Desktop versionMobile Version

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Première partie. Le marais, un quartier en bout du monde

Chapitre 2. Histoire sociale du regroupement du marais

Volltext

  • 1 J. Estrines (1954).

1Plusieurs centaines de personnes sont ainsi reliées et, sur l’ensemble du département, il y avait 9000 Algériens en 1952 dont 73 % sont originaires de l’Est algérien, 16 % de la région d’Alger et 11 % de l’Ouest.1

  • 2 J.-L. Mouton (1981), p. 10.

2Ramené à une partie du département et à la région stéphanoise, on peut retenir le périmètre dessiné par le S.D.A.U. (Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme). L’aire ainsi définie avec 40 communes du sud du département s’étend sur une superficie de 49 330 ha2. Ces 40 communes « solidaires » dans le développement et dans l’aménagement du territoire se répartissent en 4 secteurs comme on le voit dans les tableaux ci-aprés.

  • 3 J.-L. Mouton (1981), p. 10.

Découpage du S.D.A.U.3

Secteurs

Nombre de communes

Superficie (ha)

Population (I.N.S.E.E. 1975)

Furan

12

17 500

270 000

Ondaine

5

4 900

69 000

Gier

13

15 600

84 500

Extension Nord

10

11 330

28 500

S.D.A.U.

40

49 330

452 000

Les 40 communes du S.D.A.U.

Furan

Ondaine

Gier

Extension Nord

St-Étienne

Le Chambon

Cellieu

Andrézieu-B.

L’Étrat

Feugerolles

Chagnon

Bonson

La Fouillouse

Firminy

Château neuf

Chambœuf

Planfoy

Fraisses

Farnay

Cuzieu

Roche-la-Molière

La Ricamarie

Genilac

Rivas

St-Genest-Lerp

Unieux

Grand-Croix

St-Bonnet-les-O.

St-Jean-Bonnefonds

L’Horme

St-Cyprien

St-Priest-en-Jarez

Lorette

St Galmier

Sorbiers

Rive-de-Gier

St-Just- St-Rambert

La Talaudière

St-Chamond

Veauche

La Tour-en-Jarez

St-Joseph

Villars

St-Martin-la-P.

St-Paul-en-J.

  • 4 J.-L. Mouton (1981), p. 15. Notons l’écart entre augmentation de la population totale (près de 15 (...)

3Entre 1968 et 1975, les 40 communes passent de 436 612 à 452 000 habitants, soit une augmentation de 3,3 % alors que la population étrangère du S.D.A.U. augmente de 28,7 % avec 53 355 individus en 1975 contre 43 826 en 1968.4

4La population étrangère est composée de différentes nationalités dont le poids varie entre 1968 et 1980.

Part relative des diverses nationalités de 1968 à 1980

Part relative des diverses nationalités de 1968 à 1980

5Deux ensembles se distinguent : le premier en déclin, avec les vieilles nations fournisseuses de main-d’œuvre. Le deuxième avec un effectif qui augmente avec 4 nationalités du monde musulman plus le Portugal.

6L’aire du S.D.A.U. compte 6l % de la population du département avec 82 % des étrangers du département. La grande majorité des Algériens résident dans cette aire : au nombre de 19 247 dans le département, ils sont 17 887 à l’intérieur du périmètre du S.D.A.U. (soit 93 %).

  • 5 Au 31.12.1991, les Algériens sont au nombre de 16 695 sur le département (INSEE). A la même date, (...)
  • 6 Nous avons 65 % des chefs de ménages O.S. et manœuvres ; 15,8 % d'ouvriers qualifiés ; 8,8 % d’emp (...)

7La population algérienne représente le groupe d’étrangers le plus important avec ses 17 887 individus en 19805, soit un tiers de l’ensemble des étrangers. Les étrangers du S.D.A.U. sont 12 % de l’ensemble des 8 départements Rhône-Alpes alors que 18 % des Algériens rhône-alpins résident dans le périmètre S.D.A.U. Cette forte présence est liée à l’économie avec un secteur secondaire important bâtiment et sidérurgie et secondairement la mine6.

8Le poids relatif des Algériens par rapport aux autres étrangers dans les 4 secteurs s’établit comme suit :

  • 7 J.-L. Mouton (1981), tableau p. 22.

Rapport Algériens/étrangers en 1972-1977-19807

Rapport Algériens/étrangers en 1972-1977-19807

9On note la forte proportion des Algériens dans l’Ondaine et, inversement, une faible présence dans l’Extension Nord. Au niveau des communes, 29 dont la population totale est supérieure à 2 000 habitants voient le nombre d’Algériens augmenter dans les cinq dernières années (1973-1980). Huit communes ont au moins 6 Algériens sur 10 étrangers ; 4 se situent dans la vallée du Gier : Lorette, L’Horme, Grand-Croix, St-Paul-en-Jarez ; 3 sont dans l’Ondaine : Firminy, Unieux, Le Chambon-Feugerolles ; 1 est au nord-est de Saint-Étienne : St-Jean-Bonnefonds.

10La ville de Saint-Étienne reste proche de la moyenne du S.D.A.U. (près du tiers).

11La structure démographique est déséquilibrée et le reste, ce qui apparaît en comparant le poids des sexes entre 1972 et 1980 avec le tableau ci-dessous :

  • 8 J.-L. Mouton (1981), tableau p. 23-

Structure démographique des Algériens de 1972 à 19808

Structure démographique des Algériens de 1972 à 19808

12L’évolution cependant est perceptible pour le rapport hommes/femmes où, en 1972, on compte 11 125 hommes pour 2 853 femmes, soit presque 4 fois plus. Ce rapport n’est plus que de 2,75 en 1977 (écart moindre sur Rhône-Alpes, où le rapport est de 18 hommes pour 12 femmes en 1975). L’arrêt de l’immigration en 1973 et la poursuite du regroupement familial influent sur ces données. Par ailleurs, le déversement des moins de 16 ans, au fil des années, par moitié dans chaque catégorie, réduit l’écart entre hommes et femmes.

13Ces connexions se poursuivent par un système de relations à l’intérieur du quartier. La vie sociale qui caractérise celui-ci connaît plusieurs phases au cours de ces 23 années.

14Mais le premier élément à rappeler est la relation à la C.A.F.L.

  • 9 T. Allal et autres (1977), p. 22.

15Ce type de situation se retrouve en maints endroits en France. Ainsi, à Plaisir, en région parisienne, ce lien habitat/travail façonne la relation à l’entreprise : « Si on travaille chez Bouigues, on habite chez Bouigues. Si on le quitte, il faut se loger ailleurs... »9. Cela d’ailleurs limite considérablement les contacts avec le reste des habitants de la ville (dans la même ville, il y a, à la fin des années 60 un « foyer » pour « Célibataires » et un terrain où se louent des caravanes à des travailleurs immigrés un peu comme pour le Champ-de-Mars).

  • 10 Ibid., p. 43.

16Ce type d’habitat entraîne des relations parfois conflictuelles comme à Chelles-les-Coudreaux10 entre ceux à qui cela permet de conserver les mœurs traditionnelles, surtout les parents, et les enfants qui visent une intégration. Mais, en même temps, cela favorise l’autocontrôle du groupe dans certains cas. Structurellement, il y a un ex-centrage et une délimitation spatiale autour de l’usine qui organise le maintien à distance.

17L’ouverture progressive du quartier, l’installation dans la durée des familles algériennes, l’arrivée des enfants, entre autres raisons, provoquent des changements à cet état de départ.

18Nous distinguons schématiquement trois périodes pour constituer l’« histoire » de la communauté :

  • La première va de 1960 à 1967, c’est celle du repli du quartier sur lui-même.
  • La seconde va de 1968 à 197Ί. L’année 1968 est l’année où sont instaurées les « cartes de résidence », où commencent les emménagements rue de Molina-le-Haut de quelques familles qui quittent le Marais. C’est aussi le démarrage de la ZUP de Montreynaud. Le boulevard périphérique est ouvert. Le quartier n’est plus enclavé.
  • La troisième va de 1975 à 1982. C’est celle du déclin du Marais ; Molina-le-Haut devient le nouveau lieu de regroupement des anciens du Marais.

19Ce phasage est une construction à partir de ruptures temporelles marquées et reliées à des événements repérables, tels que « l’ouverture » spatiale du quartier, le vieillissement des parents et le départ des pères à la retraite lors de la troisième période.

I - Le repli

20Cette première période débute avec la fin de la guerre d’Algérie. Les tensions et l’insécurité sont à leur comble entre I960 et 1962.

21Le Marais, dès 1956-57, avait été sous le contrôle du F.L.N. comme la Bâtie, alors que dans la région d’autres regroupements étaient sous la tutelle du Μ.Ν.A. comme à Saint-Chamond.

22L’organisation mise en place était sous l’autorité d’un responsable régional pour quatre Kasmas, dont chacune comptait 4 sections ; une section était composée de 4 groupes. Le Marais avait un groupe « familles » avec un responsable comme à chaque échelon de l’organisation du F.L.N. et plusieurs groupes « célibataires » (les deux « bâtiments » hébergent jusqu’à 260 migrants).

  • 11 En francs de l’époque.

23Chacun doit cotiser en fonction de sa situation (ouvrier ou commerçant) et de la composition familiale (3000 F11 cl plus par mois). L’organisation ne visait pas seulement l’aspect logistique et politique ; elle concernait aussi la conduite de chacun.

24Certes, le refus de payer sa cotisation entraînait un avertissement et le refus d’obtempérer pouvait avoir comme conséquence la condamnation à mort. Mais un jeu d’amendes permettait aussi de sanctionner les fautes de comportement en 1960 de 1000 F à 3500 F pour des transgressions comme « parler à une femme » ou les altercations verbales et physiques.

25La prise en charge par le F.L.N. est quasi totale avec un soutien aux familles dont l’époux est arrêté pour ses activités politiques. Ces arrestations et les difficultés familiales que cela entraîne amènent une redistribution entre « célibataires » et « familles », les premiers étant plus impliqués par la suite dans l’organisation.

  • 12 Par la suite, certains logements seront couplés pour offrir des appartements plus grands, notammen (...)

26Le contrôle est sévère et chacun reste méfiant. Les logements sont aménagés selon la même structure, quelle que soit la cité : une cuisine séparée par un espace de rangement de la chambre. La seule différence tient à une plus grande surface des pièces aux cités de Rochetaillée12, lesquelles sont situées en tête d’une échelle d’appréciation. La situation, le point le plus près de l’entrée principale de l’usine mais aussi de la ville, l’élément de confort relatif à la plus grande surface mais aussi la configuration ethnique (avec une forte présence de migrants européens) accordent autant d’atouts à ce que certains appellent « Le Haut du Marais ». Inversement, le point le moins apprécié est la Cité Saint-Éloi où s’installent généralement les plus récemment arrivés, et où les altercations verbales et parfois physiques sont courantes entre migrants, essentiellement Algériens et provenant de différentes régions.

27Les logements dans les cités n’ont pas de vis-à-vis et les fenêtres donnent sur la rue alors que la porte fait face à de petites « baraques » dans lesquelles se trouvent parfois quelques animaux (de la volaille) et des outils de jardinage. Un lopin de terre sert de jardin et, entre les « baraques » et la cité proprement dite, une sorte de cour, en fait un espace sans réelles délimitations, permet aux enfants de jouer.

28Certains possèdent d’autres jardins à proximité, attribués comme les logements par l’usine. En la matière, l’obtention d’informations concernant de futurs départs est précieuse et autorise des contacts préalables avec le responsable de la gestion des domaines. Il est des appariements qui font l’objet de convoitises, tel que celui de « la cantine » situé en bout de la cité Coron. Sa situation en retrait mais surtout l’agencement intérieur à partir de ce qui fut une cantine de l’usine avec plusieurs chambres, le rendait particulièrement attrayant. Le départ d’une famille, en 1963, fut tenu quasiment dans le secret afin de ne pas voir se multiplier les candidats. Le partant avait seulement informé un de ses amis (non parent), lequel avait contacté, avec des cadeaux à « l’appui », le responsable pour formuler sa demande et obtint satisfaction. La volonté de se rapprocher des siens, ce que quelques-uns réussissent à opérer, est limitée par la stabilité des familles.

29L’intérieur du logement est meublé avec le minimum, dans un but fonctionnel (chaises, table, buffet, lit, cuisinière à charbon...).

30Les relations au voisinage immédiat sauf cas de parenté sont limitées mais pas présentées comme hostiles.

31Les femmes évoquent les relations tendues entre familles originaires de la même région. En fait, c’est surtout les femmes qui se disputent, avec les enfants comme motif ; les hommes de même région et, à plus forte raison, de même village, ne les suivent pas ou très rarement dans ces affrontements. Les altercations masculines opposent plutôt des hommes de régions différentes.

32Si l’essentiel des contacts concernent des voisins de même origine, l’achat de moulons peut être plus collectif. L’achat auprès des paysans d’alentour ou dans la Haute Loire, comme parfois pour les légumes et les fruits, entraîne des regroupements dont le noyau central est composé de parents.

33Les visites sont rares ; le travail – pour les hommes – et le jardin constituent avec l’appartement les trois pôles qui organisent le quotidien avec un rythme qui découle des « 3 postes » (horaires de travail à la C.A.F.L. : 6h - 14 h ; 14 h - 22 h ; 22 h - 6 h) ; les enfants étant scolarisés ou en bas âge et l’épouse occupant seule la demeure, poser une question sur les horaires de travail de l’époux était pour le moins indécent, sinon provocant.

34Mais, même limités, les contacts avaient lieu : à partir du travail et du jardin pour les hommes, à partir du logement pour les femmes. Après la guerre, les relations auront tendance à se développer.

II - L’ouverture

35Ce qui était exceptionnel ou à l’état de prémice tend à se généraliser comme avec les « vacances ». Les hommes continuent à « doubler », c’est-à-dire travailler durant leurs congés mais en trouvant à s’embaucher essentiellement dans l’entreprise chargée des travaux d’entretien pour la C.A.F.L. D’ailleurs, comme durant la première période, « doubler » reste une aubaine même dans le reste de l’année.

36Les femmes avec les enfants ont pris l’habitude de passer près d’un mois en été dans des lieux de villégiature comme Saint-Didier-en-Velay, Aurec ou Bas-en-Basset, situés dans la Haute-Loire, à une quarantaine de kilomètres de Saint-Étienne. Les hommes accomplissent régulièrement le voyage pour apporter des provisions en viande et en légumes (du jardin). L’abattage de moutons pour plusieurs familles peut avoir lieu sur place.

37Même avec une certaine autonomie acquise par les femmes, les engagements de dépenses d’une certaine ampleur restaient, au moins en apparence, l’affaire des hommes.

38Au début des années 70 commençaient les départs en direction de Molina-le-Haut. Mais surtout, il y eut de nouveau des voyages en Algérie, contrairement à la première période où on se contentait d’envoi de mandats et de colis, devenus beaucoup plus épisodiques par la suite.

39Les relations entre individus de régions d'origine différentes se sont étoffées. On se reçoit le soir autour d’un thé et des cacahuètes (pratique oranaise que tous ont adoptée) et la différence entre femmes oranaises plus « urbanisées » dans le comportement dès les années 60 – et cela en relation avec leur plus ancienne implantation en France – et les Zemmouris et une partie des Kabyles s’est estompée (l’origine plus rurale de ces deux groupes accentuant les différences les premières années).

40Entre femmes, les commerces instaurés dès les années 60 se multiplient avec des produits (bijoux, tissus, robes) provenant d’Algérie ou de Lyon. Elles se retrouvent aussi autour d’une animatrice pour des activités (couture, cuisine...), parfois chez l’une d'entre elles et quelquefois dans un local situé près de Jacquard (à proximité du centre-ville).

41Les mariages, plus nombreux, sont aussi plus spectaculaires, particulièrement chez les Oranais. L’aspect festif pour les fêtes religieuses où l’on se visite, pour les circoncisions, les naissances, est plus manifeste.

42Les relations instituées à partir de l’Amicale des Algériens en Europe (A.A.E.), qui a pris le relais du F.L.N. sont plus lâches et n’instaurent pas de contraintes.

43Le rapport à l’entreprise et au travail s’est aussi quelque peu modifié avec des différenciations, notamment avec les qualifications et quelques promotions. Certains gravissent les échelons pour passer de OS1 (ouvrier spécialisé 1ère catégorie) à PI voire P2 (professionnel première ou deuxième catégorie).

III- La dispersion

44Les départs précèdent les démolitions qui se multiplient. L’environnement du quartier se modifie considérablement avec le boulevard périphérique, l’essor de la ZUP, l’implantation d’une zone industrielle avec de nouvelles entreprises (Ford, Citroën...) entre Le Marais et Montreynaud, là où jouaient les enfants dans un espace dit « la mine ».

45Les migrants maghrébins sont pratiquement les derniers à quitter le quartier. Bon nombre de familles seront relogées à Montreynaud, avec une partie à Molina-le-Haut dont les deux immeubles (99 logements) finissent par être entièrement occupés par les anciens habitants du Marais.

46Les voyages en Algérie se poursuivent avec une fréquence plus soutenue lorsqu’il s’agit de l’acquisition ou de la construction d’une maison, alors que la prospection avait eu lieu dans la deuxième période. Lorsque la maison est acquise, les vacances familiales au pays deviennent plus régulières. Certains expliquent leur longue absence (en terme de non-retour) par le fait qu’ils n’avaient aucun lieu pour accueillir la famille (l’ancienne habitation, lorsque le couple en possédait une, ayant été abandonnée lors des événements de la guerre ou ayant subi des dégradations).

47Le travail est devenu une préoccupation avec la crise que traverse Creusot-Loire et, plus largement, toute la sidérurgie, ce qui débouche sur le départ en pré-retraite des salariés âgés de 53 à 55 ans. Les célibataires concernés retournent massivement au pays alors que les retraités en « famille » vont plus fréquemment et prolongent leur séjour en Algérie pour accélérer les travaux de la maison. Hors ces voyages, ce temps libre est consacré aux jardins, puis à l’Amicale qu’on réinvestit avant d’obtenir un local à vocation cultuelle mais là, à Molina-le-Haut et non pas au Marais. C’est là en effet que se concentre à la fin des années 70 la vie sociale des anciens du Marais même si, à la ZUP, se constituent d’autres regroupements mais nettement moins importants.

48Si les hommes se retrouvent plus souvent que dans le passé à partager leur après-midi, il y a comme un recentrage au profit de la famille nucléaire. Les relations extérieures sont maintenues mais les rapports à l’intérieur mobilisent les énergies. L’intérieur, d’ailleurs, avec le logement et son aménagement, n’a rien à voir avec la situation antérieure. L’ameublement, de fonctionnel au Marais, revêt une dimension plus esthétique à Montreynaud, outre que l’agencement des pièces organise un autre rapport à l’intérieur.

49Les femmes accèdent plus facilement aux marchés à Carnot et Jacquard du centre-ville et certaines même accomplissent le voyage en Algérie seules.

Anmerkungen

1 J. Estrines (1954).

2 J.-L. Mouton (1981), p. 10.

3 J.-L. Mouton (1981), p. 10.

4 J.-L. Mouton (1981), p. 15. Notons l’écart entre augmentation de la population totale (près de 15 000) et celle des étrangers de près de 10 000.

5 Au 31.12.1991, les Algériens sont au nombre de 16 695 sur le département (INSEE). A la même date, ils sont 8 474 à résider à Saint-Etienne. A titre indicatif, on peut ajouter le nombre total de titres de séjour délivrés entre 1969 (début des cartes de résidence) et juin 1992 : 62 500 titres, dont 10 480 entre juin 1969 et mars 1970 (chiffres fournis par les services de la Préfecture de la Loire).

6 Nous avons 65 % des chefs de ménages O.S. et manœuvres ; 15,8 % d'ouvriers qualifiés ; 8,8 % d’employés ; 7,5 % de chômeurs ; 2,9 % d’artisans-commerçants.

7 J.-L. Mouton (1981), tableau p. 22.

8 J.-L. Mouton (1981), tableau p. 23-

9 T. Allal et autres (1977), p. 22.

10 Ibid., p. 43.

11 En francs de l’époque.

12 Par la suite, certains logements seront couplés pour offrir des appartements plus grands, notamment pour les familles les plus nombreuses qui, dans les premières années, se « tassaient ».

Abbildungsverzeichnis

Titel Part relative des diverses nationalités de 1968 à 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9347/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 182k
Titel Rapport Algériens/étrangers en 1972-1977-19807
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9347/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 86k
Titel Structure démographique des Algériens de 1972 à 19808
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9347/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 119k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search