Version classiqueVersion mobile

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Conclusion. « Entre-deux » et habitus « déchiré »

Texte intégral

1Socialement, les processus de socialisation sont rarement interrogés dès lors que « tout va » et que « tout va naturellement ». L’adverbe est d’importance car il signifie, par un jeu d’inversion une totale intégration culturelle. On ne saurait dire « tout va culturellement » et pourtant c’est bien d’intégration culturelle, au sens premier, qu’il s’agit. Autrement dit, le mot, le geste, l’épisode, l’acte, l’attitude ou tout autre élément qui participe de la communication sociale n’apparaît pas comme culturellement construit – c’est-à-dire l’effet d’une convention – dès lors qu’il s’intègre, c’est-à-dire qu’il prend place « sans mot dire », sans « perturbation », sans effet d’étrangeté en se liant et se reliant au reste, en se fondant sans disparaître dans la texture qui le porte et qu’il contribue à consolider. « Jeu » singulier : dialectique entre les conditions sociales qui contribuent à façonner des modes « d’être » et de signifier qui, en retour, confortent relativement le « socle » qui les génère tout en autorisant des aménagements, des transformations, des évolutions. La reproduction n’est pas totale et l’aménagement n’équivaut pas à une rupture. Le changement n’induit pas nécessairement une restructuration des rapports sociaux ; il est « contenu » relativement, même si les contenants – les formes, dirait Simmel – se transforment.

  • 1 R. Boudon, F. Bourricaud (1982), p. 62 68.

2Le changement social est un thème largement traité en sociologie. Les hypothèses avancées pour éclairer les processus vont de la notion de « contradictions » et de dialectique avec K. Marx à l’étude des « causes externes » avec R. Nisbet1. Tour à tour, les conditions matérielles de production, le développement technologique, les «  glissements » des systèmes de valeurs sont interrogés pour analyser le changement. La recherche porte sur le « moteur » (opposition entre groupes, conflits de classes, relation entre mode de production et modèles culturels...) comme sur les formes du changement (linéaire ou « multilinéaire » avec M.D. Sahlins ; cyclique – P. Sorokin ; sous la forme d’un enchaînement de blocages et de crises ou continu et « sans à-coups » ou discontinu avec des ruptures). On met en avant les antagonismes et les conflits (G. Garner) à moins que ce ne soit les processus de différenciation sociale (T. Parsons).

3On s’accorde à rechercher plutôt une pluralité de causes comme à considérer plusieurs types de changements. Les processus générés par le système social en son « sein, sont dits « endogènes » par opposition aux processus déterminés de l’extérieur et dits « exogènes ». Bien sûr, les deux peuvent se combiner donnant ainsi des processus « mixtes ».

  • 2 Cité dans R. Boudon, F. Bourricaud (1982), p. 64.

4On peut prendre pour exemple de changement exogène l’introduction du maïs hybride2 évoqué dans les travaux de H. Mendras. Innovation « innocente » à seule fin d’augmentation de productivité, cette introduction entraîne des « effets cumulatifs complexes » non prévus dans les premières phases. Perturbation de calendrier des cultures associées au maïs, soins plus attentifs sont les premières modifications, suivies par l’augmentation du nombre de volailles (que la récolte du « nouveau » maïs permet) et de rentrées d’argent frais plus importantes. La gestion de l’exploitation devient plus complexe avec, pour la modernisation, la nécessité de s’endetter et d’être du coup plus sensible à la variation des cours. Cela rejaillit sur la division du travail avec une importance accrue du rôle de la fermière.

5Dans les processus endogènes, on distingue les processus reproductifs ou répétitifs, qui participent au maintien du système, alors que les processus évolutifs amènent des transformations du système qui les produit.

6La complexité de l’enchaînement de phases – avec des heurts, des dysfonctions – et les effets de rétroaction qui perturbent l’évolution des processus interdisent de réduire ces phénomènes à une relation où l’on verrait telle structure sociale provoquer tel type de changement.

7On croise souvent, pour dire que les processus sont « exogènes-endogènes » sur des périodes longues où ils affectent le fonctionnement du système. Le changement du système peut modifier le rapport à l’environnement, lequel réagit. Mais il se trouve aussi bien d’autres cas de figures (changement exogène qui perturbe les processus endogène, etc.).

  • 3 R. Boudon, F. Bourricaud (1982), p. 465.

8Par le changement, c’est la dynamique et le jeu d’équilibres, qui assurent ou non la reproduction, qui se trouvent questionnés. La reproduction, au sens de K. Marx, est caractérisée par la constance et la stabilité des relations de production. Le changement d’individus ne modifie en rien, dans ce cas, le système qui se reproduit. Même lorsque la productivité vient à croître ou que la production varie, mais que les rapports de production, c’est-à-dire l’organisation économique, restent stables, il s’agit de reproduction que K. Marx qualifie de « reproduction élargie »3.

9Par ces concepts de changement et de reproduction, on construit une approche de la situation migratoire qui privilégie l'élude des regroupements, des rapports sociaux qui s’y instaurent ; de cet espace « communautaire » qui est le produit de ces rapports qu’il « contient » et donc de l’évolution au sens de la reproduction ou du changement de cette communauté.

10La situation migratoire, d’une certaine manière, est symptomatique. C’est une situation où les jeux d’instauration apparaissent là où, à l’ordinaire, ces jeux relèvent de l’implicite ou de l’évidence. Il faut instaurer un double système de relations : avec l’environnement immédiat, c’est-à-dire les autres immigrés ; avec la société d’accueil, dont la présence est diffuse (par le logement, les rapports avec les administrations...). Il faut se relier et en même temps se préserver : entre les impératifs de la vie quotidienne et d’un minimum d’organisation sociale avec le voisinage et la crainte du contact « étrange » qu’impose la réduction de la famille à la famille nucléaire. Les défenses sont moindres et les risques de contamination avec des « proches » (voisins) originaires d’autres régions (donc relativement « différents ») sont multipliés.

11Ainsi, en forçant le trait et en accentuant les processus de communalisation, on « posera » le regroupement comme une communauté de conjonction avec l’instauration d’un système de décalage (aux sociétés d’accueil et d’origine). Cette « mini-société »·, en apparence déliée (parce que située et délimitée spatialement et socialement, donc « contenue »· en « lisière ») est de fait en permanence dans une confrontation sociale et culturelle avec les modèles dominants de la société d’accueil.

12La question porte sur la production, et là il s’agit essentiellement des primo-migrants et du mode de regroupement, de communauté cl la reproduction ou le devenir de celle-ci avec l’arrivée de nouvelles générations avec des enfants nés ou scolarisés en France.

13Le mariage, on l’a dit, devient un indicateur pour mesurer la continuité et la reproduction et donne à voir les mutations qui touchent la relation à la communauté d’origine comme à la communauté de conjonction. Le mariage cristallise la relation entre deux générations et, dans un jeu d’affrontements, rend plus manifeste les stratégies matrimoniales et les enjeux sous-jacents. L’épisode devient une opportunité où se reflètent des processus d’acculturation entre continuité et rupture mais aussi des habitus, c’est-à-dire des dispositions à partir desquelles les acteurs négocient les différentes phases.

14En cela se focalise l’intérêt sur les processus de socialisation qui « éclairent » autrement ce qui structure les rapports entre acteurs et l’espace de négociation.

15Disons-le schématiquement, il y aurait d’un côté des conditions et des processus de socialisation qui favorisent la continuité ; à l’autre « extrême » ce qui facilite la rupture. Le mariage « traditionnel » illustre le premier cas, le mariage mixte le second. Restent alors les mariages « immigrés », parfois proches de la tradition ou inversement de la rupture, qui se façonnent avec de multiples aménagements. Ceux-ci sont des balbutiements et des tâtonnements qui indiquent autant la volonté d’imposer un choix que la recherche d’un compromis avec la prise en compte des parents – plus que du groupe – et des enfants.

16La posture des enfants, acceptation de la volonté parentale, refus, compromis, donne à voir leurs aptitudes à jouer le jeu avec plus ou moins de retenue, d’audace, d’adresse, d’à-propos, de naïveté, etc. C’est l’ensemble des dispositions acquises qui est mis à l’épreuve.

17Par le concept d’« habitus », on pointe les conditions d’incorporation de schémas qui donnent un ensemble de dispositions. En guise de métaphore, on évoquera un alphabet dont les lettres autorisent des combinaisons ; métaphore « limite » car l’alphabet, en principe, recouvre l’ensemble d’une langue alors qu’un habitus se réfère à un milieu social qui contribue à le produire et à organiser les rapports avec les autres milieux sociaux. L’habitus « contient » en même temps qu’il conforte le milieu en question. Métaphore néanmoins féconde en la matière car ici il s’agit d’un milieu qui est traversé par deux langues et donc deux alphabets. C’est sans doute moins l’écriture que la lecture et le ·· décryptage » qui intéresse dans le cas présent.

18L’apprentissage de langues suppose une « organisation » entre langue « maternelle », à partir de laquelle on « reçoit » et on « lit », et langue « étrangère », qui est à « conquérir » et à acquérir. Cet ordre-là conditionne l’acquisition qui ne déstabilise pas l’usage de la langue maternelle ; au contraire, c’est un enrichissement avec une deuxième langue.

19En situation migratoire, la langue française est « étrangère » pour les primo-migrants et d’une certaine manière pour les aînés et plus généralement pour les enfants venus en France après la prime enfance ou tous ceux ayant bénéficié d’une éducation en milieu relativement enclavé ; en fait, tous ceux ayant reçu une éducation initiale en langue arabe, lorsque cette langue a un statut de domination. Dans ce dernier cas, l’usage du français peut être considéré comme un manque de respect ou une altitude incongrue lorsque l’enfant l’utilise avec ses parents. Cantonné au sein de la fratrie dans les années 60, l’usage du français va être progressivement étendu à l’ensemble de la famille. Plutôt que d’hégémonie linguistique qui rend les parents, ou celui des deux qui pratique le moins bien la langue française, « étrangers » chez eux, il conviendrait mieux de parler de superposition. Une superposition des deux langues qui place les locuteurs dans un jeu de décalages de sens. Cela inscrit au quotidien la « mésentente » avec un système de double interprétation. Ce qu’une phrase suggère se voit, sinon contredit par la phrase suivante, du moins non confirmé à « demi-mots ».

20La connivence ne facilite plus les enchaînements avec les « sous-entendus » et les « évidences » ; au contraire, les articulations sont heurtées. Ce « qui coule de source » devient objet de conflit et oppose parents et enfants, aînés et cadets.

  • 4 A. Hammouche (1987), p. 51.
  • 5 Cité par Y. Winkin (1981).

21Cela met en relief ce qui caractérise les enfants d’immigrés. L’incorporation des schémas est une incorporation « indisposée », c’est-à-dire perturbée en ce qu’elle ne connaît pas de consolidation. Il ne s’agit pas d’une double incorporation ou d’une double inculcation, mais d’une sorte d’absence de validation. Ce qui est incorporé n’est pas conforté, par exemple entre ce qui est acquis au sein de la famille et qui n’est pas confirmé par l’école (ce qui peut s'entendre aussi pour des « décalages » d’ordre social avec le rapport d’enfants issus de milieu « populaire » et l’école). L’incorporation est troublée par des injonctions pas toujours complémentaires ; celte « double injonction » (en référence aux deux cultures) devient parfois une « double contrainte » (G. Bateson). Ce concept permet de saisir autrement ce tiraillement4 ; G. Bateson parle de renversement des niveaux de messages, le commentaire devient le texte et vice-versa, alors que P. Walzlawik5 explicite en situant la double contrainte dans la durée entre une première injonction énoncée antérieurement et devenue implicite et une deuxième injonction qui surgit dans le présent.

22Cela participe à une distanciation et à une objectivation partielle de la situation qui rompt l’adhésion aux pratiques culturelles qui apparaissent comme telles (la présence de la femme et son cantonnement à l’intérieur n’apparaissent plus comme « naturels »).

  • 6 A. Hammouche (1987), p. 51

23La distanciation, au sens d’une mise à distance (ne pas être « pris », ne pas être « dupe ») n’équivaut pas à un désenchantement. Il y a bien une sorte de double lecture : lire la culture arabe avec un regard partiellement français ; lire la culture française avec une grille de lecture partiellement arabe. Ainsi de l’attitude d’une jeune fille que l’on dira dans un premier cas « recluse » (« lecture » française) parce que sortant très rarement de la demeure familiale, et qui sera qualifiée de « sérieuse » par d’autres (lecture « arabe »). De même, pour la fille qui sort plus fréquemment et qui se verra attribuer une étiquette de « libérée » ou de « fille de mauvaise conduite ». Ou, pour reprendre des exemples dans le champ linguistique, l’enfant d’immigré transpose le genre d’une langue à l’autre ; l’avion sera mis au féminin en français (comme c’est le cas en arabe) ; à moins qu’il n’y ait indistinction pour le temps, et l’imparfait et le passé simple seront confondus. Parfois, on traduit littéralement certaines expressions du français à l’arabe pour dire « prendre le bus », ce qui donne à entendre que l’on porte le bus (sur soi)6.

24Ce doublement ne vaut pas double distance mais plutôt un double ancrage avec des renversements et des altérations.

25Il reste un minimum de « croyances » ; ce qui réfère à l’illusio, pour reprendre le concept de P. Bourdieu, pour entrevoir l’investissement des acteurs dans le jeu. Cela explique que, malgré tout, il n’y ait pas de détachement total du jeu et qu’il y ait des traces de spontanéité et de naïveté.

26En fait, tout acte ou tout geste ne fait pas l’objet d’une double mesure, voire d’un double calcul ; ce serait « l’impasse » et tout mouvement deviendrait quasi impossible. Des « coups » sont toujours possibles mais leur appréciation, dans la conception comme dans l’évaluation, découle des conditions d’inculcation : tout coup peut être l’objet d’un double langage (donc d’une double lecture). Cette oscillation et cette indétermination, dans un cadre donné (la situation migratoire), renvoient à un habitus « déchiré », lequel se traduit par une relative indétermination stratégique. Les dispositions incorporées se traduisent dans des « bégaiements », des « balbutiements » et creusent un espace d’hésitations qui se double d’un espace de négociations.

27L’imposition de cet espace de négociation ne signifie pas pour autant que les acteurs soient dotés de dispositions particulières de négociateurs. Au contraire, c’est la combinaison des refus – du choix parental par les enfants ou du choix des enfants par les parents à moins, et en guise d’orientation, de la seule volonté des deux parties de ne pas rompre – qui structure par autant de blocages la négociation.

28Dans le domaine matrimonial, la double lecture paralyse le jeu. Le mariage mesuré à l’aune du sentiment et de la rencontre de deux individus suppose, pour être magnifié, la gratuité du lien et la liberté de choix. Dans notre société, ce qui organise la rencontre est écarté : au mieux, le lieu, le moment de la rencontre deviennent des souvenirs « romantiques ».

29Cette conception, à laquelle est confronté l’enfant d’immigré, rend à ses yeux d’autant plus inacceptables les pratiques du monde arabe. Il « déchante » : les stratégies parentales rendent ces derniers « cyniques » avec leurs « calculs » et surtout avec les échanges monétaires liés à la dot.

  • 7 R. Kaës et autres (1979), p. 26.
  • 8 D.W. Winnicott (1975), p. 151.
  • 9 R. Kaës, op. cit., p. 34.
  • 10 Ibid., p. 34.

30C’est ce « décollage », au sens de non-« adhésion » et d’une distance, d’un « écart » avec la perception de l’« intérieur », qui rend possibles et « naturelles » les pratiques qui génèrent un espace potentiel. On emprunte le concept à D.W. Winnicott et donc à la psychanalyse pour rendre compte du rapport de l’individu et de son environnement. Par espace potentiel, D.W. Winnicott met en avant le rapport sécurisant que l’individu établit avec l’environnement (exemple de l’enfant avec sa mère) et qui lui permet de jouer. Cette capacité créatrice se voit réduite « dans la plupart des situations de rupture » avec « une faillite dans la sécurité de l’environnement »7. Cette faille dans la confiance « va ligoter la capacité de jouer de l’individu du fait des limitations de l’espace potentiel8 » et tend à diminuer « la capacité à vivre créativement »9. Par delà, l’auteur de « Jeu et réalité » traite de la problématique de l’espace transitionnel, qui évoque ce que R. Kaës10 appelle « l’union-séparation ». Une union-séparation qui recouvre dans un sens les enjeux du mariage avec les rapports aux parents, à la communauté et même, serait-on tenté de dire, avec la situation migratoire.

  • 11 Ibid., p. 34.

31Les processus d’acculturation et la perte d’une partie de la maîtrise des codes (double lecture) accroît l’incertitude que « la faillite de la sécurité de l’environnement » avec l’hostilité de la société française renforce. Dès lors, les dispositions acquises sont inopérantes et « la culture, dans l’entre-deux, n’est plus en mesure de fournir les conditions d’une adaptation à la situation, car l’ancienne est désappropriée et la nouvelle non encore acquise, mais en outre une néo-culture (ou un néo-espace potentiel) n’est pas encore en mesure de s’établir »11.

  • 12 D. Sibony (1991), p. 19.
  • 13 D. Sibony (1991), p. 33.
  • 14 D. Sibony, op. cit., p. 33-

32Il y a cet ensemble de mariages qui n’indiquent ni la reproduction ni la rupture et qui sont le fruit d’une négociation et d’une transition, qui sont les produits d’un « entre-deux », cet « entre-deux » que D. Sibony, autre psychanalyste, définit comme « une forme de coupure-lien » qui met « en acte la question de l’origine »12. Une origine qui peut devenir un « vide » (avec le silence des parents) ou une irrigation avec des « flux secs ou amers » (l’auteur donne en exemple une famille où le père est « blessé dans son rapport au français » et la mère « dépressive, enfermée dans sa famille absente dans son “chez-elle” lointain où son désir est resté en otage »13). Dans ce dernier cas, l’enfant est présenté comme prisonnier avec un passif qui est « composé de la double dette que les deux parents lui ont transmise »14. Sous cet angle théorique de l’entre-deux et de l’espace potentiel, on éclaire autrement les phases de communalisation et leurs répercussions sur les stratégies matrimoniales.

33Des trois figures de la construction idéal-typique, le « lascar » illustre le mieux cet entre-deux. Il est celui qui indique la distance (à la culture/communauté) sans l’autonomie et le lien sans l’adhésion. Le « sonac » est aussi dans l’entre-deux avec des aménagements mineurs comme bénéfice mais à partir d’un lien à la communauté qui le « préserve » de la société française. Le « bu » est également dans l’entre-deux mais son aspiration à s’intégrer lui sert de point d’appui, alors qu’il entretient une relation diplomatique avec la communauté. Chacune de ces figures peut être le reflet d’une posture donnée (au sens statique) ou d’une étape (au sens dynamique) dans un processus de changement.

34Quant aux deux phases de communalisation, la première amorce une situation d’entre-deux que réalise pleinement la seconde. La communauté intermédiaire est un temps de double déconnexion. Dans la première phase, l’élaboration des stratégies matrimoniales est bien encadrée par l’environnement immédiat, avec une sous-communauté qui pèse dans un système de relations pratiques mais surtout avec le maintien du lien avec la communauté d’origine. Le mode de choix est traditionnel avec la maîtrise par les parents de l’épisode matrimonial.

35Avec l’ouverture du quartier et la phase de communauté intermédiaire, les stratégies matrimoniales ne sont plus du seul fait des parents. S’ils ne sont pas exclus de la démarche, ils doivent négocier un compromis. La communauté-quartier n’agit pas comme système de contrôle (au sens de limiter les dérives), avec le développement des choix individuels et négociés, mais offre une ouverture et des relais pour une prospection et, en cela, lient une fonction de relations pratiques qui influent sur la détermination du conjoint.

Notes

1 R. Boudon, F. Bourricaud (1982), p. 62 68.

2 Cité dans R. Boudon, F. Bourricaud (1982), p. 64.

3 R. Boudon, F. Bourricaud (1982), p. 465.

4 A. Hammouche (1987), p. 51.

5 Cité par Y. Winkin (1981).

6 A. Hammouche (1987), p. 51

7 R. Kaës et autres (1979), p. 26.

8 D.W. Winnicott (1975), p. 151.

9 R. Kaës, op. cit., p. 34.

10 Ibid., p. 34.

11 Ibid., p. 34.

12 D. Sibony (1991), p. 19.

13 D. Sibony (1991), p. 33.

14 D. Sibony, op. cit., p. 33-

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search