Version classiqueVersion mobile

Mariages et immigration

 | 
Abdelhafid Hammouche

Préface

Philippe Fritsch

Texte intégral

1L’ouvrage d’Abdelhafid Hammouche relève certes de la sociologie du mariage et, dans ce domaine, il constitue un excellent travail dont l’originalité tient pour une part à la particularité même du contexte dans lequel le mariage est étudié, celui de l’immigration algérienne. Pour autant, l’analyse des stratégies matrimoniales et de leurs transformations dans les conditions qui sont celles d’une population à la fois émigrée et immigrée, contribue à la connaissance sociologique de la famille en situation migratoire. Mais c’est aussi une étude anthropologique qui donne à comprendre la vie sociale d’un quartier singulier tout au long d’une vingtaine d’années elles-mêmes particulières : le quartier du Marais à Saint-Étienne, de 1960 à 1982.

2La période est, en effet, celle de « l’immigration familiale », distincte de la précédente qui ne voyait venir que des « travailleurs immigrés ». Ainsi l’étude se situe dans ce que Abdelmalek Sayad a nommé « le troisième “âge” de l’émigration », celui où « le mouvement migratoire des familles » s’amplifie au point que se constitue « une “colonie” algérienne en France » (1). Le choix de cette séquence de temps a rendu possible un travail original non seulement parce qu’il est, semble-t-il, sans précédent sur celle période et dans ce contexte, mais encore parce qu’il s’agit précisément du temps où, comme le notait encore Sayad, « la communauté des émigrés s’est dotée d’un véritable marché matrimonial » (2). Partant, étudier le mariage et les stratégies matrimoniales c’était se donner le moyen de saisir ce moment d’histoire sociale de l’émigration-immigration algérienne ou, mieux, de suivre cette histoire non pas dans les événements qui l’ont marquée mais dans les transformations qui s’y sont produites et qui l’ont faite.

3Cependant, interroger le mariage des migrants et celui de leurs enfants, c’est interroger non pas tant une institution que des pratiques et c’est en rechercher les principes organisateurs. En effet, le mariage, nous rappelle Abdel Hammouche, s’insère dans un système de relations pratiques, au sens où l’entend Pierre Bourdieu. L’étudier, c’est donc appréhender ce système dans sa consistance et dans ses variations, en décrire les articulations et le modèle de ses transformations, mais c’est sourtout tenter d’en suivre le jeu, autrement dit chercher à le comprendre.

4Le problème ainsi posé appelait une recherche à la fois dans les documents officiels pour établir les statistiques de mariage, et sur le terrain, c’est-à-dire principalement dans le quartier du Marais à Saint-Étienne où, à partir des années soixante, les Algériens ont succédé aux Polonais, eux-mêmes aux Espagnols et, dans une moindre mesure, aux Grecs et aux Italiens, mais aussi dans un des lieux d’origine des migrants, dans la région de Borj Bou Arrerij, en Algérie.

5En centrant l’enquête sur le quartier du Marais, Abdelhafid Hammouche a inscrit sa recherche des stratégies matrimoniales dans le contexte particulier d’une situation migratoire et dans un espace géographique qui, urbain et industriel, contrastait donc doublement avec celui d’origine des migrants. Mais le quartier du Marais est aussi un espace social, marqué sans doute par la perception que les familles immigrées ont pu en avoir et par l’image qu’on leur renvoyait, marqué en tout cas par le lien de double dépendance à l’égard d’un employeur qui était en même temps le propriétaire de leur habitation, marqué pourtant par une dynamique communautaire qu’Abdelhafid Hammouche saisit à travers les formes sociales qu’elle a produites, notamment celles qui concernent les mariages, soit que ceux-ci se situent typiquement dans la continuité de celui qui, au pays, faisait norme, soit qu’ils rompent plus ou moins avec lui.

6Le traitement informatique du fichier rassemblant les données relatives aux mariages célébrés à Saint-Étienne entre 1960 et 1982, dans lesquels au moins un des conjoints est maghrébin ou d’origine maghrébine, a permis, d’une part, de construire une typologie, d’autre part, de repérer les changements intervenus au cours de cette vingtaine d’années. L’analyse quantitative des variables telles que l’âge au mariage, l’écart d’âge entre les époux, etc., mais aussi telles que la situation migratoire et l’origine géographique de chacun des membres du couple, a été minutieusement et rigoureusement menée sur une population bien circonscrite. Complémentairement, l’analyse fine de sept familles et des trente-huit mariages impliquant cinquante-quatre de leurs enfants a rendu possible la mise en relation des pratiques observées dans leur singularité (quant au choix du conjoint, quant aux manières de faire, quant aux rites, etc.) et des régularités statistiques relevées dans les 1129 mariages enregistrés.

7Procédant par construction idéal-typique, l’auteur rappelle que ces « tableaux de pensée », comme disait Max Weber, ne sont brossés que pour comprendre la réalité et l’expliquer, sans que celle-ci se réduise à ces configurations rationnellement élaborées. L’hypothèse initiale est forte. Elle fait correspondre trois types de mariages à trois types communautaires, dont la distinction est elle-même liée à celle de trois phases dans l’histoire de l’immigration algérienne, notamment à Saint-Étienne. Le troisième type de mariage est en rupture avec le mode lignager, même ajusté, au point d’atteindre la limite des « mariages mixtes ». Ici, les stratégies matrimoniales du lignage font place non seulement à celles du groupe domestique, mais aussi à des stratégies individuelles repérées à partir des conduites ordonnées selon une typification indigène en quelque sorte (celles du « sonac », du « lascar » et du « bu »)

8Cette construction idéal-typique est, pour une part, l’aboutissement d’une réflexion théorique systématiquement menée – et Abdelhafid Hammouche a tiré le meilleur parti des travaux sociologiques sur l’immigration algérienne –, elle est aussi, pour une autre part, le résultat d’une double investigation empirique : d’un côté, les archives et les actes de mariage, donc l’analyse de l’histoire du quartier et de ses mœurs, perçues à travers des « traces discursives » – l’expression, on le sait, est de Michel Foucault – administrativement rassemblées mais sociologiquement « travaillées » par l’auteur qui a su trouver et construire les indicateurs pertinents ; d’un autre côté, les observations fines et les entretiens approfondis, à l’occasion la reprise astucieuse et la réappropriation réfléchie des perceptions que les acteurs sociaux ont ou donnent à entendre de leur situation et de celle des autres.

9Deux remarques s’imposent à cet égard. La première est que l’analyse ainsi menée, qui a pris en compte les catégories mêmes de perception et d’expression de la population étudiée, constitue une heureuse contribution anthropologique à ce qu’au Centre de recherches et d’études sociologiques appliquées de la Loire (CRESAL-URA CNRS no 899) nous avons nommé une sociologie des problématisations (3). En l’occurrence, il ne s’agit pas de la manière dont l’immigration algérienne a pu être épinglée comme un problème national ou local, mais des façons – diverses quoique typiquement repérables et ordonnables, notamment selon les générations, le rapport à la famille, le rapport à l’École, etc. – dont les immigrés algériens eux-mêmes et leurs enfants énoncent la problématicité de leur situation. La deuxième observation tient à ce qui a rendu possible ce mode d’analyse, le rapport particulier d’Abdelhafid Hammouche à l’objet de sa recherche et l’efficacité du travail d’objectivation pratique de son rapport à l’objet, qu’il a su entreprendre et poursuivre tout au long de la recherche : sa familiarité du milieu et des questions dont il a traité, loin de constituer un obstacle épistémologique, lui a permis, au contraire, de comprendre ce qu’il lui fallait analyser et expliquer. Comme l’ont noté les membres du jury de thèse au moment de la soutenance, c’est au prix d’un travail sur lui-même qu’Abdelhafid Hammouche est parvenu à prendre la bonne distance par rapport à l’objet, celle qui lui a permis de combiner l’approche ethnographique et la connaissance sociologique.

10Par ailleurs l’auteur ne s’est pas laissé piéger par l’esprit de système et il excelle à rappeler ou à montrer la multiplicité des situations possibles, consécutives aux évolutions et adaptations décalées, celle aussi des pratiques réelles : non pas un mariage immigré, ni même trois mais une infinité qu’il ordonne tout en mettant en évidence les nuances qui les différencient. Cette attention à la diversité et à la fluidité ne l’empêche pas de théoriser de façon pertinente et claire, comme quand il fait observer que le phénomène migratoire est le produit d’un processus de déstructuration de la société rurale, dont il « devient un élément accélérateur », qu’il contribue ainsi à « la transformation de la société d’origine, mais aussi de la société d’accueil ». Constatant ces variations, l’auteur les étudie dans le système de leurs relations et il les conçoit « comme éléments d’une structure et moments d’un processus » (4).

11Produit d’un mode de pensée relationnel, ces pages nous invitent à faire des allers et retours symboliques du « Marais » au « Bled », pour découvrir ce qui, de l’un à l’autre, dans les deux sens, passe ou se passe, se transfère ou se transforme. Qu’Abdelhafid Hammouche soit remercié pour celte étude qui fait du mariage et des stratégies matrimoniales le révélateur de la « dynamique communautaire ».

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search