Version classiqueVersion mobile

L’Invention du confort

 | 
Olivier Le Goff

Avant-propos

Texte intégral

« — Vous n’êtes pas sûr de ce que vous dites ? Vous allez de nouveau changer, vous déplacer par rapport aux questions qu’on vous pose, dire que les objections ne pointent pas réellement vers le lieu où vous vous prononcez ? vous vous préparez à dire encore une fois que vous n’avez jamais été ce qu’on, vous reproche d’être ? Vous aménagez déjà l’issue qui vous permettra (…) de resurgir ailleurs et de narguer comme vous le faites maintenant : non, non, je ne suis pas là où vous me guettez, mais ici d’où je vous regarde en riant.
Eh quoi, vous imaginez-vous que je prendrais à écrire tant de peine et tant de plaisir, croyez-vous que je m’y serais obstiné, tête baissée, si je ne préparais – d’une main un peu fébrile – le labyrinthe où m’aventurer, déplacer mon propos, lui ouvrir des souterrains, l’enfoncer loin de lui même, lui trouver des surplombs qui résument et déforment son parcours, où me perdre et apparaître finalement à des yeux que je n’aurai jamais plus à rencontrer. Plus d’un, comme moi sans doute, écrivent pour n’avoir plus de visage. Ne me demandez pas qui je suis et ne me dites pas de rester le même : c’est une morale d’état civil ; elle régit nos papiers. Qu’elle nous laisse libres quand il s’agit d’écrire. »
M. Foucault, L'Archéologie du savoir.

« Ce que je reproche à l’égalité, ce n’est pas d’entraîner les hommes à la poursuite des jouissance défendues ; c’est de les absorber entièrement dans la recherche des jouissances permises. »
A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique.

1Quatre années se sont écoulées depuis que, pour la première fois, je me suis penché sur un objet de recherche paradoxalement bien inconfortable, le confort. Une boutade de mes collègues ingénieurs du LESCO (Laboratoire Ergonomie Santé Confort) – laboratoire de l’INRETS (Institut National de REcherche sur les Transports et leur Sécurité) pour lequel j’ai réalisé ce travail – me revient aujourd’hui à l’esprit : « Grâce à toi, nous allons enfin savoir ce qu’est le confort ». Remarque non exempte d’ironie envers le sociologue et sa prétention à tout expliquer, témoignage dans le même temps d’une méconnaissance du « métier de sociologue » me remémorant un texte de Simmel sur les frontières de la sociologie et sur le fait que, précisément, la sociologie est souvent perçue comme « sans frontières », c’est-à-dire capable de tout expliquer. Jamais peut-être, jusqu’à ce jour, je n’avais été confronté à ce problème me faisant prendre conscience de ce que pouvait être la place réservée au sociologue dans un univers technique et m’imposant, s’agissant de la définition du champ de ma recherche, d’objectiver, un peu plus que d’habitude, mon objet de recherche. Pourquoi s’interroger sur le confort, en quoi cela constituait-il un problème et pour qui ? La prise en compte du milieu dans lequel je me trouvais me donnait déjà quelques éléments de réponse, le confort étant à l’INRETS un objet de recherche défini en fonction d’approches techniques menées sur le confort postural des sièges de voiture, sur le confort thermique des autocars ou encore sur le confort acoustique des voitures ferroviaires. Ces différentes approches laissaient toutefois apparaître un vide explicatif, une limite dans l’appréhension technique de cette notion de confort. « Nous allons enfin savoir ce qu’est le confort ». Mission impartie au sociologue : établir une mesure sociale du confort – comme on établit une mesure thermique – donner sens là où il y a un vide, autrement dit remplir les cases manquantes, celles inexpliquées par la technique. Premiers contacts, premières frictions entre la technique et le social en fonction des modes d’approches et des logiques de recherche différents. Découverte de la biomécanique, de la thermique, de l’ergonomie, c’est-à-dire de façons autres de penser le confort en particulier et le monde en général. Et au bout du compte une demande aussi simple en apparence que complexe en réalité : « préciser et comprendre le contenu social de la notion de confort, mettre à jour ses déterminants sociaux ». Ainsi a commencé une « aventure » de quatre ans, véritable « immersion » dans le confort.

2L’univers technique impressionne par la logique qui est la sienne. Immédiate, allant droit au but, s’exprimant par la certitude du chiffre, objective. Réaction d’orgueil, somme toute, que celle qui me conduisit à prendre de la hauteur, à me situer dans un ailleurs dépassant cette logique technique tout en l’interrogeant, et à appréhender le phénomène confort dans sa totalité. La naïveté du début de ma recherche a peu à peu laissé la place au doute. « On va enfin savoir ce qu’est le confort ». Pas si facile que cela de « dire le confort ». A l’amicale ironie que je sentais dans ces propos se substituait, au fur et à mesure de l’avancée de mon travail, la difficulté réelle de la tâche. Et ce d’autant plus que les sciences sociales étaient pratiquement vierges sur ce sujet. Une responsabilité m’incombait dont j’étais à la fois fier et inquiet. A l’heure où j’écris ces lignes, je porte encore le poids de cette responsabilité. Ai-je dit le confort et l’ai-je bien dit ? Une recherche sur le confort ne peut se faire que dans l’inconfort.

3Cet inconfort a toutefois été « pondéré » par le confort qui m’a été procuré pendant ces quatre années de recherche. Que soient remerciés tous les membres du laboratoire pour leur aide et leur gentillesse à mon égard. De même, je veux associer à ces remerciements MM. P. Fritsch, J-M. Berthelot, A. Tarrius et J-L. Ygnace, membres de mon jury de thèse. Enfin, j’ai dû, pour réaliser ce travail, compter sur mes amis et ma famille. Que soient remerciés ici tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, m’ont soutenu et réconforté pendant les moments de doute et ont su également partager les joies de cette recherche. Au bout du compte, il me reste en mémoire tous ces visages aperçus, tous ces sourires entrevus, ces paroles entendues dont je mesure aujourd’hui l’importance. Et si c’était aussi cela, le confort ?

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search