Version classiqueVersion mobile

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Première partie. Le marais, un quartier en bout du monde

Chapitre 4. Le « sonac », le « lascar » et le « bu »

Texte intégral

1Le déroulement historique n’est pas linéaire au sens d’un pur enchaînement des événements (et des « périodes ») qui conforte les effets des processus d’acculturation, il est chaotique avec parfois de brusques retours. L’arrivée des enfants à l’âge du mariage mobilise les ressources communautaires, y compris la sous-communauté qui a pu être tenue à distance un certain temps.

2La nécessité de prospecter pour repérer d’éventuels conjoints impose la multiplication des relations, en France et parfois en Algérie. L’impératif de limiter les dérives (« J’avais peur qu’il prenne une Française », dit une mère de son troisième enfant) oblige dans certains cas au resserrement des liens au sein de la sous-communauté (où des parents sont appelés à la rescousse pour raisonner les enfants) à moins que cela ne provoque au contraire une rupture ou une diminution des relations.

3L’épisode qui va de la prospection (précédée ou accompagnée de la reconnaissance officielle à l’aptitude et à l’obligation de se marier à partir de 17 ans pour les garçons, variable selon les familles et la position dans la fratrie) au mariage illustre les tensions ou, au contraire, l’absence de conflit qui marquent les relations parents-enfants et parfois au sein de la fratrie.

4La position des garçons, entre la soumission aux règles et leur refus ou l’opposition ouverte, se différencie selon les trajectoires cl les attitudes à l’égard des « traditions ».

  • 1 A. Hammouche (1987 & 1990).

5Dans de précédentes recherches, nous avions emprunté les termes « sonac », « lascar » et « bu » pour une construction idéal-typique qui mette en relief les dispositions qui s’expriment lors de cet épisode1.

6« Sonac » est une abréviation de« Sonacotra » ; « bu » de « bugne » (la tête en argot) et « lascar » réfère au louvoiement (« malin »). C’est une terminologie en usage dans les quartiers de la région, qui s’inscrit dans des jeux de mode avec l’apparition de termes nouveaux cl leur disparition au rythme des classes d’âge et des conjonctures. Le « sonac » fut désigné pendant un temps « satos » de Satolas, le nom de l’aéroport proche de Lyon, pour signifier l’atterrissage « inachevé » et indique ainsi le côté « bled ». Ce langage est d’abord celui du «lascar » qui par cette distribution agence son paysage et les rapports qu’il entretient avec les jeunes de même origine que lui et dont les comportements sont différents. Il se nomme par le plaisir et l’aventure implicitement contenus dans « lascar » et situe le « sonac » dans un enfermement de béton, à l’image des foyers, en limitant le « bu » à une seule partie de son corps, la tête et le « sérieux », à l’exclusion des plaisirs qui se rattachent au reste du corps.

I - Le « sonac »

7Il a une scolarité courte et, avec ou sans diplôme, recherche rapidement une activité salariée.

8Le travail est un impératif et, à ce titre, il accepte les emplois les plus difficiles.

9La pratique d’un sport lui offre des relations régulières avec d’autres jeunes, toutes origines confondues.

10Les rapports à la famille passent par une position qui se veut en complémentarité du père : il l’aide à cultiver le lopin de terre et dans toutes les tâches qui reviennent aux hommes. Dans l’économie domestique, il investit son statut (d’autant plus s’il est l’aîné) et essaie d’assumer le rôle qui lui est imparti. Il soutient régulièrement ses parents et tente d’assurer sa fonction de contrôle avec les cadets. Il se rend régulièrement avec ses parents en Algérie et contribue – par son salaire – à l’acquisition de la maison. D’ailleurs, il accomplit son service militaire au pays. Ici, il participe aux fêtes arabes du quartier et maintient des rapports complices ou respectueux avec les plus âgés.

11Il accepte la « nécessité » du mariage et ne remet pas en cause la prépondérance des parents dans le choix.

12Au plus, après avoir été informé dès l’adolescence du projet plus ou moins élaboré, il peut repousser le mariage de quelques années en invoquant sa situation (précarité par exemple).

13Il est exclu des transactions entre les familles pour les modalités, la dot, etc.

14Cependant, il rencontre sa future épouse, ce qui amène des « mises en scène » pour les plus traditionalistes.

15L’épisode matrimonial au total se déroule sans heurt majeur.

16Bouzid

17Bouzid tente de quitter l’école dès la fin du primaire. Mais une double injonction, celle de son père, celle de son frère ainé, l’oblige à poursuivre sa scolarité au sein d’une école privée. « Comptable » :·tel est l’objectif ambitieux qui lui est assigné ; il doit apprendre pour le « commerce » et le simple titre suffit pour dire l’envergure de la tâche. Car les métiers de « bureau » sont à proprement inaccessibles dans les années 70 à un fils d’immigré, et chacun le sait si bien que nul ne le dit.

18Bouzid est né à Saint-Étienne en 1952 (au Marais) et il n’a jamais mis les pieds en Algérie. C’est bien plus tard, à la fin des années 70, qu’il visitera avec son épouse le pays.

19Mais à l’adolescence il parle de l’Algérie pour l’opposer à la situation en France. Il rapporte essentiellement les propos de son père en vantant les avantages (les « meilleurs » emplois accessibles, les « moindres » coûts pour l’habitat, l’alimentation, etc.). Il « retournera » ; c’est une évidence, même si l’échéance n’est jamais précisée. Il fréquente le « bâtiment », où il discute longuement avec les plus jeunes des « célibataires » et où « il prend sa douche » régulièrement. Il se rend dans les cafés du quartier arabe, participe à quelques parties de cartes ou de baby-foot et ponctue ses loisirs par une séance de cinéma de temps à autre. Il apprécie la relation avec les plus agés « célibataires » ayant la trentaine ou ceux qui sont en famille mais fréquentent le quartier arabe. Il se lie d’ailleurs plus facilement à ceux-ci qu’aux jeunes de son âge. Il n’appartient, à proprement parler, ni à un groupe ni à une bande. Il reste en retrait par rapport à tous ceux qui consacrent une bonne partie du week-end et éventuellement quelques soirées de la semaine aux sorties ou à d’autres loisirs.

20Il ne connaît pas les bals, dancings et autres boîtes de nuit. Il ne discute pas avec les filles et regarde et parle des femmes plus âgées que lui avec gourmandise. Pour autant il ne-courtise-pas et connaît comme seuls contacts ceux proposés par les prostituées de la région lyonnaise.

21Sa vraie passion est le football et il suit assiduement tous les matches de l’A.S.S.E., l’équipe stéphanoise.

22Il partage son temps d’abord entre l’école et l’épicerie paternelle, avant de se consacrer entièrement au commerce.

23Volontiers bagarreur avec ceux de son âge, il s’autorise quelques épisodes canailles pour vandaliser la mobylette d'un rival, ou pour épier quelque jeune femme.

24Son mariage entièrement encadré par ses parents avec une fille du pays choisie par sa mère va modifier son comportement. Le temps des loisirs se réduit encore. Mais c’est surtout le remariage de son père qui amène des changements d’importance. Il doit laisser l’épicerie et chercher un travail qu’il trouve à la C.A.F.L. comme manœuvre.

25« Sérieux et travailleur », c’est ainsi qu’il est repéré par ses supérieurs qui favorisent sa promotion. Il est l’un des premiers maghrébins à devenir chef d'équipe dans les années 70.

26Son voyage au pays fut un choc et il déclara sa déception comme son intention de ne plus y retourner.

27Il aime répéter, quant à l’éducation de ses enfants, qu’il est « traditionnel »

II - Le « lascar »

28C’est celui qui compte le plus de temps libre, passé avec ses semblables dans le quartier ou dans des cafés en ville. Il va dans les « boums » à proximité du quartier, quelquefois dans les « boîtes » où la bande est acceptée, plus souvent dans des bals.

29Il pratique le sport, souvent avec ses compagnons de quartier (tournois, équipe de foot...).

30Il préfère séjourner en Algérie dans le cadre du Volontariat plutôt qu’en famille. Pour les vacances, il se rend sur la Côte d’Azur ou des lieux similaires (Ardèche...), toujours avec ses camarades.

31Il évite les plus âgés et ne fréquente qu'exceptionnellement les fêtes du quartier. Il tente d’échapper aux obligations du service militaire.

32Il jouit des attributs et du statut de l’homme au sein de la famille mais n’assume qu’imparfaitement son rôle. Il exerce une autorité sur les cadets mais ne se soumet pas aux injonctions du père, avec qui il a un conflit. Cet affrontement oblige la mère à une fonction de médiation.

33L’agressivité n’est pas limitée à l’enceinte familiale, elle s’exprime aussi à l’extérieur. Il refuse avec virulence un statut professionnel dévalorisé, ce qui entraîne après la sortie de l’école, avec une scolarité courte, une longue période d’incertitude marquée par l’inscription passive dans les dispositifs d’aide (aux jeunes, au chômage...).

34Pourtant, tout comme le « sonac », il aspire à une reconnaissance sociale par le truchement du capital économique et cherche parfois à biaiser pour l’obtenir (petit commerce ou moyens illégaux).

35Son lieu de repli est la « bande » composée majoritairement de Maghrébins et ouverte aux « marginaux », quelle que soit leur origine ethnique, avec parfois quelques rares filles, dont des liaisons plus ou moins durables.

36Il se pose comme délié des contraintes de la famille, de l’école, du travail et constitue en fait avec ses semblables un réseau d’opposition qui se ferme sur lui-même.

37L’épisode matrimonial est ponctué de préalables, de négociations et d’oppositions tranchées.

38Le « lascar » écarte les critères de sélection mis en avant par les parents, fille « sérieuse », de « bonne » famille, par exemple pour affirmer qu’il est le premier concerné. Il remet en cause la prépondérance des parents, d’autant plus que pour lui les fiancés doivent se plaire, se connaître et s’entendre avant de prendre une décision qui les engage « pour la vie ».

39Ahmed

40À 18 ans Ahmed occupe un emploi de tourneur au sein d’une entreprise située à peu de distance du Marais. Il ne remet ni régulièrement ni la totalité de son salaire à ses parents, ce qui provoque avec ces derniers une tension.

41Sa présence devient discrète dans le quartier, après qu’il eut participé pleinement à une des bandes en vue. Son parcours se confond avec celui de bon nombre de jeunes : trois années de scolarité dans un C.E.T. et l’échec au C.A.P.

42Pour ses loisirs il y eut d’abord les jeux avec les copains du quartier, mais aussi les passages au « bâtiment », puis les cafés avant d'accéder une fois salarié aux bals et aux boîtes de nuit. C’est de là que date sa « nouvelle » position : il est repéré comme quelqu’un qui fréquente de « mauvais » endroits et qui de surcroît consomme de l’alcool « jusqu’à s’enivrer ». Il appartient dès lors à un groupe qui se retrouve dans un café du centre-ville. Ce groupe est composé d’une majorité de Maghrébins venus de différents quartiers de la ville. Ils se rendent régulièrement dans les bals des petites villes de la plaine du Forez et ont leurs entrées dans certaines boîtes de nuit stéphanoises.

43Comme ses amis, Ahmed se bagarre souvent, au gré d’altercations où se conjuguent état d’ébriété et histoires de séduction. Car drague et alcool font partie du paysage des week-ends. Les fins sont de courtes durées et se limitent parfois à une ou deux rencontres.

44Ahmed devient distant avec les quelques anciennes relations du « bâtiment» ou plus exactement il ne fait plus aucun effort pour les revoir ou se rendre dans le quartier arabe. Il ne participe pas aux fêles (mariages, circoncisions...), comme il n’est guère convié aux mobilisations communautaires (quête pour les décès...).

45Il adopte la même attitude pour l’Algérie ; il n’en parle guère et ne manifeste pas le souhait de s’y rendre. Il le fera par nécessité lors d’un décès d’un parent, mais commente peu le voyage, le considérant comme un impératif auquel il n’a pas pu se soustraire.

46Sa mère tente à plusieurs reprises de le convaincre de se marier et lui propose plusieurs filles immigrées du quartier ou des environs. Son refus est catégorique face à sa mère ; il n’en parle jamais avec son père, avec qui il s’emporte facilement sur tous les sujets qu’ils abordent.

47Pourtant il est toujours soucieux de ne pas laisser « s’éterniser » une relation amoureuse, et il n’envisage pas du tout de présenter une Française à ses parents. Finalement c'est lui qui indique à sa mère la fille qu’il convient d’aller demander en mariage. Il s’agit d’une fille d’immigré qu’il connaît depuis plusieurs années et « qui est sérieuse sans être trop traditionnelle ». Le couple vil quelques mois chez les parents d’Ahmed avant de prendre un logement à proximité. Durant les premiers mois qui suivirent le mariage, Ahmed continua ses pérégrinations hebdomadaires en « célibataire », avant de concevoir par la suite des sorties avec son épouse.

III - Le « bu »

48Il a une scolarité longue et l’acquisition d’un capital symbolique lui importe. Le travail aussi compte, mais la stratégie d’accès est plus élaborée : vacations diverses ou emplois saisonniers (moniteur de colonie...) durant l’été et les vacances et passage par le bénévolat et le monde associatif faciliteront éventuellement l’entrée dans le marché du travail.

49Ses loisirs reflètent son investissement dans le milieu scolaire et associatif. Il saisit les opportunités : activités culturelles et sportives.

50À la différence du « sonac » et du « lascar », bon nombre de ses amis sont français et les sorties en « boîte » rares. La confrontation physique et les violences sont absentes sinon accidentelles.

51Les relations amoureuses sont moins éphémères et se nouent dans des lieux comme les M.J.C., le milieu associatif... Elles peuvent se poursuivre par une cohabitation, voire par un mariage (mixte dans de nombreux cas).

52Il adopte une position en retrait au sein du quartier avec des relations courtoises, assistant ponctuellement à des fêtes arabes. Par rapport aux jeunes, il négocie une place en lisière : soit à l’intérieur du groupe sans s’y enfermer, soit à proximité en évitant la rupture.

53Il se rend moins régulièrement en Algérie (utilisant lui aussi le canal du « Volontariat »). Son horizon touristique est plus large (étranger, Bretagne...).

54Il n’exclut pas d’effectuer son service militaire en France lorsque la question commence à se poser.

55Au sein de la famille, il est distant sans être nécessairement virulent. Il ne se reconnaît ni dans la communauté du quartier (pouvant avoir un autre usage de la notion de communauté au sens plus politique et en référence à l’« intégration » et aux associations qui œuvrent dans ce sens) ni dans le rôle qui lui est dévolu (par rapport à ses sœurs ou aux plus jeunes pour les « encadrer »).

56L’épisode matrimonial consacre une inversion : ce sont les parents qui essaient d’infléchir la position du fils.

57La démarche du « bu » est celle d’un solitaire qui, contrairement aux deux autres, se détache et se singularise. Le « bu » a une stratégie de sortie en canalisant son énergie et limitant les conflits au sein de la communauté-quartier qu’il peut conjoncturellement réinvestir avec un statut valorisé de la réussite scolaire ou d’une ascension sociale.

58Ses visées stratégiques l’amènent à une gestion tactique de son identité ethnique, tour à tour label (dans le milieu associatif) ou stigmate (accès des dancings). Son implication dans le monde extérieur à la communauté se double de processus de distanciation (et d’objectivation).

59Les réseaux du « bu » sont relativement intégrés. À l’inverse, le « sonac » et le « lascar », avec des réseaux ségrégués, restent dans une démarche groupale : le premier avec le groupe qui lui est donné – la communauté – le second à partir d’un cloisonnement construit à égale distance de la communauté et de la société.

60Le quartier devient le territoire du « lascar » alors que la base stratégique du « bu » est l’école et celle du « sonac » la famille.

61Ce dernier s’inscrit dans une continuité, le « bu » dans une rupture par rapport à la logique parentale, le « lascar » dans un espace intermédiaire caractérisé par la négociation.

62Pour reprendre les différentes « figures » dans des correspondances avec les circuits du « plaisir », le « sonac » emprunte le parcours des « jeux » (proche en cela des primo-migrants) et limite les risques de relations amoureuses durables. Le « lascar » s’enferme dans le parcours des « jeux de séduction » avec des incertitudes quant aux risques de relations amoureuses. Le « bu » est ancre dans un parcours de « pratiques culturelles » avec l’aspiration à une relation amoureuse durable.

63La clôture de l’épisode matrimonial par le mariage ne signifie pas pour autant un changement à tout coup pour l’usage des circuits du « plaisir ». Le « bu » insère son couple dans ses réseaux, alors que le « sonac » et le « lascar », lorsqu’il s’agit d’un mariage mis en œuvre par les parents, poursuivent leurs sorties et entretiennent des relations amoureuses de courte durée.

64Nordine

65Tout le monde connaît Nordine avec sa corpulence imposante, son humour à tout crin, et sa réputation d’« intellectuel ».

66Troisième d’une famille qui compte onze enfants, il est le premier a poursuivre sa scolarité jusqu’à entamer des études supérieures. Il aime la « bonne » musique, surtout le « folk » et partage son temps libre entre les « éclaireurs » et une bande de copains où filles et garçons, Français du quartier et quelques Maghrébins comme lui, se retrouvent quasiment tous les jours, soit au bas d’une allée soit dans un café à proximité.

67Des soirées réunissent les amis (jamais chez les Maghrébins, sinon pour quelques concerts qui offrent l'occasion de retrouvailles plus larges avec des camarades d'études... Il n’est pas question de bals, et encore moins de boîtes de nuit, qui sont généralement déconsidérées au sein du groupe.

68Les rapports avec les autres jeunes du quartier sont plutôt distants et les échanges rares.

69Nordine fréquente peu le quartier arabe, sinon par nécessité (pour des courses...), et ne se rend pas au « bâtiment ». Il s’intéresse « politiquement » à l’Algérie où il séjourne à plusieurs reprises en été. Il se référe pendant un temps à un projet de retour, qu’il évoque de moins en moins au fil de ses études. Il est respectueux des « anciens », lesquels le lui rendent bien.

70Lorsque sa mère invoque la « nécessité » de se marier, il écarte cet impératif, mettant en avant la précarité de sa situation sociale. «Il a le temps », ajoute-t-il, d’autant qu’il entretient une relation amoureuse avec une amie d’adolescence (rencontrée dans le cadre des activités des « éclaireurs »). Il n’envisage pas de rompre, mais ne sait pas pour autant « comment s'y prendre » avec ses parents. Ce sont les questions insistantes de sa mère qui l’amènent à faire état de sa situation. Il doit alors « résister » à toutes sortes de « pressions » et d’arguments alors que la relation avec ses parents se détériore.

71La détérioration ne va pas jusqu’à la rupture, mais la crainte qu’il constitue « un mauvais exemple » pour les frères et sœurs perturbe les relations au sein de la famille.

72Nordine quitte la demeure familiale près de deux ans aprés la « révélation ». Il occupe alors un poste de surveillant, son amie travaille également. Ils vivent ensemble plusieurs années avant de consacrer leur union par un mariage civil, motivé surtout par « l’envie d’un enfant ».

73Les relations avec les parents vont en s’améliorant, le couple poursuit pour partie les liens que chacun entretenait avant la « cohabitation ».

Notes

1 A. Hammouche (1987 & 1990).

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search