Version classiqueVersion mobile

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Introduction

Texte intégral

1La question de l’immigration se décline sur plusieurs registres – démographique, historique, économique, social. Elle se saisit à divers degrés – par une actualité fugitive, qui trop souvent enferme dans l’immédiat, ou par des analyses plus poussées qui tentent de remettre en perspective. Trop souvent, la saisie de « l’apparence » accentue le poids de certains aspects au détriment d’une vision plus globale. Celle-ci impose de combiner les dimensions qui donnent à voir le présent et l’histoire qui éclaire ce présent. On le voit bien avec le « problème » des jeunes issus de l’immigration où l’on pointe les dimensions sociales et économiques sans véritablement interroger l’articulation des générations que signifie implicitement le participe passé « issus ». Pour construire cette vision globale, il y a lieu de relier l’histoire sociale et culturelle avec toute la spécificité des processus générés par l’immigration et rapports de générations entre primo-migrants et enfants d’immigrés. Il convient donc d’élargir en même temps que de cibler précisément les indicateurs pour donner à voir un « déroulement ». Celui-ci se doit de refléter les positions des acteurs et leur variation dans le temps mais aussi les contextes d’ici et du pays d’origine. Car la relation au pays d’origine et sa densité conditionnent le mode d’investissement dans la société d’accueil et inversement. Un des indicateurs les plus manifestes, sous l’angle de la relation des générations mais aussi de la prégnance des modèles culturels, est bien le mariage. il implique enfants et parents et constitue une ponctuation où se conjugue le rapport à la famille (à poursuivre selon la logique de la famille étendue ou à fonder selon la logique de la famille nucléaire) et une projection du devenir migratoire (retour, installation définitive, ou maintien de l’incertitude). Plus que du choix d’un conjoint, et de confrontations sur les modalités pratiques, il s’agit de « stratégies matrimoniales ».

2Le mariage des immigrés en l’rance est pris ici comme un indicateur des processus qui caractérisent la situation migratoire. C’est donc à partir d’une approche globale, dans le temps et dans la durée (de 1960 à 1982, du regroupement familial à l’arrivée des enfants à l’âge du mariage) mais aussi dans une dimension sociale et culturelle (l’histoire du regroupement en tant que « communauté » pratique et avec les processus d’acculturation) qu’est saisie l’évolution des stratégies matrimoniales. L’analyse porte sur les mariages dans la ville de Saint-Étienne (1129 actes de mariage) avec un approfondissement qualitatif sur un des quartiers, le Marais, et sur les familles qui y résident entre 1960 et 1982. Ce dernier aspect autorise la construction d’une périodisation où on met en relief différentes phases de l’histoire du regroupement et des processus de communalisation. La première est une phase de « juxtaposition » de « groupes » d’immigrés sur la base de proximité régionale (d’origine) avec une « communauté-mosaïque ». La seconde est une phase où les « frontières » intérieures s’estompent avec une « communauté intermédiaire ». À la première correspondent la persistance d’un lien fort avec la communauté d’origine et une perspective de retour qui structure les conduites. À la seconde, une double déconnexion des parents – de la communauté d’origine et de la société d’accueil – qui favorise d’émergence d’autres conduites (déliées du projet migratoire, empreintes d’un nouveau rapport au « plaisir » par opposition au « devoir »). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les modifications des règles et des stratégies matrimoniales. L’ensemble de la démarche, pour le mariage (de la prospection à la cérémonie) est d’abord une prérogative parentale avant de devenir un enjeu qui oppose plus ou moins violemment – selon les configurations familiales – parents et enfants. L’aire de recrutement et le mode de choix du conjoint permettent de différencier trois types de mariages : « traditionnel », « négocié », « individuel ». L’analyse prend en considération les évolutions du mariage en Algérie dans le contexte urbain et en France, mais aussi la trajectoire des enfants. Au travers de la position adoptée par ces derniers se reflétent les effets de la phase historique et des processus d’acculturation. On distingue alors trois profils d’enfants d’immigrés, en guise de typologie, qu’on nomme à partir d’une terminologie en usage dans les quartiers.

3Le « Sonac » (de Sonacotra) se situe en continuité du projet parental ; son point d’appui stratégique est la famille.

4Le « Bu » (de Bugne, en argot = tête) est en rupture ; sa référence est l’école.

5Le « Lascar » est en situation de double distance : son lieu est la rue.

6L’étude comparative de mariages en France et au sein de la communauté villageoise d’origine, pour un des « groupes » d’immigrés du Marais, remet en perspective l’évolution du lien communautaire. C’est en fait toute la situation migratoire en tant que situation de transition qui est interrogée dans ce qu’elle génère de doubles contraintes. Celles-ci conditionnent les processus de sociabilisation et participent d’un cadre caractérisé par un « entre-deux » qui provoque une négociation « sans fin » et quasiment « sans terme ».

7Mais il nous faut dire en quelques mots ce que nous entendons par situation migratoire et stratégies matrimoniales et préciser notre démarche.

  • 1 A. Sayad (1977).
  • 2 N. Streiff-Fenart (1985).
  • 3 H. Sad-Saoud (1985).

8Une situation migratoire peut se définir par la nature du lien à la société d’origine comme à la société d’accueil. Parler d’émigration, c’est évoquer une rupture avec un espace et un mode de vie ; dire l’immigration, c’est entrevoir les difficultés d’adaptation, ne serait-ce que dans un premier temps. Ainsi, l’un des premiers éléments de définition serait une sorte de dé-liaison donnée dans une dimension dynamique ; c’est-à-dire constamment à l’œuvre concernant les migrants. Quoique les effets puissent être différés dans le temps et à travers des formes variables, le fait d’immigrer est un fait massif en ce qu’il est un bouleversement radical avec l’immersion dans une autre société. Ainsi, ce qui est donné comme immuable et caractérise la société d’origine se voit, sinon remis en cause, du moins fragilisé ; et l’on voit ce qui façonne les rôles, ce qui définit les statuts et organise la vie sociale comme l’espace domestique, ébranlé. Toutes les immigrations ne sont pas le produit des mêmes causes et ne se traduisent pas de la même manière et avec les mêmes processus d’acculturation. D’ailleurs, l’angle d’approche à partir de la société d’origine ou des difficultés d’adaptation et de la société d’accueil opère des distinctions. On le voit avec l’analyse de A. Sayad qui, prenant pour point d’appui la communauté villageoise et plus globalement le pays d’origine, distingue “3 âges” de l’émigration algérienne1. En contrepoint, on pourrait esquisser une typification des regroupements dans la société d’accueil, qui serait à croiser avec une périodisation pour donner une sorte de différenciation des modes “d’immigrer”. Certains aspects de l’immigration ont acquis un statut de “problèmes de société” et sont évoqués régulièrement sur la place publique. Ainsi parle-t-on de deuxième génération, de "beurs”, etc., évacuant ou reléguant au second plan ce qui concerne ceux de la “première génération”, en l’occurrence les primo-migrants. À bien des égards ce qui trouve à s’exprimer dans l’espace public résulte des dynamiques à l’œuvre au sein de la famille. Et non pas une famille qui se limite à quelques individus et à un espace cloisonné ; mais un système de relations en interaction avec les autres institutions sociales. En ce “lieu” se concentrent les tensions et les confrontations ; la situation migratoire apparaît, en quelque sorte, dans sa globalité, ne séparant pas les générations, mais au contraire les articulant dans des processus d’opposition et de complémentarité, dans des alliances et des stratégies parfois contradictoires. Cela ne manque pas de rebondir sur la socialisation et tout ce qui renvoie aux processus de transmissions. Quelles dispositions s’acquièrent en de telles situations et en quoi et comment cela participe-t-il à la reproduction du groupe (ayant préalablement interrogé les contours de ce groupe : communauté villageoise d’origine/groupe immigré ?) ou en quoi cela occasionne-t-il des ruptures ? Le mariage des migrants, et en particulier de leurs enfants, nous paraît être un des points nodaux pour combiner ces interrogations. Qu’est-ce qui préside au choix du conjoint et quel jeu de relations s’instaure entre les deux générations ? Le choix en lui-même peut produire un double reflet : celui d’une trajectoire et, au-delà, d’un habitus ; mais aussi celui d’une projection dans l’avenir. En cela on peut évoquer la notion de stratégie pour expliciter ce qui conditionne les démarches matrimoniales avec des inclinations pour le choix individuel ou, au contraire, des alliances conformes aux enjeux déjà présents au sein de la communauté d’origine. Le questionnement sur le mariage au sein de l’immigration algérienne en France porte aussi bien sur la perpétuation des groupes et la remise en cause de la reproduction sociale2 qu’aux modifications structurelles que connaît cette immigration. Ces modifications sont liées au passage de migrations d’hommes seuls à des regroupements de familles3, avec en corollaire, dans le premier cas, le mariage de primo-migrants, auquel s’ajoute dans le deuxième cas le mariage des enfants d’immigrés. Ce ne sont pas les mêmes mécanismes qui sont à l’œuvre dans les deux cas de figure. Nous nous sommes intéressé, antérieurement à cette recherche, essentiellement au choix du conjoint pour le mariage des enfants d’immigrés.

  • 4 A. Hammouche (1991).

9Plusieurs angles d’approches furent développés ; le premier consista à interroger le choix de jeunes enfants d’immigrés vivant dans un même quartier en France et dont les parents sont originaires du même village en Algérie. La variété de choix (conjoint venu du pays, choisi au sein des familles immigrées, ou conjoint français) se trouvait quelque peu éclairée par la trajectoire des individus et de l’histoire des parents. À cela s’ajoutaient le rapport à la scolarité et, corrélativement, le positionnement des familles à l’égard de la communauté immigrée. Une seconde étape avec le même type d’approche focalisa notre attention sur ce qui nous apparaissait comme un couple-rupture : les couples mixtes. Notre question portait en amont sur les processus qui généraient de telles unions, mais aussi sur leurs significations et les traductions dans les relations avec la communauté d’origine. Aux éléments mis en relief dans la première étape se combinaient la position sociale des couples et une gestion de l’identité culturelle découlant relativement de l’acquisition d’un statut social. Un élargissement, lors d’une troisième étape et avec une autre approche, permettait de s’interroger sur les processus dans un cadre territorialisé (un quartier) et sur la gestion au sein des couples mixtes d’une double appartenance culturelle. Ainsi, comparant couples mixtes et couples algériens, nous nous référions à une double injonction (qui se “concentre” à travers l’école et la famille) pour appréhender une gestion différenciée de cette “double contrainte”, en empruntant le concept à G. Bateson. Une histoire de la communauté, des familles et des individus était esquissée, à partir desquels étaient distingués des profils, ou plutôt des “figures”. À partir d’une typification en usage dans les quartiers et en nous inspirant de la démarche weberienne de l’idéal-type, nous mettions en avant trois figures : le “sonac” (l’enfant d’immigré qui se situe dans la continuité par rapport aux parents, à la “tradition”...) ; le “bu” (qui incarne la rupture) et le “lascar” (en référence à une position intermédiaire et relativement indéterminée)4. On entrevoit dès lors un jeu de correspondances sans conclure ni à des automatismes, ni à un déterminisme avec des trajectoires d’acteurs et des choix matrimoniaux qui vont de l’alliance dictée par les parents à un “libre choix” individuel. Quant à la gestion d’une double appartenance, c’est plus dans ce qui relève de la stratification sociale que nous trouvions des facteurs explicatifs. Même si les pratiques rituelles ou les événements fortement chargés symboliquement (naissance, décès...) distinguent les couples algériens des couples mixtes, sur bien des points la position sociale atténue ces différences et l’on peut construire des catégories de couples qui ne tiendraient compte que secondairement du fait ethnique. C’est toujours dans le cadre d’une sociologie de la famille et du mariage que se situe la présente recherche. Celle-ci reprend l’ensemble du questionnement des trois étapes avec un autre agencement et une autre dimension : il s’agit d’interroger les processus qui conditionnent les stratégies matrimoniales, mais à partir d’un espace et d’un temps donnés avec la ville de Saint-Étienne et l’un de ses quartiers, le Marais, de I960 à 1982.

  • 5 C. Lévi-Strauss (1949).
  • 6 R. Cresswell (1975), p. 139.
  • 7 G. Tillon (1966).
  • 8 Ibid, p. 71.
  • 9 Ibid, p. 131.
  • 10 P. Bourdieu (1980), p. 271, p. 331.
  • 11 M. Von Allmen (1985).
  • 12 J. Katuszewski, R. Ogien (1981).
  • 13 A. Barbara (1983).
  • 14 H. Sad Saoud (1985).
  • 15 N. Streiff-Fenart (1985).

10Avec les stratégies matrimoniales, l’analyse porte autant sur les critéres et les visées qui président au choix du conjoint que sur les retombées escomptées du mariage. Celui-ci, depuis les apports théoriques de C. Lévi-Strauss5, est situé dans des échanges. Même si les systèmes élémentaires de parenté fonctionnent indépendamment du couple, les relations entre sexes sont réglées par les groupes qui contrôlent la répartition des femmes en instituant le tabou de l’inceste et la loi de l’exogamie. Et si la nature, à partir de l’exigence de survie de l’espèce, impose l’alliance, ce qui en conditionne les déterminations relève de la culture. En Algérie, on parle de mariage préférentiel avec la cousine parallèle patrilinéaire, du moins en tant que référence sinon de norme, car en réalité cela représente quelque 30 % de mariages6. Au-delà, c’est l’aspect quasi endogame qui retient l’attention et qui est souligné par G. Tillon7. Celle-ci voit dans cette région du monde une des seules qui ne prohibe pas l’inceste·8 et où “plus la parenté est proche, plus le mariage est satisfaisant”9. P. Bourdieu10 met en avant l’importance de la distinction entre relations et parenté pratiques, d’une part, et parenté officielle d’autre part ; c’est dans le cadre “pratique” que se “font” les mariages alors que le deuxième type de parenté sert à officier. Ce dernier aspect montre l’importance de l’environnement et, plus largement, de la communauté villageoise, dans les modalités pratiques pour le choix du conjoint (comme pour la suite avec la cérémonie). L’alliance, quoi qu’il en soit, reste l’affaire du groupe. Au sein de la famille les rôles et les tâches se répartissent en vertu du mode de choix dominant, même si, dans tous les cas de figure, la mère est l’intermédiaire obligée, étant la seule qui puisse accéder au monde féminin par qui passent les négociations11. Deux modes de choix prédominent : le lignager où les pères s’efforcent d’orienter les choix pour entretenir l’indivision des intérêts familiaux ; le domestique, où les mères deviennent “les maîtresses de la cohésion familiale en intervenant directement dans les explorations et les négociations matrimoniales”. Qu’advient-il de ces régies en situation migratoire ? La dynamique de dé-liaison induit une négociation ou une renégociation du lien social mais n’équivaut pas pour autant à une “double exclusion”12 avec une réclusion à l’égard de la société d’origine et de la société d’accueil. La distance géographique ne condamne pas la famille élargie qui continue à agir dans le cadre des alliances matrimoniales ; pour autant la famille nucléaire peut voir son poids accru dans la détermination des choix. La situation migratoire, en fait, équivaut à une extension du marché matrimonial, même si cela peut rester à l’état potentiel. Une extension qui peut déboucher sur des mariages mixtes ou inter-culturels13, mais qui peut aussi se traduire par des unions avec des conjoints immigrés d’autres régions. Le passage à une immigration familiale qui tend à se pérenniser et l’arrivée sur le marché des enfants provoquent des effets structurels. Si le premier élément avec les regroupements de familles tend à promouvoir une sorte de “micro-société”, le second au contraire contribue à l’éclatement. Car la situation migratoire provoque des modifications dans les jeux de pouvoirs et de décisions14 qui rejaillissent dans les stratégies matrimoniales. Celles-ci reflètent parfois la désorganisation familiale : l’opposition des générations traduit pour partie le conflit découlant de la rencontre interculturelle15. L’intérieur, l’espace domestique, se façonne bien en relation avec l’extérieur et accroît la déconnexion avec la lignée. La logique de la famille nucléaire, dans ce cas, tend à être prépondérante. Cela influe nécessairement sur les processus de socialisation. Ces remises en cause, explicites ou non, ébranlent ce qui forge l’économie domestique et concourent à élargir et amplifier l’espace de négociations avec des perspectives d’accès au marché matrimonial devenues plus ouvertes mais aussi plus incertaines. C’est dans ce cadre de glissement et de remise en cause que nous nous questionnons sur les différents types de mariage, au sein de l’immigration algérienne. Notre intérêt se concentre sur les perpétuations, sur les glissements et sur les ruptures quant aux modes de marier.

  • 16 P. Bourdieu (1980).

11L’environnement immédiat et les relations pratiques qui en découlent, mais aussi les rapports avec ce que P. Bourdieu appelle la “parenté pratique”16, étant des éléments déterminants dans les stratégies matrimoniales, notre questionnement porte aussi sur les effets qui se dégagent du regroupement des familles immigrées. C’est avec la communauté d’origine, du moins l’environnement qui constitue les « relations pratiques » que se « faisait » le mariage au pays. On s’interroge alors pour savoir si, en situation migratoire, le quartier fait office de communauté de substitution et agit en guise de réseau de relations pratiques. Quelles modifications produit la situation migratoire : à distance de la communauté villageoise, et parfois de la famille élargie, le mode lignager deviendrait-il résiduel, et verrait-on le mode domestique s’imposer ? Ou alors est-ce l’émergence de compromis et de solutions intermédiaires ? À moins de ruptures qui voient les enfants s’approprier le choix du conjoint au détriment des parents détenteurs traditionnels du pouvoir en la matière ? Au delà, le type d’alliance contractée devrait bien donner une indication sur le lien communautaire (notamment avec la communauté d’origine). Car plusieurs types de mariage comme plusieurs formes de regroupements au sein de l’immigration algérienne sont repérables. Il y a aussi bien l’installation de quelques familles relativement isolées en milieu rural que l’implantation dans des quartiers urbains fortement marqués par la présence d’immigrés. Nous avons, avec le quartier du Marais, une forme de regroupement caractérisé par le lien que tous les habitants ont avec l’entreprise C.A.F.L. (Compagnie des Ateliers et Forges de la Loire), propriétaire de la plupart des logements. L’étude de ce regroupement ne fait qu’ébaucher l’approche avec le repérage de ce qui structure ce qui apparaît comme une communauté d’accueil à un moment donné. Avec, d'une part, les segments, lignagers ou non, qui constituent le groupe, et d’autre part, les différentes phases de mode de vie communautaire. La dynamique communautaire influe-t-elle alors sur les modes de marier et se traduit-elle dans les stratégies matrimoniales ?

  • 17 P. Bourdieu (1987), p. 19.
  • 18 J.-P. Durand, R. Weil (1990), p. 191.
  • 19 P. Bourdieu (1980), p. 19.

12« Stratégie » : le terme évoque le calcul, parfois le cynisme et suppose dans certains cas une démarche ordonnée avec des étapes et des aspects tactiques. Le propos est accolé plutôt aux militaires et aux milieux d’affaires. Rien ne saurait être plus opposé à l’amour, où l’on ne veut entendre que la gratuité et le sentiment. Pourtant c’est bien de stratégies matrimoniales qu’il est question ici. Le couple, qui est une donnée de la société française, fait écran. Il camoufle les mécanismes à l’œuvre tels que l’homogamie sociale. En situation migratoire, la dyade est autant une nouvelle réalité pour les primo-migrants qu’une aspiration et un signe d’acculturation chez les enfants d’immigrés. Cela n’exclut pas des visées : celles des parents, parfois celles des enfants. Les uns et les autres confortent des alliances, perturbent éventuellement les régies du jeu, à moins de dégager de nouvelles perspectives. Mais il est des régies plus ou moins incorporées, et le choix d’un conjoint comme le mariage et ses modalités ne s’improvisent pas. Parler de stratégie alors, pour appréhender le mariage, c’est évoquer d’une certaine manière les normes et les décalages ; ou, si l’on veut, les règles et les capacités des acteurs à se les approprier ou les contourner. Avec la théorie de l’habitus de P. Bourdieu, on constitue un cadre qui donne à voir que les échanges matrimoniaux « engagent les principes incorporés d'un habitus générateur »17, Principe générateur de pratiques, l’habitus est le produit de l’inculcation de dispositions et « suppose des processus d’apprentissage comme incorporation des structures sociales »18. « Ce système de dispositions (...) acquises par l’expérience engendre un “sens du jeu” avec “une infinité” de coups adaptés à l’infinité des situations possibles »19. D’où le passage d’une approche à partir des règles de parenté ou de modèles de mariage à une analyse en terme de stratégie matrimoniale.

  • 20 P. Bourdieu (1980), p. 88 89.
  • 21 A. Michel (1986).

13Le mariage, par ce qu’il mobilise, est en quelque sorte un point d’achèvement, reflet d’un habitus. P. Bourdieu, pour expliciter ce concept évoque « les conditionnements associés à une classe particulière de conditions d’existence [qui] produisent des habitus, systèmes de dispositions durables et transposables, structures structurées prédisposées à fonctionner comme structures structurantes, c’est-à-dire en tant que principes générateurs et organisateurs de pratiques et de représentations qui peuvent être objectivement adaptées à leur but sans supposer la visée consciente de fin et la maîtrise expresse des opérations nécessaires pour les atteindre, objectivement “réglées” et "régulières" sans être en rien le produit de l’obéissance à des règles, et, étant tout cela, collectivement orchestrées sans être le produit de l’action organisatrice d’un chef d’orchestre20 ». Ainsi l’acceptation des règles, en milieu algérien, devrait prédisposer à accepter le choix imposé par les parents, ceci dit schématiquement. Or, ce que nous appelons “double injonction” perturbe “l’incorporation” et pourrait déboucher sur un habitus marqué par l’indétermination et l’hésitation ; d’où l’on pourrait supposer une négociation dont les termes restent difficiles à fixer. L’apport théorique de P. Bourdieu avec une sociologie de la famille et du mariage autorise un autre éclairage de la famille dans sa fonction de socialisation et de transmission de valeurs et concepts fondamentaux de la société21. Les supports de cet exercice sont les parents avec les rôles de père et mère ; or, en situation migratoire, ces rôles sont quelque peu remis en cause. C’est dans ce cadre que peut se comprendre ce qui participe, ce qui conditionne, avec l’ensemble des acteurs qui sont partie prenante du choix du conjoint, les stratégies matrimoniales. Avec le concept d’habitus, c’est tenter d’articuler ce qui relève des structures et ce qui revient aux acteurs ; situer l’analyse au niveau de la famille, c’est la placer par rapport aux interactions avec ceux-là mêmes qui sont les agents de la transmission et de la consolidation de ce qui est incorporé ; sachant que ces agents agissent en situation de décalage (situation migratoire), propice aux errements. Ainsi, le quotidien devient l’espace privilégié des confrontations et, par là, de l’analyse en ce qu’il reflète les fissures et met en relief ce qui à l’ordinaire n’apparaît jamais sous la forme de “heurts”, des « non-complémentarités » qui rythment les faits et gestes, les actes et les discours.

  • 22 U. Hannerz (1983), p. 306-323

14Au delà de ces espaces relativement délimités que sont la famille et le quartier, des connexions sous des formes et des intensités variables relient les acteurs. Il y a lieu alors de saisir les réseaux22 des acteurs, le territoire de chacun avec ses extensions et les modes d’implication et repérer ainsi les lieux “ressources” ou “refuges”. Au-delà de la différenciation entre les acteurs, (entre “ségrégués” et “intégrés”) et pas seulement à partir d’un clivage générationnel mais au sein même de la fratrie comme pour le couple parental, cette ressource relationnelle intervient probablement dans la détermination du rapport de forces à l’intérieur de la famille, comme de la communauté et autorise une position et un discours sur l’opposition “traditionnel”/“moderne” pour l’imposition des modalités de choix du conjoint.

15Le type de regroupement comme celui du quartier du Marais, marqué par un excentrage spatial qui disparaîtra progressivement et un lien à l’entreprise, connaît une dynamique sociale avec plusieurs phases. Le choix d’une étude sur une période relativement longue (de 1960 à 1982) autorise une approche qui va des regroupements familiaux avec des enfants en bas âge à l’arrivée à l’âge de se marier des enfants des immigrés avec la modification physique du quartier et la destruction des dernières cités en 1982. Cette époque voit des modes relationnels et une vie sociale communautaire se modifier au fil des années ; par ailleurs différents types de mariages sont repérables. Nous faisons l’hypothèse d’une corrélation entre les différents types de vie communautaire et les types de mariage et nous distinguons trois formes communautaires :

1. La communauté-mosaïque

16Le quartier est constitué de segments qui sont formés de quelques familles originaires du même village ou de la même région. La relation prépondérante est entre les familles du segment ou de la “sous-communauté” ; en outre le lien au pays, et parfois à la famille élargie, reste primordial. Les rapports hors segments sont essentiellement fonctionnels.

2. La communauté intermédiaire

17Les relations au voisinage, indépendamment des segments, ont pris de l’importance, que cela découle de l’habitat et de la proximité ou des rapports tissés à l’intérieur de l’usine. La relation au village d’origine est moins manifeste ; parfois cela est accompagné, d’investissements, notamment la construction ou l’achat d’une maison au pays, dans une ville, souvent proche de la région d’origine. La vie sociale communautaire se développe avec un aspect festif.

3. La communauté fragmentée

18Il y a un recentrage sur la cellule familiale : les enfants ont grandi et les problèmes de toutes sortes apparaissent (insertion professionnelle, mariage). Le rapport au pays, à bien des égards, est devenu plus distant, même si paradoxalement les voyages des parents se multiplient. Le quartier se vide, les segments comme les familles se dispersent ; les relations entre familles deviennent épisodiques. À ces trois formes de vie sociale nous articulons trois types de mariages :

  • Le profil du mariage qui correspond au mieux à la “communauté-mosaïque” est une alliance conçue avec les règles en vigueur dans le pays d’origine ; les modifications sont mineures. Nous pourrions parler de “mariage émigré”.
  • Un deuxième type, qui voit un déplacement de l’aire de choix : on cherche un conjoint ici, et surtout l’innovation va jusqu’à concevoir une union avec un conjoint originaire d’une autre région. Nous pourrions parler de “mariage immigré”.
  • Un dernier type, où le poids du groupe est négligeable et le choix individuel. Il y a rupture quant aux règles comme pour les “limites” ethniques (mais pas seulement) avec dans ce cas des unions mixtes.

19Nous ne supposons pas un jeu de correspondances quasi automatique entre période historique et type de mariage, même si l’on imagine des phases plus propices à l’émergence ou à l’imposition de certains types. Cette dynamique sociale structure la communauté qui agit, du moins est-ce notre hypothèse, en tant que parenté pratique. La communauté offre un temps intermédiaire pour contenir une phase de transition entre l’arrivée et le maintien du lien à la communauté d’origine et le temps où se jouent l’intégration des enfants et une sorte de rupture avec le projet initial du retour.

20Enfin un mot pour évoquer notre position et ses retombées épistémologiques, car parler de l’immigration quand on en est issu n’est pas sans « intérêt ». Analyser l’économie de l’immigration dans ces conditions signifie une « sortie » en quelque sorte, en même temps qu’un réinvestissement. La posture s’en ressent et modifie le regard et la position dans le champ. Il est vrai que s’interroger à propos de l’immigration, c’est questionner un « fait social total », c’est-à-dire parler de la société dans sa totalité. Mais c’est aussi traiter d’une question en “marge” ; la perception sociale n’est pas sans reflet ambigu – si ce n’est ambivalent – dans la constitution en champ scientifique. C’est sans doute ce clivage intériorité-extériorité, lui-même au confluent de ce qui constitue notre objet, qui caractérise notre position. C’est de lien et de situation de transition qu’il est question. Car avec l’immigration et l’émigration, le rapport est sans cesse “entre-deux” : société d’origine, société d’accueil, phénomène collectif et aventure individuelle. C’est la déconnexion en permanence avec une position doublement intérieur-extérieur (à l’“intérieur” de la culture d’origine et en même temps “hors” d’elle ; à l’“intérieur” de la société d’accueil et en même temps à ses franges). Être dedans et dehors, l’émigration comme découlant du groupe, en tant que nécessité économique (et en cela "être” du groupe et être désigné pour en être extrait) ou l’immigration avec le rapport à la société française, cela ne peut que “travailler” le lien et la relation. Au sens le plus large ce qui lie, relie et délie les individus ; ce qui organise les échanges et donc la vie sociale.

21Le mariage, c’est aussi la formalisation d’un lien, la cristallisation d’enjeux d’alliances et donc de relations. Là aussi, il y a un rapport intérieur-extérieur ; entre exogamie et endogamie, entre périmètre délimitant l’aire de la parenté pratique avec le mariage ordinaire (celui qui est ord-inaire, dans l’ordre des choses, ordonné en fonction de cet ordre et le confortant) et l’“au-delà” avec le mariage extra-ordinaire. Le mariage, c’est un jeu de plusieurs “intérieurs” : la fille qui quitte le sien (sa famille) et va enrichir celui de son époux ; c’est au sein de cet espace que va se “nicher” le couple cantonné dans la nuit et donc hors de l’espace social au pays ou, à l’inverse, émerger et occuper une position plus centrale en situation migratoire. Par la distinction entre mode lignager (avec la prépondérance du père et du lignage) et mode domestique (où la mère pèse d’un autre poids) pour le choix d’un conjoint pour le fils, on désigne les différents rapports de force qui président aux stratégies matrimoniales. Là encore, on articule entre connexions extérieures et “intérieures” avec l’économie domestique. Quand les jeux ne sont “pas faits”, comme c’est le cas dans l’immigration, ou que les “cartes” (et les rapports de forces qui en découlent) sont redistribuées, on imagine que les acteurs s’arc-boutent pour imposer leurs orientations et occuper des positions plus conformes à leurs intérêts. D’une certaine manière, ce qui se noue autour du mariage révèle une dialectique entre extérieur et intérieur. Les processus d’acculturation résultent du contact permanent avec la société française et participent aux remodelages des jeux qui structurent l’économie domestique. Cette restructuration de 1 intérieur conditionne le rapport à l’extérieur à bien des égards, comme c’est le cas avec les alliances. On peut apprécier celles-ci en terme de continuité, de rupture ou de mutation à moins d’enchevêtrements inextricables où se repèrent les espaces et les temps de négociations plus que l’imposition d’un ‘ modèle. Le rapport à l’objet est marqué d’un ensemble de contradictions. La volonté de s’en saisir avec rigueur incite à quasiment abstraire le mariage du tissu relationnel qui le façonne, l’isoler pour ainsi dire, pour mieux 1 étudier. À l’inverse, et au titre de la "totalité” invoquée plus haut, la tentation de situer ces mariages dans une histoire sociale et culturelle tend à constituer un objet "tentaculaire”. Par ce dernier aspect, c’est une des fonctions essentielles du mariage qui est mise en relief : celle de la continuité et de la reproduction des groupes. Par-delà, c’est toute la question de la constitution et de la perpétuation ou non de communautés qui se trouve posée.

22Analyser des phénomènes liés à l’immigration amène à se pencher sur des jeux de décomposition et de recomposition, d effritement de liens et de perte de relations, d’instauration et de disparition de regroupements. Ce sont des histoires qui se font et se défont, comme apparaissent des configurations culturelles liées à certains contextes (les femmes au bas des allées dans tels quartiers, le rapport des plus jeunes avec les “célibataires” dans tels autres, etc.)· Bref, il y a le risque de marquer le rapport à l’objet du sceau de la nostalgie et de succomber à un “enchantement”. D’autant plus que notre rapport à l’immigration existe d’abord de D'intérieur”, même si par le jeu de l’objectivation s’instaure un rapport pour partie de l’extérieur, à distance. Cet exercice de “distanciation” équivaut à se poser en observateur d’un milieu auquel on a appartenu ; à s’en extraire et opter pour la posture de l'analyste. Cette mise à distance se double d’une mise en mots qui peut s’avérer enfermante. Le discours viendrait se superposer, en quelque sorte, sur la réalité à partir d’une connaissance sensible qui ignorerait les principes de sa production. De par le discours, l’enfermement peut très bien glisser dans la représentation. La proximité joue dans un premier temps comme frein à la déconstruction, ce qui impose un cadrage rigoureux pour parer à cette difficulté. La référence à un cadre scientifique et à une sociologie de la famille et du mariage contient le rapport à l’objet avec une grille d’analyse de la nuptialité. Ce cadrage s’est traduit par un élargissement du champ d’étude. Initialement limité au seul quartier du Marais, il fut étendu à l’ensemble de la ville avec le maintien d’une double approche pour saisir les bouleversements de la nuptialité : à partir de la société française et de la société algérienne. L'extension à la ville a engendré une étude statistique sur plus de 1100 actes de mariages. Cet aspect statistique se combine et permet de vérifier l’approche qualitative, en même temps que cela limite les biais découlant d’une certaine proximité. Celle-ci se reflète dans les rapports avec nos informateurs. Avec les plus jeunes du quartier, on peut parler d’un “respect” qui rend plus délicate l’évocation de sujets considérés comme scabreux. Avec les plus âgés, c’est nous qui sommes tenu à des formes oratoires marquant le respect, à moins que ce ne soit la complicité.

  • 23 P. Bourdieu, A. Darbel, J.-P. Rivet, C. Seibel (1961), p. 267.

23La familiarité est une donnée qui favorise et complique la recherche. Car “compréhension ne progresse que dans le va-et-vient ininterrompu entre les évidences de la familiarité, évidences de la statistique, évidences aveugles, qu’il faut déchiffrer. La familiarité née de la participation au milieu du dialogue et de 1 observation ne saurait dispenser du détour laborieux par le chiffre, la courbe et le calcul ; mais rien ne serait plus présomptueux que d’identifier la science sociologique à ce qui en est seulement un aspect, à savoir le traitement mathématique des données...”23

Notes

1 A. Sayad (1977).

2 N. Streiff-Fenart (1985).

3 H. Sad-Saoud (1985).

4 A. Hammouche (1991).

5 C. Lévi-Strauss (1949).

6 R. Cresswell (1975), p. 139.

7 G. Tillon (1966).

8 Ibid, p. 71.

9 Ibid, p. 131.

10 P. Bourdieu (1980), p. 271, p. 331.

11 M. Von Allmen (1985).

12 J. Katuszewski, R. Ogien (1981).

13 A. Barbara (1983).

14 H. Sad Saoud (1985).

15 N. Streiff-Fenart (1985).

16 P. Bourdieu (1980).

17 P. Bourdieu (1987), p. 19.

18 J.-P. Durand, R. Weil (1990), p. 191.

19 P. Bourdieu (1980), p. 19.

20 P. Bourdieu (1980), p. 88 89.

21 A. Michel (1986).

22 U. Hannerz (1983), p. 306-323

23 P. Bourdieu, A. Darbel, J.-P. Rivet, C. Seibel (1961), p. 267.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search