Version classiqueVersion mobile

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Première partie. Le marais, un quartier en bout du monde

Chapitre 1. Quartier et communauté

Texte intégral

1Le quartier est situé dans la partie nord de la ville de Saint-Étienne : de la rue Barrouin – rue Scheurer-Kestner au boulevard Maréchal-Lyautey. Il est délimité sur ses flancs par l’Étivallière, les Chaux, le Cros, la Bâtie et le Soleil. La notion de quartier est difficilement applicable sur la zone ainsi tracée ; l’espace qui nous intéresse va du passage à niveau à proximité de la rue Camille de Rochetaillée jusqu’au boulevard périphérique (Boulevard Maréchal-Lyautey). Cet espace est traversé par la rue des Aciéries en son début et poursuivi par la rue Charles-Cholat. On trouve quatre rues perpendiculaires à cet axe : la rue Victor-Grignard, le boulevard de l’Étivallière, la rue Tournefort et la rue Bénevent. L’usine de l’ex-C.A.F.L. occupe dans cet espace une position centrale.

2Plusieurs immeubles (dont certains dénommés « cité ») appartenant au patrimoine C.A.F.L. accueillent des salariés de l’entreprise. Implantés tout au long de la rue des Acieries, rue Tournefort et rue Charles-Cholat, ils relèvent de la gestion « des domaines » de « l’usine » qui comprend globalement et au-delà de la zone du Marais la gestion de 1200 logements dont 600 appartenant à l’entreprise et 600 en tant que réservataire dans des programmes H.L.M.

3Plus précisément, et au long de l’axe rue des Aciéries – rue Charles-Cholat, nous avons (du chemin de fer au boulevard périphérique) :

  • Au 43 rue des Aciéries : un petit bâtiment avec un commerce au rez-de-chaussée et deux logements. Au même numéro avec un autre petit bâtiment un bureau de tabac et huit logements.

  • Aux 55-57 rue des Aciéries : les deux cités de Rochetaillée avec au total 60 logements.

  • Au 59 rue des Aciéries : un dispensaire tenu par des religieuses.

  • Au 61 rue des Aciéries : deux commerces (un café, un salon de coiffure) et quatre logements.

  • Au 63 rue des Aciéries : trois bâtiments avec douze logements.

  • Au 58 rue des Aciéries : un commerce (épicerie et café) et huit logements donnant sur la rue ; 10 logements donnant sur la cour intérieure.

  • Au 60 rue des Aciéries : un commerce (cordonnier) et six logements.

  • Au 62 rue des Aciéries : cinq logements.

  • Au 66 rue des Aciéries : quatre logements.

4Pour ce qui est de la rue Tournefort :

  • Au no 2 : une buanderie et 2 logements.

  • Au no 4 : 6 logements.

  • Au no 6 : 10 logements.

  • Au no 8 : une maison individuelle.

  • Au no 10 : 4 logements.

  • Au no 12 : 6 logements.

5La rue Charles-Cholat compte quatre cités :

  • La cité du Bessard : 18 logements.

  • La cité Saint-Éloi : 25 logements.

  • La cité Coron : 30 logements.

  • La cité Cinq : 8 logements.

6Soit,

  • rue des Aciéries :

760 + 4 + 12 + 18 + 6 + 5 + 4 = 109 logements, 4 commerces et 1 dispensaire ;

  • rue Tournefort :

82 + 6 + 10+ 4 + 6 = 28 logements, 1 maison individuelle et une buanderie ;

  • rue Charles Cholat :

918 + 25 + 30 + 8 = 81 logements.

10Au total : 109 + 28 + 81 = 218 logements.

I- Démolitions et transferts

11Bon nombre de ces habitations ont été démolies, certaines ont été cédées à d’autres gestionnaires ; quelques unes ont été réhabilitées.

12Notons quelques dates qui ponctuent ce réaménagement :

  • En 1976, les 3 bâtiments du 63 rue des Aciéries sont démolis.

  • En 1978-1979, démolition des cités Saint-Éloi et Coron (R. Ch-Cholat).

  • En 1978-1979, fin de la location de la cité Cinq, qui sera démolie en 1982 (R. Ch.-Cholat).

  • En 1981, démolition des cités Rochetaillée (R. des Aciéries).

  • Les autres logements de la rue des Aciéries sont démolis en 1982 (terrain vendu à la ville en zone industrielle).

  • Reste en gestion directe et après réhabilitation une partie de la rue Tournefort (aux no 2, 4, 6 soit 18 logements).

  • Les autres logements ont été vendus en 1986 à une société immobilière.

  • 1 D. Colson, J. Nizey, J. Roux (1991), p.12, où les auteurs évoquent l’absence de centre, que met en (...)

13Les 218 logements ne constituent pas à travers l’espace ainsi défini la totalité du quartier. Répétons-le : la notion de quartier est problématique1 et s’entend dans un lien étroit entre le patrimoine évoqué et l’usine de l’ex-C.A.F.L..

  • 2 Ibid., p. 49.
  • 3 Ibid., p. 13·

14L’usine fut implantée en 1865 dans cette zone, par Charles Barrouin qui créa les Aciéries de Saint-Étienne. Dès 1868, Charles Barrouin avait le projet de « cités ouvrières »pour héberger les ouvriers de l’usine ; le projet connaît une réalisation partielle en 18722. Une école primaire fut construite en 1883 ; en 1914 construction de la cantine par l’usine, comme en 1918 elle fait construire la cité Saint-Éloi, puis en 1920 la cité Cinq, la cité Coron en 1923 et en 1925 la cité des Célibataires et la cité du Bessard. L’extension du quartier, toujours sous l’impulsion de l’usine, s’est poursuivie sur la colline de Montreynaud. Au début du XXe siècle, à partir de 1913, des projets de constructions ouvrières sont conçus3. Trois bâtiments collectifs seront édifiés dans la rue de Molina aux granges du Cros en 1935 et 2 bâtiments au Clos Fougeols en 1939. En 1935, un ensemble de maisons individuelles, les « cottages stéphanois », verra le jour. Le même mouvement sera repris après la Libération et dès les années 1950-1960 des constructions H.L.M. au bas de Montreynaud et une implication dans d’autres programmes par le biais de l’organisme interprofessionnel du logement étofferont les moyens dans le domaine de l’habitat de la C.A.F.L..

15Un glissement au détriment du Marais, qui va progressivement disparaître, s’opère en faveur du nouveau quartier de Montreynaud. En particulier à partir de 1969 où démarre la construction de la ZUP de Montreynaud. On peut distinguer à l’intérieur de Montreynaud plusieurs sous-quartiers qui correspondent à différentes phases d’urbanisation :

  • la partie la plus proche du Marais avec la rue de Molina et une urbanisation des années 1950-1960 ;

  • le quartier Saint-Saëns, datant des années 1980 ;

    • 4 D. Colson, J. Nizey, J. Roux (1991), note p. 13.

    au « sommet » de la colline, la ZUP du Haut-Montreynaud, dans les années 70. Les deux quartiers ne sont pas de même envergure ; les chiffres l’indiquent clairement : 13 000 habitants en 1990 à Montreynaud alors que le Marais n’a jamais dépassé les 3000 habitants4.

II - Le quartier Usine

  • 5 Ibid., p. 82.

16Les deux principales cités dites « cités Rochetaillée » puis « cités Barrouin » (55-57 rue des Aciéries), qui en 1872 étaient désignées « cités no 1 et no 2 », ont été construites en face de l’entrée de l’usine. Les deux barres, élevées sur 3 étages, en briques, constituaient un élément original par rapport à l’habitat ouvrier sur la ville de Saint-Étienne5.

17Elles sont aussi un point de repère, pour le quartier, qui très longtemps reste attaché à l’industrie et à l’histoire industrielle de la ville. L’usine, d’ailleurs, va acquérir à partir de 1905 la majeure partie du terrain au Marais.

18La « dérive » vers le Nord, au profit de Montreynaud, est impulsée à partir des années I960 avec l’adoption par la ville de Saint-Étienne d’un double projet en 1965 : celui d’une ZUP de Montreynaud et celui d’une zone industrielle.

19Cette dérive est fortement ponctuée par la mise en circulation en 1972 du Boulevard périphérique ; cela a nécessité la disparition d’habitations dans les zones environnantes, comme au Cros, mais surtout le boulevard agit désormais comme une sorte de frontière qui parachève l’enclavement du Marais devenu zone intermédiaire, laquelle va connaître un déclin accéléré.

20L’usine aussi subit une suite de restructurations dans l’après-Seconde Guerre mondiale.

21Elle est intégrée à un groupe sidérurgique qui, dès 1952, comprend les Aciéries de Saint-Étienne et la Compagnie de la Marine et d’Homécourt (dont l’usine principale est à Saint-Chamond). Le groupe C.A.F.L. (Compagnie des Ateliers et Forges de la Loire), possède les usines de Saint-Étienne (le Marais), de Saint-Chamond, et de l’Ondaine (Firminy, Unieux).

22La fusion de la C.A.F.L. et la S.F.A.C. du groupe Schneider donne le groupe Creusot-Loire. Dans les années 80, plusieurs repreneurs se succéderont, notamment ASCOMETAL.

III - Le quartier et l’immigration algérienne

  • 6 Extrait de D. Colson, J. Nizey, J. Roux (1991), annexe démographique.

23Conçues pour accueillir les « métallos » venus des environs, les habitations des « domaines » ont permis de fixer les ouvriers originaires des régions voisines, migrations intérieures, mais aussi une main-d’œuvre d’origine étrangère. Espagnols, Polonais, Italiens, Grecs et Algériens se sont succédé, parfois ont coexisté dans le quartier. Trois communautés étrangères dominent sur le site : les Espagnols, qui sont les plus nombreux jusqu’en 1936, puis les Polonais, qui prennent la première place jusque dans les années 50, puis enfin les Algériens depuis les années 60. Nous pouvons voir dans le tableau ci-dessous l’évolution de la population étrangère dans le quartier « Marais - Montreynaud » de 1921 à 19906.

•586 actifs dont 245 ouvriers de la métallurgie et 138 mineurs
••Y compris 140 Nord-Africains
•••Pourcentage des chefs de ménage
Les éléments présentés proviennent des recherches effectuées par Michel Staslowiak (mémoire de maîtrise de géographie, 1978, • Le quartier du Marais à Saint-Étienne (Loire) •) pour les années allant de 1920 à 1954, et ce pour un territoire qui comprend le Marais, le Cros et ses abords. Les chiffres pour 1968, 1975, 1982 concernent l'îlôt no 20 de la commune de Saint-Étienne, le quartier Marais-Montreynaud, plus vaste que le territoire retenu pour la période de 1920-1954.

24Selon le responsable de la gestion des « Domaines », les cités Rochetaillée ont accueilli dans les années 60 une vingtaine de familles algériennes, chiffre en hausse dès la fin des années 60.

25Dans le reste de la rue des Aciéries, on comptait 24 logements occupés par des Algériens alors que dans la rue Tournefort il y en avait 11 contre 35 logements dans la rue Charles-Cholat. Dans cette partie du Marais, c’est la cité Saint-Éloi qui était la plus fortement occupée par des Algériens, avec 22 logements sur les 25 de la cité, λ l’inverse, les cités du Bessard (3 ménages algériens/18 logements) et Coron (3 ménages algériens/30 logements) recevaient une faible proportion de Maghrébins.

26La concentration était plus marquée au 58 de la rue des Aciéries, avec 15 logements sur les 18 occupés par des Algériens. Les autres habitations de cette rue, comme pour la rue Tournefort, faisaient l’objet d’un relatif mixage de population.

27Il y eut au minimum 90 logements, sur les 218, occupés par des familles algériennes.

28À partir des éléments recueillis avec les actes de mariages, avec les registres de cotisations des « jardins ouvriers », et en recoupant avec divers témoignages de nos informateurs, on peut avancer le nombre de 175 familles algériennes qui ont vécu plus ou moins longtemps entre I960 et 1982 au Marais.

29Sur les 175 familles, 109 jouissaient d’un (ou plusieurs) jardin(s).

30Parmi ces dernières, plusieurs ménages appartiennent à une même parenté au sens de famille élargie ou parfois de relations « familiales » mises en avant, mais plus difficiles à définir précisément (sinon l’appartenance au même lignage).

31Sur cette base-là, on peut distinguer les « familles » à partir du nombre de ménages ; nous avons ainsi :

  • 1 famille avec 5 ménages

  • 3 familles de 4 ménages

  • 3 familles de 3 ménages

  • 13 familles de 2 ménages

  • 57 familles de 1 ménage

32La même différenciation sur les 66 autres ménages (repérés à partir des actes de mariage) donne ce qui suit :

  • 1 famille avec 3 ménages

  • 2 familles avec 2 ménages

  • 59 familles avec 1 ménage

33Soit au total :

  • 1 famille avec 5 ménages

  • 3 familles avec 4 ménages

  • 4 familles avec 3 ménages

  • 15 familles avec 2 ménages

  • 116 familles avec 1 ménage

34Parmi les 66 ménages, 11 ont vécu durablement dans le quartier (une dizaine d’années et plus). Ces 11 ménages se répartissent en 9 familles (8 familles d’un ménage, 1 famille de 3 ménages).

35Si l’on ajoute ces 11 aux 109 ménages, nous avons 120 ménages qui sont implantés durablement dans le quartier.

36Sur les 120 ménages qui se sont implantés durablement dans le quartier, 28 sont originaires de la même région de Zemmoura (Legouliha), département de Bordj-Bou-Arreridj, soit 23,33 %.

37Les autres régions d’origine sont principalement le département de Sétif, la Petite et la Grande Kabylie, le département de Tlemcen. En fait, outre les Zemmouris (situés géographiquement en lisière de la petite Kabylie) les groupes dominants appartiennent soit à la Kabylie soit à la région de Nedroma (département de Tlemcen).

38Pour définir le quartier ou la communauté deux dimensions se combinent : l’espace avec un territoire, la vie sociale avec des groupes humains.

39La délimitation de l’un et de l’autre, plus ou moins rigoureusement, donne des configurations variables. La notion de quartier peut être interrogée à travers de multiples prismes, comme d’ailleurs le concept de communauté.

40Le Marais constitue une entité relativement floue et fluctuante qui est comprise dans un ensemble plus vaste en même temps qu’elle se décompose en parties. L’ensemble, c’est bien sûr la ville, mais pas seulement, eu égard à la question qui nous intéresse. Les fluctuations quant à l’« identité » du quartier tiennent à l’histoire depuis la création de l’usine et aux divers épisodes. Les parties enfin, c’est autant des « portions » de quartier que des regroupements ethniques ou sociaux. Le lien au groupe, à l’espace varie du plus « enraciné » au plus fragmentaire selon les hommes et les périodes.

41L’espace urbain offre un ensemble de pôles relationnels à partir desquels se tissent des réseaux. Un quartier avec ses groupes se relie à d’autres quartiers et à d’autres groupes dans la ville et dans l’agglomération.

42Ainsi, un quartier est contenu dans ses limites spatiales par d’autres quartiers et se pose comme relais par rapport à ceux-ci.

43Le Marais est à proximité de La Bâtie et de Montreynaud. Par rapport à la zone ainsi définie, il est quartier « centre » alors que les deux autres sont « périphérie ».

44Cette notion de centralité mérite d’être explicitée. Le Marais est lui-même excentré par rapport à la ville : dans les années 50 et 60, il était en « bout » de ville. La colline le ceinturait et il était le dernier espace urbain avec la rue de Molina avant la « campagne » et un espace forgé autour du travail.

45Légèrement au nord-est du Marais, le lieu-dit de la Bâtie compte quelques dizaines de logements dont certains sont occupés par des familles algériennes. Le regroupement (beaucoup moins important que celui du Marais) de ces familles se fait autour d’un bâtiment réservé aux migrants hommes seuls. Quelques maisons, dont certaines étaient d’anciennes fermes, dispersées autour de cet immeuble accueillaient des familles essentiellement originaires de l’Ouest algérien, notamment de Nedroma. Celles-ci entretenaient des relations suivies avec les familles de même région du Marais, mais aussi du Champ-de-Mars autre lieu-dit à proximité de La Bâtie où certains logeaient en roulotte. Globalement, les relations entre les deux quartiers allaient de La Bâtie vers le Marais où le passage était obligé pour se rendre « en ville ». Les familles se visitaient mutuellement mais, hormis la boucherie musulmane (au bas de l’immeuble), qui était fréquentée par des Arabes du Cros, du Marais et même du Soleil, il n’était guère de raison de se rendre à la Bâtie. L’évolution urbanistique entre I960 et 1982 ne modifie guère la position stratégique de la Bâtie par rapport aux autres quartiers.

46Il en va autrement pour la relation Marais-Montreynaud. À partir de la fin des années 60, Montreynaud connaît un fort développement avec la ZUP. Montreynaud ne se limite plus aux immeubles qui longent la rue de Molina et aux « Castors » et prend son essor sur la colline. Parallèlement et surtout dans les années 70 le Marais voit ses cités disparaître ou se vider alors que les effectifs de l’usine se réduisent au fil des années. Le Marais devient alors un lieu où on « passe » et qu’il fallait à terme quitter tant était inscrite dans les discours et dans les faits sa disparition.

47Cependant, pour ce qui est des familles immigrées, le Marais, avec une forme de regroupement dense s’oppose à la relative dispersion des familles dans la ZUP de Montreynaud et à son « histoire ». Ne serait-ce que par cet aspect, le Marais reste un pôle d’intérêt durant la majeure partie de la période qui nous intéresse.

48Si le Marais est quartier centre au sens où les immigrés viennent d’ailleurs et où il y a une circulation assez dense et où, en ce lieu, se focalisent des relations et des échanges, il est aussi périphérie par rapport à une configuration qui comprend un territoire qui englobe la ville de Saint-Étienne, la vallée du Gier et la vallée de l’Ondaine. Il n’est guère possible d’être exhaustif sur une telle échelle des limites du Rhône au début de la Haute-Loire, sur un axe de villes industrielles et minières et de repérer tous les regroupements et leurs relations.

49On note toutefois quelques regroupements avec les sous-communautés (par rapport aux régions d’origine) dominantes, les relations qui se nouent entre eux et une sorte de hiérarchisation de ces espaces. Celle-ci est le fait d’une perception essentiellement subjective de nos informateurs à partir de critères plus ou moins explicites.

50Si presque tous les regroupements mettent en présence des migrants originaires de différentes régions et de différents âges, les quartiers sont désignés en relation avec la région majoritaire et le statut matrimonial non de jure mais de fait des hommes. Les migrants sont soit « en famille » soit « célibataires », ces derniers appelés « zoufri » (« zoufria » au pluriel, du mot « ouvrier »).

51Ainsi, la Bâtie est d’abord perçue à partir de la présence des « célibataires » et secondairement des familles. Le Champ-de-Mars fait exception à la règle dans la mesure où se côtoyent familles et célibataires sans prééminence d’une des deux catégories. C’est d’autant plus notable que la présence d’hommes seuls est considérée comme un danger jamais présenté comme tel pour les familles. Ce clivage devient second alors que l’habitat avec les roulottes est mis en relief pour déclasser le lieu.

52Entre la Bâtie, Montreynaud et le Marais, les deux immeubles du Clos Fougeolle réservés aux migrants seuls, salariés de la C.A.F.L., sont désignés sans localisation « le bâtiment » (au singulier, prononcé « batima »). Lorsqu’il s’agit de préciser, tout au plus dira-t-on « batima zoufri » pour un habitant du Marais et on ajoutera éventuellement pour les « étrangers » « Barouare » pour dire aussi bien l’usine (CAFL) que le quartier (le Marais).

53Ainsi, le Marais est relié par ses segments (villages d’origine) à la Bâtie, à Montreynaud, au Cros, au Soleil à ses confins, mais aussi et à plus grande distance (toujours dans la ville) à Baulieu-La-Palle, à Montferré, au Clapier, à Chavassieux. Autant de lieux qu’on retrouve comme résidence dans les actes de mariage où l’un des conjoints est du Marais et dont la région d’origine est identique pour les deux époux. Les conjoints proviennent aussi de plus loin, des villes voisines comme Villars, Terrenoire, dans la vallée du Gier, de L’Horme, Saint-Chamond, Rive-de-Gier, dans la vallée de l’Ondaine, de La Ricamarie, Chambon-Feugerolles, Firminy. Parfois, le lieu de résidence est situé dans les départements du Rhône ou de l’Isère, plus rarement dans le reste de la France (le Nord, la région parisienne), dans le Sud entre Marseille, Toulon et Nîmes. On constate dans quelques cas que les conjoints de frères et sœurs viennent de la même région française, comme en région parisienne.

54Chacune des sous-communautés du Marais (les Kabyles, les Oranais, les Zemmouris) a ses connexions. Par exemple, à La Chana, à Villars où le regroupement est fortement dominé par les Kabyles ; les Oranais occupent cette position à La Romière, au Chambon Fougerolles, alors que les Zemmouris sont nettement majoritaires à Moulin-Combat à Saint-Chamond.

55Il est un lieu qui échappe à l’identité régionale tant il est traversé par tous. Le quartier du Clapier et, en particulier, la rue Tarentaize, à proximité du centre-ville de Saint-Étienne, forme avec les commerces le lieu « centre » de la région stéphanoise où se rencontrent ou se croisent les immigrés maghrébins.

56Ces points de regroupements sont autant de pôles des réseaux liant les immigrés.

57Ces réseaux ont une fonction de relations pratiques aménagée aux nouvelles conditions de vie. Pour peu qu’on affine l’étude des regroupements, on constate dans certains cas une forte homogénéité, comme ce fut le cas à L’Horme pendant les années 60 et à Lorette jusque dans les années 80. Dans ces deux villes de la vallée du Gier, les deux groupes étaient constitués d’immigrés originaires de deux villages de la région de Zemmoura avec, à L’Horme, la présence de plusieurs familles du même lignage. À l’inverse, la coexistence, au sein d’un même quartier, de migrants originaires de nombreuses régions est présentée comme plus difficile, lorsque n’est pas évoquée implicitement une dégradation (des conduites et des comportements, des mœurs) liée au « mélange » (La Romière en est un exemple au Chambon-Feugerolles).

58Ces réseaux conditionnent des échanges et se façonnent en tenant compte des distances, de la composition du regroupement et du voisinage immédiat (avec des immigrés de la même région ou non) et, éventuellement, de la proximité des anciennes relations pratiques. Ceci vaut pour les migrants ayant vécu au moins quelques années en Algérie en situation conjugale. Le cas d’époux ayant vécu l’essentiel de leur vie conjugale en France se pose différemment avec une relation au village d’origine moins marquée par les relations pratiques (sinon celles de la maison à laquelle ils appartenaient en tant qu’enfants).

59Ces réseaux sont mobilisés avec des fréquences variables et relativement aux périodes (historiques, mais aussi celle de l’histoire de la famille). Les relations sont d’ordre familial avec le maintien d’un minimum de rapport à la parenté d’ici sous forme de visites plus ou moins régulières, avec des temps rituellement marqués (fêles religieuses, etc.) ou à finalité plus pratique (avec par exemple l’entraide pour les voyages en Algérie ou de menus services comme pour transmettre objets et messages à des parents ou des proches). C’est par ces réseaux que se transmettent les informations concernant la communauté villageoise d’origine, la famille, le pays et que se nouent des contacts et des négociations en vue de mariages.

Notes

1 D. Colson, J. Nizey, J. Roux (1991), p.12, où les auteurs évoquent l’absence de centre, que met en avant André Vant, et donc une absence de repères ou de fixations.

2 Ibid., p. 49.

3 Ibid., p. 13·

4 D. Colson, J. Nizey, J. Roux (1991), note p. 13.

5 Ibid., p. 82.

6 Extrait de D. Colson, J. Nizey, J. Roux (1991), annexe démographique.

Table des illustrations

Légende •586 actifs dont 245 ouvriers de la métallurgie et 138 mineurs••Y compris 140 Nord-Africains•••Pourcentage des chefs de ménageLes éléments présentés proviennent des recherches effectuées par Michel Staslowiak (mémoire de maîtrise de géographie, 1978, • Le quartier du Marais à Saint-Étienne (Loire) •) pour les années allant de 1920 à 1954, et ce pour un territoire qui comprend le Marais, le Cros et ses abords. Les chiffres pour 1968, 1975, 1982 concernent l'îlôt no 20 de la commune de Saint-Étienne, le quartier Marais-Montreynaud, plus vaste que le territoire retenu pour la période de 1920-1954.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search