Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin matin. Séance dirigée par Jean Sgard

Notes pour le traitement informatique de dix années des « Mémoires de Trévoux »

Pascale Ferrand

Texte intégral

  • 1 Travaux du Centre d’Études des XVIIème et XVIIIème siècles, à travers la presse traitée par l’ordin (...)

1Le travail de dépouillement des Mémoires de Trévoux poursuivi par le Centre d’Études du XVIIIème siècle en relation avec le Centre d’Études des XVIIème et XVIIIème siècles met à notre disposition une énorme masse de données prêtes à être saisies et traitées par ordinateur ou, comme c'est le cas pour les années 1730 - 1740, déjà transformées en fichiers informatiques. La tentation était donc grande d’utiliser cet ensemble considérable d’informations à d’autres fins que celles que lui avaient d’abord assignées ceux qui ont mis sur pied ce travail d’inventaire des journaux anciens. Notre travail se fonde en effet sur le dépouillement destiné à la saisie des périodiques des XVIIème et XVIIIème siècles tel qu’on peut le voir dans le listing présenté par P. Jansen pour l’année 17681. A partir de ces données nous envisageons de repérer et, le cas échéant, de définir une possible stratégie du périodique. L’ordinateur saisit pour nous, et mieux que nous, toutes les données dont nous disposons grâce à cet inventaire, mais il ne dispose que de ces données. Il est donc bien certain que les résultats que nous obtiendrons (quels qu’ils soient) imposeront au chercheur qui les exploitera un retour au texte du périodique ; ce retour se fera cependant après observation des phénomènes statistiques qu’aura mis en lumière l’exploitation informatique du fichier.

Le fichier

2Il se constitue d’une part

  • du titre du périodique
  • titre de l’article2
  • du titre de l’ouvrage commenté
  • du nom de l’auteur de l’article
  • du nom de l’auteur de l’ouvrage commenté3
  • de la date de l’article
  • du nombre de pages (ainsi que de la page initiale) de l’article
  • du genre de l’article4
  • 5 Généralement confondue avec les articles dans les Mémoires de Trévoux.

3d’autre part de deux relevés notant, grâce à des mots-clés, les thèmes principaux et les thèmes secondaires abordés par le journaliste ou l'auteur de l’original pour chaque unité de dépouillement5.

4Si le nombre d’informations que le fichier informatique met à notre disposition est important, il est, par sa nature même, nécessairement limité : nous ne disposons plus, au stade de l’exploitation, des multiples informations que nous offrait le texte lui-même : classification de l’article dans la table des Mémoires de Trévoux, présence ou absence de lignes d’introduction avant l’énoncé du titre ; bien plus, nous n'avons plus la moindre idée du point de vue du journaliste sur l’ouvrage mentionné : est-il favorable ou non aux idées qu’il expose ? L'ordinateur ne nous en dira certainement rien... On voit donc comment, dans son principe même, le travail que nous avons entrepris par l'intermediaire de l’informatique ne peut-être que solidaire du travail de lecture et d'étude du texte du périodique.

  • 6 Le dépouillement original des Mémoires de Trévoux nous propose par exemple, à côté de l’auteur d’u (...)

5Si, par certains côtés, le fichier informatique dont nous disposons, nous fait perdre certaines informations, il est par ailleurs d'une richesse quelque peu encombrante pour les recherches statistiques que nous poursuivons. En effet, l’inventaire des périodiques suppose une précision dans la définition bibliographique qui alourdit considérablement les manipulations statistiques et impose de longues et minutieuses mises à jour du fichier qui ont, jusqu’ici, retardé malheureusement le stade de l’exploitation (d’autant plus que ces mises à jour nous mettent à la merci des trop nombreuses pannes de machines et nous obligent à employer une part toujours trop importante de notre énergie à solliciter l’attention et le secours des informaticiens souvent trop occupés par la gestion informatique de l’administration universitaire pour prêter au programmes de recherche l’attention qui serait nécessaire)6.

  • 7 Nous avons pu observer par exemple que, pour les Mémoires de Trévoux le genre R (informations bibl (...)

6Nous avons jusqu’ici beaucoup parlé des difficultés que nous oppose le fichier informatique des Mémoires de Trévoux ; dès lors, on est en droit de se demander quel démon suscite en nous un acharnement qui pourrait passer pour une mortification intellectuelle tout à fait gratuite. Il convient donc de souligner, quoique nos recherches soient à leur début, que si l’utilisation du fichier informatique des Mémoires présente de sérieux inconvénients il n’en demeure pas moins que l’ensemble des données mises à notre disposition constitue une source d’informations d’intérêt considérable : nous pouvons saisir d’un coup dix années du périodique et envisager un travail que les limites de la mémoire humaine rendrait impossible. Notons d’autre part qu’ayant contribué au dépouillement systématique des Mémoires de Trévoux, nous avons la chance de connaître les coutumes de dépouillement autant que les lois écrites qui ont guidé son élaboration, ce qui est un avantage non négligeable pour l’étude de données informatisées7.

Le traitement du fichier

7Bien que notre travail ait consisté essentiellement, jusqu’ici, à rendre opératoires les fichiers dont nous disposions, nous n’en avons pas pour autant perdu de vue ses exploitations futures. Le seul programme dont nous disposons au moment de la rédaction de ces quelques notes consiste en un simple classement des auteurs d’ouvrages commentés, originaux ou annoncés dans les nouvelles littéraires. Si ce classement nous a surtout servi à remanier notre fichier, il nous a aussi donné l’occasion de noter qu’on peut repérer, sur les dix années qui nous occupent, de considérables différences entre les fréquences de citation des auteurs : à côté d’une masse importante de titres cités une seule fois, deux ou trois fois, apparaissent des auteurs plus fréquemment cités et quelques-uns qui tels Bayle ou Jean-Frédéric Bernard sont cités vingt-cinq ou dix-sept fois. La chose n’est certes pas étonnante en soi et, pour Bayle, il faut reconnaître qu’il est surtout l’objet d’une sorte de critique « en feuilleton » du Père Merlin. Cependant, ce qui nous importe ici c’est d’avoir observé qu’il existe des différences notables dans le nombre de citations des auteurs. Après avoir distribué ces auteurs en classes d’auteurs (auteurs cités une fois, deux fois, trois fois, etc...) nous pourrons croiser ces classes avec les genres d’articles (casier OCERN), avec les nombres de pages consacrées à l’article, avec les dates de citation... ce qui nous permettra de voir si, par exemple, peu de citations sont solidaires de peu de pages, si, au contraire, de nombreuses citations supposent peu de pages, si les auteurs sont cités uniquement au moment de la publication de leurs œuvres ou si l’intérêt du périodique se maintient plus ou moins longtemps après cette publication. Mais nous nous aventurons ici dans le domaine des conjectures et, le travail de mise à jour que nous avons poursuivi avec patience jusqu’ici nous a au moins enseigné que seul l’examen d’un listing permet de savoir ce qu’il sera utile d’envisager pour le travail suivant. Pour l’instant, nous attendons encore le classe ment par titres qui nous permettra de rapprocher les différents auteurs d’un même ouvrage et de parfaire nos mises à jour. Pour la suite, nous envisageons de croiser les éléments qui paraîtront le plus susceptibles de faire événement au niveau statistique pour cerner de façon valable une stratégie du périodique saisie au niveau de la citation des ouvrages ; restera à observer si cette stratégie « de surface » double ou atténue celle qui se fait jour dans le contenu de l’article.

Notes

1 Travaux du Centre d’Études des XVIIème et XVIIIème siècles, à travers la presse traitée par l’ordinateur, listings présentés par P. Jansen.

2 Il est très rare qu’un article ait un titre dans les Mémoires de Trévoux.

3 Eventuellement suivi du traducteur, commentateur ou illustrateur de l’ouvrage.

4 Original, Commentaire, Informations bibliographiques, Nouvelles autres que bibliographiques.

5 Généralement confondue avec les articles dans les Mémoires de Trévoux.

6 Le dépouillement original des Mémoires de Trévoux nous propose par exemple, à côté de l’auteur d’un ouvrage : son traducteur, son commentateur, et, parfois, son illustrateur ; au stade du traitement informatique, l’ordinateur repère quatre éléments distincts dans le casier auteur et, de ce fait, quatre éléments qui lui sont liés dans le casier titre, il y aura donc en fin de compte quatre titres au lieu d’un retenus par la machine ce qui, multiplié par le nombre de cas où se reproduit ce phénomène, enlève toute validité au travail statistique. Le même problème se pose pour les titres cités à la fois dans leur langue originale et en français : l’ordinateur retient deux titres différents et deux citations de l’auteur.

7 Nous avons pu observer par exemple que, pour les Mémoires de Trévoux le genre R (informations bibliographiques) se superpose presque parfaitement à la notion édition ; le sachant, nous ferons l’économie d’un travail statistique ; de même nous savons que la notion sculpture est neuf fois sur dix employée pour noter les articles de numismatique, nous ne l’interrogerons donc, le cas échéant, que pour saisir ce type d’articles et sans attendre de révélations sur l’intérêt du périodique pour les Beaux-Arts.

Auteur

Centre d’études du XVIIIème siècle de l’Université Lyon II

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540