Version classiqueVersion mobile

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Deuxième partie. Les mariages à Saint-Etienne

Chapitre 1. Les données

Texte intégral

Les actes de mariage de 1960 à 1982

Année

Nombre de mariages d’immigrés

Nombre total de mariages

 %

1960

16

1 255

1,27

1961

33

1 212

2,72

1962

26

1 241

2,10

1963

20

1 335

1,49

1964

32

1 380

2,32

1965

41

1 489

2,75

1966

35

1 338

2,62

1967

36

1 384

2,60

1968

34

1 418

2,39

1969

47

1 621

2,90

1970

36

1 651

2,18

1971

43

1 643

2,61

1972

53

1 697

3,12

1973

51

1 614

3,15

197-1

53

1 508

3,51

1975

55

1 388

3,96

1976

56

1 379

4,06

1977

69

1 292

5,34

1978

71

1 302

5,45

1979

56

1 183

4,73

1980

80

1 219

6,56

1981

88

1 087

8,09

1982

98

1 056

9,28

Total

1 129

31 692

3,56

1Nous avons, sur 23 années de 1960 à 1982, 1129 actes de mariage où l’un des conjoints au moins est maghrébin sur un total de 31 692 mariages célébrés dans la ville de Saint-Étienne, soit 3,36 %.

  • 1 J.-E. Rochas (1983).

2Les mariages, dans l’ensemble à Saint-Étienne, progressent dans un premier temps de 1960 à 1972 avec le passage de 1255 mariages à 1697 avant de chuter, dans un deuxième temps, de 1973 avec 1614 mariages à 1982 avec 1056 mariages. On retrouve sur la ville les même tendances que celles constatées dans le pays et dans le département de la Loire. Dans ce dernier, le maximum de mariages se produit en 1972 avec 6108 (en France et en Rhône-Alpes, maximum avec respectivement 416 500 et 36 008)1.

3Le nombre de ces mariages est à mettre en relation avec l’évolution démographique de la ville. En 1962, Saint-Étienne compte quelque 209 000 habitants puis, aux recensements suivants, nous avons : 226 695 en 1968 (+ 8 %), 219 966 en 1975 (baisse de 3 %), 204 762 en 1982 (baisse de 7 %).

4Pour ce qui est des mariages observés (1129), on constate une progression, en chiffres absolus comme en poids relatif, quasi constante. L’année 1972 est, là aussi, charnière pour le nombre : autour d’une trentaine de mariages par an en moyenne, en tout cas inférieur à 50 avant cette date. À partir de 1972, le nombre dépasse la cinquantaine pour atteindre 98 en 1982 (une moyenne de 67,7). Dès 1972, le poids relatif dépasse les 3 % pour atteindre les 9,28 % des mariages stéphanois en 1982. Ce doublement, en moyenne, est à mettre en relation avec l’arrivée sur le marché matrimonial des enfants d’immigrés. Autre donnée d’ordre général, l’homogamie sociale et géographique, lorsque le recrutement se fait en France, se vérifie pour la plupart des mariages : les conjoints résident dans la même région et possèdent des niveaux de qualification proches (lorsque l’épouse travaille) à quelques rares exceptions près.

I - L’âge des conjoints

5Sur l’ensemble des 1129 mariages, nous avons un âge moyen pour les hommes de 28,08 et pour les femmes de 23,25 avec un écart moyen de 4,83.

6Ces chiffres appellent une remarque : bien des mariages sont conçus à des âges relativement tardifs (après la trentaine), sans qu’il ne soit fait mention d’un éventuel divorce. Compte tenu des pratiques en matière matrimoniale, il est peu probable que ces hommes et ces femmes soient restés si longtemps célibataires. On peut supposer que, pour bon nombre, il s’agit d’un deuxième mariage et que la facilité à répudier se traduise par une absence de trace de la première union (peu de divorces sont signalés). Ce biais influe sur le résultat et donne à voir un âge moyen au premier mariage assez élevé.

II - Les écarts d’âge

7Sur les 1129 mariages, 903 mettent en présence un couple où l’homme est plus âgé que la femme ; dans 152 cas, c’est l’inverse et pour 74 mariages, les deux époux ont le même âge.

8Il est intéressant, eu égard à l’écart d’âge important dans le monde arabe, de les situer plus précisément.

9Les mariages dont les écarts sont les plus “traditionnels” (au-dessus de 11 ans) sont au nombre de 137, soit 15,17 % des 903. Si on ajoute, toujours dans le cas où l’homme est plus âgé, les écarts compris entre 8 et 11 ans (171), nous avons alors 308 mariages, soit 34,11 %. Les autres mariages où l’homme est plus âgé et où l’écart est inférieur à 8 ans sont au nombre de 595. Il est des cas où les femmes sont plus âgées que les hommes : dans deux tiers de ces unions (sur 152 mariages) l’écart est inférieur à 4 ans. On observe jusqu’à 18 ans de différence d’âge mais dans 88,82 % des cas, l’écart est inférieur à 8 ans.

III - Les antécédents : parents décédés

10Dans 646 mariages, aucun des conjoints n’a de parent décédé (58 %). Dans 483 mariages, un des parents au moins est décédé (42 %).

IV - Les quartiers

11Deux cent vingt-neuf mariages sont répertoriés où l’un des conjoints au moins réside dans le quartier du Marais au sens large (périphérie comprise). Neuf cents mariages unissent des conjoints résidant en dehors de ce périmètre.

12Sur les 229, on compte :

  • 24 pour la Bâtie,
  • 89 pour Montreynaud,
  • 116 pour le Marais au sens strict.

V - Le marais

13Pour ce qui est des variables spécifiques au Marais (229 mariages), nous avons :

  • Pour les cas où les deux familles des conjoints sont du même quartier : 30 (soit 13,1 %).
  • Pour la résidence chez les parents après le mariage : 89 (soit 38,86 %). Sur les 30 mariages où les familles sont du même quartier, 29 couples résident chez les parents.
  • Pour les CSP :
    • Hommes : 193 ouvriers (84,28 °/o) et un seul noté « sans profession » ; les autres se répartissent entre employés : 10, étudiants : 7, techniciens : 8, commerçants : 4, divers : 6.
    • Femmes : 140 « sans profession » (61,14 %), 43 ouvrières (18,78 %), 29 employées (12,66 %), 6 étudiants, divers : 11.
  • Pour les témoins : dans 158 cas, les deux témoins sont maghrébins (69 %) ; dans 41 cas, un témoin est européen, l’autre est maghrébin (17,9 %) ; dans 30 cas, les témoins sont européens (13,1 %).

VI - Etude des données construites

1. Situation migratoire

14On distingue les mariages à partir de la situation migratoire des conjoints entre trois catégories : primo-migrants, enfants d’immigrés et autres.

15Les primo-migrants sont repérables à partir de la résidence de leurs parents, située en Algérie. On compte 211 mariages où l’un des conjoints au moins est primo-migrant (18,7 %).

16Les enfants d’immigrés sont ceux dont les parents résident en France ; les mariages où l’un des conjoints au moins est enfant d’immigrés sont au nombre de 420 (37,20 %).

17Il reste 303 mariages où l’un des conjoints au moins est maghrébin, sans être algérien, ou enfant de couple mixte (26,8 %).

18Dans 195 cas, des enfants d’immigrés ont épousé des primo-migrants (17,3 %)· Ces derniers mariages sont comptés avec les mariages des primo-migrants. On exclut la situation où la femme est primo-migrante, ce qui veut dire que lorsque l’adresse de ses parents est indiquée en Algérie, on la considère elle-même comme résidente en Algérie. Il est tout à fait exceptionnel qu’une femme émigre seule. En conséquence, on a interprété les données en écartant l’hypothèse de mariage entre primo-migrants. Nous avons donc 406 mariages de primo-migrants (36 %), 420 d’enfants d’immigrés (37,2 %), 303 autres (26,8 %).

2. Région d’origine

19Parmi les conjoints algériens, 69,4 % sont nés en Algérie et 30,5 % en France, dont la plupart à Saint-Étienne ou dans sa proche région. Comme on l’a dit, la grande majorité des conjoints déjà immigrés avant mariage résident dans la région stéphanoise (essentiellement Saint-Étienne puis secondairement la vallée du Gier et la vallée de l’Ondaine).

20Les régions de naissance en Algérie se répartissent entre la Kabylie (Petite et Grande) avec 23,4 %, l’Est algérien (hors Kabylie et essentiellement Sétif, Constantine et Zemmoura qu’on a comptabilisé dans cette partie du pays) avec 22,1 % et l’Ouest avec 17,4 % (Oran, Tlemcen, Nedroma et Beni-Mishel ; ces trois dernières villes représentant 9,4 % à elles seules). Les 6,5 % restants englobent les autres régions algériennes dont Alger qui compte pour moitié dans ce chiffre.

21On a pris en compte la région d’origine uniquement pour les Algériens et en excluant tous les couples mixtes. Ainsi, sur 517 mariages concernés, 338 mettent en présence des conjoints de même région d’origine (65,4 %).

3. Les périodes

22Elles sont au nombre de 3 :

  • P1 : 1960-1967
  • P2 : 1968-1974
  • P3 : 1975-1982

23Rappelons que la périodisation est construite à partir d’éléments tels que :

  • l’instauration des titres de séjour (1968-69),
  • le démarrage de la ZUP de Montreynaud (fin des années 60),
  • l’ouverture du boulevard périphérique (1972),
  • les démolitions des cités.

VII - Combinaison des données

1. Âge moyen au mariage

24On vérifie l’âge moyen au mariage, année par année, pour constater qu’il se situe au-dessus de 30 ans pour les hommes entre I960 (30,94) et 1963 (31,60) avec un maximum de 33,27 en 1961. De 1964 à 1982, il est en-dessous de 30 ans, exception faite pour l’année 1966 (30,40). En 1964, il est de 29,84 contre 29,62 en 1982 avec un minimum de 26,08 en 1974.

25Pour les femmes, l’âge moyen varie entre 27,20 en 1963 et 21,25 en 1972.

26Les écarts d’âge sont supérieurs à 6 ans de 1960 à 1971, avec une exception en 1971, et un maximum de 9,60 en 1963. De 1972 à 1982, les écarts vont de 5,78 en 1982 (maximum) à 4,3 en 1974 (minimum).

27Ces chiffres sont à relativiser au regard du faible nombre par année et donc de l’incidence que peuvent produire quelques mariages atypiques. Il y a lieu de distinguer entre primo-migrants et enfants d’immigrés et à combiner les chiffres ainsi donnés par période.

28Sur les 23 années et concernant les mariages du Marais, l’âge moyen est de 27 ans pour les hommes et de 22 ans pour les femmes.

29Rapportée à la catégorie primo-migrant, la moyenne est de 32 ans pour les hommes et de 23 ans pour les femmes. Pour les enfants d’immigrés, la moyenne est de 25 ans (hommes) et 21 ans (femmes).

30Sur les différentes périodes, nous avons :

Hommes

femmes

1960-1967

31 ans

21 ans

1968-1974

26 ans

19 ans

1975-1982

27 ans

22 ans

31Si l’on distingue entre zone centrale (Marais) et périphérie :

Hommes

femmes

Marais :

28 ans

21 ans

Montreynaud :

27 ans

22 ans

La Bâtie :

29 ans

22 ans

2. Situations migratoires

32On croise deux variables : situations migratoires et région d’origine.

33Nous avons 200 mariages avec un conjoint primo-migrant et où la région d’origine des deux futurs époux est identique. Cela représente 49,30 % des mariages primo-migrants.

34Nous avons 138 sur 420 mariages d’enfants d’immigrés où la région d’origine est identique pour les deux conjoints, soit 32,8 % des mariages E.I. (enfants d’immigrés).

Pour les primo-migrants

35La répartition des 406 mariages, par période, donne :

  • 2 Poids relatif dans la période considérée.

36— de 1960 à 1967 : 149 (62,34 %)2

37— de 1968 à 1975 : 133 (41,95 %)

38— de 1975 à 1982 : 127 (21,64 %)

Pour le Marais

39— Primo-migrants avec région d’origine identique : 51 mariages (68,9 %)

40— Enfants d’immigrés avec région d’origine identique : 66 mariages (42,6 %).

41Par période, toutes situations migratoires confondues :

42— 1960-1967 : 38 dont 30 avec région identique (78,9 %)

43— 1968-1974 : 6l dont 40 avec région identique (65,6 %)

44— 1975-1982 : 130 dont 47 avec région identique (36,2 %).

Pour les 420 mariages d’enfants d’immigrés

  • 3 Poids relatif dans la période considérée.

45— de 1960 à 1967 : 44 (18,4 %)3

46— de 1968 à 1975 : 100 (31,5 %)

47— de 1975 à 1982 : 276 (48,16 %)

Pour l’ensemble des 1129 mariages

48La répartition par période des mariages où la région d’origine est identique pour les deux conjoints :

  • 4 Poids relatif dans la période et à la catégorie considérées.

49— de 1960 à 1967 : 104 (43,51 %)4

50— de 1968 à 1975 : 103 (32,49 %)

51— de 1975 à 1982 : 131 (22,86 %)

52Si l’on veut vérifier la ventilation des mariages à partir de la situation migratoire et de la région d’origine identique :

3. Le Marais et la périphérie

53Sur les 116 mariages du Marais, 72 sont conclus avec des conjoints de même région d’origine (62,1 %).

54Pour Montreynaud, on en compte 31 sur 89 mariages (34,8 %). À la Bâtie, on en dénombre 14 sur 24 mariages (58,3 %).

VIII - Les types de mariages

1. La typologie

55Traiter plusieurs centaines d’actes de mariages - à moins d’imaginer un fastidieux travail exhaustif au cas par cas, ce qui n’aurait guère de sens - impose une opération de regroupement ; autrement dit la composition de types.

  • 5 M. Weber 0965), p. 183.

« “Quiconque” est convaincu que la connaissance de la réalité historique devrait ou pourrait être une copie (Abbildung) “sans présupposition’’ de faits “objectifs’’, déniera toute valeur à ces constructions »5.

56Ce propos de Max Weber est explicite : il s’agit d’une construction et nullement d’une copie de la réalité où d’ailleurs « rien n’est dépourvu de présuppositions... » ; celle construction agit comme moyen de la connaissance. La distinction la plus simple se traduit par une classification, avec une seule variable. La combinaison de plusieurs variables impose plutôt la construction d’une typologie avec des variables dichotomiques dont le croisement fournit le nombre donné de types.

57Parfois, on ne retient qu’un nombre limité de types, excluant ce qui apparaît comme invraisemblable au regard des hypothèses avancées. Une typologie reste une approche qui rend compte « économiquement » (P. Fritsch) de la réalité et qui s’accompagne dans certains cas d’une sorte d’opposition ou de différenciation radicale. On le voit avec Tönnies, qui oppose communauté et sociétés ou Durkheim avec les sociétés à solidarité mécanique et les sociétés à solidarité organique.

58Nous nous inspirons ici de Max Weber et de l’idéal-type, construction et moyen heuristique. Cette méthode permet la mise en relief d’un ensemble de relations abstraites mais aussi de données pratiques et contingentes. Elle permet le grossissement de quelques traits et relations, mettant en évidence ce qui caractérise certains mariages et les distingue d’autres. L’idéal-type a valeur quasi « exemplaire » cl d’une certaine manière on pourrait considérer que le mariage préférentiel avec la cousine parallèle patrilinéaire est un idéal-type. En ce mariage se cristallisent et se résolvent l’ensemble des intérêts, des enjeux, des relations. Est mis en exergue la convergence d’intérêts économiques et symboliques entre les frères qui, en mariant leurs enfants, préservent l’indivision.

59Reste qu’entre cet « idéal-type » et la réalité, l’écart est grand et, en cela, ce type de mariage est moins le reflet de l’ensemble des pratiques que la projection de l’ensemble de relations qui structurent l’économie matrimoniale. Par ce dernier aspect, ce mariage à valeur heuristique.

60Il s’agit donc de construire une typologie qui, réduisant la singularité de chaque cas, éclaire les pratiques avec des types élaborés à partir du croisement de variables.

61La sélection de ces dernières est liée aux hypothèses avancées pour expliquer les pratiques et leurs variations. Pour le recrutement du conjoint, nous distinguons hypothétiquement trois aires possibles : au sein de l’immigration algérienne en France, en Algérie dans la région d’origine, dans la société française (hors de l’immigration).

62Ce dernier cas ajoute à la première variable - aire de recrutement - une seconde avec l’ethnicité des conjoints, soit algériens soit non algériens (essentiellement français).

63Nous supposons trois types de mariages : le premier avec un conjoint choisi en Algérie dans la région d’origine avec le maintien d’une logique et d’une stratégie en continuité avec le temps antérieur à l’émigration. Le deuxième avec un conjoint, là aussi algérien, mais avec une rupture pour l’aire de recrutement traditionnellement utilisée par les parents (la région d’origine) au profit de l’immigration algérienne devenue marché matrimonial quasi autonome. Le troisième reflète une double rupture avec l’aire de recrutement et avec le facteur ethnique ; c’est la relation au marché matrimonial français dans son ensemble (même si on peut le décomposer en sous-ensembles, dont l’un serait celui de la « mixité »·). À cela nous ajoutons un quatrième type qui regroupe tous les autres mariages où l’on retrouve les Maghrébins autres que les Algériens : Marocains, Tunisiens avec des unions à l’intérieur de chaque nationalité mais aussi quelques mariages intermaghrébins. On place également dans ce type les unions contractées par les enfants de couples mixtes. Ce quatrième type ne présente pas le même degré d’homogénéité que les trois autres mais il nous permet de recueillir des éléments sur deux groupes (autres Maghrébins, enfants de couples mixtes) qui ne sont pas au centre de notre questionnement mais éclairent autrement les pratiques matrimoniales des Algériens.

64Nous avons ainsi deux variables : « aire de recrutement » et « ethnicité » qui possèdent trois valeurs pour la première (Algérie, immigration, France) et deux pour la seconde (Algérien, non Algérien). Celle distribution en quatre types permet d’analyser l’évolution du poids relatif des mariages « émigré », « immigré » et « individuel » (respectivement premier type, deuxième et troisième types) sur l’ensemble de la ville de Saint-Étienne et durant la période qui nous intéresse (1960-1982). Le croisement des variables « type de mariage », « quartier » (Marais), « région d’origine », permet d’affiner l’analyse.

65La variable « quartier » autorise l’appréciation de l’influence de la « communauté » ; ce qui se mesure au niveau de la ville se vérifie-t-il au niveau du quartier « le Marais » (avec le même poids relatif pour chaque type) ? Le croisement avec la variable « région d’origine » est plus délicat à manipuler. Cette variable ne concerne que les mariages « émigrés » et « immigrés » où l’on peut constater éventuellement que les deux conjoints sont originaires de la même région. De la même manière que pour la variable précédente, on mesure le poids relatif dans chaque type concerné pour la ville, puis pour le Marais.

66Ici, ce qui organise notre distribution en quatre types lient à la situation migratoire et aux modifications qu’elle induit dans les modes de marier. Le principe directeur est le rapport à la norme ou, si l’on veut, à la « tradition », avec d’un côté le maintien de cette tradition et à l’opposé la rupture avec cette norme.

67Le mariage « émigré » incarne le maintien des modes de marier traditionnels, du moins pour ce qui est du maintien de la relation à l’aire de recrutement lié à l’ancien réseau de relations pratiques.

68Le mariage « individuel », à l’inverse, consacre une rupture dans la maîtrise d’œuvre (ce n’est plus la volonté parentale qui s’impose) qui se double d’une rupture ethnique, qui rend secondaire la rupture avec l’aire de recrutement antérieure des parents.

69Entre les deux, le mariage « immigré » autorise toutes sortes d’aménagements à l’exclusion de la rupture ethnique. On trouve même des mariages « immigrés » qui, à bien des égards, se composent comme des mariages du type « émigré » avec des conjoints originaires de la même région. Il est vrai que les regroupements sur la base de l’appartenance à la même communauté villageoise d’origine reconstituent des réseaux de relations pratiques à partir desquels se façonnent des stratégies matrimoniales (les différents segments par exemple au Marais).

70Une autre variable que l’on dénommerait « pouvoir de proposition » (parents ou enfants) éclairerait autrement la distribution des mariages et affinerait la typologie.

71L’étude des 38 mariages (des 7 familles du Marais) fournit des éléments pour les processus et les jeux entre acteurs ; autant d’indications qui enrichissent la typologie.

72La région d’origine, comme la résidence dans le quartier du Marais, sont des informations particulièrement importantes au regard de notre problématique. Avec la première, on a une indication sur le maintien du lien sinon avec les relations pratiques originelles, du moins avec l’aire de recrutement antérieure à l’émigration. Avec la seconde, c’est la mesure de ce qui spécifie les mariages du Marais par rapport à ceux de l’ensemble de la ville et ainsi l'appréciation de l’effet quartier en tant que réseau de relations pratiques.

73On représente par le tableau ci-dessous le croisement des variables qui préside à la constitution de chaque type :

74L’analyse multivariée à partir des variables « quartier » et « région d’origine » que l’on croise avec le type de mariage permet d’affiner la distinction entre les types.

75On étoffe cette analyse, pour le Marais, en constituant une « échelle de continuité » composée par des indicateurs du mariage « traditionnel » ; laquelle échelle caractérise plus précisément chaque type au-delà du croisement des deux variables.

76Donc, indépendamment de l’aire de recrutement et de l’ethnicité, les indicateurs retenus sont les suivants :

  1. Le différentiel d’âge entre les deux conjoints (le mariage « traditionnel » suppose une grande différence d’âge).
  2. La résidence après le mariage (supposée être chez les parents du garçon pour le mariage traditionnel).
  3. Le travail de l’épouse (supposée ne pas avoir d’activité hors de l’espace domestique).
  4. La présence des parents (c’est surtout l’absence qui est mesurable avec le signalement « décédé(e) »).

77Ces quatre indicateurs sont à combiner avec la variable « région d’origine » qui, lorsqu’elle est identique pour les deux conjoints, ajoute à la dimension « continuité ». Un autre indicateur aurait pu être retenu, mais l’appréciation reste délicate pour ce qui est de l’information concernant le divorce, celui-ci ou la répudiation étant d’un usage fréquent dans le monde arabe. On pourrait tout au plus approcher une relative et faible modification de comportement en comparant les taux de divorce en Algérie et en France ; et encore, ferait-on beaucoup dire aux chiffres car on peut également interpréter cette évolution comme le résultat de l’influence du milieu d’accueil difficile à cerner entre l’importance que revêt le couple conjugal (et en cela on imagine une « résistance » au divorce, lequel peut être le résultat de pressions parentales pour exclure une bru qui ne leur convient plus) ou, au contraire, la facilité croissante pour se délier du couple avec, par exemple, la simplification des procédures de divorce.

78La lecture des regroupements des mariages en types à partir de ces indicateurs permet de situer chaque type avec trois pôles : continuité, aménagement, rupture.

79Illustrons nos trois types par trois exemples, dont le premier – Hocine – donne à voir la « colonne vertébrale » du type 1 et le second – Mehdi – le type 2, alors qu’avec Lahcène, nous avons le type 3.

80C’est en 1972 qu’a lieu le mariage unissant Hocine, âgé alors de 23 ans, et Malika âgée de 15 ans (Δ âge = 23 – 15 = 8 ans).

81Le choix fut arrêté dès 1970, après que la mère eut proposé plusieurs filles à son époux ; mais Malika avait sa préférence et elle n’eut guère de mal à convaincre son mari. La fiancée avait en effet de multiples avantages : d’un village très proche de celui de la lignée et de bonne famille, les mères en outre se connaissaient de longue date. Hocine ne rencontra qu’une seule fois Malika avant le mariage, pendant les vacances d’été 1971, où une visite de « courtoisie », en compagnie de sa mère, lui offrit l’occasion de voir et d’échanger quelques mots avec sa future épouse.

82Toutes les démarches concernant les négociations quant aux modalités du mariage, dot, cérémonie..., furent gérées par les parents secondés par le frère aîné et quelques membres de la famille proche.

83Les festivités se déroulèrent conformément aux traditions ; l’enregistrement du mariage civil eut lieu plusieurs mois après la cérémonie religieuse.

84Le couple résida au sein de la demeure parentale plus d’une année jusqu’à ce que la naissance d’un enfant imposât la nécessité de prendre un autre logement. Celui-ci, situé à proximité de la famille (dans le même immeuble), autorisait des relations quotidiennes.

85Mehdi épousa en 1975 Houria : âgés respectivement de 24 et 21 ans, ils se connaissaient depuis presque deux ans (Δ âge = 3 ans). Il n’était pas question de relation amoureuse à proprement parler durant cette période de deux ans, mais ils s’étaient rencontrés à plusieurs reprises dans des lieux qu’ils fréquentaient l’un et l’autre (café, dancing) et ils avaient flirté les derniers mois. La mère de Mehdi avait maintes fois évoqué la nécessité de prendre une épouse ; ce qu’il avait repoussé chaque fois avançant comme argument son âge (“il avait le temps”) ou la fragilité de sa situation sociale (avec un travail intérimaire). C’est lui qui, le premier, parla de Houria sans être vraiment explicite sur leur relation.

86Les éléments recueillis sont suffisants pour que la mère se mette à la recherche de contacts avec la famille de Houria, laquelle réside à Rive-de-Gier à une vingtaine de kilomètres de Saint-Étienne.

87C’est par l’entremise de parents de la famille de Mehdi, eux-mêmes installés à Rive-de-Gier, et plus particulièrement à travers des rencontres de femmes, que s’instaurèrent les premières relations.

88L’appréciation de Houria comme future épouse tenait en quelques arguments contradictoires aux yeux des parents de Mehdi.

89Quoique n’étant pas originaire du même village, la famille de Houria considérée comme une « bonne famille » provenait d’une région proche ; suffisamment en tout cas pour que cela ne pose pas de problème sur la conception du mariage (modalités, dot...) et autorise de bonnes informations sur la famille (conduite des enfants, attitude des parents, position sociale et économique). Cependant, elle « sortait trop » et cela laissait planer le doute sur ses capacités de future maîtresse de maison.

90La mère, après l’accord du père, finit par en reparler avec Mehdi.

91La dot, comme les modalités concernant la cérémonie furent discutées et parfois avec de fortes oppositions sur des points comme le sadak, où Mehdi refusait initialement qu’il soit question d’argent avant d’accepter que le montant soit réduit à un minimum symbolique, avant d’être négociées avec la famille de Houria.

  • 6 Aménagement assez similaire à l’innovation du mariage de Mah (ci-après) avec une ouverture ethniqu (...)

92Les festivités, le même jour que le passage à la mairie, curent lieu avec quelques aménagements par rapport à ce qui se faisait habituellement sur le quartier. Ainsi, outre les deux appartements mobilisés à Montreynaud, celui des parents de Mehdi pour les femmes, celui des voisins de palier pour les hommes, un troisième, situé à l’étage inférieur, fut réservé à quelques amis européens invités par le couple (essentiellement Mehdi) à qui ont avait servi un couscous6. Le couple vécut près de trois mois chez les parents de Mehdi, le temps de trouver un logement.

93Lahcène eut, lui aussi, de multiples propositions avancées par sa mère qui mettait en relief les charmes et parfois l’instruction des jeunes filles qui lui paraissaient tout à fait « convenables ». Les discussions sur ce sujet furent parfois houleuses, le père n’y participant que très rarement.

94Lahcène contestait à sa mère le droit de traiter de cette question qui était de son seul ressort, disait-il. 11 avait flirté avec Solange, dès l’âge de 19 ans, elle-même étant âgée de 17 ans et résidant dans le même quartier. Ils se « fréquentèrent » assidûment trois années durant avant de prendre un logement commun en 1977 et de se marier en 1978. À la cérémonie, à la mairie, comme à la « petite fête » qui suivit, participèrent des amis, des membres de la famille de Solange (dont les parents) et de la famille de Lahcène (dont les parents ont assisté à la cérémonie civile mais n’ont pas participé au repas).

95Les trois mariages sont présentés à grands traits dans ce qui les caractérise au regard de la typologie. Les conjoints sont présentés uniquement par leur âge, sans autre précision sur leur position au sein de la fratrie. De même que l’on évoque certains éléments du mariage sans décliner exhaustivement la dot ou le déroulement et l’enchaînement des phases, on retient ce qui structure et en même temps différencie.

96Dans le premier mariage, le conjoint vient d’Algérie et, plus précisément, de la même région ; le différentiel d’âge est important (8 ans) ; la résidence après le mariage est patrilocale.

97Dans le second mariage, le conjoint est enfant d’immigré ; la région d’origine n’est pas la même pour les deux conjoints ; le différentiel d’âge est plus réduit ; très rapidement, la résidence est néolocale.

98Dans le troisième mariage, le conjoint est Français ; le différentiel d’âge est réduit ; la résidence est néolocale.

99Deux autres éléments spécifient ce troisième mariage : l’épouse est la seule qui travaille (O.S.) alors que dans les deux autres mariages les conjoints sont « sans profession » ; les deux époux vivaient dans le même quartier.

100Ce dernier aspect peut très bien se retrouver dans le second type, ce qui n’est pas le cas pour le statut social, où les épouses qui travaillent sont peu nombreuses dans le deuxième type et inexistantes dans le premier type.

101Celui-ci incarne le mariage de continuité où les règles comme les modalités pratiques s’imposent ; celui du deuxième type est marqué par la négociation ; celui du troisième type se situe en rupture.

102Le second type est une sorte de type « hybride » en ce qu’en ses extrêmes il peut être proche soit de la continuité, soit de la rupture. À bien des égards des mariages classés dans le second type présentent des caractéristiques du premier type ; et on pourrait faire la même remarque avec le troisième type. C’est la relation parents-enfants et le pouvoir de décision quant au choix du conjoint qui pourraient faciliter le reclassement, en quelque sorte, en quasi-type 1 ou quasi-type 3-Ces informations n’étant pas en notre possession pour les mariages enregistrés civilement, l’éclairage de l’étendue des aménagements découlera de la lecture des indicateurs de « l’échelle de continuité ».

Notes

1 J.-E. Rochas (1983).

2 Poids relatif dans la période considérée.

3 Poids relatif dans la période considérée.

4 Poids relatif dans la période et à la catégorie considérées.

5 M. Weber 0965), p. 183.

6 Aménagement assez similaire à l’innovation du mariage de Mah (ci-après) avec une ouverture ethnique (avec des invités français dans les deux cas).

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search