Version classiqueVersion mobile

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Deuxième partie. Les mariages à Saint-Etienne

Chapitre 2. Types et évolution à travers les trois périodes

Texte intégral

1Les 1129 mariages se distribuent sur les 23 années en :

  • 102 mariages de type 1,

  • 415 mariages de type 2,

  • 348 mariages de type 3,

  • 264 mariages de type 4.

2Par période et tous types confondus, nous avons :

  • 239 mariages entre I960 et 1967,

  • 317 mariages entre 1968 et 1974,

  • 573 mariages entre 1975 et 1982.

3La distribution par type et par période donne le tableau suivant :

4Notons la progression du nombre total par période avec plus qu’un doublement entre les 239 de la première période et les 573 mariages entre 1975 et 1982.

5Plus significatif, le poids relatif des types varie au fil des trois périodes. Le type 2 domine avec 415 mariages, suivi du type 3 avec 348 mariages.

6Ce dernier type, celui des mariages mixtes, s’oppose aux deux autres du point de vue de l’homogamie ethnique. Nous avons au total des types 1 et 2 : 517 mariages dont les conjoints sont algériens. L’ensemble des mariages d’Algériens (1+2 + 3) donne un total de 865 ; les types 1 et 2 représentent 59,7 % de ce total.

7Ainsi, nous avons d’une part ces 59,7 % et, d’autre part, 40,2 % de mariages mixtes. Ces chiffres sont à relativiser eu égard au problème du probable sous-enregistrement qui ne manque pas d’amplifier le poids des unions mixtes. Celles-ci (le type 3) avec une croissance en nombre, voient leur part dans l’ensemble des mariages rester assez stable (un peu plus de 30 %).

8Les changements les plus sensibles concernent les types 1 et 2. Les mariages à l’intérieur de la communauté immigrée croissent sensiblement et régulièrement. En effet, le poids du type 2 passe de 31,7 % à 36,2 % avant d’atteindre, pour la dernière période, 39 %. Si on ne prend en compte que les mariages d’Algériens (863), le poids du type 2 est accentué avec 38,7 % pour la première période, Ί7,3 % entre 1968 et 1974 et 52,5 % entre 1975 et 1982.

9Parallèlement à cette tendance, le type 1, les mariages avec un conjoint venu d’Algérie, connaît une baisse continue : de 18,4 % à 9,1 %, pour ne représenter que 5 % dans la dernière période. Ramenée aux seuls mariages d’Algériens, la proportion est de 22,4 % puis de 11,9 % et de 6,8 %.

10En ne comptabilisant que les types 1 et 2, on voit la redistribution qui s’opère : sur les 120 mariages de la première période, 36,6 % sont de type 1 et 63,3 % de type 2 ; sur les 144 mariages de la seconde période, 20,1 % sont de type 1 et 79,8 % de type 2 ; sur les 253 mariages de la troisième période, 11,4 % sont de type 1 et 88,5 % sont de type 3. La part des mariages avec des conjoints provenant du pays se réduit considérablement au profit de l’immigration.

11Le type 4 connaît aussi une croissance continue (de 17,9 % à 25,6 %). Le poids des enfants de couples mixtes varie peu d’une période à l’autre, alors que le nombre des mariages d'autres Maghrébins, surtout des Marocains et secondairement les Tunisiens, augmente. Ces derniers, à la différence des Algériens, connaissent une progression des unions mixtes (franco-marocaines ou franco-tunisiennes) au fil des années.

I - L’échelle de continuité (sur le Marais)

12Rappelons les indicateurs : différentiel d’âge, résidence après le mariage, travail de l’épouse, la présence des parents, région d’origine.

1. Poids relatif au type (ex. : 12/26 - 46,15 %).

13Aux deux extrêmes de l’échelle de continuité, 8 couples réunissent les 5 indicateurs, pour les plus traditionnels, et inversement 9 couples ne vérifient aucun indicateur.

60 couples ne vérifient que 4 indicateurs.

69 couples ne vérifient que 3 indicateurs.

54 couples ne vérifient que 2 indicateurs.

29 couples ne vérifient que 1 indicateur.

14Les mêmes indicateurs, vérifiés selon les périodes, donnent les tableaux suivants :

II - Calcul du χ2

15Pour mesurer le caractère significatif des résultats, on a vérifié le χ2 sur un certain nombre de tableaux.

16Le premier tableau concerne la population globale répartie en périodes, par type :

Tableau 1. Population globale

Tableau 1. Population globale

17La répartition du type 1 au cours des 3 périodes n’est pas significative avec une marge d’erreur de 1 % avec un χ2 = 4,41. Le calcul du χ2 nous montre que tous les autres résultats sont significatifs.

18Le second tableau concerne les mêmes variables mais uniquement pour le Marais. Le calcul du χ2 donne les mêmes résultats à savoir que la répartition du type 1 au cours des trois périodes n’est pas significative.

19Les autres tableaux concernent un calcul du χ2 sur les résultats obtenus à partir de trois indicateurs de l’échelle de continuité (différentiel d’âge, de région d’origine, présence des parents) au niveau du Marais et du reste de la ville.

20Pour le différentiel d’âge, la répartition de la population du Marais entre 0 et 6 ans et supérieure à 6 ans est non significative avec 1 % de marge d’erreur (χ2 = 6,64).

21La répartition de la même population entre région d’origine identique et différente est non significative (χ2= 0,11).

22Pour ce qui est de la présence ou non des parents, les résultats du tableau ne sont pas significatifs à 1 % de marge d’erreur (χ2 = 5,71).

Tableau 2. Le Marais

Tableau 2. Le Marais

Tableau 3. Différentiel d’âge

Tableau 3. Différentiel d’âge

Tableau 4. Région d’origine

Tableau 4. Région d’origine

Tableau 5. Présence des parents

Tableau 5. Présence des parents

III - Comparaison le Marais avec le reste de la ville

Par type et période

Par type et période

Primo-migrants (P.M.) et enfants d’immigrés (E.I.) par période

Primo-migrants (P.M.) et enfants d’immigrés (E.I.) par période

23L’échelle de continuité, sur l’ensemble de la ville, et uniquement avec 3 indicateurs (différentiel d’âge, présence des parents, région d’origine) donne les résultats suivants :

24234 mariages ne vérifient aucun indicateur : 7 de type 1 ; 23 de type 2 ; 123 de type 3 ; 81 de type 4.

25528 mariages vérifient un indicateur : 30 de type 1 ; 156 de type 2 ; 182 de type 3 ; 160 de type 4.

26280 mariages vérifient deux indicateurs : 45 de type 1 ; 169 de type 2 ; 40 de type 3 ; 26 de type 4.

2787 mariages vérifient trois indicateurs : 20 de type 1 ; 67 de type 2.

VI - Interprétation de quelques éléments

28Pour le Marais, les mariages où les deux conjoints sont du quartier sont peu nombreux et ne représentent que 13,1 % des 229 mariages. Mais on note aussi que sur ces 30 mariages, la résidence indiquée est celle des parents pour 29 d’entre eux. La région d’origine étant identique et les deux familles habitant sur le quartier, on peut penser qu’il s’agit là d’unions propres aux sous-communautés opérant en système de relations pratiques. Le fils reste avec son épouse chez ses parents.

  • 1 Dans la troisième période, les E.I. nés en France sont plus nombreux, d’où l’impossibilité dans cer (...)

29Pour le quartier, les primo-migrants et les enfants d’immigrés se distinguent pour la région d’origine du conjoint. Les primo-migrants épousent à 68,9 % des conjoints de même région qu’eux alors que les enfants d’immigrés ne sont que 42 % dans ce cas1. Ces mariages baissent en parts relatives au fil des périodes (P1 = 78,9 %, P2 = 65,6 % ; P3 = 36,2 %). L’influence des sous-communautés s’atténue et la fidélité à la région devient moindre. La forme du regroupement influe sur cette fidélité ; au Marais et à la Bâtie, où l’habitat est plus dense et le poids des sous-communautés se fait sentir, les chiffres sont de 62,1 % et 58,3 % contre 34,8 % de mariages où les conjoints sont de région d’origine identique pour Montreynaud (avec un habitat plus diffus mais aussi un décalage dans le temps par rapport aux deux autres sites).

30Rapportée à l’échelle de continuité, la variable « région d’origine identique » se vérifie pour le type 2 à 95,45 % dans la première période, à 78,04 % dans la seconde et à 54,66 % dans la troisième. Là aussi, on constate une baisse et donc une moindre fidélité à la région.

31Toujours pour le même type, qui représente le plus grand nombre de mariages, on note pour un autre indicateur une tendance inverse. La résidence chez les parents tend, en effet, à augmenter passant de 40,9 % (P1) à 53,65 % (P2) puis à 66,66 % (P3).

32Globalement, sur la ville, les mariages où la région d’origine est identique représentent 65,4 %. Les enfants d’immigrés connaissent cette situation à 32,8 % (avec 138 mariages) et les primo-migrants à 49,3 % (200 mariages). Sur Saint-Étienne, on enregistre aussi une baisse de ces mariages au fil des périodes (de 43,51 % à 32,49 % puis 22,86 %). La baisse est plus sensible chez les enfants d’immigrés de 65,9 % à 38 % puis 25,72 % alors que la proportion reste proche de 1 mariage sur 2 pour les primo-migrants. Le poids de ces derniers diminue, passant de 62,34 % à 41,95 % puis à 21,64 %.

33La différence entre les deux catégories est sensible pour l’âge moyen au mariage : 32 ans (hommes) et 23 ans (femmes) pour les primo-migrants contre 25 ans (hommes) et 21 ans (femmes) pour les enfants d’immigrés. Les chiffres pour ces derniers sont plus proches des chiffres français.

1. Les primo-migrants

34Les mariages entre primo-migrants et enfants d’immigrés révèlent, dans bon nombre de ces unions, une inversion. Le gendre (P.M.), et donc le couple, réside à proximité de sa belle-famille, alors qu’on note une forte proportion de parents décédés.

35Les cas où un des deux, voire les deux parents sont décédés ne manquent pas d’interroger sur la distribution des rôles entre père et mère et sur la détermination des stratégies selon le mode lignager ou le mode domestique.

36La distance physique avec les parents, à moins de décès, se double pour certains primo-migrants d’un rapprochement avec la belle-famille. La présence de témoins algériens au mariage, résidant dans le même quartier, atteste d’une prégnance de la sous-communauté qui se vérifie plus fortement au Marais, où de nombreux témoins sont originaires de la même région (ce que l’on peut moins précisément vérifier pour le reste de la ville).

37La situation migratoire de ce point de vue confirme bien une rupture avec le groupe d’origine et l’affirmation individuelle. Ces mariages représentent près de la moitié des 195 unions entre primo-migrants et enfants d’immigrés, avec 28 mariages durant la première période, 39 pour la seconde et 37 pour la troisième. Ce genre d’union continue à se pratiquer dans une bonne proportion compte tenu du moindre poids des primo-migrants au fil des années, tenant une fonction de canalisation pour les filles que l’on marie de la sorte.

38Les primo-migrants se distinguent aussi dans la constitution d’unions mixtes, au nombre de 135 pour cette catégorie (sur les 406 mariages P.M.), soit 33,25 %. La distribution par période est révélatrice du poids de ces unions chez les P.M. Durant la première, on en compte 60 (sur 149 P.M.), soit 40,26 % ; pour la seconde, nous en avons 43 (sur 133), soit 32,33 % et pour la troisième les chiffres sont de 32 (sur 124) et de 25,8 %. Malgré la baisse, cela aussi confirme le relatif détachement du groupe d’origine (au sens familial) que donne à voir le faible nombre de mariages de type 1 (conjoint venu du pays) pour cette catégorie avec, sur les trois périodes, 60 unions, soit 14,77 % (P1 = 28 mariages ; P2 = 16 mariages ; P3 = 16 mariages).

39L’effet « quartier » se mesure au nombre d’unions entre primo-migrant et enfant d’immigrés résidant tous deux dans les mêmes quartiers. Au total, il y a 70 unions réparties entre 36 qui réfèrent à la sous-communauté, évoquée plus haut, avec quartier de résidence et région d’origine identiques et 34 mariages où les deux conjoints sont originaires de deux régions distinctes. Ces 70 unions représentent 17,24 % des mariages de primo-migrants.

2. Les enfants d’immigrés

40Les mariages de conjoints de même catégorie sont les plus nombreux avec 220 sur 420 mariages d’enfants d’immigrés, soit 52,8 %.

41L’évolution est la suivante :

Enfants d’immigrés par type de mariage et par période

Enfants d’immigrés par type de mariage et par période
  • 2 Sans tenir compte des mariages où la région d’origine est considérée « inconnue » soit 85 mariages (...)

42La progression est constante pour les mariages entre enfants d’immigrés ou de mariages mixtes. L’effet « quartier » est relativement faible avec 41 mariages où les conjoints sont de même quartier, soit un peu moins de 10 %. Si on comptabilise ceux dont la région d’origine est identique, nous avons 25 mariages avec résidence dans le même quartier et 87 avec quartier différent, soit au total 112 unions2 (50,90 % des 220 mariages de type 2).

43L’écart d’âge entre conjoint est grand (>6 ans) pour 43 mariages sur 135 qui mettent en présence deux enfants d’immigrés, soit 31,85 % contre 91 unions (avec Δ âge <6) avec une croissance de ces dernières entre les trois périodes (l’inversion avec un grand écart en faveur de l’épouse ne signifie pas toujours une rupture par rapport aux traditions. Lorsque la mère du garçon est décédée, il est des groupes qui choisissent une épouse plus âgée que lui afin qu’elle le « prenne en charge », à moins qu’il ne s’agisse d’assurer une obligation en épousant le conjoint d’un frère décédé par exemple, ce qui se vérifierait peut-être plus chez les primo-migrants que chez les enfants d’immigrés).

3. La mixité

44Sur les 348 unions mixtes, on en compte 39 avec un conjoint originaire d’un pays musulman. Hormis un cas avec un conjoint turc, les 38 autres mariages unissent des Maghrébins. La majorité des conjoints des Algériens sont des Marocains, plus rarement des Tunisiens. La distribution par période montre une progression (P1 = 2 ; P2 = 10 ; P3 = 26) même si leur part reste faible parmi les unions mixtes.

45Les enfants de couples mixtes se marient majoritairement avec des conjoints français. Ils sont 23 sur 157 unions à ne pas avoir agi ainsi (soit 14,64 %) en prenant pour conjoint un Algérien (par période : P1 = 4 sur 26 ; P2 = 7 sur 50 ; P3 = 12 sur 81). Dans 7 cas, le conjoint algérien est primo-migrant.

  • 3 B. Vernier (1989).

46L’étude des prénoms des enfants de couples mixtes apporte un autre éclairage pour ce qui est de la « Signification » de ces unions en terme de continuité ou de rupture à l’égard de la communauté d’origine pour les conjoints. On peut s’inspirer de la démarche de B. Vernier3 pour qui le choix du prénom reflète des processus inconscients d’identification, de jeux narcissiques avec des investissements incestueux. Le « fétichisme » se retrouve aussi bien dans les noms donnés que dans ceux qu’on porte ou dans celui des êtres aimés.

47Ici, on tente d’appréhender un reflet des projections et des transmissions avec le rapport aux prénoms arabes ou européens.

48Nous avons 157 individus (P1 = 25 ; P2 = 56 ; P3 = 76) dont les prénoms commencent par un prénom français dans 81 cas contre 76 où le premier prénom est arabe ou kabyle (51,6 % et 48,4 %). Ce quasi « équilibre » se vérifie dans les trois périodes.

49L’ensemble des prénoms donnés à un même individu varie de un prénom à trois prénoms (et même quatre si l’on dissocie les prénoms composés).

50Nous avons la ventilation suivante :

    • 4 FF pour 2 prénoms français ; AA pour 2 prénoms arabes.

    Un seul prénom : 64 individus, soit 28 prénoms français ; 36 prénoms arabes4.

  • 2 prénoms : 77 individus, soit 27 prénoms FF ; 3 AA ; 26 FA ; 31 AF)

  • 3 prénoms : 16 individus (dont 1 avec 2 prénoms + un prénom composé), soit 4 prénoms FFF ; 4 FFA ; 2 FAF ; 4 AFF ; 2 AF A.

51Ces trois « structures » (1, 2 ou 3 prénoms) comptabilisent au total 266 prénoms répartis entre 113 prénoms arabes et 153 français.

52Le mixage reflète pour partie le tiraillement avec des jeux de dosage. Il y a « compromis » avec 2 prénoms d’origine différente (57) ou 3 avec les 2 références (12), soit un total de 69 individus (43,94 %).

53Notons qu’avec 3 prénoms – la structure française avec le prénom principal suivi de celui de la marraine et de celui du parrain, où le « compromis » est possible – il se trouve 4 (sur 12) individus avec des prénoms uniquement français. Pour les 8 autres individus, le dosage reflète une prépondérance des prénoms français.

54Nous avons donc, toutes structures confondues, une répartition entre ceux qui optent pour une seule connotation culturelle, au nombre de 88, soit 56,05 % (49 options « françaises », soit 31,21 % de 157 ; 39 options « arabes » soit 24,84 %) contre 43,94 % avec un « compromis ».

55L’étude plus fine sur 6 familles repérées à partir des actes montre que les références à une seule culture sont majoritairement maintenues pour l’ensemble de la fratrie. Les rares changements d’option se font au bénéfice des prénoms français tout comme c’est le cas lorsque le « compromis » ne concerne que les premiers enfants.

56Le choix des prénoms avec une relative prépondérance pour l’option « française » et surtout les mariages de ces enfants de couples mixtes laissent entrevoir la confirmation de l’hypothèse de la rupture avec la communauté d’origine pour les conjoints maghrébins.

4. Les mariages des Marocains et des Tunisiens

57Au nombre de 107 pour les deux nationalités (9,47 % des 1129 mariages), ils se répartissent entre 17 mariages pour la première période, 24 pour la seconde, 66 pour la troisième. Sur les 107 unions, 79 concernent des Marocains et 28 des Tunisiens.

58Près de 38 % de ces 107 unions sont des mariages mixtes, avec une progression au long des trois périodes. Les autres mariages mettent en présence des conjoints dont, pour la plupart, la région d’origine est identique.

5. Des cas atypiques

59Au-delà de l’appréciation statistique, il est des cas isolés ou peu nombreux qui méritent d’être signalés en ce qu’ils donnent à voir des dysfonctionnements ou des renversements. Ils montrent d’une certaine manière ce que génère et amplifie la situation migratoire.

60Ainsi des situations où le jeune marié réside à proximité, voire à la même adresse que son père, alors que sa mère est restée au pays. La situation où une fille rejoint son père pour épouser un immigré alors que sa mère réside en Algérie ne pose pas les mêmes questions. Dans ce deuxième cas, la fille quitte la maisonnée paternelle et rejoint sa nouvelle famille en quelque endroit que ce soit. Dans le premier cas de figure, on ne sait plus où est le centre de l’indivision, ici la mère serait en quelque sorte exclue ; si le centre est là-bas, la venue de l’épouse ne s’explique guère à moins d’un choix traditionnel qui reflète plutôt la volonté individuelle du fils de se fixer hors de la demeure familiale.

61Autre cas, celui où les conjoints sont de régions différentes mais où l’époux réside en France (primo-migrants plus qu’enfants d’immigrés) alors que l’épouse vient d’Algérie. On ne peut que supposer une diversification des circuits de recrutement. Il peut s’agir de rencontres à partir de voyages des parents des époux en Algérie (ce qui suppose des migrations intérieures). C’est là une des traductions de l’extension du marché matrimonial. Dans certains, cas plus rares, on note, avec des régions différentes, des conjoints venus du pays qui exercent une activité professionnelle (une institutrice et, plus surprenant dans la mesure où ce sont les épouses qu’on fait venir du pays, un agent de police).

62Dans des cas de remariages, on note aussi le rapport à d’autres régions d’Algérie d’où proviennent des conjoints parfois beaucoup plus jeunes (une seule fois il est fait mention dans l’acte de la « répudiation »).

63Durant la première période, il n’y a pas de concurrence entre primo-migrants, qui dominent par le nombre, et enfants d’immigrés dont les aînés, à la différence des cadets, restent proches des primo-migrants. On peut repérer des relations entre quartiers et régions d’origine pour les premiers comme Marais, Champ-de-Mars, Méons pour les originaires de Nedroma, et des liens à partir de rapports plutôt de bandes pour les secondes, avec les quartiers de Montreynaud, la Romière, Maugara par exemple.

64Les témoins, majoritairement maghrébins, appartiennent parfois au même quartier, mais à travers leur résidence c’est toute la constellation de la présence algérienne dans la région stéphanoise qui apparaît. On l’a dit, on repère parfois ceux qui proviennent de la même région que les conjoints, mais on note aussi la présence de témoins européens, dont quelques-uns occupent des positions sociales en vue ou assurent des responsabilités hiérarchiques.

65Caractéristiques qui se rencontrent encore plus fréquemment pour les unions mixtes : parmi celles-ci, il en est qui mettent en présence des primo-migrants. Outre le conjoint algérien, le conjoint « étranger » est parfois yougoslave, turc, allemand...

66On constate pour certains conjoints une « persistance » à contracter des unions mixtes. Le mariage de quelques femmes européennes avec un conjoint algérien fait suite à un divorce qui laisse apparaître que l’ex-époux était aussi maghrébin. Le cas d’hommes algériens qui reproduisent un couple mixte est moins fréquent et l’on observe que pour certains d’entre eux, plutôt âgés, la dissolution d’une union mixte est suivie d’un mariage avec une femme algérienne, en général beaucoup plus jeune et venant d’Algérie.

67II est des familles où les mariages atypiques se multiplient, notamment avec les unions mixtes (avec conjoint yougoslave pour l’aînée puis un Turc pour la seconde).

68Les conjoints venus du pays peuvent être des ex-enfants d’immigrés de retour (2 filles).

69Ce que l’approche statistique laisse voir mérite d’être vérifié sous l’angle pratique. C’est l’objet du chapitre suivant qui traite des évolutions sur le registre ethnographique avec divers exemples et le rappel des modalités du mariage traditionnel.

Notes

1 Dans la troisième période, les E.I. nés en France sont plus nombreux, d’où l’impossibilité dans certains cas d’avoir la région d’origine (des parents) et d’où une relative et probable sous-représentation des mariages E.I. où la région des conjoints est identique.

2 Sans tenir compte des mariages où la région d’origine est considérée « inconnue » soit 85 mariages (20, 23 % des 420 unions).

3 B. Vernier (1989).

4 FF pour 2 prénoms français ; AA pour 2 prénoms arabes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 1. Poids relatif au type (ex. : 12/26 - 46,15 %).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 1960-1967
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 1968-1974
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 1975-1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 1. Population globale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 2. Le Marais
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 3. Différentiel d’âge
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 4. Région d’origine
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 5. Présence des parents
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Par type et période
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Primo-migrants (P.M.) et enfants d’immigrés (E.I.) par période
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Enfants d’immigrés par type de mariage et par période
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9365/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search