Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Annexe 5. Quelques représentations de l’identité lyonnaise

Texte intégral

1« On a l’impression qu’en fermant irrémédiablement le double vantail du porche de leur immeuble à 9 h du soir, les habitants d’Ainay (...) mettent dehors à la fois la subversion, la cambriole et le froid. On serait même tenté de penser qu’autant de prudence et de discrétion procèdent de la manie sécuritaire actuelle si on ne savait pas qu’il s’agit là d’usages séculaires caractéristiques d’un monde voué à vivre son enfermement comme une vertu. »
P. Mérindol, Guide officiel du Lyonnais bon chic, Éd. PMO, Versailles, 1987, p. 14.

2« Lyon est le pays de la boue noire et des brouillards épais. » Stendhal

3« C’est une ruche noire. Que Lyon est sale et bruyante. On dirait l’univers qui s’agite dans la boue et dans la soie. »
M. Desbordes-Valmore

4« Ville pleine de brume et de charbons, hérissée de pointes, de clochers et de fourneaux. »
C. Baudelaire
Cités par J. Butin, Entretiens avec Francisque Collomb, op. cit.

5« Une ville au visage ingrat, maussade, sévère, où quand par hasard il ne pleut pas, règne un brouillard délétère et maléfique. Une ville où, dans le sortilège des brumes, les éboulements ne cessent de précipiter jusqu’aux fleuves les morceaux de collines. Une ville renfrognée de couche-tôt et de pisse-vinaigre où tu peux sans doute manger et boire mieux que nulle part en France mais où il n’y a pas de moyen de t’amuser, honnêtement ou non. Une ville bourgeoise, possédée par la frénésie du travail et du lucre, avaricieuse, ladre et généalogique, gouvernée par vingt familles de fesse-mathieux privilégiés qui vivent sur les revenus de leurs revenus. Une ville bigote, cagote, hypocrite, cafarde, avec, par en dessous, d’étranges complaisances pour l’hérésie, l’occultisme, la goétie - la messe au grand jour, les messes noires dans les ténèbres - une ville close, mystérieuse, inquiétante, et au fond, antipathique. Par de tels clichés, la France en général, Paris en particulier, connaissent l’une des plus ancienne cité des Gaules. (...)
Lyon ressemble aux jeunes veuves d’antan, qui cachaient la lumière de leur regard sous des voiles de crêpe ; elles peuvent être, malgré tout, des veuves joyeuses. (...)
Il faut voir Lyon (...) par une nuit glaciale et pure d’hiver, lorsque les innombrables lumières de la ville, le 8 décembre, jour des illuminations, dialoguent avec les feux du ciel. (...)
Ville morose qui ne sait ni amuser ni s’amuser ? Oui et non. À ville austère, habitants sérieux qui n’apprécient pas les pirouettes parisiennes et les galéjades marseillaises. »
J. Boncommand, « Le corps et l’âme de la ville », Chronique Sociale de France, Cahier 3-4, 15 Juin 1958, pp. 204-206, AML.

6« Que cette ville est triste ! Elle suinte l’ennui ;
Elle est silencieuse, elle est froide, elle est noire,
et, trop calme le jour, elle est morte la nuit. »
C. Bérard, cité par J. Lavarenne dans « Lyon, son visage et son âme », Chronique Sociale de France, 1948, AML.

7« Quel fabricant, tirant à la nuit close la porte de son magasin, n’a vu parfois, dans les ténèbres du vieux carrefour, remuer l’ombre du drapeau noir ? »
H. Béraud, Ciel de suie, op. cit.

8« Floriane, peu à peu, s’accoutumait aux mystères de cette vie nocturne. Elle imaginait aussi la course sans fin, sombre et moirée des deux rivières qui l’enserraient. Sources vives si différentes, auxquelles la ville devait sa gloire, elles la retenaient prisonnière de leurs brumes et de leurs sortilèges. »
M. Lesage, Les noces de Lyon, op. cit. p. 95

9« Grâce à la victoire de la France en Coupe Davis, c’est la première fois depuis 59 ans que des gens s’amusent à Lyon. »
Les Guignols de l’Info, Canal Plus, 3-12-1991

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search