Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin matin. Séance dirigée par Jean Sgard

Pour un dictionnaire des nouvelles a la main

François Moureau

Texte intégral

1Les cousins manuscrits des périodiques imprimés, que l’on dit « nouvelles à la main », sont un peu délaissés. Pour les historiens, ils pâtissent de donner, croit-on, l’écume des faits ; les littéraires leur trouvent une mine négligée. Il y a quelques années encore, s’occuper de presse, même littéraire, c’était se commettre avec de bien pâles esclaves de la plume. Les travaux sur le genre périodique ont prouvé que les plus grands mêmes ne dédaignaient pas d’y collaborer et que, parmi les obscurs, on pouvait rencontrer de solides talents, voire du style.

  • 1 Ce mépris du nouvelliste apparaît dans les définitions de nos premiers dictionnaires : Richelet ou (...)

2A de très rares exceptions près, les nouvelles à la main sont désespérément anonymes, d’un style sec et monotone, contraintes par les lois du genre à faire court, sans commentaire. Les historiens les trouvent trop romanesques ; les littéraires y voient le constat à ras du sol des bégaiements de l’histoire transcrits par un myope1. Les diverses disciplines érudites y puisent pourtant, mais en ordre dispersé, un peu au hasard, ou contraintes, méfiantes devant ces monolithes anonymes donnant de l’histoire en train de se faire une image anamorphique ou brisée. Certains aimeraient assez qu’on les laisse aux spécialistes de l’œil-de-bœuf et de la vie des favorites, comme des curiosa qui n’auraient pas le prestige du style : Nerciat sans les gravures.

3Il est temps de prendre au sérieux les nouvelles à la main, d’en faire le plus large recensement possible, de les classer, de les analyser et d’en fournir une liste utilisable pour les chercheurs.

4On appelle nouvelles à la main un recueil manuscrit d’articles donnant des informations d’actualité selon l’ordre chronologique.

5Telle est, sous réserve d’amendement, la définition que je propose. Cela exclut les recueils à forme personnelle : correspondances érudites, scientifiques ou littéraires, comme celles du Président Bouhier, de l’abbé Leblanc ou de J.B. Rousseau. Les nouvelles à la main s’adressent à un destinataire anonyme qui n’influe pas sur le contenu de la livraison. Je sais bien que la plus célèbre collection de nouvelles à la main du XVIIIème siècle - car elles en sont - la Correspondance littéraire de Grimm et de Meister, ne se privait pas d’être adaptée à chacun de ses illustres abonnés. Mais la plupart des nouvelles à la main sont d’essence roturière, simple journal un peu plus coûteux que les autres, vite fait, rapidement copié : un produit de grande consommation déjà. Leurs lecteurs avaient l’illusion pour quelques livres de surprendre l’intimité du cabinet des Princes, des salons ou des alcôves : autant que des informations, on leur fournissait du mystère et le sentiment d’appartenir au petit groupe de ceux qui savaient. Ils auraient sans doute été déçus d’apprendre que cette quintessence venait de quelque galetas où un malheureux copiste mettait dans une forme misérable trois informations, venues après combien de détours, de l’arbre de Cracovie au Palais-Royal ou d’un sous-palefrenier de Mme Doublet.

6Ce n’est pas mépriser les nouvelles à la main que de leur trouver parfois une certaine médiocrité d’allure, et l’air de la cuisine plutôt que celui du salon. Le but d’un Dictionnaire des nouvelles à la main est de rassembler l’aristocratie du genre Bachaumont ou Grimm - à côté des laissés pour compte, copie de copie, lambeaux de nouvelles usées à force d’être passées de main en main, méconnaissables, mais peut-être plus émouvantes par cet appétit d’informations et de lumières qu’elles expriment.

  • 2 Par exemple dans la correspondance du chancelier Seguier, à la B.N., Cabinet des manuscrits.

7Le recensement sera l’aspect le plus évidemment complexe de cette enquête. Il existe d’excellents catalogues de périodiques imprimés. Les nouvelles à la main sont rangées dans les fonds manuscrits, comme il est normal ; mais, même lorsqu’il existe un catalogue sérieux, il n’est pas sûr qu’elles y soient désignées comme telles. Deuxième difficulté, les nouvelles à la main étant envoyées par livraisons régulières, on les trouve souvent insérées dans des recueils chronologiques de correspondance au milieu de lettres privées ou officielles qui n’ont aucun rapport avec elles2 : dans ce cas, elles sont presque toujours absentes du catalogage. C’est là que la nécessité d’avoir des collaborateurs très au fait des fonds locaux se fait le plus sentir.

  • 3 J’ai fait quelques sondages significatifs à la Staatsbibliotek de Munich, Codices Gallici.

8A côté des bibliothèques et archives publiques françaises, il sera nécessaire d’étendre l’enquête à la plupart des nations européennes : les fonds allemands semblent considérables3 ; les chercheurs qui travaillent à la British Library savent ce qu’on y peut faire de découvertes ; la Hollande, où l’on fabriquait aussi des nouvelles françaises, offre un champ d’activité des plus fructueux. Au XVIIIème siècle, particulièrement, les nouvelles à la main furent une annexe importante de gazetiers français installés à l’étranger : ils s’y déchargeaient de ce que leurs périodiques imprimés ne pouvaient dire. L’étude des circuits de circulation de l’information dans l’Europe des Lumières montre une continuelle interaction entre le marché parisien des nouvelles à la main et la presse étrangère de langue française qui diffuse vers l’Est de l’Europe, par exemple, des condensés de nouvelles à la main et les fameux « papiers anglais ». Si l’aire géographique de réception des nouvelles en langue française est européenne, son aire de fabrication ne l’est pas moins.

9Les destinataires de ces périodiques manuscrits et savamment clandestins étaient, par définition, des personnes physiques ; les collections privées ou ce qu’il en reste devraient fournir des sources exploitables ; malheureusement il n’est pas traditionnel en France que les familles de notre aristocratie nationale soient très ouvertes à ces enquêtes dans des fonds manuscrits, qui prouveraient le goût de tel ancêtre pour cet envers de l’histoire que ne donnait pas la Gazette. Notons cependant qu’en Allemagne fédérale, le Centre d’Étude du livre de Wolfenbüttel travaille à un inventaire des bibliothèques privées allemandes. De toute manière, le champ d’investigation est si vaste qu’il faut se résigner dès aujourd’hui à être fâcheusement incomplet.

10Je donne en annexe le modèle d’une notice telle que je l’envisage. Pour des raisons évidentes, le classement de ces nouvelles devra être chronologique. Chaque recueil sera assorti d’un numéro d’ordre placé en tête de la notice : il se retrouvera éventuellement à l’ouverture des sections annuelles suivantes pour signaler qu’il se poursuivait au cours des années en question. La notice comportera inscrite, après l’indication du fonds et de la cote, une description formelle rappelant les dates extrêmes de la collection, et, s’il y a lieu, la périodicité des nouvelles. Une troisième section concernera la chaîne rédactionnelle et éditoriale : auteurs, collaborateurs, copistes, lieux de la rédaction et de la copie, mode de transmission, destinataire et prix. En quatrième lieu, viendra la description de la collection : nombre de volumes, mesures du support, filigrane, pagination des livraisons. On s’intéressera ensuite au contenu de nouvelles, en dégageant des centres d’intérêts dominants. Une avant-dernière section de la notice sera de la plus grande importance pour repérer les doublons ou les cousinages plus ou moins légitimes : on y signalera les copies à l’identique, les versions assimilables (par exemple des nouvelles issues d’une même source, mais retravaillées et contaminées par un rédacteur) et, s’il y a lieu, les éditions imprimées de l’intégralité ou de parties des nouvelles. Pour tenter de repérer les doublons, le rédacteur de la notice sera tenu de donner l’incipit du premier article de janvier et de juillet du recueil qu’il analyse. Des notices réduites seront consacrées aux copies repérées avec renvoi à la série originelle ou choisie comme référence. La dernière section sera consacrée à la bibliographie du recueil ; une analyse plus développée pourra terminer la notice, sur le mode de celles que prévoit le Dictionnaire des journaux, dont le modèle de notice excellent a inspiré largement celui que je vous propose. Deux index nominum et locorum complèteront le Dictionnaire.

11Ce premier projet demande à être amélioré par toutes les propositions qu’on voudra bien lui suggérer. Dans un premier temps, une lettre-circulaire sera envoyée à tous les conservateurs de fonds pouvant posséder des recueils de nouvelles ; chacun des collaborateurs recevra annuellement un rappel des notices réalisées ou en voie de l’être, avec les indications d’incipit dont je viens de parler.

12Il reste un dernier point à examiner : celui de la priorité que je donne à ce dictionnaire par rapport à une enquête sur les nouvellistes. J. Sgard avait inversé l’ordre des procédures de recherche ; je crois que ces travaux, d’ailleurs poursuivis parallèlement depuis 1976, se concevaient aisément dans cet ordre. Modestes serviteurs, pour la plupart, de Clio, les nouvellistes à la main n’ont pas de biographie aisément discernable, mis à part les rares périodes de leur existence où la police s’intéressait à eux et où ils voyaient « du fond d’un fiacre, baisser pour (eux) le pont d’un château-fort, à l’entrée duquel (ils laissaient) l’espérance et la liberté », comme le disait Figaro, leur père à tous selon F. Funck-Brentano, qui nous a appris beaucoup de ce que nous savons sur eux. Notre amie Françoise Weil a, parmi les modernes, contribué grandement à élargir notre connaissance de ce monde de l’ombre. Quel intrépide chercheur voudra bien se mettre à la tête d’une entreprise dont, pour avoir souvent navigué à vue dans les archives de la Bastille, je n’ignore pas la complexité, compensée par les trouvailles qu’elle laisse entrevoir et l’usage quotidien que nous ferions de ses résultats ?

13Mais à chaque vie de chercheur suffisent sa peine et ses quelques joies. Le Dictionnaire des nouvelles à la main ne pourra vivre et prospérer que par de multiples collaborations, auxquelles sont conviés tous ceux qui, un jour ou l’autre, ont regretté l’absence d’un tel instrument de documentation.

Annexe

Plan de notice

A. No d’ordre dans l’année

Fonds :

Titre :

Cote :

B. Dates extrêmes de la collection.

Périodicité des livraisons :

C. Origine.

Auteurs :

Collaborateurs :

Copistes :

Diffuseurs

Lieu de la rédaction :

Lieu de la copie

Mode de transmission

Destinataire :

Prix :

D. Description

Nombre de volumes :

Support : Dimensions h x 1

Filigrane :

Livraisons de p.

 

E. Contenu

 

Articles notables :

 

F. Incipit

 

. 1er article de janvier :

 

. 1er article de juillet :

 

à défaut : 1er article de l’année :

 

Autres copies

 

Versions assimilables ;

 

Editions :

 

G. Bibliographie

 

. sources manuscrites

 

. sources imprimées.

 

H. Analyse.

 

Notes

1 Ce mépris du nouvelliste apparaît dans les définitions de nos premiers dictionnaires : Richelet ou Furetière. Celui-ci donne comme exemple du terme : « Les nobles ruinés et fainéants sont d’ordinaire nouvellistes, ou généalogistes ». Allusion peut-être à Charles d’Aubigné, frère de Mme de Maintenon ou à l’un de ses semblables nouvellistes « à la main » ou « de bouche ». Voir aussi le curieux Nouveau Règlement général pour les nouvellistes (P., 1703).

2 Par exemple dans la correspondance du chancelier Seguier, à la B.N., Cabinet des manuscrits.

3 J’ai fait quelques sondages significatifs à la Staatsbibliotek de Munich, Codices Gallici.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540