Version classiqueVersion mobile

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Première partie. Le marais, un quartier en bout du monde

Le marais, un quartier en bout du monde

Texte intégral

Plan des quartiers nord de Saint-Étienne (extrait du DAU – Février 1994)

Plan des quartiers nord de Saint-Étienne (extrait du DAU – Février 1994)

1Cette première partie présente le quartier du Marais avec sa géographie, son histoire, son ancrage urbanistique avant de donner à voir ce qui caractérise la vie sociale et culturelle. Le quartier, le regroupement et les segments qui le constituent sont appréhendés comme autant d’éléments qui faconnent un cadre. Celui-ci enveloppe mais oriente aussi, en quelque sorte, les dynamiques sociales. C’est donc la relation à l’entreprise (C.A.F.L.) et le travail comme principe directeur du quartier qui sont mis en relief, λ la relation au travail se combine un facteur de proximité avec des migrants qui recherchent des « proches » au sens du lignage ou de la région d’origine. Ainsi après une appréciation des contours et un regard de l’extérieur on affine l’approche par la prise en compte de la dynamique propre au regroupement. Car des connexions relient le quartier à d’autres regroupements d’immigrés dans la région stéphanoise. Ces connexions se poursuivent au sein du quartier avec des démarcations qui le traversent, fin effet, des familles provenant d’une même région en Algérie prolongent leur communauté d’origine en instituant de fait une sous-communauté en France. Les relations au travers des connexions mais surtout au sein du quartier et avec le pays d’origine se modifient et connaissent plusieurs périodes.

2Cela concourt à structurer les rapports au sein du regroupement et avec l’extérieur, avec des phases qui vont du repli à l’ouverture. Trois périodes ponctuent l’histoire sociale du quartier, avec des effets propres aux sous-communautés et des processus de communalisation qui varient. Après les contours et la dynamique du regroupement l’analyse porte sur les générations pour distinguer différentes positions des primo-migrants dans leurs rôles de parents et les attitudes des enfants. Le rapport au « devoir » avec un ensemble de pratiques conformes à la mission première du migrant oppose ceux qui accumulent et économisent avec ceux qui innovent et introduisent une notion de « plaisir ». Cette différenciation perceptible chez les primo-migrants se vérifie et s’amplifie avec les enfants. Pour ces derniers une construction idéal-typique tente de rendre compte, avec trois figures, des trajectoires et des positionnements.

3C’est donc une sorte de graduation qui va du cadre à l’acteur avec les rapports structurants (travail, communauté) qui organise cette première partie afin de saisir les processus qui parcourent les différents registres de la vie sociale du Marais. C’est à partir de ce socle mouvant que vont évoluer les pratiques matrimoniales.

Table des illustrations

Titre Plan des quartiers nord de Saint-Étienne (extrait du DAU – Février 1994)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search