Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Première partie. L’invention d’un monde

Introduction

Texte intégral

«La vie, là, serait facile, serait simple. Toutes les obligations, tous les problèmes qu’impliquent la vie matérielle trouveraient une solution naturelle. Une femme de ménage serait là chaque matin. On viendrait livrer, chaque quinzaine, le vin, l’huile, le sucre. Il y aurait une cuisine vaste et claire, avec des carreaux bleus armoriés, trois assiettes de faïence décorées d’arabesques jaunes, à reflets métalliques, des placards partout, une belle table de bois blanc au centre, des tabourets, des bancs. Il serait agréable de venir s’y asseoir, chaque matin, après une douche, à peine habillé. Il y aurait sur la table un gros beurrier de grès, des pots de marmelade, du miel, des toasts, des pamplemousses coupés en deux. Il serait tôt. Ce serait le début d’une longue journée de mai (...) Le confort ambiant leur semblerait un fait acquis, une donnée initiale, un état de leur nature. -
G. PEREC, Les Choses

1Nous vivons dans le monde du confort et de ses évidences : une simple pression du doigt sur un commutateur et la « fée électricité” dévoile toute sa magie, un robinet que l’on tourne et l’eau arrive, abondante et chaude. Lave-vaisselle, lave-linge, four programmable sont autant de « servantes mécaniques » qui remplissent les tâches de notre domesticité, nous laissant le loisir de vaquer à d’autres occupations, celle par exemple de se reposer, journal en main et pantoufles aux pieds, dans la profondeur confortable d’un canapé moelleux, après une longue journée de travail.

  • 1 J-P. Goubert, Du luxe au confort, Paris, Belin, 1988, p. 17.

2« Tous, qui que nous soyons, quelque fonction que nous assumions, quelque tâche que nous ayons, nous rendons un culte au dieu Confort »1, tous nous sacrifions quotidiennement à ces « micro-rituels » quasi-invisibles : qu’une panne survienne et nous prive d’eau ou d’électricité et nous voilà subitement transportés quelques cinquante ans en arrière, dans un passé que l’on croyait révolu, définitivement amnésié par notre modernité triomphante. En un instant, un monde disparaît : certains objets, certains gestes nous deviennent inutiles car sans effets, nos habitudes sont contrariées et nos besoins différés. Nous retrouvons ainsi, l’espace d'une coupure, les gestes de nos grand-mères qui s’éclairaient à la bougie ou à la lampe à pétrole et allaient chercher l’eau à la fontaine ou à la citerne. Impensable et insupportable « retour en arrière », qui témoigne toutefois de notre capacité à gérer et à pallier l’interférence, à sortir du fond d’un placard un « double archaïque » de la technique qui nous permet d’assurer, tant bien que mal, notre « survie ». La vie « normale » reprendra son cours avec le retour de l’eau, de la lumière ou de l’image, avec ce retour à la modernité et à ses évidences...

  • 2 Le recours au dictionnaire pose bien évidemment la question du statut qu’il est possible d’assigner (...)

3La panne, dès lors qu’elle intervient, est symboliquement le «révélateur » d’une multitude d’actions quotidiennes, invisibles car habituelles, qui sont le fait d’un certain être au monde, d’une certaine culture. Parler d’un « monde du confort » n’a en effet de sens que si l’on conçoit également l’existence d’une « culture du confort », culture inscrite dans la quotidienneté. Ce qui apparaît aujourd’hui évident – par exemple l’utilisation de tel appareil pour effectuer telle tâche – pouvait hier ne susciter que de la réticence ou de l’incrédulité. Ce monde du confort, il s’agit donc de le circonscrire, d’interroger ses fondements historiques, de dégager les grandes étapes de son invention. Pour ce faire, et devant la complexité évidente à laquelle nous renvoie cette évocation, il est nécessaire de s’appuyer préalablement sur un outil relativement sûr, à savoir le dictionnaire2. Qu’en est-il du mot confort, de ses origines, de son sens ? En quoi peut-il être effectivement pensé comme signe permettant de penser l’existence d’un monde et selon quels critères ? Nous prendrons appui sur les définitions du confort en vigueur depuis le début du XIXe siècle puisque c’est à cette époque que le mot apparaît dans son sens moderne. Ces définitions prennent elles-mêmes sens dans un contexte sociétal particulier, qu’il nous faudra interroger en dépassant la « réalité discursive » du confort présentée dans les seuls dictionnaires. S’il ne s’agit pas, dans le cadre de cette étude, de faire l’histoire de la quotidienneté liée au confort, force est néanmoins de rappeler un certain nombre de faits fondateurs, tels qu’ils peuvent être saisis à partir du problème de l’hygiène et de la mécanisation du confort. Enfin, pour clore cette première partie, c’est l’évolution même du confort et de son sens qu’il s’agit sociologiquement d’interroger : au delà des différences de formes – pratiques, représentations, etc. – une certaine continuité apparaît, fondatrice assurément de ce monde du confort que nous connaissons aujourd’hui.

Notes

1 J-P. Goubert, Du luxe au confort, Paris, Belin, 1988, p. 17.

2 Le recours au dictionnaire pose bien évidemment la question du statut qu’il est possible d’assigner à une définition. Témoignage écrit de l’évolution d’une langue, le dictionnaire peut être considéré comme un indicateur pertinent dans la mesure où il donne à voir – et légitime – une certaine réalité discursive ; en ce sens, il est une « source » particulièrement intéressante à utiliser d’un point de vue méthodologique.
Parmi les dictionnaires les plus fréquemment utilisés, citons :
Le Dictionnaire de l’Académie française, Paris, J-B. Coignard, 1694 ; le Complément du Dictionnaire de l’Académie française, Paris, F. Didot, 1842 ; le Dictionnaire universel de la langue française ou Bescherelle, Paris, Simon-Garnier, 1845 ; le Grand dictionnaire universel Larousse, Paris, Larousse, 1869 ; le Larousse du XXe siècle (sous la direct, de P. Augé), Paris, Larousse, 1928. Le choix des définitions utilisées s’est fait en fonction de deux critères principaux : celui « généalogique » permettant de situer l’évolution du mot, sa date d’apparition, ses changements de sens au sein de la langue française – le dictionnaire de l’Académie française reste à ce titre la meilleure référence – et celui « idéologique » permettant de saisir le sens du mot confort à travers les explications données notamment par les dictionnaires encyclopédiques comme le Larousse. Précisons enfin que ce travail a pu être mené grâce à l’aide précieuse qui nous a été fournie par l’Institut national de la langue française (URL1 Trésor général des langues et parlers français) qui a mis à notre disposition l’essentiel des définitions concernant le confort depuis la fin du XVIIe siècle.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search