Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Introduction générale

Texte intégral

1Que se passe-t-il aujourd’hui avec le confort ? La question peut certes surprendre mais en est-il de meilleure pour traduire l’actuel engouement pour le confort qui semble prévaloir au sein de nos sociétés modernes et avancées ? Le confort est à la mode. Quotidiennement se célèbre son culte : tout est ainsi fait pour que le moindre de nos désirs soit prévenu, le moindre souci évité, le moindre besoin satisfait. Tout se passe en effet comme si le confort était devenu une préoccupation essentielle de notre époque moderne, une sorte de fièvre qui aurait gagné le moindre interstice de notre vie quotidienne, une quête de tous les instants devenue de plus en plus prenante. Nous vivons ainsi dans le monde du confort et de l’assurance, dans lequel le bonheur est consommable et le risque calculé, pour lequel l’abondance a peu à peu été instituée comme un droit.

2Nous savons pourtant ce que ce bonheur peut avoir de futile et de dérisoire, ce bien-être d’aléatoire et de provisoire. Rien n’est jamais acquis et ce qui l’est devient à préserver par tous les moyens. En cette période de crise, à l’heure où, à l’Est, une idéologie s’effondre, où l’état des rapports Nord-Sud devient de plus en plus conflictuel et où, un peu partout dans le monde, s’attisent des foyers de mécontentement et de rebellion, le confort, lot des pays industrialisés modernes, semble n’en avoir que plus de poids, comme si ces menaces diverses ne faisaient qu’accentuer notre besoin de confort et de protection. Devenons-nous ainsi, un peu plus chaque jour, victimes de cette « alchimie confortable » qui nous rend, chaque jour un peu plus, prisonniers de cette « prison dorée » que devient le « home » protecteur, voire, de manière plus générale, la société elle-même ?

3Pourtant, le doute demeure et la question, non sans quelque évidence, se pose : « Qu’est-ce que le confort ? », comme si, malgré tout, il s’agissait en quelque sorte d’exorciser ce bonheur coupable, ce privilège qui distingue les sociétés dites modernes de celles qui ne le sont pas. Qu’est-ce que le confort ? Question fondatrice en même temps que révélatrice, paradoxale aussi puisqu’elle oblige à se confronter à l’un des éléments qui composent notre modernité tout en prenant quelque distance avec elle, afin de ne pas être à la fois juge et partie. Qu’est-ce que le confort ? C’est par cette question, à la banalité inversement proportionnelle à la complexité qu’elle engage, qu’il nous a fallu investir le sujet, sans toutefois prétendre l’épuiser.

4D’emblée, il nous est apparu que la réponse que l’on pouvait apporter à une telle question importait moins que les raisons qui faisaient qu’elle était aujourd’hui posée. Autrement dit, nous nous sommes placés dès le départ dans une logique de recherche visant moins à établir une définition du confort qu’à savoir en quoi l’existence d’une telle définition pouvait être pensée comme un enjeu. C’est donc à partir de ce constat préalable que s’est fondée une « quête » de sens s’appliquant tout autant à la notion elle-même qu’à ses diverses « réalités ».

5Nous vivons aujourd’hui dans le monde du confort. Un tel présupposé demande d’éclairer ce qui constitue ses limites ou, pour dire autrement, ses frontières, qui sont à la fois spatiales, temporelles et corporelles. Devant la difficulté inhérente à toute investigation se situant sur le « fil du rasoir de l’actualité », un retour en arrière s’imposait, afin de déterminer les conditions objectives de constitution de ce monde que nous connaissons aujourd’hui. L’invention du confort, c’est bien évidemment avant tout l’invention d’un monde dans lequel prennent progressivement place pratiques et représentations centrées sur une idée de confort nouvellement définie, comme c’est le cas au début du XIXe siècle. Un « monde à l’état naissant » ainsi apparaît, monde dont les contours s’esquissent peu à peu, au fur et à mesure que le confort acquiert une certaine consistance sociale, devenant, sinon un enjeu, du moins une préoccupation de plus en plus importante. Malgré la diversité d’enjeux et d’intérêts qui le caractérisent déjà, le confort relève d’une certaine continuité, laissant entrevoir sa possible prise en compte en tant que processus (cf : Ire partie : « L’invention d’un monde »).

6C’est à travers l’évolution de ce procès ainsi mis à jour qu’il faut suivre les étapes constitutives du monde du confort. A ce titre, la période des « trente glorieuses » peut apparaître comme charnière puisqu’elle marque l’entrée de la France dans la modernité... et dans le confort. La modernité impose ainsi certaines de ses évidences, parmi lesquelles celle d’une technique toute-puissante qui, peu à peu, prend à sa charge de régir notre univers quotidien. L’avènement de la société de consommation conduit de même à une diffusion rapide de biens de confort dont certains possédaient jusque là un caractère hautement distinctif. En ce sens, les années glorieuses de la croissance et du développement sont aussi celles pendant lesquelles le confort devient une valeur emblématique qui témoigne de l’état d’avancement de la société, en quête de mieux-être et de bonheur (cf : IIe partie : « L’âge d’or du confort ») Nous savons aujourd’hui que bon nombre des évidences de cette période dorée ont débouché sur la crise, crise pouvant être comprise tant de manière économique que symbolique. Aux difficultés qui touchent le système économique dans son ensemble, et bloquent ainsi certains de ses rouages, s’ajoutent les répercussions, souvent négatives, émanant de ces années de fort développement. Le progrès économique ne peut plus être la garantie du progrès social. A l’amélioration incontestable des conditions de vie et du confort s’adjoint un inconfort qui va sans cesse grandissant. A partir des années de crise, l’évolution du procès du confort devient dépendante du développement simultané de l’inconfort. Il ne s’agit plus simplement d’améliorer en proposant plus de confort mais aussi de réduire, ou du moins de gérer, les inconforts multiples qui surgissent et touchent le corps social dans son intégralité. C’est ainsi qu’il s’avère possible de penser la crise comme un tournant paradoxal dans la mesure où c’est elle qui impose une extension de la problématique du confort à de « nouveaux territoires », ceux de la vie publique par exemple, alors même que le confort perd une partie de sa symbolique. Le monde du confort s’est ainsi constitué au moment même où l’on pouvait envisager l’éventualité de sa disparition (cf : IIe partie : « Le monde du confort et ses paradoxes »).

7D’un monde à l’état naissant à un monde aujourd’hui constitué, quelques cent cinquante ans se sont écoulés, un siècle et demi pendant lequel le confort a subi d’importantes modifications tout en restant finalement une préoccupation relativement constante. La diversité et le renouvellement permanent des formes de confort, tels qu’on peut en prendre la mesure au cours de cette histoire, imposent finalement une certaine idée du confort. L’invention du confort est donc avant tout à comprendre comme une suite de « micro-inventions » – la mécanisation du confort, la réalisation d’un minimum confortable technique, l’extension de la problématique du confort à la sphère publique – qui a peu à peu façonné le sens de cette notion en lui conférant, malgré une apparente diversité, une certaine permanence. L’actualité du confort n’est en ce sens que le produit d’un procès imposant progressivement une certaine idée du confort. Du confort d’apparat qui définit la seconde moitié du XIXe siècle à l’ère actuelle de la « confortique », il y a un « monde », dans les deux sens du terme : d’énormes différences, du point de vue des technologies, des modes de vie ou encore du niveau de vie, séparent en effet ces quelques cent ans d’histoire et, dans le même temps, un lien symbolique semble pouvoir unir cette diversité et permettre au delà de penser l’existence d’un monde commun. Notre modernité, à l’aube du XXIe siècle, n’est, à bien des égards, s’agissant du confort, que peu différente, au niveau des questions qu’elle se pose, de la première partie du siècle précédent. Parce que liée de près à l’homme, à ses désirs comme à ses frustrations, à ses peines comme à ses joies, la question du confort est, par essence, relativement intemporelle, interpellant ainsi constamment notre modernité. Notre capacité à produire un certain être-ensemble, à maintenir une certaine cohésion sociale est, si l’on y réfléchit bien, toute entière engagée par cette question du confort. Si celle-ci est aujourd’hui symptomatiquement posée avec tant de force, c’est sans nul doute parce qu’à l’heure actuelle la production de cet être-ensemble est, plus que jamais, un problème qui est posé.

8La question du confort n’a, jusqu’ici, que peu interpellé les sociologues, sauf pour l’envisager dans les termes d’une problématique de la distinction ou pour constater l’apparente superficialité d’une notion soumise aux aléas de la mode et de la consommation. Ce qu’il s’agit d’entreprendre, avec cet ouvrage, c’est finalement la mise en place d’un modèle explicatif permettant de dépasser l’analyse du seul renouvellement des formes de confort et de ses effets pour s’engager dans l’analyse de la permanence qui impose, à travers cette invention incessante, le confort comme une forme sociale. En ce sens, il s’agit d’éclairer, de manière nouvelle, ce que peuvent être aujourd’hui le sens et le rôle du confort dans nos sociétés développées. Au moment même où notre modernité semble être en proie à bien des doutes et à bien des incertitudes, le confort est à comprendre comme une des notions clefs qui permettra peut-être ainsi de les dépasser.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search