Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Première partie. L’invention d’un monde

Chapitre I. Une idée nouvelle, le confort

Texte intégral

1L’actualité du confort, celle du « confort fait monde », laisse à penser sa relative nouveauté, son irruption récente dans la modernité. Or, il nous semble nécessaire d’interroger cette nouveauté et ses évidences. Pour ce faire et dans un premier temps, nous avons choisi d’avoir méthodologiquement recours aux dictionnaires, ceux-ci nous fournissant une matière discursive particulièrement riche et propice à l’investigation. S’agissant du confort, cette démarche est d’autant plus intéressante et fondatrice car, si l’on s’en tient en effet aux définitions récentes, le confort peut être compris comme « l’ensemble de ce qui contribue au bien-être, à la commodité de la vie matérielle » (Robert 1985) ou encore « l’ensemble des commodités, agréments qui produisent le bien-être matériel ; bien-être en résultant » (Larousse 1982). Quelle lecture critique peut-on faire a priori de ces définitions ? D’une part, elles nous mettent en présence d’un espace de définition relativement large, d’autre part, elles ont en commun d’associer le confort au bien-être matériel.

2Cette association n’est pas sans ambiguïté : le confort est en effet ce qui produit le bien-être matériel et le bien-être qui résulte de cette production. Comment différencier, à partir de là, confort et bien-être ? Est-il possible, en interrogeant les définitions des dictionnaires et leur évolution, de cerner mieux ce qui les distingue ? Cette association est-elle enfin un élément de discussion pertinent quant à la compréhension de la nouveauté du phénomène ? A travers ces différentes interrogations, c’est la question de la « naissance » du confort qui se trouve ici posée et, au delà d’elle, celle de la constitution d’un « monde » qui est engagée.

I – Une rupture de sens

3L’apparition du mot confort au sens de bien-être matériel date de 1842 et se trouve dans le dictionnaire de l’Académie française. La définition donnée est la suivante : « bien-être matériel, aisances de la vie ». Il est aussi mentionné qu’il s’agit là d’un néologisme. Le mot confort a donc changé de sens, un avant et un après se constituent et sont la marque d’une rupture. De quoi s’agit-il ? Contrairement aux « idées reçues », le terme confort est ancien puisqu’on en trouve trace écrite dès le XIe siècle dans la fameuse « Chanson de Roland ». Il vient du latin « confortare » (cum fortis) et signifie – aide, assistance, courage, secours ». Il s’agit de ce que l’on pourrait appeler, à la suite des travaux de J-P. Goubert, le « confort-réconfort ». L’emploi de ce mot tombe en désuétude à partir du XVIIe siècle, comme l’attestent d’ailleurs les définitions du dictionnaire de l’Académie française qui précisent, à partir de 1694, que le mot est « vieux ». C’est pourtant ce mot ancien et obsolète que les Anglais « récupèrent » – cédant peut-être ainsi à une mode « à la française », due au prestige de la cour – au XVIIIe siècle et transforment pour donner au mot « comfort » le sens de « bien-être matériel ». C’est ce sens qui est réintroduit en France par le fait d’anglophiles convaincus comme Chateaubriand – on trouve le terme dans sa correspondance dès 1815 – avant d’être définitivement « institutionnalisé » par la définition de l’Académie en 1842.

  • 1 Rappelons, pour mémoire, les définitions récentes de ces termes : « aisances » renvoie aux « commo (...)

4Un sens nouveau investit donc la notion de confort durant la première moitié du XIXe siècle. Il s’agit là, somme toute, de la première définition moderne du confort, en phase avec les définitions qui vont suivre, associant le confort au bien-être matériel. Cette inscription du confort dans la modernité, originale quant au mot lui-même, ne constitue pas pourtant, quant à son sens, une nouveauté véritable. L’idée de confort préexistait en effet à sa définition puisque ce sens est, à peu de chose près, celui que l’on trouve au XVIIIe siècle dans la définition des « commodités » ou des « aisances » de l’Ancien Régime1. Le néologisme implique donc une rupture de sens qui toutefois s’inscrit dans une continuité. Logique double combinant l’ancien et le nouveau, la continuité et la rupture. Comment dès lors penser le sens de cette rupture de sens, sa nouveauté et en même temps celui de cette continuité qui s’exprime quant à l’idée même du confort ?

II – Le sens d’une rupture

  • 2 S. Gieidion, La Mécanisation au pouvoir, CCI, 1980. (1ère éd : 1948)

5Les commentaires associés aux définitions sont parfois plus intéressants, au sens informationnel, que les définitions elles-mêmes. La nouveauté tient, dès lors, moins dans le changement de sens que dans le sens de l’appréciation qui en est faite. Ainsi, en interrogeant ces définitions, on peut trouver qu’« il n’y a que les peuples avancés qui peuvent avoir l’idée du confort, qui attache au pays, au foyer domestique et qui peut être considéré comme une garantie de la paix générale » (Besch. 1845). Ailleurs, il est mentionné que le « confortable est un progrès tout moderne, né chez les peuples du nord et aux jours d’une civilisation très avancée » ; « ce fils de la civilisation et de l’industrie moderne » a pris naissance « dans les châteaux (britanniques) et (c’est là qu’) il faut en chercher le véritable modèle » (Lar. 1869). Le confort, c’est le progrès et le progrès vient d’Angleterre, mère patrie de la révolution industrielle. Il est ainsi compris comme une conséquence « naturelle » du progrès et rend compte de l’état d’avancement de la société industrielle. Hors du modèle, point de confort possible. Un passé est ainsi amnésié : « Ce n’est pas au Moyen-Âge qu’il faut chercher des traces du confortable et du bien-être », la justification étant que les « mœurs du siècle y étaient opposées ; c’était une époque de ferveur religieuse, où les prêtres allaient disant qu’on était agréable au ciel par la mortification, les souffrances volontaires » (Lar. 1869). Aucun changement n’était d’ailleurs à attendre tant « l’habitude de vivre au milieu de cette absence presque absolue de commodités qui nous paraissent aujourd’hui de première nécessité était si générale, qu’on n’avait pas même le désir d’un perfectionnement quelconque » (Lar. 1869). De même sous François Ier où « les commodités de la vie privée étaient encore bien incomplètes », malgré le luxe évident dont fait étalage la Renaissance. Les fastes de la cour de Louis XIV tiennent du luxe et non du confort. On précise ainsi qu’il « ne faut pas confondre le luxe avec le confortable : chez beaucoup de peuples, à beaucoup d’époques, on a connu l’existence du premier sans même se douter de l’existence du second » (Lar. 1869). Sont ainsi évacuées, au titre de modèles originels possibles, La Grèce et la Rome antiques pourtant à bien des égards techniquement plus proches du XIXe siècle que ne pouvaient l’être le Moyen-Âge ou la Renaissance, comme l'a bien montré S. Gieidion dans son ouvrage La Mécanisation au pouvoir2. Il faut attendre le siècle de Louis XV pour que commence une «révolution » qui apporte « des modifications à la vie intérieure ». « Le confortable commençait à naître mais il était encore bien loin du confortable anglais » (Lar. 1869). Ce n’est donc pas dans le passé qu’il faut chercher quelque origine à « cette tendance de la société moderne » qu’est le confort.

  • 3 J-P. Goubert, op. cit., p. 17.

6Pas plus que dans un ailleurs : « En Orient et dans presque toute l’Asie, les mœurs, les habitudes sont, pour ainsi dire, aussi primitives qu’il y a trois mille ans ; la femme du harem, au milieu du luxe qui l’environne, n’a pas d’autre lit que ses tapis ou ses canapés de repos ; la Chinoise et la Japonaise se reposent sur leurs nattes de jonc, comme les contemporaines de Confucius. Cette stabilité, que quelques uns veulent décorer du nom de respect des traditions, et qui se retrouve aussi bien dans l’homme intérieur que dans l’homme extérieur, n’est autre chose que l’indice de la paresse, de l’indolence et du fanatisme religieux ». De même, « à Rome comme à Naples le confortable est aussi étranger, aussi inconnu qu’il y a dix-huit siècles » (Lar. 1869). Les insouciants peuples du Sud, qui vivent dehors, ne peuvent ainsi connaître les joies du « home, sweet home ». Le véritable, et invisible, géniteur du confort est finalement la société elle-même : « Nos rues sont propres, nos habitations élégantes, nos champs fertiles, nos conditions hygiéniques bien supérieures à celles des siècles passés ; mais c’est au prix d’une activité continuelle, d’un labeur incessant, et le confortable, fils de la richesse, fait l’éloge de la société qui a su se le procurer » (Lar. 1869). Comme l’a remarqué J-P. Goubert, « à l’instar de Dieu, le confort n’a pas été engendré mais créé3. » Nous sommes ici en présence d’un paradoxe fondateur : le confort est tout à la fois la conséquence « naturelle » de l’évolution de la société en même temps qu’il est le produit du travail de la société sur elle-même.

  • 4 A. de Tocqueville, Œuvres complètes, tome 1, « De la démocratie en Amérique », Gallimard, 1961, p. (...)

7La véritable rupture du XIXe siècle tient toute entière dans cette relation dichotomique entre confort et progrès. Ces deux notions sont intrinsèquement liées et il devient alors impossible de penser, d’une part, le confort indépendamment du progrès et de la société qui en est porteuse et, d’autre part, le progrès indépendamment de ce qui constitue l’une de ses manifestations les plus évidentes, puisqu’inscrite dans la quotidienneté, à savoir le confort. Pour être le vecteur du progrès, le bien-être matériel ne peut être la seule préoccupation d’une élite. D’où l’insistance manifeste qui est portée, dans la plupart des dictionnaires, à différencier le luxe du confort. « Le confortable ne dépend pas de la richesse : la médiocrité et la pauvreté même peuvent le créer au moyen de l’économie, de l’ordre et de la propreté » (Lar. 1869). Taine rapporte d’un voyage outre-Manche que « dans les plus pauvres chaumières, on trouve, en Angleterre, quelque objet de confortable et d’agrément ». Un autre grand voyageur, Tocqueville, nous livre, dans un chapitre de De la démocratie en Amérique intitulé « Du goût du bien-être matériel en Amérique », une analyse plus profonde par laquelle il montre que « la passion du bien-être matériel est essentiellement une passion de classe moyenne » qui « grandit et s’étend avec cette classe4. » L’avènement du bien-être matériel, du confort, « qui se fait voir de plus en plus en Europe » est-il dès lors le signe de la constitution d’une nouvelle société, fondée sur de nouveaux rapports de forces ? Un monde effectivement semble se constituer, engageant de nouvelles règles et de nouvelles pratiques.

  • 5 S. Gieidion, op. cit., p. 264.
  • 6 Ibid., p. 265

8L’émergence du bien-être matériel, signe parmi d’autres de la constitution d’un « nouveau monde », n’a pu se faire que sur un « territoire » précis : « la vie sédentaire » est ainsi « l’origine première du confortable ». Cette idée de vie sédentaire nous renvoie directement au Moyen-Âge qui « d’un point de vue moderne (...) ne connut point le moindre confort5. » Le mobilier, si l’on s’en tient à son étymologie, est, par essence, mobile : c’est ce que l’on transporte avec soi, lors d’un voyage ou d’un changement de résidence. La violence et les dangers quasi mythiques qui caractérisent cette période moyenâgeuse renforcent le besoin de réconfort, associé à la recherche d’un lieu protecteur. S’établit ainsi une distinction fondatrice entre extérieur et intérieur que l’on ne peut pas pour autant réduire à la distinction entre public et privé. L’extérieur, c’est la menace, la peur, l’inconnu, l’intérieur l’apaisement, le réconfort. Aussi S. Gieidion a-t-il pu dire que « le confort médiéval existe (...) Fait de satisfaction et de plaisir, (il) a sa source dans la configuration de l’espace. C’est l’atmosphère dont l’homme s’entoure et dans laquelle il vit. Tout comme l’idée médiévale du royaume de Dieu, le confort est quelque chose que l’homme peut tenir dans ses mains. Le confort médiéval est un confort de l’espace. Même vide de meubles, une pièce médiévale semble achevée. Que ce soit une cathédrale, un réfectoire ou la chambre d’un bourgeois, elle vit de ses proportions mêmes, de son matériau et de sa forme6. » Les « bases » du confort moderne sont finalement ici jetées puisque l’évolution historique vers des périodes plus « calmes » va permettre une sédentarisation, celle des hommes bien sûr mais aussi celle du mobilier qui devient immobile, c’est-à-dire dégagé de la contrainte d’être transportable. L’architecture témoigne de cette évolution : les châteaux de la Renaissance – comme son nom l’indique d’ailleurs fort bien – s’ouvrent à la lumière, un nouveau mobilier apparaît et le goût pour la décoration s’affirme. Au confort de l’espace défini par Gieidion parlant du Moyen-Âge s’ajoute un confort des éléments qui composent cet espace : la commode, qui remplace en quelque sorte le coffre des temps anciens, en est une bonne illustration, le mot désignant à la fois un meuble et une qualité. « On orna, on pourvut de toutes les commodités ces salons, ces boudoirs où les jolies marquises habillées de rose allaient trôner et s’épanouir. Ce n’était plus les grandes dames de Versailles passant de longues heures debout autour de la reine, les plus privilégiées assises sur un méchant tabouret, c’était de coquettes beautés qui, mollement étendues sur un canapé ou un beau fauteuil, allaient voir défiler devant elles et la cour et la ville, bien commodément, bien à leur aise et débarrassées d’une pesante étiquette (Lar. 1869). »

  • 7 G. Duby et R. Mandrou, Histoire de la civilisation française, tome 2, Colin, 1958, p. 110.
  • 8 Ibid., p. 111.
  • 9 Renvoi peut être ici fait à J-B. de la Salle, auteur des Règles de la bienséance et de la civilité (...)
  • 10 N. Elias, La Civilisation des mœurs, Calmann-Lévy, 1973.
  • 11 A. Corvisier, Arts et sociétés dans l’Europe du XVIII, PUF, 1978, p. 75.

9Un tel « souci du corps » n’aurait pu avoir cours au Moyen-Âge puisqu’aucune autre époque ne renonça si énergiquement au confort corporel « Prendre ses aises », « avoir ses commodités » deviennent les préoccupations essentielles d’une « vie intérieure » qui peu à peu se privatise. Un espace privé, « à l’abri des regards » et où l’on se retire non sans quelques intrigues, devient peu à peu mitoyen de l’espace d’apparat et de montre où l’on paraît, de manière publique. La spécialisation des pièces témoigne de cette nécessité nouvelle : il faut « construire dans le double but de se trouver bien chez soi et de pouvoir recevoir7. » Double jeu de la scène et des coulisses, du paraître et de l’être, de la montre et du retrait. Louis XVI peut symboliquement s’adonner aux joies de la serrurerie et Marie Antoinette jouer à la bergère au Petit Trianon : chacun, même et dans un sens surtout les plus illustres personnages du royaume, peut disposer d’un « jardin secret ». Cette mode s’étend et « même Versailles, même la vie de la Cour suit ce mouvement vers le confort et l’intimité8. » Ce fait est le signe de l’émergence de nouvelles frontières, tant spatiales que morales. L’on n’assiste plus ni au lever ni au coucher du roi, ni même à ses besoins. De nouvelles règles de savoir-vivre apparaissent9 et la « civilisation des mœurs », pour reprendre le titre de l’ouvrage de N. Elias10, se constitue peu à peu. Pour autant, « il ne s’agit pas pour les membres de l’élite de supprimer les contraintes du rang et de la représentation mais d’éviter les occasions de les subir, par la recherche de l’isolement, du confort et de l’agrément11. » Au confort-luxe, signe d’apparat et de montre, s’ajoute peu à peu un confort-sensation qui possède ses lieux et s’applique au corps individuel qui, symboliquement, se privatise en se cachant.

  • 12 M. Vovelle, « Le corps montré, le corps caché », in L’Homme et son corps – de la biologie à l’anth (...)
  • 13 M. Foucault, Surveiller et punir, Gallimard, 1975.
  • 14 P. Dibié, Ethnologie de la chambre à coucher, Grasset, 1987, p. 83.

10Le retrait du corps, la montée de la pudeur et de l’intime, la constitution de « territoires privés » organisent des pratiques et des représentations nouvelles. M. Vovelle a ainsi montré, dans une étude consacrée au regard des vivants sur le corps des morts du Moyen-Âge à nos jours12, comment on était passé d’une problématique du corps montré – nudité du mort – à celle du corps caché – habillage du mort, invention du cercueil – qui, au delà de la seule pratique funéraire, caractérise bien ces changements en cours dans la perception du corps. On pourrait de même faire ici référence aux travaux de M. Foucault sur le « corps des condamnés » dans Surveiller et punir13. De la même façon, certaines pratiques corporelles deviennent circonscrites à des lieux – cabinet d’aisances, cabinet de toilette, chambre à coucher – auxquels va peu à peu être associé le confort. La recherche de bien-être est un exercice solitaire qui se détache de plus en plus du « monde » et de ses contraintes. Le confort devient symboliquement en soi un « monde », auquel on sacrifie certains gestes, certains usages, dans lequel on apprend peu à peu à « être soi-même ». Cette « nouvelle intimité implique un besoin de confort, confort qui accentue les inégalités et implique qu’à chaque mode de vie correspond un espace réservé qui lui est propre14. »

11L’émergence du confort se situe donc sous le coup d’une double nouveauté : celle d’une société qui apparaît et qui est définie à partir de l’idée de progrès, celle de pratiques et de représentations spatiales et corporelles liées à la montée de l’intime, à la sédentarisation et à la privatisation de la vie. Le confort est, en ce sens, une émanation nouvelle, exprimant « un certain état de commodité, de bien-être et de satisfaction physique : c’est l’ordre et l’harmonie de la vie matérielle » (Besch.). Entre cette définition de 1845 et celles ayant cours de nos jours, il n’y a, somme toute, aucune différence. Cette continuité discursive est une invite à penser l’édification d’un certain « être au monde ». A la seule, et anecdotique, rupture de sens qui caractérise la notion de confort s’ajoute une rupture plus importante qui s’opère, par le confort, dans la quotidienneté. Nous sommes ici en présence d’un « monde à l’état naissant ».

  • 15 Cet universalisme, typique du XIXe siècle, définit une position particulière de la France par rapp (...)
  • 16 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme – XVe-XVIIIe siècles, tome 1 « Les st (...)

12Certes, ce nouveau rapport au corps et à l’espace auquel renvoie le confort n’est au début du XIXe siècle que le fait d’une élite aristocratique. La bourgeoisie triomphante va s’emparer de ce confort auquel elle est symboliquement attachée – en termes distinctifs s’entend – et va peu à peu le retravailler dans une double perspective : maintenir la distinction et la légitimation par le confort, définir les bases d’un confort normalisé que l’on pourrait, grâce au progrès, étendre progressivement aux autres couches de la population. Ce bienfait apporté par la civilisation, devenu « le signe caractéristique d’une société polie », ne peut en effet être gardé par devers soi : il a, dans l’inspiration des Lumières, une vocation universelle et universalisante15. Le confort ne peut ainsi être compris comme étant ni de tous les temps, ni de toutes les cultures : défini comme du bien-être matériel, il devient une forme culturelle particulière même si celle-ci est idéologiquement pensée comme «naturelle ». Le « monde du confort » est dès lors effectivement en train de naître, témoignage de l’avancée d’une « civilisation matérielle » dont F. Braudel a bien montré les étapes fondatrices depuis le XVe siècle16. Ce « monde » caractérise une élite aristocratique, celle de la société de cour, ainsi qu’une élite bourgeoise qui joue un rôle de plus en plus important depuis la révolution de 1789.

13A partir des définitions des dictionnaires que nous venons d’interroger, il s’agit maintenant, afin de mieux appréhender le phénomène qu’est le confort, de le soumettre à « l’épreuve des faits ». Si les dictionnaires nous ont permis d’effectuer, à partir de l’analyse des définitions données, une première et utile « lecture » du confort, il n’en demeure pas moins que nous sommes ici en présence d’un « point de vue » – ou d’un discours – parmi d’autres, qui possède ses raisons d’être et son idéologie, qu’il s’agit maintenant de dépasser. Pour ce faire, il est nécessaire d’interroger le lien fondateur entre confort et progrès à partir de ce qui émerge, dans les définitions, comme étant les manifestations les plus évidentes de ce lien, à savoir l’hygiène et la mécanisation du confort. Outre le fait que ce choix est préfigurateur de notre modernité, il permet selon nous de bien comprendre, à travers le contexte du XIXe siècle, l’évolution du confort et des enjeux, des pratiques et des représentations qui le caractérisent. Nous avons évoqué, à partir de l’examen des définitions données par les dictionnaires, l’existence possible d’un « nouveau monde ». Reste maintenant à essayer de l’appréhender au niveau de ses formes quotidiennes.

Notes

1 Rappelons, pour mémoire, les définitions récentes de ces termes : « aisances » renvoie aux « commodités de la vie », qui sont par ailleurs définies comme « ce qui rend la vie plus agréable, plus confortable » (Robert 1985). Il est à noter que ce terme est aussi, depuis peu, la traduction du terme anglais « utilities » qui désigne les « équipements apportant le confort, l’hygiène, etc. à un logement » (ibid).

2 S. Gieidion, La Mécanisation au pouvoir, CCI, 1980. (1ère éd : 1948)

3 J-P. Goubert, op. cit., p. 17.

4 A. de Tocqueville, Œuvres complètes, tome 1, « De la démocratie en Amérique », Gallimard, 1961, p. 135.

5 S. Gieidion, op. cit., p. 264.

6 Ibid., p. 265

7 G. Duby et R. Mandrou, Histoire de la civilisation française, tome 2, Colin, 1958, p. 110.

8 Ibid., p. 111.

9 Renvoi peut être ici fait à J-B. de la Salle, auteur des Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne.

10 N. Elias, La Civilisation des mœurs, Calmann-Lévy, 1973.

11 A. Corvisier, Arts et sociétés dans l’Europe du XVIII, PUF, 1978, p. 75.

12 M. Vovelle, « Le corps montré, le corps caché », in L’Homme et son corps – de la biologie à l’anthropologie, Ed. du CNRS, 1985.

13 M. Foucault, Surveiller et punir, Gallimard, 1975.

14 P. Dibié, Ethnologie de la chambre à coucher, Grasset, 1987, p. 83.

15 Cet universalisme, typique du XIXe siècle, définit une position particulière de la France par rapport à celle des autres grandes puissances européennes, notamment la Prusse qui est déjà en quête d’un modèle racial spécifique et ô combien préfigurateur. La France, par une diversité culturelle qui est assurément à l’origine de cet universalisme, occupe ainsi une place à part dans l’histoire du colonialisme, place relativement éloignée, dans ses principes, de celle tenue par les Anglais, les Allemands ou encore les Belges. S’agissant du confort, cet universalisme vecteur d’égalité se heurte aux particularismes locaux, c’est-à-dire à cela même qu’il devait dépasser. Ce conflit entre l’universel et le particulier est, somme toute, propre à la France dans la mesure où elle seule se situe dans cette logique de l’universel, née des Lumières. C’est ce même conflit qui va retentir en France, notamment sous la IIIe République pendant laquelle la constitution d’une nation « républicaine »·devient primordiale. L’invention de la France, pour reprendre le titre du beau livre de Todd et Le Bras, est en marche.

16 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme – XVe-XVIIIe siècles, tome 1 « Les structures du quotidien » et tome 3 « Le temps du monde », Colin, 1979.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search