Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin matin. Séance dirigée par Jean Sgard

Une source délicate de l’étude de la presse ancienne : les catalogues de manuscrits

Dangers et remèdes

Christiane Berkvens-Stevelinck

Texte intégral

1Dresser l’inventaire nominal et géographique des séries et exemplaires conservés des journaux des XVIIème et XVIIIème siècles constitue, comme chacun sait, un énorme travail de recherche dont l’aboutissement n’est possible que dans le cadre d’un travail d’équipe multidisciplinaire et internationale.

2Que dire, dès lors, du relevé des sources manuscrites de l’histoire de la presse ancienne ? Ces sources manuscrites qui reposent dans les fonds d’archives, dans les bibliothèques et dans les collections particulières peuvent être divisées en trois espèces principales : les correspondances, les manuscrits ou liasses de documents autres que les lettres et enfin les journaux imprimés annotés à la main.

3Pour localiser ces sources et y avoir accès, le chercheur consulte les catalogues, les inventaires et les fichiers des collections les plus importantes ou qui concernent directement son sujet. Les références obtenues de cette manière le mettent souvent en mesure de faire une étude poussée du terrain qu’il défriche. Mais les bibliothécaires, les conservateurs et les archivistes ne sont que trop souvent obligés de faire la constatation suivante : la moisson sur laquelle les chercheurs travaillent ne représente qu’un pourcentage restreint des sources potentielles. Car malgré le long et remarquable travail de défrichement accompli par nos prédécesseurs, malgré les méthodes modernes que nous utilisons aujourd’hui dans leur sillage, le résultat est loin, très loin d’être parfait.

4En effet, les renseignements que contiennent les catalogues et les fichiers de manuscrits sont souvent imprécis, incomplets voire même erronés. Sans compter les masses de documents encore non inventoriés qui reposent dans les magasins de nos bibliothèques et dont les chercheurs ne découvrent l’existence que par un heureux hasard. Cette situation entraîne inévitablement la non-utilisation de sources parfois uniques. Comme nous tâcherons de le montrer à l’aide d’exemples pratiques tirés de nos propres travaux, l’histoire de la presse ancienne n’échappe pas à ce danger, que ce soit dans le domaine des correspondances, des manuscrits ou des ouvrages annotés.

5Qui s’est intéressé de près ou de loin à l’histoire du Journal littéraire de La Haye n’ignore pas que Leyde possède une partie de la «correspondance rédactionnelle » de ce célèbre périodique hollandais, sous la cote Marchand 1. Il s’agit de deux portefeuilles contenant une centaine de lettres reçues ou envoyées par la rédaction entre 1713 et 1718. Le catalogue de 1932 qu’on utilise généralement dans la salle de lecture ne mentionne point la présence, à la fin du second portefeuille, d’une petite liasse baptisée « varia » et comprenant une vingtaine de petits papiers fort raturés qui ne sont autres que des compte-rendus de quelques séances hebdomadaires au cours desquelles la « Société » avait coutume d’établir la copie du journal à paraître. Comme les demandes en consultation doivent généralement mentionner les noms des correspondants désirés, ces « varia » risquent donc fort de rester inaperçus si le lecteur ne se montre pas particulièrement curieux ou si le conservateur de service n’a point l’idée de lui signaler l’existence de la liasse en question.

6Mais la correspondance rédactionnelle du Journal littéraire s’étend bien plus loin que les deux portefeuilles conservés sous ce nom ! Cet état de choses remonte probablement au siècle précédent. On ignore l’ordre dans lequel le legs manuscrit arriva à la bibliothèque en 1756. Toujours est-il qu’on procéda par deux fois à l’inventaire sommaire de la correspondance et des manuscrits. D’après ces inventaires, datés respectivement de 1852 et 1932, il existe une ligne de démarcation très nette entre la correspondance rédactionnelle du Journal littéraire et la correspondance personnelle de Marchand, conservée sous le numéro Marchand 2.

7En fait, il faut bien se rendre à l’évidence : seules les lettres adressées nominalement à la rédaction ou dont le contenu ne laissait aucun doute quant à leur destination ont été placées dans les portefeuilles de « correspondance rédactionnelle ». Des dizaines d’autres lettres, ayant elles aussi trait au Journal mais adressées au libraire-éditeur Thomas Johnson ou à l’un des rédacteurs, en général Marchand lui-même, reposent parmi les quelques 600 lettres qui composent la « correspondance personnelle» de Marchand. C’est le cas, par exemple, pour les lettres envoyées au Journal par Baulacre, Catuffe, La Croze, Jordan et ’s-Gravesande. Cette correspondance personnelle, le catalogue de 1932 se borne à la qualifier d’Epistolarium. Quant au catalogue de 1852, il mentionne bien les noms des correspondants ce qui, en principe, devrait permettre au spécialiste de relever les noms de ceux qui ont pu entretenir quelque relation avec le Journal littéraire. En réalité, les noms cités par le catalogue ne représentent qu’une petite partie des correspondants, choisie sur la base de critères dont nous ignorons tout.

8Ces défauts pourraient trouver leur compensation dans une étude exhaustive de toute la correspondance du fonds Marchand. Malheureusement, il nous faut constater que quelques centaines de lettres ne font point partie des 5 numéros de correspondance mais se trouvent disséminées dans les quelque 70 autres numéros du fonds, que ce soit dans des portefeuilles systématiques ou comme matériau de réemploi. De ces lettres-là, les anciens catalogues ne disent mot et bien malin le chercheur qui parvient à les localiser dans des liasses de papiers divers qui comptent parfois plus de mille feuillets épars.

9Nous ne nous étendrons pas ici sur les données parfois uniques que ces documents peuvent contenir sur l’histoire de la presse : plusieurs collègues y consacrent leur communication. Contentons-nous de signaler des preuves de la participation directe de Marchand à la rédaction de l’Epilogueur de Rousset de Missy, de la Nouvelle Bibliothèque, de la Bibliothèque française, de la Bibliothèque germanique et de la Bibliothèque britannique, parfois même en qualité de directeur. Relevons encore une fougueuse défense de Jacques Pérard en faveur de la rédaction d’une recension d’ouvrage par son auteur même.

10La localisation des manuscrits non catalogués intéressant l’histoire de la presse ancienne est souvent soumise à l’arbitraire du hasard : un soupçon, une trouvaille, une rencontre mettent le chercheur sur la piste de sources inexplorées dans telle ou telle collection. Mais, comme dans le cas des correspondances, il faut prendre conscience des insuffisances parfois flagrantes d’une bonne partie des catalogues de manuscrits existants. Titres vagues et descriptions fantaisistes y montrent une fâcheuse tendance à induire en erreur ou décourager les chercheurs. Nous n’en citerons que deux exemples : les manuscrits Marchand 44 et 52 de Leyde, vaguement intitulés « Schedularium » ou « Observationes ». L’un et l’autre manuscrits contiennent en réalité des brouillons de critiques littéraires à diverses phases de leur rédaction, des épreuves de différents journaux corrigés à la main, des lettres relatives au placement d’articles de toutes espèces dans les journaux de Hollande et bien d’autres documents encore, intéressant immédiatement notre sujet. Ces documents permettent entre autres de percer l’anonymat de certains journalistes, d’établir la provenance de nouvelles littéraires bien précises, de pénétrer plus avant dans le processus interne de rédaction d’un périodique et de reconstituer des « cercles » journalistiques.

11C’est ainsi que les manuscrits de Leyde nous mettent en mesure de prouver la participation très intensive de Marchand aux tomes XX-XXV de la Bibliothèque britannique. Les extraits des Mémoires du comte de Guiche (Londres, Changuion 1744), des Lettres, mémoires et négociations de Mr. le comte d’Estrades (Londres, Nourse 1742) sont de sa main, de même que tout le volume de table (t. XXV, 1747). Un autre manuscrit de Leyde mérite, à notre sens, une mention particulière : le manuscrit Marchand 18, intitulé dans les anciens catalogues : Collectanea ad « Dictionnaire bibliographique périodique universel ». Ce manuscrit de petit format (mm. 160 x 100) comprend 9 portefeuilles ordonnés alphabétiquement de A à Z et compte en tout 4759 folia. Son titre complet est tout un programme. Qu’on en juge plutôt :

« Dictionnaire bibliographique périodique universel ou bibliothèque générale de tous les ouvrages dont les annonces et les extraits se trouvent répandus dans tous les journaux de l’Europe, depuis leur commencement en M.D.C.LXV, jusqu’en M.D.CC : précédée d’une Dissertation sur l’utilité des journaux ; et d’une Table chronologique, historique et critique, de tous ceux qui ont été publiés jusqu’à ce jour.
Composée : I, d’un très petit Abrégé de la vie de chacun des Auteurs des Ouvrages desquels on trouve des extraits dans ces journaux ; II, d’un Catalogue exact de ces ouvrages, et des diverses éditions qui en ont été faites ;
III, enfin d’un Précis des divers jugemens qu’en ont portez les journalistes ; et quelquefois même d’une critique de ces jugemens ; impartiale ».

12Ce manuscrit représente une de ces entreprises de longue haleine dont le bibliographe qu’était Marchand avait le secret. Il dut l’entamer dans la première décade du XVIIIème siècle et y travailla jusqu’à sa mort comme le montre l’analyse paléographique et les dates qui y sont mentionnées. Le premier des neuf portefeuilles qui sont composés d’extraits imprimés découpés de toute une série de journaux dévoile le sérieux avec lequel Marchand entendait réaliser cette utopique entreprise. Le titre prometteur que l’on vient de lire est soigneusement mis en page, suivi d’un exemple d’article biographique consacré à Abbadie, d’une liste des auteurs ayant traité des journaux et où le nom de Camusat fut ajouté ultérieurement, et enfin d’une liste des « Journaux littéraires dont on a tiré les articles de la présente table » ne comptant pas moins de 96 titres de périodiques de la fin du XVIIème et du début du XVIIIème siècle.

13Si nous ajoutons encore en passant que ce même manuscrit renferme deux lettres autographes du libraire Briasson de 1754 et 1755 où ce dernier, manifestement au courant de l’existence du manuscrit de Marchand, demande à l’auteur de lui envoyer cette liste de périodiques anciens pour la publier à la fin de la table du Journal des Savants, on comprendra qu’il serait fort malencontreux qu’un tel document demeure dans l’oubli.

14L’étude de la presse ancienne dispose encore d’une autre espèce de documents, encastrés entre sources manuscrites et ouvrages imprimés : les ouvrages surchargés de notes manuscrites, qu’il s’agisse de livres que le lecteur annote dans le but de rédiger une recension pour l’un ou l’autre périodique ou bien d’exemplaires de journaux munis, en regard des articles, des identifications des auteurs ou encore des réactions intempestives des lecteurs successifs. Dans ce cadre, on peut encore imaginer bien d’autres formes tangibles du processus de réception.

15La localisation et l’identification de ce genre de sources sont extrêmement délicates. Certaines institutions les classent parmi les manuscrits, d’autres parmi les imprimés. Il convient donc de consulter systématiquement ces deux sortes de catalogues, dans l’espoir d’y relever des mentions comme « cum notis manuscriptis » ou « exemplaire annoté». Hélas, ces mentions font souvent entièrement défaut et de précieuses données restent ainsi dans l’ombre.

16A titre d’exemple, citons l’exemplaire de Leyde des Annales typographici !... de Michel Maittaire, paru à La Haye chez I. Vaillant en 1719 (cote de Leyde : 754 B 27). A la fin de l’ouvrage, Marchand fit relier un extrait imprimé paru dans la Nouvelle Bibliothèque de 1743 (avril/mai/juin, pp. 227-266), sous le titre de « Nouveaux eclaircissemens sur les premiers tems de l’histoire de l’imprimerie ». Sur la couverture de cet extrait imprimé, Marchand réalise à la main une « page de titre », où nous lisons : « Réponse de MM. Maittaire et Marchand à la fausse critique et aux injures grossières de Mr Seiz soi-disant Franc-Allemand, 1743 ». On ne saurait être plus clair sur l’origine du texte.

17Un deuxième exemple, que nous citons ici sans entrer dans les détails, est de nature légèrement différente, mais indique lui aussi une des possibilités de recherche ouvertes par les surcharges manuscrites. Dans le 19ème tome de la Nouvelle Bibliothèque (avril/mai/juin 1744), on constate que la page 120 est suivie d’une page numérotée 97, qui forme le début d’un cahier E (pp. 97-120) dont les caractères sont sensiblement différents du reste du journal. Le cahier suivant, dont la première page porte le numéro 121 est en fait la suite immédiate de la première page 120. Est-ce là une énigme de reliure ? On serait peut-être tenté de le croire si dans l’exemplaire de Leyde (cote 549 G 6), Marchand n’avait pas collé, en regard de la page 96, un petit feuillet manuscrit où il donne sa propre explication du phénomène :

« Cette seconde feuille E n’a été substituée à la précédente que pour en retrancher l’article IV, renvoié ci-dessous pages 334-336, mais très infidelement tronqué et mutilé : et c’est avec une sorte de bonne foi, que certains libraires impriment les pieces qu’on leur confie. La V, concernant la Vie de St. Jerome en portuguais m’a été pillée de même par le prétendu Bénard, nom sous lequel vit ici l’abbé Des-Champs, qui l’a mise, si-non en propres termes, du moins selon les mêmes idées, dans son Journal universel de juin 1744 ; ce qu’il a d’autant plus facilement exécuté, qu’il est le correcteur de cette Bibliothèque nouvelle, mais cor recteur aussi inexact que trop entreprenant... »

18Il est évident que ce genre de renseignements mérite une étude précise, de même que les ajouts manuscrits éclairant d’un jour nouveau l’histoire de la presse. Ainsi, l’exemplaire de Marchand du t. I du Journal historique de la République des Lettres, paru à Leyde chez Haak et Luchtmans en 1732 (cote de Leyde : 652 H 20) contient un petit feuillet volant, de la main de Marchand, et intitulé « Avertissement ». En réalité, il s’agit du brouillon du texte de l’avertissement de la seconde partie du premier tome (septembre/octobre 1732, p. 154). Le texte imprimé en fin de compte est légèrement différent mais la paternité en est évidente. Et ce dernier exemple nous amène comme tout naturellement à un carrefour où les trois sortes de sources dont nous avons traité : les correspondances, les manuscrits et les livres annotés se rejoignent, s’enchevêtrent et se complètent tour à tour.

19En effet, le chercheur désireux de faire l’étude du Journal historique de la République des Lettres, dont l’ambition était de succéder au Journal littéraire de La Haye, dispose d’un ensemble de sources originaires du fonds Marchand et toutes reliées entre elles par un invisible fil d’Ariane. Ainsi, les correspondants de Marchand, journalistes ou non, font souvent allusion à cette entreprise autour des années 1732/1733. D’autre part, le manuscrit Marchand 52 fournit le brouillon manuscrit de l’avertissement de la première partie du tome I, cette fois (March. 52, f. 264). Et, comme nous venons de le voir, l’exemplaire imprimé du journal fournit le brouillon de l’avertissement de la seconde partie de ce même tome, ainsi que de nombreuses notes manuscrites disséminées dans tout l’exemplaire.

20Un cas semblable se présente pour les derniers volumes de la Bibliothèque britannique : la correspondance, les minutes des avertissements successifs et les ajoutés manuscrits apportés aux tomes imprimés nous apprennent que le moteur de ce périodique dans les dernières années de son existence n’était autre que Marchand. Or, comme nous l’avons déjà signalé, ces divers documents ne sont accessibles à ce jour que par le biais d’anciens fichiers et de catalogues insuffisamment détaillés.

21Ce tableau peut paraître bien noir et les dangers d’oubli de sources importantes bien grand. L’honnêteté nous oblige à reconnaître que la réalité n’y correspond que trop souvent. Comment, dès lors, remédier à cette situation sans tomber dans l’utopie ?

22L’intérêt grandissant pour les correspondances, et tout particulièrement pour celles qui regardent l’histoire de la presse ancienne, n’a point manqué de frapper conservateurs, bibliothécaires et archivistes. L’augmentation manifeste des demandes de prêt, de reproduction et de renseignements à leur sujet les oblige régulièrement à en compléter ou réviser les accès. Inventaires, catalogues et publications sont le résultat de leurs efforts. Mais on est en droit de se demander si ces réalisations sont suffisamment connues et, surtout, si elles jouissent du soutien efficace et indispensable des chercheurs eux-mêmes.

23En effet, qu’il nous soit permis d’insister ici d’une part sur la nécessité absolue d’une localisation précise des collections de correspondance et d’autre part sur l’intérêt direct de la reconstruction des « cercles » journalistiques, de façon à ce que les chercheurs soient mis en mesure d’indiquer les noms des érudits ayant eu affaire de près ou de loin au périodique étudié. Rien n’est plus frustrant, pour le lecteur comme pour le conservateur qui essaie de l’aider, que de chercher des renseignements sur tel ou tel journal « à vide ». Même l’usage de l’ordinateur, tel qu’il a pris tout récemment son essor à Leyde pour l’inventaire des correspondances érudites ne dispense pas le chercheur de l’obligation d’indiquer les coordonnées des correspondants susceptibles de l’intéresser !

24Quant aux fonds ou parties de fonds manuscrits relatifs à l’histoire de la presse, il est grand temps qu’on les localise également. Une telle entreprise demande une profonde connaissance du terrain et de l’époque concernés chez les rédacteurs de catalogues. Il est bien évident que cette condition ne saurait être remplie dans chaque cas particulier. A cet égard, les collections étrangères riches en sources intéressant l’histoire culturelle française sont particulièrement délicates à utiliser. C’est pourquoi on ne peut qu’insister sur l’impérieuse nécessité de rédiger des titres qui rendent en tout cas l’essentiel du contenu des manuscrits en question. Cela paraît l’évidence même. L’expérience nous apprend cependant que ce conseil n’est pas inutile. La rédaction de catalogues scientifiques répondant aux normes modernes exige des années de patience. Là où ils ne sont point encore au stade de la publication, les chercheurs auraient grand intérêt à demander les titres obscurs de préférence aux quelques références trouvées dans la littérature et donc déjà utilisées, parfois même plus que de raison.

25Quant aux ouvrages annotés enfin, il faudra en tenir de plus en plus compte dans les révisions de catalogues de manuscrits et d’imprimés, tant ce genre de documents connaît lui aussi un évident regain d’intérêt. L’introduction des bases de données offre peut-être l’occasion de réparer les oublis du passé ou en tout cas d’éviter qu’ils se reproduisent dans l’avenir. Ainsi, par exemple, les collections privées de quelque importance léguées aux grandes bibliothèques devraient être, dans la mesure du possible, nominalement reconstruites. Une tentative de ce genre réalisée à Leyde avec le cabinet de livres légué par Marchand nous permit de localiser 300 exemplaires d’ouvrages annotés, soit 10 % du total du legs imprimé. Plusieurs de ces exemplaires annotés sont en relation directe avec la correspondance et les manuscrits : les sources rassemblées de la sorte forment un horizon de recherche considérablement élargi.

26En conclusion, nous voudrions insister sur l’importance de contacts réguliers et étroits entre conservateurs et chercheurs, de façon à ce que les premiers s’intéressent réellement aux recherches en cours et que les seconds se tiennent au courant des projets et réalisations d’inventaires avec le même soin qu’ils mettent à tenir à jour leur littérature.

Bibliographie

Liste des ouvrages cités

A. Journaux

- Bibliothèque britannique ou histoire des ouvrages des savants de la Grande Bretagne. 25 t. La Haye, de Hondt 1733-1747.

- Bibliothèque française ou histoire littéraire de la France. 42 t. Amsterdam, Bernard puis du Sauzet 1723-1746.

- Bibliothèque germanique ou histoire littéraire de l’Allemagne, de la Suisse et des pays du Nord. 50 t. Amsterdam, puis Berlin 1720-1741.

- L’Epilogueur moderne, historique, galant et moral. Pour servir de suite au Patriote et autres précédens. 13 t. Amsterdam, Buyn 1750-1754.

- Journal historique de la République des Lettres. 11 t. Leyde, Haak et Luchtmans 1732-1733.

- Journal littéraire. 19 t. La Haye, Johnson puis Gosse et Neaulme 1713-1732.

- Nouvelle bibliothèque ou histoire littéraire des principaux écrits qui se publient. 19 t. La Haye, Paupie puis Gosse et Neaulme, 1738-1744.

B. Autres ouvrages

- Estrades, G.L. comte d’, Lettres, mémoires et négociations de Monsieur le Comte d’Estrades, tant en sa qualité d’ambassadeur de S.M.T.C. en Italie, en Angletere et en Hollande, que comme ambassadeur plénipotentiaire à la Paix de Nimègue, con jointement avec Messieurs Colbert et le comte d’Avaux. Avec les réponses du Roi et du secrétaire d’état : ouvrage où sont compris l’achat de Dunkerque et plusieurs autres choses très intéressantes. Nouvelle édition, dans laquelle on a rétabli tout ce qui avait été supprimé dans les précédentes. 9 t. Londres, Nourse 1743.

- Guiche, A. de Gramont, comte de, Mémoires du comte de Guiche concernant les Provinces-Unies des Pais-Bas et servant de supplément et de confirmation à ceux d’Aubery du Maurier et du comte d’Estrades. 2. t. Utrecht, van der Aa 1744.

- Maittaire, Μ., Annales typographici ab artis inventae origine ad annum MD. Hagae Comitum, Vaillant 1719.

C. Catalogues

- Geel, J., Catalogus librorum manuscriptorum qui inde ab anno 1741 Bibliothecae Lugduno-Batavae accesserunt. Lugd. Bat. 1852.

- Catalogus compendiarius continens codices omnes manuscriptos qui in bibliothecae Academiae Lugduno-Batavae asservantur. Lugd. Bat. 1932.

Auteur

Section des manuscrits occidentaux. Bibliothèque universitaire de Leyde

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540