Version classiqueVersion mobile

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Deuxième partie. Les mariages à Saint-Etienne

Chapitre 4. Les mariages du Marais

Texte intégral

1Tous nos informateurs ayant résidé au Marais nous ont apporté des éclairages sur les mariages : le leur éventuellement, celui de proches ou de voisins dans tous les cas. Il a paru cependant nécessaire de saisir plus précisément et plus finement les séquences du mariage au sein de la famille et de les mettre en perspective par rapport aux autres mariages de la fratrie et à la vie sociale du quartier. D’où l’étude plus poussée et qualitative de 7 familles et du mariage de tous les enfants.

2La composition familiale, avec le nombre d’enfants, pour avoir la période la plus « étendue » possible entre I960 et 1982, la « variation » des modes de marier et la multiplication des « cas » singuliers, la position des parents au sein de la communauté, notamment l’appartenance à un lignage, sont des critères de choix de ces 7 familles. Nous avons ainsi des situations qui vont de la famille la plus traditionnelle à la famille la plus « innovante ». Ici, la compréhension des mécanismes de l’économie domestique, des rapports de celle-ci à l’espace communautaire et des rapports de force qui influent sur cet épisode deviennent centraux ; l’aspect statistique ne peut qu’être second.

I - Les 7 familles

3Cinq des familles se sont installées dans le quartier du Marais à la fin des années 50. Les deux autres sont arrivées en 1961 et 1963.

  • 1 La situation maritale pour tous les enfants est donnée pour l’année 1982.

4La famille 1 compte 7 enfants : 1 fille et 6 garçons. En 19821, 4 des enfants avaient été mariés (2 divorces) ; 2 avaient vécu maritalement (1 séparation) ; 1 était célibataire.

5Pour 5 enfants concernés, le premier conjoint était algérien. Le sixième et dernier de la fratrie vit maritalement avec un conjoint français.

6Au total, il y eut 3 ruptures : la fille ne s’est pas remise en couple ainsi qu’un de ses frères, alors que l’autre cohabitait avec un conjoint français (après un mariage avec un conjoint algérien).

7La famille 2, avec 4 enfants, soit 1 fille et 3 garçons. Deux sont mariés (l’aîné et la cadette) ; les deux autres sont célibataires, un des deux a connu un temps de concubinage. Ce dernier est le seul à vivre avec un conjoint français.

8La famille 3 compte 11 enfants : 5 filles et 6 garçons. Sept sont mariés ; 2 vivent maritalement ; 2 sont célibataires. Il y eut une seule séparation (un couple vivant maritalement). Deux couples étaient constitués avec un conjoint français (dont celui où il y eut la séparation).

9La famille 4 avec 5 enfants, soit 4 garçons et 1 fille. Deux des enfants étaient mariés, 2 célibataires, 1 en concubinage. Seul, dans ce dernier cas, le conjoint était français. Un des enfants mariés a connu plusieurs séparations et remariages.

10La famille 5 compte 12 enfants, soit 7 filles et 5 garçons. Trois étaient mariés avec des conjoints algériens, 2 étaient mariés avec des conjoints français, 1 vivait maritalement avec un conjoint français, 6 étaient célibataires. Un divorce fut prononcé (un mariage mixte).

11La famille 6 avec 9 enfants, soit 5 filles et 4 garçons. Quatre étaient mariés (1 avait divorcé puis s’était remarié) ; 1 vivait maritalement avec un conjoint français ; 4 étaient célibataires.

12La famille 7 avec 6 enfants, soit 3 filles et 3 garçons. Les six avaient été mariés ; 2 étaient divorcés. Il n’y eut aucune union avec un conjoint français.

13Au total, nous avons, pour 54 enfants, 38 unions : soit consacrées par un mariage, soit en cohabitation maritale. Certaines ont été rompues (10 divorces ou séparations) ; 16 enfants n’ont connu aucune union ; 7 parmi eux résident chez leurs parents (les plus jeunes) sans autre domicile, alors que les autres soit possèdent un logement, soit résident chez les parents épisodiquement.

14Les 38 unions concernent 14 filles (dont 2 sont en position d’aînée) et 24 garçons. Elles se répartissent comme suit, avec la périodisation que nous avons retenue :

— 1960 – 1967 :

9

— 1968 – 1974 :

13

— 1975 – 1982 :

16

— Total :

38

15Les sept familles sont originaires des trois régions les plus représentées dans le quartier. Deux sont de Nedroma (familles 2 et 4) ; deux de la Petite Kabylie (familles 3 et 5) ; trois sont de Zemmoura (familles 1, 6 et 7).

16Une des questions centrales portant sur le pouvoir de proposer et de choisir un conjoint, nous distinguons trois groupes à partir du mode de choix.

17Dans le premier, on regroupe ceux qui relèvent du choix opéré par les parents ; le choix est dit « traditionnel ». Dans le second, le choix est le résultat de négociations entre parents et enfants ; le choix est dit » négocié ». Dans le troisième, c’est 1 enfant qui choisit son conjoint ; le choix est dit « individuel ».

18Quatre familles connaissent deux modes de choix (1, 2, 5 et 7). Les quatre autres ont les trois modes de choix.

19Quatre sur cinq aînés des garçons connaissent un choix traditionnel pour le premier mariage (le cinquième est un choix négocié). Dans les deux familles avec une fille dans cette position, nous avons un choix traditionnel et un choix individuel. Lorsque survient une rupture, la deuxième union n’est jamais constituée à partir d’un choix traditionnel.

20Nous avons la répartition suivante pour les choix :

• Dans les familles 5 et 6, un des deux choix traditionnels est le mariage au pays d’une des filles.

21Ventilés par période, pour les 38 unions nous obtenons le tableau suivant :

22Ce dernier tableau laisse penser à une croissance régulière des choix individuels parallèlement à une régression des choix traditionnels au fil des années.

23La progression des premiers est bien réelle mais doit être saisie en considérant les différentes familles.

24Une seule (la F7) n’a aucun choix individuel et 3 (la F1, F2 et F5) n’ont pas de choix négocié. Pour ces dernières, le passage du choix traditionnel au choix individuel est sans transition alors que pour la première la mutation ne va pas jusqu’à la rupture.

25D’autres variables sont à prendre en compte : la situation des enfants (scolarité et éventuellement activité salariée), la période durant laquelle ont lieu les premiers mariages au sein de la famille, la position des parents.

  • 2 Par scolarité courte, on entend soit la scolarité obligatoire (16 ans), soit l’enseignement techniq (...)

26 Dans la famille 1, les deux aînés (garçons) ont une scolarité courte2 et lors de leur mariage travaillent (première période). Le troisième garçon poursuit plus longtemps sa scolarité, quitte la demeure familiale pour voyager un temps en Europe. Au retour, il est toujours célibataire.

27Le quatrième garçon, avec une scolarité longue, constitue dans la deuxième période et, à la différence des trois premiers garçons, un couple avec une jeune Française avec qui il cohabite. Le cinquième enfant (la première et seule fille), comme le sixième, l’une avec scolarité longue, l’autre avec une scolarité courte se marient durant la troisième période et, à l’instar des deux aînés, à partir d’un choix traditionnel.

28La situation des aînés – salariés et mariés traditionnellement – se différencie de celle des enfants suivants dont le statut est moins affirmé (stage, chômage, intérim). Les troisième et quatrième se situent en rupture – avec le prolongement du célibat et la constitution d’un couple mixte alors qu’avec les cinquième et sixième est restauré le choix traditionnel qui n’est pas respecté par le septième et dernier enfant, qui vit maritalement avec une Française. On voit aussi bien un choix individuel qu’un choix traditionnel dans la troisième période.

29La position des parents ne varie guère avec une mère en retrait et respectueuse de la prééminence de son époux, mais qui agit en guise de maîtresse d’œuvre. Elle participe au choix pour 4 de ses enfants dont deux conjoints viennent de la région de Zemmoura.

30Les grandes différences d’âge entre aînés et les plus jeunes instaurent une sorte de distance empreinte de respect ; respect qui caractérise le rapport aux parents âgés (près de 60 et 70 ans pour la mère et le père en 1982). Les clivages existent au sein de la famille entre aînés et cadets, mais surtout entre ceux qui ont eu une longue scolarité et les autres. Ces clivages entraînent des complicités et des ententes mais non des oppositions ouvertes au sein de la fratrie.

31 Dans la famille 2, les trois premiers enfants sont des garçons et sont tous salariés en 1982. Le premier constitue un couple à partir d’un choix traditionnel, dans la première période. Le second, dans la deuxième période, vit quelques années en concubinage avec une Française avant de s’en séparer. Le troisième reste célibataire alors que le quatrième enfant (la seule fille) ne travaille pas et se marie durant la seconde période selon le choix traditionnel. Les quatre enfants ont une scolarité courte. Là aussi, les parents adoptent une position conventionnelle avec la mère en retrait et tout aussi agissante dans la conception des choix. Un des conjoints (pour l’aîné) vient de la région de Nedroma.

32Cette famille ne connaît pas de mariage durant la troisième période. Les relations au sein de la fratrie sont peu affirmées en terme de complicité ; il n’est pas d’opposition non plus. Le second (en couple mixte) a une relation plus épisodique avec la famille.

33 Dans la famille 3, on compte 5 mariages avec choix traditionnel (premier, deuxième, quatrième, cinquième et septième) dont 2 avec des filles (deuxième et cinquième) ; 2 mariages avec choix négocié (troisième et huitième : une fille) ; 2 avec choix individuel (2 garçons : sixième et neuvième). Les deux plus jeunes (des filles) ne sont pas mariées (âgées de 19 et 20 ans), une des deux vivait seule en 1982 à Paris. On ne trouve que des choix traditionnels lors de la première période alors qu’on note des choix traditionnels et négociés durant la seconde période ; les trois types de choix apparaissent dans la troisième période. Le rapport à la scolarité divise la fratrie en deux groupes : les trois aînés et le sixième avec une scolarité courte d’une part et tous les autres d’autre part. Parmi ces derniers, les quatrième et septième poursuivent leurs études dans renseignement supérieur et se marient selon le mode traditionnel à la différence de leurs frères et sœurs étudiants. Les relations au sein de la fratrie sont plus complexes à saisir et tiennent compte du rang et du rapport à la scolarité.

34Les difficultés, apparemment, commencent avec le troisième, qui refuse de se plier à la volonté parentale et veut se marier avec une jeune fille algérienne de sa connaissance. Les deux aînés sont mobilisés pour faire entendre raison au récalcitrant, lequel maintient son refus. La position du troisième reste marquée par cet épisode, même après le mariage (avec le conjoint de son choix) et la naissance de plusieurs enfants.

35Le quatrième, auréolé de sa réussite scolaire, « opte » pour un choix traditionnel, quoiqu’aménagé. Les parents lui choisissent une épouse dans la région d’origine (en Petite Kabylie) mais qui a fait elle-même des études et qui « lui plaît ». Ses rapports de confiance avec les parents, son prestige lié à la scolarité mais aussi à son respect « innovant » des traditions lui accordent une autorité auprès des plus jeunes. Autorité moindre auprès du sixième qui reste plus proche, à bien des égards, des deux aînés malgré l’écart d’âge.

36En termes de proximité et de complicité, nous avons trois groupes : les deux aînés, ceux qui ont une scolarité longue et, en marge (les troisième, sixième, huitième et neuvième), ceux qui constituent leur couple à partir, soit d’un choix négocié, soit d’un choix individuel.

37La position des parents combine traditions et place plus visible et plus marquée de la mère. La solidarité du couple parental fut totale pour s’opposer aux pratiques non conformes à leurs vœux (notamment pour « bloquer » le mariage du troisième).

  • 3 Après 1982, le second redivorce et se marie « seul » avec une Algérienne immigrée.

38 Dans la famille 4, les mariages se sont déroulés dans les deux premières périodes : l’aîné « négocie » en orientant le choix de ses parents vers une fille d’immigré résidant en région parisienne (de même région d’origine) ; le second se marie traditionnellement dans la deuxième période, divorce, puis se remarie à partir d’un choix négocié3 ; le troisième, toujours dans la même période, réalise un choix individuel et cohabite avec une Française. Les trois plus âgés des enfants travaillent et ont eu, comme les deux plus jeunes (non mariés) une scolarité courte. La fratrie est divisée entre les deux aînés et les trois autres enfants avec de rares oppositions.

39Il est plus difficile de situer les parents dans cette famille où, apparemment, règne la mésentente entre les époux, avec un problème d’autorité auprès des enfants. Pourtant, il y eut, avec le second, un mariage traditionnel, imposé par le père, avec une fille de la même région d’origine (les deux pères étaient liés).

40 Dans la famille 5, il n’est que 2 mariages traditionnels, pour l’aînée et la sixième. Pour la sixième, le mariage est réalisé en Algérie après un retour et un séjour contraint de plusieurs années. Les trois premiers enfants sont des filles et, hormis la première, il s’agit de choix individuels (la première durant la première période, la seconde durant la deuxième période et la troisième durant la troisième période).

41Les autres unions, à l’instar du troisième, sont des cohabitations (quatrième et cinquième) avec des conjoints français (troisième période). Tous travaillent, à l’exception de la sixième. Les six autres enfants ne sont pas mariés. Pour ceux qui ont terminé leur scolarité, elle fut courte sauf pour le septième enfant.

42Le clivage au sein de la fratrie est entre ceux qui ont séjourné – parfois seuls (les premières années du retour) en Algérie (seule la sixième a été mariée, les autres sont revenus en France) et ceux qui sont toujours restés en France (les cinq plus âgés). Parmi ces derniers, la position de la fille aînée, comme « auxiliaire » de la mère et en tant que telle s’opposant à ses frères et sœurs pour les incartades, se distingue.

43La mésentente entre les époux a connu des épisodes « publics », certains hommes du lignage étant appelés à raisonner le père. Ce dernier, présenté comme autoritaire, a été tenu à l’écart de tout ce qui louchait au matrimonial hors les deux mariages traditionnels, où il a avalisé des choix qui étaient plutôt ceux de la mère. Celle-ci est restée l’interlocutrice privilégiée des enfants, même si elle n’a pas pu imposer ses orientations en termes de mariages, particulièrement pour les filles.

  • 4 U.N.J.A. : Union Nationale de la Jeunesse Algérienne, liée à l’Amicale des Algériens en Europe, qui (...)

44 la famille 6 n’a pas de mariage durant la première période et l’aînée prendra (choix individuel) un conjoint tardivement dans la troisième période. Le seul mariage de la seconde période est celui du second et l’aîné des garçons, qui est un mariage traditionnel aménagé. Le choix était celui des parents mais nettement orienté par le fils, qui avait « repéré » sa future épouse dans la région d’origine de ses parents, lors de ses nombreux voyages en Algérie au titre de ses responsabilités au sein de l’U.N.J.A.4 Après son divorce, le remariage résulte d’un choix négocié. C’est le même type de choix avec un mariage pour le troisième alors que, pour le quatrième, le choix est individuel avec une cohabitation où la concubine est française. Le seul choix qui peut s’apparenter au traditionnel dans la forme, du moins tel qu’il a été présenté officiellement, est le mariage du sixième enfant (une fille). Celle-ci s’était liée à son futur époux en Algérie lors de vacances et avait obtenu de poursuivre des études là-bas. La liaison a été découverte dès la première et seule année scolaire en Algérie. Cette découverte a précipité les événements avec une demande en mariage en bonne et due forme des parents du garçon. Tous les enfants en couple travaillent et tous, à l’exception de la sixième, ont connu une scolarité longue. Les relations au sein de la fratrie sont complices pour tous et teintées d’un rapport respectueux mais non distant entre aînés et plus jeunes.

45Les parents sont unis dans les moments « difficiles » mais c’est surtout la mère qui « gouverne et négocie », le père se voyant reprocher ses excès d’autoritarisme.

46 La famille 7 : les mariages traditionnels dominent et sont présents aux trois périodes. C’est le cas pour l’aîné durant la première période, pour le troisième durant la deuxième période et pour le quatrième et la cinquième durant la troisième période. Deux filles (sur 3), la première durant la seconde période, l’autre durant la troisième se marient à partir d’un choix négocié. Les garçons travaillent par intermittence (intérim), la plus grande des filles a un emploi stable, les deux autres ne travaillent pas. Tous ont eu une scolarité courte.

  • 5 Le seul commerçant dans les sept familles, les autres péres étant OS (ouvrier spécialisé) ou P1 (pr (...)

47Les relations ne sont pas très affichées au sein de la fratrie et aucune division n’apparaît. Le père5, décédé, est présenté comme ayant eu peu d’autorité, la vraie maîtresse de maison étant la mère qui « organisait tout ».

48On le voit, les situations sont contrastées et il est malaisé de dégager un fil conducteur pour chacune des familles. Des points saillants apparaissent néanmoins : il n’y a pas de choix individuels dans la première période alors qu’ils sont majoritaires dans la dernière. La baisse des choix traditionnels ne révèle pas une régularité qui concerne toutes les familles. Certaines gardent pratiquement ce choix tout au long des trois périodes (famille 7), d’autres voient ce mode de choix remis en question un temps avant d’être rétabli (familles 1 et 2). Dans certaines familles, le choix traditionnel est quasiment un exception (familles 4, 5 et 6).

49On note deux fois une mise à l’écart d’une fille mariée en Algérie. Les deux cas diffèrent en ce que, dans un cas, la fille affirme avoir voulu rester en Algérie et dans l’autre avoir subi la décision. Cette situation extrême renvoie à l’attitude des parents et à leur volonté de maintenir les règles coûte que coûte, à celle aussi de la fratrie qui reste impuissante ou au contraire réagit (ce fut la position adoptée dans un des deux cas avec une opposition farouche aux parents alors que dans l’autre il y eut des frères et des sœurs complices des parents, et d’autres, plus silencieux à l’époque, disent-ils, mais qui se déclarent aujourd’hui opposés à une telle pratique).

50Les oppositions au sein de la fratrie peuvent être violentes, allant jusqu’à la rupture des liens et la persistance de cet ostracisme.

51Il se produit parfois des renversements d’alliances où les anciens rebelles à l’ordre parental se trouvent dans des camps opposés : les uns pour soutenir la volonté des frères et sœurs plus jeunes, les autres pour appuyer la volonté parentale. Là aussi, la fracture laisse des traces durables. Il est aussi des fratries avec une forte complicité qui se restaure après les épisodes matrimoniaux.

52Les conflits qui surgissent avec les aînés (familles 1 et 5) se caractérisent par la dureté des parents, qui obligent les autres membres de la famille à rejeter les récalcitrants. Cette forte tension se retrouve dans les familles où les aînés n’ont pas posé de problèmes aux parents, mais avec les premiers enfants qui s’opposent à leur volonté (famille 3).

53Pour les filles, il n’y a des choix individuels que durant la troisième période (2 sur 14 : une des deux étant l’aînée (famille 9) mais ayant attendu plusieurs années avant de consacrer son union par un mariage, vivant auparavant officiellement avec son frère).

54Les choix traditionnels l’emportent nettement (8 sur 14), y compris dans la dernière période. Quant aux choix négociés (4 sur 14) il s’agit de cas où le prétendant a lié connaissance avec la fille, qui est consentante et le fait savoir à sa mère. La demande suit deux voies parallèles : une en direction des parents, l’autre en direction de la fille, qu’il faut rencontrer discrètement.

55Les épisodes matrimoniaux vont du plus paisible au plus dramatique avec un accord au départ ou après négociation ou une rupture qui revêt de multiples formes. Hormis les cas d’acceptation ou de refus dès le départ, l’épisode se déroule schématiquement en trois phases, pour les cas où la négociation s’impose.

56La première voit le rappel à l’adolescent de la nécessité de se marier plus ou moins explicitement, plutôt par la mère, allusivement par le père (« à cet âge, au pays, tes cousins sont mariés »). C’est le temps du refus et de l’opposition.

  • 6 A. Hammouche (1990), p. 184.

57La deuxième est celle d’une proposition officieuse, la période est aux tâtonnements6.

58La troisième est celle du compromis et des modalités.

59Le processus, dans son ensemble, s’accompagne d’un refroidissement des relations entre père et fils et l’opposition peut même être virulente, particulièrement dans les familles « modernes » (en référence au couple « moderne »).

60Les parents n’ont plus le monopole de la proposition. Le fils exprime ses désirs et peut aller jusqu’à présenter sa « candidate » (troisième, famille 6) en commettant un coup de force en l’introduisant au sein de la demeure familiale. À moins qu’il ne se montre ostensiblement au regard de tous (troisième, famille 3), comptant sur la réaction de la famille de la fille pour faire pression sur ses parents.

61Dans les cas d’indétermination où les partenaires de la négociation cherchent un terrain d’entente quant aux critères à retenir, chacun anticipe sur les attentes de l’autre. Chacun insiste aussi sur les points déterminants pour lui : pour les parents ce doit être une fille d’intérieur (qui accepte de rester dans la demeure et sache « tenir son intérieur », premier, famille 4), alors que pour le garçon sa femme doit être « sortable et présentable » (par rapport aussi à « la vie de couple » comme pour « les relations avec les amis », troisième, famille 3). Pour l’anticipation, les parents évitent de présenter une fille « arriérée » (c’est-à-dire venant de la campagne algérienne ou n’étant pas scolarisée, deuxième, famille 6), alors que le garçon écarte les filles trop opposées à leurs parents ou repérées comme « révoltées » (premier, famille 4).

62La négociation peut durer des années cl dépendra des capacités de la mère, des concessions du père et du fils. Soit il y a un compromis qui donne satisfaction aux partenaires, c’est à dire une fille d’une famille « acceptable » pour les parents, qui « plaise » au fils (premier, famille 4), soit le compromis s’élabore et satisfait la mère et le fils, avec l’exclusion du père du champ de la négociation (troisième, famille 6).

63Si le refus des parents est persistant (en cas d’« inversion » avec proposition du fils), la candidate est évincée avec une relance de la négociation (quatrième, famille 5). Le maintien du choix du fils entraîne la rupture (troisième, famille 3).

64La négociation est parfois biaisée avec des parents qui proposent et renouvellent leurs propositions (quatrième et cinquième, famille 5) et invitent le fils à faire connaître ses désirs. Pour lui, il est surtout question de résister à la pression et, si possible, d’éviter un conflit ouvert, d’où un usage tactique de cette négociation pour « gagner du temps » (quatrième, famille 6).

65Pour les parents, l’enjeu devient plus de limiter les dérives que d’imposer leur orientation – ce qui se produit avec des unions programmées de longue date par les deux familles (premier, famille 3) et un épisode matrimonial « sans histoire » alors que plus fréquemment l’incertitude pour le choix s’accentue et qu’au résultat on constate un décalage entre l’alliance réalisée et le projet initial. Au début, pour les premiers enfants et généralement durant la première période, lorsque le choix n’était pas déterminé par quelques engagements antérieurs, les discussions avaient lieu entre père et mère et incluaient ultérieurement certains membres de la sous-communauté (les parents les plus proches) pour une consultation (parfois de pure forme). Le champ d’exploration englobait le village d’origine et sa région et la communauté d’ici (au sens large, avec les regroupements de la région stéphanoise). Par la suite, il se réduit à l’immigration (quoiqu’étendue, c’est-à-dire au-delà de la communauté avec tous les immigrés algériens, puis arabes) et l’enjeu devient la cohésion familiale.

66Dans un premier temps, la relation à l’extérieur en termes d’alliance prime, alors que par la suite les facteurs internes deviennent prépondérants. Il faut éviter l’éclatement de la famille et assurer une continuité dans le mode de vie. Les parents adoptent une position plus défensive combattant l’introduction dans la famille d’une belle-fille trop « moderne » qui les cantonne encore plus dans une position devenue culturellement minoritaire. Les stratégies matrimoniales deviennent subordonnées à des stratégies de conversion et à l’impératif de préserver ce qui apparaît essentiel : le lien socio-affectif.

67Reste à étoffer l’esquisse des trois figures le « sonac », le « lascar », le « bu », en intégrant les différentes positions dans la négociation.

68La construction est nécessairement réductrice quand le réel offre une variété de situations. Ainsi, le troisième enfant-de la famille 3 n’a pas une scolarité longue et participe assidûment à l’adolescence aux groupes de jeunes dont le territoire est le quartier. Pourtant, il se détache de ces groupes et se singularise, notamment dans l’épisode matrimonial. Il est en lisière, si ce n’est en bascule, si l’on peut dire, entre « lascar » et « bu ». Car, par rapport à l’épisode matrimonial, on situe schématiquement et « idéalement » le « sonac » dans l’acceptation et la prépondérance parentale, le « bu » dans le refus et la rupture (qui peut se doubler d’une rupture ethnique), le « lascar » dans l’hésitation et la négociation, avec un revirement possible vers des positions plus proches du « sonac » ou du « bu ».

69On est tenté de faire correspondre ces « figures » aux trois périodes : le « sonac » à la première, le « lascar » à la seconde, le « bu » à la troisième avec en parallèle le choix traditionnel lors de la première période, le choix négocié pour la seconde, le choix individuel lors de la troisième. Si on peut convenir d’une nette option pour le choix traditionnel durant la première période, avec des profils dont rend compte le « sonac », il est plus hasardeux de conclure à une correspondance « lascar » /deuxième période/choix négocié et « bu » /troisième période/choix individuel. Il y a des choix de type individuel durant la première période même si on ne les présente pas de la sorte. Les choix négociés apparaissent dès les années 60, même s’ils se développent surtout après les années 70.

70Les profils mis en relief par les trois figures existent bien dès la première période, même si les limites imposées par le contexte d’alors modifient assez fortement les possibilités d’ouverture du « bu ». Mais il est vrai que l’émergence est différemment favorisée dans les différentes périodes. On conçoit que la figure dominante dans les années 60 soit celle du « sonac » et, pour la seconde et la troisième périodes celle du « lascar », alors que celle du « bu » reste minoritaire.

  • 7 I. Leonetti-Taboada (1991), pp. 54-73.

71Ces trois figures reflètent aussi des stratégies identitaires avec des rapports à la communauté et à la culture d’origine. Ces stratégies sont le résultat d’élaborations individuelles et collectives et montrent dans leur déploiement « les ajustements opérés, au jour le jour, en fonction de la variation des situations et des enjeux qu’elles suscitent, c’est-à-dire des finalités exprimées par les acteurs et des ressources de ceux-ci »7.

  • 8 C. Camilleri (1991), pp. 19-31.

72Cela organise le rapport à l’espace social avec des attitudes qui vont de l’« évitement mental »8, pour limiter le contact avec la société française à l’affirmation de la spécificité culturelle.

  • 9 Ibid., p. 26.

73En termes de distance et de processus de distanciation, nous avons, pour reprendre les termes de C. Camilleri, des ·· émergés » et des « immergés ». Ceux-ci sont contenus dans un « système qui les enveloppe comme un champ », alors que les premiers prennent la voie de l’émergence « à l’égard d’un ancien modèle devenu objectivé9 » (objectivation évoquée par A. Sayad dans « Les enfants illégitimes »).

  • 10 Alain Lebaube – « La désespérance du Val-Fourré », Le Monde, 15 août 1991, p. 6, cité par C. Camill (...)

74D’ailleurs, A. Lebaube10 distingue des sous-groupes, parlant des « révoltés », des « retenus », des « conscients ». Il distingue par une graduation ceux qui refusent les représentations autant que l’organisation de la société centrale (et vivent au plus près de la communauté de ghetto) de ceux qui maintiennent le contact avec la société « au niveau des comportements d’abord, puis à celui de la culture et de la conceptualisation, qu’ils utilisent pour penser la situation ».

Notes

1 La situation maritale pour tous les enfants est donnée pour l’année 1982.

2 Par scolarité courte, on entend soit la scolarité obligatoire (16 ans), soit l’enseignement technique limité aux trois années, débouchant sur l’examen du C.A.P. (Certificat d’Aptitude Professionnelle). Par scolarité longue, on entend un cursus qui va jusqu’à la fin du secondaire ou au-delà.

3 Après 1982, le second redivorce et se marie « seul » avec une Algérienne immigrée.

4 U.N.J.A. : Union Nationale de la Jeunesse Algérienne, liée à l’Amicale des Algériens en Europe, qui organisait, entre autres, des séjours « le volontariat » au pays et d’autres activités (sport...).

5 Le seul commerçant dans les sept familles, les autres péres étant OS (ouvrier spécialisé) ou P1 (profesionnel première catégorie).

6 A. Hammouche (1990), p. 184.

7 I. Leonetti-Taboada (1991), pp. 54-73.

8 C. Camilleri (1991), pp. 19-31.

9 Ibid., p. 26.

10 Alain Lebaube – « La désespérance du Val-Fourré », Le Monde, 15 août 1991, p. 6, cité par C. Camilleri, op. cité.

Table des illustrations

Légende • Dans les familles 5 et 6, un des deux choix traditionnels est le mariage au pays d’une des filles.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search