage tient à plusieurs raisons dont la première, et la plus élémentaire, est due à l’absence de réseaux techniques permettant d’acheminer la matière première nécessaire au fonctionnement de ces objets : le gaz de ville à domicile, la prise de courant électrique, voire plus simplement l’adduction d’eau permettant la connection indispensable à la mise en marche de ces appareils. Une autre explication est peut-être à chercher du côté de la persistance d’une domesticité « humaine » qui, dans les milieux aisés susceptibles financièrement parlant d’acquérir ces objets, est un obstacle à cette utilisation de l’objet mécanique. Enfin, ces appareils, souvent par ailleurs encore lourds et encombrants, ne font pas encore l’objet d’une production en série permettant une grande diffusion. Boucicaut a donné l’exemple, avec la création du « bon marché », de la vente à grande échelle mais cela ne touche pas encore le confort mécanique. De plus, toute une infrastructure technique fait encore défaut : celle du réseau de distribution bien sûr, mais aussi celle des installateurs et des réparateurs. Manquent surtout enfin les consommateurs potentiels qu’il faut produire tout autant que les appareils eux-mêmes. Si toutes les conditions effectives – invention d’objets, maîtrise des éléments – sont réunies dès le XIXe siècle, il n’en reste pas moins que fait cruellement défaut l’existence d’une véritable infrastructure assurant un lien entre les différentes techniques mises au point ainsi que celle d’une « culture matérielle » se traduisant notamment en termes de pratiques consommatoires. Comme le rappelle M. Perrot, « dans une période d’innovation et de démarrage, ce que sont les années 1880-1930, discours et représentations sont plus importants que les pratiques qui traînent et tardent à entrer dans les mœurs3. » Et ce d’autant plus quand, pour l’essentiel de la population, la consommation se résume en tout et pour tout à l’alimentation, au logement et à l’habillement.

  • 4 Voir sa célèbre fresque exposée au musée d’Art moderne de la ville de Paris, la « fée électricité  (...)
  • 5 P. Carré, « Les ruses de la fée électricité », in J-P. Goubert, Du luxe au confort, op. cit., p. 8 (...)
  • 6 Propos rapportés par P. Carré, op. cit., p. 81.
  • 7 P. Carré, op. cit., p. 83.

5L’avènement de l’électricité, magnifiée par R. Dufy4, constitue une bonne illustration de ce phénomène. L’électricité est en effet le symbole même du progrès, par essence pourrait-on dire. Si le siècle des Lumières a imposé la raison comme « lumière du monde » – qui s’oppose à l’obscurantisme clérical – le XXe siècle impose quant à lui la lumière à proprement parler, fruit de la raison scientifique. L’homme lui-même crée la lumière, la maîtrise, en dispose. Certains d’ailleurs mettent en garde contre cette puissance nouvelle au service de l’homme. Comme le rappelle P. Carré, « si l’électricité est fée bienveillante, elle est aussi sorcière maléfique car le confort qu’elle procure signifie décadence et déliquescence5. » Des moralistes chagrins s’opposent ainsi au délabrement de la vie morale qui ne va pas manquer d’arriver suite à une pareille invention. « L’homme à venir aura plus de confort et moins de joies, plus de luxe et moins de bonheur. L’électricité, qui décuple la vie, lui enlève aussi de son charme (...) On n’aura plus, dans l’existence que nous feront les savants, le temps de savourer les mets, de causer, de vivre, de faire halte. Les vieux domestiques fidèles et classiques, mourant dans la maison qui était un peu la leur, deviennent rares : ils n’ont même plus le besoin d’exister. Un bouton pressé les remplacera6. » L’innovation technique se heurte déjà à la tradition, en imposant des changements multiples – dans les gestes par exemple mais aussi dans les habitudes de vie – au sein de modes de vie réglés de manière ancestrale. On voit ainsi comment une seule technique peut venir contrecarrer l’ordre établi des choses. Dès lors « pour s’imposer, pour pénétrer l’espace domestique, la modernité électrique a dû, tout d’abord, rassurer7. » Les rêves les plus fous sont toutefois permis à l’homme et l’électricité devient souvent la solution à tous les maux. Reste qu’aux peurs métaphysiques qu’elle suscite s’ajoutent celles liées à son utilisation même : électrocution, risque d’incendie, panne sont autant d’arguments qu’utilisent ses détracteurs. Une révolution est cependant en marche mais suppose un changement dans les mentalités, dans les croyances mêmes au profit d’une croyance nouvelle dans le progrès.

II – L’ère du fonctionnel ou le taylorisme à domicile

6La seconde révolution industrielle est née de la nouvelle organisation du travail qu’inspirent les méthodes de F.W. Taylor. Même s’il s’agit là encore d’être mesuré quant à l’application réelle de ces méthodes dans l’Europe de l’entre-deux-guerres, constatons au moins qu’elles fournissent des éléments de réflexion quant à l’avènement de la rationalisation et de la production standardisée. Ajoutons à cela le fordisme qui marque le début de l’ère de la grande consommation et nous aurons là réunies toutes les conditions nécessaires à l’entrée dans l’ère du fonctionnel, ère dont nous avons vu les prémices fondatrices au XIXe siècle.

  • 8 Sur ce point, voir R. Sennett, Les Tyrannies de l’intimité, Seuil, 1979.
  • 9 Cette organisation rationnelle peut parfois prêter à sourire : si l’on peut concevoir une optimali (...)
  • 10 S. Gieidion, « Cinquante ans de mécanisation à la maison », in Machines au foyer, op. cit., p. 107

7Ce mouvement, outre le fait qu’il permet une diffusion plus grande d’un certain nombre d’objets, marque aussi le début d’une ère nouvelle quant à la conception et à l’organisation de l’espace domestique et de son confort. Souvent, des « correspondances » ont pu être établies entre ces deux espaces privés que deviennent le foyer et l’usine. La naissance d’une science de la ménagère, d’une rationalisation de l’espace domestique pousse cette correspondance à son paroxysme, puisqu’il s’agit en effet d’appliquer les méthodes tayloristes à l’univers domestique. De quoi s’agit-il ? Nous avons vu comment une certaine spécialisation des pièces du logement s’était imposée au cours du XIXe siècle, en fonction notamment d’une redistribution des rôles privés et publics8. Souci et retrait du corps, hygiène ne touchent pas pourtant tout le logement. La cuisine est un exemple notable puisqu’elle reste un lieu sombre et obscur, mal aéré et relégué dans les coins les plus reculés de l’appartement. La progressive disparition des servantes ménagères, l’intrusion des machines au foyer – notamment avec l’avènement du gaz – et enfin le rôle des hygiénistes et des architectes imposent une «nouvelle donne » en matière d’économie domestique. Par ailleurs, l’évolution même de la société – entrée dans un nouvel espace-temps du fait de l’industrialisation, des nouvelles contraintes domestiques liées par exemple à l’éducation des enfants ou encore des nouveaux modes de consommation – tend à imposer peu à peu ce mouvement qui connaît un grand écho, grâce à ses revues – Mon chez moi, L’Art ménager, Marie-Claire – ou ses salons – le premier Salon des arts ménagers a lieu en 1923 – qui imposent peu à peu l’idée d’une science ménagère. Deux figures phares émergent quant à ce mouvement : C. Frederick aux USA et P. Bernége en France. L’idée maîtresse que nous en retiendrons est celle du gain de temps et du moindre effort » obtenus grâce à une organisation rationnelle de l’espace, des gestes et des objets9. Comme le note S. Gieidion, « la maison et l’atelier ont un point commun : ils organisent tous deux le processus de travail de façon à éliminer les pertes de temps10. » L’ordre, la propreté, la bonne disposition des plans de travail, l’utilisation raisonnée d’une gestuelle élaborée constituent la cuisine comme un véritable laboratoire scientifique contrôlé par une opératrice, la ménagère.

  • 11 M. Marin, « La rationalisation du travail ménager en France dans l’entre-deux-guerres », in Machin (...)

8Ce statut nouveau de la ménagère, qui devient le « chef qui règne sur une entreprise : la maison », est bien évidemment à replacer dans un contexte plus général où se trouve posée la question féminine. Car, outre le fait de produire ce statut de maîtresse de maison organisant rationnellement la tenue de son foyer et, au-delà, le mode de consommation nécessaire à cet effet, il s’agit bien de produire une identité nouvelle de la femme, notamment dans son rapport au travail, que celui-ci soit domestique ou pas. Ce mouvement n’a pas été sans contradictions : comme le rappelle fort justement M. Marin, « transformer la ménagère en professionnelle », c’est aussi « la renforcer dans la conviction que sa place de femme est avant tout dans la maison11. » La libération de la femme, telle qu’elle est prônée par les disciplines de l’art ménager, n’est donc pas sans équivoque. Le confort qui résulte de l’organisation du travail domestique est quelque part aussi un moyen de fixer une population féminine, la femme devenant le centre décisionnel du foyer, ce qui, on le sait, a son importance dans la gestion même de la famille. La technicisation progressive du confort – le confort moderne est défini dans le Larousse de 1929 comme « l’ensemble de dispositions destinées à rendre un immeuble plus confortable, telles que chauffage central, salle de bain, ascenseur, électricité, etc. » – est donc, en quelque sorte, le facteur décisif qui va permettre à la problématique du confort de s’étendre progressivement, laissant par là même augurer de la mise en place d’un véritable droit au confort.

III – Un droit au confort ?

  • 12 E. Cheysson, « Le confort du logement populaire· (1903), in Machines au foyer, op. cit., p. 237.
  • 13 Voir à ce sujet R. Quillot et R-H. Guerrand, Cent ans d’habitat social – une utopie réaliste, Albi (...)
  • 14 La loi Bonnevay de 1912 fut une étape importante dans le développement des HBM puisqu’elle permit (...)
  • 15 On peut noter une relative indifférence des ouvriers qui est le fait d’une certaine résignation – (...)
  • 16 C. Petonnet, On est tous dans le brouillard, Galilée, 1979 et Espaces habités, Galilée, 1982.

9D’une certaine exigence de confort à sa véritable revendication, il y a un pas et c’est ce pas que semblent franchir les tenants d’une action en faveur du logement social. La création de la société française des HBM (Habitations à bon marché) est semble-t-il l’une des premières pierres apportées à ce que l’on pourrait appeler la constitution d’un droit au confort. Ce droit repose sur des bases simples et se situe dans une logique du « progrès social ». Comme le précise E. Cheysson, «l’hygiène et le confort relatif ne peuvent plus être le privilège exclusif de la richesse12. » Une telle affirmation n’a rien de nouveau : toutefois, elle prend maintenant sens dans un contexte technique qui permet de penser sa réalisation. Le droit au confort, c’est avant tout la constitution d’un confort minimum et garanti par la technique. Le chauffage et l’eau courante sont les deux éléments principaux de ce confort minimum et populaire. L’habitat à bon marché, sur l’histoire duquel nous ne reviendrons pas13, est donc le moyen par lequel la réalisation de ce droit devient possible. On sait les influences majeures que furent, pour les concepteurs des HBM, le familistère de Godin ou les cités ouvrières : or, le problème posé par ces « utopies réalisées » est celui d’une vie collective dont les termes restent à définir, en fonction par exemple de différences culturelles de population venant d’horizons divers et devant apprendre à vivre ensemble, en lieu et place d’une certaine autonomie antérieure. De plus, on a tendance à se méfier, même parmi certains des créateurs des HBM, de l’idée même d’une vie ouvrière rassemblée et concentrée en un lieu, la peur du syndicat ou de l’insurrection étant souvent plus grande que certaines exigences philanthropiques. Le problème posé au logement social est en fait précisément de sortir de l’univers de la philanthropie pour acquérir une existence légale, ce qui sera chose faite avec les deux grands textes que seront la loi Bonnevay en 1912 et la loi Loucheur en 192814. A ce mouvement s’ajoute celui parallèle des locataires qui s’organisent – en créant notamment le syndicat des locataires – notamment en fonction des évictions dont ils font fréquemment l’objet – le déménagement « à la cloche de bois » est d’un usage fréquent – et ce d’une façon de plus en plus importante à partir des années 1910 où le prix des logements augmente de façon considérable, occupant ainsi une place de plus en plus importante dans des budgets ouvriers déjà très serrés. Le droit au logement est une revendication fondamentale, à un moment où la construction est en crise. La revendication du « chez soi » est-elle pour autant à comprendre comme la recherche d’un certain confort ?15 Disons que le confort passe d’abord par la possession d’un logement qui ensuite sera éventuellement aménagé et décoré, « avec les moyens du bord ». La priorité reste pourtant l’habitation individuelle, l’habitation collective comme le HBM n’étant souvent que le dernier recours, chose qui se reproduira d’ailleurs dans les années 1960/70 avec les HLM (Habitations à loyer modéré), comme l’a montré C. Petonnet dans ses travaux16. Des oppositions se font jour entre les préoccupations des uns et des autres, même si tout le monde s’accorde sur un point : la nécessaire amélioration des conditions de logement des classes populaires. Il faudra pourtant attendre l’urgence de la situation qui caractérise la France de l’après-guerre pour que le mouvement de construction de ces logements, engagé dans les années trente, passe à la vitesse supérieure.

IV – Le procès du confort

10Du confort d’apparat au confort des HBM, il y a un monde. Monde des différences qui s’expriment par des pratiques, des représentations qui constituent des « visions du monde » particulières et définissent le fossé qui sépare toujours les riches des pauvres. Mais, à partir de cette diversité, un monde également se constitue, se rassemble autour de l’idée de confort qui malgré tout s’impose peu à peu, de manière univoque. Paradoxe de la diversité des points de vue, de leur coexistence et de leur contradiction, qui produit finalement l’esquisse d’un monde en voie de réalisation.

11A partir des différents points historiques que nous avons évoqués au cours de cette première partie, il nous semble possible d’affirmer un certain nombre de traits spécifiques de la notion de confort. Plusieurs fois, dans nos propos, nous avons été obligés de relativiser les choses : tout se passe en effet comme s’il existait un décalage permanent entre l’idée de confort, telle qu’elle est exprimée dans « l’ordre du discours » et son application au niveau de la vie quotidienne. Ainsi peut-il en être des idées démocratiques, ou plus simplement philanthropiques, définissant le confort comme un droit dans le même temps où l’expression de ce droit est en réalité contestée. L’ordre et la propreté sont des valeurs instituées au moment même où une grande partie de la population vit dans des conditions précaires qui ne les permettent pas. Il existe en quelque sorte un curieux mélange idéologique où se trouvent réunies la nécessité d’intervenir et celle de ne rien faire. Nous pourrions multiplier les exemples qui montreraient la complexité des enjeux liés au confort. Il n’y a somme toute pas un mais des conforts, selon la place que l’on occupe sur l’échelle sociale, bien évidemment, mais surtout selon les habitudes de vie et selon la culture. On peut ainsi affirmer qu’il existe des différences entre le confort vécu par le bourgeois et celui vécu par l’ouvrier. Mais un tel antagonisme « primaire » se voit renforcé par des oppositions plus grandes encore que celles existant entre classes sociales. Il y a, selon nous, des différences culturelles qui interviennent de façon plus importante, notamment dans les habitudes de vie. L’opposition entre la vie publique et la vie privée peut effectivement être différenciée par les classes sociales mais elle le sera aussi et surtout par les cultures locales. Si l’on fait par exemple référence aux travaux de Le Play sur la famille, repris récemment par E. Todd et H. Le Bras, il semble possible de discerner des différences anthropologiques certaines entre les types de familles géographiquement réparties sur le territoire français. Différences remarquables dont nous pouvons faire l’hypothèse qu’elles ne sont pas sans influence sur le mode d’appropriation du confort, en particulier en ce qui concerne les espaces corporels et leur spécialisation. L’idée qu’il nous semble ici nécessaire de développer est que le confort est multiple, entendons par là propice à toute combinaison. Or, la grande invention du XIXe siècle, que va poursuivre le XXe, est celle de la réduction de ce « jeu des possibles », de la progressive mise en relation de « visions du monde » et du confort jusque là indépendantes. Là encore, il s’agit de penser avec prudence cette invention puisque nous avons vu comment certaines résistances pouvaient se faire jour là où on ne les attendait pas, c’est-à-dire chez ceux-là même qui peuvent en tirer quelque intérêt. Nous sommes ici en présence d’un double mouvement contradictoire : préservation, par des pratiques et des règles, d’un modèle confortable fait d’apparat, hérité de l’aristocratie du XVIIIe siècle et devenu le fer de lance d’une grande partie de la bourgeoisie du XIXe siècle, imposition plus générale d’un certain être au monde et constitution de cet être au monde sur un certain nombre de valeurs, parmi lesquelles le confort. Autrement dit, toutes les conditions permettant de définir la possible existence de ce monde du confort sont établies sans qu’il soit pour l’instant possible, à la veille du second conflit mondial, d’en parler avec certitude.

  • 17 P. Bourdieu, Choses dites, Minuit, 1987, p. 125.
  • 18 Voir à ce sujet G. Vigarello, Le Corps redressé, Delarge, 1978.

12L’invention de ce monde du confort est à comprendre selon une logique de l’intérêt. Rappelons ici les travaux de P. Bourdieu quand il précise que « l’intérêt est à la fois condition de fonctionnement d’un champ, en tant qu’il est ce qui fait « courir les gens », ce qui les fait concourir, se concurrencer, lutter, et produit du fonctionnement du champ17. » S’agissant du confort, compris ici de manière générale, nous pouvons admettre l’existence d’intérêts divergents, c’est-à-dire étant situés à l’intérieur de champs indépendants. S’agissant, par exemple, du modèle confortable bourgeois, il semble évident qu’il ne s’agit là que d’une forme particulière de confort, correspondant à une culture et un champ spécifiques, desquels sont exclus, par définition, barbares et autres membres des classes populaires qui n’ont pas les moyens, ni l’intérêt, de jouer ce jeu. Leur jeu se situe sur un autre registre et nous sommes alors en présence d’un certain modèle confortable, autre, c’est-à-dire non défini en opposition – c’est à ce titre que l’antagonisme entre classes ne nous paraît pas suffisant, en termes explicatifs s’entend – mais situé dans un registre de jeu différent. En introduisant l’idée d’un procès du confort, il s’agit avant tout d’affirmer l’existence d’un possible rapprochement – un jeu commun – des différents éléments du corps social qui, peu à peu, vont tous jouer le même jeu. Ce fait est caractéristique du début du XXe où l’on voit notamment des actions syndicales revendicatives se mettre en place tout en conservant, sur des points précis, certaines réticences ou un certain éloignement du jeu, qui témoigne d’un rapport de proximité et de distanciation qui traduit une certaine hésitation « à jouer le jeu » en même temps qu’une crainte d’« être hors-jeu». De la même façon, et pour d’autres raisons, on peut aussi voir les classes privilégiées s’intéresser aux plus démunis, précisément par intérêt. L’invention d’un monde du confort, c’est donc, à partir de ce qui vient d’être dit, avant tout l’invention d’un champ commun du confort, d’un espace contenant les différents enjeux et intérêts, tout en les mettant en confrontation. En parlant de procès du confort, il s’agit donc d’affirmer la possible existence de cet espace englobant progressivement une diversité d’opinions, de pratiques et de représentations et tendant ainsi à donner au confort une « essence » propre, lui assurant de cette façon une continuité dans la diversité. Un certain nombre d’instances institutionnelles comme l’armée ou l’école – par exemple s’agissant du problème de l’hygiène18 – vont servir ainsi de relais permettant l’extension de ce procès, véritable catalyseur d’un « monde du confort » encore à l’état naissant, c’est-à-dire toujours à venir.

Notes

1 N’oublions pas, à ce titre, que la machine est perçue de façon négative au XIXe siècle : elle est « dévoreuse » d’hommes au double sens du terme, c’est-à-dire comme danger pour le corps du travailleur et aussi dans la mesure où elle prend sa place. La question du risque au travail et celle, corollaire, de la responsabilité vont ainsi poser le problème social de l’assurance. A ce sujet, voir F. Ewald, L’État providence, Grasset, 1986.

2 J. De Noblet, « La perception déqualifiée ; », in Machines au foyer, revue Culture technique no3, sept. 1980, Centre de recherche sur la culture technique, p. 135.

3 M. Perrot, « Histoire de la condition féminine et histoire de l’électricité », in L’Electricité dans l’histoire-problèmes et méthodes, PUF, 1985, p. 175.

4 Voir sa célèbre fresque exposée au musée d’Art moderne de la ville de Paris, la « fée électricité ».

5 P. Carré, « Les ruses de la fée électricité », in J-P. Goubert, Du luxe au confort, op. cit., p. 81.

6 Propos rapportés par P. Carré, op. cit., p. 81.

7 P. Carré, op. cit., p. 83.

8 Sur ce point, voir R. Sennett, Les Tyrannies de l’intimité, Seuil, 1979.

9 Cette organisation rationnelle peut parfois prêter à sourire : si l’on peut concevoir une optimalisation des gestes permettant, sur l’ensemble d’une population au travail au sein d’une entreprise, un véritable gain de temps et d’argent, on peut toutefois rester rêveur quant au gain de temps véritable que l’on peut, selon le même procédé, effectuer en fonction du travail d’une seule personne, la ménagère. P. Bernége n’hésite pas à argumenter « naïvement » sur la réduction du temps de l’épluchage des « patates », qui passe de douze à trois minutes ! Le progrès prend ainsi toute sa « mesure ».

10 S. Gieidion, « Cinquante ans de mécanisation à la maison », in Machines au foyer, op. cit., p. 107.

11 M. Marin, « La rationalisation du travail ménager en France dans l’entre-deux-guerres », in Machines au foyer, op. cit., p. l6l.

12 E. Cheysson, « Le confort du logement populaire· (1903), in Machines au foyer, op. cit., p. 237.

13 Voir à ce sujet R. Quillot et R-H. Guerrand, Cent ans d’habitat social – une utopie réaliste, Albin Michel, 1989.

14 La loi Bonnevay de 1912 fut une étape importante dans le développement des HBM puisqu’elle permit à ce type d’habitat d’obtenir une véritable reconnaissance de la part des pouvoirs publics. La loi Loucheur offre, quant à elle, tout avantage à ceux qui aspirent à la petite propriété. Les deux textes ont surtout le mérite d’engager pleinement l’Etat dans la question sociale du logement. Pour plus de détails, voir R. Quillot et R-H. Guerrand, op. cit.

15 On peut noter une relative indifférence des ouvriers qui est le fait d’une certaine résignation – le « sam’ suffit » – quant au problème des conditions de logement. De plus, les origines rurales de la majorité de cette population ouvrière font qu’il existe une certaine habitude à se contenter de peu et à vivre « à la dure·. Rappelons que Villermé, dans ses célèbres tableaux, montre tout autant le sort misérable des paysans que celui des ouvriers. Tout ceci ne signifie pas forcément que le « désir du mieux-ne se fait pas sentir mais, plus simplement, qu’il ne constitue pas encore une priorité. Pour plus de précisions, voir la très belle étude de Y. Lequin dans Histoire des Français XIX-XXe siècles, tome 2 « La société », Colin, 1983 et plus particulièrement le chapitre intitulé « Les soucis du quotidien », p. 384 et suivantes.

16 C. Petonnet, On est tous dans le brouillard, Galilée, 1979 et Espaces habités, Galilée, 1982.

17 P. Bourdieu, Choses dites, Minuit, 1987, p. 125.

18 Voir à ce sujet G. Vigarello, Le Corps redressé, Delarge, 1978.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search